Connect with us

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Le marché d’artisanat d’artistes de Vancouver met en lumière les créateurs queer et trans du BIPOC

Published

on

Pour créer un espace qui lui manquait, une artiste de la Colombie-Britannique a décidé de mettre sur pied un marché d’artisanat de deux jours pour mettre en valeur les vendeurs queer et trans qui sont noirs, autochtones ou de couleur.

Le marché Flourish, qui s’est déroulé vendredi et samedi – en ligne et en personne à la Massey Arts Society au 23 East Pender St. à Vancouver – a présenté 21 artistes locaux qui ont vendu leurs bijoux, illustrations, artisanat et plus encore.

« Je remarquais juste il y a quelques années que les marchés étaient très inaccessibles financièrement pour beaucoup de gens. Les frais de vente sont souvent de 100 $, 200 $, donc je ne pouvais pas me permettre d’y participer », a déclaré l’organisatrice du marché Jotika Samant, qui est aussi une expressive art-thérapeute.

« J’ai aussi remarqué qu’il n’y avait pas beaucoup d’espaces pour que les personnes queer et trans de couleur vendent leurs créations, alors j’ai créé un espace. »

Jotika Samant encourage les gens à soutenir les marchés locaux, en particulier ceux qui présentent des artistes queer et trans de couleur. (Peggy Lam/CBC)

Les vendeurs d’artistes ont payé entre 20 $ et 40 $ pour participer, et ceux qui n’ont pas pu assister en personne ont participé en ligne.

« Je pense que les personnes vivant aux intersections ne sont pas toujours représentées », a-t-elle déclaré.

« Je voulais vraiment aider à créer un espace où des gens comme moi qui font de l’art sur des choses qui se passent dans nos vies… ont un espace pour vendre notre art. »

‘Je n’ai pas à expliquer ou à justifier mon existence’ : vendeur

Cai Brown, une artiste algonquine et métisse, a commencé à perler au plus fort de la pandémie de COVID-19.

« Le perlage est vraiment comme un médicament. C’est vraiment une guérison », ont-ils déclaré.

« Apprendre à faire quelque chose que vous savez que vos ancêtres ont fait aussi longtemps… continuer cette pratique est tout simplement merveilleux.

Un perleur autochtone est assis à son stand d'artisanat
Cai Brown est une perleuse algonquine et métisse, qui a déclaré s’être inscrite en tant que vendeuse chez Flourish parce qu’elle voulait un espace sûr pour vendre son artisanat. (Peggy Lam/CBC)

Brown dit qu’ils s’inspirent de leurs amis, de leur communauté et du monde qui les entoure.

« Je fais des boucles d’oreilles, des épingles… toutes sortes de petites choses. Certaines sont sur le thème des plantes, d’autres ressemblent plus à des petites bestioles. J’aime beaucoup les insectes », ont-elles déclaré.

Brown s’est inscrit sur le marché parce qu’ils aiment vendre dans un environnement qui les fait se sentir en sécurité.

tableau montrant l'artisanat de perles de Cai Brown
Cai Brown dit qu’ils ont commencé à perler au plus fort de la pandémie. (Peggy Lam/CBC)

« Vendre dans un espace accueillant pour les homosexuels est vraiment important pour moi parce que j’ai l’impression de ne pas avoir à expliquer ou à justifier mon existence en tant que personne », ont-ils déclaré.

« Je sais que je vais être en sécurité et traité avec respect et il n’y aura pas de questions sur mon identité ni sur mes preuves. »

Le marché a augmenté en huit ans

Au cours des dernières semaines, Samant a reçu des demandes de 10 autres vendeurs souhaitant vendre en personne – qu’elle n’a pas pu accueillir en raison du manque d’espace.

Mais elle dit que l’espace pourrait être plus grand l’année prochaine.

« Les gens sont tellement excités », a-t-elle déclaré. « C’est quelque chose qui est vraiment très demandé. »

Samant a lancé le premier marché Flourish depuis son domicile en 2015, avec cinq vendeurs. L’événement annuel a eu lieu pour la dernière fois en 2018.

Le samedi, il y avait 16 vendeurs en personne et quelques centaines de visiteurs sont passés.

Un client s'arrête pour regarder des boucles d'oreilles.
Des centaines de personnes ont visité le marché Flourish les 16 et 17 décembre, qui comprenait un total de 21 vendeurs en personne et en ligne. (Shawn Foss/CBC)

« C’est agréable d’avoir à nouveau des gens dans cet espace, cet aspect communautaire du rassemblement des gens m’a manqué », a déclaré Samant.

« Je suis également ravi de soutenir les artistes pour gagner de l’argent parce que je sais que cela a été très difficile pendant la pandémie, donc cela me réchauffe vraiment le cœur. »

image de stands d'artisanat
Jotika Samant a lancé le marché Flourish en 2015. Elle dit que le premier a eu lieu chez elle, avec cinq vendeurs. (Shawn Foss/CBC)

Elle encourage les gens à soutenir les marchés locaux, en particulier ceux qui présentent des artistes queer et trans de couleur.

« Recherchez des espaces dans lesquels vous n’êtes pas habituellement … recherchez votre marché local », a déclaré Samant.

« Essayez vraiment de soutenir les membres de la communauté. »

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Nous examinons les moyens de sortir de la dépendance en Alberta. Lisez ce que nous avons découvert jusqu’à présent

Published

on

Par

(Radio-Canada)

CBC Calgary a lancé lundi une série d’une semaine explorant les personnes et les décideurs à la recherche de The Way Out of Addiction en Alberta.

Il explore le rétablissement, la réduction des méfaits et l’accès à un approvisionnement sûr. Il raconte également les histoires des personnes touchées.

S’il y a quelque chose qui vous a touché, ou un angle que l’équipe a manqué ou si vous avez une autre histoire à partager concernant les dépendances, nous vous écoutons.

CBC Calgary veut cette rétroaction. Nous demandons si vous pouviez le mettre dans ce formulaire afin que nous ne perdions rien.

En attendant, si vous avez manqué une partie de notre série, veuillez trouver les liens vers chaque article ci-dessous.


Marshall Smith explique pourquoi il veut bâtir des communautés de rétablissement à travers l’Alberta

Marshall Smith est le chef de cabinet de la première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, et l’architecte d’un changement fondamental dans la façon dont l’Alberta entend aborder la dépendance aux opioïdes et le traitement dans la province.

L’Alberta veut devenir l’épicentre canadien du mouvement de traitement et de rétablissement. Et l’homme derrière le mouvement est Marshall Smith.

Autrefois toxicomane et sans-abri, il a maintenant l’oreille des politiciens à travers le pays.


Une femme se tient dans sa cuisine dans une robe noire tenant un kit d'opioïdes sur ordonnance, comprenant des lingettes désinfectantes, des bouteilles et des aiguilles.
Ophelia Black s’est vu prescrire un opioïde très puissant pour aider à lutter contre les troubles graves liés à l’utilisation d’opioïdes. (Judy Aldous/CBC)

Une femme de 21 ans de Calgary poursuit le gouvernement de l’Alberta pour maintenir l’accès à sa prescription d’un opioïde très puissant, qui, selon elle, l’a sauvée d’une surdose de drogues illicites.


Une pilule divisée en deux est posée sur une table.
CBC Calgary explore les gens et les décideurs qui cherchent une issue à la dépendance en Alberta. (Radio-Canada)

Nous avons documenté le changement fondamental qu’effectue l’Alberta dans la façon dont les toxicomanies sont traitées dans cette province.

Cela aidera-t-il ou blessera-t-il?

Alors que nous continuons à raconter ces histoires, nous voulons avoir de vos nouvelles. Dites-nous ce que vous pensez des histoires que vous avez lues ou entendues. Et avez-vous une expérience personnelle à partager ?

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Le décès récent d’un membre des Premières Nations relance les appels à des mesures de sécurité le long de l’autoroute 901

Published

on

Par

Reuben Breaker le voit tout le temps — des membres de la Nation Siksika courant et marchant le long de l’autoroute 901.

Il fait partie du groupe de travail sur la sécurité publique du pays et dit que c’est un spectacle courant.

« Ils prendront sur eux de marcher jusqu’en ville ou de commencer le voyage vers Strathmore ou quoi que ce soit dans l’espoir d’être pris en charge », a déclaré Breaker.

« Alors un membre de la famille va les voir et les récupérer… c’est comme ça depuis longtemps. »

En janvier 2021, Bradley Valentino Black Horse, membre de la nation Siksika, a été frappé et tué alors qu’il marchait sur l’autoroute. Les dirigeants communautaires disent qu’ils sont toujours confrontés à des conditions dangereuses sur cette route, ce qui a entraîné la mort d’un autre membre sur la même autoroute le mois dernier.

Un mémorial le long de l’autoroute 901 pour Bradley Valentino Black Horse. (Terri Trembath/CBC)

« Nous y sommes, deux ans plus tard, et il y a toujours des transports et des passants qui conduisent encore de manière excessive et erratique dans ces zones de vitesse modifiées … mettant le trafic local en danger », a déclaré Breaker.

Breaker a déclaré que de nombreux membres du pays ont des ressources limitées pour se déplacer et que beaucoup utilisent souvent l’autoroute comme artère principale pour se rendre là où ils doivent être.

Quelques changements en cours de route

Lorsque cet incident tragique s’est produit il y a deux ans, Breaker, avec d’autres dirigeants, s’est rendu dans la province et s’est battu pour que la limite de vitesse soit réduite.

En réponse aux préoccupations en matière de sécurité, le ministère des Transports et des corridors économiques a déclaré avoir mené un examen de la sécurité de l’autoroute 901, des intersections connexes et de l’utilisation piétonne de l’autoroute. Le réexamen de sûreté a débuté en juillet 2021 et s’est achevé en décembre 2021.

À la suite de l’examen, une modification de la limite de vitesse a été effectuée en mars 2021 et la vitesse a été réduite de 100 km/h à 80 km/h.

Un panneau le long d'une autoroute destiné à alerter les plongeurs sur les piétons
L’un des nombreux panneaux installés dans le cadre d’une recommandation provinciale visant à améliorer la sécurité le long de l’autoroute 901 (Terri Trembath/CBC)

« Ils ont écouté, ils l’ont laissé tomber à 80 kilomètres dans diverses zones », a déclaré Breaker.

« Pas tout un tronçon continu, juste à travers certaines zones résidentielles. »

La province a également installé 6 panneaux « Watch For Pedestrians On Highway » supplémentaires ainsi que des feux clignotants doubles sur les deux panneaux existants.

Une route dangereuse

L’autoroute 901 est une autoroute non divisée qui relie l’autoroute 22X dans le sud-est de Calgary à l’autoroute 1 à l’est de Gleichen. Depuis un certain nombre d’années, les dirigeants Siksika disent que c’est devenu dangereux pour les membres en raison du nombre croissant de camions et de véhicules qui passent à toute vitesse.

Phoenix Running Rabbit voit le danger potentiel de première main. Il est agent de la paix avec la nation Siksika et patrouille sur les autoroutes, arrêtant souvent les excès de vitesse sur la route.

« Nous les informons qu’il y a des animaux sur la route, il y a des piétons sur la route, nous avons beaucoup de gens qui marchent d’un endroit à l’autre », a déclaré Running Rabbit.

Il dit que, le plus souvent, il entend des excuses des automobilistes qu’il arrête.

« Le GPS indique 100 kilomètres, ils ne sont pas d’ici, ils ne savent pas que c’est 80 », a-t-il déclaré.

L’autoroute 901 est une autoroute provinciale non divisée qui va de l’autoroute 22x dans le sud-est de Calgary à l’autoroute 1 à l’est de Gleichen, la majeure partie passant par la Première nation Siksika. (Google)

En vertu de la Loi sur la sécurité routière, les agents de la paix de Siksika peuvent arrêter les conducteurs, mais ils ne peuvent pas émettre de contraventions.

Running Rabbit a déclaré que les panneaux de limitation de vitesse peuvent prêter à confusion et que l’ajout de panneaux d’arrêt ou même de feux pourrait être une meilleure mesure préventive.

Les recommandations incluent l’éducation, les parcours, mais pas de financement

Selon les statistiques de la GRC, il y a eu huit décès le long de l’autoroute 901 entre 2004 et 2023, dont le décès le plus récent en janvier de cette année.

Parallèlement aux modifications de la limite de vitesse, la province a fait des recommandations à Siksika, notamment en envisageant des sentiers communautaires et un programme d’éducation à la sécurité des piétons « pour aider la communauté à comprendre les risques associés à la marche ou à la traversée d’une autoroute ».

« Ces recommandations sont sur notre radar depuis au moins six ans sous ma direction », a déclaré Breaker. « Et ça allait être à nos frais. »

Dans une déclaration envoyée à CBC News, le ministère des Transports et des corridors économiques a confirmé que les recommandations données à Siksika n’incluaient aucun financement.

« C’est triste que les décisions soient prises par des statistiques », a déclaré Breaker. « Pour nous, un membre mort d’une nation, c’est trop. »

Les prochaines étapes, a-t-il dit, consistent à établir leur force de police dans l’espoir que l’application de la loi puisse atténuer les risques et prévenir d’autres tragédies pour la communauté.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La dépendance de l’Alberta à l’égard des infirmières contractuelles pourrait éroder davantage le système de santé, selon les critiques

Published

on

Par

Les hôpitaux et les centres de soins de santé de l’Alberta sont devenus de plus en plus dépendants des infirmières contractuelles et d’autres travailleurs pour rester fonctionnels – une tendance qui, selon les critiques, doit s’arrêter avant qu’elle n’érode une main-d’œuvre publique déjà assiégée.

Les données contractuelles publiées publiquement par Alberta Health Services montrent que le plus grand fournisseur de soins de santé de la province a plus que décuplé ses dépenses en personnel au cours des sept dernières années.

« Cela montre à quel point les choses vont vraiment mal », a déclaré Heather Smith, présidente des United Nurses of Alberta, lors d’une entrevue. « Il n’y a pas de soulagement à court terme. Il n’y a pas de formule magique pour y remédier du jour au lendemain. »

Heather Smith, présidente des United Nurses of Alberta, a déclaré qu’elle s’inquiétait de l’état de la main-d’œuvre infirmière. (Peter Evans/CBC)

Smith a déclaré que les 30 000 infirmières psychiatriques autorisées et autorisées de l’Alberta (IA et IPA) se font de plus en plus dire de faire des heures supplémentaires obligatoires et de répondre à des appels désespérés pour venir pendant leurs jours de congé.

Ces infirmières reçoivent également des SMS de recruteurs, leur proposant de travailler avec des agences privées, a déclaré Smith.

Les avantages peuvent être substantiels, dit-elle. Salaire plus élevé. Meilleur équilibre travail-vie personnelle. Temps de vacances qui ne sera pas annulé.

« Nous recevons de plus en plus de demandes [from nurses] tout le temps », a déclaré Heather Pringle, propriétaire de l’agence de recrutement Nurse Relief, Inc. « Des personnes qui souhaitent quitter le poste régulier et être en mesure de prendre en charge leur propre carrière et d’être leur propre patron. »

Nurse Relief fournit des IA, des infirmières auxiliaires autorisées (IAA) et des aides-soignants aux établissements de plusieurs provinces. Depuis deux ans, l’entreprise est l’un des principaux fournisseurs d’AHS en personnel de relève.

En 2015-2016, AHS a dépensé moins de 400 000 $ sur deux contrats de 12 mois avec deux agences de placement pour fournir des travailleurs dont le besoin était urgent.

En 2021-2022, AHS avait signé 15 contrats avec 10 agences qui étaient prêtes à fournir des IA, des IAA et des aides-soignants si nécessaire. AHS a dépensé près de 5,2 millions de dollars pour ces contrats.

Les contrats d’AHS n’incluent pas les installations exploitées par Covenant Health, qui gère les hôpitaux catholiques et les centres de soins de santé de l’Alberta.

CBC a fait quatre demandes d’information à Covenant Health en trois mois. Vendredi, Covenant Health a fourni des données agrégées sur les dépenses de son agence de recrutement remontant à novembre 2020.

Au cours de l’exercice 2021-22, Covenant Health a versé plus de 259 000 $ à cinq agences de recrutement.

Au cours de la période de neuf mois d’avril à décembre 2022, ces dépenses ont bondi à 2,2 millions de dollars avec sept agences.

Au 6 janvier, Covenant Health comptait 35 IA et IAA d’agences privées travaillant dans des hôpitaux ruraux et des établissements de soins continus, ce qui représentait environ 1% de leur effectif infirmier, a déclaré la conseillère en communication Carla Howatt dans un e-mail.

La concurrence mondiale pour les travailleurs a poussé Covenant à utiliser plus d’agences que par le passé, a-t-elle déclaré.

La dépendance d’AHS à l’égard des agences s’est intensifiée lorsque le COVID-19 est arrivé en Alberta au printemps 2020, a déclaré un porte-parole.

Un rapport préparé pour le gouvernement de l’Alberta il y a un an par EY Canada sur la durabilité du système de santé montre que les travailleurs de la santé de la province démissionnent, font des heures supplémentaires et se rendent malades à des taux considérablement plus élevés qu’il y a quelques années.

Les taux de postes vacants pour les IA, les IAA et les autres professionnels de la santé ont bondi entre 2019 et 2021.

Les propriétaires d’agences et les universitaires affirment que la tendance est similaire partout au Canada et dans certains autres pays développés.

Smith, le président de l’UNA, a déclaré qu’au cours des années précédentes, les employés de l’agence – parfois appelés infirmiers de voyage – étaient principalement envoyés dans des hôpitaux ruraux et éloignés en manque de personnel.

Lorsque les infirmières ont commencé à les voir dans les salles d’urgence et les unités de soins intensifs d’Edmonton et de Calgary en 2022, le syndicat a commencé à demander à AHS des rapports de routine sur l’endroit où travaillaient les infirmières des agences.

Une compilation de ces rapports de juillet à décembre 2022 montre jusqu’à 41 infirmières d’agence placées à l’hôpital régional de Grande Prairie, 39 à l’hôpital de l’Université de l’Alberta à Edmonton et jusqu’à 20 à l’hôpital régional de Red Deer.

Le nombre d’infirmières contractuelles fluctue.

En mai 2022, AHS comptait 220 travailleurs intérimaires au travail. Cela a bondi à 341 en octobre. Au 5 janvier, il était tombé à 231. AHS n’a pas suivi les infirmières contractuelles sur tous les sites avant mai 2022.

Le porte-parole d’AHS, Kerry Williamson, a déclaré que l’augmentation à l’automne était presque entièrement en dehors d’Edmonton et de Calgary, où il est plus difficile de recruter des travailleurs.

Pourtant, même avec des entrepreneurs comblant les lacunes, les hôpitaux et les centres de santé ferment toujours des lits et ferment temporairement leurs portes, a déclaré Chris Gallaway, directeur exécutif du groupe de défense Friends of Medicare.

Au 31 janvier, AHS recensait 31 « interruptions de service temporaires » dans les établissements de la province.

« Nous sommes dans une crise de personnel », a déclaré Gallaway. « Et nous ne voyons pas de réponse qui la traite comme une crise. »

La flexibilité et le salaire sont de gros atouts

La convention collective de l’UNA prévoit une échelle salariale de 38 $ à 51 $ l’heure pour les IA sans responsabilités de gestion.

CBC News a trouvé des annonces d’infirmières de voyage pour des stages dans des régions rurales et éloignées de l’Alberta payant jusqu’à 85 $ de l’heure.

Étant donné que les employés viennent de partout au pays, les agences paient également les frais de déplacement et d’hébergement des travailleurs.

AHS ne divulguerait pas les détails de ses contrats, y compris le nombre d’heures de travail qu’ils incluaient ou les tarifs facturés par les agences.

Melanie Olsen est propriétaire de Select Medical Connections, basée à Burnaby, en Colombie-Britannique, l’une des agences fournissant des travailleurs à AHS. Elle compte environ 400 travailleurs répartis dans toutes les provinces et territoires canadiens sauf trois.

Olsen a déclaré que la demande d’infirmières, d’IAA et d’aides-soignants augmentait depuis environ 15 ans. Elle s’est accélérée pendant la pandémie.

Décider combien facturer dépend des forces du marché et de l’emplacement, a-t-elle déclaré. Elle a dit que les tarifs dans certains endroits ont grimpé en raison de la demande.

« Nous avons gardé certaines infirmières dans la profession qui envisageaient autrement leurs options », a déclaré Olsen.

Son agence ne chasse pas les infirmières en activité pour les attirer hors du système public, a-t-elle déclaré.

soins infirmiers, soins de santé, agence de soins infirmiers, travailleurs de la santé, postes vacants, pénurie d'infirmières, Alberta, soins de santé en Alberta
Heather Pringle est propriétaire de l’agence de placement Nurse Relief Inc., qui fournit des travailleurs à AHS depuis deux ans. (Soumis par Heather Pringle)

Pringle, propriétaire de Nurse Relief, a fondé son agence à Edmonton en 2008 après avoir elle-même travaillé sept ans comme infirmière contractuelle. Elle a dit qu’elle était attirée par la sous-traitance parce que cela lui permettait de conserver une plus grande partie de ses revenus.

Les travailleurs intérimaires ont besoin de taux de rémunération plus élevés pour souscrire une assurance médicale privée et pour couvrir les cotisations d’assurance-emploi et de retraite, a-t-elle déclaré.

Pringle fixe ses tarifs en demandant à l’infirmière de quel salaire elle aurait besoin pour accepter une affectation.

« Il est plus facile de trouver des infirmières lorsque vous allez leur offrir exactement ce qu’elles valent », a-t-elle déclaré.

Le récit édifiant du Québec

Jason Sutherland, professeur de santé publique à l’Université de la Colombie-Britannique, a déclaré qu’employer des travailleurs à temps plein est généralement plus rentable que de compter sur des infirmières contractuelles d’agences de placement.

Bien que la demande croissante puisse entraîner une prolifération d’agences de dotation en personnel de santé, elle pourrait également donner aux travailleurs de la santé plus de poids pour exiger de meilleures conditions de travail et une meilleure rémunération, a déclaré Sutherland.

« L’équilibre du pouvoir s’est déplacé du plus grand employeur vers les mains des infirmières en ce moment. »

soins infirmiers, soins de santé, main-d'œuvre de la santé, dotation, C.-B., Colombie-Britannique, Québec, agences d'infirmières, agences de dotation, privatisation
Damien Contandriopoulos est professeur de sciences infirmières à l’Université de Victoria. (Soumis par Damien Contandriopoulos)

Damien Contandriopoulos, professeur de sciences infirmières à l’Université de Victoria et originaire du Québec, affirme que l’expérience de la province avec les infirmières d’agence devrait être un récit édifiant pour le reste du pays.

Aucune règle n’empêchait les infirmières frustrées du système public québécois d’accepter des emplois dans des agences privées avec un salaire plus élevé et de meilleures conditions de travail – puis de retourner travailler dans les mêmes hôpitaux, a-t-il déclaré.

L’hémorragie des infirmières vers le secteur privé a entraîné des soins de santé plus coûteux, une baisse de la qualité des soins et des grandes salles d’urgence de Montréal si dépourvues de personnel qu’elles ont dû fermer temporairement, a-t-il déclaré.

« Cela devrait vraiment être une sonnette d’alarme pour les citoyens et le gouvernement », a déclaré Contandriopoulos. « Ils ont essayé. Ça a lamentablement échoué. Ne le fais pas. »

Les politiciens québécois ont promis de présenter une loi limitant le recours aux agences de dotation en personnel de santé dans la province.

Mais en décembre, le gouvernement du Québec a lancé des appels d’offres pour que des entreprises fournissent le service équivalent de 4 600 travailleurs de la santé à temps plein.

« Une fois que le dentifrice est sorti du tube, il est très très difficile de le remettre en place », a déclaré Contandriopoulos.

L’Alberta veut réduire le recours aux agences

AHS et Covenant Health disent tous deux mettre l’accent sur le recrutement et la rétention du personnel afin de ne pas dépendre autant des agences. Au 1er février, AHS comptait près de 2 300 emplois affichés, dont 78 % dans les soins de première ligne.

Williamson a déclaré que les employés d’AHS (ou de ses filiales et partenaires) qui démissionnent ou prennent leur retraite, puis vont travailler pour une agence de recrutement ne peuvent travailler dans aucune installation d’AHS dans les six mois suivant leur départ de l’organisation.

Steve Buick, attaché de presse du ministre de la Santé Jason Copping, a déclaré que la dépendance de l’Alberta à l’égard des agences devrait diminuer à mesure que le gouvernement s’efforce de former et d’importer davantage de travailleurs de la santé.

Le gouvernement finance 2 500 places supplémentaires dans les études postsecondaires dans les domaines de la santé, qui seront ajoutées sur trois ans. Il finance également un programme de transition pour les infirmières formées à l’étranger.

Depuis 2019, AHS a augmenté le nombre d’infirmières autorisées, d’IAA et d’aides-soignantes employées en permanence, a déclaré Buick.

AHS a déclaré que les travailleurs intérimaires représentent une infime fraction de sa main-d’œuvre de première ligne.

En novembre, AHS comptait 341 IA, IAA et aides-soignants fournis par des agences travaillant dans toute la province, sur un total d’environ 50 000 employés dans ces professions. Le personnel de l’agence comprenait 232 IA – moins d’un pour cent de l’effectif total de l’AHS de plus de 30 000 IA, a déclaré Williamson.

Le président de l’UNA, Smith, a déclaré que cette réponse écartait la gravité de la situation de sous-effectif.

En l’absence de plan provincial de ressources humaines en santé préparé depuis 2008, les hôpitaux doivent se démener pour trouver des solutions non durables comme les agences, a-t-elle déclaré.

« C’est un pansement sur une plaie béante. »

Continue Reading

Tandance