Connect with us

Canada

Rebuild or retreat? B.C. communities face tough choices after catastrophic floods

Published

on

Our planet is changing. So is our journalism. This story is part of a CBC News initiative entitled « Our Changing Planet » to show and explain the effects of climate change. Keep up with the latest news on our Climate and Environment page.


The flowers at Martin O’Brien’s former home in Grand Forks, B.C., are blooming, though no one lives there anymore to tend them.

The whole neighbourhood is being emptied, down to fire hydrants and every last piece of pipe above and below ground. Some houses have been moved, some picked apart by salvagers, and others, like O’Brien’s, are slated to be torn down.

The 71-year-old has stopped by to save some pansies. 

« My pansies are gorgeous and tulips opening already, » he said, digging them out and putting them in a pot for the small balcony of the new apartment he found in senior’s housing a few minutes away.

O’Brien’s home was one of close to 90 properties purchased or expropriated by the city after May 2018 floods that inundated the North Ruckle neighbourhood and most of downtown Grand Forks in B.C.’s southern Interior. 

In May 2018, North Ruckle experienced severe property damage fron intense flooding. A heavy snowpack and several days of torrential downpour caused the local rivers to overflow. (Tina Lovgreen/CBC)

After years of resisting, he was one of the last to leave, forced out in February when the city expropriated his property.

Rather than rebuild or protect the neighbourhood from future flooding, Grand Forks chose a path that’s likely to become more common as sea levels rise and weather gets more extreme due to climate change. 

It’s called « managed retreat, » and it means the people, their neighbourhood and all the dreams they had for the land have to go — returning the area to a natural floodplain.

« It was kind of a shock to the whole neighbourhood to find that we were to be eliminated, » O’Brien said, sitting on the porch of his former home. 

« I’d been here 30 years, but there were some who had been here their whole lifetime. »

He is staying sanguine about the situation, but the process has been painful in Grand Forks. 

Now, other B.C. cities — including Abbotsford, which is set to announce its plan Monday — are being forced to consider managed retreat as they recover from last November’s extreme flooding and mudslides, and prepare for what’s to come.

A road is submerged in water during flooding in Abbotsford, B.C. on Nov. 15, 2021. On Monday, the city says staff will present a plan to council on how to rebuild from those floods and prepare for future risks. (Ben Nelms/CBC)

‘A feeling of mourning’

As climate change threatens residents and infrastructure, more people will be forced to relocate. A 2019 study published in Nature estimated that, without urgent emissions cuts, some 300 million people are vulnerable to rising sea waters globally. 

In Canada, managed retreat has been used before in places where the chance of recurrent flooding is so high it was considered the best option, such as HIgh River, Alta., and Gatineau, Que.

In Grand Forks, Mayor Brian Taylor says when the waters receded, the problems did not. 

« We really had to have a solution that was long term, that shoring up a dike here and there or changing a few things really didn’t give us that security as a community going into this new climate uncertainty that we needed, » he said.

They decided to eliminate the neighbourhood to give room for the nearby Kettle and Granby rivers to overflow and build new diking systems to protect the downtown and other areas.

The idea was controversial and led to protests, especially when residents were told the compensation they would receive would be based on the post-flood value of their properties.

The city eventually bumped up compensation to residents, to lessen the blow, though it had to run a deficit to do so.

Beyond the money, Taylor said, it was a painful process for friends and neighbours to suffer through.

« That was a community. That was a group of people who knew each other, supported each other, » he said standing on the banks of the Kettle River, next to one of the boarded-up homes. 

« There’s a feeling of mourning going on. »

Grand Forks Mayor Brian Taylor says many residents are glad to see work being done on the mitigation project, but that it had been a difficult process to get here. (Curtis Allen/CBC)

O’Brien said that grief is compounded by the way the uprooting of the neighbourhood has been executed, with not enough in the way of alternate housing and financial, legal and even trauma support. It left many feeling like just a number, he said.

« They talked about resiliency as if it was something that was, like, a common denominator. Everybody had it, and everybody had the same amount. That isn’t the case, » he said.

He hopes there are lessons to be learned from his community, whose flood mitigation plan is seen by some as a precedent in the province.

Grand Forks has recently been fielding calls from other cities devastated by last November’s flooding and mudslides, which destroyed highways and saw up to 20,000 people forced from their homes.

The flooding of Abbotsford Sumas Prairie lasted three weeks, destroying blueberries and other crops and killing thousands of animals. Here, flooded farmland is seen on Dec. 3, 2021. ( Maggie MacPherson/CBC)

Abbotsford considering managed retreat

In Abbotsford, 70 kilometres east of Vancouver in the Fraser Valley, that November flooding blocked Highway 1 and covered the Sumas Prairie, lush farmland that produces half of the province’s milk, eggs and dairy. 

Abbotsford’s mayor said repairs and improvements made after last year’s floods leave residents better protected than they were before, but more needs to be done, especially when you factor in climate change.

« We could experience this again in November, and that is a concern, a big concern, which is why we are pushing so hard to develop that plan, » said Henry Braun. 

It’s all complicated by the fact that much of the Sumas Prairie was once a lake, until it was drained in the 1920s to create some of the most valuable farmland in the province. A series of dikes and a pump station work day and night to keep the lake out. 

The Barrowtown Pump Station in Abbotsford on Dec. 10, 2021. During the height of the flooding, it was saved by a group of volunteers who sandbagged to ensure it didn’t get flooded and stop operating. (Ben Nelms/CBC)

The city consulted with residents on four options that ranged from $200 million to $2.8 billion:

  • Option 1: Enhancements to pump station and repairs of dike damaged in November.
  • Option 2: All of the above, plus an additional pump station on the Sumas River.
  • Option 3: All of the above, plus expanding the floodway by relocating dikes, which may require the purchase of properties within it and extending dikes along the border.
  • Option 4: All of the above, except a narrower floodway, and three additional pump stations.

On Monday, the city said staff will recommend a mixture of options 2, 3 and 4 — the latter being the one preferred by the most Sumas Prairie residents. The specifics and price tag haven’t been released, but it will include diking along the border and four new pump stations.

Abbotsford Mayor Henry Braun says flood mitigation should have been improved decades ago. Beyond the options his city has put forward he wants cooperation from other levels of government for things like river dredging. (Dillon Hodgin/CBC)

Options 3 and 4, which will be part of the proposed plan, include the possibility of managed retreat with the buyout of certain properties. The city isn’t saying now how many properties could be affected.

« If you’re one of those farmers, that falls hard on their ears. I’ve had some challenging conversations, but our overall function as council is to protect our citizens and the farming community, » said Braun. « There’s a lot of things that are in play here all at once. »

Kuldeep Gill doesn’t like what he sees.

« I don’t like any idea that the city said, » Gill said overlooking his 14 hectare farm.  « I don’t want somebody to touch my berry to put a lake or something right here. I don’t want that. » 

Kuldeep Gill worries his farm may need to be purchased to become a floodplain. He wants the city to look at other options like better maintenance of ditches and culverts to help prevent future flooding. (Susana da Silva/CBC)

He bought his property seven years ago and spent millions on a new house. In November, his fields were under a metre of water.

« This is my dream. If I [retire] I want to stay in this peaceful area and my land, » he said.

Young blueberry bushes damaged by last year’s flooding. (Susana da Silva/CBC)

Bring back the lake?

But some are concerned the options considered don’t go far enough in giving the rivers room to rise.

Tamsin Lyle, an engineer and consultant on flood management, has studied flooding in the region for more than two decades.

« Options that are currently on the table are very much focussed on the status quo — so doing things we have done for the last 50 years but doing it a bit bigger. »

Lyle says she recognizes the urgency, but fears politicians are being pressured to act without considering the larger implications — from fish habitat to the politics of a dike on the U.S. border. 

« It might be too fast because we are sort of relying on things that we know have not worked in the past, » she said. 

« We need to be looking at our large tool box of options. »

For her, that includes the question of whether the former Sumas Lake should be allowed to flood Sumas Prairie again.

WATCH | 100 years ago, Sumas Prairie was a lake, and could be again:

The 100-year-old decision that contributed to Abbotsford, B.C., flooding

More than 100 years ago, a lake outside what is now the Abbotsford, B.C., area was drained to create lucrative farmland. Many say that decision is a big contributor to the devastating flooding.

Local First Nations also want to see a process that brings everyone to the table.

Tyrone McNeil is chief of the Stó:lō Tribal council, representing 11 First Nations throughout the region.

« At this point, I can’t support any of its options, because they are Abbotsford’s alone. We need a regional approach to this, » he said.

He is also frustrated at what he said is lack of resources among local First Nations to even properly evaluate proposals. An issue he says could hold up any plans with court challenges over a lack of proper consultation.

Tribal Chief Tyrone McNeil of the Stó:lō Tribal Council is pushing to see flood management done on a regional approach, with more participation from First Nations. (Dillon Hodgin/CBC)

He also is part of a group of experts and non-governmental organizations lobbying to see flood management handled differently. 

« Nobody should be alone in any of this, » he said.

« We need to have conversations now to figure things out for some folks. Some will be time consuming. But we need to start those conversations. How are we adapting to climate change?

« If we choose not to adapt? Well, you know, I think we’re in a lot of trouble. »

To those who think Abbotsford should go further, the mayor says, for now, he has to put the community first.

« Local government has a responsibility to protect our infrastructure, our community and our residents, » he said.

« If people want to start talking about letting the lake come back, that’s a discussion at a much higher level and pay grade than I have. That is our federal government and our province. »

All difficult discussions. The federal government is awaiting a report in the coming weeks from a task force set to look at the issue of flood relocation across the country. 

The City of Grand Forks has taken applications from people to salvage items from homes in North Ruckle before they are demolished to keep materials out of the landfill. Other homes have been bought and will be moved as part of projects to increase housing in the community. (Susana da Silva/CBC)

In Grand Forks, those discussion have already happened. 

The neighbourhood is slowly being erased.  Once Martin O’Brien’s home and all the others are dismantled, the area will be replaced with green space with walking trails and surrounded by a new dike, all available for the community to use when it isn’t under water.

They are still a couple years away from completion.

Martin O’Brien, though, is thinking of those who may face a fate similar to his.

« When the sea level at Vancouver rises and you have to evacuate many multi-storey apartment buildings or something, or when the decisions are made about how you do your managed retreat, who’s going to get left behind? »   

Canada

Avec un groupe de 7 000 amoureux des chiens dans son coin, un homme vivant à Pippy Park décroche un appartement

Published

on

Par

Avant de trouver un appartement la semaine dernière, Tremaine « Trey » Clarke et son chien, Buddy, séjournaient au terrain de camping Pippy Park à St. John’s, T.-N.-L. (Mark Cumby/CBC)

Il a fallu des centaines de messages aux propriétaires, une vague de soutien de la part d’une communauté d’amoureux des chiens et des séjours dans le Gathering Place, un hôtel et plusieurs campings.

Mais après avoir cherché depuis décembre dernier, Tremaine « Trey » Clarke et son fidèle chien, Buddy, ont finalement décroché un nouvel appartement.

« Mon dieu, j’ai mes clés », a déclaré Clarke. « Maintenant, j’ai une certaine stabilité. »

Clarke a dit qu’il était ravi quand il a appris la nouvelle cette semaine.

« Je sautais de haut en bas – je me sentais comme John Travolta, dansant partout », a déclaré Clarke. « Ça fait tellement longtemps que j’attends ça. »

Depuis mai, Clarke vivait dans une tente au terrain de camping Pippy Park à St. John’s. Et il n’est pas la seule personne en situation de précarité résidentielle à avoir élu domicile dans le parc. CBC News a connaissance de trois autres personnes séjournant au terrain de camping alors qu’elles cherchaient un logement à louer ou en attendant qu’une location se libère.

Un grand chien noir avec une laisse et un bandana bleu sarcelle s'allonge sur le sol à Pippy Park.
Clarke a déclaré que de nombreux propriétaires de la région métropolitaine de St. John’s refusent les locataires avec des chiens. Mais pour Clarke, son chien Buddy est un non négociable. « Il est mon médicament », a déclaré Clarke. (Mark Cumby/CBC)

Mais comme le camping à Pippy Park coûte à peu près autant que la location d’un appartement, le terrain de camping est un site improbable pour une future ville de tentes. Clarke a déclaré que son terrain semi-aménagé, qui comprend l’accès à la douche et l’électricité, coûte 995 $ par mois.

Et la principale raison pour laquelle Clarke a pu payer ces frais, répondre aux besoins de Buddy et finalement trouver un appartement ?

La gentillesse collective d’environ 7 000 amoureux des chiens dans le groupe Facebook « Snowdogs of Newfoundland and Labrador, Canada » – en particulier la gentillesse de la fondatrice et modératrice de ce groupe, Heather Gordon.

Une recherche de 7 mois commence

« Je le surveille toujours parce que je continue d’appeler Trey mon neveu adoptif », a déclaré Gordon.

Clarke, à son tour, appelle Gordon son ange gardien.

Les deux se sont rencontrés l’automne dernier, lorsque le groupe Snowdogs a commencé à aider Clarke à couvrir les factures vétérinaires et les médicaments pour Buddy. Clarke a déclaré qu’il avait récemment subi une blessure à la suite d’un accident de voiture et qu’il avait commencé à chercher des appartements pendant son séjour au refuge Gathering Place.

REGARDER | Tremaine « Trey » Clarke décrit ce que c’était que de vivre dans une tente, puis d’emménager dans un appartement :

Il vivait dans un parc. Un soutien communautaire l’a mis dans un appartement

Tremaine « Trey » Clarke décrit comment il est passé d’une tente à Pippy Park à St. John’s à un appartement qu’il appelle le sien.

Mais Clarke a trouvé la vie au Gathering Place difficile, en particulier en raison de la consommation présumée de drogue par les clients du refuge.

« Avec les hauts et les bas de tout le monde, c’était un peu difficile », a déclaré Clarke.

Paul Davis, le directeur exécutif du Gathering Place, a déclaré dans une interview que le refuge fournit un service à faible barrière, ce qui signifie que les personnes qui consomment activement des substances sont les bienvenues au centre.

« Nous demandons aux gens de ne pas utiliser dans l’espace, et quand cela est trouvé ou détecté, on leur demande d’arrêter », a déclaré Davis. « Nous leur demandons de partir, nous leur conseillons de ne pas rester ici pour utiliser et ainsi de suite, mais parfois cela arrive et nous le reconnaissons. »

Après une altercation au centre, Clarke a déclaré que lui et son ex-partenaire n’avaient pas le droit de retourner au Gathering Place pendant deux semaines et demie. Mais à ce moment-là, ils en avaient assez. En avril, alors que leur recherche de logement se poursuivait, Clarke et son ex-partenaire ont décidé de planter une tente à Quidi Vidi.

« Ce [was] tellement plus sûr. C’est meilleur pour notre santé mentale et ainsi de suite », a déclaré Clarke.

Ce mois-là, Gordon a été choquée lorsqu’elle a vérifié Clarke. Elle avait pensé qu’il était toujours au lieu de rassemblement. Mais la vidéo que Clarke a envoyée à Gordon raconte une autre histoire.

« Je regardais [at the video] et j’ai remarqué qu’il y avait une fine couverture sous Trey et un sac de couchage sur lui. Et il avait son manteau à côté de lui, et il avait Buddy enveloppé dans le manteau, et il tremblait et Buddy tremblait », se souvient Gordon.

À l’époque, a déclaré Gordon, elle ne pouvait pas comprendre la situation.

« Il neigeait. Et je me suis dit : ‘C’est impossible que quelqu’un doive vivre comme ça' », a déclaré Gordon. « Alors je l’ai mis sur le [Snowdogs] groupe. Et je dirais qu’en un jour et demi, nous avions assez d’argent pour payer une semaine au Fairfield Inn sur Kenmount Road. »

Fortune changeante

Cette première semaine à l’hôtel s’est rapidement transformée en deux, lorsqu’un deuxième groupe Facebook d’amoureux des chiens – cette fois, basé en Nouvelle-Écosse – a proposé de payer une deuxième semaine de factures. Et tout au long du séjour à l’hôtel de Clarke, Gordon a déclaré que les membres des Snowdogs n’arrêtaient pas de passer avec de la nourriture pour chiens, des repas faits maison et d’autres nécessités.

Mais dans les coulisses, Gordon se demandait quoi faire ensuite.

Un homme sourit en tenant un chien noir dans ses bras.  Une femme a son bras autour de Clarke.  Ils sont à l'extérieur près d'un immeuble résidentiel à St. John's.
Heather Gordon, la fondatrice du groupe Facebook « Snowdogs of Newfoundland and Labrador, Canada », a rencontré Clarke et Buddy près de leur nouvel appartement. (Soumis par Heather Gordon)

« De toute évidence, cela coûtait très cher de le garder à l’hôtel », a-t-elle déclaré. « Et j’essayais de comprendre, comme, où pourrions-nous mettre cette personne pour qu’elle soit en sécurité et qu’elle aille bien? »

Puis, ça l’a frappée : Pippy Park. Encore une fois, les Snowdogs ont collecté des fonds pour couvrir les frais de Clarke et ont déposé les produits de première nécessité pour Clarke – une bâche, un réchaud Coleman, un coussin de refroidissement pour Buddy. Gordon a tenu le groupe Snowdogs informé de la façon dont Clarke et Buddy allaient. Et pendant ce temps, Gordon et Clarke ont continué à envoyer des centaines de messages aux propriétaires.

Comme de nombreuses personnes à la recherche d’un logement à St. John’s ces jours-ci, Gordon et Clarke avaient tous deux l’impression qu’ils n’iraient nulle part.

« J’ai envoyé des messages à environ 500 ou 600 personnes depuis décembre », a déclaré Clarke. « Et cela [was] juste ‘loué, loué, loué. Non. Chiens interdits.’ … Ce [was] juste fou. »

Mais finalement, une lueur d’espoir en matière de logement est apparue – encore une fois, s’élevant de l’espace de soutien du groupe Snowdogs. Une femme qui faisait partie du groupe depuis des années a dit à Gordon qu’elle avait un appartement et a proposé d’organiser une visite pour Clarke.

Maintenant, la fortune de Clarke a finalement changé. Et, bien sûr, Clarke est également ravie.

« Comme je l’ai dit, [Gordon’s] comme un ange. Les gens du groupe sont phénoménaux aussi. Je ne sais pas ce que je peux faire pour la rembourser, elle et les gens en retour », a déclaré Clarke.

« Si ce n’était pas pour elle, je ne sais pas où nous serions. »

« Il y a tellement de Treys là-bas »

Doug Pawson, directeur exécutif de End Homelessness St. John’s, a déclaré qu’il n’est pas inhabituel pour les résidents de cette province qui dépendent des refuges de sortir pour l’été.

« Nous n’avons pas affaire à des campements comme vous en voyez dans d’autres villes comme Halifax, Toronto ou Edmonton », a-t-il déclaré.

Mais Pawson a déclaré que la récente pénurie de logements locatifs dans la région métropolitaine, associée à une augmentation marquée des prix de location, a un impact supplémentaire sur les personnes qui ont des antécédents de logement précaire.

« Nous voyons encore des personnes se faire loger qui sont sans abri et sans abri chronique », a-t-il déclaré. « Mais cela exerce une forte pression sur le système alors que l’offre de logements est encore plus limitée. »

À l’avenir, Pawson a déclaré qu’il aimerait voir des investissements plus ciblés dans le logement abordable, ainsi qu’un système de refuge axé sur le logement. Ce type de système, a-t-il dit, viserait à aider les gens à trouver un logement immédiatement, « afin que les gens n’aient pas à passer des mois dans un refuge ».

Pour sa part, Clarke est plein de gratitude pour tous ceux qui l’ont aidé, lui et Buddy, à prendre un nouveau départ. Et Gordon, qui n’avait jamais aidé personne en situation d’itinérance auparavant, a déclaré que les derniers mois avaient été très enrichissants.

Mais après avoir elle-même envoyé des messages à des centaines de propriétaires – et avoir maîtrisé le marché locatif actuel – Gordon s’inquiète de savoir où tout cela mène.

« Ce que les gens réalisent maintenant, c’est qu’il y a tellement de Treys là-bas… il y a tellement de gens qui ont besoin d’aide, vous savez? » dit Gordon.

« Ça m’a ouvert les yeux, c’est sûr. »

En savoir plus sur CBC Terre-Neuve-et-Labrador

Continue Reading

Canada

Moins d’enfants partent pour les camps d’été du Manitoba en raison de la pénurie de personnel et les préoccupations liées au COVID affectent les chiffres

Published

on

Par

Après deux ans de restrictions pandémiques, les directeurs de camping du Manitoba s’attendaient à ce qu’un tsunami de campeurs s’inscrive à une activité estivale par excellence – le camping de nuit – mais l’inscription est plus faible que prévu, certains camps fonctionnant sous la moitié de leur capacité.

Certains camps ont eux-mêmes réduit les effectifs. Le manque de personnel certifié adéquat, comme les sauveteurs et les agents de santé, a réduit le nombre de places disponibles pour certains camps de nuit.

« Nous n’avons pu ouvrir qu’autant de places au camp que nous avions de personnel disponible. Nous avons donc dû d’abord trouver du personnel, puis nous assurer que nous pouvions accueillir les enfants pendant l’été », a déclaré Chris Buffington, directeur exécutif de Camp Arnes, à Interlake au Manitoba.

Buffington, qui dit que les campeurs sont maintenant sur une liste d’attente, a déclaré que le nombre de campeurs avant la pandémie était quatre fois plus élevé qu’il ne l’est maintenant. Le camp est toujours à la recherche de travailleurs pour neuf catégories d’emplois, dont des sauveteurs, des infirmières du camp et des chefs de cabine, selon son site Internet.

Au moins trois camps ont déclaré avoir eu des difficultés à obtenir les sauveteurs et les agents de santé nécessaires pour inviter plus de campeurs.

« Normalement, j’ai trois sauveteurs sur ma plage. Maintenant qu’ils en ont un, nous avons beaucoup de baignades séparées, vous savez, où nous n’avons que 20 enfants à la fois plutôt qu’un grand groupe », a déclaré Don Roe, directeur de Gimli Bible Camp, qui se trouve également dans l’Interlake.

Don Roe, directeur du camp biblique de Gimli, a déclaré qu’il fallait plusieurs années pour constituer le personnel d’un camp. Il a déclaré que la pandémie avait porté un coup sérieux au personnel du camp qui mettra des années à se réparer. (Soumis par Don Roe)

Roe a déclaré qu’il faut plusieurs années pour constituer le personnel d’un camp, et la pandémie a porté un coup dur à ce personnel qui prendra des années à réparer.

Roe a déclaré que son camp était probablement à 40% de sa capacité et qu’ils avaient suffisamment de chefs de cabine pour fonctionner, mais ces membres du personnel se donnaient tous à 100% tout le temps.

« Si cela se produit tout l’été, ils vont probablement se fatiguer. Mais encore une fois, les enfants vont s’amuser – le plus important est de savoir quelle attention pouvons-nous leur accorder ? Combien de relations pouvons-nous faire ? »  » dit Roë.

D’autres plans de voyage affectent également l’inscription

La capacité réduite en raison du personnel n’est qu’une des raisons pour lesquelles moins d’enfants au Manitoba sont dans les camps cette année. Dans certaines situations, il y a de la place pour les campeurs, mais les directeurs ne savent pas pourquoi les enfants ne se sont pas présentés.

Le camp des pionniers du Manitoba, tenu près de Kenora, en Ontario, est à peu près à moitié plein, même s’il devait être plus proche de 65 ou 70 %, a déclaré Neil Steward, directeur général du camp.

« Juin est normalement un gros mois où nous voyons un certain nombre de campeurs s’inscrire, et nous n’avons tout simplement pas vraiment vu cela », a-t-il déclaré.

Steward a déclaré sur la base des conversations qu’il a eues avec les parents, il y avait deux raisons principales pour la réduction des inscriptions. Le premier était l’appréhension de COVID-19.

« Certains d’entre eux sont comme, vous savez, nous préférons attendre un peu plus longtemps avant de mettre nos enfants avec tout un tas de personnes », a déclaré Steward.

Steward a également déclaré qu’un certain nombre d’autres enfants voyageaient pour rendre visite à d’autres membres de la famille qu’ils n’avaient pas vus depuis un moment.

Plusieurs directeurs ont déclaré que l’incertitude au début de l’année quant à savoir s’il y aurait des camps d’été ou quelles seraient les conditions, les a amenés à ouvrir les inscriptions plus tard que d’habitude et aurait pu affecter qui s’est inscrit.

Le camp Massad a refusé 16 campeurs, au coût d’environ 40 000 $ à 45 000 $ de revenus, parce qu’ils n’étaient pas vaccinés, a déclaré Daniel Sprintz, directeur exécutif du camp, juste au nord de Winnipeg Beach.

Sprintz a déclaré qu’au moment où la province a abandonné ces restrictions pandémiques, il avait déjà refoulé les campeurs et les parents qui avaient déjà inscrit leurs enfants s’attendaient à un camp où tout le monde serait vacciné.

REGARDER | Les inscriptions augmentent, mais de nombreux programmes de camps n’ont pas assez de personnes postulant pour des emplois :

Les camps d’été luttent contre le manque de personnel

Avec l’assouplissement des restrictions pandémiques, les inscriptions aux camps d’été augmentent, mais de nombreux programmes n’ont pas suffisamment de personnes postulant pour des postes, ce qui oblige certains camps à fermer pour la saison.

Evan Andrew, directeur des revenus de la marque chez Sport Manitoba, a déclaré que son camp d’été de trois semaines, qui en est à sa quatrième année, fonctionne maintenant à 80 % de sa capacité. Les années précédentes, il aurait été plein, dit-il.

Andrew a déclaré que le camp n’avait pas augmenté ses frais, mais avait été contraint de supprimer une offre spéciale pour les lève-tôt en raison de l’augmentation des coûts.

« Nous ne voulions pas essayer de les transmettre aux familles, mais en même temps, évidemment [we’re] essayant d’atteindre le seuil de rentabilité, ou aussi près que possible, en tant qu’organisation à but non lucratif », a-t-il déclaré.

Pas une question d’argent pour tous

Kim Scherger, directrice exécutive de la Manitoba Camping Association, a déclaré que la baisse des inscriptions au camping cette année se traduit par une baisse du nombre de demandes de subventions pour les camps, même si l’aide est prête et en attente.

Les enfants qui ont besoin d’argent pour le camp peuvent y accéder par l’intermédiaire du Sunshine Fund, qui est administré par la Manitoba Camping Association. Scherger a déclaré que la demande cette année est bien inférieure à ce qu’ils ont vu précédemment.

Kim Scherger, chef de la Manitoba Camping Association, a déclaré que les inscriptions aux camps étaient excellentes en mars et avril, mais qu’elles ont ensuite plafonné. C’est une bonne chose, dit-elle, car de nombreux camps n’auraient pas été en mesure de trouver suffisamment de personnel pour organiser un camp complet. (Soumis par Kim Scherger)

« En 2019, nous avons envoyé 641 enfants au camp pour une semaine de camp d’été, et cela nous a coûté environ 225 000 $ », a déclaré Scherger.

Il a couvert le coût de l’envoi d’un peu plus de 100 enfants en 2020 et 2021, lorsque la pandémie de COVID-19 a limité les options pour les camps.

Bien que le Sunshine Fund s’attende à une vague de candidatures cette année, cela ne s’est pas concrétisé.

« Fin juin, nous tournions juste autour de la barre des 300 enfants que nous envoyions au camp via le Sunshine Fund. Et ce montant était d’environ 130 000 $ que nous dépensions via le fonds », a déclaré Scherger.

« Donc, je suppose qu’une partie de mon message ici aussi est que nous avons encore du financement pour cette année. »

Scherger a déclaré que le financement est toujours disponible pour les camps accrédités répertoriés sur le site Web de la Manitoba Camping Association.

« Nous aimerions vraiment encourager les parents à nous demander d’accéder à ce financement », a-t-elle déclaré.

Continue Reading

Canada

Au moins 3 camps de vacances au Québec fermés temporairement en raison d’épidémies de COVID-19

Published

on

Par

Au moins trois camps de vacances au Québec ont décidé de fermer temporairement en raison d’épidémies de COVID-19, a appris Radio-Canada, renvoyant des centaines de campeurs chez eux à peine une semaine après le début de la saison.

Le décompte était de deux hier soir, mais une troisième fermeture de camp a été confirmée ce matin.

Dans une lettre aux parents lundi, le directeur du Camp Ouareau dans la région de Lanaudière a déclaré que les 150 campeurs doivent être renvoyés chez eux mardi après que sept cas de virus ont été enregistrés au camp.

« Nous sommes extrêmement tristes d’en arriver là », a écrit Jacqui Raill. « Cette décision n’a pas été prise à la légère.

Raill a déclaré qu’elle prévoyait que des cas supplémentaires pourraient être détectés dans les prochains jours. Le camp rouvrira le 13 juillet.

C’était censé être un retour à la normale pour les camps d’été cette année, car tous ont été fermés à l’été 2020 et certains n’ont pas ouvert en 2021.

L’Association des camps du Québec (ACQ) a identifié au moins deux autres fermetures de camps dans la province et dit qu’il pourrait y en avoir d’autres. L’association ne nomme pas les camps.

La décision est « déraisonnable », dit un parent

Les fermetures sont un casse-tête et une déception pour certains parents, dont beaucoup planifient leurs étés en fonction du séjour de leur enfant au camp.

« Sept cas, ça ne semble pas beaucoup pour fermer un camp », a déclaré Emmanuelle Lamarre-Cliche, qui a réorganisé sa journée pour aller chercher ses filles au Camp Ouareau aujourd’hui.

Elle a qualifié la situation de « complètement ridicule » et la décision de « déraisonnable » alors que presque toutes les mesures sanitaires au Québec ont été levées, et qu' »il y a des gens qui se pressent dans les restaurants et les théâtres ».

Elle a dit que c’est aussi une honte pour ses enfants, qui sont confrontés aux restrictions du COVID-19 depuis deux ans.

« Ils portaient des masques en classe, faisaient l’école à la maison, mettaient de côté leur vie sociale et leurs activités parascolaires. Ils ont enfin eu l’occasion de prendre l’air et de s’amuser avec des amis », a-t-elle déclaré.

L’association du camp appelle à la clarté

Dans sa lettre aux parents, Raill a déclaré que la décision de fermer le camp avait été prise suite aux conseils du conseil de santé local de la région. Cependant, les autorités de santé publique disent ne pas avoir fait cette recommandation.

« Nous avons été informés de la fermeture du camp », a déclaré Pascale Lamy, porte-parole du CISSS Lanaudière. « La fermeture complète du Camp Ouareau reste une décision de l’administration du camp. »

Selon l’association des camps de la province, il n’y a pas de lignes directrices claires pour décider de fermer un camp en raison d’une épidémie.

Lundi, le directeur général de l’ACQ, Éric Beauchemin, a demandé une rencontre avec le ministère de la Santé du Québec pour clarifier les règles.

« Nous avons déjà connu des épidémies de gastro-entérite, avant que le COVID n’existe. Il est possible de maintenir les opérations dans un contexte comme celui-ci. Il faut voir avec la santé publique jusqu’où on peut aller et quelle marge de manœuvre on a », a-t-il déclaré.

Beauchemin a déclaré que les camps suivent les directives de la COVID-19, telles que la distanciation, la limitation du nombre de personnes par unité d’hébergement à 10, ainsi que la promotion des activités de plein air.

Cas parmi les conseillers

Selon l’ACQ, les cas de COVID-19 ont été retrouvés chez des intervenantes. Mais un intervenant absent peut priver une dizaine de jeunes d’encadrement, dit Beauchemin.

« C’est un casse-tête pour les organisations. Si nous ne sommes pas en mesure de maintenir les [counsellor to child] ratios, nous sommes dans une situation où nous devons arrêter les opérations du camp. »

La pénurie de main-d’œuvre qui touche les camps rend la situation encore plus complexe, car les remplaçants se font rares.

En ce qui concerne les camps de jour du Québec, il n’y a pas de fermetures pour le moment.

Continue Reading

Tandance