Connect with us

Canada

This Ontario restaurant chain owes over $35K in unpaid wages. Workers, vendors now ask: What can be done?

Published

on

Danielle Hudspeth was just a hungry customer eager to fill her stomach when she visited Hogtown Smoke in Hamilton’s Stoney Creek area earlier this year. 

The 22-year-old left the restaurant with an offer to work as a server later that week, on St. Patrick’s Day. 

After just one day on the job, Hudspeth said, she didn’t return because she didn’t receive the compensation she was owed.

She’s not alone in her complaints against the business. According to Ontario Ministry of Labour data obtained by CBC Hamilton, Hogtown Smoke has a history of owing employees money.

Hudspeth said ahead of starting work at Hogtown Smoke, she signed forms that included her banking information before completing the busy six- to seven-hour shift.

« I served almost all of the tables that night, six or seven of them, » Hudspeth told CBC Hamliton.

However, she said, the front-of-house manager refused to give her any of the tips she earned.

Hudspeth showed CBC Hamilton a text from the manager that reads: « I’m not obligated to give you any money on your first training shift. I thought I would split my tips with you because you did a good job … but since you’re not going to pursue employment, I’ve also decided that I’m going to keep my money thanks anyway. »

Danielle Hudspeth, 22, says she never received any money for working her first and only shift at Hogtown Smoke on St. Patrick’s Day. The Ministry of Labour and employment lawyers say if true, it’s illegal. (Bobby Hristova/CBC)

That experience turned her off working there. Hudspeth said it’s now been months and she hasn’t received her earnings from that evening shift.

The barbecue chain had numerous locations across the Greater Toronto Area, but the Stoney Creek location is the only one still open.

CBC News set up an interview with Scott Fraser, who according to his dad, Laird Fraser, is « driving [Hogtown Smoke’s] brand/concept with a local marketing company, » but Scott didn’t show up for the interview or reply to multiple messages.

Laird, the restaurant’s treasurer according to his LinkedIn profile, blames the pandemic for financial issues.

He told CBC News in an email Sunday « the Stoney Creek location is fully compliant with the Ontario Employment Standards Act including its section on tips and gratuities. » He said « there are no outstanding claims that we have any knowledge of » at that location, and all of its locations, past and present, are their own corporate entities.

However, data from the province shows, in past locations, the company has a history of not paying people before 2020, and it still owes over $35,000 in unpaid wages, vacation pay, termination pay and tips.

The Ministry of Labour and employment lawyers have raised concerns about the allegations by Hudspeth and other former Hogtown Smoke employees. Employment lawyers in Hamilton also say this situation is becoming more common, but employees have ways to fight not being paid.

Manager unaware trainees entitled to tips

Nicole Marley, who first identified herself as a front-of-house manager but later said she was just a bartender, worked with Hudspeth that day in March. Marley said she doesn’t deal with payroll, but corroborated much of what the 22-year-old said about that St. Patrick’s Day shift.

« I [compensated] her a bunch of drinks … I gave her a bunch of brisket to take home with her, but as for tips, she took all of my tables. It was her training shift … I’m not obligated to give [tips], » Marley said in an interview.

« She was taking money out of my pocket and I thought I was being generous … I gave her my tables to train, to learn. »

Marley acknowledged at times while she was bartending, Hudspeth did some work on her own. Marley also said in her 20 years in the service industry, she had never been told trainees were entitled to tips.

A picture of the dining space at Hogtown Smoke's Stoney Creek location.
Hogtown Smoke treasurer Laird Fraser said the business used to have numerous locations, but blames the pandemic for all but one of them shuttering. (Bobby Hristova/CBC)

The Ministry of Labour said, as per the Ontario Employment Standards Act, employers generally can’t withhold employees’ tips, make deductions to tips or make them return tips to the employer unless they’re required by law or administer a tip pool (a collection of employees’ tips shared with some or all employees).

Ministry spokesperson Harry Godfrey offered a scathing comment after hearing about Hudspeth’s experience and said the ministry would investigate.

« The behaviour of this employer, if true, is entirely unacceptable, » reads a mid-April email from Godfrey.

« Any worker who believes their employer is illegally withholding their wages or tips should contact our ministry so we can investigate. »

However, the ministry later said there was no active investigation because Hudspeth never filed a formal complaint.

Ex-employee, vendors voice concerns

Neil Griffin, 42, was a server at the Hamilton location, where he said he worked for two months in late 2021. 

He said he wasn’t paid on time and didn’t get the proper amount. He also noted confusion over how the owners paid out tips.

« I got my hourly [pay] but none of my tips. »

Griffin said he was eventually asked to leave the job after asking about his tips.

He said management later paid him back some of the money, but he never complained to the Ministry of Labour.

A picture of Neil Griffin.
Neil Griffin, 42, said that during his two months working at Hogtown Smoke, he wasn’t paid on time or given the proper amount, and noted confusion over how the owners disbursed tips. (Bobby Hristova/CBC)

Laird Fraser said in an email he couldn’t comment on specific allegations from former employees on the advice of his lawyer, but added « as far as we know, » no one has complained to the Ministry of Labour about pay issues at the Stoney Creek location.

At least two vendors also accuse Hogtown of not paying them for their services over the years.

Lynn Siegal, the key account manager for Hilite Fine Foods Inc., shared invoices with CBC Hamilton that appear to show Hogtown Smoke owes $5,949.14 from one order in 2016 and two from early 2020, before the pandemic was officially declared.

The Hogtown Smoke locations Hilite Fine Foods serviced were all in Toronto and are now closed.

« We dealt with them at several of their locations and it was always a nightmare, trying to get paid from them, » said Siegal.

« It was a huge drain on our staff resources to have to deal with this on every delivery. »

A picture of the bar at Hogtown Smoke's Stoney Creek location.
Hogtown Smoke used to have numerous restaurants in the Greater Toronto Area, but now there’s only one, in Hamilton. (Bobby Hristova/CBC)

Karen Gorter, owner of Brant County Firewood, said she supplied the Stoney Creek location with firewood late last year.

She said she was paid for a load of wood in November. The next month, she delivered another load to the Stoney Creek location worth $734.50, according to an invoice shared with CBC Hamilton.

Gorter said she received a gift card on Christmas Eve from the business after asking for one to make up for not paying.

« I really wasn’t concerned about payment at this point, » she said.

But it’s been months now, and she’s still waiting for the money despite sending numerous messages to management (CBC has seen the messages). Laird Fraser didn’t respond to specific allegations, but again blamed pandemic-era closures and restrictions, despite some of the complaints coming before the pandemic.

« Any supplier impacted is of course encouraged to make a claim with the insolvency professionals handling these files, » he wrote in an email.

Hogtown Smoke owes over $35K as of April

According to the Ministry of Labour data, the business’s history of owing employees money started before the pandemic.

Employment summary claims from 2018 to 2020 show the province ordered Hogtown Smoke to pay $19,911.83 for unpaid wages, vacation pay, public holiday pay and termination pay.

The business paid for those claims: Four came from a location on Colbourne Street and one was from a Queen Street location, all in Toronto.

The business now owes even more money, according to four claims made since January 2020.

The data shows Hogtown Smoke owes $35,644.39 in unpaid wages, vacation pay, termination pay and tips. One claim also includes money owed for a deduction in wages.

The money is with the Ministry of Finance in collections because it hasn’t been paid.

All four claims were related to the former Toronto locations. 

CBC Hamilton obtained a Ministry of Labour decision letter from one of the outstanding claims.

The letter says former employee Jennifer Rundell said since she started working for the restaurant chain in late 2019, she was « paid late almost every time » and « was never paid out for tips. »

« I was late on paying rent twice due to this, » she wrote in her complaint, adding she was laid off on March 16 due to the pandemic.

In her case, Hogtown Smoke was ordered to pay $2,307.83, and the director was ordered to pay $736.86 for unpaid wages, unpaid tips and unpaid termination pay.

« None of our Toronto locations survived the pandemic economic impact. It’s unfortunately just that simple, » Fraser said, adding that unpaid rent led to landlords ending leases to some buildings and closing the locations.

« The resulting claims … are part of the insolvency process handled by professionals. »

Fraser noted the delay in paying the claims is because they have to be « crystalized » first.

« The insolvency professionals handling these files assure us that this is common practice under this scenario, especially when business failure results from an external source such as a pandemic. »

Province may need better enforcement: lawyers

The Ministry of Labour said it can prosecute businesses under the Provincial Offences Act and have third parties take action on assets, including bank accounts, property, or accounts receivable of the employer or director of a company.

Griffin said the orders to pay up don’t go far enough.

« I don’t think these people should be running a business … they should be closed. »

Ned Nolan is an employment lawyer with Nolan, Ciarlo LLP in Hamilton, and said he was not familiar with the case involving Hogtown Smoke before speaking to CBC.

Nolan said he knows of no cases of the Ministry of Labour closing down a business for owing money under the Employment Services Act.

« Unfortunately for employees, it can be hard to collect money from someone who doesn’t want to pay you. »

He said most cases where employees aren’t paid don’t come before lawyers because it can be expensive to pursue legal action, so it’s difficult to determine how many and how often employees aren’t getting paid.

A picture of Ned Nolan.
Ned Nolan, an employment lawyer with Nolan, Ciarlo LLP in Hamilton, says, ‘Unfortunately for employees, it can be hard to collect money from someone who doesn’t want to pay you.’ (Bobby Hristova/CBC)

According to the Ministry of Labour, the number of employee claims have fallen during the pandemic. In 2018, there were 22,434 claims; In 2020, there were 11,200, and a year later, there were only 8,788.

But Roberto Henriquez, a lawyer with the Hamilton-based firm McMahon Molyneaux Henriquez who isn’t connected to the Hogtown Smoke case, said he’s hearing stories about employees not getting paid more often.

Henriquez said in the current business climate, where more people are working part time and juggling jobs, it’s easier for businesses to get away with not paying staff because they can rely on staff not complaining to the province or getting a lawyer.

« They put individuals in difficult situations … these pressures have allowed for different organizations to proliferate, whether it’s the service industry, cleaning industries, » he said.

« It’s behaviours largely preying on individuals who don’t have the opportunity or desire to raise these complaints. »

Nolan said the Ministry of Labour’s enforcement system has teeth, pointing to a 2015 provincial review that tried to toughen up enforcement, but it’s still a « very frustrating process » trying to get money back.

A picture of Roberto Henriquez.
Roberto Henriquez, a lawyer with Hamilton-based McMahon Molyneaux Henriquez, says he’s hearing stories about employees not getting paid more often. (Bobby Hristova/CBC)

Henriquez said directors of businesses should have to pay out of their own pocket more often to try to combat unpaid orders.

« There are various strategies that have been proposed with respect to enforcement … whether or not the will is there at this stage remains to be seen. »

Nolan said another solution is an insurance fund paid by employers that could be used when an employee isn’t paid. 

« One [potential] glimmer of hope is a potential rebirth of unionization in the modern-day workforce … unions are designed to solve the type of power imbalance we’re talking about, » he said.

« If a workplace where there’s unpaid amounts and disputes with the employer …  had the support of a union to pursue those grievances, essentially for free, I think we would see more fairness in the workplace. »

Canada

La famille de Regis Korchinski-Paquet intente une poursuite civile de 10 millions de dollars en lien avec sa mort

Published

on

Par

La famille de Regis Korchinski-Paquet a déposé une poursuite civile de 10 millions de dollars en lien avec sa mort.

Korchinski-Paquet est décédée après être tombée du balcon de son appartement de High Park alors que des policiers de Toronto se trouvaient chez elle le 27 mai 2020.

La déclaration, déposée le 27 juin, nomme la Ville de Toronto, cinq policiers de Toronto qui étaient sur les lieux cette nuit-là, la Toronto Community Housing Corporation (TCHC), le procureur général de l’Ontario et Joseph Martino de l’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario (UES ).

L’UES a innocenté les policiers impliqués dans l’incident, affirmant que si leurs efforts pour désamorcer la situation avaient échoué, aucun d’entre eux n’avait enfreint la loi.

La poursuite civile prétend, en partie, que les agents ont délibérément induit en erreur l’enquête de l’UES ainsi que le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police (BDIEP), et ont également partagé de fausses informations sur Korchinski-Paquet après sa mort.

Jason Bogle, l’avocat représentant la famille, a déclaré lors d’une conférence de presse mercredi après-midi que les faits publiés par les responsables de l’affaire ne correspondent pas à ce qui a été capturé sur la vidéo de surveillance.

La plainte de la famille au BDIEP indiquait que personne dans la famille n’avait vu des policiers agir d’une manière qui montrait qu’ils suivaient des techniques de désescalade ou qu’ils suivaient une formation en santé mentale.

En particulier, Bogle a souligné la vidéo de surveillance qui, selon lui, prouve que des officiers sont arrivés sur les lieux avec une arme offensive et ont dégainé cette arme à un moment où il y avait « plus qu’assez d’officiers » pour s’adresser à Korchinski-Paquet sans elle.

La présence de l’arme – combinée au nombre d’officiers présents dans l’appartement et à l’incapacité de mettre en œuvre des tactiques de désescalade – a contribué à la mort de Korchinski-Paquet, a déclaré sa famille dans la déclaration.

Bogle a déclaré que Martino est nommé dans le procès en raison d’un communiqué de presse qu’il a publié et qui ne correspondait pas aux « preuves matérielles » obtenues par les enquêteurs de l’UES.

En outre, la famille a déclaré dans le procès qu’elle avait souffert d’une « grave détresse émotionnelle » à cause de ce qu’elle appelle la « création intentionnelle de faits trompeurs et inexacts ».

Examen judiciaire prévu pour octobre

TCHC, quant à lui, est nommé parce qu’il gère le bâtiment, 100 High Park Ave., où vivait Korchinski-Paquet.

Le procès prétend que Korchinski-Paquet et sa mère ont demandé à plusieurs reprises de mettre des clôtures de sécurité sur le balcon de leur appartement du 24e étage, mais ces demandes ont été ignorées. Il ne s’agissait pas d’un incident isolé, selon le procès, mais reflète « l’histoire de la TCHC de ne pas avoir répondu à ses préoccupations et à sa demande de résidence en temps opportun ».

La poursuite allègue que la ville de Toronto est également tenue responsable d’avoir omis de superviser correctement le TCHC, qui appartient à la ville.

Personne nommé dans le procès n’a déposé de défense mercredi après-midi. Ils ont 20 jours pour en déposer une après avoir été signifiés.

Pendant ce temps, la famille de Korchinski-Paquet doit également assister à une révision judiciaire devant un tribunal fédéral en octobre pour évaluer la décision du BDIEP de n’inculper aucun des agents impliqués dans l’incident.

Continue Reading

Canada

Le risque de récession est élevé, mais l’Alberta pourrait éviter les pires impacts, selon Mark Carney

Published

on

Par

Les États-Unis sont confrontés à un risque « inconfortablement élevé » de tomber dans une récession, déclare Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque du Canada, mais l’Alberta pourrait être à l’abri des pires impacts si cela se produisait.

Carney a fait ces remarques lors de l’événement de relance de l’Alberta qui s’est tenu au Centre BMO mardi, une conférence présentée comme étant axée sur le façonnement de l’avenir économique de l’Alberta. Environ 300 personnes étaient présentes.

Carney, qui est maintenant vice-président de Brookfield Asset Management, a qualifié le risque que les États-Unis tombent en récession de « inconfortablement élevé », mais a prédit qu’il n’atteindrait pas la gravité de la crise financière de 2008.

« Ce n’est pas 2008 [because there’s not] un tas de gros déséquilibres dans le système », a déclaré Carney dans le cadre d’un discours liminaire.

Carney a également déclaré que l’Alberta et le Canada pourraient faire partie d’une solution aux marchés mondiaux de l’énergie fortement ébranlés.

Dans la dernière mise à jour financière du gouvernement de l’Alberta mardi, la flambée des prix du pétrole et du gaz a ouvert la voie à un excédent de 3,9 milliards de dollars, un chiffre qui suscitera de nombreux débats sur ce qu’il faut faire avec un afflux de liquidités aussi important.

Les défis et les opportunités dans le secteur de l’énergie étaient l’un des sujets dominants de la conférence d’une journée, et plus particulièrement en ce qui concerne la décarbonisation.

Lisa Raitt, une ancienne ministre conservatrice qui est maintenant vice-présidente des services bancaires d’investissement mondiaux à la CIBC, a déclaré que l’abordabilité restait le « talon d’Achille » en matière de décarbonisation.

« Il y a une grande compréhension du » pourquoi « nous le faisons – nous sommes convaincus de la raison pour laquelle nous devons faire zéro net, nous sommes convaincus de la raison pour laquelle nous devons faire de la décarbonisation … mais la question qui demeure est la suivante: comment? » a déclaré Raitt, l’un des conférenciers principaux.

« Le comment vient de l’industrie, mais le comment vient aussi des politiciens et de la politique. »

Raitt a déclaré que les conservateurs devaient cesser de se battre sur la tarification du carbone, la qualifiant d ‘ »objet brillant » – des commentaires qui ont suscité des applaudissements dans la salle. Elle a cependant déclaré qu’elle serait favorable à une pause sur la taxe sur le carburant pour aider les consommateurs.

L’ancienne ministre conservatrice Lisa Raitt a prononcé un discours liminaire. Elle a déclaré que la tarification du carbone est une partie importante du marché et a repoussé son utilisation comme une «question de coin» en politique. (Joel Dryden/CBC)

Dans un discours liminaire distinct, Lisa Baiton, qui a pris la relève en avril en tant que présidente et chef de la direction de l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP), a déclaré qu’elle espérait « relancer » la conversation autour de l’industrie pétrolière et gazière.

Baiton, qui était auparavant membre de l’équipe de direction mondiale de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada, a pris la tête du CAPP alors que l’invasion de l’Ukraine par la Russie a conduit à des débats en cours sur la sécurité énergétique.

« Notre industrie se transforme pour une nouvelle ère », a déclaré Baiton dans le cadre de ses premières remarques publiques dans le nouveau rôle, ajoutant que l’objectif du groupe de pression est de positionner le Canada comme un fournisseur mondial d’énergie responsable tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Lisa Baiton a été nommée PDG et présidente de l’Association canadienne des producteurs pétroliers en avril, succédant à Tim McMillan. Baiton a prononcé l’un des discours liminaires mardi. (Soumis par New West Public Affairs)

Dans une interview après son discours, Baiton a déclaré que le CAPP se concentrait sur la proposition d’idées et de solutions aux défis énergétiques d’aujourd’hui.

« Nous allons faire un meilleur travail en racontant l’histoire de toutes les innovations vraiment formidables qui se produisent dans le secteur et qui ont déjà fait une différence démontrable dans la réduction des émissions de GES », a-t-elle déclaré.

Les préoccupations concernant les questions liées au secteur de l’énergie sont au cœur des préoccupations de nombreux Albertains. Un nouveau sondage publié mardi à Alberta Relaunch par Janet Brown Opinion Research a indiqué que 16% des personnes interrogées pensaient que ces problèmes étaient parmi les plus importants auxquels la province est confrontée aujourd’hui.

Les questions liées au secteur de l’énergie ont été surclassées par les personnes interrogées en ce qui concerne l’économie (19 %), les soins de santé (25 %) et l’inflation (41 %).

« Je n’ai pas été surpris de voir que l’inflation est arrivée au premier rang, mais cette tendance s’est accélérée en Alberta », a déclaré Scott Crockatt, vice-président du Business Council of Alberta, lors d’une table ronde sur les résultats de l’enquête. . « C’est aussi une grande préoccupation pour les entreprises. »

Ed Whittingham, ancien chef du Pembina Institute, a animé un panel mardi avec Maria Hushovd de RBC Capital Markets, Kevin Krausert, PDG d’Avatar Innovations Inc., Sarah Marshall de NOVA Chemicals et Mark Cameron de Pathways Alliance, une coalition de producteurs. Le panel a eu lieu dans le cadre de la relance de l’Alberta, organisée par New West Public Affairs mardi. (Soumis par New West Public Affairs)

Crockatt dit qu’il dit la même chose à ses membres et à tout parti politique en quête de succès : cherchez ce qui unit les Albertains.

« Nous dirions une province d’appartenance, un lieu d’opportunités et un lieu de solutions – le genre d’endroit qui peut résoudre le prochain défi », a-t-il déclaré. « Je pense donc que le message pour les chefs d’entreprise et les dirigeants politiques est de dire que quiconque peut s’aligner sur cet avenir de la province a de fortes chances de réussir. »

L’événement était organisé par la firme de relations publiques New West Public Affairs, basée à Calgary, dirigée par Monte Solberg, un ancien membre du cabinet conservateur sous l’ancien premier ministre Stephen Harper.

Parmi les autres conférenciers figuraient Gerald Butts, ancien secrétaire principal du premier ministre Justin Trudeau; et Ian Brodie, ancien chef de cabinet de Harper.

Continue Reading

Canada

Le gouvernement du Canada devrait offrir une aide réelle aux femmes américaines qui souhaitent avorter, selon un groupe de défense du Michigan

Published

on

Par

Un groupe politique à Detroit demande aux politiciens canadiens de soutenir leurs paroles par des actions en ce qui concerne l’accès à l’avortement pour les citoyens américains dans ce pays.

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau a pesé sur la décision de la Cour suprême des États-Unis annulant la décision historique Roe c. Wade, la qualifiant de développement « horrible » qui menace les droits des femmes.

« C’est un rappel de la façon dont nous devons être sans équivoque dans notre défense des droits des peuples… Le Canada sera là, non seulement pour les Canadiens, mais aussi pour les amis du monde entier », a-t-il déclaré samedi aux chefs d’État du Commonwealth. Réunion du gouvernement au Rwanda.

Danielle Atkinson, directrice fondatrice du groupe Mothering Justice, qui défend les mères de couleur dans le Michigan, a déclaré que le Premier ministre devait faire plus que faire une déclaration.

« Nous apprécions tellement sa volonté d’ouvrir le pays, mais il y a la logistique de l’immigration, non ? » dit-elle.

« Nous avons donc besoin que le Premier ministre s’assure vraiment que les gens peuvent entrer dans le pays en toute sécurité et facilement. »

Obstacles pires pour les femmes marginalisées

Atkinson s’est dite « reconnaissante » de la déclaration de Trudeau, mais a déclaré qu’il existe de nombreux obstacles pour les femmes qui peuvent se tourner vers le Canada pour des soins d’avortement en dehors de leur propre État – et en particulier les femmes marginalisées.

Danielle Atkinson est la directrice fondatrice de Mothering Justice et Mothering Justice Action Fund, des groupes de défense qui soutiennent les mères de couleur. (État du Michigan/www.michigan.gov)

« Les choses qui sont simplement des problèmes quotidiens pour les personnes marginalisées : avez-vous de l’essence dans votre voiture pour vous y rendre ? », a-t-elle déclaré. « Avez-vous quelqu’un qui peut garder vos enfants ? Est-ce un secret ? …

« La même raison pour laquelle l’annulation de ces protections fédérales est préjudiciable aux personnes marginalisées est la même raison pour laquelle il est incroyablement difficile de traverser les frontières d’un État ou de traverser la frontière. »

La ministre de la Famille, Karina Gould, a déclaré lors de la première fuite d’un projet de décision de la Cour suprême que les femmes américaines pourront se faire avorter au Canada. Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a également demandé aux responsables de l’Agence des services frontaliers du Canada d’autoriser le libre passage aux femmes américaines souhaitant se faire avorter.

À l’heure actuelle, les services d’avortement sont toujours légaux dans le Michigan, mais la loi pourrait changer.

Une poignée d’États américains, dont le Texas, le Missouri et l’Utah, ont déjà interdit l’avortement à la suite de la décision de la semaine dernière, mais pour certains États, dont le Michigan, l’avenir du droit à l’avortement n’est toujours pas clair.

L’avortement toujours légal dans le Michigan jusqu’à présent

En mai, un juge a suspendu l’interdiction dormante de 1931 sur l’avortement du Michigan – qui n’offre pas d’exclusions pour l’inceste ou le viol – ce qui signifie que la procédure est légale dans l’État malgré la décision de la Cour suprême des États-Unis.

Le juge a accordé une injonction préliminaire demandée par Planned Parenthood of Michigan; cependant, cette injonction a été portée en appel.

« Nous voulons qu’il soit clair que l’avortement est toujours légal dans le Michigan… Nous continuons à fournir l’avortement à tous ceux qui en ont besoin », a déclaré Ashlea Phoenicie, directrice des communications pour Planned Parenthood Michigan.

« Actuellement, le Michigan prévoit de recevoir nous-mêmes un afflux de patients. »

Ashlea Phoenicie, directrice des communications pour Planned Parenthood Michigan, a déclaré que le groupe travaillait sur des stratégies nationales pour aider les femmes à traverser les États pour accéder aux soins d’avortement. (Radio-Canada)

Phoenicie a déclaré que Planned Parenthood travaille actuellement sur une stratégie nationale pour aider les femmes à franchir les frontières de l’État pour accéder à des avortements sûrs et légaux si cela est illégal dans leur État d’origine. Cependant, si le Michigan perd son combat pour maintenir la procédure légale, Planned Parenthood peut rechercher d’autres stratégies.

« Je ne suis pas au courant d’une collaboration transfrontalière, mais si nous étions dans un scénario où le Michigan perdrait l’accès, je pense que ce serait la prochaine étape », a déclaré Phoenicie.

Les fournisseurs au Canada qui pourraient être disposés à offrir des avortements aux citoyens américains devraient être conscients des obstacles auxquels sont confrontés les groupes marginalisés, en particulier lorsqu’il s’agit de traverser une frontière internationale, a déclaré Phoenicie.

Pendant ce temps, les responsables de la santé à Windsor ne parlent pas de ce que le renversement de Roe v. Wade pourrait signifier pour la région compte tenu de sa proximité avec Detroit. CBC News a contacté les hôpitaux et la santé publique de Windsor-Essex, mais ils ont refusé les interviews.

Continue Reading

Tandance