Connect with us

Affaires

Turf war heats up between real estate disruptor and industry establishment

Published

on

Advertisements

An Ottawa entrepreneur who pleaded guilty to fraud charges over fudged car loans in 2009 is back in court — this time as a plaintiff accusing three trade associations of trying to damage the reputation of his latest venture and exile the self-styled disruptor from the real estate industry’s established turf.

Michael Ryan O’Connor, who’d previously run into legal trouble as the owner of a chain of used car dealerships in Ontario and Quebec, is currently the founder and CEO of Unreserved, an online real estate auction platform that allows people to buy and sell homes like an outsized eBay. 

In a civil suit filed mid-July, O’Connor’s company alleges the Ottawa Real Estate Board (OREB), Ontario Real Estate Association (OREA) and Canadian Real Estate Association (CREA) made defamatory statements about Unreserved in an attempt to scare consumers away from the outfit’s novel approach to selling homes.

It also alleges the three organizations — which together represent and oversee every registered real estate agent and broker in the nation’s capital and run the exclusive central listing network for properties known as the Multiple Listing Service (MLS) — unfairly lobbied regulators to close a decades-old legal exemption essential to Unreserved’s operations.

OREB, OREA, and CREA have all stated they believe Unreserved’s claim is without merit. 

None of the allegations have been proven in court.

Real estate for sale signs are shown in Oakville, Ont., in 2018. Together, CREA, OREA and OREB represent all real estate agents and brokers, operate the Multiple Listing Service (MLS) and maintain an effective monopoly over the real estate industry. (Richard Buchan/The Canadian Press)

Meanwhile, CBC has uncovered court documents dating back more than a decade, detailing how the province once revoked O’Connor’s licence as a motor vehicle salesperson, after he pleaded guilty to two counts of fraud related to inflating buyers’ incomes to help them qualify for used car loans they couldn’t afford. The RCMP raided one of O’Connor’s Find-A-Car dealerships and built a case against him after hundreds of customers complained about unmanageable debt in 2007. 

« I paid the price. I lost everything, » said O’Connor, who performed community service and served six months’ house arrest as part of his conditional sentence. 

O’Connor said he believes he has since rebuilt his credibility — first by pivoting to an online dealer-to-dealer vehicle auction platform, and now a similar model for real estate. 

As the new legal battle brews, real estate law experts say the current case reveals several competing interests — consumers’ desire for greater price transparency in an era of sky-high home prices and blind bidding; the billions of dollars of commissions and fees at stake for real estate agents; and the limits of regulation when it comes to protecting consumers and enforcing a code of ethics within the industry.

As a result, observers say the legal fight could be pricey and protracted.

Unreserved, an Ottawa-based tech startup, purports to offer greater transparency to home buyers through transparent bidding, but operates outside the laws and code of ethics that govern traditional brokers. (Alexander Behne/CBC)

Online real estate bidding draws industry ire

Founded in 2021, Unreserved bills itself as a disruptor in the real estate industry.

The tech startup raked in nearly $34 million in venture capital in early 2022, and has purportedly auctioned more than 250 properties in Ottawa and a handful of other cities in Ontario using an unconventional method that has sparked a backlash from the traditional real estate establishment.   

On the company’s website, listings ranging from $250,000 condos to million-dollar detached homes are bid on and bought in real-time auctions « with the click of a mouse, » O’Connor explained.

Prospective buyers can register bids in increments as low as $2,500, after submitting a mortgage pre-approval from a bank.

A home listed for auction by Unreserved. The company says it has sold over 250 properties in Ottawa and other cities in Ontario in its first year of operation. (Alexander Behne/CBC)

While traditional realtors are prohibited by law from sharing the contents of competing bids for a home, Unreserved allows participants to see the entire bid history.

The site is able to do this by exploiting an exemption in Ontario’s Real Estate and Business Brokers Act (REBBA) that allows auctioneers to buy and sell real estate outside of typical regulations for brokers. 

The broad exemption dates back to the 1950s and was originally intended to be used to auction family farms.

OREA, one of the largest lobby groups in Canada with more than 90,000 members across dozens of real estate boards, called the auctioneers’ exemption « a loophole with frightening implications for unsuspecting consumers trying to buy a home » on its website in June.

OREA also commissioned a survey, citing « 70 per cent of Ontarians support the regulation of auctioneers who would sell homes in an open bidding process. »

The association declined to grant an interview to CBC, but CEO Tim Hudak said in a statement that auctioneers trading in real estate has « serious negative consequences » for consumers.

« OREA won’t be intimidated from standing up to protect Ontario home buyers and sellers, » the statement read. 

Tim Hudak, left, CEO of the Ontario Real Estate Association, appears at a televised news conference in 2018. Hudak wrote that a provincial exemption for real estate auctioneers has ‘frightening implications’ for consumers. (CBC)

The other two groups named in Unreserved’s lawsuit — OREB and CREA — have also warned consumers about using an online auction platform to buy and sell homes.

« We feel it was a collaborative effort on all fronts to pressure the government to get rid of [this exemption], » said O’Connor.

« They’re doing it all in the name of consumer protection … and when you peel the layers back, it’s just false. »

In a video posted on Unreserved’s official social media accounts, O’Connor drives a farm tractor pulling a fertilizer spreader. The video intercuts clips of O’Connor accusing the Ottawa Real Estate Board (OREB) of ‘spreading propaganda’ that has ‘a really bad smell’ about Unreserved’s stance on consumer protection with a video featuring OREB president Penny Torontow. (Instagram/Unreserved)

The civil claim alleges that OREB, OREA, and CREA contacted the Real Estate Council of Ontario (RECO), the province’s real estate regulator, and later the minister of government and consumer services to lobby for Unreserved’s business to be shut down.

OREB and CREA both declined an interview with CBC.

Billions of dollars at stake

Mark Morris, a real estate lawyer and a former instructor at the Ontario Real Estate College who is uninvolved in the case, said a court battle over the auctioneers’ exemption is inevitable because « there’s money in it. » 

« If this starts disrupting the tens of billions of dollars that is real estate, » said Morris, « people will try every avenue because the cost of attempting this pales in comparison to the pot of gold at the end of the rainbow. »

Real estate educator Mark Morris says that with billions in profits at stake, the legal fight over the right to buy and sell real estate could be protracted and pricey. (Submitted/Mark Morris)

Morris added that real estate associations are naturally protective of their control on the industry like any other regulated profession, such as law and medicine.

« In fact that’s kind of their job, » he said. « They are representing a bunch of people who derive great benefit through exclusivity. »

Founder charged with fraud

This latest lawsuit is not O’Connor’s first run-in with consumer protection laws.

In the early 2000s, he ran a small chain of used car dealerships registered under the name Find-A-Car Auto Sales & Brokering Inc.

In 2007, the RCMP obtained a search warrant for the Kingston location of Find-A-Car and seized items from the premises.

Advertisements

O’Connor was later charged with 11 counts of fraud over $5,000, forging documents and global fraud over $5,000 following complaints from hundreds of customers who alleged they faced financial ruin after signing car loans with Find-A-Car.

With billions of dollars at stake, the battle over whether or not to allow auction platforms like Unreserved to challenge the traditional real estate establishment will likely be long and costly, according to one real estate law expert. (Graeme Roy/The Canadian Press)

The charges stated that O’Connor’s business had « knowingly [obtained] credit for people who would not qualify nor be able to repay their liability, using false statements in writing to financial institutions. »

In December 2009, O’Connor pleaded guilty to two counts of fraud over $5,000. He received a conditional sentence of two years less a day, the first six months of which were served under house arrest.

Find-A-Car ceased operations and O’Connor testified that he liquidated his inventory to pay down bank loans related to the business.

In 2011, the License Appeal Tribunal of the Ontario Motor Vehicle Industry Council (OMVIC), which regulates all motor vehicle sales in the province, revoked O’Connor’s registration, effectively stripping him of the right to sell cars.

« His past conduct gives reasonable grounds to believe he will not carry on business in accordance with law and with integrity and honesty, » wrote the tribunal in its decision.

O’Connor now says he « took full ownership of everything that happened in that business. »

« Twenty years ago I made some mistakes, » he said. « I surrounded myself with some of the wrong people. »

In 2016, O’Connor founded EBlock, an online dealer-to-dealer vehicle auction platform, and has since re-registered to sell cars.

« I was able to get a second chance and … pivot towards tech, » he said.

Wholesale auctions are exempt from the Motor Vehicle Dealers Act and do not need to be registered.

The business saw rapid growth and its parent company, E Automotive Inc., launched an initial public offering on the Toronto Stock Exchange in 2021 valued at more than $1 billion.

O’Connor said he sold most of his position in the company and has resigned from its board.

He would not share how much he made from EBlock, but called the profits « life changing. »

His latest business venture, Unreserved, applies a similar online auction philosophy to real estate.

WATCH | Lawsuit puts real estate auctions in the spotlight

Lawsuit puts real estate auctions in the spotlight

Ryan O’Connor, founder of real estate auction company Unreserved, has filed a lawsuit against the Ottawa Real Estate Board, the Ontario Real Estate Association and the Canadian Real Estate Association, alleging they made defamatory statements and unfairly lobbied to close the exemption that allows real estate auctions. All three organizations say the claims are without merit.

Consumer protection core issue for industry

At the centre of the legal fight as disruptors like Unreserved attempt to take a share of the real estate market is consumer protection, observed another industry legal expert.

The Real Estate and Business Brokers Act — which auctioneers can bypass — is fundamentally a consumer protection law, explained David Carter, who teaches at York University’s Osgoode Hall Law School.

Operating as a broker comes with licensing, insurance and training requirements.

« The real purpose here is to make sure anyone purporting to help the public buy and sell real estate knows what they’re doing, » said Carter, « and there’s accountability when they don’t. »

Similar to OMVIC’s role in the world of auto sales, the Real Estate Council of Ontario has the power to levy severe penalties on realtors or brokers that violate its code of ethics or break the law. This can include fines of up to $50,000 and jail time up to two years less a day.

Carter adds that the auctioneer loophole is a « very broad, carte-blanche exemption. »

« So if you can fall under that global exemption, you can almost do whatever you want. »

Unreserved bills itself as a disruptor offering home buyers greater transparency, but the fine print on their website makes it clear ‘they don’t want to be tied into any representations’ about the properties they sell, says one real estate law expert. (Alexander Behne/CBC)

‘At your own risk’

The legal section of Unreserved’s website includes numerous disclaimers.

« Your use of the website is at your own risk, » states the site’s terms and conditions.

Unreserved’s purchase agreement states that properties are sold « as-is » and « with all faults. » The buyer is responsible for verifying property boundaries and for retaining their own lawyer if they are not represented by a real estate agent.

Unreserved advertises its homes as being inspected prior to the auction and includes a brief inspection report as part of each listing on its website. 

In traditional home sales, buyers often include an inspection clause in their purchase offer and pay for an independent inspection themselves. Unreserved’s terms state that buyers must accept any so-called patent defects which would have been discoverable by the buyer during an inspection of the home.

« They don’t want to be tied into any representations, any warranties … anything that they can get sued on in a transaction, » said Carter.

Unreserved offers a one-year, $100,000 limited warranty for the properties sold on its site.

Unreserved’s office space on Baseline Road in Ottawa. O’Connor said the company has scaled to over 100 employees. The business secured nearly $34 million in venture capital in early 2022 to fund its growth. (Alexander Behne/CBC)

When asked about the consumer protection measures Unreserved has in place, O’Connor said that deposits from winning bidders are stored in the trust account of a co-operating brokerage. 

After that, he said, the risk is low because « the lawyers are the ones that do all the work. »

« When that hammer drops, everyone washes our hands and the paperwork’s gone to the lawyers.… The lawyers are the ones that are really protecting the buyer, protecting the seller, making sure the transaction goes smoothly, » O’Connor said.

A townhome listed for sale by Unreserved. Buyers not represented by a realtor must retain their own lawyer to complete a purchase, and the auction site’s terms require they accept the property ‘as-is’ and ‘with all faults’ at the time the winning bid is placed. (Alexander Behne/CBC)

Advertisements

Affaires

Al Monaco d’Enbridge prendra sa retraite le 1er janvier, le président du conseil d’administration, Greg Ebel, nommé prochain PDG

Published

on

Par

Advertisements

Al Monaco, qui a dirigé Enbridge Inc. pendant une décennie, contribuant à la transformer en une société nord-américaine diversifiée d’infrastructures énergétiques, prendra sa retraite en tant que directeur général de la société basée à Calgary le 1er janvier 2023.

Monaco, qui occupait le poste de PDG du géant des pipelines depuis 2012, sera remplacé par l’actuel président du conseil d’administration, Greg Ebel, a annoncé lundi la société dans un communiqué de presse.

Pour soutenir la transition, Monaco restera avec l’entreprise à titre consultatif jusqu’au 1er mars 2023, a déclaré Enbridge.

Monaco a mené Enbridge à travers une période de croissance sans précédent, qui comprenait l’acquisition de Spectra Energy par la société pour 37 milliards de dollars en 2017. L’accord a accéléré la stratégie de gaz naturel de la société et élargi sa présence aux États-Unis.

Pendant le mandat de Monaco, Enbridge a investi plus de 60 milliards de dollars dans des projets d’infrastructure énergétique, y compris le premier système de pipeline d’exportation du Canada vers la côte américaine du golfe, ainsi que le premier projet éolien offshore international de la société.

« Si vous regardez l’héritage d’Al chez Enbridge, il a pris une entreprise canadienne qui se concentrait sur les liquides … et il l’a développée. L’entreprise est maintenant massive en Amérique du Nord », a déclaré Kevin Birn, analyste en chef, Marchés pétroliers canadiens, avec S&P Global.

« Enbridge est passée d’une entreprise davantage axée sur le Canada à une véritable entreprise de services publics nord-américaine. »

La semaine dernière, Enbridge a signé un accord pour vendre une participation minoritaire dans sept pipelines dans la région d’Athabasca, dans le nord de l’Alberta, à un groupe de 23 communautés des Premières nations et métisses pour 1,12 milliard de dollars, ce que le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a qualifié de « la plus importante transaction autochtone du secteur des ressources naturelles dans l’histoire de l’Amérique du Nord.

Monaco a qualifié la transaction de l’un des moments les plus fiers d’Enbridge.

Pendant le mandat de Monaco, Enbridge a investi plus de 60 milliards de dollars dans des projets d’infrastructure énergétique, y compris le premier système de pipeline d’exportation du Canada vers la côte américaine du golfe. (Jeff McIntosh/La Presse Canadienne)

Pendant son mandat de PDG, Monaco a également été un ardent défenseur de l’industrie énergétique nord-américaine. Sa décennie à la tête d’Enbridge a été tumultueuse pour l’ensemble de l’industrie, allant de la croissance en période de boom en 2012-2014 aux politiques controversées et aux protestations entourant les projets de pipelines nord-américains en passant par la chute des prix du pétrole de 2014-2015.

Advertisements

En 2022, alors que les prix de l’énergie montaient en flèche dans la foulée de l’invasion russe de l’Ukraine, Monaco a souvent évoqué le besoin d’énergie conventionnelle d’Amérique du Nord ainsi que de nouvelles technologies propres pour aider à apaiser les tensions géopolitiques.

« Cela a été une période de hauts et de bas incroyable, une période de transition incroyable pour le secteur, et il a en quelque sorte vu (Enbridge) à travers tout cela », a déclaré Birn.

Dans un communiqué de presse lundi, Monaco a déclaré que ce fut un honneur de diriger Enbridge et ses employés au cours de la dernière décennie.

« Je suis très fier de ce que nous avons accompli ensemble pour bâtir la première entreprise diversifiée de distribution d’énergie en Amérique du Nord », a déclaré Monaco.

« Ensemble, nous nous sommes assurés qu’Enbridge est bien positionnée pour la transition énergétique, fortement défendue pour notre industrie et réalisée sur notre objectif d’alimenter la qualité de vie des gens. »

Ebel, au nom du conseil d’administration, a remercié Monaco pour son « leadership inestimable et audacieux » au cours de sa décennie de PDG et tout au long de ses 27 années chez Enbridge, dans le même communiqué.

« Le leadership, la discipline et l’intégrité inégalés d’Al ont permis à l’entreprise d’être incroyablement bien positionnée pour rester un élément essentiel du tissu énergétique nord-américain et pour croître pendant les décennies à venir », a ajouté Ebel.

Ebel est président d’Enbridge depuis 2017 et était auparavant président et chef de la direction de Spectra Energy.

Enbridge a déclaré qu’un nouveau président du conseil d’administration indépendant sera nommé avant qu’Ebel ne prenne la tête de l’entreprise.

Advertisements

Continue Reading

Affaires

Les actions du Credit Suisse glissent au plus bas niveau jamais enregistré alors que les paris par défaut augmentent

Published

on

Par

Advertisements

Les actions du Credit Suisse ont glissé à leur niveau le plus bas jamais enregistré lundi au milieu des inquiétudes quant à la capacité de la banque suisse à rester à flot.

Les actions du Credit Suisse ont chuté de 11,5% et ses obligations ont atteint des niveaux record lundi après qu’une série de pertes ait précipité un redémarrage de la stratégie et soulevé des questions sur la capacité de la banque à réorganiser ses activités et
renforcer ses niveaux de capital.

La version américaine cotée des actions du Credit Suisse changeait de mains pour moins de 4 dollars chacune lundi. Pas plus tard qu’en 2018, ils valaient 20 $. Avant la pandémie de 2020, ils valaient 14 $.

Alors que les problèmes récents du Credit Suisse étaient bien connus et qu’il n’y avait pas eu de développements récents majeurs, le régulateur suisse FINMA et la Banque d’Angleterre à Londres, où le prêteur a un hub majeur, surveillaient la situation et travaillaient en étroite collaboration, une source proche du situation a déclaré à Reuters.

La Banque d’Angleterre, la FINMA et le ministère suisse des Finances ont refusé de commenter.

Le PDG Ulrich Koerner a déclaré la semaine dernière au personnel que le Credit Suisse, dont la capitalisation boursière a chuté à un niveau record de moins de 10 milliards de dollars lundi, dispose de capitaux et de liquidités solides.

Le Credit Suisse avait un actif total de 735 milliards de dollars à la fin du deuxième trimestre, selon les documents réglementaires.

La banque prévoit de dévoiler son plan de restructuration avec les résultats du troisième trimestre le 27 octobre.

Pourtant, les dirigeants des banques ont passé le week-end à rassurer les grands clients, contreparties et investisseurs sur sa liquidité et son capital, a rapporté dimanche le Financial Times.

Un porte-parole du Credit Suisse a refusé de commenter le rapport du FT. Les appels du week-end ont fait suite à une forte augmentation des spreads sur les swaps sur défaillance de crédit (CDS) de la banque, qui offrent une protection contre le défaut de paiement d’une entreprise sur sa dette, a déclaré le FT.

Advertisements

Lundi, les CDS du Credit Suisse ont de nouveau grimpé en flèche, ajoutant 105 points de base par rapport à la clôture de vendredi pour se négocier à 355 points de base, leur plus haut niveau depuis au moins plus de deux décennies. Le CDS de la banque s’établissait à 57 points de base en début d’année.

Pendant ce temps, les obligations internationales du prêteur ont également montré la tension. Les obligations libellées en euros du Credit Suisse ont chuté à des niveaux record, les obligations à plus long terme subissant les plus fortes baisses, bien qu’elles aient récupéré certaines pertes dans l’après-midi.

En juillet, le Credit Suisse a annoncé sa deuxième révision de stratégie en un an et a remplacé son PDG, faisant appel à l’expert en restructuration Koerner pour réduire la banque d’investissement et réduire les coûts de plus d’un milliard de dollars.

La banque envisage des mesures pour réduire sa banque d’investissement à une activité « à faible capitalisation et axée sur le conseil », et évalue des options stratégiques pour l’activité des produits titrisés, a déclaré le Credit Suisse.

Citant des personnes familières avec la situation, Reuters a rapporté le mois dernier que le Credit Suisse sondait les investisseurs pour trouver de l’argent frais alors qu’il tentait sa refonte.

Les analystes de JPMorgan ont déclaré lundi dans une note de recherche que, sur la base de ses états financiers à la fin du deuxième trimestre, ils considéraient le capital et la liquidité du Credit Suisse comme « sains ».

Pourtant, les investisseurs s’interrogent sur le montant de capital que la banque pourrait avoir besoin de lever pour financer le coût d’une restructuration, ont écrit lundi les analystes de Jefferies dans une note aux clients. En outre, la banque est désormais potentiellement un vendeur forcé d’actifs, ont-ils déclaré.

Les analystes de la Deutsche Bank ont ​​estimé en août un déficit de capital d’au moins 4 milliards de francs.

Au cours des trois derniers trimestres seulement, les pertes du Credit Suisse se sont élevées à près de 4 milliards de francs suisses. Compte tenu des incertitudes, les coûts de financement de la banque ont explosé.

Advertisements

Continue Reading

Affaires

Le gouvernement britannique fait volte-face sur son plan de réduction d’impôts pour les riches afin de lutter contre l’inflation

Published

on

Par

Advertisements

Le nouveau gouvernement conservateur britannique a été contraint lundi à un revirement humiliant après moins d’un mois au pouvoir, annulant une réduction du taux d’impôt sur le revenu le plus élevé qui a contribué à déclencher des troubles sur les marchés financiers et une rébellion au sein de son parti.

Le ministre des Finances, Kwasi Kwarteng, a déclaré que la décision avait été prise avec « humilité et contrition », après que certains législateurs ont réagi avec fureur aux suggestions selon lesquelles les dépenses publiques et sociales pourraient être réduites pour financer des réductions d’impôts pour les plus riches.

Élus par les membres du parti mais pas par le grand public, Truss et Kwarteng cherchent à sortir l’économie de sa décennie de croissance stagnante avec un plan de style des années 1980 pour réduire les impôts et la réglementation, le tout financé par de vastes emprunts gouvernementaux.

Signalant une rupture avec « l’orthodoxie du Trésor », ils avaient également licencié le plus haut fonctionnaire du ministère des Finances du gouvernement et publié le plan de réduction d’impôts sans les prévisions sur le coût.

Les investisseurs – habitués à ce que la Grande-Bretagne soit un pilier de la communauté financière mondiale – étaient consternés. Ils ont vendu des actifs britanniques à un taux tel que la livre a atteint un niveau record par rapport au dollar et que la Banque d’Angleterre a dû intervenir pour empêcher les fonds de pension de s’effondrer.

REGARDER | Le plan de réduction d’impôt des conservateurs fait chuter la livre sterling :

La livre sterling atteint un niveau record face au dollar américain, avant de rebondir

La livre sterling est tombée à son plus bas niveau face au dollar américain depuis 1985, avant de rebondir lundi. À un moment donné, il se négociait presque au pair avec le billet vert.

« C’est étonnant », a déclaré un député conservateur, sous couvert d’anonymat. « Le mal a déjà été fait. Nous avons juste l’air incompétents maintenant aussi. »

Un autre initié du parti a déclaré que le gouvernement conservateur, au pouvoir sous différents dirigeants pendant 12 ans mais avec Truss comme Premier ministre seulement depuis le 6 septembre, était déjà en mode « survivre un jour à la fois » alors que la confiance et la crédibilité s’épuisaient.

Alors que la suppression du taux d’imposition maximal ne représentait qu’environ 2 milliards de dollars sur les 45 milliards de livres de réductions d’impôts non financées, c’était l’élément le plus controversé d’un paquet qui a également collecté des dizaines de milliards de livres pour subventionner les coûts énergétiques.

Moins d’un jour après que Truss soit allé à la télévision de la BBC pour défendre la politique, Kwarteng a publié une déclaration disant qu’il acceptait maintenant que c’était devenu une distraction.

« Nous avons écouté les gens et oui, il y a de l’humilité et de la contrition », a déclaré Kwarteng à BBC Radio. « Et je suis heureux de le posséder. »

Il a dit qu’il n’avait pas envisagé de démissionner.

REGARDER | Le plan britannique de lutte contre l’inflation avec une baisse des impôts suscite une opposition farouche :

Le nouveau plan budgétaire britannique « imprudent », selon un spécialiste des changes

Le nouveau plan économique de la Grande-Bretagne visant à réduire les impôts et à emprunter de l’argent pour des programmes accumulera une énorme quantité de nouvelles dettes, a déclaré Jane Foley, responsable de la stratégie de change chez Rabobank.

La décision d’inverser le cours est susceptible de mettre Truss et Kwarteng sous une pression encore plus grande, la dernière menace pour la stabilité politique dans un pays qui a eu quatre premiers ministres au cours des six dernières années.

Lorsqu’on lui a demandé si Kwarteng devait démissionner ou être licencié, un législateur conservateur a hésité: « Mon opinion est qu’il est considérablement affaibli. »

Advertisements

Truss et Kwarteng ont été élus au gouvernement en 2019 lorsque l’ancien dirigeant Boris Johnson a remporté une victoire écrasante sur un manifeste très différent, promettant d’augmenter les dépenses gouvernementales, en particulier dans les zones les plus défavorisées de Grande-Bretagne.

Johnson a été chassé de ses fonctions après trois ans par une rébellion du parti sur sa conduite.

Truss a remporté la course pour le remplacer après avoir juré de relancer l’économie. Mais tout en défendant sa politique de baisse d’impôts dimanche, elle n’a pas été en mesure d’exclure des coupes dans les dépenses publiques et des restrictions sur les prestations sociales afin d’équilibrer les comptes.

L’Institute for Fiscal Studies a déclaré que les dépenses publiques devraient être réduites à moins que Kwarteng n’inverse également d’autres politiques non financées, une perspective désagréable pour beaucoup alors que les services de santé, les écoles et le système judiciaire du pays grincent de plus en plus sous la pression. Kwarteng prend la parole lors de la conférence annuelle du parti lundi après-midi.

De nombreux conservateurs ont averti que les réductions d’impôts et de dépenses risquaient de les ramener à leur image de « méchant parti » d’il y a 20 ans.

Bienvenue au changement

Ben Houchen, le maire conservateur de Tees Valley, dans le nord-est de l’Angleterre, a déclaré qu’il comprenait le principe de la réduction des impôts, mais a déclaré qu’une telle décision pendant une crise du coût de la vie pour des millions de personnes avait été « très naïve ». « Est-ce que je l’aurais fait? Absolument pas », a-t-il déclaré.

Le Parti travailliste de l’opposition britannique a déclaré que le gouvernement avait détruit sa crédibilité économique et endommagé l’économie également.

Montrant à quel point le parti politique dominant de la Grande-Bretagne est devenu imprévisible, une ancienne ministre, Nadine Dorries, qui a soutenu Truss au poste de Premier ministre il y a moins d’un mois, a maintenant déclaré qu’elle devait déclencher des élections car elle n’avait pas de mandat personnel pour gouverner.

Alors que la livre s’est redressée depuis les profondeurs de la semaine dernière, les obligations d’État n’ont pour la plupart pas réussi à récupérer les pertes historiques subies par le « mini-budget » – à l’exception de la dette à long terme qui est soumise au soutien de la Banque d’Angleterre.

Les investisseurs et les économistes ont déclaré que le renversement était un pas dans la bonne direction, mais que le gouvernement devait aller plus loin. Il n’est pas prévu de publier une déclaration budgétaire avec l’ensemble des plans d’emprunt et de réduction de la dette du gouvernement avant le 23 novembre.

« Le problème n’était pas les modifications fiscales annoncées lors du mini-budget, mais la « politique de la terre brûlée » institutionnelle qui l’a précédé », a déclaré Simon French, économiste en chef de la société de courtage Panmure Gordon. « Les primes de risque britanniques ne reculeront probablement que si cela est résolu. »

S&P Global a déclaré que le revirement n’avait pas « affecté de manière significative » l’économie derrière la décision de vendredi de mettre la cote de crédit AA du Royaume-Uni sous avertissement de dégradation.

Les analystes ont déclaré qu’ils devaient maintenant peser l’évolution positive que le gouvernement avait voulu inverser, avec le fait que sa crédibilité a été endommagée.

Jane Foley, responsable de la stratégie de change et de taux chez Rabobank, a déclaré qu’il ne deviendrait clair si le gouvernement était allé assez loin qu’une fois l’intervention de la BoE terminée le 14 octobre.

Advertisements

Continue Reading

Tandance