Connect with us

NBA

Penny Taylor demande la libération de Griner lors de l’intronisation au Women’s Basketball Hall of Fame

Published

on

Penny Taylor a profité de son intronisation au Women’s Basketball Hall of Fame pour demander la libération de son ancienne coéquipière de la WNBA Phoenix Mercury, Brittney Griner, notant que cela fait 114 jours que la septuple All-Star de la WNBA a été détenue.

« BG est notre famille », a déclaré Taylor en demandant l’aide du président Biden pour libérer Griner. « Elle est aussi à vous. Toute la communauté sportive mondiale doit se rassembler pour insister pour qu’elle soit une priorité. »

La double médaillée d’or olympique est détenue depuis le 17 février après que des cartouches de vape contenant de l’huile dérivée du cannabis auraient été trouvées dans ses bagages dans un aéroport près de Moscou.

Taylor a également souhaité à sa femme, Diana Taurasi, un joyeux 40e anniversaire après avoir joué vendredi soir dans une victoire de Mercury, puis s’être rendue au Tennessee pour l’escorter à la cérémonie d’intronisation. Taylor a aidé l’Australie à remporter deux médailles d’argent olympiques en 2004 et 2008. Elle a également remporté trois titres WNBA en 2007, 2009 et 2014 et a été trois fois All-Star.

« Si vous continuez à travailler dur, vous aussi vous serez peut-être ici », a déclaré Taylor à Taurasi.

DeLisha Milton-Jones a conclu son discours d’acceptation en appelant à ramener Griner à la maison. L’entraîneur de DePaul, Doug Bruno, a noté que Griner avait joué un rôle important dans le succès olympique de USA Basketball.

« Brittney est un être humain formidable », a déclaré Bruno. « Personne ne mérite ce que traverse Britney. Assez, c’est assez absolu. Il est temps que les pouvoirs en place ramènent Brittney à la maison.

Parmi les autres intronisés figuraient Becky Hammon, Debbie Antonelli, la star de Wayland Baptist Alice « Cookie » Barron en tant que joueuse vétéran, Paul Sanderford qui a entraîné Western Kentucky à trois Final Fours et l’entraîneur Bob Schneider qui s’est classé troisième de tous les temps avec 634 victoires en Division II.

La salle a également honoré le titre IX comme l’un des pionniers du prix du jeu à son 50e anniversaire. Barron, qui s’est envolé pour des matchs entre 1954 et 1957 avec les Flying Queens volant littéralement vers des matchs à l’extérieur pendant que les hommes voyageaient en bus, a appelé tout le monde à l’écoute.

« Je veux nous implorer tous de surveiller de très près le titre IX », a déclaré Barron. « Les portes sont ouvertes. Nous ne devons jamais les laisser se fermer. »

Milton-Jones, maintenant entraîneur-chef à Old Dominion, a couronné sa carrière de quatre ans en Floride en tant que joueuse de l’année 1997 de la conférence sud-est et All-American. Elle a mené les Gators à quatre places consécutives dans le tournoi NCAA, dont l’Elite Eight en 1997.

Le quatrième choix au total lors du repêchage de la WNBA en 1999 a disputé 17 saisons dans la ligue. Lorsqu’elle a pris sa retraite en 2016, elle détenait le record de la ligue pour la plupart des matchs joués avec 499 pour Los Angeles, Atlanta, New York, Washington et San Antonio. Elle a aidé les Los Angeles Sparks à remporter des titres WNBA consécutifs en 2001 et 2002.

Milton-Jones a également aidé les États-Unis à remporter l’or olympique en 2000 et 2008, ratant les Jeux d’Athènes en 2004 en raison d’une blessure. Elle a joué en Espagne, en Italie, en Turquie, en Corée du Sud, en République tchèque et en République. en 2005, elle a été entraîneure par intérim des Los Angeles Stars de l’ American Basketball Association , devenant ainsi la deuxième femme à entraîner une équipe professionnelle masculine.

Sa famille a fabriqué des t-shirts et des visières pour l’aider à commémorer ce moment, et Milton-Jones a déclaré que cela avait aidé à mettre Riceboro, en Géorgie, sur la carte.

Hammon n’a pas pu y assister avec ses As de Las Vegas, leaders de la WNBA, jouant contre les Sparks samedi soir à Los Angeles.

Bruno a entraîné 36 saisons à DePaul avec 24 places au tournoi NCAA. Il a également aidé à remporter six médailles d’or avec USA Basketball.

NBA

James Harden refuse l’option de 47 millions de dollars américains avec 76ers alors que l’agence libre de la NBA ouvre jeudi: rapports

Published

on

Par

Que la conversation commence. Le commerce aussi, et éventuellement la signature.

L’agence libre ouvre officiellement jeudi en NBA, avec des équipes capables de commencer à négocier à 18 heures, heure de l’Est, avec des joueurs qui ne sont pas sous contrat – bien qu’en réalité, l’agence libre et la multitude de mouvements hors saison soient déjà en cours.

James Harden a décliné son option de 47 millions de dollars pour la saison prochaine avec Philadelphie mercredi et est devenu un agent libre – mais a déclaré à l’équipe qu’il avait l’intention de rester sur un nouvel accord qui donnera aux 76ers la flexibilité dont ils ont besoin pour signer d’autres joueurs cet été, selon une personne ayant une connaissance directe de cette situation. La personne a parlé à l’Associated Press sous couvert d’anonymat car ni Harden ni les 76ers n’ont confirmé publiquement ces plans.

Et la décision de Harden est intervenue presque simultanément mercredi avec un autre mouvement massif – les San Antonio Spurs échangent le garde All-Star Dejounte Murray aux Atlanta Hawks contre Danilo Gallinari et trois choix de premier tour, selon une autre personne connaissant directement les termes de cela. accord qui a parlé à AP avec l’anonymat parce que l’échange n’avait été annoncé par aucune des parties. ESPN a annoncé pour la première fois la conclusion de cet accord, qui associe Murray à un autre All-Star à Trae Young dans la zone arrière des Hawks.

Kyrie Irving et Russell Westbrook ont ​​déjà pris leurs décisions ; les deux auraient pu être des agents libres cet été et ont trouvé 84 millions de raisons combinées de ne pas toucher le marché libre – 47 millions de dollars pour que Westbrook opte pour la dernière année de son accord avec les Lakers de Los Angeles, et près de 37 millions de dollars pour Irving pour faites de même avec les Brooklyn Nets.

Jalen Brunson sera sollicité très tôt, dans l’espoir qu’il acceptera rapidement de quitter Dallas et de devenir le nouveau meneur à New York. Et il y aura des joueurs qui pourraient décider de chercher ailleurs ou d’accepter d’énormes accords de plus de 200 millions de dollars avec leurs équipes actuelles – des opportunités qui se présentent à Zach LaVine avec Chicago et Bradley Beal avec Washington.

Le plus gros contrat, en termes de dollars réels, à venir dans les prochains jours n’aura certainement rien à voir avec un agent libre: tous les signes indiquent que le double MVP en titre de la NBA Nikola Jokic se voit offrir une extension supermax dans le 260 $ millions par les Denver Nuggets. La seule question sera de savoir à quelle vitesse il trouvera un stylo à mettre sur ce papier.

Le Minnesota peut donner à Karl-Anthony Towns un supermax d’environ 210 millions de dollars cet été, tout comme Phoenix avec Devin Booker.

D’autres joueurs sont des agents libres restreints, ce qui signifie que leurs équipes actuelles auront le droit d’égaler les offres d’autres clubs. Le nom le plus notable de cette liste est Deandre Ayton, le centre de Phoenix qui était le premier choix du repêchage de 2018, mais a vu d’autres dans sa classe de repêchage obtenir leurs premières prolongations l’été dernier.

Certains joueurs ne seront des agents libres que de nom. John Wall, par exemple, recevra 41 millions de dollars en rachat des Houston Rockets et a déjà décidé qu’il voulait jouer pour les Los Angeles Clippers la saison prochaine. Les Clippers devraient utiliser une exception de 6,4 millions de dollars pour signer Wall, et ce chiffre correspond à l’argent que Wall a rendu pour effectuer le rachat de ce qui aurait été la dernière année de son contrat.

« Nous verrons ce qui se passera lorsque l’agence libre s’ouvrira et tout le reste », a déclaré le propriétaire des Clippers, Steve Ballmer. « Je pense que le ciel est la limite pour notre équipe. Le ciel est la limite. … Et bien sûr, vous devez avoir un peu de chance pour remporter le trophée Larry O’Brien, ce que nous ferions vraiment comme. »

Ce sera l’objectif de tous jeudi à 18 heures, trouver des moyens de se rapprocher du Larry O’Brien, que ce soit en 2023 ou au-delà.

Une telle réflexion s’applique même au champion Golden State Warriors, qui a une multitude de joueurs en rotation – Kevon Looney, Otto Porter, Gary Payton II parmi eux – qui la semaine dernière profitaient d’un défilé à travers San Francisco et sont maintenant libres d’aller ailleurs si les opportunités et les dollars sont bons.

« Nous avons encore besoin d’entourer l’équipe de vétérinaires et c’est le plan de l’agence libre », a déclaré le directeur général des Warriors, Bob Myers. « Nous pensons qu’il est plus facile de recruter certains des joueurs les plus âgés en agence libre que les jeunes joueurs. Les jeunes joueurs sont probablement les plus demandés en agence libre. »

C’est vrai, et c’est un autre élément de cette période de l’année : les jeunes joueurs, et non pas les saisir en agence libre cette année, mais les garder hors de l’agence libre dans les années à venir.

Angle de LeBron James

Ja Morant se verra sûrement offrir une extension max rookie par Memphis, celle qui débutera avec la saison 2023-24. La situation de Zion Williamson à la Nouvelle-Orléans sera intéressante, car les Pélicans décident du montant à offrir – ou structurent en toute sécurité un accord pour – un choix n ° 1 qui a raté la majorité de ses trois premières saisons NBA en raison de problèmes de blessures. Miami prévoit d’offrir une prolongation au sixième homme de l’année Tyler Herro, bien que le Heat devra déterminer quel nombre a le plus de sens pour eux à l’avenir.

Et, bien sûr, il y a un angle LeBron James : Les Lakers de Los Angeles ont été un désastre la saison dernière et viseront à réorganiser leur liste, et peuvent donner à James une prolongation de deux ans en août d’une valeur de près de 100 millions de dollars. Mais avant qu’il ne signe, ils ont des préoccupations bien plus pressantes.

Officiellement, tout commence jeudi. Une nouvelle saison est déjà là.

Continue Reading

NBA

Il y a plus à venir pour le basketball canadien cet été

Published

on

Par

Ceci est un extrait de The Buzzer, qui est le bulletin électronique quotidien de CBC Sports. Restez au courant de ce qui se passe dans le sport en vous abonnant ici.

Ce fut un grand mois pour le basketball canadien. Après qu’Andrew Wiggins ait joué un rôle clé dans la reprise du titre NBA par les Golden State Warriors, les Canadiens Bennedict Mathurin et Shaedon Sharpe ont été choisis sixième et septième au total dans le repêchage et Andrew Nembhard et Caleb Houstan se sont classés en tête du deuxième tour. Le week-end dernier, le Canada a remporté sa toute première médaille à la Coupe du monde 3 contre 3 lorsque l’équipe féminine a décroché une surprenante médaille d’argent en Belgique.

À l’approche du mois de juillet, voici ce qu’il faut surveiller dans la sphère canadienne du cerceau cet été :

L’équipe nationale masculine reprend sa route vers les Olympiques ce long week-end.

Deux qualifications pour la Coupe du monde sont au programme au cours des prochains jours : contre la République dominicaine le jour de la fête du Canada à Hamilton et contre les îles Vierges lundi. Le Canada a une fiche de 8-0 après deux fenêtres de qualification, et il en reste encore quatre (après celle-ci, du 22 au 30 août, du 7 au 15 novembre et du 20 au 28 février). Sept équipes de la région des Amériques se rendront à la Coupe du monde à 32 équipes de l’été prochain, qui servira de qualification directe pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris.

Malgré une augmentation étonnante de la qualité et de la quantité de joueurs canadiens de la NBA au cours des dernières années (les États-Unis sont le seul pays avec plus de gars actuellement dans la ligue), le Canada n’a pas qualifié d’équipe masculine pour les Jeux olympiques depuis que Steve Nash a dirigé son équipe. aux quarts de finale en 2000 à Sydney. La sécheresse semblait se terminer l’été dernier lorsque le Canada avait l’avantage du terrain pour un tournoi de qualification de la dernière chance à Victoria contre un groupe d’adversaires ternes. Mais plusieurs des joueurs NBA de l’équipe se sont retirés et les restes dirigés par Wiggins ont perdu en demi-finale face à la République tchèque.

Afin d’éviter que ce scénario ne se reproduise à l’approche de Paris, l’entraîneur Nick Nurse a pris une page de l’ancien livre de jeu de USA Basketball et a demandé aux meilleurs joueurs du Canada de s’engager dans l’équipe nationale pour les trois prochains étés. La carotte pour ceux qui signent est qu’ils ont la garantie d’une place dans l’équipe olympique de 2024, tandis que ceux qui choisissent de ne pas s’engager devront tenter leur chance. Wiggins a hésité, mais Nurse a obtenu des buy-ins de 11 autres joueurs de la NBA, dont Jamal Murray, Shai Gilgeous-Alexander, RJ Barrett, Lu Dort et Dillon Brooks.

Le groupe de base s’est réuni pour la première fois cette semaine à Toronto pour un bref camp d’entraînement avant les éliminatoires de la Coupe du monde. Gilgeous-Alexander et trois autres joueurs de la NBA – le garde Nickeil Alexander-Walker et les grands hommes Dwight Powell et Kelly Olynyk – devraient jouer contre la République dominicaine et les îles Vierges. Murray, Barrett, Dort, Oshae Brissett et Khem Birch sont au camp, mais ne joueront pas dans cette fenêtre. Cory Joseph a été autorisé à s’absenter pour des raisons familiales. Brooks, cependant, était absent car les Memphis Grizzlies lui ont demandé de rester avec eux pour se faire soigner d’une blessure à la cheville. Sa place dans l’équipe canadienne est maintenant vraisemblablement en suspens.

Le gars à surveiller dans les qualifications est Gilgeous-Alexander, qui, vendredi soir, dans sa ville natale de Hamilton, portera le maillot du Canada pour la première fois depuis l’âge de 17 ans. Le garde du Thunder d’Oklahoma City, âgé de 23 ans, n’a disputé que 56 de 82 matchs cette saison en raison de blessures, mais toujours établi ou égalé des sommets en carrière en points (24,5), passes (5,9) et interceptions (1,3) par match. En savoir plus sur SGA ici.

L’équipe nationale féminine a un été plus calme à venir.

Le Canada s’est déjà qualifié pour la Coupe du monde féminine de cette année en Australie, qui débutera le 22 septembre. Les Canadiennes, quatrièmes au classement, joueront dans un groupe composé de la médaillée d’argent olympique de 2021, la France, médaillée de bronze, et les Australiennes hôtes, qui sont classées troisièmes en le monde. La puissance des États-Unis, qui a remporté sa septième médaille d’or olympique consécutive l’été dernier, est la tête d’affiche de l’autre groupe.

L’équipe canadienne tiendra un camp d’entraînement à Toronto le week-end prochain, pendant la pause des étoiles de la WNBA. Trois membres de l’équipe sont sur une liste WNBA cette saison. L’attaquante Bridget Carleton a une moyenne de 4,9 points sur le banc des Lynx du Minnesota, tandis que sa coéquipière Natalie Achonwa a une moyenne de 6,2 mais n’a disputé que six matchs en raison d’une blessure aux ischio-jambiers. La garde Kia Nurse du Phoenix Mercury n’a pas encore joué cette saison alors qu’elle continue de soigner une déchirure du LCA subie lors des séries éliminatoires de l’année dernière. La saison régulière de la WNBA se déroule jusqu’au 14 août, suivie du début des séries éliminatoires trois jours plus tard.

Plusieurs membres plus jeunes de l’équipe nationale joueront pour le Canada lors d’un événement vitrine pour les moins de 23 ans du 5 au 10 juillet à Toronto. Merissah Russell et les olympiennes de 2021 Laeticia Amihere, Aaliyah Edwards et Shaina Pellington, qui ont toutes les quatre joué pour les écoles de la NCAA la saison dernière, sont sur la liste du tournoi féminin Globl Jam. Le Canada a aussi une équipe dans le tournoi masculin.

Continue Reading

NBA

Candace Parker atteint 1 500 passes décisives en carrière alors que Sky bat Sun pour une 4e victoire consécutive

Published

on

Par

Candace Parker a récolté 25 points, 11 rebonds et sept passes, un sommet de la saison, Kahleah Copper a marqué 15 points et Chicago a battu le Connecticut Sun 91-83 mercredi pour la quatrième victoire consécutive du Sky.

Parker a fait une passe sans regard à Kahleah Copper avec 33,5 secondes à jouer avant la mi-temps pour devenir le huitième joueur de l’histoire de la WNBA à atteindre 1 500 passes décisives en carrière. Parker est le seul joueur de l’histoire de la WNBA à avoir éclipsé 6 000 points, 3 000 rebonds et 1 500 passes décisives en carrière.

Chicago est allé sur une course de 31-9 en première mi-temps et a mené jusqu’à 23 points. Le Sky a tiré 83,3% (20 sur 24) en première mi-temps, tandis que le Sun a tiré 30% (12 sur 40).

Le Connecticut a poursuivi une course de 7-0 pour se rapprocher de 82-74 avec 2:18 à faire au quatrième quart. Mais Rebekah Gardner a mis fin à la sécheresse de Chicago avec un 3 points et Emma Meesseman a effectué deux lancers francs sur la prochaine possession du Sky pour une avance de 87-76.

Allie Quigley a ajouté 13 points pour Chicago (14-5), qui connaît son meilleur départ en 19 matchs de l’histoire de la franchise. Azura Stevens et Gardner ont chacun marqué 10 points, et Courtney Vandersloot a récolté neuf points et six passes.

Jonquel Jones a récolté 24 points, 11 rebonds et cinq interceptions pour son sixième double-double de la saison pour le Connecticut (13-7). Alyssa Thomas a ajouté 23 points et Brionna Jones a marqué 18 points. DeWanna Bonner a été tenue à huit points sur 3 tirs sur 12 et Courtney Williams a été 2 sur 10 pour six points.

Continue Reading

Tandance