Connect with us

Canada

Plastics ban could spur Canadian companies to tackle harder-to-replace packaging, say industry watchers

Published

on

Our planet is changing. So is our journalism. This weekly newsletter is part of a CBC News initiative entitled « Our Changing Planet » to show and explain the effects of climate change. Keep up with the latest news on our Climate and Environment page.

Sign up here to get this newsletter in your inbox every Thursday.


This week:

  • Plastics ban could spur Canadian companies to tackle harder-to-replace packaging, say industry watchers
  • Solar cars: Is it their time to shine?
  • Nickel is a key element of electric vehicles — but mining it takes an environmental toll

Plastics ban could spur Canadian companies to tackle harder-to-replace packaging, say industry watchers

(Paul Chiasson/The Canadian Press)

The federal government passed a ban on six categories of single-use plastics last week, but some Canadian businesses have been preparing for a while.

In March, for example, the Nova Scotia-based supermarket chain Sobeys put out a countrywide call to industry — dubbed the Plastic Waste Challenge — to design a sustainable replacement for the plastic and polystyrene (commonly known as Styrofoam) packaging used for meat.

« We decided to really pursue it as a challenge for the rest of Canada and see what people could come up with, » said Doug Jones, CEO of IGNITE Atlantic, a business advocacy organization that partnered with Sobeys and government-funded non-profits to source alternatives to polystyrene meat packaging ahead of the federal action. 

Details about the alternatives are protected by a non-disclosure agreement, but Jones said the proposals include a variety of « innovations » that are recyclable or compostable.

Passed last Wednesday, the federal ban targets the « manufacture, import and sale » of the following categories of single-use plastic: checkout bags; cutlery; foodservice ware made from or containing plastics; ring carriers (for six-packs); stir sticks; and straws. For most of these items, the ban comes into effect in December; plastic ring carriers will get an extra six months’ grace period.

The products named in the federal ban can be eliminated « without really skipping a beat, » said Tony Walker, a professor of environmental studies at Dalhousie University in Halifax who advised the federal government on its Zero Plastic Waste Agenda and Oceans Plastics Charter.

Walker said it’s important for Ottawa to target the « low-hanging fruit » — products for which there are ready alternatives and that can be banned without too much pushback — because it incentivizes industry to think critically about the design and deployment of future plastics that are harder to replace.

The six federal categories capture several subcategories, in some cases covering a wide variety of products. « Foodservice ware, » for example, includes items ranging from clamshell takeout containers to the meat packaging that Sobeys aims to address.

For Sobeys, the exercise fits within its track record of corporate social responsibility. For Nova Scotians, it shows that plastic bans, whether provincial or federal, require industry and community buy-in to be successful. Single-use plastic checkout bags have been absent from Nova Scotia grocery stores since the provincial government banned them in October 2020.

Advocates and researchers expect the federal ban to follow a similar pattern across the country, although it will require research-based followup and government support.

« We have to start somewhere, » said Karen Wirsig, program manager for plastics with Environmental Defence. « These items really do cause havoc. »

The federal government expects the regulations to cut about three per cent of the plastic waste generated in Canada over a 10-year period (from 2023 to 2032).

Wirsig said the numbers don’t add up to a very large « bite » out of Canada’s annual plastic pollution. « It’s a nibble, » she said. « But it’s an important nibble. »

Walker warns, however, that a reliance on single-use alternatives, such as paper grocery bags, may reduce plastic pollution but still require vast amounts of land or carbon emissions to manufacture. Wirsig called these alternatives « problematic substitutions » and said items that can be reused repeatedly are the ideal replacement for single-use plastics.

Barry Cross, a professor of operations management at Queen’s University in Kingston, Ont., said many businesses hoping to develop a « greener vessel » for their products are pursuing plant-based fibres such as bamboo, which regenerates quickly and can be grown on relatively small plots of land.

Cross said he views the ban as a « catalyst » for business innovation but added other jurisdictions, including the European Union and parts of Asia, are outpacing Canada on legislation that targets plastic waste.

Even so, Walker said buy-in from industry players like Sobeys is critical for the effectiveness of any regulation.

« Most members of the public are on board with this, » Walker said. « It’s great to see that another important stakeholder [industry] … is taking the lead on this. »

Ben Andrews

Reader feedback

Dianne Slimmon:

« Is it possible to lobby the CBC newscasters to add something we can do to mitigate the climate emergency, when a climate emergency story is given in a newscast? Otherwise, we may be left feeling distraught and helpless in the face of the news item. Just one thing that we could do to help — it could be in the form of a story (interview, perhaps) that gives a way to change what we do, to make a difference.

« To my way of thinking, it’s the responsibility of those giving bad news to also give hope in some form. »

Old issues of What on Earth? are right here.

CBC News recently launched a dedicated climate page, which can be found here.

Also, check out our radio show and podcast. As oceans warm, fish are finding their way to waters that feel more like home. From Cape Cod to Atlantic Canada, producer Molly Segal looks at how fish and the people who harvest, sell and regulate them are adapting. What On Earth now airs on Sundays at 11 a.m. ET, 11:30 a.m. in Newfoundland and Labrador. Subscribe on your favourite podcast app or hear it on demand at CBC Listen.


The Big Picture: Solar cars

It’s no mystery that automakers are pivoting sharply to electric vehicles, one of the key strategies in the broader transition away from fossil fuels. But one specific type of green automotive technology has remained something of an unrealized dream: the solar car. 

The idea here is a vehicle that not only runs on electricity but also generates it through solar panels embedded in its frame. On the surface, it seems like a perfect solution. Anytime the vehicle is exposed to solar rays — whether out driving or parked in the sun — it is generating power. 

A number of companies have toyed with the concept. A couple of years ago, a German startup called Sono put out promotional videos for the Sion, a compact vehicle that contains « 456 half cells seamlessly integrated into the body of the car, » which could add 112 kilometres of range, on average, per week. Sono plans to roll out a family car next year. Meanwhile, Mercedes has revealed plans to produce an upcoming EV model with solar panels on the roof. 

Dutch company Lightyear, which has been developing similar technology for years, is set to release its Lightyear 0 in November. The sleek sedan (see image below) is clad in five square metres of curved solar panels. A recent test drive by the Guardian suggests the Lightyear 0 is a very smooth machine, but that its ultimate selling feature — that it’s essentially a solar array in motion — might not provide enough bang for the buck. 

The vehicle, which will have a driving range of about 625 kilometres on a full charge, will sell for 250,000 euros (about $337,000 Cdn). (For comparison, the Tesla Model 3 has a range of 575 km and goes for about $77,000 Cdn.) But the Lightyear 0’s solar panels will only add about 73 kilometres of range a day — in « optimal conditions, » as the Guardian story notes.

A solar car, with panels on the roof and hood, drives down a highway.
(Cesar Manso/AFP/Getty Images)

Hot and bothered: Provocative ideas from around the web


Nickel is a key element of electric vehicles — but mining it takes an environmental toll

A nickel mine.
(Tatyana Makeyeva/Reuters)

As the world moves toward renewable sources of energy, the production of batteries used for storing electricity, including in electric vehicles, is growing. As a result, demand for nickel is projected to grow significantly by 2040, according to figures from the International Energy Agency

Because of the energy-intensive processes required to extract the metals and minerals used in batteries, battery production has its own environmental footprint. Air pollution, water contamination and the destruction of habitats are all potential side-effects of mining nickel, of which Canada is the world’s sixth-largest supplier

« It’s really a situation where having good environmental regulations and controls in place on the mining industry is going to make a big difference, » said Maddie Stone, a U.S.-based journalist who covers climate change. « They can be quite dirty without the right environmental safeguards in place. »

Nickel mining in Russia — which produces some of the « worst » air pollution in the world, according to Stone — supplies Western automakers in Europe. Indonesia and the Philippines are also major global suppliers of the commodity.

Mining experts say Canada has stricter regulations on the industry, which, coupled with the country’s climate commitments, means mining companies here are taking a more environmentally friendly approach.

Greg Dipple, for example, wants to turn the waste from nickel mines into large-scale carbon sinks.

« We can see a pathway towards nickel mining in the future where it produces a net positive environmental benefit from the context of greenhouse gases, » said Dipple, a professor at the University of British Columbia and founder of Carbin Minerals, an environmental services company.

Dipple’s approach would use the tailings — pulverized rock byproduct that comes from extracting metals and minerals from ore — as a giant sponge for carbon in the atmosphere.

Once absorbed, the carbon would become rock and remain in the earth over time in a process known as carbon mineralization. But Dipple said projects like his should be the « last thing » mining companies do — instead, they should be opting to green their operations more holistically.

« That starts with renewable electricity. It includes decarbonizing the haul fleet. You look at all your operations, you make it as low-carbon as you can and then the hard-to-abate … you take care of with your tailings, » he said.

Dipple’s strategy is just one example of how mine operators are reducing their environmental footprint. 

There’s a lot of discussion about « the social licence » to operate mines, including that local communities are benefiting, said Sasha Wilson, an associate professor and the Canada Research Chair in biogeochemistry of sustainable mineral resources at the University of Alberta.

« This has been a really major shift in the last half century or so, and it’s continuing to progress in that direction. »

Current changes include shifting mine operations to greener energy, such as wind and solar, and reducing reliance on fuel-powered transportation.

Nickel mining remains a necessary step toward the transition to green energy — and to power the modern conveniences societies have come to rely on, said Simon Jowitt, an economic geologist and assistant professor at University of Nevada, Las Vegas.

« If you look at some of the predictions that the World Bank, the International Energy Agency have put out there, then there’s no way we can even move towards carbon neutrality without mining a heck of a lot of stuff. » 

Angela Asuncion, a researcher at the University of Guelph in Ontario who studies the impact of mining on the global south, said stronger safeguards against ecological and social harms are needed.

« Mining is critical to the just transition towards carbon neutral economies, but we can’t be complicit [in] the exploitative ways that natural resources are being extracted within vulnerable nations. » 

Asuncion said improving recycling processes for nickel, and other elements, will be essential in reducing the negative impacts associated with mining. 

While it’s likely that most nickel can be recycled, the existing stock won’t be enough to meet projected demand, and more still will need to be mined, say Jowitt and Dipple. 

For Dipple, the need to green mining operations is an existential issue — one that isn’t limited by technology, but by political and social will.

« This is a chance for the mining industry to fix its problems, » he said. « If they don’t, we’re not going to transform our economy. »

Jason Vermes

Stay in touch!

Are there issues you’d like us to cover? Questions you want answered? Do you just want to share a kind word? We’d love to hear from you. Email us at [email protected]

Sign up here to get What on Earth? in your inbox every Thursday.

Editor: Andre Mayer | Logo design: Sködt McNalty

Canada

Une grand-mère de Regina repousse alors que Sask. mène les taux d’homicides chez les Autochtones

Published

on

Par

Brenda Longman-Jaeger a encore du mal à comprendre pourquoi son petit-fils de 14 ans a été tué à Regina il y a quelques semaines, dans ce qu’elle appelle une « mort insensée ».

Jake Longman a été tué et retrouvé dans une ruelle de la rue Rae, dans le quartier North Central de Regina, le 29 juin. Il a été découvert aux côtés d’une femme de 32 ans qui a été transportée à l’hôpital.

Trois adolescents ont été accusés de meurtre au premier degré, dont aucun ne peut être nommé en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

« C’est juste devenu un très gros problème ici dans la ville », a déclaré Longman-Jaeger, faisant référence aux problèmes de sécurité, en particulier pour les jeunes.

C’est pourquoi Longman-Jaeger a lancé un groupe dirigé par des femmes appelé Matriarchs and Warriors Uniting Against Violence, pour se concentrer sur les problèmes et les gangs et pour essayer d’aider les jeunes contrevenants à Regina.

« C’est à cause de mon petit-fils que cela sort. Je ne veux pas que sa mort soit vaine », a-t-elle déclaré.

« Je voudrais inclure ces autres familles qui ont subi la même perte. »

Brenda Longman-Jaeger, à droite, a déclaré qu’elle ne voulait pas que la mort de son petit-fils de 14 ans, Jake Longman, soit vaine. Sa cousine, Hannah Longman, se tient à côté de Longman-Jaegar. (Alexander Quon/CBC)

L’une de ses préoccupations est que les adultes incitent les jeunes à rejoindre des gangs et les incitent à commettre des crimes dangereux et violents.

« C’est écœurant et nous en avons juste marre en tant que communauté », a déclaré Longman-Jaeger.

Janna Pratt, membre du groupe, a déclaré: « Ce n’est même pas sûr pour mes enfants de marcher jusqu’à l’école. »

De 2015 à 2020, la Saskatchewan a enregistré le taux le plus élevé d’Autochtones décédés par homicide parmi les provinces, avec un taux moyen de 17,57 pour 100 000 habitants, selon un rapport de Statistique Canada, comparativement à une moyenne nationale de 8,65 pour 100 000.

Pendant ce temps, le taux de victimes non autochtones dans la province au cours de cette période était de 1,38 pour 100 000 personnes, presque identique à la moyenne nationale de 1,39.

La différence entre les deux taux signifie que de 2015 à 2020, les Autochtones de la Saskatchewan étaient environ 13 fois plus susceptibles de mourir par homicide que les non-Autochtones. Il s’agit de la plus grande disparité de ces taux au pays.

C’est important que nos gens, nos aînés… s’impliquent pour protéger les jeunes, protéger les jeunes aussi,– Kim Beaudin, vice-chef nationale du Congrès des peuples autochtones

Bien que la violence des gangs ne soit pas l’une des principales causes de décès d’Autochtones, selon le rapport, Longman-Jaeger a déclaré que la menace de violence des gangs intimidait la communauté.

« Nous vivons au jour le jour, les faisant circuler dans notre quartier, sortir des armes et menacer les gens, et cela doit cesser », a-t-elle déclaré.

Favoriser l’éducation des jeunes

Une partie du mantra du groupe consiste à revendiquer le rôle traditionnel des matriarches en tant que leaders et soignantes, a déclaré Pratt. Les hommes sont également dans le groupe pour un soutien plus complet et pour aider à fournir une influence masculine positive.

Le groupe Matriarchs vise à fournir aux jeunes un lien culturel plus fort avec les pow-wow et les cérémonies et d’autres alternatives à la vie de gang.

Le même rapport de Statistique Canada a noté que plus du tiers des Autochtones du Canada ont été témoins de violence d’un parent contre une autre personne.

ÉCOUTEZ | Comprendre les données sur les taux élevés de victimes autochtones d’homicide

L’édition de l’après-midi – Sask.6:46Décomposer le taux élevé d’homicides autochtones en Saskatchewan

Il y a eu 60 homicides en Saskatchewan en 2020. Parmi eux, 46 étaient connus comme étant des Autochtones, bien qu’ils ne représentent qu’environ 10 % de la population. Le taux de décès est plus de 17 fois supérieur à celui des non-Autochtones. C’est la différence la plus drastique de victimes d’homicide par habitant de toutes les autres provinces du pays. Robert Henry, professeur d’études autochtones à l’Université de la Saskatchewan, s’est joint à Garth Materie pour décomposer les statistiques.

Il relie certains de ces problèmes, comme la violence domestique, à l’histoire de la colonisation, aux traumatismes intergénérationnels et aux privations économiques.

En comparaison, environ une personne non autochtone sur cinq a été témoin du même type de violence.

Mais ces données (ainsi que le reste du rapport) doivent être considérées avec la bonne optique, a déclaré Robert Henry, professeur adjoint en études autochtones à l’Université de la Saskatchewan, spécialisé en criminologie autochtone.

Bien que le rapport offre un contexte à la victimisation autochtone, Henry a déclaré que les données, sans contexte, ne tiennent pas compte des raisons pour lesquelles des crimes violents sont commis.

« Nous n’examinons pas les problèmes liés à la santé mentale et aux dépendances, les problèmes liés à la pauvreté », a-t-il déclaré.

Robert Henry, professeur adjoint à l’Université de la Saskatchewan et expert en gangs autochtones et en criminologie, a déclaré qu’il était important de tenir compte du manque de soutien à l’origine des homicides autochtones. (Soumis par Robert Henry)

Sans arrière-plan, il peut faire beaucoup de suggestions : par exemple, les Autochtones sont violents ou les enfants ne sont pas en sécurité à la maison.

Il est préoccupé par le fait que les enfants autochtones ne devraient pas être avec leur famille, une rhétorique dangereuse qu’il rapporte à la rafle des années 60, lorsque les enfants autochtones ont été retirés de leur famille et confiés aux soins du gouvernement.

Au lieu de cela, les gens doivent comprendre comment toute une histoire a créé des expériences qui conduisent à des taux de criminalité plus élevés, a-t-il déclaré.

La province doit examiner les taux de criminalité sous l’angle de la santé publique plutôt que sous l’angle d’une question de santé publique, a déclaré Henry.

Groupe communautaire « exactement ce qu’il faut »

Evan Bray, chef du service de police de Regina, a établi un lien entre les taux de criminalité et les problèmes socio-économiques, déclarant que 90 à 95 % des crimes sont motivés par des problèmes sociaux.

« Plutôt que d’attendre que la police réponde à l’appel au 911, faisons quelque chose qui empêche cet enfant d’avoir même besoin d’appeler le 911 ou d’être impliqué dans une situation traumatisante », a-t-il déclaré.

Cette organisation, qui vise à résoudre les problèmes sociaux en aidant les jeunes à trouver des alternatives à la violence, est « exactement ce qu’il faut ».

Le manque de confiance entre les groupes autochtones et la police est un problème important qui doit être résolu et le travail conjoint de la force avec le groupe communautaire est un pas dans cette direction, a déclaré Bray.

Selon le rapport de Statistique Canada, les Autochtones de la Saskatchewan avaient le plus faible niveau de confiance envers les agents de toutes les provinces et le plus grand écart de population entre les Autochtones et les non-Autochtones qui faisaient confiance aux forces de police.

Kim Beaudin, vice-chef national du Congrès des peuples autochtones, qui représente les membres des Premières Nations inscrits et non inscrits hors réserve, les Métis et les Inuits du Sud, a déclaré qu’il n’était pas surpris et a noté qu’il avait souvent entendu parler de jeunes accostés par des agents.

Beaudin a été découragé, mais pas surpris, par le taux élevé d’homicides et a loué l’engagement du groupe à le réduire et à aider les jeunes à éviter les modes de vie dangereux.

« J’ai toujours dit qu’il était important que notre peuple, nos aînés et nos aînés s’impliquent pour protéger les jeunes, protéger les jeunes aussi », a déclaré Beaudin.

Continue Reading

Canada

Plus de 250 logements sociaux du N.-B. restent vides en moyenne chaque mois, malgré la liste d’attente

Published

on

Par

Jessica Wright a passé plus d’un an et demi sur la liste d’attente du Nouveau-Brunswick pour un logement abordable, espérant être placée dans un logement accessible à Saint John ou recevoir un supplément pour l’aider à payer son loyer.

La femme de 31 ans s’est inscrite peu de temps après avoir eu deux anévrismes du côté droit du cerveau, affectant son équilibre et sa mobilité, entre autres défis.

« Je suis passé de je dirais une personne physique en bonne santé, normale à 30 ans, à une personne très handicapée », a déclaré Wright.

Sans délai pour arriver en tête de liste, Wright se retrouve dans un appartement qui, selon elle, ne répond pas à ses besoins d’accessibilité et coûte plus cher qu’elle ne peut se permettre de payer.

Un coup de poing dans le ventre

Pendant que Wright attend, Logement NB compte environ 250 logements sociaux en moyenne par mois dans la province vacants, selon les données obtenues par CBC News grâce à l’accès à l’information.

Quand Wright a entendu ce numéro, elle a dit qu’elle avait l’impression d’avoir « reçu un coup de poing dans le ventre ».

« Je ne vis pas dans des conditions sûres pour ma situation et je vis au-dessus de mes moyens », a-t-elle déclaré.

« Je pourrais être dans cette situation [in a subsidized apartment]. Mais parce que le gouvernement échoue, je ne le suis pas. »

Une femme de Saint John en attente d’un logement abordable

Jessica Wright est sur la liste d’attente de Logement NB, malgré plus de 250 logements sociaux vides par mois en moyenne

Même si toutes les unités disponibles ne répondraient pas aux critères dont elle a besoin, elle pense que la province pourrait faire un meilleur travail en jumelant les personnes dans le besoin avec des appartements vides.

« Pour moi, cela ne ressemble tout simplement pas à ce qu’ils essaient. »

En juin 2022, la province comptait 227 logements sociaux vacants, soit environ 6 % de son inventaire total, selon les données mises à jour de la province. Cela comprend 96 logements dans la région de Saint John, où habite Wright.

Ce même mois, il y avait également 133 logements vacants dans le cadre du programme de supplément au loyer, où les propriétaires privés reçoivent de l’argent pour aider à réduire le loyer d’un locataire à 30 % du revenu rajusté de son ménage.

Les unités sont vides malgré les besoins croissants. La liste d’attente de la province pour un logement abordable est passée d’environ 5 000 ménages à la fin de 2019 à environ 6 000 ménages l’automne dernier.

Maintenant, il y a 8 194 ménages en attente, selon les chiffres du gouvernement.

« Ce que cela suggère, c’est qu’il y a un besoin élevé pour ce type de logement, en grande partie parce que nous savons que le logement devient très inabordable dans tout le pays », a déclaré Nemoy Lewis, professeur adjoint à l’École de planification urbaine et régionale de l’Université métropolitaine de Toronto. .

Le parc de logements sociaux n’a pas augmenté avec la liste d’attente

Alors que la liste d’attente s’allonge, le nombre de logements sociaux détenus et entretenus par la province est resté essentiellement le même, passant de 3 810 logements en janvier 2020 à 3 808 logements actuellement.

La province possède et entretient également 797 « logements locatifs ruraux et autochtones » et finance des suppléments au loyer dans 4 849 logements privés.

Personne du ministère du Développement social n’a été mis à disposition pour une entrevue pour expliquer pourquoi les unités sont vides.

Mais un coup d’œil à l’intérieur des unités vacantes d’une région offre une explication.

La région du Centre, qui comprend Fredericton et Miramichi, a fourni un tableau indiquant que certaines unités étaient vides parce que des réparations importantes étaient nécessaires ou que le personnel attendait des estimations sur les travaux à effectuer.

Dans quelques cas, le tableau indique que personne n’avait encore accepté l’unité.

Wright ne peut pas comprendre l’idée qu’un locataire n’a pas pu être trouvé sur une liste d’attente de milliers de ménages.

« S’il y a autant de monde, ce n’est pas possible », a-t-elle déclaré. « Cela ne semble tout simplement pas possible, que personne de cette liste ne convienne.

« Comment filtrent-ils les gens? J’aimerais le savoir moi-même. Je suis célibataire, je travaille à domicile, je suis propre, j’ai un chat fixe et un bernard-l’ermite. Je n’ai pas de chiens. Comment font-ils leur dépistage ? »

Dans une déclaration envoyée par courrier électronique, un porte-parole du ministère du Développement social a déclaré qu’un logement vacant est généralement occupé par la personne « ayant le plus grand besoin et la plus haute priorité sur la liste d’attente ».

« Cependant, le personnel de nos zones a également reconnu l’importance de s’assurer que les logements locatifs répondent aux besoins des clients en termes d’emplacement et d’accessibilité », a écrit la porte-parole Rebecca Howland.

« Le personnel se concentre sur le placement des clients dans des unités dans lesquelles ils auront les meilleures chances de réussir leur location. »

La pandémie affecte les taux de vacance

Lorsque les logements sociaux restent vides pendant des mois, Lewis a déclaré que cela pourrait indiquer un manque de financement pour maintenir les logements sociaux dans des conditions habitables.

« Depuis le dernier budget, le gouvernement fédéral a débloqué des fonds pour résoudre ces problèmes particuliers », a déclaré Lewis.

« Je pense qu’il faut faire plus pour réparer ces unités, afin que nous n’ayons pas d’unités qui restent vides pendant un an et que nous ayons des familles, qui ont désespérément besoin d’un logement, qui ne peuvent pas en profiter de ce logement. »

La province affirme que 20 % de son portefeuille locatif familial total et 13 % de ses logements pour personnes âgées se renouvellent chaque année en moyenne, avec un « délai d’exécution standard de 30 jours pour combler les logements vacants ».

Selon Nemoy Lewis, professeur adjoint à la School of Urban and Regional Planning de la Toronto Metropolitan University, les taux d’inoccupation élevés dans les logements sociaux pourraient indiquer que les gouvernements doivent dépenser davantage pour maintenir les logements en bon état. (Soumis par Nemoy Lewis)

« Il y aura toujours des logements temporairement vacants au fur et à mesure que les locataires emménagent ou partent, et que le département entreprend les réparations, les mises à niveau et l’entretien de routine nécessaires », a écrit Howland.

Howland a également déclaré que la pandémie de COVID-19 a eu un impact sur la capacité de retourner les unités vides, en raison « du manque de disponibilité des fournitures et des entrepreneurs pour effectuer les réparations ».

Le pourcentage de logements vacants dans les logements sociaux a fluctué au cours des huit derniers mois, passant d’un sommet de 7,4 % en janvier 2022 à un creux de 6 % le mois dernier.

En comparaison, la Toronto Community Housing Corporation a signalé un taux d’inoccupation de 2,68 % en janvier 2022.

Continue Reading

Canada

Regardez ce passionné d’histoire redonner vie à de gros vélos anciens à Montréal

Published

on

Par

Lorsque Paul Gauthier se promène à vélo dans les rues de Montréal, les gens s’arrêtent et regardent.

Gauthier a déclaré que des étrangers le signalaient souvent pour lui poser des questions. Les piétons sortent leur téléphone et prennent des photos. Les voitures ralentissent pour le laisser passer, perplexes.

« Ils disent : qui est ce type ? Est-ce que c’est comme une sorte de publicité ? Et ils ne sont pas sûrs, mais c’est juste moi qui fais du vélo », a-t-il dit en riant.

Son vélo, certes, se démarque dans la foule. Gauthier, un passionné d’histoire autoproclamé, roule sur un sou – les vélos à grandes roues et à cadre haut des années 1800.

Gauthier dit que ce n’est pas qu’une pièce maîtresse : il utilise le vélo pour faire des courses ou se promener dans son quartier. Plus récemment, il a complété le Tour de l’Île — un parcours de 36 kilomètres à travers le centre-ville de Montréal — le tout au sommet de son sou.

« A partir du moment où les gens vous voient, ils se disent : « Oh, l’histoire arrive » », a-t-il déclaré.

Un morceau d’histoire

Gauthier a déclaré que l’obtention du vélo était une décision impulsive. Pendant la pandémie, il avait fait des recherches sur l’ère victorienne pendant son temps libre et se demandait s’il était encore possible d’obtenir un vélo comme celui-là.

Il s’est avéré facile d’obtenir une réplique précise en ligne, alors il l’a commandée sur un coup de tête.

« [When it arrived] Je l’ai regardé pendant une bonne heure dans mon salon et je me suis dit : ‘qu’est-ce que j’ai fait ?' », a-t-il déclaré.

Paul Gauthier a déclaré que l’achat du vélo était une décision impulsive, et malgré les défis, il ne regrette pas d’avoir essayé le sou. (Simon Martel/Radio-Canada)

Gauthier a déclaré qu’il devait rechercher des vidéos en ligne pour apprendre à le piloter. L’embarquement est compliqué : il faut se hisser sur la selle en marchant sur un piquet du cadre, tout en roulant. Pendant ce temps, sa roue en caoutchouc signifie qu’il y a peu d’absorption des chocs. (Le prédécesseur en bois du penny-farthing a gagné le surnom de « le boneshaker » en raison de la conduite cahoteuse.)

De plus, il n’a pas de freins. Les collines en particulier peuvent être un défi, a-t-il déclaré.

« Votre centre de gravité est très haut … vous devez donc faire attention lorsque vous descendez », a-t-il déclaré. Sinon, vous pouvez sentir la roue arrière se soulever du sol, ce qui conduit à la capacité notoire du penny-farthing à lancer les cyclistes la tête la première sur le guidon. (Le port du casque est recommandé.)

« Habituellement, s’il y a une mauvaise pente, je la descends à pied », a-t-il déclaré. « Mais vous pouvez monter sans problème ! »

Sur la route, Gauthier a déclaré que conduire le penny-farthing nécessite une prise de conscience accrue, mais qu’il n’a généralement aucun problème. Les cyclistes et les conducteurs ont tous deux tendance à ralentir et à lui laisser de l’espace, comme s’il respectait le vélo, a-t-il déclaré.

« Je pense qu’ils disent, comme: » Si ce gars est assez fou pour monter ça, laissons-le faire. Écartons-nous et laissons-le faire son truc « , a-t-il dit en riant.

Regarder vers l’avenir dans le passé

Maintenant, Gauthier donne des cours sur la façon de faire du vélo par le biais de son association pour les fans de penny farthing, Boneshaker MTL, afin que d’autres puissent en faire l’expérience par eux-mêmes.

Xavier Marine, lui aussi féru d’histoire, est l’un de ceux qui ont essayé le vélo de Gauthier. Il l’aimait tellement qu’il possède maintenant son propre penny-farthing et donne également des cours via Boneshaker.

« L’idée est de faire en sorte que les gens ressentent le même sentiment que nous. Être heureux et ce sentiment de liberté – nous voulons donner cela aux gens », a-t-il déclaré. « Et ce que j’aime, c’est que les gens ont toujours peur du vélo ! »

« C’est comme le parachutisme, la première fois que vous le faites. C’est effrayant, mais ensuite vous voulez le refaire – c’est le même sentiment. »

Paul Gauthier chevauche son sou dans les rues du Vieux-Port. Il a dit que la moto « avait en quelque sorte disparu de l’histoire » et il espère lancer une renaissance. (Simon Martel/Radio-Canada)

C’est aussi ce que les gens auraient ressenti à l’époque, lorsque le concept du vélo lui-même était encore tout nouveau, a-t-il déclaré.

« Cela a donné naissance au vélo régulier que nous avons maintenant. C’est donc une partie importante de l’histoire et bien sûr, c’est une grande partie de l’histoire de Montréal », a-t-il déclaré.

Gauthier et Marine disent que se souvenir de cette histoire et lui rendre hommage est une grande partie de la raison pour laquelle ils font ce qu’ils font.

Mais Gauthier a aussi un autre motif. Le centime « a en quelque sorte disparu de l’histoire », a-t-il dit – remplacé, en partie, par la voiture.

La seule présence du sou soulève la question de savoir pour qui les rues de Montréal ont été faites, a-t-il dit. Gautier souligne le fait que la première carte routière de Montréal était en fait une carte pour les cyclistes, et bon nombre de ces itinéraires existent là où se trouvent aujourd’hui des pistes cyclables.

REGARDER | Jetez un coup d’œil à la première carte routière de Montréal pour les cyclistes :

Pourquoi la première carte routière de Montréal est une carte des pistes cyclables

Il s’avère que les pistes cyclables étaient à Montréal avant les voies réservées aux voitures. Paul Gauthier, cavalier d’un penny-farthing et féru d’histoire de l’époque victorienne, nous explique pourquoi la première carte routière de Montréal était une carte cyclable.

« Les vélos sont antérieurs à l’automobile », a-t-il déclaré. « Nous devons montrer aux gens que nous avions notre place dans la rue – et nous devons essayer de la récupérer. »

Surtout face au changement climatique, il a déclaré qu’il souhaitait encourager les gens à se tourner vers une époque antérieure aux combustibles fossiles pour s’inspirer.

Son espoir est de voir un jour un groupe rouler ensemble dans les rues sur des penny-farthings, comme ils le faisaient il y a 150 ans.

Pour ceux qui ne savent pas s’ils peuvent gérer le vélo, Gauthier les encourage à franchir le pas, affirmant que le sou a changé la vie.

« C’est l’un des meilleurs manèges de tous les temps », a-t-il déclaré. « Vous avez l’impression de voler… n’oubliez pas qu’il n’y a pas de frein ! »

Continue Reading

Tandance