Connect with us

Politique

Trudeau appelé à témoigner au procès d’un homme à London, en Ontario, affaire de lancer de gravier

Published

on

Le premier ministre Justin Trudeau a reçu une citation à comparaître pour témoigner au procès de 2023 d’un homme accusé d’avoir jeté du gravier sur le chef libéral lors d’un arrêt de campagne électorale à Londres, en Ontario, en septembre de l’année dernière.

La police de Londres a accusé Shane Marshall, 25 ans, de St. Thomas d’un chef d’agression avec une arme après que des pierres aient été lancées sur Trudeau alors qu’il montait à bord de son bus de campagne électorale fédérale le 6 septembre 2021.

L’avocat de Marshall, Phillip Millar, a déclaré à CBC News qu’il est « incroyablement rare » que dans une affaire pénale comme celle-ci, la personne qui aurait été agressée ne soit pas appelée à témoigner en premier lieu.

« Dans chaque poursuite de ce type, le plaignant ou la victime serait un témoin et témoignerait de ce qui s’est passé », a déclaré l’avocat londonien. « Pour que l’agression soit établie en droit, la personne qui en est victime doit savoir que cela se produit. »

Des séquences vidéo semblent montrer que, alors que Trudeau retournait à son bus de campagne, des cailloux ou de petits morceaux de gravier lui ont été lancés alors qu’il faisait face à la direction opposée.

Peu de temps après, Marshall, qui était président de la circonscription d’Elgin Middlesex London du Parti populaire du Canada, a été démis de ses fonctions en réponse aux allégations.

2 versions de l’incident allégué

Des documents judiciaires obtenus par CBC News allèguent que le premier ministre a donné deux versions différentes de ce qui s’est réellement passé ce jour-là.

Shane Marshall, 25 ans, est accusé d’agression avec une arme dans l’affaire du jet de gravier de 2021. Marshall est vu ici lors de l’événement de campagne à Londres le 6 septembre. (Radio-Canada)

« Immédiatement alors qu’il était à bord du bus, le Premier ministre a dit aux journalistes qu’il « pourrait » avoir été frappé, mais il ne semblait pas sûr que des cailloux l’aient touché. Lorsqu’on lui a demandé si quelque chose l’avait touché, le Premier ministre a répondu : « C’est important ? » disaient les documents.

L’assignation poursuit en disant que « dans les enregistrements ultérieurs, le Premier ministre déclare avec certitude qu’il avait en fait été frappé par du gravier ». Millar a déclaré qu’il s’attendait à contre-interroger Trudeau sur les déclarations contradictoires.

« Ces deux versions doivent être testées car si la première est vraie, alors l’agression avec une arme n’est pas établie », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé quelle était la probabilité que Trudeau témoigne, Millar a déclaré que si le premier ministre était victime d’un crime grave tel qu’une agression, il devrait légitimement se manifester et témoigner afin que l’accusé puisse être tenu responsable.

« Le Premier ministre est un citoyen canadien comme tout le monde et ne devrait pas être soumis à des normes différentes lorsqu’il s’agit d’accusations pour un crime très grave », a déclaré Millar. « Je ne sais pas comment la Couronne peut faire une affaire sans le faire témoigner. »

Le témoignage de Trudeau est crucial : documents judiciaires

L’assignation indique que le témoignage de Trudeau est à la fois matériel et nécessaire car il relie les faits de l’incident aux éléments de l’accusation, et personne d’autre que le premier ministre ne peut fournir cette preuve.

Millar a déclaré que si Trudeau ne se présentait pas pour témoigner en personne ou virtuellement, le tribunal pourrait soit délivrer un mandat exigeant la comparution, soit la Couronne serait forcée de retirer les accusations.

Le bureau du premier ministre (PMO) a confirmé à CBC News que l’assignation a été reçue et qu’il y aura une réponse en temps voulu.

La date du procès est fixée au 7 mars et devrait durer une journée.

Politique

Certains dirigeants des Premières Nations critiquent l’enquête sur la conduite du chef national au travail

Published

on

Par

Certains chefs des Premières Nations demandent un autre type d’enquête sur le lieu de travail pour enquêter sur les allégations selon lesquelles le chef national de l’Assemblée des Premières Nations a intimidé et harcelé le personnel – tandis que d’autres exhortent l’organisation nationale de défense des droits à reprendre ses activités.

Dans une note de service envoyée le 26 janvier aux chefs en assemblée, la chef nationale de l’Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald, a qualifié l’enquête sur son comportement au travail de « procédure juridique coloniale » qui détourne l’attention du véritable travail de l’APN.

La chef Wendy Jocko de la Première nation algonquine de Pikwakanagan a déclaré à CBC News qu’elle souhaitait voir une nouvelle enquête qui ne soit pas menée par un cabinet d’avocats extérieur.

« Il devrait y avoir un nouveau processus fondé sur les traditions culturelles et s’éloignant des processus coloniaux », a déclaré Jocko.

Archibald vise l’enquête externe lancée par l’Assemblée des Premières Nations (APN) au printemps dernier, invoquant des préoccupations concernant le recours à des enquêteurs non autochtones et affirmant qu’elle n’a pas été informée des détails des allégations auxquelles elle fait face.

« Il y a un manque évident de transparence de la part de l’enquêteur », a déclaré la chef Lynn Acoose des Premières Nations Zagime Anishinabek.

La chef Lynn Acoose des Premières Nations Zagime Anishinabek dit qu’elle veut voir un médiateur nommé à l’enquête externe sur la conduite du chef national. (Jason Warick/CBC)

Acoose, qui a lu la note de service d’Archibald du 26 janvier décrivant ses préoccupations, a déclaré à CBC News qu’elle aimerait voir un médiateur autochtone nommé.

« Le processus devrait être moins conflictuel que le processus qui est entrepris en ce moment », a-t-elle déclaré.

« Parce qu’elle est une femme leader, on s’attend à ce qu’elle accepte moins que ce qui lui est dû. »

L’APN dit au personnel de ne pas parler aux médias

Quatre des cadres supérieurs d’Archibald ont porté plainte contre elle l’année dernière, ainsi que la PDG de l’APN, Janice Ciavaglia, qui démissionnera le mois prochain.

À la suite de la couverture par CBC de la démission de Ciavaglia, le vice-président des opérations et de l’administration de l’APN, Jonathan Thompson, a envoyé un courriel au personnel les exhortant à ne pas parler aux médias.

« Je voulais souligner avec vous tous que notre travail est la priorité et bien qu’il soit difficile d’ignorer les médias, nous avons beaucoup de travail important à faire », a déclaré Thompson dans l’e-mail.

« Bien qu’il soit normal de vouloir s’exprimer en réponse à la couverture médiatique, de nombreux processus des ressources humaines exigent la confidentialité et nous continuerons à faire de notre mieux pour maintenir ce principe. J’exhorte également tout le personnel à ne pas s’engager avec les médias. »

Jaime Battiste, secrétaire parlementaire du ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a qualifié les derniers développements de l’APN de troublants.

« Ils jouent un rôle très important au Canada et lorsque l’APN est forte, la défense des intérêts des Premières Nations est forte », a déclaré Battiste, qui était membre du conseil des jeunes de l’APN et chef régional par intérim.

« J’espère voir la tourmente dans laquelle ils se trouvent s’éclaircir dans les mois à venir. »

Le ministre des Relations Couronne-Autochtones Marc Miller arrive à une réunion du cabinet sur la Colline du Parlement à Ottawa le jeudi 15 décembre 2022. LA PRESSE CANADIENNE/Sean Kilpatrick
Le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a déclaré que son gouvernement ne prévoyait pas de retirer des fonds à l’Assemblée des Premières Nations en raison de conflits internes en cours. (Sean Kilpatrick/Presse canadienne)

Malgré les inquiétudes, Miller a déclaré que son gouvernement n’avait pas l’intention de retirer son soutien financier à l’APN, qui reçoit des dizaines de millions de dollars annuellement d’Ottawa.

« Ce type de situation, évidemment, nous ne disons pas que nous sommes aveugles, mais nous devons prendre une distance saine pour leur permettre de régler leurs affaires en interne », a déclaré Miller.

Wilfred King a déclaré à CBC News qu’au cours des 20 années où il a été chef de la Première Nation de Gull Bay, il n’a jamais vu autant de chaos au sein de l’APN.

L’organisation nationale prévoit maintenant d’organiser une autre réunion spéciale des chefs à Ottawa du 3 au 6 avril pour travailler sur un plan d’action national pour la Loi sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et pour conclure les affaires en suspens de sa dernière assemblée en décembre. .

« Nous avons tellement de problèmes à régler dans nos communautés, l’eau potable, le logement, les infrastructures, le racisme, etc. », a déclaré King.

« Nous avons besoin d’une organisation, en particulier d’un leader national, qui va faire avancer l’organisation. »

Le chef de la Première Nation de Gull Bay, Wilfred King, se tient à un podium et s'adresse aux journalistes à Queen's Park à Toronto, en Ontario.
Le chef Wilfred King de la Première Nation de Gull Bay demande à l’Assemblée des Premières Nations de reprendre son mandat d’aider les Premières Nations. (Assemblée législative de l’Ontario)

King poursuit Archibald pour des allégations de corruption qu’elle a portées contre lui, qui n’ont pas été prouvées devant les tribunaux.

Il n’est pas le seul à intenter une action en justice. Le chef Willie Littlechild et Laurie Buffalo de Maskwacis, en Alberta. a également déposé une plainte pour des motifs similaires.

« C’est une étape malheureuse, mais il est important de reconnaître que tout le monde est lié par la loi et que la réputation des gens est en jeu », a déclaré King.

Continue Reading

Politique

L’ancien premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, décroche un nouveau poste au cabinet d’avocats de Calgary

Published

on

Par

L’ancien premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, se joindra à un cabinet d’avocats de Calgary en tant que conseiller principal.

L’ancien chef du Parti conservateur uni et 18e premier ministre a annoncé le développement sur Twitter mercredi, se disant « très heureux » de rejoindre le groupe de politique publique de Bennett Jones.

« Bennett Jones a de profondes racines albertaines et une présence nationale majeure. J’ai hâte de travailler avec un groupe distingué d’anciens élus et fonctionnaires », a-t-il écrit sur Twitter.

Kenney a déclaré que sa relation avec Bennett Jones avait été examinée par le commissaire à l’éthique de la province et jugée conforme à la Loi sur les conflits d’intérêts.

Il a dit qu’il ne ferait pas de lobbying auprès du gouvernement de l’Alberta ou de ses agences.

Kenney n’est pas le premier premier ministre à rejoindre Bennett Jones. Peter Lougheed, qui a dirigé la province de 1971 à 1985, est devenu associé du cabinet après avoir quitté la fonction publique.

Le temps de Kenney dans la fonction publique a duré plus de deux décennies, y compris la politique provinciale et fédérale.

Il a annoncé sa démission du poste de premier ministre en mai dernier après une courte victoire lors d’une revue de direction. Kenney a démissionné de son siège de député de Calgary-Lougheed en novembre.

Avant de prendre la tête du parti au pouvoir en Alberta, Kenney était le dernier chef du Parti progressiste-conservateur de l’Alberta, qui a fusionné avec le Parti Wildrose pour former l’UCP.

Kenney, qui a été élu pour la première fois à la Chambre des communes en 1997 en tant que député du Parti réformiste, a ensuite fait partie du cabinet du premier ministre Stephen Harper.

Dans une déclaration, Bennett Jones a noté la perspicacité de Kenney sur la façon de saisir de nouvelles opportunités dans le secteur de l’énergie au Canada, d’établir des partenariats avec les communautés autochtones et d’attirer des investissements.

Hugh MacKinnon, président et chef de la direction de Bennett Jones, a déclaré que l’ancien premier ministre apporterait à l’entreprise et à ses clients une expérience à la fois en leadership et en politique publique.

Continue Reading

Politique

Les députés votent à l’unanimité pour exhorter le Canada à réinstaller 10 000 Ouïghours déplacés

Published

on

Par

Politique

Les députés ont unanimement demandé à Ottawa de lancer un programme de réfugiés pour réinstaller 10 000 Ouïghours fuyant la persécution en Chine.

L’idée est de réinstaller les Ouïghours d’autres pays plutôt que directement de Chine

Des manifestants participent à une manifestation devant l’ambassade de Chine à Berlin le 27 décembre 2019 pour attirer l’attention sur les mauvais traitements infligés par la Chine aux membres de la communauté ouïghoure dans l’ouest de la Chine. (John MacDougall/AFP/Getty Images)

Les députés ont unanimement demandé à Ottawa de lancer un programme de réfugiés pour réinstaller 10 000 Ouïghours fuyant la persécution en Chine.

Le député libéral Sameer Zuberi a proposé la motion en juin dernier appelant le gouvernement à lancer un programme en 2024 pour amener les Ouïghours et d’autres musulmans d’origine turque au Canada.

Le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies a rapporté en août dernier que la Chine commettait de « graves violations des droits de l’homme » contre les Ouïghours et que certains qui avaient fui vers d’autres pays avaient été « renvoyés de force », bien que Pékin rejette ces informations.

La motion, qui n’est pas contraignante, demande au Canada d’élaborer un plan dans les quatre mois pour accueillir 10 000 Ouïghours sur une période de deux ans.

L’idée est de réinstaller des personnes de pays comme la Turquie plutôt que directement de Chine. Zuberi soutient qu’il n’y a pas de moyen sûr de faire ce dernier.

Les Communes ont adopté une motion en février 2021 reconnaissant le traitement du peuple ouïghour par la Chine comme un génocide. Les membres du cabinet du premier ministre Justin Trudeau se sont abstenus lors du vote, affirmant que davantage d’enquêtes internationales étaient nécessaires.

Corrections et précisions|Soumettre un conseil d’actualité|

Continue Reading

Tandance