Connect with us

Santé

Les infirmières du Québec soulagées que le gouvernement semble prêt à renoncer à doubler leur charge de travail

Published

on

Certaines infirmières qui ont dû doubler leur charge de travail plus tôt cette année dans le cadre de la stratégie de santé du gouvernement caquiste ont été surprises d’entendre lundi le ministre de la Santé, Christian Dubé, admettre que le plan n’avait pas fonctionné aussi bien qu’il l’avait espéré.

Le ministre a déclaré qu’il envisageait maintenant de ramener des horaires plus flexibles.

« Je trouve ça joli, je ne sais pas, un peu ironique qu’ils aient changé d’état d’esprit. J’ai été un peu surprise », a déclaré l’infirmière Marie-Pier L’Ecuyer à CBC en entrevue mardi.

« Je suis content qu’ils en soient venus à ça. Ça me rend un peu moins fou de penser que c’était, genre, déraisonnable de leur part », a déclaré un autre infirmier, Garrett Johnson.

L’Ecuyer et Johnson travaillent tous deux comme infirmiers dans un établissement de l’agence de santé du centre-ouest de Montréal.

Il s’agit de deux des nombreuses infirmières avec lesquelles CBC s’est entretenue le printemps dernier et qui ont été déçues lorsqu’une mesure introduite dans leur nouvelle convention collective les obligeait à travailler à temps plein.

L’Ecuyer et Johnson ont choisi de travailler à temps partiel parce qu’ils sont aussi étudiants à temps partiel. D’autres infirmières à temps partiel à qui CBC a parlé à l’époque élevaient de jeunes enfants. Certains craignaient pour leur santé.

L’infirmière Marie-Pier L’Ecuyer dit que doubler ses quarts de travail tout en poursuivant une maîtrise a été épuisant. (Nouvelles de Radio-Canada)

Tous se sont sentis trahis lorsque le nouvel accord les a obligés à travailler au moins 14 équipes sur une période de 28 jours, doublant ainsi leur charge de travail.

Les infirmières de plus de 55 ans ou les infirmières étudiant à temps plein étaient exemptées.

Johnson a eu de la chance. Son employeur était sympathique et lui a accordé une exemption scolaire pour continuer à travailler à temps partiel. Mais L’Ecuyer est obligée de doubler sa charge de travail tout en poursuivant ses études.

Elle poursuit actuellement une maîtrise en droit et dit que l’augmentation de la charge de travail a été difficile.

« C’est très épuisant, physiquement et mentalement », a-t-elle déclaré.

« Je suis très fatigué et j’ai moins d’énergie pour ma vie personnelle. Des choses simples comme la cuisine ou la lessive, je les saute ou je dis simplement ‘Je vais le faire demain.’ Je suis bien trop fatiguée pour ça », a-t-elle déclaré.

Maintenant, elle ressent un mélange de soulagement et d’exaspération que le gouvernement semble faire volte-face.

Ministre de la santé : « pas à la hauteur de nos attentes »

Le syndicat des infirmières, le Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), et le gouvernement a justifié la mesure à l’époque en disant que la plupart des infirmières étaient ravies de pouvoir passer d’un temps partiel à un temps plein.

Ils ont déclaré que l’objectif était de réduire les heures supplémentaires forcées et la dépendance du système de santé à l’égard des agences privées.

Ils ont dit que seules quelques infirmières hésitaient à augmenter leurs heures.

Mais deux infirmières à qui CBC a parlé le printemps dernier ont démissionné plutôt que d’être obligées de travailler à temps plein, et plusieurs autres ont déclaré qu’elles envisageaient de quitter le système public en raison de la nouvelle mesure.

Lundi, lors d’une séance de questions-réponses avec des infirmières lors de l’assemblée générale annuelle de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, Dubé a reconnu que la mesure n’avait pas été à la hauteur.

« Cela a donné des résultats que je dirais corrects mais peut-être pas à la hauteur de nos attentes », a déclaré Dubé.

« Temps partiel contre temps plein, je sais que c’est un problème majeur », a-t-il déclaré.

« Il faut prendre du recul et dire que ce que les gens demandent sur le terrain, ce sont aussi des postes à temps partiel », a déclaré Dubé.

Dubé a reconnu que tout changement devrait probablement faire partie de la prochaine ronde de négociations avec le syndicat des infirmières, mais il a dit qu’il avait « très, très bien entendu » le message des infirmières qui veulent plus de flexibilité.

Un optimisme prudent

L’Ecuyer a été encouragée d’entendre l’ouverture du ministre à des horaires plus flexibles, mais elle a dit qu’elle doutait que cela se produise réellement

L’infirmière Garrett Johnson a déclaré que les jeunes infirmières sont plus préoccupées par la santé mentale et accueilleraient favorablement la possibilité de travailler à temps partiel. (Radio-Canada)

« Ce ne sont que des mots pour moi en ce moment. Nous ne prenons aucune mesure réelle », a déclaré L’Ecuyer.

« J’espère vraiment qu’ils vont changer la façon dont les horaires sont établis pour que les infirmières aient de meilleurs modes de vie mentaux et physiques », a déclaré L’Ecuyer.

L’Ecuyer a récemment commencé à travailler comme aide-enseignante et espère qu’entre cela et ses études, son employeur lui permettra de réduire ses quarts de travail à temps partiel.

Johnson demande à nouveau son exemption académique pour le prochain semestre, et il dit que même une fois ses études terminées, il aimerait continuer à travailler à temps partiel.

« J’accorde plus d’importance à ma liberté et à ma santé mentale qu’au simple fait d’avoir un peu plus d’argent », a déclaré Johnson.

Santé

Le bureau de santé de Chatham-Kent oriente les femmes enceintes vers une clinique ayant des liens anti-avortement

Published

on

Par

Le bureau de santé publique de Chatham-Kent, en Ontario, a référé des femmes, y compris celles ayant des grossesses non planifiées, à une organisation privée ayant des liens avec des opinions anti-avortement, a appris CBC News.

CK Public Health a répertorié Refuge comme ressource communautaire sur son site Web pour les femmes enceintes en crise ou celles qui recherchent du soutien. Cette référence a été supprimée la semaine dernière lorsque CBC News a commencé à s’enquérir de la relation.

Mais avant la pandémie de COVID-19, le bureau de santé a également posté des infirmières à l’intérieur du Refuge où elles ont rencontré des femmes pour des cliniques de soutien à l’allaitement.

Candace Johnson, professeure de sciences politiques à l’Université de Guelph, dit que les gens devraient s’en inquiéter. Elle l’a qualifié de « scandaleux ».

Candace Johnson est professeure à l’Université de Guelph et a fait des recherches sur les questions liées à l’avortement. (Jason Viau/CBC)

Johnson étudie les questions liées à l’avortement, aux droits reproductifs et à la justice. Elle a déclaré qu’il était inacceptable et problématique pour un bureau de santé publique de référer des femmes, de quelque manière que ce soit, à une organisation connue pour avoir des liens anti-avortement.

« Le problème est qu’il semble qu’il y ait un certain degré de tromperie. Cela semble être une référence à une agence qui va fournir une sorte d’informations impartiales alors que ce n’est pas le cas », a-t-elle déclaré. Elle doute également qu’une organisation telle que Refuge puisse être totalement neutre.

L’infirmière s’exprime

Carolyn Martin, infirmière à CK Public Health depuis 20 ans, partage le même sentiment. C’est pourquoi elle s’exprime.

Martin a travaillé principalement avec des adolescents au cours de ses 20 ans avec CK Public Health et fournit un soutien aux nouvelles mères et aux futures mères. Elle a dit qu’elle s’inquiétait le plus des adolescentes vulnérables référées au Refuge qui pourraient avoir une grossesse non planifiée et provenir d’une famille à faible revenu ou d’un groupe marginalisé, et qui pourraient ne pas avoir de soutien adulte à la maison.

« Ce qui est le plus triste, c’est l’enfant qui n’a tout simplement pas d’adulte pour dire » voici toutes vos vraies options «  », a déclaré Martin.

Martin a dit qu’elle se demande également pourquoi le bureau de santé a dirigé les femmes vers Refuge pour un soutien à l’allaitement alors que CK Public Health avait de l’espace dans son immeuble à proximité.

« Cela m’a juste rendu folle », a-t-elle déclaré.

REGARDER | L’infirmière Carolyn Martin explique pourquoi elle craint que CK Public Health ait des liens avec Refuge :

Une infirmière de la santé publique dénonce la relation de CK Public Health avec Refuge

L’infirmière en santé publique Carolyn Martin dénonce la relation du bureau de santé avec Refuge, qui a des liens avec des opinions anti-avortement.

CK Public Health avait un document de quatre pages en ligne qui contenait des ressources communautaires pour les femmes. Il a répertorié Refuge comme une ressource pour les jeunes mamans, celles qui vivent une crise ou une grossesse inattendue et les femmes dans le besoin.

Cependant, un jour après que CBC News a commencé à poser des questions sur la relation, CK Public Health a supprimé ce document de son site Web.

Ces dernières années, un panneau d’affichage faisant référence à Refuge est apparu à Chatham-Kent, assimilant l’avortement à un meurtre avec la photo d’un nouveau-né clairement affichée. Le même panneau d’affichage se tient toujours près de Dresde, mais il contient maintenant un site Web faisant référence à Life in Motion.

« CK Public Health n’approuve pas tous les messages diffusés par Refuge Chatham-Kent, et nous n’avons pas non plus de mission ou de vision partagée », a déclaré Caress Lee Carpenter, responsable des relations publiques, dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

CK Public Health n’a pas répondu aux courriels ultérieurs de CBC News.

« Nous ne faisons pas d’appât et d’interrupteur ici »

La directrice des soins aux clients de Refuge, BJ Kivell, a déclaré qu’elle adoptait personnellement une position « pro-vie », mais ajoute que cela ne l’empêche pas d’informer les femmes enceintes de toutes leurs options de manière impartiale.

« Je ne partage pas de parti pris avec eux. Je leur parle simplement de ce que nous proposons, de leurs options, de la manière dont nous pouvons les soutenir à l’avenir. C’est tout », a déclaré Kivell. « J’ai l’impression de simplement énoncer les informations d’une manière bienveillante. Ils ne sont pas obligés de faire quoi que ce soit. »

« Nous ne faisons pas d’appât et d’échange ici. »

Sur son site Web, Refuge a déclaré qu’il offrait des aides gratuites à la grossesse pour les femmes et les familles.

Une infirmière porte plainte

Martin a déposé une plainte interne d’entreprise il y a quatre ans au sujet de la relation de CK Public Health avec Refuge, et cela a placé des infirmières au sein de l’organisation privée.

Elle a déclaré que sa demande avait été rejetée et que l’arrangement s’était poursuivi jusqu’au début de la pandémie. lorsque les infirmières ont été réaffectées pour aider avec COVID-19.

« L’affiliation était si enracinée que vous avez juste l’impression de vous heurter à ce monstre », a déclaré Martin. « Je plaide auprès d’autres infirmières depuis quatre ans et c’est presque comme si cela ne faisait aucune différence. »

Le mois dernier, Martin dit qu’elle a déposé une plainte auprès de l’Ordre des infirmières et infirmiers de l’Ontario (OIIO). Un porte-parole du CNO n’a pas pu confirmer si une plainte spécifique avait été reçue ou l’état d’une éventuelle enquête.

L’OIIO a établi un code de conduite ainsi que des normes de pratique et des lignes directrices, mais ni l’un ni l’autre ne précise où les infirmières peuvent référer des patients pour des soins.

En vertu de ces règles, « les infirmières sont censées respecter les croyances, les valeurs et les objectifs des patients, collaborer avec les patients et s’assurer qu’elles n’imposent pas leurs croyances et préjugés personnels aux patients », a déclaré la porte-parole de l’OIIO, Kristi Green.

Le lien anti-avortement de Refuge

Refuge est connecté à deux autres entités ayant des sentiments anti-avortement.

Ce panneau d’affichage anti-avortement est visible près de Dresden à Chatham-Kent, qui contient le site Web Life in Motion. (Soumis à CBC News)

Un groupe connu sous le nom de Right to Life Kent a d’abord créé Refuge. Kivell a déclaré que Refuge dépend entièrement des dons de la communauté, qui proviennent également des églises de la région.

« Notre organisation Right to Life, nous sommes » pro-vie «  », a déclaré Kivell. « Lorsque les gens viennent ici au Refuge pour obtenir du soutien et de l’aide, nous ne prenons pas position [on] n’importe quoi. Nous leur donnons simplement les informations et ils sont en mesure de prendre une décision éclairée. »

Une autre organisation connue sous le nom de Life in Motion fait référence à Right to Life Kent dans son adresse e-mail et a déclaré que des dons peuvent être faits à cette organisation, qui soutient en fin de compte le centre de grossesse Refuge.

Dans le même temps, le site Web de Life in Motion dit qu’il signifie « défendre la pro-vie » et affirme même « qu’il n’y a aucune protection pour l’enfant à naître ».

Plaider pour le changement a été difficile, dit une infirmière

Prendre la parole n’a pas été facile, a déclaré Martin. Elle s’est sentie victime d’intimidation et de harcèlement.

Son rôle d’infirmière de la santé publique est axé sur l’aide aux adolescents et aux jeunes mamans, mais Martin affirme qu’elle a été forcée de suivre une formation sur la sécurité liée à l’enlèvement des déjections d’oiseaux, en utilisant un marteau-piqueur et en creusant des tranchées.

« Chaque humiliation [thing] qu’ils pouvaient me faire faire, ils ont essayé de le faire », a-t-elle dit.

Martin est une mère célibataire et a déclaré que son travail est important pour la stabilité de sa famille. Mais elle a dit qu’elle n’arrêterait jamais de défendre les jeunes vulnérables de Chatham-Kent.

« Qui va défendre les enfants qui vont au Refuge sans le savoir ?

Continue Reading

Santé

Des patients du Nunavut à Ottawa ont eu droit à un match de la LNH

Published

on

Par

Plusieurs patients du Nunavut recevant un traitement à Ottawa ont reçu des billets pour voir un match de la LNH cette semaine.

Depuis 2016, Bill Ellam, directeur de la sécurité et des services aux invités des Sénateurs d’Ottawa, collabore avec l’Hôpital d’Ottawa pour distribuer des billets de hockey aux patients du Nunavut.

Cette année, après avoir été incapable d’amener des patients aux matchs pendant la COVID-19 au cours des deux dernières années, le plus grand groupe du centre Larga Baffin à ce jour s’y est rendu. Le centre est une résidence à service complet pour les résidents de la région de Baffin au Nunavut.

« C’est une relation de longue date », a déclaré Carolyn Roberts, l’infirmière pivot autochtone à l’Hôpital d’Ottawa.

Des patients du Nunavut à Ottawa sont allés à un match des Sénateurs d’Ottawa mardi soir. C’était aussi la soirée d’appréciation des peuples autochtones lors du match. (Soumis)

« Étant donné la pandémie, bien sûr, nous ne pouvions plus faire d’activités au Centre Canadian Tire. Mais cette semaine, nous voulions simplement revenir en force, non?

Il y a eu 67 billets distribués, dont la majorité sont allés aux patients et à leurs accompagnateurs.

« Nous sommes tellement heureux », a déclaré Roberts.

Il y avait aussi quelques billets pour l’équipe du programme autochtone de lutte contre le cancer.

Elle a dit que le groupe était assis à peu près au niveau de la presse pour le match des Sénateurs d’Ottawa contre les Kings de Los Angeles mardi soir. Ils ont également drapé un drapeau du Nunavut sur leurs sièges pour représenter leur territoire d’origine.

Roberts a déclaré que des précautions étaient encore prises avec les patients pour réduire le risque de COVID-19 et d’autres maladies, notamment que toute personne ne se sentant pas bien devrait soit porter un masque pour assister, soit ne pas venir du tout.

Des patients du pensionnat médical Larga Baffin ainsi que du personnel médical ont eu la chance d’assister à un match des Sénateurs d’Ottawa à Ottawa mardi soir. (Soumis)

« Nous devons prendre soin les uns des autres. Mais pourtant, nous avons besoin de ces expériences positives en matière de santé mentale », a-t-elle déclaré.

« Reprendre ces sorties communautaires et être ensemble, c’est tellement excitant, c’est juste un tel soulagement, et cela apporte une telle joie à chacun d’entre nous. »

Ellam a déclaré que l’essentiel était d’aider à remonter le moral des patients du Nord qui sont loin de chez eux.

« Le pouvoir du sport est incroyable. Vous savez, cela donne aux gens un peu de bonheur dans leur vie troublée et, espérons-le, cela les aide », a-t-il déclaré.

« Je ne peux pas dire que cela les guérit, mais j’espère que cela les aide un tout petit peu à se sentir mieux. J’ai rencontré des gens vraiment formidables grâce à ce programme. Et ils m’ont probablement tout autant aidé. »

Continue Reading

Santé

La fréquentation scolaire chute alors que les maladies balayent les salles de classe de la N.-É.

Published

on

Par

Alors qu’un certain nombre de virus circulent dans les salles de classe de la Nouvelle-Écosse, les taux de fréquentation des écoles ont régulièrement diminué depuis septembre.

Du moins dans la région d’Halifax, cette tendance s’est encore accélérée au cours du mois de novembre.

Au Halifax Regional Centre for Education, le district scolaire le plus peuplé de la province, les taux moyens de fréquentation sont passés de 92 % en septembre à 90 % en octobre et à 86 % en novembre.

Au cours du mois de novembre, la fréquentation a chuté régulièrement, passant de 89 % la première semaine à 83 % la semaine dernière.

C’est le taux de fréquentation le plus bas dans la région d’Halifax en novembre depuis au moins cinq ans. Les taux de présence au HRCE en novembre étaient de 93 % en 2018, 94 % en 2019, 91 % en 2020 et 90 % en 2021.

Il y a environ 57 000 élèves dans les écoles du Halifax Regional Centre for Education.

L’absentéisme à Halifax semble avoir augmenté le plus significativement parmi les élèves les plus jeunes au cours du dernier mois. La semaine dernière, le taux de fréquentation des élèves du primaire était de 79 %, contre 88 % au début du mois.

Maladie entraînant l’absentéisme

L’augmentation de l’absentéisme s’accompagne d’une augmentation significative de la grippe A et du virus respiratoire syncytial (VRS) dans la province, ainsi que de la présence continue d’autres virus tels que l’entérovirus/rhinovirus, l’adénovirus et, bien sûr, la COVID-19.

Le HRCE ne suit pas la raison des absences des étudiants; il enregistre uniquement si un étudiant est présent ou non.

« Cependant, nous savons que la maladie dans la communauté reflète la maladie dans les écoles, et nous avons vu la fréquentation de nos écoles baisser ces dernières semaines en raison de la maladie », a déclaré un porte-parole dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

« Nous continuons d’encourager les familles et le personnel à suivre les conseils de la santé publique pour rester à la maison lorsque vous êtes malade, vous laver les mains régulièrement et porter des masques le cas échéant pour vous protéger et protéger les autres contre la maladie. »

La maladie sévit, dit le père

Jeremy White, le père de deux élèves qui fréquentent la Beechville Lakeside Timberlea Senior Elementary à Timberlea, en Nouvelle-Écosse, affirme que l’absentéisme dans la classe de 3e année de sa fille a été si extrême qu’un jour récent, tous les élèves étaient absents.

Il a dit avoir demandé à l’enseignant de sa fille lors des entretiens parents-enseignants la semaine dernière quel était le niveau de maladie dans la classe.

« Je demandais, eh bien, quelle était la gravité de la maladie? Et elle m’a dit, vous savez, mardi dernier, chacun de mes étudiants était malade », a-t-il déclaré. « Cent pour cent des enfants étaient malades. »

Jeremy White est préoccupé par le niveau d’absentéisme et de maladie dans la classe de sa fille. (Brian MacKay/CBC)

Le lendemain, huit des 25 étudiants étaient de retour, et à la fin de la semaine, 13 étaient de retour, a déclaré White.

Puis, le lundi suivant, le 28 novembre, la fille de White est rentrée à la maison et lui a dit qu’elle n’avait pas de professeur ce jour-là. Aucun remplaçant n’était disponible, alors les enfants de la classe de sa fille ont été séparés et invités à rejoindre d’autres classes, a-t-il déclaré.

White a déclaré que ses enfants portaient un masque à l’école – certains des rares qui le font encore – mais même ainsi, sa famille est continuellement malade depuis la fin septembre.

« Ils tombent encore malades à cause des enfants qui les entourent. … Comme mon fils est rentré à la maison un vendredi en disant que l’enfant derrière moi avait toussé contre moi toute la journée. Dimanche, il était malade. »

White dit qu’il aimerait que l’école et le centre régional d’éducation fassent plus pour freiner la propagation des infections en ramenant des masques et en distribuant des kits de test COVID-19 à tous les parents.

Faites-vous vacciner, dit Strang

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, a envoyé lundi une lettre aux familles des étudiants les exhortant à se protéger et à se protéger les uns les autres en se faisant vacciner et en restant à la maison en cas de maladie. Il a également déclaré que les élèves devraient porter un masque pendant deux à trois jours à l’école après leur retour de maladie.

« Si nous travaillons tous ensemble, moins de personnes tomberont malades et nous pouvons avoir un impact significatif sur la propagation des virus respiratoires dans nos maisons et nos communautés. »

Ryan Lutes, président du Nova Scotia Teachers Union, a déclaré à la CBC à la fin du mois dernier qu’il entendait de manière anecdotique que l’absentéisme des élèves avait considérablement augmenté.

« Certains enseignants dont j’ai entendu parler ont dit, vous savez, que la moitié de leur classe est parfois malade. »

Ryan Lutes est président du Nova Scotia Teachers Union. (Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse)

La maladie parmi les enseignants a également mis à rude épreuve le système, exacerbant la pénurie d’enseignants suppléants, a-t-il déclaré.

Mais Lutes s’est arrêté avant d’appeler à un retour à l’apprentissage en ligne ou à un mandat de masque.

«Nous nous attendons à ce que la santé publique examine les données, garde un contrôle étroit sur les choses. Et si nous devons changer de vitesse, c’est certainement une option et nous serions certainement favorables à tout changement de vitesse par la santé publique qui met les enseignants et les enfants, vous savez, qui garde leur sécurité à cœur. »

Lutes a déclaré que les taux de masquage sont « très bas » dans les écoles, bien qu’il ait entendu dire que de plus en plus de gens commencent à les porter en raison de la recrudescence de diverses maladies.

« Je détesterais mettre un chiffre dessus, mais je serais choqué si c’était plus de cinq pour cent », a-t-il déclaré.

L’absentéisme augmente dans d’autres régions de la N.-É.

La fréquentation dans d’autres districts scolaires semble également avoir chuté récemment.

Dans la région du détroit, la fréquentation est passée de 90,4 % en septembre à 85,3 % en novembre.

Au Centre régional d’éducation du Cap-Breton-Victoria, la fréquentation était de 87 % en septembre et en octobre, mais elle est tombée à 80 % en novembre.

Dans la vallée d’Annapolis, la fréquentation est passée de 91,3 % en septembre à 89,4 % en octobre et à 82,9 % en novembre.

Dans le district de Chignecto-Central, la fréquentation était de 92,2 % en septembre, de 89,3 % en octobre et de 83,7 % en novembre.

Continue Reading

Tandance