Connect with us

Affaires

Why a Canadian CEO could be Puerto Rico’s most-hated man

Published

on

As the clock hits 11:30 a.m., children spill out from behind the chain-link fence at Escuela Rafael Rivera Otero, joining parents waiting on the sidewalk. The elementary school serves a working-class neighbourhood in the centre of San Juan, Puerto Rico.

There’s little remarkable about the two-storey tan and peach building — except for the fact that it’s been without electricity for more than eight weeks. As a result, when the lunch bell rings, it’s the end of the school day.

« The Department of Education says the only options you have are to either close the school or for the kids to finish in the middle of the day, » says Sandra Vargas, as she waits for her daughter. « It’s been many months. The kids are in school without electricity. Please, however you can help, help us. »

Power outages like this are just part of daily life in Puerto Rico.

The U.S. territory, home to 3.3 million people, has one of the least reliable electrical systems in the developed world. It’s subject to all manner of breakdowns (in this case, a blown substation on school property that triggered a lengthy dispute about who was responsible for the repairs) and liable to entirely collapse when tropical storms and hurricanes roll through.

The headquarters of the company that is supposed to be fixing the threadbare grid is only a 15-minute drive from Escuela Rafael Rivera Otero. LUMA Energy — 50 per cent owned by Calgary’s ATCO Ltd. — has been handed a 15-year, $2-billion contract to manage Puerto Rico’s grid and oversee the modernization of the island’s electrical system. 

But the company charged with keeping the lights on has become a lightning rod. Customers complain that blackouts have become more frequent and last longer. And when the power does come back on, voltage surges, frying appliances and causing fires.

There’s a proposed $800-million US class-action lawsuit over an April 2022 island-wide blackout caused by a fire at a substation, which alleges that the company failed to properly maintain the system.

Meanwhile, the cost of electricity has more than doubled, leaving Puerto Ricans paying some of the highest rates in the world.

WATCH | Why a Canadian-led company is being blamed for Puerto Rico’s continued blackouts:

Canadian-led company blamed for Puerto Rico’s blackouts

LUMA Power was supposed to keep the lights on in Puerto Rico, but the company – half-owned by Alberta’s ATCO and run by a Canadian — is a lightning rod for frustration over continued blackouts and rising costs. LUMA says the blame is misdirected.

LUMA’s Canadian CEO, Wayne Stensby, has become a target of derision, heckled when he goes out in public. At one point, the legislature tried to have him arrested for contempt in a legal fight over company documents.

More recently, Gov. Pedro Pierluisi demanded his resignation — to no avail. There are regular demonstrations against the company in the streets. Bad Bunny, Puerto Rico’s global superstar, cursed the firm from the stage during a San Juan concert last summer. 

« We have the worst electrical system, I tell you, it’s shit, » the singer said. « I do a tour around the world and the only place I have to put 15 industrial generators is here. »

« LUMA, go to hell, » Bad Bunny shouted as the crowd erupted in cheers, and the band launched into his song El Apagón  (The Blackout). 

LUMA has been in charge of the grid since June 2021, and the company says progress is being made, pointing to the installation of 3,800 new poles and replacement of 10,000 streetlights. 

« People here need to have a stronger system. They need to have more resiliency, have more confidence in their system. And that’s why we’ve been making the investments, » says Mario Hurtado, LUMA’s chief regulatory officer. « Unfortunately, it takes longer than any of us want it to. And certainly longer than customers want it to. »

The company declined a CBC News request for an interview with Stensby.

Island-wide blackout

What little public confidence there was in LUMA seems to have been badly shaken by events of the past hurricane season. On Sept. 18, Hurricane Fiona swept across the western corner of the island, as it began tracking north toward Eastern Canada. The Category 1 storm brought lots of rain and some damaging winds, but barely compared to past disasters, like Hurricane Maria in 2017. Yet the lights went out and stayed out. 

« I think we were all shocked, » says Ruth Santiago, a community activist and lawyer. « It was quite a surprise to have what was mostly a tropical storm that was along the southern coast or, you know, south of the southern coast. And then just came in for a bit as a Category 1 hurricane to take down the whole electric grid. That was incredible. »

LUMA officials defend their Fiona response, noting that 90 per cent of customers had power restored within 12 days of the storm. They also point out that they inherited a badly broken system. Puerto Rico’s grid was devastated by Maria, a Category 4 storm that killed thousands and triggered an island-wide blackout that dragged on for almost a year in some communities. And it was hardly in great shape beforehand.

Power lines criss-cross the sky in the coastal city of Aguadilla, Puerto Rico.
A mixture of power, cable and telephone lines criss-cross the sky in the coastal city of Aguadilla, Puerto Rico. The island’s aging electricity system can be confusing and difficult to repair. (Sylvène Gilchrist/CBC)

The public utility — the Puerto Rico Electric Power Authority (PREPA) — went through a decades-long cycle of cost-cutting, deferred maintenance and rate freezes, all while accumulating $9 billion US in debt. The utility, which remains responsible for power generation on the island, filed for bankruptcy in 2019 and is trying to work out a deal with creditors. 

« I would describe the electrical system as fragile and vulnerable. And that’s because of the years and years of mismanagement, » says Alejandro Figueroa, infrastructure director for Puerto Rico’s Financial Management and Oversight Board. 

Hopes for a quick fix aren’t likely to be realized, he says.

« I think what a lot of people have thought is you’re going to fix 30 years of mismanagement in 18 months, And I think that’s unrealistic. Getting the system to where it needs to be will take many years, if not decades. » 

Warning to mayors

That’s certainly the case in the city of Aguadilla, on the island’s northwest coast, where some neighbourhoods were without power for 45 days post-Fiona.

Mayor Julio Roldan takes a visitor on a tour through narrow alleyways, pointing out listing power poles, festooned with tangles of wire.

He says he spent the first 10 days after the storm on the phone, fruitlessly pleading with LUMA to send repair crews. When they failed to arrive, he formed his own brigades of ex-PREPA workers and sent them into the streets to clear fallen trees and replace downed lines. 

« We had to fix everything here, OK? They didn’t come, » says Roldan. « I don’t know what happened, whether they were scared or what’s going on. The federal government gave a lot of money to LUMA to fix the system, to fix everything  And we didn’t get any response. »

Sharon Cedeño and Israel Sierra are struggling to keep their corner grocery store in Adjuntas, Puerto Rico afloat. Their power bills now top US $300 a month, a large expense on an island where the median household income is just $22,000.
Israel Sierra, left, and Sharon Cedeño are struggling to keep their corner grocery store in Adjuntas, Puerto Rico, afloat. Their power bills now top $300 US a month, a large expense on an island where the median household income is $22,000. (Sylvène Gilchrist/CBC News)

Instead, Roldan says he received pushback from the company about his ex-PREPA « shark teams, » which escalated to threats of legal action.

« They said they were going to arrest me and I told them I was going to send them my pin location so they could come arrest me right then, » says Roldan. « I love my city. I love my people. And no matter what I have to do, my people have to be OK. » 

LUMA disputes Roldan’s account, saying it never threatened him with arrest.

But the company acknowledges it did warn a number of mayors off the idea of trying to fix the damage on their own, noting that they were legally required to co-ordinate all such plans with the utility, saying it was a matter of safety for its employees and the public.

« We made clear to them the dangers of working on the electrical system without certified personnel, » says Hurtado. « Those linemen had to be certified every year. »

« Willy-nilly going about and restoring without certified people, without co-ordination, putting in danger the lives of the people that are actually doing the work … could cause fires and explosions and other problems. That doesn’t help the situation, » he adds. 

Workers on the sidelines

The former PREPA workers have become a sore point on the island. LUMA ended up hiring 1,200 of the public utility’s almost 6,000 employees. Its current workforce is one-third smaller than PREPA’s was and less familiar with the quirks of the aging grid. 

Robert Garcia Cooper spent 20 years as a metering specialist with PREPA. But like thousands of his colleagues, he says he couldn’t afford to take a LUMA contract with a loss of seniority and increased benefit costs. 

« All of the veterans, we left, we said no, » says Garcia Cooper.

After returning to school to finish a master’s degree focusing on microgrids, he took a job as a master electrician with another government agency, only to find his services weren’t required. 

« When I reached there, I was told I would be working as a janitor because the electrical work was subcontracted, » says Garcia Cooper. « The government did it this way in order to force us to abandon our benefits.… It was a Catch-22. »

The soaring cost of power is also stoking public anger. Since LUMA officially took over the grid 18 months ago, there have been seven rate hikes. The company says the increases have been driven by the cost of oil and gas burned by the island’s generating stations, a part of the system which it does not control. Rate hikes are reviewed and approved by the Puerto Rico Energy Bureau.

Looking for alternatives

In the mountain town of Adjuntas, Sharon Cedeño and Israel Sierra are struggling to keep their corner grocery store afloat. Their power bills now top $300 US a month, a large expense on an island where the median household income is just $22,000 — almost $50,000 less than the mainland United States. Then there’s the cost of fuel for the yellow generator that sits on the floor in front of the counter — another $30 or so every time the electricity cuts out. 

« We are poor people … young people trying to succeed. They make our lives tougher day-by-day, » says Cedeño.

The couple will soon transition to solar energy, with the help of a local community group, Casa Pueblo. The non-profit organization has created a microgrid in the town’s centre. Now the bakery, pizzeria, retirement home and fire hall can all fall back on the sun when the power cuts — something that happens several times each week. 

« We want solar power as the primary energy source, and LUMA as the alternative energy source, » says Arturo Massol, Casa Pueblo’s executive director. « The centralized energy system has failed Puerto Rico before, is failing now and will fail in the future. We are building energy self-sufficiency for the community…. Our principle is to break the model of dependency. » 

Workers in a cafe work with the power of an electricity generator during a blackout.
Employees at Las Palmas Café work with the power of an electrical generator during an island-wide blackout in San Juan, Puerto Rico on April 7, 2022. (Carlos Giusti/The Associated Press)

A half-hour drive away, through the lush green mountains, the general hospital in Castañer is also hoping to convert to solar — if only to avoid the voltage surges that seem to come whenever the lights switch back on. 

« Every time that the electricity went out or came back, our equipment got damaged, » says Robyn Russell Orama, the hospital administrator. 

Patients haven’t been affected, but the costs have been steep for the 10-bed hospital, which serves 12,000 residents. 

« We had equipment damage in our imaging system and in our labs, » says Orama. « There, a simple machine can cost you more than $10,000 to $13,000, plus all the reactives and everything that comes with it. » 

The switch to solar makes sense. Puerto Rico averages more than 2,800 hours of sunshine every year. But renewable energy makes up just three per cent of the island’s power mix. And the priority remains repairing and strengthening the grid. 

A view of a bridge in Villa Esperanza, Puerto Rico, damaged by flooding in the wake of last September's Hurricane Fiona.
A view of a bridge in Villa Esperanza, Puerto Rico, damaged by flooding in the wake of last September’s Hurricane Fiona. (Alejandro Granadillo/The Associated Press)

It’s a focus that causes activists like Ruth Santiago to despair.

« Areas like Puerto Rico are in this sort of cycle of destruction, repair and reconstruction of these centralized systems like transmission and distribution systems that keep getting knocked down. And we need to learn that lesson, » she says. « And unfortunately, LUMA Energy is the major obstacle in achieving that. »

LUMA says solar is part of its plan, but only after the transmission and distribution network is made safe and reliable. That in itself is a mammoth task. The company’s grid management contract is just a fraction of the estimated $26 billion that it will cost to fully modernize Puerto Rico’s power system, a bill that will be paid by the U.S. government. 

Which means lots of opportunities for outside firms — potentially including LUMA’s parents, ATCO and Quanta Services. Puerto Rico’s government recently announced plans to privatize power generation.

Under current rules, ATCO and Quanta Services are unable to bid on that work. But LUMA, which helps determine the winners and losers and oversees all the contracts, can propose changes to those conditions — subject to existing government regulations. 

Both parent companies are keeping their options open with regards to future projects on the island. 

‘Concealment and deception’

But a recent scandal involving ATCO has raised concerns with some critics in Puerto Rico about transparency and fairness. 

Last year, ATCO agreed to pay a $31-million penalty, levied by the Alberta Utilities Commission (AUC), over a 2018 power line project in Jasper National Park. The AUC found the company broke internal and government rules by awarding a sole-source contract to one of its partners — despite having a much lower bid in hand — and later tried to pass on the costs to taxpayers. 

Stensby, then head of ATCO’s electric division, approved that contract. And he was among senior management members who « deliberately buried critical information for the purpose of hiding it from the Commission. » The regulators called it « a campaign of concealment and deception. »

CBC News reached out to Stensby and he declined to comment on the AUC decision. 

In a statement, an ATCO representative said the company has « learned and improved » from the Jasper project penalty.

« We have acknowledged that we made regulatory and administrative errors, » said the statement. « The reasons for the errors were complex and were not solely attributable to any one person. »

The spokesperson added that ATCO « fully supports » Stensby and his LUMA team and their work in Puerto Rico.

An adult and her a child wait outside Escuela Rafael Rivera Otero in San Juan, Puerto Rico.
A mother and her son wait outside Escuela Rafael Rivera Otero in San Juan, Puerto Rico. The elementary school was without power for more than two months and faced closure because of a dispute about who was responsible to fix its electrical problems. (Pelin Sidki/CBC)

Back in San Juan, outside the Escuela Rafael Rivera Otero, frustrated parents and staff are suffering from much smaller fiscal problems. A school day, shortened to just 3.5 hours while the disagreement continues over who should pay to fix the power problems. 

« LUMA came, LUMA  left us without power, LUMA  passed the responsibility to the Office of Public Building Management, » says Lydimar Garriga Vidal, a school social worker. 

A CBC News request to tour the building and speak with the principal was denied. But immediately following that request, the school board hired a private firm to carry out the repairs that LUMA says were never its responsibility. After two months of darkness, the lights were back on the next morning. 

Affaires

Le gel des prix de l’épicerie est terminé – alors préparez-vous bientôt à des factures alimentaires encore plus importantes

Published

on

Par

Le gel des prix des fêtes mis en place par certaines des plus grandes chaînes d’épiceries du Canada a atteint sa date d’expiration. Les acheteurs doivent donc se préparer à des nouvelles qui pourraient être difficiles à avaler : préparez-vous à ce que votre facture alimentaire augmente. De beaucoup. De nouveau.

L’automne dernier, Loblaws a fait la une des journaux en annonçant qu’elle gèlerait les prix de centaines de sa marque interne No Name pendant la période des fêtes. La chaîne d’épiceries a présenté le plan comme une salve pour les acheteurs soucieux des coûts durement touchés par une inflation élevée, mais les gens de l’industrie l’ont rapidement considéré comme un simple coup de publicité, car les chaînes d’épicerie appliquent généralement des gels de prix similaires au cours de cette période, refusant de accepter toute hausse de prix de la part de leurs fournisseurs pendant la saison critique des achats.

Loblaws a promis en octobre que les produits d’épicerie de marque No Name ne verraient pas d’augmentation de prix avant la fin janvier au moins. Nous sommes maintenant en février et la chaîne a déclaré à CBC News dans un communiqué cette semaine qu’elle prévoyait de maintenir les prix là où ils sont « dans la mesure du possible », mais a averti que de nombreux prix pourraient bien augmenter dans les semaines à venir.

« Une fois le gel des prix terminé, les clients peuvent s’attendre à ce que certains prix augmentent, mais comme mentionné à l’origine, nous continuerons à maintenir la plupart de nos prix sans nom », a déclaré la porte-parole Catherine Thomas. « Le coût de stockage de nos étagères a augmenté, mois après mois. »

La chaîne montréalaise Metro a chanté un air similaire lors de son assemblée générale annuelle le mois dernier, le PDG Eric La Flèche déclarant aux journalistes que la chaîne avait reçu plus de 27 000 demandes de ses fournisseurs l’an dernier pour augmenter les prix de plus de 10 %. C’est plus de trois fois le niveau normal.

« Il y a des augmentations de coûts à venir, et nous nous attendons à ce que certaines de ces augmentations de coûts se répercutent sur le commerce de détail », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse le 24 janvier. « Nous allons faire de notre mieux pour nous assurer que les augmentations de prix sont graduelle et progressive pour protéger au maximum les prix [but] malheureusement, l’inflation continue. »

Les acheteurs comme Palaash Tiwari le savent trop bien. Mercredi, faisant ses courses à Toronto, Tiwari a déclaré à CBC News qu’il avait apporté des changements majeurs à son alimentation au cours des derniers mois, comme acheter des types de viande moins chers et moins chers, en essayant d’économiser de l’argent là où il le pouvait. Il a également cessé de sortir au restaurant en raison du coût prohibitif.

« Les gens doivent faire des choix sur ce qu’ils veulent consommer », a-t-il déclaré. « Les gens doivent trouver leur propre alternative. »

REGARDER | Les acheteurs réagissent à la fin du gel des prix des épiceries :

Ce que la fin du gel des prix signifie pour votre facture d’épicerie

Les grandes chaînes d’épiceries affirment que les acheteurs devraient s’attendre à des prix encore plus élevés pour les aliments dans les semaines à venir. Les acheteurs dans les rues de Toronto ont expliqué à CBC News ce que cela pourrait signifier pour leur budget alimentaire.

Pourquoi les produits frais sont si chers

Bien sûr, tous les types d’aliments n’augmentent pas au même rythme.

Les données de Statistique Canada publiées cette semaine montrent qu’une multitude d’articles d’épicerie ont connu des augmentations de prix à deux chiffres, au-delà de ce qui est normal pendant les mois d’hiver. Le prix de détail des tomates est passé de 4,57 $ le kilogramme en octobre à 6,99 $ en décembre, soit une augmentation vertigineuse de plus de 52 % en seulement deux mois.

Le céleri et le raisin sont presque aussi mauvais, avec des augmentations de prix de 49 et 46 %, respectivement, en seulement deux mois. Et des aliments comme les pommes, le brocoli et la laitue iceberg ne sont pas loin derrière.

La plupart des augmentations les plus importantes à l’heure actuelle concernent les fruits et légumes frais, et il y a une très bonne raison à cela, selon Mike von Massow, économiste alimentaire à l’Université de Guelph.

« Si tu regardes par ta fenêtre, il y a de la neige au sol [so] nous ne produisons pas … de fruits et de légumes dans une mesure significative. »

Le gel des prix très médiatisé de Loblaws pendant la période des fêtes a été rejeté par beaucoup comme un simple coup de pub. (Ivanoh Demers/CBC)

Presque tous les produits frais que les Canadiens consomment en hiver passent directement ou indirectement par les États-Unis, ce qui les expose à des coûts plus élevés tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Les coûts de transport à eux seuls sont importants, mais cette année a vu des hausses de prix importantes pour des choses comme les tomates et la laitue à cause de ce qui se passe dans la vallée de Salinas en Californie.

Une grande partie de la récolte de laitue nord-américaine provient de la région, qui a été touchée par un virus en novembre qui a réduit l’approvisionnement. La sécheresse record dans la région à l’automne a ensuite été suivie d’inondations le mois dernier, qui ont ravagé l’approvisionnement de toutes sortes de cultures gourmandes en eau comme le céleri, le brocoli et le raisin.

« Ce qui se passe maintenant est presque cette tempête parfaite de problèmes qui créent une pression à la hausse sur presque tout », a déclaré von Massow.

Soulagement au printemps ?

Il peut être difficile de voir en parcourant les allées de l’épicerie locale, mais von Massow peut voir un soulagement venir juste à l’horizon pour certaines de ces augmentations de prix incessantes.

« Nous allons probablement commencer à voir un certain soulagement au printemps alors que nous arrivons à la saison de production canadienne », a-t-il déclaré. « Nous ne serons pas aussi sensibles aux importations qui sont pénalisées par le taux de change et d’autres choses. »

Jusque-là, les acheteurs comme Ethena Dennie à Toronto continueront de faire ce qu’ils ont fait, de magasiner pour de bonnes affaires et de remplacer leurs produits de base habituels par des alternatives moins chères dans la mesure du possible.

« Une laitue coûte si cher », a-t-elle déclaré mercredi à CBC News devant son épicerie locale. « Le médecin ne m’a pas dit de manger de la laitue pour que je n’aie pas à en acheter, alors je l’ai juste laissée.

« Le prix monte [but] mon salaire n’augmente pas. C’est juste rester au même niveau. »

Continue Reading

Affaires

La Réserve fédérale relève à nouveau son taux d’intérêt directeur à 4,75% – et annonce d’autres à venir

Published

on

Par

La banque centrale américaine a relevé mercredi son taux d’intérêt cible d’un quart de point de pourcentage et a promis des « augmentations continues » des coûts d’emprunt dans le cadre de sa lutte contre l’inflation.

« L’inflation s’est quelque peu atténuée mais reste élevée », a déclaré la Réserve fédérale dans un communiqué qui a marqué une reconnaissance explicite des progrès réalisés dans la réduction du rythme des hausses de prix par rapport aux sommets de 40 ans atteints l’année dernière.

La guerre de la Russie en Ukraine, par exemple, était toujours considérée comme ajoutant à « l’incertitude mondiale élevée », a déclaré la Fed. Mais les décideurs ont abandonné le langage des déclarations antérieures citant la guerre ainsi que la pandémie de COVID-19 en tant que contributeurs directs à la hausse des prix.

Pourtant, la Fed a déclaré que l’économie américaine bénéficiait d’une « croissance modeste » et de gains d’emplois « robustes », les décideurs politiques étant toujours « très attentifs aux risques d’inflation ».

« Le comité (fédéral de l’open market) prévoit que des augmentations continues de la fourchette cible seront appropriées pour atteindre une position de politique monétaire suffisamment restrictive pour ramener l’inflation à 2% au fil du temps », a déclaré la Fed.

Mais en tenant la promesse de nouvelles hausses de taux à venir, la Fed a repoussé les attentes des investisseurs selon lesquelles elle était prête à signaler la fin du cycle de resserrement actuel comme un clin d’œil au fait que l’inflation est en baisse constante depuis six mois.

C’est aussi un écart par rapport aux perspectives que la Banque du Canada a données la semaine dernière, lorsque la banque centrale du Canada a relevé son taux à 4,5 %, mais a signalé qu’elle pourrait se contenter de maintenir son taux à ce niveau.

Continue Reading

Affaires

Face aux critiques c’est un refuge pour les tricheurs, ChatGPT ajoute un outil pour les attraper

Published

on

Par

Le fabricant de ChatGPT tente de freiner sa réputation de machine à tricher en roue libre avec un nouvel outil qui peut aider les enseignants à détecter si un élève ou une intelligence artificielle a écrit ce devoir.

Le nouveau classificateur de texte AI lancé mardi par OpenAI fait suite à une discussion d’une semaine dans les écoles et les collèges sur les craintes que la capacité de ChatGPT à écrire à peu près n’importe quoi sur commande puisse alimenter la malhonnêteté académique et entraver l’apprentissage.

OpenAI prévient que son nouvel outil – comme d’autres déjà disponibles – n’est pas infaillible. La méthode de détection du texte écrit par l’IA « est imparfaite et elle se trompera parfois », a déclaré Jan Leike, responsable de l’équipe d’alignement d’OpenAI chargée de rendre ses systèmes plus sûrs.

« Pour cette raison, il ne faut pas s’y fier uniquement lors de la prise de décisions », a déclaré Leike.

Les adolescents et les étudiants faisaient partie des millions de personnes qui ont commencé à expérimenter ChatGPT après son lancement le 30 novembre en tant qu’application gratuite sur le site Web d’OpenAI. Et tandis que beaucoup ont trouvé des moyens de l’utiliser de manière créative et sans danger, la facilité avec laquelle il pouvait répondre aux questions du test à faire à la maison et aider à d’autres devoirs a provoqué la panique chez certains éducateurs.

Au moment où les écoles ont ouvert leurs portes pour la nouvelle année, New York, Los Angeles et d’autres grands districts scolaires publics ont commencé à bloquer son utilisation dans les salles de classe et sur les appareils scolaires.

REGARDER | Comment ChatGPT perturbe le milieu universitaire :

Les enseignants et les étudiants voient des défis et des opportunités avec le nouveau logiciel ChatGPT AI

Les éducateurs et les étudiants de niveau postsecondaire affirment que le nouveau logiciel ChatGPT AI capable de produire des essais complets basés uniquement sur des invites d’écriture pose des défis, mais également des opportunités pour améliorer les compétences humaines.

Le district des écoles publiques de Seattle a initialement bloqué ChatGPT sur tous les appareils scolaires en décembre, mais a ensuite ouvert l’accès aux éducateurs qui souhaitent l’utiliser comme outil pédagogique, a déclaré Tim Robinson, le porte-parole du district.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de l’ignorer », a déclaré Robinson.

Le district envisage également d’étendre éventuellement l’utilisation de ChatGPT dans les salles de classe pour permettre aux enseignants de l’utiliser pour former les étudiants à être de meilleurs penseurs critiques et pour permettre aux étudiants d’utiliser l’application en tant que « tuteur personnel » ou pour aider à générer de nouvelles idées lorsqu’ils travaillent sur un devoir. , dit Robinson.

Les districts scolaires à travers le pays disent qu’ils voient la conversation autour de ChatGPT évoluer rapidement.

« La réaction initiale a été » OMG, comment allons-nous endiguer la marée de toutes les tricheries qui se produiront avec ChatGPT? « , A déclaré Devin Page, spécialiste de la technologie au sein du district scolaire public du comté de Calvert dans le Maryland. prise de conscience que « c’est l’avenir » et le bloquer n’est pas la solution, a-t-il déclaré.

« Je pense que nous serions naïfs si nous n’étions pas conscients des dangers que représente cet outil, mais nous ne servirions pas non plus nos étudiants si nous leur interdisions, ainsi qu’à nous, de l’utiliser dans toute sa puissance potentielle », a déclaré Page, qui pense que les districts comme le sien finira par débloquer ChatGPT, surtout une fois que le service de détection de l’entreprise sera en place.

Un homme en costume marche avec un dossier sous le bras.
Jean-Noël Barrot, ministre français de l’Economie numérique et ancien professeur au Massachusetts Institute of Technology, affirme que des questions éthiques difficiles doivent être abordées à propos de ChatGPT. (Benoit Tessier/Reuters)

OpenAI a souligné les limites de son outil de détection dans un article de blog mardi, mais a déclaré qu’en plus de dissuader le plagiat, il pourrait aider à détecter les campagnes de désinformation automatisées et autres utilisations abusives de l’IA pour imiter les humains.

Plus un passage de texte est long, plus l’outil est efficace pour détecter si une IA ou un humain a écrit quelque chose. Tapez n’importe quel texte – un essai d’admission à l’université ou une analyse littéraire de Ralph Ellison Homme invisible – et l’outil l’étiquettera comme « très peu probable, peu probable, peu clair s’il est, éventuellement ou probablement » généré par l’IA.

Mais tout comme ChatGPT lui-même, qui a été formé sur une énorme quantité de livres numérisés, de journaux et d’écrits en ligne, mais crache souvent avec confiance des mensonges ou des bêtises, il n’est pas facile d’interpréter le résultat.

« Nous ne savons pas fondamentalement à quel type de modèle il prête attention, ni comment cela fonctionne en interne », a déclaré Leike. « Il n’y a vraiment pas grand-chose que nous puissions dire à ce stade sur le fonctionnement réel du classificateur. »

Les établissements d’enseignement supérieur du monde entier ont également commencé à débattre de l’utilisation responsable de la technologie de l’IA. Sciences Po, l’une des universités les plus prestigieuses de France, a interdit son utilisation la semaine dernière et a averti que quiconque utilisant subrepticement ChatGPT et d’autres outils d’IA pour produire des travaux écrits ou oraux pourrait être banni de Sciences Po et d’autres institutions.

En réponse au contrecoup, OpenAI a déclaré qu’il travaillait depuis plusieurs semaines à l’élaboration de nouvelles directives pour aider les éducateurs.

« Comme beaucoup d’autres technologies, il se peut qu’un district décide qu’il est inapproprié de l’utiliser dans leurs salles de classe », a déclaré Lama Ahmad, chercheur en politique d’OpenAI. « Nous ne les poussons pas vraiment dans un sens ou dans un autre. Nous voulons simplement leur donner les informations dont ils ont besoin pour pouvoir prendre les bonnes décisions pour eux. »

Il s’agit d’un rôle public inhabituel pour la startup de San Francisco axée sur la recherche, désormais soutenue par des milliards de dollars d’investissements de son partenaire Microsoft et faisant l’objet d’un intérêt croissant de la part du public et des gouvernements.

Le ministre français de l’Economie numérique, Jean-Noël Barrot, a récemment rencontré en Californie des dirigeants d’OpenAI, dont le PDG Sam Altman, et une semaine plus tard, il a déclaré à un public du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, qu’il était optimiste quant à la technologie. Mais le ministre du gouvernement – ​​un ancien professeur au Massachusetts Institute of Technology et à l’école de commerce française HEC à Paris – a déclaré qu’il y avait aussi des questions éthiques difficiles qui devront être abordées.

« Donc, si vous êtes à la faculté de droit, il y a lieu de s’inquiéter car, évidemment, ChatGPT, entre autres outils, sera en mesure de proposer des examens relativement impressionnants », a-t-il déclaré. « Si vous êtes dans la faculté d’économie, tout va bien car ChatGPT aura du mal à trouver ou à fournir quelque chose qui est attendu lorsque vous êtes dans une faculté d’économie de niveau supérieur. »

Il a déclaré qu’il sera de plus en plus important pour les utilisateurs de comprendre les bases du fonctionnement de ces systèmes afin qu’ils sachent quels biais peuvent exister.

Continue Reading

Tandance