Connect with us

Santé

Les dirigeants des Premières Nations du nord de l’Ontario demandent un siège à la table des soins de santé

Published

on

Alors que le premier ministre Justin Trudeau se préparait à rencontrer mardi les premiers ministres du Canada pour discuter des transferts en matière de soins de santé, les dirigeants des Premières Nations de tout le nord de l’Ontario ont demandé une place à la table.

À Ottawa, le chef de la Première Nation de Kashechewan, Gaius Wesley, a décrit comment sa communauté, située près de la côte de la baie James, a fait face à des obstacles systémiques à l’accès aux soins de santé.

« [There are] seulement trois infirmières pour s’occuper d’environ 2 000 personnes dans ma communauté », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse.

Wesley a déclaré que de nombreux enfants de sa communauté avaient le virus respiratoire syncytial (VRS) et devaient attendre jusqu’à 10 jours pour être transportés par hélicoptère pour être soignés dans de plus grandes communautés au sud d’eux.

Wesley a déclaré que la réconciliation devrait inclure des efforts pour donner aux Premières Nations plus d’autonomie sur les décisions concernant la façon dont elles fournissent des soins de santé à leurs communautés.

« Notre peuple meurt dans ces systèmes bureaucratiques qui sont en place », a déclaré Wesley.

« Ou mieux encore, nous devons abolir les processus bureaucratiques en place et remettre ces programmes et services entre les mains des peuples des Premières Nations qui vont les repenser. Cela va les concevoir pour mieux refléter les besoins des gens. nous avons besoin de faire. »

Le grand chef Alison Linklater du conseil tribal Mushkegowuk a également pris la parole à Ottawa mardi. «Les pénuries majeures de ressources humaines en santé sont des choses auxquelles nos communautés des Premières Nations ont été confrontées bien avant COVID», a déclaré Linklater. (Spencer Colby/La Presse canadienne)

La grande chef du conseil Mushkegowuk, Alison Linklater, était également à Ottawa et a déclaré que les Premières Nations doivent avoir leur mot à dire sur les décisions qui affectent leurs soins de santé.

Le Conseil Mushkegowuk représente sept Premières nations du Grand Nord de l’Ontario.

Linklater a déclaré que la crise des soins de santé n’a rien de nouveau pour les communautés autochtones.

« Les pénuries majeures de ressources humaines en santé sont des choses auxquelles nos communautés des Premières Nations ont été confrontées bien avant la COVID », a-t-elle déclaré.

« Et je suis désolé que notre pays traverse cela, mais nous y sommes confrontés depuis de nombreuses années. »

Le député de Timmins-Baie James, Charlie Angus, a déclaré qu’un récent incendie de maison dans la communauté crie éloignée de Peawanuck a mis en évidence le manque de services dans de nombreuses Premières Nations.

Une fillette de 10 ans est morte dans l’incendie parce que la communauté n’avait pas accès à un camion de pompiers.

« Les communautés des Premières nations vivent sous et le manque de services de base, d’infrastructures de base », a déclaré Angus.

« Une communauté s’est retrouvée sans service d’incendie lorsque le gouvernement a su que cette communauté avait besoin de services d’incendie. »

« Nous ne devrions pas être une réflexion après coup »

La Nation Nishnawbe Aski (NAN) a simultanément tenu une conférence de presse à Thunder Bay, en Ontario, pour appuyer les appels des chefs Omushkego. La NAN est une organisation politique qui représente 49 Premières Nations à travers les Traités 9 et 5 dans le nord de l’Ontario, y compris les huit communautés Omushkego.

Un homme en chemise sombre.
Le grand chef de la nation Nishnawbe Aski, Derek Fox, a déclaré que les Premières Nations ne devraient pas être « une réflexion après coup » pendant que le premier ministre Justin Trudeau rencontre les premiers ministres pour discuter des transferts en matière de soins de santé. (Logan Turner/CBC)

« En ce moment, le premier ministre rencontre les premiers ministres à huis clos pour discuter du financement de la prestation des soins de santé dans tout le pays », a déclaré le grand chef Derek Fox à CBC News.

« NAN devrait être là. Mushkego [leaders] devrait être là. Les Premières nations devraient être là… mais elles élaborent ces plans décennaux sans nous. Nous ne devrions pas être une réflexion après coup. »

Le grand chef de la NAN a déclaré que de nombreuses Premières Nations du nord de l’Ontario sont en état d’urgence constant, confrontées à des taux élevés de problèmes de santé mentale et de toxicomanie, à de longues attentes et à un accès inadéquat aux soins de santé, et à des ressources insuffisantes pour résoudre les problèmes.

«Nous entendons parler de la pénurie de médecins et d’infirmières dans le sud de l’Ontario et de la fermeture de certains centres d’urgence. C’est un phénomène courant dans la nation Nishnawbe Aski, dans le nord de l’Ontario, depuis de très nombreuses années», a déclaré Fox.

Il a appelé les premiers ministres de l’Ontario Doug Ford et Trudeau à répondre à leurs demandes d’être inclus dans des discussions de haut niveau sur le financement durable et à long terme des soins de santé.

Fox a ajouté qu’il fallait une stratégie à long terme pour construire plus de centres de santé de qualité et avoir plus de médecins et d’infirmières dans les communautés, et pour donner aux Premières Nations les ressources et le pouvoir de gouverner et d’administrer leurs propres services de santé.

Il a souligné les conversations trilatérales qui ont eu lieu pendant l’épidémie de COVID-19 et la capacité qui a été rapidement renforcée dans les Premières Nations NAN.

« Cela peut fonctionner. Cela peut sauver des vies. Nous avons démontré que nous pouvons proposer des solutions qui non seulement profitent directement aux membres de notre communauté, mais nous nous débarrasserons de cette bureaucratie et, à long terme, réduirons les coûts de la santé- prestation de soins. »

Réponse du ministre de la Santé

Interrogé sur l’exclusion des dirigeants autochtones des pourparlers de mardi, le bureau du ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a déclaré que le gouvernement fédéral s’engage régulièrement auprès des communautés autochtones sur des questions liées à la santé.

« Les peuples autochtones font face à des défis uniques lorsqu’il s’agit d’avoir un accès juste et équitable à des services de soins de santé de qualité et culturellement sûrs, et nous devons continuer à travailler en partenariat avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis pour combler correctement ces lacunes », a déclaré la déclaration à a déclaré CBC News.

Santé

Rappel émis pour certaines préparations pour nourrissons Nestlé en raison d’une contamination bactérienne potentielle

Published

on

Par

Nestlé a émis un rappel volontaire pour certaines de ses préparations pour nourrissons Good Start Soothe vendues au Canada en raison d’une contamination bactérienne potentielle.

Le distributeur Perrigo Company déclare que le produit est rappelé par prudence en raison de la présence potentielle de la bactérie Cronobacter sakazakii.

La formule concernée a été vendue partout au Canada dans des emballages de 942 grammes, avec les numéros de lot 301757651Z, 301757652Z et 301857651Z, et les dates de péremption des 18 et 19 juillet 2024.

Aucune maladie associée à la formule n’a été signalée et aucun produit distribué n’a été testé positif pour la présence de la bactérie, a déclaré Perrigo Co. dans un communiqué de presse vendredi.

Le distributeur dit qu’il travaille avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments et informe les clients qui ont reçu les produits de prendre les dispositions nécessaires pour qu’ils soient retirés des rayons des magasins.

Le distributeur Perrigo Co. a annoncé vendredi un rappel volontaire de certains emballages de 942 grammes de la formule. (Groupe CNW/Perrigo)

Cronobacter sakazakii ne provoque généralement pas de symptômes chez la plupart des gens, mais les nourrissons prématurés, les nourrissons de moins de deux mois ou les nourrissons dont le système immunitaire est affaibli peuvent présenter de la fièvre, une mauvaise alimentation, des pleurs excessifs ou une baisse d’énergie.

Il a été associé à de graves infections intestinales et à des intoxications sanguines, en particulier chez les nouveau-nés.

Les clients sont invités à cesser d’utiliser la formule et à contacter les services consommateurs de Nestlé pour obtenir un remboursement avant de jeter le produit.

Plus de CBC Manitoba :

Continue Reading

Santé

La plupart des Canadiens mangent trop de sel. Voici comment vous pouvez réduire

Published

on

Par

La dose23:19Comment réduire le sel dans mon alimentation ?

Savez-vous combien de sel vous avez mangé aujourd’hui ?

Il y a de fortes chances que ce soit plus d’une cuillère à café, soit cinq grammes, ce qui correspond à l’apport quotidien recommandé en sodium de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

UN rapport récent de l’OMS ont déclaré que les Canadiens consomment en moyenne 9,1 grammes de sel par jour, soit près du double de la quantité recommandée.

Et la majorité de ce sel – plus de 75 % – provient des repas au restaurant et des aliments transformés, selon les experts en diététique.

« La première chose que je rappelle à mes patients, c’est que la majeure partie du sel qu’ils reçoivent n’est probablement pas le sel qu’ils ajoutent. C’est le sel qui se trouve déjà dans leur alimentation », a déclaré la Dre Mary Sco, résidente en médecine familiale. au Women’s College Hospital, qui détient également un doctorat en sciences de la nutrition.

Le pain peut être une source sournoise de sodium dans notre alimentation, explique la diététicienne Samantha Chabior. (Bryan Eneas/CBC)

Outre les repas au restaurant, de nombreux aliments transformés courants que nous achetons à l’épicerie contiennent de grandes quantités de sodium.

« Les trois grandes catégories d’aliments qui contribuent le plus au sodium dans notre alimentation sont les produits de boulangerie, les plats composés et les viandes transformées », a déclaré Samantha Chabior, diététiste à Toronto, à CBC. La dose hôte Dr Brian Goldman.

Les plats composés comprennent des choses comme la pizza, la lasagne et les dîners surgelés. La soupe, le fromage, les sauces et les condiments sont également de grands contributeurs au sodium dans notre alimentation, a déclaré Chabior.

Il peut être surprenant pour les gens que des produits comme le pain, les muffins et les biscuits soient souvent riches en sel.

« Ces aliments n’ont pas vraiment un goût très salé. J’aime donc les appeler des sources sournoises de sodium parce qu’ils sont vraiment inattendus », a-t-elle ajouté.

Qu’est-ce que trop de sel fait au corps?

Le sodium permet en fait au corps de retenir l’eau, a déclaré Chabior.

« Ainsi, lorsque nous mangeons trop de sodium, cela peut entraîner l’aspiration de liquide supplémentaire dans nos vaisseaux sanguins et exercer une pression supplémentaire sur nos vaisseaux sanguins. »

Au fil du temps, les vaisseaux sanguins deviennent étirés par cette pression.

« Ils réagissent en se remodelant, en devenant plus épais et plus tendus, puis cela augmente votre tension artérielle à long terme », a déclaré Sco.

L’hypertension artérielle, ou hypertension, est le facteur de risque le plus important pour les maladies cardiaques, a déclaré Sco, et les maladies cardiaques sont l’une des principales causes de décès et d’invalidité au Canada.

En 2020, près de 54 000 personnes sont décédées d’une maladie cardiaque au Canada, selon Statistique Canada.

L’hypertension artérielle peut également augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral et de maladie rénale, a déclaré Sco. Et ce n’est pas tout.

« Le sel fait boire plus les gens. Et si vous buvez plus de boissons sucrées ou contenant des calories parce que vous mangez plus de sel, cela peut aussi être un problème », a déclaré Sco.

Comment pouvons-nous réduire le sel?

Connaître tous les risques associés à la consommation excessive de sel est une chose, mais apporter des changements à notre alimentation peut être difficile.

Le plus grand conseil des experts est de manger moins au restaurant et de cuisiner à la maison en utilisant des aliments entiers non transformés chaque fois que vous le pouvez.

Chabior conseille de se concentrer sur les fruits entiers, les légumes, les grains entiers, les légumineuses, les noix et les graines, ainsi que la viande, la volaille et le poisson non transformés.

Elle recommande de sauter le sel et d’ajouter ces ingrédients pour la saveur à la place :

  • Aliments acides comme le vinaigre et le jus de citron.
  • Aromatiques comme le gingembre, l’ail et l’oignon.
  • Herbes et épices fraîches et séchées.
  • Mélanges d’assaisonnement sans sel pré-mélangés.

Sco et Chabior ont reconnu que cuisiner plus d’aliments entiers à la maison peut être difficile pour certains.

« Il y a le coût de la nourriture, qui peut être un obstacle. Ensuite, il y a aussi le temps et la préparation nécessaires pour préparer des repas sains et faits maison », a déclaré Sco.

« Ces aliments transformés ont tendance à être généralement un peu moins chers, plus abordables. Ainsi, selon le revenu ou le mode de vie de quelqu’un, il peut ne pas être aussi possible de cuisiner davantage à la maison », a déclaré Chabior.

Mais échanger une collation salée comme des craquelins ou des frites avec un morceau de fruit, des noix non salées ou du maïs soufflé à l’air est une bonne première étape, a déclaré Sco.

La lecture des étiquettes nutritionnelles est essentielle

Lors de l’épicerie, les experts recommandent de lire les étiquettes nutritionnelles pour voir la quantité de sodium dans un produit, puis d’en choisir un avec une plus petite quantité.

« Le pourcentage de la valeur quotidienne peut vous dire s’il y a peu ou beaucoup d’éléments nutritifs dans les aliments. Et quand vous voyez cinq pour cent ou moins pour le sodium, cela signifie que les aliments sont faibles en sodium », a déclaré Chabior.

« S’il contient plus de 15% de la valeur quotidienne, cela signifie qu’il est riche en sodium. »

Il peut être difficile de déterminer combien vous obtenez en une journée, dit-elle, alors Chabior recommande à ses patients d’utiliser un traqueur de sodium en ligne.

Lorsque vous mangez au restaurant, consultez le site Web du restaurant à l’avance pour consulter les informations nutritionnelles, fournies par la plupart des grandes chaînes, a déclaré Chabior.

Et rappelez-vous ces sources cachées de sodium.

« Que ce soit les pains qui font partie de notre apéritif ou de nos trempettes, s’il y a des sauces ou des sauces, essayez de les demander à côté », a déclaré Chabior.

L’OMS recommande des réglementations obligatoires

Malgré tous nos efforts, cependant, il est difficile de réduire la consommation de sel, a déclaré le Dr Norm Campbell, professeur émérite de médecine à l’Université de Calgary.

« C’est pourquoi nous avons vraiment besoin d’approches démographiques, d’approches gouvernementales avec des réglementations. »

Pendant des années, Campbell a plaidé pour davantage de réglementations gouvernementales sur le sodium au Canada.

Il a dit qu’une stratégie nationale pour la réduction du sodium a été créée en 2010, mais que la mise en œuvre a été « très lente ».

Sco a déclaré que des avertissements sur le sodium sur le devant des aliments transformés emballés contenant un excès de sodium devraient arriver au Canada au cours des deux prochaines années, ce qui aiderait les consommateurs à faire des choix plus éclairés.

« La première étape consiste simplement à s’assurer que nous donnons aux gens autant d’informations que possible sur la teneur en sodium de leurs aliments », a déclaré Sco.

D’autres juridictions sont allées plus loin que le Canada pour créer des réglementations gouvernementales concernant à la fois les étiquettes de mise en garde sur le sodium et les niveaux maximaux de sodium dans certains aliments.

Vu d'en haut, un groupe d'aliments comprenant un hamburger, des frites, des frites, des pépites de poulet et un verre de boisson gazeuse.
La recherche montre que si nous réduisons progressivement le sel, nos papilles gustatives s’adapteront. (Ekaterina Markelo/Shutterstock)

En 2015, la ville de New York a commencé à exiger de ses chaînes de restaurants qu’elles ajoutent des étiquettes d’avertissement à tout repas contenant plus que l’apport quotidien recommandé en sodium.

L’Argentine a adopté une loi complète en 2022 qui comprend des étiquettes d’avertissement obligatoires sur le devant de l’emballage concernant l’excès de sodium, ainsi que les excès de sucres et de graisses.

Mes papilles gustatives vont-elles s’adapter ?

Il peut y avoir beaucoup de réticence à réduire le sel en raison du changement de goût, a déclaré Sco.

« Les gens remarquent quand il y a moins de sel dans un aliment », a-t-elle déclaré.

« Mais la recherche a montré que, progressivement, à mesure que vous diminuez la quantité de sodium que vous mangez, vos papilles gustatives se recalibrent et deviennent plus sensibles au goût du sel. »

Cela signifie qu’il est possible pour les fabricants de réduire les niveaux de sodium tout en créant un produit attrayant, a déclaré Campbell.

« Lorsque nous discutons avec des fabricants ou des particuliers, nous leur demandons de modifier leur consommation de sel plus progressivement afin qu’ils ne remarquent aucun changement dans la qualité ou le goût des aliments », a-t-il déclaré.

Chabior est d’accord avec une approche progressive et a déclaré qu’il était parfois acceptable de manger des aliments salés.

« Les petits changements s’additionnent vraiment. Nous n’avons pas à faire tout ou rien », a déclaré Chabior.

Continue Reading

Santé

Pourquoi le Canada a évité une vague de COVID hivernale sévère

Published

on

Par

Ceci est un extrait de Second Opinion, une analyse hebdomadaire de l’actualité de la santé et des sciences médicales envoyée par courrier électronique aux abonnés. Si vous n’êtes pas abonné, vous pouvez le faire en cliquant sur ici.


Trois ans après le début de la pandémie, le Canada a réussi à éviter une grave vague de COVID-19 cet hiver malgré une absence totale de restrictions de santé publique, une saison des fêtes occupée à l’intérieur et un virus en mutation rapide qui circule toujours beaucoup dans la population.

« Nous sommes maintenant à un point au Canada où l’activité de la COVID-19 a atteint un état relativement stable », a déclaré l’administrateur en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, lors d’un briefing le 10 mars.

« Bien que l’incertitude demeure quant aux tendances saisonnières du COVID-19, la tendance actuelle suggère que nous ne verrons peut-être pas de vagues majeures dans les mois à venir. »

Et de nouvelles recherches continuent de prouver pourquoi : l’immunité hybride de la vaccination et de l’infection antérieure résiste aux hospitalisations et aux décès et continuera probablement à aider à contrôler la gravité de la COVID-19 au Canada et dans le monde dans un avenir prévisible.

« Nous sommes certainement dans une bien meilleure position maintenant que nous ne l’avons été à aucun moment de la pandémie », a déclaré vendredi le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse.

« C’est très agréable de voir que pour la première fois, le nombre hebdomadaire de décès signalés au cours des quatre dernières semaines a été inférieur à celui où nous avons utilisé le mot pandémie pour la première fois il y a trois ans. »

Selon les estimations, plus de 76 % des adultes canadiens et près de 90 % des jeunes adultes (âgés de 17 à 24 ans) avaient déjà eu la maladie à la mi-janvier. données nationales sur les donneurs de sang publié par le groupe de travail sur l’immunité COVID-19 du gouvernement fédéral.

Des niveaux élevés d’infection – combinés à la plus de 80 % des Canadiens qui ont reçu au moins deux doses d’un vaccin COVID, un meilleur accès au traitement et des infections moins graves que les souches précédentes – ont conduit à une protection immunitaire plus forte contre un virus qui continue de se propager dans le monde.

« Les niveaux élevés d’immunité hybride sont l’un des principaux facteurs expliquant le nombre contenu d’hospitalisations et de décès liés à la COVID-19 cet hiver », a déclaré la Dre Sara Carazo, épidémiologiste et chercheuse à l’Institut national de santé publique du Québec.

« Cela s’explique également par les caractéristiques intrinsèques des nouvelles variantes circulantes, qui ne causaient pas une maladie plus grave que les sous-variantes précédentes d’Omicron. »

Mais l’infection n’est pas sans risque – et la vaccination reste la voie privilégiée pour acquérir l’immunité, en raison de la forte protection qu’elle offre contre les maladies graves et du risque permanent de complications du COVID dans les groupes vulnérables.

Un travailleur de la santé prépare un vaccin contre la COVID-19 dans une clinique du Centre des congrès de Vancouver en janvier 2022. Un nombre croissant de recherches a constamment montré que la protection hybride contre la vaccination et l’infection est supérieure à l’immunité contre une infection antérieure seule. (Ben Nelms/CBC)

L’immunité hybride offre la meilleure protection

Un nombre croissant de recherches a constamment montré que la protection hybride contre la vaccination et l’infection est supérieure à l’immunité contre une infection antérieure seule – ce qui signifie que ceux qui ont déjà été infectés devraient toujours se faire vacciner.

« L’immunité induite par les vaccins est ce qui nous a même amenés à nous demander si l’immunité hybride est ce qui nous sort de la pandémie », a déclaré John Wherry, directeur de l’Institut d’immunologie de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie.

« Il ne semble pas que cela aide vraiment à la transmission, mais cela ajoute presque certainement à l’immunité globale de la population d’une manière qui rend [new subvariants] beaucoup moins inquiétant. »

Une étude canadienne sur les travailleurs de la santé au Québec publiée dans Les maladies infectieuses du Lancet en janvier a révélé que deux doses d’un vaccin à ARNm et une infection antérieure à Omicron offraient une protection substantielle contre une infection future par des sous-variantes d’Omicron.

« Il est important de noter que cette protection semble avoir peu diminué au fil du temps au cours d’un suivi d’un an, ce qui contraste avec la perte d’efficacité avec le temps chez les personnes vaccinées mais non infectées auparavant », a déclaré Carazo, l’auteur principal de l’étude.

« Nous avons également observé que la protection contre l’immunité hybride était maintenue même pour les variantes et sous-variantes distantes par rapport à la protection contre l’infection seule. »

Des travailleurs de la santé sont montrés dans un hôpital portant des masques.
Le personnel médical est présenté à l’hôpital Jean-Talon de Montréal en octobre 2021. Une étude canadienne récente sur les travailleurs de la santé au Québec a révélé que deux doses d’un vaccin à ARNm et une infection antérieure à Omicron offraient une protection substantielle contre une infection future par des sous-variantes d’Omicron. (Ivanoh Demers/Radio-Canada)

de Carazo la recherche a également révélé que les personnes ayant déjà contracté une infection avaient une réduction de 90% du risque d’hospitalisation BA.4 / 5 lorsqu’il était combiné à la vaccination, contre seulement environ 70% s’ils n’étaient pas vaccinés et étaient immunisés contre l’infection seule.

« Il est sûr de dire que le manque relatif de gravité des vagues que nous avons vu ici est dû à l’immunité – il est difficile d’argumenter autrement que cela », a déclaré Deepta Bhattacharya, immunologiste et professeur à l’Université d’Arizona à Tucson .

« Et évidemment, étant donné la fraction de la population qui a déjà eu une infection, il faudrait penser que l’immunité hybride en est une grande partie. »

La vaccination « le moyen le plus sûr d’obtenir l’immunité »

Une nouvelle étude portant sur 613 patients publiée cette semaine dans Science Médecine translationnelle ont constaté que les personnes qui avaient reçu un vaccin COVID-19 après une infection présentaient des réponses immunitaires beaucoup plus fortes que celles qui étaient soit uniquement vaccinées, soit uniquement infectées.

« Le niveau de protection attendu de l’immunité hybride est nettement supérieur à celui offert par la vaccination seule ou l’infection seule », a déclaré Thierry DeFrance, auteur principal de l’étude et chercheur en maladies infectieuses à l’Université de Lyon en France.

Et une revue systématique récente de 65 études de 19 pays en Le Lancet ont constaté qu’une précédente infection au COVID-19 réduisait le risque d’hospitalisation et de décès par réinfection jusqu’à 88% pendant au moins 10 mois, ce qui équivaut à deux doses d’un vaccin à ARNm.

« De toute évidence, la bonne nouvelle est une protection durable contre les maladies graves », a déclaré le Dr Christopher Murray, auteur principal de l’examen et directeur de l’Institute for Health Metrics and Evaluation de l’Université de Washington à Seattle.

« La moins bonne nouvelle est que la protection contre l’infection n’est pas aussi bonne et diminue beaucoup plus rapidement, ce qui signifie qu’il y aura des vagues de transmission continues même si nous avons un niveau très élevé d’immunité contre la vaccination ou l’infection. »

REGARDER | Trois ans plus tard, ce que la pandémie a changé, ce qui vient ensuite :

Trois ans après : ce que la pandémie a changé et ce qui va suivre

13 mars 2023 | Des experts en soins de santé nous racontent comment le COVID-19 a changé leur vie. Ensuite, Kieran Oudshoorn explique un outil de détection de virus qui s’est tu juste avant que la pandémie ne frappe. Et que se passe-t-il lorsque la pandémie est déclarée terminée ?

Il est également important de noter que toutes les immunités ne comportent pas le même risque, et une infection par Omicron ou l’une de ses sous-variantes est très différente d’une infection par des variantes précédentes, telles que Alpha, Beta, Delta ou même la souche d’origine, avant les vaccins. .

« Le moyen le plus sûr d’obtenir l’immunité est la vaccination », a déclaré Murray. « Le risque que vous preniez était énorme à l’époque de Delta ou même de la souche ancestrale, car le taux de mortalité par infection était 10 fois plus élevé qu’Omicron. »

L’Afrique du Sud, un pays qui a vu des quantités massives d’hospitalisations et de décès suite à de graves vagues d’infection au début de la pandémie avant le déploiement des vaccins, se trouve également maintenant dans une situation bien différente avec le COVID-19 en raison des niveaux élevés d’immunité de la population.

« Cela fait plus d’un an que nous avons eu une grande vague d’infection qui se traduit par une hospitalisation », a déclaré Tulio de Oliveira, directeur du Centre sud-africain pour la réponse aux épidémies et l’innovation.

« Est-ce que cela dure longtemps? C’est la question à un million de dollars », a-t-il déclaré. « Mais ce que nous savons, c’est que le mur d’immunité actuel tient très bien. »

Un meilleur accès aux traitements antiviraux a aidé

Le maintien de l’immunité hybride dans la population déterminera la fréquence à laquelle des doses de rappel supplémentaires devraient être offertes, et cela souligne la nécessité de protéger davantage les Canadiens âgés et immunodéprimés qui sont moins susceptibles d’avoir une infection antérieure.

Le Dr Gaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec qui étudie l’immunité hybride et co-auteur de la recherche avec le Dr Sara Carazo, a déclaré que le paysage immunitaire est radicalement différent chez les jeunes adultes que chez les Canadiens âgés.

« Pourquoi c’est important, c’est parce que les hospitalisations concernent, pour la plupart, des personnes âgées », a-t-il déclaré.

« Avoir une grande partie de la population plus jeune qui a été infectée aide. Mais le bassin d’individus qui ont plus de 70 ans et qui n’ont pas encore été infectés est encore assez important, et nous pouvons nous attendre à ce que les futures hospitalisations soient, pour la plupart, surviennent chez ces personnes. »



De Serres a déclaré qu’un meilleur accès aux traitements antiviraux qui peuvent être administrés aux Canadiens âgés au début d’une infection au COVID-19 a contribué à réduire le nombre d’hospitalisations, ainsi que le fait qu’Omicron et ses sous-variantes semblent moins graves que les souches précédentes.

« Cela ne veut pas dire qu’Omicron ou ses sous-variantes sont complètement doux et non nocifs – ce n’est pas vrai », a-t-il dit, ajoutant que 2022 « a fait plus de morts que les deux années précédentes de la pandémie ».

« Cela dit, il n’y a pas eu de vague écrasante qui a inondé le système hospitalier l’automne dernier ou maintenant, et en ce sens, les choses sont plus sous contrôle. »

Wherry, à l’Université de Pennsylvanie, a déclaré que les principaux objectifs pour l’avenir devraient être d’essayer d’améliorer la technologie du vaccin COVID-19 pour recréer la protection que l’immunité hybride offre aux personnes qui n’ont pas encore été vaccinées, comme les enfants et ceux qui sont plus vulnérable aux maladies graves.

« Cela reste toujours un défi majeur, et l’immunité hybride et les vaccins ne nous procurent toujours pas d’avantages vraiment durables là-bas », a-t-il déclaré.

« L’immunité contre les maladies graves peut également décliner. Nous ne sommes pas sortis depuis assez longtemps pour vraiment le savoir. Je ne suppose donc pas que nous aurons une immunité de cinq ou dix ans qui nous empêchera d’aller à l’hôpital. »

REGARDER | Les scientifiques traquent les nouvelles variantes du COVID-19 avant qu’il ne soit trop tard :

Les scientifiques surveillent les nouvelles variantes de COVID-19 – avant qu’il ne soit trop tard

Le virus qui cause le COVID-19 continue de muter au milieu de tests réduits, ajoutant aux inquiétudes qu’une nouvelle variante pourrait exploser avant qu’elle ne soit détectée et suivie. Mais les laboratoires canadiens sont sur l’affaire.

Bhattacharya de l’Université de l’Arizona a déclaré qu’il pourrait y avoir des variations saisonnières en termes de gravité des infections à COVID – similaires à la grippe, où différentes souches émergent qui sont distinctes de celles contre lesquelles la population avait acquis l’immunité pour la dernière fois – qui pourraient entraîner de futures vagues.

« Mais je crois toujours fermement que nous n’allons pas revenir à l’ère de la pré-vaccination du début de 2020 », a-t-il déclaré. « Je ne pense pas que nous reverrons ces jours sombres. »

Continue Reading

Tandance