Connect with us

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Une femme de Kamloops arrêtée à la suite de rapports faisant état de procédures cosmétiques bâclées

Published

on

Advertisements

Une femme de Kamloops, en Colombie-Britannique, a été arrêtée sur des allégations selon lesquelles elle aurait fourni frauduleusement des procédures médicales cosmétiques à la communauté locale.

Dans un communiqué jeudi, la gendarmerie de Kamloops a déclaré avoir arrêté la femme à la suite d’une série de plaintes et perquisitionné une résidence privée du quartier North Shore où elle aurait effectué les traitements.

« La police a été informée des allégations plus tôt ce mois-ci, et depuis lors, les enquêteurs ont parlé à plusieurs personnes qui ont déclaré avoir reçu des procédures bâclées », a déclaré le porte-parole de la GRC de Kamloops, le cap. Cyrstal Evelyne.

La GRC a déclaré avoir libéré la femme sous conditions en attendant l’enquête et les accusations potentielles.

Situation du «vrai far west» dans l’industrie de la beauté en Colombie-Britannique

Le gouvernement de la Colombie-Britannique n’exige pas actuellement que les fournisseurs de services de beauté – tels que la coiffure, l’esthétique ou l’art des ongles – réussissent un examen pour prouver qu’ils avaient un niveau minimum de formation après avoir déréglementé l’industrie et abrogé la Cosmetologists Act en 2003.

Advertisements

Cela a conduit à une situation de « vrai Far West » où n’importe qui peut effectuer des services de beauté, explique Greg Robins, directeur exécutif du Beauty Council of Western Canada, une organisation qui cherche à améliorer la qualité de l’industrie de la beauté en Colombie-Britannique en offrant des examens et des certifications. en matière de sécurité, d’hygiène et de compétence.

« Malheureusement, il n’y a pas de règles strictes en place pour s’assurer que les personnes qui ne sont pas correctement formées et éduquées peuvent fournir ces services ou même aller jusqu’à obtenir une licence commerciale », a déclaré Robins.

Il dit que les consommateurs ne doivent pas être trop inquiets car l’industrie de la beauté est généralement très sûre, mais leur recommande de faire leurs devoirs en vérifiant leurs avis Google et leurs diplômes.

« Il est juste sage de jeter un second regard [and] assurez-vous de savoir dans quoi vous vous embarquez », a-t-il déclaré. « Si la procédure est invasive, rendez-vous dans un point de vente réputé que vous connaissez et en qui vous pouvez avoir confiance. »

La GRC demande à toute personne détenant des informations liées à son enquête de se manifester et de la contacter au 250-828-3000.

Advertisements

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Le salaire minimum augmente dans 6 provinces, mais certains défenseurs disent que les travailleurs ont besoin de plus

Published

on

Par

Advertisements

Les travailleurs canadiens qui gagnent le salaire minimum dans plusieurs provinces voient maintenant leur chèque de paie augmenter.

Six provinces – l’Ontario, la Saskatchewan, le Manitoba, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador – ont augmenté leur salaire minimum samedi dernier.

La vague d’augmentations survient alors que le coût de la vie monte en flèche, le taux d’inflation annuel du Canada atteignant un sommet de près de 40 ans au cours des derniers mois.

Le salaire minimum est maintenant de 15,50 $ en Ontario, de 13 $ en Saskatchewan, de 13,50 $ au Manitoba, de 13,60 $ en Nouvelle-Écosse, de 13,75 $ au Nouveau-Brunswick et de 13,70 $ à Terre-Neuve-et-Labrador.

Plusieurs provinces ont prévu des augmentations de salaire supplémentaires au cours des mois et des années à venir, beaucoup dans le but d’augmenter le salaire minimum à 15 $ l’heure – si elles n’ont pas déjà atteint ce seuil, comme c’est le cas en Ontario, en Alberta, en Colombie-Britannique et dans les trois territoires. .

Le Manitoba prévoit atteindre 15 $ d’ici octobre 2023; La Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador d’ici le 1er avril 2024 et la Saskatchewan d’ici le 1er octobre 2024, selon les sites Web de chaque gouvernement provincial.

Attendu depuis longtemps

Les défenseurs des travailleurs disent que les gains se font attendre depuis longtemps.

Mais ils disent que l’objectif longtemps défendu de 15 $ l’heure dans tout le pays ne va plus assez loin pour résoudre la crise de l’abordabilité.

« Nous réclamons un salaire minimum de 15 $ l’heure depuis tant d’années maintenant, ce n’est plus suffisant », a déclaré Bea Bruske, présidente du Congrès du travail du Canada.

« Il faut vraiment que ce soit 20 $ de l’heure ou plus quand on regarde l’inflation et le coût de la nourriture et du logement. »

Hailie Tattrie, une organisatrice du groupe de défense Justice for Workers Nova Scotia, a décrit l’augmentation de salaire comme « absolument nécessaire », mais a déclaré que ce n’était « pas suffisant ».

Advertisements

« Nous voyons des gens en difficulté à travers le pays », a-t-elle déclaré. « Une petite augmentation de salaire ne va pas aider. »

Son organisation s’appelait autrefois la Lutte pour 15 $. Mais au cours de la dernière année et demie, la direction s’est rendu compte que « 15 $ ne suffisent plus », a-t-elle déclaré.

Pendant ce temps, les groupes d’entreprises affirment que les hausses du salaire minimum arrivent à un moment difficile alors qu’ils luttent pour se remettre des fermetures pandémiques.

« Moins de la moitié des petites entreprises ont retrouvé des niveaux de ventes normaux », a déclaré Dan Kelly, président et chef de la direction de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

« La petite entreprise moyenne a contracté une dette liée au COVID de 160 000 dollars et ses coûts ont augmenté rapidement. À l’heure actuelle, toute augmentation des coûts pour les entreprises est vraiment difficile à gérer. »

Les entreprises réagiront probablement à des salaires plus élevés en augmentant les prix ou en réduisant les heures d’ouverture, a-t-il déclaré.

« Nous savons que les gouvernements subissent des pressions pour augmenter le salaire minimum … mais ils devraient trouver d’autres moyens d’alléger le fardeau du monde des affaires », a déclaré Kelly. « Nous exhortons les gouvernements à envisager de geler [employment insurance] les primes. »

Ted Mallett, directeur des prévisions économiques au Conference Board du Canada, a déclaré que les augmentations du salaire minimum devraient être automatiques pour les rendre plus prévisibles pour les travailleurs et les entreprises.

Certains défenseurs ont suggéré d’indexer le salaire minimum sur l’inflation, mais il a déclaré que les provinces devraient envisager de rattacher le salaire minimum des adultes à 50% du revenu moyen.

« Généralement, les salaires augmentent plus vite que l’inflation, c’est pourquoi le niveau de vie augmente. Nous suggérons donc une indexation [minimum wages] aux revenus moyens au lieu d’augmenter les prix… car cela augmenterait davantage la capacité de gain au fil du temps.

Advertisements

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Les défenseurs plaident pour la décriminalisation complète du travail du sexe au Canada alors que l’audience historique commence

Published

on

Par

Advertisements

Une coalition de travailleurs du sexe et de groupes de défense a commencé à présenter des arguments lundi lors d’une audience historique de la Cour supérieure qui, espère-t-elle, conduira à la décriminalisation complète du travail du sexe au Canada.

Au cours des cinq prochains jours, les groupes feront valoir dans une salle d’audience du centre-ville de Toronto que les travailleuses du sexe sont maltraitées et exploitées et qu’elles ne sont pas protégées par les lois en vigueur.

En 2013, la Cour suprême du Canada a statué dans Canada c.Bedford que trois interdictions criminelles de la prostitution étaient inconstitutionnelles parce qu’ils ont causé du tort aux professionnel(le)s du sexe et ont enfreint les droits des professionnel(le)s du sexe à la liberté et à la sécurité.

Les groupes soutiennent qu’au lieu de reconnaître les droits et le bien-être des travailleurs du sexe en décriminalisant le travail du sexe, le gouvernement fédéral a créé un ensemble de lois pénales appelées Loi sur la protection des communautés et des personnes exploitées (PCEPA) qui reproduisent ces mêmes méfaits.

« La PCEPA criminalise la communication pour vendre des services sexuels en public, la communication pour acheter des services sexuels dans n’importe quel contexte, la facilitation ou la réception d’un avantage lié à l’achat de services sexuels de quelqu’un d’autre et la publicité de services sexuels », fait valoir la coalition.

« Les travailleuses du sexe sont criminalisées, stigmatisées et discriminées en vertu de la PCEPA », déclarent les groupes.

La coalition soutient que de nombreuses travailleuses du sexe sont :

  • Contraint à l’isolement.
  • Exposés au risque d’expulsion et incapables d’accéder à des lieux de travail intérieurs sûrs.
  • Empêchement de communiquer de manière significative avec les clients pour accéder aux informations relatives à leur santé, leur sécurité et leur capacité à refuser ou à consentir à des relations sexuelles.
Monica Forrester, coordonnatrice de la sensibilisation au projet d’action sur le travail du sexe de Maggie et plaignante dans l’affaire. (Radio-Canada)

Monica Forrester, coordinatrice de la sensibilisation au Maggie’s Sex Work Action Project et plaignante dans l’affaire, affirme que les travailleuses du sexe sont constamment confrontées à des « dangers » dans leur travail et dans leur vie personnelle.

« Je peux parler de ma propre expérience que ces lois ne font qu’appliquer la criminalisation », a déclaré Forrester à CBC Toronto.

« Lorsque nous recherchons la sécurité… c’est juste négligé, les travailleuses du sexe ne sont pas crues, nous ne sommes pas considérées comme prioritaires lorsqu’il s’agit de situations violentes.

« Nous avons donc besoin de lois décriminalisées et que les travailleuses du sexe travaillent avec les législateurs et le gouvernement pour assurer la sécurité des personnes », a ajouté Forrester.

Ils pourraient retirer le travail du sexe du Code criminel et commencer à réfléchir à d’autres mécanismes au-delà du Code criminel qui peuvent réellement aider à protéger les travailleurs du sexe.– Jenn Clamen, coordonnatrice, Alliance canadienne pour la réforme des lois sur le travail du sexe

Programme d’action pour les travailleurs du sexe (SWAP) Hamilton est l’un des 25 plaignants dans le procès.

La directrice exécutive de SWAP, Jelena Vermilion, faisait partie d’un groupe de manifestants qui se sont rassemblés devant le tribunal de Toronto pendant l’audience.

Vermilion dit que les lois qui criminalisent actuellement la vente de services sexuels rendent dangereux pour les personnes qui travaillent dans l’industrie du sexe de faire leur travail, de négocier l’utilisation du préservatif avec un client ou de négocier les actes sexuels qui vont se produire lors d’un rendez-vous.

« Pour ce faire, vous devez communiquer sur les services sexuels, et c’est un crime », a déclaré Vermilion.

« De même, nous avons des situations où des personnes qui travaillent à l’intérieur de leur appartement risquent d’être expulsées parce que la loi est criminelle à tort et que des propriétaires peu scrupuleux l’utilisent… pour dire que des actes illégaux se produisent dans l’unité. [and] les expulser.

« Cela provoque une vulnérabilité pour les travailleuses du sexe qui travaillent à domicile et qui ne peuvent pas rester chez elles simplement à cause de cette loi, qui est inconstitutionnelle », a-t-elle ajouté.

Jelena Vermilion, directrice exécutive du programme d’action pour les travailleurs du sexe (SWAP) de Hamilton, faisait partie d’un groupe de manifestants qui se sont rassemblés devant le tribunal de Toronto. (Radio-Canada)

Vermilion affirme que le Parlement a la capacité de modifier les lois immédiatement, mais a choisi de ne pas le faire.

« Il y a aussi la possibilité qu’un député fédéral présente un projet de loi proposant la dépénalisation du commerce du sexe et personne n’a eu le courage de le faire, alors les travailleuses du sexe poursuivent le gouvernement en justice pour défendre leurs droits », a-t-elle déclaré.

Jenn Clamen, coordonnatrice nationale basée à Montréal pour l’Alliance canadienne pour la réforme des lois sur le travail du sexe, affirme que le gouvernement devrait déposer un projet de loi pour une dépénalisation totale.

« Ils pourraient supprimer le travail du sexe du Code criminel et commencer à réfléchir à d’autres mécanismes au-delà du Code criminel qui peuvent réellement aider à protéger les travailleurs du sexe », a déclaré Clamen.

« Ils pourraient également s’appuyer sur des lois d’application générale pour lutter contre la violence subie par les travailleuses du sexe, car les lois sur le travail du sexe ne protègent pas les travailleuses du sexe de la violence qu’elles subissent. »

Jenn Clamen, coordonnatrice nationale basée à Montréal pour l’Alliance canadienne pour la réforme des lois sur le travail du sexe, affirme que le gouvernement soumet un projet de loi pour la dépénalisation totale du travail du sexe. (Radio-Canada)

Clamen dit que les travailleuses du sexe font partie de la communauté et que lorsque les communautés et les sociétés décident que certaines personnes ne méritent pas de droits ou n’appartiennent pas « parce qu’elles font quelque chose qui pourrait être moralement appréhendable pour une personne, c’est un problème ».

« Mais c’est un problème pour tout le monde. Les travailleuses du sexe sont partout et les gens accèdent aux travailleuses du sexe partout pour obtenir des services et cela devrait être important quand nous avons un groupe de personnes qui se voient refuser leurs droits humains, cela devrait être important pour tout le monde », a déclaré Clamen. ajoutée.

Advertisements
Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La Colombie-Britannique annonce de nouveaux soutiens en matière de dépendance et de santé mentale pour les personnes qui sortent de prison

Published

on

Par

Advertisements

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé que les détenus aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie seront soutenus après leur sortie de prison par des équipes de transition reliées aux 10 centres correctionnels de la province.

La ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Sheila Malcolmson, a déclaré lundi qu’il s’agissait d’une augmentation du nombre de détenus de cinq établissements recevant de l’aide pour des services comme le logement, les soins de santé, le transport et le traitement lorsqu’ils sont libérés.

La durée pendant laquelle ces services sont offerts triplera pour atteindre 90 jours, et Malcolmson a déclaré que les communautés bénéficieraient d’une réduction de la criminalité par d’anciens détenus qui sont aidés à naviguer dans les services dont ils ont besoin.

« Souvent, les gens ont perdu leur maison, leur emploi, une famille et certaines compétences sociales pendant leur incarcération », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse au Centre correctionnel régional de l’île de Vancouver.

« Recommencer peut être écrasant et déclenchant. C’est pourquoi peu de temps après leur sortie d’un centre correctionnel, les personnes ayant des problèmes de consommation de substances sont 12 fois plus susceptibles de mourir d’une surdose de drogue toxique », a-t-elle déclaré.

Davantage de personnel est embauché pour des équipes de transition élargies afin d’inclure des travailleurs sociaux, des infirmières, des pairs aidants et des soi-disant navigateurs de patients qui sont autochtones.

Un projet pilote est en cours depuis 2019 à Surrey, Prince George, Kamloops, Nanaimo et le Fraser Regional Correctional Centre à Maple Ridge, où un établissement pour femmes disposera désormais également d’équipes communautaires de transition.

« Nous effleurons à peine la surface »

L’ancien détenu Steve Pelland a déclaré qu’il avait commencé à consommer de la drogue et de l’alcool dans sa jeunesse et qu’il avait fini par développer une dépendance aux opioïdes avant de faire une surdose à plusieurs reprises alors qu’il était en détention et hors de sa détention depuis plus de 20 ans.

Il a été incarcéré au Surrey Pretrial Services Centre il y a environ deux ans lorsqu’une équipe de transition communautaire l’a aidé à créer un plan de libération, a déclaré Pelland.

Advertisements

Cela comprenait le fait d’être conduit à son centre de traitement ou lorsqu’il voulait rendre visite à sa famille ou se rendre à des rendez-vous médicaux.

Mardi, il retournera à l’établissement de Surrey, mais d’une manière différente.

« Je commence comme pair-aidant auprès du [community transition team] programme. Quand j’étais en phase préliminaire, c’est la même équipe qui m’a aidé quand je suis sorti pour la première fois. »

Un agent des services correctionnels de la Colombie-Britannique entre au Surrey Pretrial Centre, l’une des 10 prisons de la province qui offrira de nouvelles mesures de soutien aux détenus sortant de détention. (Ben Nelms/CBC)

Les équipes de transition pour les détenus sont renforcées sur la base des recommandations d’un récent rapport de l’ancien chef adjoint de la police de Vancouver, Doug LePard, et d’Amanda Butler, une experte en santé mentale et en système de justice pénale.

L’élargissement des services est une mesure positive pour ceux qui se sentent souvent stigmatisés et isolés en raison de problèmes de santé mentale et de toxicomanie concomitants, ce qui rend encore plus difficile la gestion d’un système de traitement notoirement difficile à naviguer, a déclaré Butler, chercheur à l’Université. de la Colombie-Britannique.

Les détenus ont également besoin d’un dépistage plus complet pour ces problèmes et d’autres lorsqu’ils entrent dans un établissement, ainsi que de meilleurs services de santé pendant leur détention, a déclaré Butler.

Il y a une « énorme » pénurie de psychologues et de psychiatres pour ceux qui souffrent de dépression, d’anxiété, de TDAH et de lésions cérébrales, qui ne font pas l’objet d’un dépistage, a-t-elle déclaré.

« Nous effleurons à peine la surface de ce que nous pourrions faire pendant que les gens sont en détention », a-t-elle déclaré, ajoutant que l’accent était généralement mis sur les maladies psychotiques graves, car c’est ce qui expose les personnes à un risque plus élevé de préjudice.

Parfois, les détenus en détention provisoire sont libérés directement du tribunal après avoir passé du temps dans un établissement provisoire, donc la planification de leur départ devrait commencer dès leur entrée en détention, surtout s’ils ont de courtes peines, a déclaré Butler.

Advertisements

Continue Reading

Tandance