Connect with us

Politique

Ottawa se range du côté des États-Unis dans la lutte pour un pacte commercial sur les politiques énergétiques mexicaines

Published

on

Le Canada soutient les efforts des États-Unis pour repousser ce qu’ils considèrent comme des politiques énergétiques protectionnistes au Mexique qui violent les règles commerciales nord-américaines.

La représentante américaine au commerce, Katherine Tai, a déclaré que le Mexique accordait injustement la priorité à ses propres opérations énergétiques appartenant à l’État et excluait les entreprises américaines, y compris les producteurs solaires et éoliens.

Un porte-parole de la ministre du Commerce, Mary Ng, a déclaré que le Canada appuie une demande des États-Unis pour des pourparlers de règlement des différends avec le Mexique et prévoit également ses propres consultations.

Alice Hansen a déclaré que le Canada convient que les politiques du Mexique sont incompatibles avec ses obligations en vertu de l’Accord États-Unis-Mexique-Canada, appelé ACEUM au Canada.

Les producteurs d’énergie américains se plaignent depuis des mois que le Mexique accorde des prix préférentiels et des normes d’émissions à deux de ses plus grandes entreprises : le producteur de pétrole et de gaz Pemex et la Federal Electricity Commission.

L’USTR accuse le Mexique d’utiliser « des retards, des refus et des révocations » pour contrecarrer l’accès des États-Unis au secteur énergétique mexicain, y compris aux énergies renouvelables.

Un camion-citerne Pemex est vu garé à l’extérieur d’une installation de stockage exploitée par la compagnie pétrolière publique mexicaine le 30 décembre 2016. Des responsables américains affirment que le Mexique a accordé des prix préférentiels et des normes d’émissions à deux de ses entreprises publiques. (Félix Marquez)/Associated Press)

« Le Canada a constamment fait part de ses préoccupations concernant le changement de politique énergétique du Mexique. Nous sommes d’accord avec les États-Unis que ces politiques sont incompatibles avec les obligations du Mexique envers l’ACEUM », a déclaré Hansen dans un communiqué de presse.

« Nous nous joindrons aux États-Unis pour prendre des mesures en lançant nos propres consultations dans le cadre de l’ACEUM pour répondre à ces préoccupations, tout en soutenant les États-Unis dans leur défi. »

Ottawa et Washington se sont affrontés sur des questions commerciales

La démonstration de solidarité entre le Canada et les États-Unis marque une sorte de pivot pour une relation commerciale qui a été largement marquée par des différends depuis que l’accord commercial trilatéral est devenu loi il y a deux ans.

Les deux pays sont régulièrement en désaccord sur la façon dont le Canada utilise les règles de l’accord pour permettre aux producteurs laitiers américains d’accéder au marché de la gestion de l’offre au nord de la frontière. Et l’administration Biden n’a accepté qu’au début du mois de lever les tarifs de l’ère Trump sur les produits solaires fabriqués au Canada imposés en 2018.

Le bois d’œuvre résineux demeure également une pomme de discorde de longue date entre le Canada et les États-Unis, où deux membres chevronnés du Congrès exhortent Tai à conclure un accord pour atténuer la pression inflationniste sur le marché immobilier américain.

Le sénateur démocrate Bob Menendez du New Jersey et le sénateur républicain du Dakota du Sud John Thune souhaitent également que l’administration Biden accorde un allégement tarifaire supplémentaire sur les importations en provenance du Canada.

Cela « rendrait la construction de maisons et l’accession à la propriété plus abordables pour les communautés de tout le pays », ont écrit Menendez et Thune lundi dans une lettre adressée à Tai et à la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo.

Depuis l’expiration du dernier accord sur le bois d’oeuvre entre les deux pays en 2015, les prix du bois d’oeuvre ont plus que doublé, ont-ils écrit.

« S’attaquer aux inefficacités du commerce du bois aiderait à réduire les pressions financières inutiles sur le marché américain du logement », indique la lettre. « Nous exhortons le représentant américain au commerce à accorder la priorité à un nouvel accord sur le bois d’oeuvre résineux entre l’Amérique et le Canada. »

En novembre, le Département du commerce a doublé le taux tarifaire sur le bois d’œuvre résineux à 17,9 %, mais a décidé plus tôt cette année de le baisser à 11,64 %.

Tai a déclaré que les États-Unis sont prêts à parler, mais que le Canada doit s’attaquer au régime de frais fédéraux qui, selon les producteurs américains, crée des règles du jeu inégales – le problème central d’un différend commercial qui dure depuis des décennies.

Ottawa fixe des droits de coupe pour le bois récolté sur les terres fédérales et provinciales que les producteurs américains – forcés de payer les taux du marché – ont longtemps soutenu comme une subvention injuste.

Politique

Le juge se range du côté d’Enbridge dans la dernière offre du Michigan pour fermer le pipeline

Published

on

Par

Un juge du Michigan a tranché en faveur d’Enbridge Inc. dans son différend de longue date avec l’État au sujet du pipeline transfrontalier de la canalisation 5.

Dans sa décision de jeudi, la juge Janet Neff a déclaré que l’affaire appartenait à un tribunal fédéral – un coup porté à la tentative du gouverneur du Michigan Gretchen Whitmer de fermer le pipeline.

C’est la deuxième fois en neuf mois que Neff se range du côté d’Enbridge sur la question de la juridiction.

Whitmer tente depuis novembre 2020 de fermer la ligne 5 par crainte d’un déversement dans le détroit de Mackinac, entre les péninsules supérieure et inférieure du Michigan, là où le pipeline traverse les Grands Lacs.

Les promoteurs, y compris le gouvernement fédéral du Canada, qualifient la canalisation 5 de source d’énergie vitale et indispensable pour l’Ontario, le Québec et plusieurs États du Midwest.

Les militants écologistes craignent qu’une grève des ancres ou une défaillance technique ne déclenche une catastrophe dans l’un des bassins versants les plus importants de la région.

Continue Reading

Politique

Un rapport des services de renseignement signale une possible « vengeance violente » après l’arrêt des manifestations à Ottawa

Published

on

Par

Des documents récemment divulgués montrent que des responsables du renseignement fédéral ont averti les décideurs que la dispersion par la police des manifestants du Freedom Convoy à Ottawa l’hiver dernier pourrait déclencher une « attaque opportuniste » contre un politicien ou un symbole du gouvernement.

Le « point culminant de la menace » du 24 février, marqué Secret/Canadian Eyes Only, a également indiqué que les « influenceurs » extrémistes tireraient parti des résultats des manifestations pour poursuivre le recrutement et la propagande, que les restrictions liées à la pandémie de COVID-19 soient assouplies ou non.

Les extrémistes à motivation idéologique utiliseraient probablement les forces de l’ordre « pour encourager une vengeance violente ou comme preuve supplémentaire de la » tyrannie « du gouvernement », indique l’évaluation de quatre pages.

La note de service partiellement expurgée, obtenue par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, faisait partie de plusieurs analyses du Centre intégré d’évaluation du terrorisme produites avant, pendant et après les manifestations qui ont paralysé le centre-ville d’Ottawa pendant trois semaines à compter de la fin janvier.

Le centre, supervisé par le Service canadien du renseignement de sécurité, rassemble des professionnels de la sécurité et du renseignement de divers organismes pour rédiger des évaluations de la menace terroriste, basées sur des informations classifiées et de source ouverte, à partager avec des partenaires au pays et à l’étranger.

L’objectif est de fournir aux décideurs de haut niveau les informations les plus récentes et les plus détaillées pour évaluer le niveau global de menace et de risque.

Un camionneur rend son véhicule alors que la police applique une injonction contre des manifestants, dont certains campaient dans leurs camions près de la colline du Parlement depuis des semaines, le 19 février 2022. (Evan Mitsui/CBC)

Les manifestants, dont beaucoup avec de gros camions, ont occupé les rues du centre d’Ottawa pour protester contre les mesures de santé COVID-19 et le gouvernement libéral de Justin Trudeau. L’afflux, y compris certains participants qui avaient des racines dans le mouvement d’extrême droite, a incité de nombreuses entreprises à fermer leurs portes et a aggravé les habitants avec du bruit, des vapeurs de diesel et des comportements de harcèlement.

Le 14 février, le gouvernement a invoqué la loi sur les mesures d’urgence, qui autorisait des mesures temporaires, notamment la réglementation et l’interdiction des rassemblements publics, la désignation de lieux sûrs, l’ordre aux banques de geler les avoirs et l’interdiction de soutenir les participants.

Les autorités ont remorqué des camions, arrêté plus de 200 personnes et porté des centaines d’accusations.

Les idéologues extrémistes ont décrit la réponse de la police comme de la « brutalité » et l’utilisation de la loi sur les mesures d’urgence comme une preuve supplémentaire de la « tyrannie » fédérale, comparant les tactiques du gouvernement à celles des dictatures étrangères, note l’évaluation du 24 février.

Il a ajouté que plusieurs incitations à la violence en ligne avaient fait surface, certaines laissant entendre qu’une action directe contre les politiciens, la police et même leurs familles était la seule option qui restait.

« C’est quelque chose qui se produit généralement avec ce genre de mouvements », a déclaré Barbara Perry, directrice du Centre sur la haine, les préjugés et l’extrémisme à l’Ontario Tech University.

« Lorsque vous les repoussez, ils utilisent cela comme une preuve supplémentaire que ce sont eux qui sont attaqués, que leur évaluation est juste, qu’ils sont réduits au silence, que ce sont eux qui sont marginalisés et menacés par cet État tyrannique, comme ils aiment l’appeler. »

L’opération policière a duré plusieurs jours pour dégager les rues du centre-ville d’Ottawa. (Evan Mitsui/CBC)

Le convoi de la liberté et les manifestations connexes dans les bâtiments gouvernementaux et les passages frontaliers ont alimenté les sentiments anti-autorité parmi les adeptes de l’extrémisme violent à motivation idéologique, ou IMVE, selon l’évaluation du 24 février.

« La notion perçue que la résilience sociétale est fragile, ou que la réponse du gouvernement/de la police justifie une résistance violente, pourrait inspirer un acteur isolé ou un petit groupe inspiré par IMVE à mener une attaque opportuniste contre une personnalité politique ou un symbole du gouvernement », ont conclu les analystes. .

« Les partisans d’IMVE continueront d’encourager et de capitaliser sur les sentiments antigouvernementaux et les mouvements de protestation, qu’ils soient liés à la pandémie ou à d’autres problèmes, dans le but de dégrader la confiance du public et la cohésion sociale, et d’attirer les personnes vulnérables à leur cause idéologique. . »

Le futur assouplissement des restrictions de santé publique pourrait calmer le mouvement de protestation, mais les personnes qui adoptent l’extrémisme violent, en particulier celles « voulant accélérer la disparition des ordres sociaux et politiques actuels, ne seront probablement pas apaisées », selon l’évaluation.

« Les menaces IMVE contre les personnalités politiques et les symboles du gouvernement persisteront dans un avenir prévisible. »

La capitale nationale verrait des manifestations de suivi, y compris une procession fin juin qui comprenait de nombreuses personnalités impliquées dans les événements hivernaux.

« Ils ont vraiment préparé le terrain et attiré plus de gens autour d’une méfiance plus large envers le gouvernement, la science, les universitaires, les médias – toutes ces institutions », a déclaré Perry. « Donc, je pense qu’ils continueront à trouver des moyens d’exploiter ces angoisses, d’exploiter ces griefs qu’ils ont contribué à créer, ou du moins à exacerber. »

Le centre d’évaluation du terrorisme a commencé à suivre le convoi de camions se dirigeant vers Ottawa dès le 26 janvier, produisant une évaluation secrète qui signalait la possibilité de violence opportuniste en marge de la manifestation.

Une analyse du 3 février a révélé qu’une attaque terroriste coordonnée ou une prise d’assaut planifiée de la Colline du Parlement ou d’autres lieux fédéraux étaient peu probables.

« Le scénario lié à IMVE le plus probable implique un acteur solitaire inspiré utilisant des armes et des ressources disponibles telles que des couteaux, des armes à feu, des explosifs artisanaux et des véhicules dans des espaces publics contre des cibles faciles, y compris des groupes d’opposition ou des membres du public. »

Continue Reading

Politique

Nombre record de Canadiens déclarant une langue maternelle autre que l’anglais ou le français : StatCan

Published

on

Par

Le nombre de Canadiens qui parlent principalement une langue autre que l’anglais ou le français a atteint un niveau record en 2021, selon les nouvelles données du recensement publiées mercredi.

L’anglais et le français demeurent les langues dominantes au Canada selon Statistique Canada, mais le nombre de personnes qui parlent une langue non dominante à la maison est passé à 4,6 millions, soit environ 13 % de la population.

Pendant ce temps, au moins un Canadien sur quatre a déclaré avoir au moins une langue maternelle autre que l’anglais ou le français.

« Les résultats que nous avons rendus publics aujourd’hui montrent en grande partie que les tendances se maintiennent au Canada », a déclaré Éric Caron-Malenfant, directeur adjoint du Centre de la démographie de Statistique Canada, lors d’une conférence de presse mercredi.

L’augmentation est largement attribuable à une augmentation du nombre de Canadiens qui déclarent parler principalement des langues sud-asiatiques, y compris l’hindi et le pendjabi.

De plus, sept Canadiens sur 10 dont la langue maternelle est autre que l’anglais ou le français ont déclaré parler également une langue officielle à la maison.

D’après les données du recensement, plus de Canadiens sont également capables de parler plus d’une langue. Le nombre de personnes ayant déclaré pouvoir tenir une conversation dans plus d’une langue est passé de 39 % en 2016 à un peu plus de 41 % en 2021.

Un peu moins du tiers des Canadiens ont déclaré être parfaitement bilingues et environ 7 % ont déclaré pouvoir parler couramment trois langues. Et, parmi ceux qui étaient parfaitement bilingues, un plus grand nombre ont déclaré pouvoir parler des langues autres que l’anglais et le français.

« Ce n’est pas seulement le bilinguisme français-anglais, c’est tous les bilinguismes », a déclaré Caron-Malenfant.

La proportion de francophones continue de baisser

Malgré une augmentation du nombre de Canadiens déclarant le français comme première langue officielle, le nombre de locuteurs de français en pourcentage de la population globale a continué de baisser en 2021.

Selon Statistique Canada, la proportion de francophones au Canada a diminué régulièrement depuis 1971, année où 27 % des Canadiens ont déclaré le français comme première langue officielle. Ce nombre est tombé à un peu plus de 21 % en 2021, tandis que 75 % des Canadiens ont déclaré l’anglais comme première langue officielle, soit une augmentation d’environ 1 % par rapport au dernier recensement.

« Les deux chiffres sont en augmentation, les personnes ayant le français et l’anglais comme première langue officielle parlée », a déclaré Caron-Malenfant. « Mais pas au même rythme. »

La proportion de francophones au Québec a également chuté à 77 % en 2021, contre 79 % en 2016.

À l’extérieur du Québec, le nombre de Canadiens qui déclarent que le français est leur première langue officielle a diminué dans toutes les provinces sauf la Colombie-Britannique.

Continue Reading

Tandance