Connect with us

Affaires

Les pénuries d’engrais pourraient réduire l’approvisionnement alimentaire en 2023, selon la Fédération de l’agriculture de l’Ontario

Published

on

Mark Reusser, vice-président de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario et de la Fédération de l’agriculture de Waterloo, craint qu’il n’y ait une pénurie alimentaire l’année prochaine si les agriculteurs ne peuvent pas obtenir d’engrais.

Les tarifs mondiaux ont fait grimper le prix des engrais au Canada, ce qui rend plus difficile pour les agriculteurs de mettre la main dessus et affecte leur capacité à faire pousser leurs cultures et d’autres sources de nourriture, a déclaré Reusser.

« Si nous n’avons pas accès aux engrais, non seulement nous ici en Ontario et au Canada, mais partout dans le monde, nous avons de réels problèmes en termes de production agricole et de production alimentaire, car nous ne pourrons peut-être pas en produire suffisamment », a déclaré Reusser. , qui élève des dindes sur près de 60 hectares.

« Lorsque les gens n’ont pas de nourriture, les gouvernements deviennent instables, et ce n’est pas quelque chose que vous voulez voir. »

Reusser a déclaré qu’il ne pouvait pas prédire la probabilité d’une pénurie d’engrais, mais qu’il était préoccupé par les problèmes de chaîne d’approvisionnement résultant de la guerre russo-ukrainienne.

Il a également cité les tarifs sur les engrais russes que le Canada a mis en place en mars. Le tarif de 35% s’applique également au Bélarus et est entré en vigueur après que la Russie a envahi l’Ukraine en février, ce qui a par la suite nui à l’approvisionnement en engrais.

« Si nous n’avons pas accès aux engrais… nous avons de réels problèmes en termes de production agricole et de production alimentaire, car nous ne pourrons peut-être pas produire suffisamment », déclare Reusser, un agriculteur du comté de Waterloo. (Fédération de l’agriculture de l’Ontario)

Variété de supermarché

Reusser pense que cela pourrait avoir un impact sur la variété de produits que les acheteurs voient sur les étagères des épiceries.

« Je soupçonne que si l’engrais est en quantité limitée, les agriculteurs l’appliqueront aux cultures où ils obtiennent les meilleurs rendements », a-t-il déclaré. « Cela signifie-t-il qu’ils choisiront de ne pas cultiver certaines cultures ? Je ne peux pas répondre à cette question, mais c’est certainement une possibilité. Lorsqu’un produit est rationné, vous devez faire des choix difficiles.

« Je ne peux pas prédire l’avenir », a-t-il ajouté. « Tout ce que je dirai, c’est que l’approvisionnement en engrais en ce moment est précaire, et nous sommes très inquiets en tant qu’agriculteurs quant à l’approvisionnement pour l’année à venir, donc ce serait la campagne agricole de 2023. »

Cela, ajouté au fait que l’Ontario perd plus de 120 hectares de terres agricoles chaque jour, n’aide pas à maintenir un approvisionnement alimentaire abondant, a déclaré Reusser.

Bryan Shantz de Rosendale Farms à Waterloo en ressent également les effets, et pas seulement à cause des engrais.

« Les coûts de culture d’une culture en 2022 ont considérablement augmenté par rapport à 2021 », a-t-il déclaré dans un e-mail. « Le carburant, les engrais, les produits phytosanitaires, la terre et la main-d’œuvre sont tous des facteurs de coût de production plus élevé.

« Les prix des céréales sont actuellement très élevés en raison de problèmes de production et d’approvisionnement dans un certain nombre de pays, dont le Canada, qui ont connu une grave sécheresse en 2021. La guerre en Ukraine a provoqué des interruptions majeures du transport des céréales.

En ce qui concerne les engrais, Reusser pense que nous devons repenser nos sources d’approvisionnement.

« Je pense que c’est une leçon pour nous, et la leçon est que nous devons probablement chercher des moyens ici au Canada d’être plus autosuffisants en termes de production d’engrais. »

Affaires

Rogers et Shaw finalisent un accord pour vendre Freedom Mobile dans l’espoir d’obtenir une fusion

Published

on

Par

Rogers Communications Inc. et Shaw Communications Inc. ont finalisé un accord pour vendre Freedom Mobile à Vidéotron, une unité de Quebecor Inc., ont annoncé vendredi les sociétés, ouvrant la voie à une éventuelle fusion des plus grandes entreprises de télécommunications du Canada.

« Cette entente avec Quebecor nous rapproche de la réalisation de notre fusion avec Shaw », a déclaré le chef de la direction de Rogers, Tony Staffieri.

Les sociétés ont déclaré que l’accord de Freedom Mobile était soumis aux approbations réglementaires et à la clôture de la fusion Rogers-Shaw.

Les conditions de l’accord, qui incluent les clients sans fil et Internet de marque Freedom Mobile, l’infrastructure, le spectre et les sites de vente au détail, étaient conformes aux conditions convenues en juin, lorsque Québecor a accepté d’acheter Freedom Mobile pour 2,85 milliards de dollars.

Rogers et Shaw ont annoncé leurs plans en mars 2021, les actionnaires de Shaw peu après avoir approuvé l’accord.

La fusion a reçu l’approbation du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, qui n’était chargé que d’évaluer les éléments de radiodiffusion de la transaction. Le CRTC a approuvé l’accord avec des conditions, notamment en exigeant que Rogers verse des millions de plus que ce qu’il avait proposé pour financer des initiatives visant à renforcer la couverture des nouvelles locales et autochtones.

Mais l’entente Rogers-Shaw demeure assujettie à l’examen du Bureau de la concurrence et du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

L’agence antitrust canadienne a bloqué l’acquisition de Shaw par Rogers pour 20 milliards de dollars en mai, affirmant que cela réduirait la concurrence sur le marché concentré des télécommunications du pays.

Continue Reading

Affaires

Telus demande au CRTC la permission d’ajouter un supplément de 1,5 % sur les factures des clients

Published

on

Par

Les Canadiens qui paient leur facture de téléphone cellulaire avec une carte de crédit pourraient bientôt voir des frais supplémentaires chaque mois, si le régulateur des télécommunications du Canada approuve une proposition actuellement devant eux.

L’entreprise de télécommunications Telus demande au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) l’autorisation d’ajouter un supplément de 1,5 % aux factures des clients qui paient leur facture par carte de crédit. S’il est approuvé, il serait en place dès octobre.

Pour un client théorique en Alberta dont la facture de téléphone portable est de 100 $, les frais porteraient sa facture à 106,66 $ – 100 $ pour sa facture de base, plus 5 $ pour la TPS, un supplément de 1,58 $ pour les nouveaux frais en plus, plus 8 cents supplémentaires de TPS. sur le supplément.

« La société prévoit de fournir des préavis des frais à ses clients existants à partir de la mi-août », a déclaré Telus dans sa lettre au régulateur.

Les frais pourraient être en place d’ici octobre

La société demande au régulateur de se prononcer sur la proposition d’ici le 7 septembre et aimerait commencer à percevoir les nouveaux frais à partir du 17 octobre, et bien que le CRTC doive se prononcer sur la question, dans une déclaration à CBC News, la société de télécommunications a fait le plan ressemble à une affaire conclue.

« À partir d’octobre, les clients des services de mobilité et à domicile de Telus qui choisissent de payer une facture avec une carte de crédit se verront facturer des frais de traitement de carte de crédit de 1,5 % », a déclaré Telus à CBC News dans un communiqué.

« Ces frais nous aident à récupérer une partie des coûts de traitement que nous encourons pour accepter les paiements par carte de crédit, et le coût moyen sera d’environ 2 $ pour la plupart des clients », a déclaré la société, ajoutant qu’il peut facilement être évité en payant via une banque. par une opération de débit ou par d’autres moyens.

REGARDER | Pourquoi les Canadiens paient plus pour les services de télécommunications que de nombreux autres pays :

Les Canadiens paient-ils trop cher pour les services Internet et de téléphonie cellulaire?

Mohammed Halabi, défenseur des consommateurs et expert en facturation sans fil, aide à expliquer pourquoi les factures d’Internet et de téléphonie cellulaire au Canada sont si élevées – et ce que les consommateurs peuvent faire pour négocier des prix plus bas.

La justification de Telus pour cette décision découle d’un développement cet été, lorsque des sociétés de cartes de crédit, dont Visa et MasterCard, ont convenu d’un règlement qui les verra rembourser des millions de dollars de frais de traitement de carte de crédit que les commerçants leur ont payés au fil des ans. Surtout, ce règlement donne également aux entreprises la permission de commencer à facturer ces frais directement aux clients à partir d’octobre, ce que Telus essaie de faire.

Auparavant, de nombreux commerçants n’étaient pas autorisés à facturer directement aux clients les frais que les sociétés de crédit leur facturent pour le traitement des ventes. Ces frais peuvent aller de moins de 1 % de la vente à plus de 3 % pour certaines cartes premium.

Étant donné que presque toutes ses activités sont réglementées par le CRTC, Telus a besoin que le régulateur commence à facturer des frais que les consommateurs peuvent s’attendre à voir bientôt de la part de divers commerçants.

CBC News a contacté Rogers et Bell pour voir s’ils avaient des plans similaires en cours, mais les représentants des deux sociétés n’ont pas répondu à cette demande dans un délai d’un jour ouvrable.

Certains clients ne sont pas satisfaits

Certains clients sans fil ne sont pas enthousiasmés par l’idée. Kenneth Hart de Windsor, en Ontario, un client de Telus depuis 15 ans, qualifie le régime de « prise d’argent ».

Kenneth Hart est client de Telus depuis 15 ans et il dit que l’entreprise fait une erreur avec cette nouvelle politique. (Kenneth Hart)

« C’est une mauvaise décision commerciale », a-t-il déclaré à CBC News dans une interview. « Ils ont des comptables qui leur disent que c’est bien. Mais ensuite, vous parlez des coûts de relations publiques, du coût de la réputation, et cela pourrait créer … du mécontentement pour les clients qui ne sont déjà … pas satisfaits. »

« Cela pourrait être la goutte qui a fait déborder le vase. »

Telus n’a déposé la demande que lundi, et le CRTC a déjà entendu plus de 200 Canadiens via son site Web, dont plusieurs s’opposent au plan.

Steve Struthers est l’un d’entre eux. Le résident de London, en Ontario, n’est pas un client de Telus, mais il a pris le temps de donner son grain de sel au régulateur en raison de son opposition au plan.

« Les consommateurs sont déjà extrêmement stressés par les logements inabordables, l’augmentation des prix des denrées alimentaires, les prix élevés de l’essence et les salaires qui ne suivent rien à tout cela », a-t-il déclaré à CBC News dans une interview.

« Je suis presque certain qu’ils pourraient se permettre d’absorber des frais de carte de crédit de 1,5% … Cela me dérange de savoir que les compagnies de téléphonie mobile ne sont pas satisfaites de l’argent qu’elles gagnent et qu’elles en veulent toujours plus dans un environnement où les gens sont atteignant leur limite quant à ce qu’ils peuvent payer. »

« La dernière chose dont quelqu’un a besoin, c’est d’un supplément »

Rosa Addario, porte-parole du chien de garde des télécommunications OpenMedia, affirme que le plan n’est que le dernier moyen pour l’industrie d’extraire plus de revenus des consommateurs canadiens à court d’argent.

« Nos trois fournisseurs de télécommunications … ont signalé une augmentation des bénéfices, une augmentation des revenus et une augmentation des clients pour 2021 », a-t-elle déclaré à CBC News dans une interview. « Ils font mieux que jamais. C’est juste une autre façon d’augmenter nos factures grâce à des pratiques louches et des frais supplémentaires et en ajoutant des choses en plus pour que nous payions encore plus que nous ne le sommes déjà. »

Suze Morrison, ancienne députée provinciale de l’Ontario, exhorte le CRTC à rejeter la proposition, notant qu’elle aura un impact disproportionné sur les personnes déjà financièrement vulnérables.

« Les gens de la classe ouvrière, les personnes à faible revenu ont vraiment du mal à joindre les deux bouts en ce moment », a-t-elle déclaré à CBC News dans une interview. « La dernière chose dont quelqu’un a besoin, c’est de payer des frais supplémentaires simplement à cause de la façon dont il paie sa facture de téléphone pour garder ses lignes téléphoniques connectées. »

REGARDER | Le Canada compte 3 grands fournisseurs de télécommunications. Cela pourrait-il changer ?

Le Canada pourrait-il se développer au-delà des 3 grands télécoms ?

Après une panne nationale de Rogers, John Lawford du Centre pour la défense de l’intérêt public s’entretient avec Andrew Chang du National sur la façon dont le Canada s’est retrouvé avec seulement trois grandes entreprises de télécommunications et si cela peut changer un jour.

Alors que les surtaxes sur les cartes de crédit se répandent dans de nombreuses entreprises, elle dit que c’est différent pour un service public de télécommunications de les facturer parce que c’est une nécessité. « Un consommateur a le choix d’aller dans un restaurant familial ou de préparer le dîner à la maison ou d’aller dans un restaurant qui ne facture pas de frais pour les cartes de crédit », a-t-elle déclaré.

« Mais nous avons permis tellement de consolidation dans notre industrie des télécommunications et il y a un tel monopole dans le secteur que ce n’est pas comme si les gens pouvaient dire: » OK, eh bien, si vous facturez des frais, je vais prendre mes affaires ailleurs. Je n’ai nulle part où aller. »

Continue Reading

Affaires

Le Régime de pensions du Canada a perdu 16 milliards de dollars au dernier trimestre, une baisse de plus de 4 %

Published

on

Par

L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada affirme que son fonds, qui comprend la combinaison des comptes du RPC de base et du RPC supplémentaire, a perdu 4,2 % au cours de son dernier trimestre.

L’OIRPC a terminé le trimestre avec un actif net de 523 milliards de dollars, comparativement à 539 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent.

Le conseil d’administration indique que la diminution de 16 milliards de dollars de l’actif net pour le trimestre se composait d’une perte nette de 23 milliards de dollars et de 7 milliards de dollars en transferts nets du Régime de pensions du Canada.

Le conseil d’administration indique que les résultats trimestriels du fonds ont été entraînés par des pertes dans les stratégies d’actions publiques, en raison de la baisse généralisée des marchés boursiers mondiaux.

Il indique également que les investissements dans le capital-investissement, le crédit et l’immobilier ont contribué modestement aux pertes de ce trimestre.

Le chef de la direction de l’OIRPC, John Graham, dit qu’il s’attend à ce que les « turbulences » dans l’environnement des affaires et des investissements persistent tout au long de l’exercice.

Continue Reading

Tandance