Connect with us

Canada

« Ne laissons pas la folie triompher de l’espoir » : le premier ministre Legault se rend à Amqui, au Québec, quelques jours après l’accident

Published

on

Le premier ministre François Legault a tenté de rassurer et de réconforter les résidents d’Amqui, au Québec, jeudi, quelques jours seulement après qu’une camionnette a percuté des piétons sur la rue principale de la ville rurale de la péninsule gaspésienne.

Lui et la mairesse Sylvie Blanchette ont appelé les membres de la communauté à reprendre leur vie quotidienne et à ne pas avoir peur de la rue où l’accident s’est produit.

« Ne laissons pas la folie triompher de l’espoir. Il faut pouvoir retrouver notre joie. La vie est belle, Amqui est belle… Oui, il y a une période de deuil mais après il faut être courageux, pour trouver la joie dans la vie. Nous sommes tous avec vous », a déclaré Legault.

Le premier ministre, qui avait invité des politiciens de l’opposition à se joindre à lui lors de la visite, a serré la main des habitants et étreint le frère de Gérald Charest, 65 ans, qui a été tué aux côtés d’un autre local, Jean Lafrenière, 73 ans.

François Legault a encouragé les résidents à reprendre leur vie quotidienne après leur deuil. (Rachel Watts/CBC)

Au total, neuf autres personnes ont été blessées lundi dans ce que la police qualifie d’acte délibéré.

En plus de s’engager à davantage de soutien en santé mentale pour les personnes de la ville, Legault a déclaré qu’il ressentait le poids de cette tragédie, en particulier à la suite d’un autre accident mortel à Laval, au Québec, dans une garderie le 8 février.

« On a du mal à trouver les mots, on se sent un peu responsables. Et je suis la première à me demander ce qu’on aurait pu faire de plus — on doit faire — pour la santé mentale. Ce n’est pas toujours facile parce que les gens doivent accepter de l’aide, parfois on a pour forcer cela », a déclaré Legault.

« Mais nous devons penser aux victimes, à leurs familles et à toute la population qui est touchée car dans les prochains jours, nous ne pouvons laisser personne se sentir seul ou isolé. »

Deux personnes s'embrassent.
Pascal Bérubé, le député de Matane-Matapédia, a embrassé le frère de Gérald Charest, tué lundi. (Rachel Watts/CBC)

Yolaine Lacombe, une résidente d’Amqui, a serré la main de Legault et s’est entretenue avec d’autres responsables. Elle dit qu’elle a eu l’impression qu’ils ont pris le temps d’entendre ce que les résidents veulent voir changer.

« La visite est réconfortante. Ils ne sont pas ici pour la politique, ils sont ici pour une bonne raison. Et je leur ai expliqué que nous manquions de ressources », a déclaré Lacombe, ajoutant qu’ils avaient besoin de plus de soutien en santé mentale. « C’est de la prévention, ça manquait. »

En discutant avec d’autres habitants du coin, comme Pauline Parent et Roselyne Tremblay, qui arpentent le boulevard tous les jours ensemble, Legault, le maire et Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia, ont suivi le parcours exact que la camionnette a emprunté sur la route principale de la ville. rue, boulevard Saint-Benoît.

Chantale Lavoie, préfète de la Municipalité régionale de comté de Matapédia, a accueilli Legault à son arrivée et a déclaré que la section du boulevard avait été choisie pour la visite de Legault pour une raison.

Une femme en veste rouge parle avec une personne dos à la caméra.
Yolaine Lacombe, une résidente de la ville, s’est entretenue avec le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon. (Rachel Watts/CBC)

« La dernière victime était juste ici », a déclaré Lavoie en désignant le banc où Legault a déposé des fleurs pour honorer les victimes.

« Honnêtement, je pense qu’aujourd’hui a été la journée la plus difficile. C’est probablement la cérémonie, le fait que nous soyons sur les lieux du crash… Il faut tourner la page. »

Des fleurs et des peluches reposent sur un banc.
Legault a déposé des fleurs sur un banc du boulevard où une camionnette a percuté des piétons. (Rachel Watts/CBC)

Marchant le long du trottoir, Lavoie a salué les résidents sur le boulevard. Avec le premier ministre à ses côtés, elle rencontre le frère de Gérald Charest, qui est tué. Elle s’est dite submergée d’émotion en rencontrant un membre de sa famille immédiate.

« J’ai quitté la ligne et je suis allé le voir. Il fallait que je le fasse. Je lui ai fait un câlin », a déclaré Lavoie.

« Nous sommes comme ça, Matapédiens … nous n’avons pas de mots, nous ne pouvons rien dire de suffisant, mais l’affection que nous pouvons nous témoigner est importante. J’ai dit aux gens que nous avons les mains froides aujourd’hui mais que nous avons le cœur chaud. »

Deux hommes tiennent des bouquets de fleurs blanches
Des politiciens, dont le chef du PQ Paul St-Pierre Plamondon, à gauche, et le co-porte-parole du QS, Gabriel Nadeau-Dubois, à droite, ont accompagné le premier ministre lors de sa visite à Amqui. (Rachel Watts/CBC)

La commune s’apprête à organiser une veillée jeudi soir et une messe en l’honneur des victimes vendredi.

Le conducteur du camion a été inculpé de deux chefs d’accusation de conduite dangereuse causant la mort, et d’autres accusations sont attendues à l’avenir, selon la Couronne.

Canada

Summer McIntosh établit des records du monde juniors et canadiens au 200 m papillon aux essais nationaux de natation

Published

on

Par

Summer McIntosh a maintenant un triplé de records après ses trois premières épreuves aux essais nationaux de natation au Centre sportif panaméricain de Toronto.

Vendredi soir, McIntosh a établi un record du monde junior et canadien au 200 mètres papillon.

Son temps de 2:04.70 a battu son record précédent (2:05.05) établi plus tôt ce mois-ci. Les coups doux et puissants de McIntosh l’ont aidée à atteindre le mur en un temps record, électrisant à nouveau la foule.

« C’est ma piscine préférée au monde et le faire avec ma famille et mes amis ici signifie le monde pour moi », a déclaré McIntosh après la course. « Cela valide ma formation et me permet de savoir que je fais quelque chose de bien. »

REGARDER | McIntosh remporte le dernier record canadien après sa victoire au 200 m papillon :

Un autre record canadien pour Summer McIntosh, cette fois au 200 mètres papillon

Summer McIntosh, de Toronto, a battu le record canadien du 200 mètres papillon vendredi en établissant le nouveau temps de 2:04,70 aux Essais canadiens de natation.

Le talent générationnel fait une rencontre remarquable.

Tout a commencé lors de la soirée d’ouverture lorsque la sensationnelle nageuse de 16 ans a battu le record du monde du 400 m nage libre.

Avec ses parents, Jill et Greg McIntosh, dans la foule mardi soir, Summer a arrêté le chronomètre en 3:56.08, battant le record du monde détenu par l’Australienne Ariarne Titmus.

REGARDER | Revivez Summer McIntosh battant le record du monde du 400 m nage libre :

Vivez le moment au bord de la piscine, lorsque Summer McIntosh a battu le record du monde du 400 m nage libre

Sentez-vous comme si vous étiez juste à côté de Summer McIntosh alors qu’elle bat son premier record du monde à 16 ans, lors des essais nationaux canadiens de natation.

« Je ne pense pas que la pression existe vraiment dans mon esprit », a déclaré McIntosh vendredi. « La seule vraie pression est la pression que je me mets à performer. »

Jeudi soir, McIntosh a battu son propre record du monde junior au 200 m quatre nages individuel. Son temps de 2:06.89 hier aurait remporté la médaille d’or aux championnats du monde de l’été dernier.

Et son temps aurait également remporté l’or aux Jeux olympiques de Tokyo de plus d’une seconde.

Liendo rate de peu le record de Brent Hayden

Josh Liendo, qui a battu deux records nationaux plus tôt cette semaine, a presque réussi son troisième vendredi soir.

Malgré une brillante course de 100 m en nage libre, Liendo n’a pas battu le record canadien de 2009 de Brent Hayden.

Liendo a arrêté le chronomètre en 47,86 – le record de Hayden reste à voir un autre jour après avoir affiché 47,27, il y a environ 14 ans.

Liendo, 20 ans, a tiré des blocs avec ses parents qui regardaient dans la foule. Il a sauté sur le mur avec Hayden sur le bord de la piscine en regardant chaque coup.

« Ça arrive. Je peux obtenir ce record », a déclaré Liendo. « J’ai toujours faim de m’améliorer. Il y a toujours des choses que je peux améliorer et m’améliorer. Il y a encore plus que je peux réparer. Je dois juste me concentrer sur ces choses et continuer à m’améliorer. »

Hayden, qui a encouragé Liendo tout au long de la course, a déclaré qu’il n’avait jamais vu un Canadien nager sous les 48 secondes aux essais.

« Les records sont faits pour être battus. Cela signifie que nous nous améliorons et que nous devenons plus rapides », a déclaré Hayden. « Ce n’est qu’une question de temps avant que Josh ne le casse. Et c’est incroyable.

Cela survient juste un jour après que Liendo a réalisé le temps le plus rapide au monde sur 50 m nage libre cette saison, arrêtant le chronomètre en 21,80. Mercredi, Liendo a battu son propre record canadien à deux reprises au 100 m papillon.

Ses performances exceptionnelles lors de ces essais nationaux surviennent une semaine seulement après que Liendo est devenu champion de la NCAA au 100 verges nage libre lors de sa première année à l’Université de Floride. Dans cette course, il a mené du début à la fin, arrêtant le chronomètre avec le deuxième temps le plus rapide de tous les temps à 40,28.

Seule la superstar américaine Caeleb Dressel a été plus rapide dans l’épreuve.

Kharun bat presque son propre record

Surfant sur l’élan de la nage rapide de McIntosh, une autre étoile montante à Ilya Kharun a failli battre son propre record canadien dans la même épreuve.

Kharun, 18 ans, a arrêté le chrono du 200m papillon en 1:54.57. Son record national de 1:54.49 a été établi début mars.

« Ce premier cent était génial. Malheureusement, ce temps n’est pas vraiment ce que je voulais, mais je dois juste continuer à m’entraîner et être prêt pour les championnats du monde au Japon », a-t-il déclaré après la course.

« Cela doit juste être un peu plus rapide. Ce dernier 50 n’est pas là où il doit être. Je dois juste continuer à m’entraîner. Je voulais être un peu plus rapide aujourd’hui. C’est ce que c’est. »

REGARDER | Ilya Kharun, de Montréal, un nom à surveiller aux essais canadiens de natation :

Le nouveau nom que vous devez connaître avant les Essais canadiens de natation

Ilya Kharun, de Montréal, fait des vagues partout où il va depuis qu’il s’est joint à l’équipe canadienne à la fin de l’année dernière.

L’adolescent est largement considéré comme l’un des grands talents masculins de ce pays dans la piscine. Il a passé la majeure partie de sa vie à Las Vegas après être né à Montréal.

Dans sa dernière année de lycée, Kharun s’est engagé dans l’État de l’Arizona, où il rejoint un groupe de nageurs talentueux qui se préparent pour les Jeux olympiques de Paris.

« Je serai prêt pour les championnats du monde. J’ai hâte de continuer à réduire ce temps. »

REGARDER | Finales du jour 4 des essais canadiens de natation :

Essais canadiens de natation 2023 : finales du jour 4

Regardez les finales du quatrième jour des Essais canadiens de natation 2023 à Toronto.

Autres gagnants

Maggie Mac Neil a remporté un autre titre national vendredi soir, remportant le 100 m libre féminin avec un temps de 54,58.

L’athlète de 23 ans de London, en Ontario, a remporté le 100 m papillon mercredi et le 50 m libre jeudi.

Le double médaillé paralympique Nicolas-Guy Turbide a remporté le 50 libre masculin multicatégorie en 24,35, retranchant 0,39 seconde à son temps des préliminaires du matin.

Les autres vainqueurs paralympiques vendredi étaient Nicholas Bennett au 100 m papillon multi-épreuves masculin (58,25), Shelby Newkirk au 50 m libre multi-épreuves féminin (33,36) et Katie Cosgriffe au 100 m papillon multi-épreuves féminin (1:10,05).

James Dergousoff est monté sur le podium du 50 m brasse masculin en 27,76, tandis que Sophie Angus a remporté le 50 m brasse féminin (31,13).

REGARDER | Mac Neil surmonte les difficultés, se sentant rafraîchi :

La star canadienne de la natation Maggie Mac Neil a rajeuni après avoir donné la priorité à la santé mentale

La championne olympique 2020 Maggie Mac Neil parle de trouver l’équilibre à l’extérieur de la piscine, alors qu’elle nage vers une victoire au 100 mètres papillon aux Essais canadiens de natation 2023.

Continue Reading

Canada

Une famille affirme que le voleur a utilisé les dommages causés par l’explosion de Calgary pour s’introduire dans la maison voisine quelques jours après l’explosion

Published

on

Par

Quelques jours seulement après qu’une explosion à côté a fait exploser les murs de leur maison, une famille de Calgary affirme qu’un voleur en a profité pour entrer dans leur maison pour voler des objets de valeur.

Barb Caswell dit que la maison de ses parents était l’une des deux résidences gravement endommagées lorsqu’une maison a explosé lundi matin dans la communauté nord-est de Marlborough.

Alors que les autorités avaient clôturé les maisons les plus proches du site de l’explosion, un voleur était toujours capable de se faufiler dans la maison de ses parents en milieu de journée et de voler des bijoux et d’autres objets de valeur, a-t-elle déclaré.

« Pour obtenir ce vol en plus de tout le reste, c’est déchirant », a déclaré Caswell. « Ça te met en colère. »

Le service de police de Calgary a déclaré qu’il enquêtait sur l’effraction, ajoutant que des agents étaient intervenus jeudi après-midi au domicile du bloc 700 de Maryvale Way NE.

Au moment où les agents sont arrivés sur les lieux, il n’y avait personne dans la maison.

L’explosion a blessé 10 personnes, dont neuf sont toujours hospitalisées. (Soumis par Michelle Van Ree)

Caswell a déclaré que ses parents étaient hors de la ville au moment de l’explosion, mais elle a noté que le mur de leur chambre était celui le plus proche du site de l’explosion.

L’explosion a blessé 10 hommes qui se trouvaient à l’intérieur de la maison qui a explosé. Jeudi, neuf d’entre eux étaient toujours hospitalisés, dont trois toujours sous sédation en soins intensifs.

Selon les membres de la communauté, les blessures des victimes vont des fractures aux brûlures graves. Alors qu’on s’attend à ce que tous survivent, ils font face à un long chemin vers la guérison, à la fois physiquement et financièrement.

Les membres de la communauté travaillent à collecter des fonds et des fournitures pour les victimes. Une collecte de dons est prévue samedi à la Forest Lawn Community Association.

REGARDER | Une caméra de sécurité capture une vidéo de l’explosion d’une maison à Marlborough :

Vidéo de sécurité de l’explosion de Malborough

Une vidéo de surveillance envoyée à CBC News montre une grosse boule de feu provenant de l’explosion d’une maison qui a eu lieu lundi matin à Marlborough.

Caswell a déclaré que l’un des voisins de ses parents l’avait appelée après l’explosion. Elle est retournée dans la maison de son enfance pour la trouver entourée de camions de pompiers avec des débris éparpillés partout.

« Tout à fait la vue, » dit-elle.

Caswell a déclaré que ses parents étaient restés chez des amis alors qu’ils parlaient avec des agents d’assurance et des entrepreneurs.

« Ils doivent consolider tout un côté [of the house] avant que nous puissions vraiment aller retirer tous les effets personnels de la maison », a-t-elle déclaré.

Les pompiers soupçonnent que l’explosion a été causée par du gaz naturel. Cependant, une enquête complète sur les appareils électroménagers de la maison ne devrait pas être terminée avant des semaines.

La police a déclaré qu’il n’y avait pas d’enquête criminelle liée à l’explosion de la maison.

Continue Reading

Canada

D’anciens responsables du SCRS affirment que des décennies d’avertissements chinois sont restés lettre morte

Published

on

Par

D’anciens responsables du SCRS affirment que l’agence de renseignement a mis en garde les gouvernements successifs contre l’ingérence électorale étrangère pendant des décennies, mais tous n’ont pas agi – et les mesures décrites dans le budget de cette semaine ne suffisent pas à résoudre le problème.

« Trente-deux ans de travail dans le domaine de la sécurité nationale, chaque fois que nous avons eu une crise, chaque fois que nous avons eu un incident, c’est ce que le gouvernement a fait. Nous allons jeter de l’argent à la GRC, nous dirons que vous avez Je ne pense pas que ce soit vraiment une réponse appropriée », a déclaré vendredi Dan Stanton, ancien directeur exécutif du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), à un comité de députés.

Le budget de 2023 prévoit 48,9 millions de dollars sur trois ans pour aider la GRC à protéger les Canadiens contre le harcèlement et l’intimidation de la part de gouvernements étrangers, à accroître sa capacité d’enquête et à aider les collectivités qui risquent d’être la cible d’ingérence étrangère.

Le budget accorde également 13,5 millions de dollars sur cinq ans à Sécurité publique Canada afin qu’il puisse établir un Bureau national de lutte contre l’ingérence étrangère.

« Nous allouons des millions de dollars à la GRC … sans stratégie d’enquête, sans stratégie de poursuite. Nous sommes juste ici en train de dire: » Tenez, prenez cet argent et utilisez-le «  », a déclaré Stanton, qui était le gestionnaire du programme national du SCRS pour La Chine pendant les années du gouvernement de Stephen Harper.

Michel Juneau-Katsuya, ancien chef de l’unité Asie-Pacifique du SCRS, a déclaré aux députés que même si l’idée d’un bureau national de lutte contre l’ingérence étrangère a du mérite, il ne devrait pas relever du ministre de la Sécurité publique.

« Ce bureau doit être indépendant, séparé du SCRS et de la GRC, et il doit relever directement de la Chambre des communes avec un directeur nommé par la Chambre », a-t-il déclaré.

Juneau-Katsuya a également déclaré que le budget du bureau n’est pas assez important pour lui permettre de mener des enquêtes dans toutes les régions du pays et d’aider les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux.

Juneau-Katsuya a déclaré que le gouvernement fédéral devait également introduire une législation définissant « les activités considérées comme illégales et les sanctions pouvant être encourues » pour être efficace.

Stanton n’était pas d’accord, affirmant que la loi sur la sécurité des informations permet déjà aux responsables de poursuivre quelqu’un « qui porte atteinte à l’intérêt ou à la sécurité de l’État ou commet une infraction au profit d’une entité étrangère ».

« Ces infractions sont facilement couvertes par la loi sur la sécurité de l’information, à mon avis », a-t-il déclaré au comité.

Stanton a déclaré que le Canada n’avait pas mis à jour sa politique de sécurité nationale depuis 2004 et qu’il était temps de réviser cette politique pour l’adapter aux menaces qui n’existaient pas il y a 20 ans.

« Je pense que les Canadiens méritent quelque chose comme ça et que ce devrait être une politique de sécurité nationale centrée sur la Chine », a-t-il déclaré.

« Chaque gouvernement a choisi d’ignorer l’avertissement du SCRS »

Juneau-Katsuya et Stanton ont tous deux fait valoir qu’aucun gouvernement n’est à blâmer plus qu’un autre pour ne pas avoir fait face à l’ingérence de la Chine. Il a déclaré que tous les gouvernements fédéraux au cours des trois dernières décennies ont été avertis des tentatives de la Chine d’influencer les élections et n’ont pas répondu correctement à la menace.

« Le SCRS a connaissance de [China’s] ingérence étrangère au Canada depuis au moins 30 ans. Tous les gouvernements fédéraux, de M. Mulroney à M. Trudeau aujourd’hui, ont été compromis par des agents de la Chine communiste », a déclaré Juneau-Katsuya.

« Chaque gouvernement [was] informé à un moment ou à un autre. Chaque gouvernement a choisi d’ignorer l’avertissement du SCRS. »

Juneau-Katsuya a déclaré que chaque gouvernement a été infiltré par des « agents d’influence » de Chine et que chaque gouvernement a pris des décisions qui ne peuvent s’expliquer que par l’influence réussie de ces agents internes. Il n’a pas fourni d’exemples.

Stanton a déclaré qu’il ne voulait pas non plus « blâmer un gouvernement en particulier ». Il a dit que lorsque le SCRS a signalé une interférence avec le gouvernement de l’époque il y a plus de dix ans, la réaction qu’il a eue « n’était pas différente de ce qu’elle était aujourd’hui – personne à la maison. Il n’y a vraiment pas eu beaucoup de réponse ».

Fuite peu probable du SCRS : anciens responsables

Stanton et Juneau-Katsuya ont déclaré que les fuites de renseignements des derniers mois ne provenaient probablement pas d’un membre du SCRS.

Stanton a déclaré que même s’il ne sait pas qui est à l’origine de la fuite, c’est quelqu’un qui voit un petit élément de renseignement mais qui n’est pas au courant de la vue d’ensemble que voient les responsables du SCRS.

« Ils ne voient pas tout le travail et tous les efforts nécessaires pour contrer certaines menaces », a-t-il déclaré. « Ils ne voient qu’une petite part du gâteau, puis de leur propre chef, je dirais avec une certaine arrogance, ont décidé qu’ils avaient la prérogative d’infliger ces dégâts pour quelque cause qu’ils puissent avoir. »

Stanton a déclaré que les médias qui ont rendu compte des fuites ont « embelli » le renseignement pour lui attacher de la « noblesse » et que lorsque la poussière retombera, les Canadiens pourraient découvrir que le bailleur de fonds n’est pas un important responsable du renseignement, mais qu’il s’agit probablement de quelqu’un qui utilise le fuites pour poursuivre « un ordre du jour ».

Juneau-Katsuya a également critiqué l’idée de tenir une enquête publique sur ce que les responsables du renseignement ont dit au Premier ministre et quand.

Il a dit aux députés que la seule façon dont une enquête pourrait avoir de la valeur est si elle peut éviter de se transformer en cirque partisan.

« Ce n’est pas la voie à suivre », a déclaré Juneau-Katsuya. « Une commission publique révélera inévitablement les méthodes d’enquête de nos services de sécurité et diminuera ainsi notre efficacité à détecter et à neutraliser la menace tout en mettant en danger des sources humaines. »

Continue Reading

Tandance