Connect with us

Football

Les victoires frustrantes pourraient être la nouvelle norme pour le WNT canadien en route vers la Coupe du monde

Published

on

Pour une femme qui vient de voir son équipe se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA l’an prochain, l’entraîneure canadienne Bev Priestman avait une expression de dédain discret sur son visage vendredi soir.

Le Canada venait de battre le Panama lors d’une victoire âprement disputée 1-0 à l’Estadio Universitario de Monterrey, au Mexique, lors du championnat CONCACAF W, un résultat qui lui a permis de tamponner son passeport pour la Coupe du monde 2023 qui devrait être co-organisée par l’Australie et Nouvelle-Zélande.

Pourtant, pour Priestman, un sentiment de frustration a régné après que la combinaison de défense acharnée et de chicanerie pure du Panama ait tenu le Canada à distance pendant 64 minutes avant que Julia Grosso n’inscrive son troisième but en tête du tournoi pour sortir de l’impasse.


Regardez le match de lundi contre le Costa Rica en direct sur CBC TV, CBC Gem et OneSoccer à 18 h 30 HE


Les Canadiennes ont dominé les débats avec leur jeu de possession, forçant Las Canaleras (The Canal Girls) sur le pied arrière en les bloquant profondément à l’intérieur de leur moitié pendant de longues périodes. Mais le physique meurtrier du Panama et ses tactiques persistantes de perte de temps ont entraîné de fréquents arrêts de jeu, empêchant le Canada d’adopter un rythme d’attaque solide.

Priestman a admis que les singeries de Panama ont frustré son équipe cette nuit-là.

« Vous l’avez vu, le temps perdu dès le départ. C’est l’expérience CONCACAF que nous avons vécue. Cela joue sur certaines des frustrations, et lorsque vous êtes frustré, vos normes baissent », a déclaré Priestman après le match.

« Merci au Panama, ils nous ont frustrés. La performance de la première mi-temps, nous n’étions pas assez bons. Nos normes ont chuté. »

REGARDER | Julia Grosso marque à nouveau lors de la victoire du Canada contre le Panama :

Julia Grosso marque encore lors de la victoire du Canada contre le Panama

La joueuse de 21 ans a propulsé le Canada vers une victoire de 1-0 au Championnat féminin de la CONCACAF avec son troisième but en deux matchs.

D’un point de vue statistique, les Reds ont largement surclassé leurs adversaires. Le Canada a profité d’un taux de possession stupéfiant de 77 %, d’une avance de 14-4 au chapitre des tirs et a complété trois fois plus de passes.

C’était à peu près la même histoire pour le Canada lors de sa victoire de 6-0 contre Trinité-et-Tobago plus tôt dans la semaine. Mais cette fois-ci, le désintérêt total du Panama pour jouer au soccer offensif et son engagement total à mettre des corps derrière le ballon ont laissé les Canadiens se cramponner à des pailles pendant la majeure partie de la soirée.

« Nous n’avons pas l’habitude d’avoir beaucoup de temps et beaucoup de ballon et lorsque ces équipes bunker et que vous avez le ballon, vous êtes attiré dans ce faux sens de ce rythme lent », a expliqué Priestman.

Telle est la vie du Canada depuis qu’il a remporté l’or aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier. Presque toutes les équipes auxquelles les champions olympiques en titre sont désormais confrontés participent à des matchs en tant que perdants décidés, et en tant que tels, ils vont faire tout ce qu’il faut pour obtenir un résultat, que ce soit par crochet ou par escroc. Le côté de Priestman ferait mieux de s’y habituer car c’est leur nouvelle normalité.

Le Canada est sixième au classement mondial actuel de la FIFA, 51 places devant le Panama, et cette disparité entre les deux nations était pleinement visible vendredi, même si le score final ne le reflétait pas. Le Panama n’a pas rassemblé grand-chose en attaque et n’a produit aucun moment de danger qui ait vraiment inquiété le Canada.

Cloe Lacasse du Canada, au centre, se bat pour le ballon avec Yenith Bailey du Panama, à droite, vendredi à Monterrey, au Mexique. (Azaël Rodriguez/Getty Images)

Au lieu de cela, les Panaméens sont restés attachés à une marque de football négative dans le faible espoir de pouvoir marquer un but lors de la contre-attaque. Cela ne s’est jamais produit, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé et, ce faisant, ils ont rendu les choses incroyablement inconfortables pour le Canada.

« Les équipes nous montrent ce respect maintenant où elles tombent dans un [deep defensive] bloquer et jouer avec un arrière cinq et ils sont toujours difficiles à décomposer », a déclaré Priestman.

Alors que la capitaine Christine Sinclair a eu une nuit relativement calme et a été remplacée après 45 minutes, l’attaquante Adriana Leon a causé beaucoup de problèmes au Panama avec son jeu haussier dans le dernier tiers du terrain. La tête de Leon en première mi-temps a clignoté sur les boiseries, alors qu’elle a habilement pivoté hors de la couverture défensive serrée et a déclenché un tir fabuleux à 25 mètres qui a forcé le gardien panaméen Yenith Bailey à le faire basculer au-dessus de la barre transversale à la 47e minute.

La persévérance du Canada a porté ses fruits lorsque Jessie Fleming a effectué une course dans la surface avant de remettre le ballon au centre pour Grosso. Le jeune a bien fait de prendre une touche pour passer par le défenseur panaméen Yomira Pinzon avant de le pousser en toute confiance devant Bailey.

Ces moments de qualité étaient rares pour une équipe canadienne qui semblait avoir trop de temps libre alors qu’elle dominait la possession du ballon et qui réfléchissait trop à l’attaque.

« C’est une question de vitesse de balle, de tempo, d’intention, de courses vers l’avant », a déclaré Priestman. « Quand nous faisons tout cela, c’est à ce moment-là que nous mettons le ballon au fond du filet. »

Un autre prix à l’horizon

Pourtant, au bout du compte, le Canada a atteint son objectif principal lors de ce tournoi en se qualifiant pour la Coupe du monde pour une huitième fois consécutive. Il y a cependant d’autres grands objectifs à venir, car le vainqueur du championnat CONCACAF W se qualifie également pour les Jeux olympiques de Paris 2024.

« Ce n’est rien dont on puisse se moquer pour se rendre à une Coupe du monde. Les gens en rêvent de leur vivant. C’est le plus grand trophée de la planète et quelque chose que le Canada n’a pas encore conquis. Cela signifiait tout pour nous de nous qualifier », a déclaré Priestman. . « Je suis terriblement frustré par le match, mais à la fin de la journée, nous avons gagné et nous allons à la Coupe du monde. »

Les joueurs canadiens se rassemblent à la fin du match entre le Panama et le Canada vendredi à Monterrey, au Mexique. L’équipe affronte le Costa Rica lundi. (Azaël Rodriguez/Getty Images)

Elle a ajouté plus tard : « C’est une excellente expérience d’apprentissage. Était-ce assez bon [vs. Panama]? Non. Et tout le monde le sait. Mais nous avons gagné… et nous passons à autre chose. »

Le Canada clôturera le premier tour lundi contre le Costa Rica, le vainqueur remportant la première place du groupe B, avant de jouer les demi-finales jeudi prochain. Le Canada a remporté ses 14 rencontres précédentes contre le Costa Rica depuis leur première rencontre en 1991.

Football

La FIFA suspend la fédération nationale indienne de football « en raison de l’influence indue de tiers »

Published

on

Par

La FIFA a suspendu la fédération nationale indienne de football lundi soir « en raison de l’influence indue de tiers », a déclaré l’instance dirigeante du sport.

La suspension de la Fédération indienne de football menace l’organisation par le pays de la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans prévue du 11 au 30 octobre.

La FIFA a déclaré que la suspension était effective immédiatement et que la transgression « constitue une grave violation des Statuts de la FIFA ».

« La suspension sera levée une fois qu’une ordonnance de création d’un comité d’administrateurs pour assumer les pouvoirs du comité exécutif de l’AIFF aura été abrogée et que l’administration de l’AIFF reprendra le contrôle total des affaires quotidiennes de l’AIFF », a déclaré la FIFA.

La Coupe du monde féminine des moins de 17 ans « ne peut pas se tenir actuellement en Inde comme prévu », a déclaré la FIFA.

« La FIFA est en contact constructif constant avec le ministère indien de la Jeunesse et des Sports et espère qu’une issue positive à l’affaire pourra encore être obtenue. »

La décision de la FIFA fait suite à l’ordonnance de la Cour suprême de l’Inde du 3 août ordonnant à la fédération nationale de football d’organiser des élections pour les membres du bureau.

Continue Reading

Football

La France élimine le Canada à la Coupe du monde féminine U-20

Published

on

Par

Deux buts de Magnaba Folquet en deuxième mi-temps, dont un sur une tête pour annuler un match sans but, ont aidé la France à vaincre le Canada 3-1 lors de la Coupe du monde féminine des moins de 20 ans de la FIFA, dimanche à l’Estadio Nacional de Costa Rica.

Alors que les joueuses de l’entraîneure canadienne Cindy Tye ont réussi à contrôler la possession du ballon, c’est la France qui a fait le plus de dégâts lorsqu’elle l’a eu, obtenant 10 tirs cadrés contre deux pour le Canada. La France a été créditée de 29 tirs tentés, contre cinq pour le Canada.

Les deux équipes sont entrées dans ce match du groupe C avec des records de 0-1. Le Canada avait perdu 2-0 contre la Corée du Sud jeudi, tandis que la France s’était inclinée 1-0 contre le Nigeria, également jeudi.

Le prochain match du Canada sera contre le Nigeria, invaincu, mercredi, tandis que la France affrontera la Corée du Sud.

« Les enfants ont pris tout ce que nous leur avons lancé et ils ont grandi tout au long de ce tournoi, mais maintenant ils vont se reposer et se remettre à affronter le Nigeria dans quelques jours », a déclaré Tye. « Je ne doute pas qu’ils s’avanceront à nouveau lorsqu’ils affronteront le Nigeria parce que je sais qu’ils continueront à progresser et que nous grandirons à nouveau. »

La France, qui avait un but refusé à la deuxième minute du temps additionnel en première mi-temps après avoir été déclaré hors-jeu, s’est inscrite au tableau de bord à la 51e minute, puis a ajouté un marqueur d’assurance 14 minutes plus tard.

Esther Mbakem-Niaro a ajouté un troisième but pour la France à la 88e minute.

Olivia Smith, du Canada, a marqué à la sixième minute du temps d’arrêt en seconde période pour gâcher la tentative de jeu blanc de la France.

Continue Reading

Football

Messi, sept fois vainqueur du Ballon d’Or, est absent de la liste des 30 nominés

Published

on

Par

Le septuple vainqueur du Ballon d’Or Lionel Messi a été omis de la liste des 30 nominés pour le prestigieux prix vendredi pour la première fois depuis 2005.

Le grand argentin a devancé l’attaquant polonais Robert Lewandowski pour le Ballon d’Or l’année dernière, mais n’a pas été nominé cette fois après une première saison décevante au Paris Saint-Germain.

L’attaquant de 35 ans a également remporté le prix en 2019 – il n’a pas eu lieu en 2020 en raison de la pandémie de COVID-19. Neymar a également raté le cut cette fois.

Lewandowski, Kylian Mbappe, Karim Benzema, Erling Haaland et le quintuple vainqueur Cristiano Ronaldo étaient tous inclus, tout comme Mohamed Salah, Sadio Mane, Kevin De Bruyne, Harry Kane et Son Heung-min.

Alexia Putellas, Ada Hegerberg, Sam Kerr et Vivianne Miedema figuraient sur la liste des 20 femmes nominées. Les joueurs américains Alex Morgan, Catarina Macario et Trinity Rodman ont également été nommés.

La liste masculine comprend six joueurs de Manchester City : Phil Foden, Joao Cancelo, De Bruyne, Riyad Mahrez, Bernardo Silva et la nouvelle recrue Haaland (anciennement Borussia Dortmund).

Liverpool compte également six nominés : Trent Alexander-Arnold, Luis Diaz, Fabinho, Darwin Nunez, Salah et Virgil van Dijk.

Mane, qui a aidé le Sénégal à remporter sa première Coupe d’Afrique avant de quitter Liverpool pour le Bayern Munich, est inclus, tout comme son coéquipier du Bayern Joshua Kimmich.

Changement de numéro de vote

Benzema dirige un groupe de six joueurs du Real Madrid. Les autres sont Casemiro, Thibaut Courtois, Luka Modric, Vinicius Junior et la nouvelle recrue Antonio Rudiger.

Les autres joueurs nominés sont Sébastien Haller (Ajax), Rafael Leao et Mike Maignan (tous deux de l’AC Milan), Christopher Nkunku (Leipzig) et Dusan Vlahovic (Juventus).

Le prix sera remis le 17 octobre.

Parmi les changements annoncés en mars, le prix est désormais basé sur les performances au cours d’une saison européenne régulière, plutôt que sur une année civile. Une réduction du nombre d’électeurs figurait parmi d’autres changements, dans le but de rationaliser le processus.

Les électeurs ne prendront plus non plus en compte les réalisations professionnelles d’un joueur.

Le magazine France Football a décerné le prix aux hommes chaque année depuis 1956 et aux femmes chaque année depuis 2018 – lorsque Hegerberg est devenue la première femme vainqueur – bien que les deux aient été annulés en 2020 en raison de la pandémie.

Putellas est devenue la troisième lauréate du prix féminin l’année dernière. Sa coéquipière à Barcelone et en Espagne, Aitana Bonmati, a également été nominée.

Millie Bright, Lucy Bronze et Beth Mead, qui ont aidé l’Angleterre à remporter le championnat d’Europe, ont été incluses.

La France compte quatre joueuses sur la liste : Selma Bacha, Kadidiatou Diani, Marie-Antoinette Katoto et Wendie Renard.

Les autres femmes nominées sont Christiane Endler, Lena Oberdorf, Asisat Oshoala, Alexandra Popp et Fridolina Rolfo.

Continue Reading

Tandance