Connect with us

Canada

L’ex-PDG de l’APN a été poursuivi par une organisation de santé autochtone pour un prétendu paiement « imprudent » en 2011

Published

on

Une ancienne PDG de l’Assemblée des Premières Nations qui était en charge lorsqu’un fonctionnaire de l’APN aurait reçu un paiement de près de 200 000 $ a été poursuivie en 2011 par une organisation de santé autochtone aujourd’hui disparue pour sa prétendue offre d’un paiement « important et injustifié » à un fonctionnaire là-bas, selon des documents obtenus par CBC News.

Paulette Tremblay, membre des Six Nations de la rivière Grand qui vit à Ottawa, a occupé le poste de PDG de l’APN entre septembre 2017 et janvier 2020.

L’Organisation nationale de la santé autochtone (ONSA) l’a poursuivie en justice le 27 octobre 2011, cinq mois après qu’elle a cessé d’être son PDG, après que son directeur financier Jason Cheney a lancé une offre judiciaire pour percevoir un paiement de 112 452 $ qu’il prétendait que Tremblay lui avait offert.

L’ONSA a contre-attaqué Cheney et a ajouté Tremblay à la poursuite, affirmant qu’elle avait retenu l’argent de Cheney après que le conseil d’administration de l’organisme à but non lucratif en est venu à croire que le duo avait orchestré le paiement par collusion, « tromperie et/ou fausses déclarations frauduleuses » des faits.

Tremblay a dit qu’elle nie les accusations, bien qu’elle n’ait pas déposé de défense.

« D’abord et avant tout, je tiens à déclarer sans équivoque qu’il n’y a eu aucun acte répréhensible de ma part dans l’exercice de mes fonctions à l’Organisation nationale de la santé autochtone », a-t-elle écrit dans une lettre à CBC News.

« Ayant quitté l’ONSA en juillet 2011, j’ignorais complètement les actions de l’organisation liées à l’employé mentionné. Je n’étais pas au courant du procès et l’affaire était close au moment où elle a été portée à mon attention, donc ce n’était pas possible assurer une défense. »

Dans le procès non signalé auparavant, l’ONSA a allégué que Tremblay avait approuvé une modification du contrat de Cheney, puis, peu de temps après, avait résilié ce contrat tout en lui offrant un an de salaire à titre d’indemnité de départ, le tout sans divulguer cette information au conseil.

L’ONSA a allégué que Cheney avait préparé son propre chèque, Tremblay l’a signé, et Cheney y a ensuite appliqué le bloc de signature du trésorier de l’ONSA, Oliver Okemow, « à l’insu d’Okemow ou sans son consentement » pour obtenir l’argent.

Le procès a affirmé que l’ONSA avait alors découvert et retenu le paiement, le qualifiant de « téméraire, totalement injustifié et manifestement contraire aux meilleurs intérêts de l’ONSA ».

L’ONSA a allégué que Tremblay et Cheney avaient commis des manquements « inadmissibles » à la politique, à l’obligation fiduciaire, à la loyauté et à la confiance. La réclamation a déclaré que les actions de Tremblay « mettaient l’existence de l’organisation en danger » et « mettaient en danger la stabilité financière de l’ONSA ».

Les allégations n’ont jamais été prouvées devant les tribunaux.

L’affaire a abouti à un règlement à l’amiable par médiation le 25 novembre 2011, selon les documents. CBC News n’a pas été en mesure d’apprendre les détails du règlement malgré la demande de Tremblay et les tentatives répétées de contacter Cheney et d’autres parties.

La poursuite a été rejetée sans frais le 2 avril 2012 avec le consentement de toutes les personnes impliquées, y compris Tremblay, qui a signé un document acceptant le rejet.

L’ONSA a fermé ses portes le 30 juin 2012 après avoir appris que le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait réduit son financement annuel de 4,4 millions de dollars.

Les conservateurs ont déclaré que les « défis de gouvernance » de l’ONSA avaient contribué aux compressions.

Tremblay honoré en 2019

Tremblay a eu une carrière réussie en tant que cadre et administrateur public depuis lors. Elle a reçu un prix Indspire pour l’éducation en 2015 et a rejoint l’APN en 2016.

L’APN a annoncé son prochain départ en tant que PDG le 4 décembre 2019 lors de son rassemblement hivernal annuel, où le chef national de l’époque, Perry Bellegarde, a honoré son travail lors d’une cérémonie de couverture.

Dans les mois qui ont suivi le départ de Tremblay, l’APN a appris une « irrégularité » autour d’une modification de contrat et d’un paiement qui se serait produite alors que Tremblay y travaillait toujours, selon une note d’information interne de l’APN datée du 30 octobre 2020.

Le chef national RoseAnne Archibald a présenté cette note d’information ou l’a distribuée à un nombre inconnu de chefs de l’APN à au moins deux reprises. Elle l’a d’abord montrée aux Chiefs of Ontario, qui défendent les intérêts de 133 Premières Nations, lors d’une séance à huis clos lors de leur rassemblement de février 2021, confirment des documents.

La note d’information a par la suite été divulguée aux médias, accompagnée d’une résolution confidentielle que les chefs ontariens ont adoptée pour demander un examen des politiques financières et des pratiques contractuelles de l’APN. L’exécutif de l’APN a par la suite voté pour ne pas commander l’examen.

Le 1er juillet 2022, Archibald a envoyé par courriel la note d’information à des dizaines de chefs de l’APN à travers le pays alors qu’elle insistait pour une vérification médico-légale. Elle a également distribué des captures d’écran de courriels internes de l’APN, une chronologie confidentielle des événements et des états financiers détaillant les deux années de contrats de l’APN.

« Vous trouverez ci-joint des documents et des e-mails qui, à mon avis, montrent la corruption et la collusion au sein du secrétariat de l’APN », a déclaré son e-mail.

Archibald fait face à deux poursuites en diffamation à cause de cet e-mail et de cette déclaration.

Les allégations n’ont pas été testées et aucune défense n’a été déposée. CBC News a obtenu de manière indépendante le courriel et ses documents joints.

Le courriel d’Archibald comprenait une note qu’elle a écrite aux chefs expliquant pourquoi elle estimait que l’audit était nécessaire. Cette note de service indique que le comité exécutif des chefs nationaux et régionaux de l’APN a été convoqué pour une réunion urgente en octobre 2020 où la note d’information a été présentée.

Au cours de la réunion, on leur a dit qu’un employé avait transféré près de 200 000 $ du compte AFN vers leur compte bancaire personnel en 2019, selon la note de service.

Archibald a déclaré que l’APN avait reçu des conseils juridiques externes d’un avocat des ressources humaines qui « nous a dit que nous ne devions rien dire » sur ce qui s’était passé, ce que APTN News avait précédemment rapporté.

« À l’époque, j’ai dit que c’était faux et que nous avions l’obligation de révéler la vérité sur ce qui s’était passé », a écrit Archibald.

Note d’information

La note d’information elle-même est marquée confidentielle et indique que la PDG actuelle de l’APN, Janice Ciavaglia, l’a demandée et rédigée.

Il a indiqué qu’un employé senior de l’APN avait reçu une « indemnité de retraite » de 191 134 $ le 19 août 2019, suivie d’un contrat à temps partiel pour continuer à travailler. Il a déclaré qu’il n’était «pas clair» pourquoi l’APN paierait un employé qui démissionne d’un emploi à temps plein mais continue ensuite à travailler.

Il a également déclaré qu’à l’été 2020, l’APN avait appris qu’un directeur de l’APN avait reçu un contrat de travail révisé qui « modifiait considérablement » ses indemnités de départ le 27 novembre 2019, de sorte que le directeur recevrait un préavis d’au moins six mois en cas de licenciement sans motif.

La chef nationale de l’Assemblée des Premières Nations, RoseAnne Archibald, prend la parole lors de son discours de clôture à l’Assemblée spéciale des chefs de l’Assemblée des Premières Nations à Ottawa, le jeudi 8 décembre 2022. (Spencer Colby/La Presse canadienne)

La note d’information recommandait à l’APN de licencier ces deux employés sans motif pour limiter les dépenses supplémentaires, la publicité, les litiges, les atteintes à la réputation et les éventuelles réductions de financement qui pourraient découler d’un audit révélant l’irrégularité.

La note d’information nommait Tremblay ainsi que les deux employés dont les contrats ont été résiliés. Tremblay n’a pas reçu le contrat ou le paiement, mais a signé le contrat révisé avec le directeur de l’APN, selon la note.

Archibald a partagé ce document avec les chefs avec des expurgations les deux fois.

« Je vous suggère de demander la version non expurgée au secrétariat de l’APN », leur a-t-elle écrit en juillet.

Cependant, il est toujours possible de voir les noms des trois employés à travers les tentatives de suppression. CBC News ne nomme que Tremblay parce qu’elle était la haute fonctionnaire et parce que les deux autres employés n’ont pas pu être joints pour commenter.

Tremblay, qui est maintenant PDG d’une organisation financée par l’APN, a déclaré qu’elle n’avait pas vu la note d’information mais qu’elle ne pouvait pas commenter parce que les questions relatives au personnel sont une question de ressources humaines et sont liées par la vie privée et la confidentialité.

« Dans toutes mes relations avec l’APN, j’ai suivi les politiques, procédures et lignes directrices et j’ai traité toutes ces questions par l’intermédiaire du Comité exécutif de l’APN. Qui à l’APN m’implique dans ces affaires? » elle a écrit.

Archibald a déclaré à plusieurs reprises à CBC News qu’elle ne pouvait pas commenter ce sujet parce qu’une résolution des chefs l’empêchait de discuter publiquement des problèmes internes de l’APN. CBC News a contacté Ciavaglia pour discuter de la note d’information, mais l’APN a fourni une déclaration à la place.

« Pour des raisons de respect de la vie privée et de confidentialité, l’APN ne commente pas les questions de ressources humaines concernant son personnel », indique le communiqué.

« L’APN n’est pas en mesure de confirmer les éléments d’une note d’information confidentielle, car nous n’avons pas reçu de copie du document en votre possession. »

CBC News a proposé de fournir à Ciavaglia le document si elle voulait en discuter, mais l’APN a refusé de commenter davantage.

Ciavaglia a répondu séparément par l’intermédiaire de son avocat, mais a également refusé de répondre aux questions.

Canada

Service d’eau rétabli après l’arrêt provoqué par le refoulement des eaux usées à l’Assemblée législative

Published

on

Par

Le service d’eau a été rétabli dans toutes les parties d’Iqaluit à la suite d’un arrêt d’urgence dans certaines parties de la ville lundi matin après le refoulement du système d’égout dans l’Assemblée législative.

La fermeture, qui a touché Lower Iqaluit et les zones de la route fédérale, est survenue après une fin de semaine de travaux sur le système d’eau, qui a entraîné la fermeture du service d’eau pour toute la ville. Le service venait de revenir en ligne dans toute la ville dimanche soir, selon un avis à ce moment-là, mais les équipes travaillaient toujours pour réparer quelques fuites et nettoyer les « zones à problèmes » dans le système d’égouts.

S’adressant à CBC News lundi, le responsable des communications de la ville, Kent Driscoll, a déclaré qu’une coupure d’eau à l’échelle de la ville n’est effectuée qu’en cas d' »urgence absolue ».

« Nous comprenons que c’est un inconvénient majeur pour tous les clients », a-t-il déclaré. « Nous ne le faisons que lorsque nous y sommes absolument obligés. Ce week-end, nous le devions absolument. »

La ville a publié un message d’intérêt public juste avant 10 heures lundi matin indiquant qu’il y avait eu une interruption du système qui avait provoqué un refoulement des égouts dans l’Assemblée législative.

L’Assemblée législative ne siège pas actuellement.

Toute la ville est maintenant sous le coup d’un avis préventif d’ébullition de l’eau en raison des réparations du système d’eau le week-end, affectant à la fois les services d’eau courante et par camion.

Un camion-citerne de la ville d’Iqaluit, vu ici en janvier 2022. (Steve Silva/CBC)

L’avis d’ébullition de l’eau fait suite à un week-end de service d’eau interrompu alors que la ville réparait certaines de ses conduites, au milieu d’avertissements de froid extrême et de températures proches de -40 C. La ville a initialement annoncé une coupure d’eau dans certaines zones de la ville vendredi matin, suivie d’un avis demandant aux résidents de conserver l’eau pendant le week-end.

Samedi après-midi, la ville a annoncé une coupure d’eau dans toute la ville afin de réparer la conduite d’eau près du complexe Astro Hill. Le service a commencé à être rétabli plus tard dans la soirée, mais a été retardé dans certaines régions car les travailleurs ont dû réparer une conduite d’eau près de l’internat médical de Tammaativvik.

Ce travail s’est poursuivi jusqu’à dimanche, bien que le service d’eau courante soit revenu dans le reste de la ville. Dimanche après-midi, la ville a annoncé que l’eau avait été rétablie dans la pension.

Driscoll a expliqué lundi que les problèmes ont commencé avec des rapports faisant état d’une fuite dans une conduite d’eau près de Tammaativvik vers 3 heures du matin qui a coupé l’eau de ce bâtiment et réduit l’eau à la tour de 8 étages.

Alors que les équipes réparaient la fuite, une vanne s’est cassée dans le froid extrême, a déclaré Driscoll. De multiples fuites dans le système d’eau dimanche ont entraîné d’autres problèmes.

La ville a déclaré que l’avis d’ébullition de l’eau sera levé par la santé publique après avoir testé le système d’eau.

Driscoll a déclaré qu’il n’était pas prévu de distribuer de l’eau en bouteille aux résidents et que l’eau peut sembler trouble et qu’elle est toujours potable lorsqu’elle est bouillie.

Iqaluit a vu un certain nombre d’avis d’ébullition d’eau au cours des derniers mois. En mai 2022, les résidents ont fait l’objet d’un avis d’ébullition de l’eau pendant quatre jours à la suite d’une «panne mécanique» du système d’eau. Les résidents ont également dû faire bouillir leur eau en janvier 2022 après que la ville a détecté du carburant dans son approvisionnement en eau.

Fin 2021, les résidents ont passé près de deux mois sous le coup d’une ordonnance de non-consommation en raison de la contamination par le carburant de l’approvisionnement en eau.

L’usine de traitement de l’eau de la ville fonctionne toujours sur un système de dérivation temporaire résultant de cet incident, sans échéancier quant à la date à laquelle l’usine sera entièrement réparée.

Continue Reading

Canada

Séisme de magnitude 4,2 près de Buffalo, NY, ressenti dans le sud de l’Ontario

Published

on

Par

Un tremblement de terre près de Buffalo, dans l’État de New York, d’une magnitude préliminaire de 4,2, a été « légèrement ressenti » dans certaines parties du sud de l’Ontario lundi matin, selon Earthquakes Canada.

« Je me suis réveillé », St. Catharines, Ont. Stephen Murdoch, résident, a déclaré à CBC Hamilton.

Murdoch a déclaré que sa maison avait tremblé vers 6 h 15 HE.

« J’ai ressenti ce que je suppose que vous considéreriez comme une petite secousse et une secousse continue … environ 15 à 20 secondes », a-t-il déclaré.

L’agence fédérale dit il ne s’attend pas à ce que le tremblement de terre signalé cause des dommages, mais a déclaré qu’à environ 8 heures du matin, il y avait plus de 200 rapports de personnes dans le sud de l’Ontario ressentant le grondement, y compris à Hamilton, dans la région du Grand Toronto et jusqu’à Quinte West, Ont., près de Belleville.

La National Oceanic and Atmospheric Administration aux États-Unis dit le tremblement de terre s’est produit à West Seneca, NY et l’a qualifié de tremblement de terre de magnitude 3,8 à environ trois kilomètres sous la surface.

« Le lit tremblait »

Le musicien Rich Jones a déclaré avoir ressenti le grondement à Hamilton.

« Mon chien a commencé à aboyer et le lit a tremblé pendant quelques secondes. Je n’avais jamais ressenti de tremblement de terre ici auparavant. Sauvage », a tweeté Jones.

Tremblements de terre Canada a enregistré pour la dernière fois un tremblement de terre en Ontario dans la région du Grand Sudbury le 22 janvier, d’une magnitude de 2,8.

Selon Earthquakes Canada, les tremblements de terre sont généralement causés par de grands segments de la croûte terrestre, appelés plaques tectoniques, qui se déplacent continuellement.

La zone sismique du sud des Grands Lacs a une sismicité faible à modérée par rapport aux zones sismiques plus actives à l’est, le long de la rivière des Outaouais et au Québec.

Yihe Huang, professeur agrégé de géophysique à l’Université du Michigan, étudie les tremblements de terre dans le lac Érié depuis cinq ans.

Elle a déclaré à CBC Hamilton qu’il y avait eu au moins quatre tremblements de terre dans la région d’une magnitude de 3,0 ou plus au cours des cinq dernières années.

« Cela indique clairement que nous avons des lignes de faille autour du lac Érié », a-t-elle déclaré, ajoutant que l’augmentation des niveaux d’eau ou du poids peut ajouter du stress sur les failles et les activer.

« Cela pourrait contribuer à la survenue du tremblement de terre d’aujourd’hui… mais nous devons examiner les données de manière plus approfondie. »

Pour Murdoch, l’expérience a été impressionnante.

« C’est un événement incroyable à vivre … Je ne peux pas imaginer ceux d’une plus grande ampleur », a déclaré Murdoch.

« Je pense qu’il y aura beaucoup de discussions dans les refroidisseurs d’eau de Buffalo et du sud de l’Ontario concernant ce qui s’est passé ce matin. »

Continue Reading

Canada

Un concours international de sculpture sur glace offre un débouché pour célébrer l’hiver à Winnipeg

Published

on

Par

Des artistes du monde entier sont à Winnipeg pour le tout premier concours international de sculpture sur glace de la ville.

La compétition internationale de sculpture sur glace Winterscape a eu lieu au parc Upper Fort Garry au cours de la fin de semaine, où des équipes du Canada, des Pays-Bas, de la Malaisie, du Mexique et des Philippines se sont occupées de la sculpture.

« C’est quelque chose que vous ne voyez jamais en personne par ici, à cette échelle en tout cas », a déclaré Corby Pearce, un organisateur de l’événement, à CBC.

Il participe à des compétitions de sculpture sur glace à travers le monde depuis 25 ans, a-t-il dit, et a passé les cinq dernières années à rêver d’organiser une compétition internationale à Winnipeg.

Il veut faire de la compétition un rendez-vous annuel dans la ville.

« Nous en avons besoin. Nous devons célébrer l’hiver. Nous devons prendre ce que nous avons et en tirer le meilleur parti. C’est de la glace de notre rivière », a-t-il déclaré.

Une sculpture sur glace d’un phénix et d’un serpent au milieu d’une bataille a été créée par deux sculpteurs des Pays-Bas. (Justin Fraser/CBC)

Vingt-cinq blocs de glace qui pesaient initialement 1 500 livres chacun ont été sculptés dans le parc au cours du week-end.

« C’est toujours impressionnant. J’ai travaillé et rivalisé avec ces gars et je suis toujours impressionné à chaque fois que je le vois. »

Les arts ont toujours fait partie de la vie de Pearce, et son espoir est d’amener davantage d’étudiants plus jeunes à apprendre à créer leurs propres sculptures.

« Ce qui est amusant avec l’art, c’est que même des étudiants, vous apprenez d’eux aussi », a-t-il déclaré.

Victor Dagatan et Bradley Froehlich étaient deux sculpteurs qui ont participé à l’événement au cours du week-end. Ils ont conçu la figure d’un archer, qui a remporté les honneurs de la compétition.

Dagatan, qui est philippin et vit à Orlando, en Floride, a déclaré qu’il avait perdu ses gabarits dans le vent froid vendredi et qu’il avait dû terminer sa sculpture à main levée.

« C’est toute une préparation car il faut aussi affûter tous ses outils. »

Il a dit que la sculpture sur glace était un exutoire pour lui.

« Tout comme un enfant, tu dois aller jouer. »

Froehlich, un Winnipegois, a dit qu’il était tout le contraire d’un snowbird.

« Certaines personnes vont au Mexique – nous recherchons le temps froid. »

Profiter du paysage naturel

Andrew, Joseph et Leif Cyr étaient trois spectateurs à l’événement. Le grand-père, le père et le fils ont été impressionnés par les sculptures.

Leif a déclaré que c’était la première fois qu’il voyait des sculptures sur glace, les qualifiant de « cool ». Son grand-père Joseph a déclaré qu’il était émerveillé par le travail des sculpteurs, qui montre « à quel point il y a de la créativité dans le monde ».

Andrew s’est dit impressionné de voir des sculpteurs internationaux sculpter de l’art sur la glace de Winnipeg.

« Il s’agit vraiment de profiter de notre paysage naturel ici de manière créative. »

Continue Reading

Tandance