Connect with us

Canada

Saskatchewan. gouv. décourage l’utilisation de la trousse d’outils du Réseau canadien anti-haine financée par le gouvernement fédéral dans les salles de classe

Published

on

Le gouvernement de la Saskatchewan décourage les enseignants d’utiliser une trousse d’outils anti-haine élaborée par le Réseau canadien anti-haine.

La boîte à outils est une ressource pour identifier et lutter contre la haine dans les écoles, selon le réseau, qui surveille et signale les groupes ou les individus faisant la promotion de la haine envers les «groupes identifiables» décrits dans la loi canadienne, selon son site Web.

Tout le contenu est canadien et fait trois fois référence à la Saskatchewan. Mais la province dit que cela ne répond pas à ses critères.

« La boîte à outils ne répond pas à des critères tels que la haute qualité, l’absence de préjugés dans la mesure du possible et le contexte approprié et significatif de la Saskatchewan », a déclaré un porte-parole du ministère de l’Éducation de la Saskatchewan dans un communiqué le 13 octobre.

Le gouvernement fédéral indique sur son site Web que la boîte à outils fournira « un programme complet d’éducation contre le racisme pour aider les éducateurs, les parents et les communautés à mieux identifier, affronter et prévenir la haine dans les écoles du Canada ».

Le projet est financé par le Programme d’action contre le racisme du gouvernement du Canada, qui vise à éliminer les obstacles à l’emploi, à la justice et à la participation sociale des peuples autochtones, des communautés racialisées et des minorités religieuses, ainsi qu’à lutter contre la haine en ligne et à promouvoir la littératie numérique.

La boîte à outils, intitulée Confronting Hate in Canadian Schools, a été lancée en juin et a reçu 268 400 $ en financement fédéral pour son développement. Mais le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan a informé le secteur de l’éducation le 20 septembre que la boîte à outils canadienne anti-haine n’était pas recommandée.

Le ministère indique qu’au lieu d’utiliser la boîte à outils, une sélection de ressources peut être effectuée par les écoles et les systèmes scolaires à l’aide des directives de sélection des ressources d’apprentissage 2022 et des listes de ressources disponibles sur le site Web du programme.

La boîte à outils n’est pas un programme : directeur

Evan Balgord, directeur exécutif du Canadian Anti-Hate Network, affirme que la boîte à outils anti-haine est fortement sourcée avec des liens fournis. (Réseau canadien de recherche sur le terrorisme, la sécurité et la société)

Evan Balgord, directeur exécutif du Canadian Anti-Hate Network, se dit déçu que la province décourage le secteur de l’éducation d’utiliser la boîte à outils.

« La Colombie-Britannique dit qu’elle l’inscrit déjà sur une liste recommandée, avant même que nous ne les ayons contactés. Nous avons des réunions prévues avec d’autres provinces. Donc, partout ailleurs, la réponse a été neutre à positive. La Saskatchewan a donc été une exception », a-t-il ajouté. dit Balgord.

Balgord dit que la boîte à outils n’est pas nécessairement conçue comme une ressource en classe, mais comme une ressource de développement professionnel, principalement pour les parents et les enseignants. Ce n’est pas un programme, a déclaré Balgord.

« C’est pour empêcher les enfants d’avoir la tête si pleine de haine, d’être soignés et radicalisés et d’être propagandisés par, vous savez, des manifestes et d’autres choses et de sortir et de mener une sorte d’attaque de masse », a déclaré Balgord.

Il dit que la boîte à outils aborde également des situations moins extrêmes. Il nie qu’il soit partial, comme le suggère la province. Il dit que les groupes haineux ciblent souvent les enfants pour le recrutement.

« Ce n’est pas partisan et ce n’est pas censé être considéré comme partisan. Cela doit parler un peu de politique parce que les groupes suprémacistes blancs, tout le temps, parlent de la façon d’influencer ou d’infiltrer la politique dominante pour parvenir à leurs fins.  » il a dit.

« C’est donc une grande partie de leur idéologie. Alors bien sûr, nous devons mentionner la boîte à outils. C’est donc là que vous allez voir. »

Contenu saskatchewanais

Quant au contenu de la Saskatchewan, la boîte à outils mentionne la rafle des années 60, qui « a arraché les bébés autochtones des bras de leurs mères en vertu de politiques racistes qui cherchaient à effacer leur culture et leurs liens communautaires ».

Il mentionne également les « Starlight Tours », où la police de la Saskatchewan et du Manitoba emmenait des hommes autochtones dans des zones rurales et « les laissait là au cœur d’un hiver froid des Prairies ».

Pendant ce qu’on appelle maintenant la rafle des années 60, les organismes fédéraux et provinciaux plaçaient des publicités comme celle-ci dans les journaux, essayant de placer les enfants autochtones dans des maisons blanches.

Balgord dit que le ministère de l’Éducation de la Saskatchewan a affirmé que le Réseau canadien anti-haine avait fait « des déclarations assez controversées sans aucune sorte de sauvegarde ou de preuve » dans la boîte à outils.

« Ce n’est ni factuel ni exact. Si vous allez jeter un coup d’œil à la boîte à outils, c’est juste là. Tout est hyperlié. Il y a comme une douzaine d’hyperliens par page. Vous savez, je me sens hyperbolique ici, mais c’est sourcé, c’est prouvé. »

Balgord dit que si quelqu’un dit que la boîte à outils n’est pas exacte sur le plan factuel, le réseau prend cela au sérieux et l’examinera.

« Nous ne voulons pas que cette chose soit politique. Nous sommes un peu déçus que ce soit devenu politique en Saskatchewan », a-t-il déclaré.

« Nous voulons simplement créer une bonne ressource pour les parents et les enseignants et, en fin de compte, empêcher les enfants de se radicaliser dans des mouvements de suprématie blanche et de haine qui ruinent leur vie, et se retournent et les obligent à menacer d’autres enfants. »

Quant au problème de la province avec ce qu’elle appelle un manque de matériel de la Saskatchewan, Balgord dit que du matériel supplémentaire pourrait être ajouté à l’avenir.

« Il y a du contenu de la Saskatchewan. Nous serions bien sûr heureux d’en ajouter plus. Mais c’est une boîte à outils destinée à tout le Canada. Donc, cela pourrait toucher la Saskatchewan, mais il n’y aura pas une tonne de matériel spécifique à la province. « 

Canada

Un homme de Winnipeg qui a poignardé sa femme à mort en 1994 a obtenu une semi-liberté en Colombie-Britannique

Published

on

Par

AVERTISSEMENT : Cette histoire contient des détails affligeants.

Un homme qui a poignardé sa femme à mort dans une rue animée de Winnipeg en 1994 a obtenu une semi-liberté pour la première fois en cinq ans et sera autorisé à visiter sept municipalités de la vallée du Fraser en Colombie-Britannique, selon une décision de la Commission des libérations conditionnelles du Canada.

Bruce Stewner, aujourd’hui âgé de 57 ans, purge une peine d’emprisonnement à perpétuité pour le meurtre horrible de son ex-épouse, Kelly Lynn Stewner, le 6 mai 1994.

Il l’a poignardée 20 fois devant des passants après qu’elle se soit enfuie de leur voiture sur l’avenue Portage devant le parc Assiniboine. En l’attaquant, il lui a dit qu’elle le méritait.

Au moment du meurtre, il violait une ordonnance restrictive.

Stewner a commencé à purger sa peine en février 1995.

Bien qu’il soit évalué comme présentant un risque modéré à élevé de récidive, il sera autorisé à voyager dans la région de la vallée du Fraser pendant une période de six mois à compter du 19 décembre.

Stewner a eu des séjours antérieurs en liberté conditionnelle qui ont pris fin lorsqu’il a violé les conditions qui lui étaient imposées.

Il a obtenu sa semi-liberté pour la première fois en 2012. En 2013, il est retourné en prison après avoir consommé de la drogue et omis de signaler deux relations intimes. En 2016, il a de nouveau obtenu une libération conditionnelle, qui a pris fin en 2017 en raison d’une consommation d’alcool, d’avoir omis de signaler une relation et d’avoir menacé une autre personne, selon la PBC.

Une femme qui dit qu’elle est sa dernière victime – et la raison pour laquelle il est retourné en prison en 2017 – craint pour sa vie en sachant qu’il sera en liberté conditionnelle dans moins de deux semaines.

« Ma sécurité n’est pas prioritaire. J’ai juste l’impression que ses droits passent avant les miens », a déclaré la femme à CBC News.

La femme, que CBC News a accepté de ne pas nommer, a eu une relation amoureuse avec Stewner pendant quelques mois lorsqu’il a menacé de la tuer.

« Il m’a dit que s’il rentrait [to jail] et c’était de ma faute, alors il va me faire sauter la tête. »

La décision de la commission des libérations conditionnelles du 28 novembre a également cité un autre incident avec une autre femme, où Stewner a menacé de « lui faire sauter la tête » si elle ne le laissait pas voir leur fils.

Une photo du meurtrier condamné Bruce Stewner, prise en 2017. (Soumis)

La femme qui a parlé à CBC dit que sa vie a été bouleversée depuis qu’elle a appris sa libération imminente.

« Je ne peux pas travailler. Je ne peux pas penser. Je ne peux pas manger. Je ne peux pas dormir », a-t-elle déclaré.

Elle a dit qu’elle essaierait de s’endormir pour se réveiller en sursaut après avoir rêvé qu’il se tenait dans son salon, la regardant.

« Ce n’est pas comme ça que je veux vivre ma vie », a-t-elle déclaré.

Stewner sait où vivent ses proches, a-t-elle dit, y compris son frère et ses jeunes enfants.

Pas plus tard qu’en février 2020, le tueur condamné a été réprimandé pour s’être renseigné sur ses victimes, y compris leur emplacement.

Il « est devenu élevé et défensif lorsqu’il a été confronté à [his] comportement », lit-on dans la décision de novembre de la PBC.

La décision cite également une histoire de Stewner repoussant les conditions de libération l’obligeant à signaler les relations intimes et tout problème pouvant survenir avec un partenaire.

La femme qu’il a menacé de tuer en 2017 se souvient s’être disputée avec lui à ce sujet.

Le couple était séparé depuis deux mois et Kelly Lynn avait une ordonnance restrictive contre Bruce Stewner alors qu’ils conduisaient sur l’avenue Portage en mai 1994. (Radio-Canada)

Il lui a dit: « J’ai 53 ans. Je n’ai pas à faire ça. Pourquoi devrais-je? »

Stewner s’est vu refuser la libération conditionnelle en juin 2020, puis à nouveau en février 2021 après un appel ordonné en révision, selon la CLCC.

La décision du conseil de 2022 indique que les résultats combinés de deux évaluations psychologiques réalisées en septembre indiquent que son risque de récidive est modéré à élevé.

Décisions antérieures de la commission des libérations conditionnelles

La plus récente demande de libération conditionnelle de Stewner est sa quatrième tentative en deux ans.

En février de l’année dernière, la CLCC a noté certaines améliorations dans ses tests psychologiques, ce qui a augmenté son potentiel de réintégration réussie.

Stewner a dit à la commission des libérations conditionnelles à plus d’une occasion qu’il espère travailler avec les refuges pour femmes locaux après sa libération pour parler de la violence et des abus.

Avant l’examen du conseil, Stewner a soumis une lettre demandant une audience orale.

La lettre dit qu’il a des problèmes avec le contenu d’une déclaration de victime et son évaluation psychologique.

Son ancien partenaire de 2017 a déclaré que Stewner croyait souvent qu’il était la victime.

« Tout ce qui s’est passé dans sa vie lui est arrivé. Même quand il a tué sa femme, cela lui est arrivé », a-t-elle déclaré.

Au moment du meurtre de 1994, il a déclaré qu’il était dans une relation de codépendance avec sa femme, et cela a déclenché son explosion violente, mais il n’avait aucune intention de la tuer.

Lorsque le juge a condamné Stewner, il a décrit le crime comme l’un des plus vicieux, brutaux et violents qu’il ait vus.


Un soutien est disponible pour toute personne touchée par la violence conjugale. Vous pouvez accéder aux services de soutien et aux ressources locales au Canada en visitant ce site Web. Si votre situation est urgente, veuillez contacter le 911 ou les services d’urgence de votre région.

Bien que certains services de soutien en personne soient fermés en raison de la COVID-19, les lignes téléphoniques et le soutien en ligne restent disponibles pour la plupart des centres au Manitoba :

  • Ikwe Widdjiitiwin : 1-800-362-3344 (sans frais).
  • Crise Willow Place : 204-615-0311 ou 1-877-977-0007.
  • Ligne de crise provinciale : 1-877-977-0007 (sans frais).
  • Centre de ressources pour femmes de Brandon : 204-726-8632 ou 1-866-255-4432.

Continue Reading

Canada

L’assemblée de l’AFN se termine avec quelques progrès, une démonstration d’unité et des promesses familières des politiciens

Published

on

Par

Le rassemblement hivernal annuel de l’Assemblée des Premières Nations s’est terminé jeudi soir avec des progrès sur quelques questions clés, une démonstration émotionnelle d’unité, des résolutions en attente et des questions en suspens sur les luttes politiques et juridiques internes de l’organisation nationale de défense des droits.

Les délégués ont adopté des résolutions pour faire progresser l’égalité des sexes au sein de l’APN, exiger une indemnisation pour les survivants de l’aide sociale à l’enfance, demander justice pour les victimes des pensionnats et s’opposer à un projet de loi fédéral sur le contrôle des armes à feu ainsi qu’à la législation provinciale en Alberta et en Saskatchewan.

Les propres chefs de l’APN l’ont critiquée mardi après que le rassemblement précédent en juillet ait vu des querelles politiques internes éclipser la série pressante de problèmes sociaux auxquels sont confrontées les Premières Nations, ce que la chef nationale RoseAnne Archibald a reconnu en clôturant le rassemblement.

« J’ai commencé par demander à cette salle mardi de faire une inspiration et une expiration collectives car il y avait beaucoup d’énergie nerveuse dans la salle », a-t-elle déclaré.

« Nous avons réussi cette réunion. Nous avons fait du bon travail cette semaine. »

Malgré ces progrès, une enquête en cours des ressources humaines sur les allégations d’inconduite au travail contre Archibald plane toujours sur son mandat assiégé en tant que chef national.

Archibald n’a pas été disponible pour un entretien avec les enquêteurs malgré des demandes répétées de s’asseoir avec elle entre août et maintenant, a déclaré mercredi Raquel Chisholm, associée du cabinet d’avocats Emond Harnden.

Chisholm a dit aux délégués que lorsque les enquêteurs ont rencontré Archibald, le chef national a exprimé des inquiétudes quant à l’équité du processus.

Archibald a refusé les demandes d’interview jeudi et n’a fait que des remarques préparées. Elle soutient que les allégations portées contre elle sont des représailles pour sa presse pour la transparence financière.

Les chefs ont également appris mercredi qu’une enquête financière, qu’ils ont votée en juillet après qu’Archibald a accusé sa propre organisation de corruption, en est à ses débuts.

La division a fait place à l’unité

Les chefs ont mis leurs différences de côté mercredi soir après une session marathon où ils ont voté pour combiner des résolutions concurrentes et présenter au Canada un front unifié sur l’indemnisation des survivants du système de protection de l’enfance.

Les chefs ont exhorté le Canada à verser un « minimum » de 20 milliards de dollars aux personnes couvertes à la fois par un accord de règlement de recours collectif proposé et par l’ordonnance d’indemnisation permanente du Tribunal canadien des droits de la personne à partir de 2019.

« Nous pourrons quitter cette assemblée avec une vision très claire que nous sommes unis : que ce gouvernement ne va pas nous diviser, que nous sommes unis ensemble », a déclaré le président du Conseil de la nation Squamish, Khelsilem, lors de la présentation de la nouvelle résolution, qui a été produit avec l’aide du sénateur à la retraite Murray Sinclair.

Cindy Blackstock, directrice exécutive de la First Nations Child and Family Caring Society, a déclaré que la décision des chefs devrait envoyer un message au Canada selon lequel essayer de dresser les factions des dirigeants des Premières Nations les unes contre les autres ne fonctionnera pas.

« Ce genre d’approche de chantage ne peut pas être à quoi ressemble une réforme pour les enfants », a-t-elle déclaré jeudi dans une interview.

« Le public canadien, les survivants des pensionnats indiens, ces enfants, ces familles et ces dirigeants disent : ‘C’est la dernière génération à qui vous faites du mal, Canada. Nous en avons fini.' »

Des politiciens fédéraux s’adressent à l’assemblée

Les faits saillants de jeudi comprenaient le témoignage de plusieurs ministres du Cabinet, du premier ministre et des chefs respectifs des conservateurs et des néo-démocrates fédéraux.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré à CBC News qu’il ne serait pas surpris si Ottawa tentait de diviser les chefs après avoir présenté le discours de son parti aux délégués.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, s’adresse à l’assemblée spéciale des chefs de l’APN à Ottawa jeudi. (Spencer Colby/La Presse canadienne)

« Je ne sais pas précisément sur cet exemple particulier, comment cela se passe, mais cela s’est produit. Les chefs ont vécu cela. Les communautés autochtones ont vécu cela pendant longtemps », a déclaré Singh.

« C’est ainsi que le gouvernement fédéral a traité les communautés autochtones. Diviser pour mieux régner.

Dans une allocution vidéo préparée à la suite du discours en personne de Singh, le chef conservateur Pierre Poilievre a présenté son programme de « réconciliation économique ».

Après cela, les délégués ont entendu près d’une demi-douzaine de ministres libéraux discuter d’un large éventail de questions qui forment le programme de réconciliation de leur parti.

Le ministre de la Justice, David Lametti, a refusé de répondre aux questions quant à savoir si Ottawa abandonnerait ses contestations judiciaires dans l’affaire de la protection de l’enfance à la suite de la démonstration d’unité des chefs.

La ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, a déclaré qu’Ottawa préférait négocier plutôt que de plaider, mais ne s’engagerait pas non plus à abandonner les contestations judiciaires.

La ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, a déclaré à l’assemblée qu’Ottawa préfère négocier plutôt que plaider. (Spencer Colby/La Presse canadienne)

Hajdu a déclaré à CBC News qu’elle pouvait comprendre pourquoi certains chefs pourraient penser que le Canada essaie de les opposer les uns aux autres dans le dossier de la protection de l’enfance, mais a déclaré que ce n’était pas le cas.

Les Services aux Autochtones s’engagent à voir le flux d’indemnisation le plus tôt possible, a déclaré Hajdu, mais elle n’a pas dit si son gouvernement était disposé à mettre plus de table à la demande de CBC News.

Des dizaines de résolutions, entre-temps, sont restées sans réponse à la fin de l’assemblée.

Ils seront repoussés à juillet malgré les appels lancés à l’AFN pour qu’ils s’en occupent plus tôt.

Continue Reading

Canada

Plus de décès dans les pensionnats du Québec que précédemment signalés, révèle une enquête

Published

on

Par

AVERTISSEMENT : Cette histoire contient des détails et des images affligeants.

De nouvelles informations découvertes par l’émission d’enquête de Radio-Canada, Enquête, suggère qu’il y a peut-être eu des dizaines de décès de plus dans les pensionnats du Québec que les 38 officiellement signalés par la Commission de vérité et réconciliation (CVR).

Combinant des photographies récemment découvertes, des rapports inédits et des entretiens avec des survivants, Enquête ont trouvé plusieurs cas de décès d’enfants autochtones au Québec qui ne sont pas reflétés dans les chiffres officiels.

Certains des enfants sont morts de maladie. Certains ont été victimes d’abus qui sont décédés plus tard dans des circonstances nébuleuses.

Janie Pachano se souvient d’un tel cas.

Pachano est un survivant du pensionnat indien St. Philip sur l’île de Fort George. Elle a confié à Radio-Canada que la découverte de tombes anonymes sur le site d’un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique, en juin 2021 a réveillé en elle un souvenir de 70 ans.

« J’ai commencé à pleurer », a déclaré Pachano. « Je ne pouvais pas m’arrêter. »

Quand Pachano avait 10 ans, par une froide journée de février 1951, elle dit avoir vu une jeune fille nommée Ellen Bobbish assise par terre, la tête appuyée sur ses genoux.

Pachano a déclaré qu’un superviseur avait ordonné à Bobbish de s’habiller pour sortir, mais Bobbish a répondu qu’elle était trop malade.

« Le superviseur lui a donné des coups de pied dans les côtes et dans le dos, et elle s’est glissée vers la porte. Le superviseur l’a finalement jetée à l’extérieur », a déclaré Pachano.

Janie Pachano, une survivante du pensionnat indien de St. Philip, a raconté à Radio-Canada qu’elle avait été témoin des mauvais traitements infligés à Ellen Bobbish et qu’elle avait appris plus tard que Bobbish était décédé. (Radio Canada)

« Quelques jours plus tard, ils nous ont annoncé alors que nous faisions la queue pour le souper, ils ont annoncé qu’elle était décédée », a déclaré Pachano.

« Et ils ont dit de ne pas en parler. Elle est partie. N’en parle plus », a déclaré Pachano.

Le nom de Bobbish n’apparaît pas sur la liste officielle des personnes décédées, mais Pachano pense que ses restes se trouvent probablement sur le site de l’ancienne école.

Radio-Canada a découvert les traces de 12 autres enfants qui pourraient être décédés dans l’un des deux pensionnats de l’île de Fort George.

En juin dernier, les responsables cris ont annoncé qu’ils utiliseraient un radar à pénétration de sol (GPR) pour rechercher sur les sites des tombes non marquées. La recherche commencera l’été prochain.

Photographie troublante

L’une des preuves les plus troublantes d’un plus grand nombre de décès d’enfants découvertes par Radio-Canada est une photographie récemment ajoutée aux archives du Centre national pour la vérité et la réconciliation.

La photo montre l’abbé Maurice Grenon, directeur du pensionnat Saint-Marc-de-Figuery à Amos de 1955 à 1968.

Officiellement, aucun enfant n’est mort dans cette école.

Mais sur la photo, le père Grenon regarde le cercueil ouvert d’une jeune fille autochtone, sous le regard d’une poignée d’enfants. Il n’y a pas d’autres adultes sur la photo.

AVERTISSEMENT : Le texte ci-dessous contient une image affligeante.

Marie-Pier Bousquet, directrice des études autochtones à l’Université de Montréal, a été surprise lorsque Radio-Canada lui a montré la photo.

Elle aussi avait cru qu’il n’y avait pas eu de morts à l’école Saint-Marc-de-Figuery.

« Cette photo est venue me faire changer d’avis », a déclaré Bousquet à Radio-Canada.

La photo montre le prêtre et plusieurs enfants entourant le cercueil de l'enfant décédé.
Cette photo non datée montre le père Maurice Grenon et des enfants entourant un jeune enfant décédé au pensionnat Saint-Marc-de-Figuery à Amos, au Québec. Les photos sont utilisées avec la permission d’un comité des survivants de l’école. (Centre national vérité et réconciliation / Archives Deschâtelets-NDC)

Richard Kistabish, un survivant qui était à l’école dans les années 1960, a déclaré à Radio-Canada qu’il avait entendu des histoires d’au moins trois enfants qui ne sont jamais revenus.

« Certains se souviennent d’avoir assisté à des messes célébrées à l’école des enfants morts », a déclaré Kistabish.

Le Cercle des survivants du Centre national pour la vérité et la réconciliation a autorisé Radio-Canada à publier la photo, dans l’espoir qu’elle puisse aider à identifier la fille décédée.

D’autres sont morts de méningite, de tuberculose

Enquête a également découvert des preuves d’au moins un enfant décédé lors d’une épidémie de méningite dans un pensionnat à La Tuque, au Québec, et de deux autres morts de maladie dans des pensionnats à Mashteuiatsh et Sept-Îles.

Raymond Frogner, directeur des archives du Centre national pour la vérité et la réconciliation, a déclaré qu’il existe également des preuves que des dizaines d’enfants inuits sont morts de la tuberculose après avoir été envoyés dans des sanatoriums du sud du Québec.

Frogner a déclaré qu’il y avait encore du travail à faire pour analyser les documents et les témoignages oculaires du Québec. Il a déclaré qu’un manque de chercheurs bilingues signifiait que le portrait de la situation au Québec par la Commission de vérité et réconciliation était incomplet lorsque la commission a pris fin en 2015.

Le ministre des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière, a déclaré aux journalistes jeudi à l’Assemblée nationale que la recherche des enfants autochtones décédés dans les pensionnats de la province n’était pas terminée. (Nouvelles de Radio-Canada)

Le ministre des Affaires autochtones du Québec, Ian Lafrenière, a déclaré aux journalistes à l’Assemblée nationale jeudi qu’il s’y attendait.

« Il y aura des surprises. Pour être honnête, il y a beaucoup à découvrir. Ce n’est pas fini », a déclaré Lafrenière.

« C’est la raison pour laquelle, juste après la découverte à Kamloops, j’ai annoncé la nomination d’un animateur dont le seul travail est de faire le lien entre le fédéral, la province et toutes les communautés », a-t-il dit.

Frogner a déclaré que le Centre national pour la vérité et la réconciliation espère publier bientôt un total mis à jour du nombre de décès dans les pensionnats du Québec.


Une ligne de crise nationale pour les pensionnats indiens est disponible pour fournir un soutien aux survivants et aux personnes touchées. Les gens peuvent accéder aux services d’aiguillage émotionnel et de crise en appelant le service 24 heures sur 24 au 1-866-925-4419.

Des conseils en santé mentale et un soutien en cas de crise sont également disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept via la ligne d’assistance Hope for Wellness au 1-855-242-3310 ou par chat en ligne.

Continue Reading

Tandance