Connect with us

Affaires

Sunwing savait que l’entreprise était sur le point d’être vendue à Westjet pendant les négociations de travail, selon le syndicat des pilotes

Published

on

Le syndicat qui représente les pilotes de la compagnie aérienne à rabais Sunwing a déposé une plainte officielle auprès du Conseil des relations industrielles du Canada alléguant que l’entreprise a récemment négocié de mauvaise foi un accord de travail parce qu’elle savait qu’une vente de la compagnie aérienne à Westjet était sur la table.

Le syndicat Unifor a conclu une entente avec la compagnie aérienne au nom des 451 pilotes qu’elle représente, qui a apporté de modestes augmentations de salaire et des améliorations à d’autres avantages. Lorsque l’accord a été ratifié en février, il a été salué comme un accord qui apporterait une certaine stabilité à toutes les parties au cours de quelques années de hauts et de bas pour l’industrie du transport aérien.

Mais cet optimisme a commencé à décliner lorsque la compagnie aérienne a annoncé quelques semaines plus tard qu’elle avait accepté d’être acquise par Westjet, basée à Calgary.

Le syndicat allègue que la direction de la compagnie aérienne savait qu’une offre de rachat était en préparation et qu’elle l’aurait partagé avec le syndicat pendant les négociations, elle n’aurait pas fait les concessions qu’elle a faites.

À ce titre, le syndicat dépose une plainte officielle auprès du Conseil des relations industrielles du Canada alléguant que l’entreprise négociait de mauvaise foi en ne divulguant pas sa vente imminente.

« Il était d’une importance capitale pour le syndicat de recevoir des assurances de l’employeur qu’il ne discutait pas d’une vente à WestJet, car toute vente potentielle aurait eu des conséquences importantes sur les positions du syndicat en matière de négociation », indique le dossier.

CBC News a contacté Sunwing et Westjet pour obtenir des commentaires. Ces demandes n’ont pas été retournées.

Les carrousels à bagages débordants sont devenus monnaie courante dans les aéroports canadiens ces derniers temps, et des scènes comme celle-ci à l’aéroport Pearson de Toronto le 29 juin ont été signalées dans tout le pays. (Patrick Morell/CBC)

Alors qu’Unifor a initialement salué la fusion, depuis lors, ils disent que l’entreprise cherche à réaliser de nouvelles économies grâce à des violations de contrat alors que les voyages en avion reprennent après son marasme pandémique.

« Ce que nous aimerions faire, c’est revoir les domaines de la convention collective qui auraient été discutés et négociés différemment si la compagnie aérienne était venue nous voir et avait été honnête que ces discussions avaient lieu », a déclaré Barret Armann, président de la section locale 7378 d’Unifor. , qui représente les pilotes, dans une entrevue avec CBC News.

Le syndicat dit qu’il ne s’oppose pas à la fusion, mais veut simplement s’assurer que les pilotes de Sunwing seront sur un pied d’égalité avec les autres Westjetters si et quand cela se produit.

« La société a déclaré que c’était un excellent plan d’expansion. Nous pensons que c’est une excellente idée à condition qu’il y ait une parité salariale et qu’ils acceptent tous les accords que nous proposerons », a déclaré Armann. « En fin de compte, nos pilotes ne veulent pas être jetés à la rue pour recommencer. »

Chaos à l’aéroport

La fusion de Sunwing avec Westjet devrait être achevée d’ici la fin de cette année, ont précédemment annoncé les deux sociétés.

On ne sait pas immédiatement ce que signifie le dépôt auprès du conseil d’administration pour la probabilité que l’accord se concrétise. Il fait déjà face à de nombreux obstacles réglementaires, notamment de la part du Bureau de la concurrence du Canada, qui a déjà annoncé son intention de revoir l’accord pour s’assurer qu’il est une bonne chose pour les consommateurs.

REGARDER | Pourquoi voyager en avion au Canada est si difficile en ce moment :

Les pénuries de personnel sont responsables des longues files d’attente dans les aéroports canadiens

Les longues files d’attente de sécurité dans plusieurs aéroports canadiens sont le résultat d’une pénurie de personnel, selon des responsables. Le syndicat représentant les agents de contrôle suggère que les problèmes de recrutement et de rétention seraient résolus si les employés étaient mieux formés et mieux payés.

Le potentiel de conflits de travail est une autre mauvaise nouvelle pour l’industrie canadienne du voyage en difficulté, qui a été assaillie par des pénuries de personnel, de longues files d’attente, des retards endémiques et des maux de tête liés aux bagages au milieu de la pandémie.

Armann attribue la majeure partie de la responsabilité de ce qui se passe actuellement dans les aéroports canadiens aux pieds des compagnies aériennes elles-mêmes, qui ont réduit leur personnel à l’os pendant la pandémie, ont imploré l’aide du gouvernement et se démènent maintenant pour se relancer.

« Tout est dû au fait que les entreprises licencient tout le monde et [now] courant vers les employés en disant: « Pouvez-vous venir travailler pour nous? », A déclaré Armann. « Vous nous avez jetés sur le trottoir pendant un an et demi alors que nous pouvions à peine payer nos hypothèques et maintenant vous voulez que nous travaillions très dur. »

John Gradek, un ancien cadre d’Air Canada qui est maintenant chargé de cours sur l’industrie aéronautique à l’Université McGill à Montréal, a déclaré lundi à CBC News qu’il s’attend à ce que ces problèmes persistent au moins tout l’été.

« Sauf si vous avez une tolérance élevée au risque, ce n’est probablement pas le bon moment pour voyager », a déclaré Gradek. « La patience est le mot clé. »

Affaires

Telus demande au CRTC la permission d’ajouter un supplément de 1,5 % sur les factures des clients

Published

on

Par

Les Canadiens qui paient leur facture de téléphone cellulaire avec une carte de crédit pourraient bientôt voir des frais supplémentaires chaque mois, si le régulateur des télécommunications du Canada approuve une proposition actuellement devant eux.

L’entreprise de télécommunications Telus demande au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) l’autorisation d’ajouter un supplément de 1,5 % aux factures des clients qui paient leur facture par carte de crédit. S’il est approuvé, il serait en place dès octobre.

Pour un client théorique en Alberta dont la facture de téléphone portable est de 100 $, les frais porteraient sa facture à 106,66 $ – 100 $ pour sa facture de base, plus 5 $ pour la TPS, un supplément de 1,58 $ pour les nouveaux frais en plus, plus 8 cents supplémentaires de TPS. sur le supplément.

« La société prévoit de fournir des préavis des frais à ses clients existants à partir de la mi-août », a déclaré Telus dans sa lettre au régulateur.

Les frais pourraient être en place d’ici octobre

La société demande au régulateur de se prononcer sur la proposition d’ici le 7 septembre et aimerait commencer à percevoir les nouveaux frais à partir du 17 octobre, et bien que le CRTC doive se prononcer sur la question, dans une déclaration à CBC News, la société de télécommunications a fait le plan ressemble à une affaire conclue.

« À partir d’octobre, les clients des services de mobilité et à domicile de Telus qui choisissent de payer une facture avec une carte de crédit se verront facturer des frais de traitement de carte de crédit de 1,5 % », a déclaré Telus à CBC News dans un communiqué.

« Ces frais nous aident à récupérer une partie des coûts de traitement que nous encourons pour accepter les paiements par carte de crédit, et le coût moyen sera d’environ 2 $ pour la plupart des clients », a déclaré la société, ajoutant qu’il peut facilement être évité en payant via une banque. par une opération de débit ou par d’autres moyens.

REGARDER | Pourquoi les Canadiens paient plus pour les services de télécommunications que de nombreux autres pays :

Les Canadiens paient-ils trop cher pour les services Internet et de téléphonie cellulaire?

Mohammed Halabi, défenseur des consommateurs et expert en facturation sans fil, aide à expliquer pourquoi les factures d’Internet et de téléphonie cellulaire au Canada sont si élevées – et ce que les consommateurs peuvent faire pour négocier des prix plus bas.

La justification de Telus pour cette décision découle d’un développement cet été, lorsque des sociétés de cartes de crédit, dont Visa et MasterCard, ont convenu d’un règlement qui les verra rembourser des millions de dollars de frais de traitement de carte de crédit que les commerçants leur ont payés au fil des ans. Surtout, ce règlement donne également aux entreprises la permission de commencer à facturer ces frais directement aux clients à partir d’octobre, ce que Telus essaie de faire.

Auparavant, de nombreux commerçants n’étaient pas autorisés à facturer directement aux clients les frais que les sociétés de crédit leur facturent pour le traitement des ventes. Ces frais peuvent aller de moins de 1 % de la vente à plus de 3 % pour certaines cartes premium.

Étant donné que presque toutes ses activités sont réglementées par le CRTC, Telus a besoin que le régulateur commence à facturer des frais que les consommateurs peuvent s’attendre à voir bientôt de la part de divers commerçants.

CBC News a contacté Rogers et Bell pour voir s’ils avaient des plans similaires en cours, mais les représentants des deux sociétés n’ont pas répondu à cette demande dans un délai d’un jour ouvrable.

Certains clients ne sont pas satisfaits

Certains clients sans fil ne sont pas enthousiasmés par l’idée. Kenneth Hart de Windsor, en Ontario, un client de Telus depuis 15 ans, qualifie le régime de « prise d’argent ».

Kenneth Hart est client de Telus depuis 15 ans et il dit que l’entreprise fait une erreur avec cette nouvelle politique. (Kenneth Hart)

« C’est une mauvaise décision commerciale », a-t-il déclaré à CBC News dans une interview. « Ils ont des comptables qui leur disent que c’est bien. Mais ensuite, vous parlez des coûts de relations publiques, du coût de la réputation, et cela pourrait créer … du mécontentement pour les clients qui ne sont déjà … pas satisfaits. »

« Cela pourrait être la goutte qui a fait déborder le vase. »

Telus n’a déposé la demande que lundi, et le CRTC a déjà entendu plus de 200 Canadiens via son site Web, dont plusieurs s’opposent au plan.

Steve Struthers est l’un d’entre eux. Le résident de London, en Ontario, n’est pas un client de Telus, mais il a pris le temps de donner son grain de sel au régulateur en raison de son opposition au plan.

« Les consommateurs sont déjà extrêmement stressés par les logements inabordables, l’augmentation des prix des denrées alimentaires, les prix élevés de l’essence et les salaires qui ne suivent rien à tout cela », a-t-il déclaré à CBC News dans une interview.

« Je suis presque certain qu’ils pourraient se permettre d’absorber des frais de carte de crédit de 1,5% … Cela me dérange de savoir que les compagnies de téléphonie mobile ne sont pas satisfaites de l’argent qu’elles gagnent et qu’elles en veulent toujours plus dans un environnement où les gens sont atteignant leur limite quant à ce qu’ils peuvent payer. »

« La dernière chose dont quelqu’un a besoin, c’est d’un supplément »

Rosa Addario, porte-parole du chien de garde des télécommunications OpenMedia, affirme que le plan n’est que le dernier moyen pour l’industrie d’extraire plus de revenus des consommateurs canadiens à court d’argent.

« Nos trois fournisseurs de télécommunications … ont signalé une augmentation des bénéfices, une augmentation des revenus et une augmentation des clients pour 2021 », a-t-elle déclaré à CBC News dans une interview. « Ils font mieux que jamais. C’est juste une autre façon d’augmenter nos factures grâce à des pratiques louches et des frais supplémentaires et en ajoutant des choses en plus pour que nous payions encore plus que nous ne le sommes déjà. »

Suze Morrison, ancienne députée provinciale de l’Ontario, exhorte le CRTC à rejeter la proposition, notant qu’elle aura un impact disproportionné sur les personnes déjà financièrement vulnérables.

« Les gens de la classe ouvrière, les personnes à faible revenu ont vraiment du mal à joindre les deux bouts en ce moment », a-t-elle déclaré à CBC News dans une interview. « La dernière chose dont quelqu’un a besoin, c’est de payer des frais supplémentaires simplement à cause de la façon dont il paie sa facture de téléphone pour garder ses lignes téléphoniques connectées. »

REGARDER | Le Canada compte 3 grands fournisseurs de télécommunications. Cela pourrait-il changer ?

Le Canada pourrait-il se développer au-delà des 3 grands télécoms ?

Après une panne nationale de Rogers, John Lawford du Centre pour la défense de l’intérêt public s’entretient avec Andrew Chang du National sur la façon dont le Canada s’est retrouvé avec seulement trois grandes entreprises de télécommunications et si cela peut changer un jour.

Alors que les surtaxes sur les cartes de crédit se répandent dans de nombreuses entreprises, elle dit que c’est différent pour un service public de télécommunications de les facturer parce que c’est une nécessité. « Un consommateur a le choix d’aller dans un restaurant familial ou de préparer le dîner à la maison ou d’aller dans un restaurant qui ne facture pas de frais pour les cartes de crédit », a-t-elle déclaré.

« Mais nous avons permis tellement de consolidation dans notre industrie des télécommunications et il y a un tel monopole dans le secteur que ce n’est pas comme si les gens pouvaient dire: » OK, eh bien, si vous facturez des frais, je vais prendre mes affaires ailleurs. Je n’ai nulle part où aller. »

Continue Reading

Affaires

Le Régime de pensions du Canada a perdu 16 milliards de dollars au dernier trimestre, une baisse de plus de 4 %

Published

on

Par

L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada affirme que son fonds, qui comprend la combinaison des comptes du RPC de base et du RPC supplémentaire, a perdu 4,2 % au cours de son dernier trimestre.

L’OIRPC a terminé le trimestre avec un actif net de 523 milliards de dollars, comparativement à 539 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent.

Le conseil d’administration indique que la diminution de 16 milliards de dollars de l’actif net pour le trimestre se composait d’une perte nette de 23 milliards de dollars et de 7 milliards de dollars en transferts nets du Régime de pensions du Canada.

Le conseil d’administration indique que les résultats trimestriels du fonds ont été entraînés par des pertes dans les stratégies d’actions publiques, en raison de la baisse généralisée des marchés boursiers mondiaux.

Il indique également que les investissements dans le capital-investissement, le crédit et l’immobilier ont contribué modestement aux pertes de ce trimestre.

Le chef de la direction de l’OIRPC, John Graham, dit qu’il s’attend à ce que les « turbulences » dans l’environnement des affaires et des investissements persistent tout au long de l’exercice.

Continue Reading

Affaires

McDonald’s rouvrira bientôt ses sites en Ukraine

Published

on

Par

McDonald’s commencera à rouvrir certains de ses restaurants en Ukraine dans les mois à venir, symbole du retour à la normalité du pays déchiré par la guerre et signe de soutien après le retrait de la chaîne de restauration rapide américaine de Russie.

Le géant du burger a fermé ses restaurants ukrainiens après l’invasion russe il y a près de six mois, mais a continué à payer plus de 10 000 employés de McDonald’s dans le pays.

McDonald’s a déclaré jeudi qu’il commencerait à rouvrir progressivement certains restaurants dans la capitale, Kyiv, et dans l’ouest de l’Ukraine, où d’autres entreprises font des affaires loin des combats. Des entreprises occidentales comme Nike, KFC et le détaillant de vêtements espagnol Mango sont ouvertes à Kyiv.

« Nous avons longuement parlé à nos employés qui ont exprimé un fort désir de retourner au travail et de voir nos restaurants en Ukraine rouvrir », a déclaré Paul Pomroy, vice-président senior des marchés exploités internationaux, dans un message aux employés. « Ces derniers mois, la conviction que cela soutiendrait un petit mais important sentiment de normalité s’est renforcée. »

L’économie ukrainienne a été gravement endommagée par la guerre et le redémarrage des entreprises, même dans une capacité limitée, serait utile. Le Fonds monétaire international s’attend à ce que l’économie ukrainienne se contracte de 35 % cette année.

McDonald’s compte 109 restaurants en Ukraine, mais n’a pas précisé combien rouvriraient, quand cela se produirait ou quels emplacements seraient les premiers à accueillir les clients. Au cours des prochains mois, la société a déclaré qu’elle commencerait à travailler avec les fournisseurs pour approvisionner les restaurants, préparer ces magasins, ramener les employés et lancer des procédures de sécurité alors que la guerre fait toujours rage à l’est.

La chaîne s’est définitivement retirée de la Russie

Alors qu’il va commencer à rouvrir en Ukraine, McDonald’s a vendu ses 850 restaurants en Russie à un propriétaire franchisé. Cela s’est produit trois décennies après que McDonald’s a ouvert son premier emplacement à Moscou, devenant un symbole puissant de l’apaisement des tensions de la guerre froide.

McDonald’s avait fermé des centaines de sites russes en mars, ce qui coûtait à l’entreprise environ 55 millions de dollars américains par mois. La vente de ses restaurants russes était la première fois que l’entreprise se « désarquait » ou quittait un marché majeur.

Alexander Govor, qui détenait une licence pour 25 avant-postes McDonald’s en Sibérie, a commencé à rouvrir les anciens emplacements McDonald’s sous le nom de Vkusno-i Tochka, ou Tasty-period.

Continue Reading

Tandance