Connect with us

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Les Albertains disent qu’ils n’ont pas peur de s’éloigner du pétrole

Published

on

NOTE DE LA RÉDACTION : CBC News et The Road Ahead ont commandé cette recherche d’opinion publique à la mi-octobre, commençant six jours après que Danielle Smith a remporté la direction du Parti conservateur uni.

Comme pour tous les sondages, celui-ci est un instantané dans le temps.

Cette analyse fait partie d’une série d’articles issus de cette recherche.

La « transition énergétique » est souvent un terme toxique dans la politique de la province, mais les Albertains regardent maintenant cette transformation sous un jour différent.

Ils ne sont peut-être pas prêts à dire au revoir au pétrole, mais de nouveaux sondages de Janet Brown Opinion Research indiquent que la plupart sont prêts pour un avenir avec moins de pétrole.

Ils sont également préoccupés par les conséquences du changement climatique, suggère l’enquête commandée par CBC News.

Douze pour cent des répondants ont cité le pétrole et le gaz comme l’un des principaux enjeux du sondage d’octobre. Il s’agit d’une forte baisse par rapport à 2018, alors que ce nombre était de 40 %, et que la province se remettait d’un effondrement des prix du pétrole et des emplois dans le secteur.

Aujourd’hui, les sociétés pétrolières et gazières enregistrent leur année la plus lucrative de leur histoire, et le gouvernement provincial encaisse les redevances.


Les montagnes russes des ressources

C’est un renversement de fortune vertigineux. Dans les premiers mois de COVID, les prix du pétrole étaient tombés en dessous de 0 $ le baril. Les revenus provenant de sources non renouvelables devraient maintenant atteindre 28,4 milliards de dollars d’ici la fin de l’exercice 2022-2023, contre 5,4 milliards de dollars quatre ans plus tôt.

Mais interrogez n’importe quel politicien sur la plus grande industrie de la province et vous pourrez rapidement rayer le cliché du carré de bingo pour « sortir des montagnes russes des ressources naturelles ».

Les Albertains se méfient également de ce coup de fouet.

Selon le sondage, 59 % des répondants ont déclaré qu’ils pensaient que la transition vers l’abandon du pétrole et du gaz serait bénéfique à long terme pour l’économie de l’Alberta.

Mais c’est plus complexe que de simplement fermer les robinets. Soixante pour cent ont déclaré que le pétrole et le gaz resteront l’industrie la plus importante de l’Alberta dans 25 ans. Ces résultats sont en grande partie inchangés par rapport à il y a quatre ans.


Bien que les Albertains pensent que le pétrole continuera d’être le moteur de l’économie albertaine, ils s’inquiètent également de l’impact de l’industrie sur l’environnement. La majorité des répondants au sondage — 62 % — ont dit qu’ils pensaient qu’il fallait faire plus pour lutter contre le changement climatique.

« Il n’y a pas si longtemps, lorsqu’il s’agissait d’énergie et d’environnement, c’était une sorte de chose binaire », a déclaré Janet Brown, qui a mené la recherche.

« Maintenant, il semble que l’Alberta évolue vers un endroit où vous pouvez toujours valoriser l’industrie pétrolière et gazière, vous pouvez toujours enraciner son succès. Mais en même temps, vous pouvez également être pro-environnement et vous pouvez voir le besoin de l’industrie pétrolière et gazière soit en transition et fasse les choses différemment. »

Neuf pour cent des personnes interrogées ont mentionné les questions environnementales comme l’une de leurs principales préoccupations dans le sondage de cette année. Les résultats en 2018 étaient identiques.

Ville changeante

Calgary, la ville siège du pétrole et du gaz qui décidera probablement qui remportera les élections du printemps prochain, commence à ressembler davantage à Edmonton en matière d’énergie et de climat qu’aux petites villes et aux communautés rurales de l’Alberta.

« On dirait que Calgary évolue vers ce genre de point de vue plus centriste et progressiste. Moins de déni du changement climatique, plus d’intérêt à trouver des solutions pour faire de l’Alberta un leader énergétique en matière de transition », a déclaré Brown.

Des tuyaux destinés à la construction du pipeline Keystone XL sont exposés à Gascoyne, ND en avril 2015. La plupart des Albertains pensent toujours que le pétrole est roi, mais ils ne veulent pas en dépendre l’avenir, selon un récent sondage. (Alexander Panetta/La Presse canadienne)

L’idée que la transition de l’économie albertaine loin des combustibles fossiles pourrait être une bonne chose a trouvé un écho chez 64 % des répondants de Calgary, 62 % des Edmontoniens et 50 % de ceux du reste de la province.

Soixante pour cent des Calgariens interrogés ont déclaré que le pétrole serait toujours le principal contributeur économique dans 25 ans. C’est un peu plus proche de la perspective à Edmonton (54 %) que dans le reste de l’Alberta (68 %).


Plans et objectifs

Le gouvernement fédéral a fixé des objectifs ambitieux de réduction des émissions pour le secteur pétrolier et gazier, réduisant la pollution de 42 % par rapport aux niveaux de 2019 d’ici 2030. Le gouvernement de l’Alberta a qualifié ce chiffre d’irréaliste. L’industrie, tout en étant d’accord avec la réduction des émissions, a également grimacé quant à la faisabilité de cet objectif.

L’Alberta a une délégation de cinq membres cette semaine à la COP27, le sommet des Nations Unies sur les changements climatiques, aux côtés de représentants de sociétés pétrolières et gazières et de groupes environnementaux. Sous Jason Kenney, le gouvernement provincial a sauté la conférence de l’an dernier.


La première ministre Danielle Smith n’a pas dévoilé de plans spécifiques pour la politique environnementale et énergétique. Son nouveau ministre de l’Énergie a été chargé d’élargir les plans d’hydrogène de l’Alberta et de soutenir le plan de l’industrie pétrolière et gazière pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

Elle a également demandé une nouvelle stratégie « faite en Alberta » pour la réduction des émissions. Mais il n’est pas clair si elle soutient une transition loin du pétrole et du gaz, en soi.

« Nous devons encore faire plus pour comprendre à quoi ressemble l’avenir d’une Alberta moins dépendante du pétrole et du gaz et dotée d’une économie plus diversifiée », a déclaré Sara Hastings-Simon, directrice du développement durable de l’Université de Calgary. programme de développement énergétique.

« Il pourrait y avoir un avenir à la fois plus durable d’un point de vue environnemental, mais aussi plus durable et stable d’un point de vue économique. »

Le pétrole domine l’économie de l’Alberta, mais les habitants de la province ne sont pas enthousiastes à l’idée de bâtir un avenir autour d’expansions et de récessions capricieuses.


Le sondage aléatoire de CBC News auprès de 1 200 Albertains a été mené à l’aide d’une méthode hybride entre le 12 et le 30 octobre 2022 par Trend Research, basé à Edmonton, sous la direction de Janet Brown Opinion Research. L’échantillon est représentatif des facteurs régionaux, d’âge et de sexe. La marge d’erreur est de +/- 2,8 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Pour les sous-ensembles, la marge d’erreur est plus grande.

L’enquête a utilisé une méthodologie hybride qui consistait à contacter les répondants par téléphone et à leur donner la possibilité de répondre à l’enquête à ce moment-là, à un autre moment plus pratique, ou de recevoir un lien par e-mail et de répondre à l’enquête en ligne. Trend Research a contacté des personnes à l’aide d’une liste aléatoire de numéros, composée à moitié de lignes fixes et à moitié de numéros de téléphone portable. Les numéros de téléphone ont été composés jusqu’à cinq fois à cinq moments différents de la journée avant qu’un autre numéro de téléphone ne soit ajouté à l’échantillon. Le taux de réponse parmi les numéros valides (c.-à-d. résidentiels et personnels) était de 16,3 %.

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Les propriétaires de Fets Whiskey Kitchen récupéreront leur alcool après un règlement avec le gouvernement de la Colombie-Britannique

Published

on

Par

Les propriétaires d’un bar à whisky spécialisé de Vancouver récupèrent environ 40 000 $ d’alcool saisi lors d’une descente du gouvernement il y a près de cinq ans, mais seulement après avoir fermé leur entreprise et renoncé à leur permis.

Eric et Allura Fergie de Fets Whiskey Kitchen ont réglé leur différend juridique avec la Direction de la réglementation des alcools et du cannabis après avoir convenu que le whisky saisi lors du raid de janvier 2018 n’avait pas été acheté légalement, selon un communiqué du ministère de la Sécurité publique et du Solliciteur général.

Les Fergies prévoient de fermer l’établissement Commercial Drive plus tard ce mois-ci, et une fois leur permis d’alcool expiré ou transféré, le whisky leur sera restitué, étant entendu qu’il ne peut être vendu ou servi sous aucune licence.

Les Fergies ont déclaré à CBC qu’ils considéraient le règlement comme une victoire.

« Je me sens bien, car nous pouvons maintenant passer au chapitre suivant », a déclaré Allura Fergie.

Son mari a décrit la nouvelle comme un poids enlevé de ses épaules.

« Cela a été cinq années très stressantes sans savoir quel serait le résultat. Nous avons toujours été convaincus que le gouvernement avait tort et que nous récupérerions le whisky », a déclaré Eric Fergie.

Le règlement met fin à la requête en justice des Fergies alléguant que leurs droits ont été violés pendant le raid, qui, selon eux, a été mené sans mandat.

Fets Whisky Kitchen fermera le 23 décembre 2022. (Ben Nelms/CBC)

Fets était l’un des quatre bars de la Colombie-Britannique perquisitionnés en une seule journée, dans ce que certains dans l’industrie ont décrit comme une opération « de style interdiction ». Les inspecteurs ont confisqué 242 bouteilles d’alcool à Fets et ont ensuite infligé une amende de 3 000 $ aux Fergies.

En Colombie-Britannique, les restaurants et les bars doivent acheter de l’alcool par l’intermédiaire de la Liquor Distribution Branch ou de points de vente désignés, mais des centaines de bouteilles chez Fets provenaient plutôt de la collection de la Scotch Malt Whisky Society.

Après le raid, les Fergies ont demandé à la succursale de reconsidérer la décision, mais celle-ci a été confirmée.

Dans leurs observations au tribunal, le couple a affirmé que l’audience était « préjugée » et une « simple imposture » parce qu’ils n’avaient pas eu la possibilité de présenter des preuves sur la question.

Fets devrait maintenant fermer le 23 décembre. En attendant, Eric Fergie dit que le bar reste occupé alors que des clients et des amis de longue date passent pour leurs « derniers soupers, pour ainsi dire ».

Allura Fergie a déclaré qu’une fois les portes fermées, le couple prévoyait « d’arrêter, de réévaluer, de prendre un peu de temps » avant de décider de la suite, mais plus de plaidoyer est probable dans leur avenir.

« Nous allons rester impliqués dans l’industrie. Nous allons continuer ce combat pour faire changer la législation », a déclaré Eric Fergie.

« Nous pensons simplement que peu importe d’où vous achetez le produit, tant que vous l’achetez en Colombie-Britannique. »

Quant à tout ce whisky qu’ils récupèrent mais qu’ils ne pourront pas vendre, il va dans la collection privée des Fergies.

« Nous espérons que cela viendra avec quelques nouveaux foies », a plaisanté Eric Fergie.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La police de Victoria recherche 2 hommes après l’agression sexuelle d’une adolescente à Topaz Park

Published

on

Par

La police de Victoria recherche deux hommes qui auraient agressé sexuellement une adolescente à Topaz Park mardi matin.

Selon un communiqué de la police, l’adolescent, qui est étudiant en échange, a pu se libérer et s’échapper.

« Il s’agit d’un incident prolongé et franchement très préoccupant », a déclaré le porte-parole du département de police de Victoria, Bowen Osoko. « C’est pourquoi nous demandons aux personnes qui se trouvaient dans la région ou qui ont des images de surveillance ou des images de caméra de tableau de bord de se manifester. »

L’adolescente, dont l’âge n’est pas précisé mais que la police appelle une « adolescente », aurait traversé Topaz Park entre 9h et 10h mardi lorsque son chemin a été bloqué par deux hommes près de la maison de campagne et des toilettes au nord-est. coin du parc.

Selon la police, c’est à ce moment-là que les deux hommes ont agressé sexuellement la jeune fille. Après s’être libérée, elle s’est enfuie dans un endroit sûr où elle a raconté à un adulte ce qui s’était passé.

La police a ouvert une enquête et s’emploie à identifier et localiser les suspects.

Les deux hommes sont décrits comme âgés d’environ 60 ans, avec des cheveux noirs et portant des chemises noires, des pantalons noirs et des chaussures noires, selon le communiqué de la police de Victoria. Les deux hommes portaient de grands sacs à dos noirs et, selon la jeune fille, avaient « une apparence échevelée ».

L’incident a été signalé à la police mardi soir, mais selon le communiqué, ils n’ont pu interroger la jeune fille que mercredi soir parce que ses parents vivent à l’extérieur du Canada.

La police a déclaré que la jeune fille recevait un soutien et séjournait actuellement dans une famille d’accueil dans le cadre de son échange. Osoko a déclaré qu’ils ne révélaient pas son âge afin de protéger sa vie privée.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

2 personnes arrêtées après qu’une femme s’est échappée d’une camionnette U-Haul en Colombie-Britannique: la police

Published

on

Par

La police de Delta a arrêté deux suspects accusés d’avoir agressé, volé et séquestré de force deux femmes dans une camionnette U-Haul.

Dans un communiqué, la police a déclaré jeudi qu’ils avaient été appelés sur l’autoroute 17 et Ladner Trunk Road à Delta, à environ 28 kilomètres au sud de Vancouver, pour répondre à un signalement d’une « personne désemparée ».

Là, ils ont trouvé une femme de 21 ans qui a déclaré avoir été agressée, volée et confinée dans une camionnette U-Haul avant de réussir à s’échapper.

Ils ont également appris qu’une autre femme était toujours confinée dans le fourgon.

La police a ensuite retrouvé la camionnette à Aldergrove, à environ 61 kilomètres au sud-est de Vancouver, où la GRC de Langley a arrêté un homme et une femme et a trouvé la deuxième victime, qui était indemne.

La police dit qu’elle recommande plusieurs accusations, y compris la séquestration et les voies de fait, et que l’enquête est en cours.

La police a déclaré qu’elle ne divulguerait pas l’identité des deux suspects, qui restent en garde à vue en attendant leur première comparution devant le tribunal, jusqu’à ce que les accusations aient été approuvées.

Continue Reading

Tandance