Connect with us

Football

Le but de Cavallini donne aux Canadiens une égalité 2-2 avec Bahreïn lors de l’échauffement de la Coupe du monde

Published

on

Le Canada, qui manque certains de ses meilleurs talents, a égalé Bahreïn 2-2 sur le but de Lucas Cavallini à la 81e minute lors d’un match de préparation à la Coupe du monde vendredi.

Après que Bahreïn ait pris les devants à la 65e minute depuis le point de penalty, cela a payé pour ne pas avoir dégagé le ballon. Le remplaçant Zachary Brault-Guillard a envoyé un centre bas qui a rebondi sur la jambe de Cavallini et un défenseur, déviant dans le but de Bahreïn.

Le but a finalement été considéré comme un but contre son camp, plutôt que le numéro 18 pour l’attaquant des Whitecaps de Vancouver, qui a semblé faire une petite danse pour mettre sa jambe sur le ballon. Mais il a ensuite touché le défenseur à côté de lui.

Les Canadiens ont eu un avant-goût des conditions qui les attendent au Qatar. Il faisait 29 degrés Celsius au coup d’envoi (18h30 heure locale) au stade Al-Khalifa.

REGARDER | Les forces canadiennes font match nul avec Bahreïn :

Le Canada fait match nul avec Bahreïn avant la Coupe du monde

L’équipe nationale masculine du Canada a égalé Bahreïn 2-2 dans un match amical avec la Coupe du monde de la FIFA à l’horizon.

Le Canada, classé 41e au monde comparativement au n ° 85 pour Bahreïn, a contrôlé la majeure partie du jeu et a mené tôt, mais a payé pour une erreur dans une première mi-temps qui s’est terminée à égalité 1-1. Bahreïn s’est montré menaçant en contre-attaque.

Bahreïn a pris les devants 20 minutes après le début de la seconde période sur un penalty d’Abdulla Yusuf après qu’Alistair Johnston ait frappé Mohamed Marhoon au bord de la surface de réparation. Le gardien canadien Dayne St. Clair a mis la main sur le penalty mais n’a pas pu l’arrêter

Bahreïn a montré un côté physique tôt avec Mark-Anthony Kaye tombé dans un tacle difficile.

Ismael Kone a ouvert le score à la sixième minute avec son premier but pour le Canada, à sa quatrième apparition. Kamal Miller, avec un long ballon du plus profond du territoire canadien, a trouvé son coéquipier du CF Montréal, qui a utilisé une première touche habile pour dépasser un défenseur et se diriger vers le but sans interférence, battant le gardien de Bahreïn Ebrahim Lutfalla d’un tir haut.

Un but de Cavallini à la 12e minute, sur une passe de Jonathan Osorio, a été signalé hors-jeu.

Bahreïn a répondu à la 14e minute contre le cours du jeu par Mahdi Haumaidan. Après que Kaye n’ait pas réussi à corréler une passe à l’arrière, Yusuf a battu Joel Waterman et a trouvé Haumaidan dans la surface de réparation. Son tir rapide a échappé à Johnston et St. Clair, qui ont mis la main droite sur le ballon mais n’ont pas pu le retenir.

Le tir dévié de Yusuf a touché le poteau de but à la 16e minute après un autre revirement canadien. Et Yusuf, qui joue dans son club de football pour l’Indonésien Persija Jakarta, a forcé un arrêt en plongeon de St. Clair avec un tir puissant à la 32e minute.

Les deux équipes ont chacune réussi deux tirs cadrés en première mi-temps, les Canadiens ayant 62 % de possession de balle.

Kone aurait dû inscrire un deuxième but à la 50e minute mais sa tête est passée à côté d’un but vide après un beau centre de Raheem Edwards, qui a battu son homme pour le délivrer. Richie Laryea a trouvé Osorio au second poteau quelques minutes plus tard mais un défenseur de Bahreïn a empêché un tir.

St. Clair n’a eu aucun problème à repousser un coup franc cadré de Marhoon à la 62e minute, mais a semblé chancelant sur le corner qui a suivi.

Le Canada annoncera son alignement pour la Coupe du monde dimanche avec l’entraîneur John Herdman, qui a utilisé 39 joueurs lors des qualifications, se contentant d’une finale de 26. Certaines décisions ont déjà été prises pour lui avec le gardien Maxime Crepeau et le défenseur Scott Kennedy indisponibles en raison d’une blessure.

REGARDER | Les blessures s’accumulent pour le Canada avant la Coupe du monde :

Alphonso Davies Injury & Christine Sinclair rejoint le spectacle | Football Nord

L’hôte Andi Petrillo vous informe des dernières mises à jour sur les blessures d’Alphonso Davies, et est ensuite rejoint par l’invitée spéciale Christine Sinclair.

Le défenseur Doneil Henry devait diriger le Canada vendredi, marquant sa deuxième fois comme capitaine, mais il a été forfait en raison d’une blessure à l’échauffement. Waterman, faisant ses débuts au Canada, a commencé à sa place avec Samuel Piette en tête de l’équipe.

Herdman n’avait pas son équipe complète pour le match de Bahreïn, avec presque tous ses joueurs basés en Europe toujours en action avec leurs clubs. Ils seront libérés après les matchs du week-end avec ceux sélectionnés sur la liste de la Coupe du monde en direction de Doha.

Le Canada sans contributeurs clés

Les Canadiens joueront un dernier match, contre le Japon (24e), à ​​Dubaï jeudi prochain avant leur match d’ouverture de la Coupe du monde contre la Belgique, 2e, le 23 novembre.

Pour le camp et le match de Bahreïn, Herdman comptait sur le talent de la MLS ainsi que sur le milieu de terrain Liam Fraser qui joue en Belgique pour KMSK Deinze. Dix-huit des 21 joueurs du camp provenaient de Montréal, Toronto et Vancouver (dont l’ailier torontois Jacob Shaffelburg prêté au Nashville SC).

REGARDER | Le Canada monte en puissance avant la Coupe du monde :

Le Canada a-t-il quelque chose à prouver lors des matchs amicaux contre Bahreïn, au Japon?

L’hôte Andi Petrillo est rejoint par l’ancienne joueuse de CanWNT Kaylyn Kyle pour décomposer les prochains matchs amicaux du Canada avant la Coupe du monde et discuter de la récente série de blessures avant le Qatar.

Les joueurs du TFC et de Vancouver au camp n’avaient pas vu de match depuis la finale de la saison régulière de la MLS le 9 octobre. Montréal a quitté les séries éliminatoires le 23 octobre dans une défaite de 3-1 contre le New York City FC en demi-finale de l’Association de l’Est.

Pour certains, la pause a été encore plus longue. Avant vendredi, Osorio n’avait joué que 18 minutes depuis le 20 août en raison d’un syndrome post-commotionnel. Il a remporté sa 56e sélection pour le Canada vendredi et avait l’air vif, jouant le match complet.

Étape importante pour Herdman, Johnston

Le match de Bahreïn a également été une étape importante pour Herdman et Johnston.

Herdman a marqué son 46e match international « A » à la tête des hommes canadiens, le plaçant à la deuxième place sur la liste de tous les temps devant Stephen Hart avec une fiche de (31-10-5). Bob Lenarduzzi détient le record à 62 ans.

Johnston a disputé son 27e match consécutif pour le Canada, égalant le record détenu par l’ancien capitaine Bruce Wilson. Le joueur de 24 ans d’Aurora, en Ontario, a fait ses débuts contre les Bermudes en mars 2021 lors du premier match de qualification du Canada pour la Coupe du monde et est un incontournable depuis.

Johnston, qui a remporté sa 29e sélection vendredi, n’a pas manqué une sortie du Canada depuis un match à Aruba en juin 2021.

St. Clair, ne remportant que sa deuxième sélection, a commencé dans le but derrière un arrière trois de Waterman, Johnston et Miller et un milieu de terrain de Laryea, Samuel Piette, Kaye et Edwards avec Osorio et Kone jouant derrière Cavallini.

Le 11 partant canadien avait un nombre de sélections combiné de 293, mené par Piette (65) et Osorio (56).

Fraser, Brault-Guillard, Ayo Akinola, Jayden Nelson, Shaffelburg et Lukas MacNaughton, faisant ses débuts canadiens, sont entrés en jeu en deuxième demie. Miller, qui semblait favoriser une jambe, est sorti à la 71e minute.

Pour Akinola, il s’agissait d’une première apparition pour le Canada depuis sa blessure au genou contre les États-Unis en juillet 2021 lors de la Gold Cup.

Football Nord est diffusé tous les vendredis sur CBC Gem, CBCSports.ca et la chaîne YouTube de CBC Sports. Pendant la Coupe du monde, l’émission sera diffusée en direct après tous les matchs du Canada tant qu’elle restera dans le tournoi.

Football

Les jeunes joueuses de soccer de London ravies pour la ligue professionnelle féminine du Canada

Published

on

Par

Cindy Lee, 15 ans, a joué au soccer pendant la majeure partie de sa vie en tant que milieu de terrain défensif pour le club des Whitecaps de Londres et espère un jour représenter l’équipe du Canada à une future Coupe du monde féminine.

Et ce rêve s’est rapproché d’elle lorsqu’elle a appris qu’une ligue professionnelle nationale était en cours pour 2025. Lee pense que cela ouvrira de nombreuses portes aux athlètes féminines comme elle qui cherchent à faire carrière dans le sport.

« Il est temps pour la diversité et plus d’opportunités d’emploi », a-t-elle déclaré. « Il y a tellement de talents dans ce pays et cela débloquera beaucoup de nouveaux talents et renforcera également les plus anciens. »

Lundi, les stars du football Christine Sinclair et Diana Matheson ont partagé leurs plans avec CBC Le National de lancer une ligue nationale, avec huit équipes à travers le Canada. Deux d’entre eux seront le Vancouver Whitecaps FC et le Calgary Foothills Soccer Club.

Pour Lee, le sport l’a aidée à établir des liens durables avec ses coéquipiers, mais aussi à développer des compétences dans tous les autres domaines de la vie, a-t-elle déclaré.

« Nous pouvons tous nous rassembler et travailler vers un objectif commun. Même si vous jouez dans des équipes opposées, vous pratiquez tous un sport pour le plaisir, en essayant de participer à une compétition amicale », a-t-elle ajouté.

Cindy Lee espère également voir un jour ses coéquipières actuelles des Whitecaps dans la ligue professionnelle. (Isha Bhargava/Nouvelles de CBC)

Portia Metcalfe, 15 ans, pense que c’est une période passionnante pour les femmes dans toutes sortes de sports. Elle essaiera certainement de se qualifier pour la ligue, a-t-elle déclaré.

« Il est important de montrer le développement des joueurs et de voir différents talents, et avoir une nouvelle équipe est plutôt cool », a-t-elle déclaré. « Le football est un sport intéressant et c’est très motivant de se lever et de jouer. »

Une chance de développer des acteurs locaux

L’entraîneur de Lee et Metcalfe, Robyn Brady, voit la nouvelle ligue comme une opportunité pour les jeunes joueurs locaux de développer leur talent et de continuer à pratiquer le sport jusqu’à l’âge adulte.

« En ce moment, si les filles veulent jouer après l’université ou à un niveau professionnel, elles doivent le faire en dehors de ce pays, car il n’y a pas beaucoup d’opportunités pour les joueuses de le faire ici », a-t-elle déclaré.

De nombreux athlètes de Brady sont dans la force de l’âge pour se qualifier pour la ligue, car nombre d’entre eux iront à l’université dans les années à venir. Avoir la possibilité de rejoindre une ligue à leur disposition est une excellente nouvelle, a-t-elle déclaré.

L’entraîneure Robyn Brady croit que la ligue est une excellente occasion de développer à la fois les joueurs locaux et les entraîneurs. (Isha Bhargava/Nouvelles de CBC)

Brady trouve que cela limite la façon dont elle et d’autres entraîneurs peuvent développer de jeunes joueurs car le bassin d’athlètes de football locaux est beaucoup plus faible. Mais cette limitation s’applique également aux entraîneurs.

« L’important pour la ligue n’est pas seulement de donner des opportunités aux joueurs, mais aussi aux entraîneurs de notre pays et de développer également l’entraînement, ce qui ne fera qu’améliorer notre programme pour les jeunes », a déclaré Brady.

Lee est convaincue que l’équipe féminine a de fortes chances de se qualifier pour une Coupe du monde un jour prochain avec toute la recherche de talents qui se déroule à travers le pays, mais sait que ce sera compétitif.

« Je vais juste faire de mon mieux et m’amuser au football en ce moment, mais j’espère voir beaucoup de mes coéquipiers aussi progresser là-haut », a-t-elle déclaré.

Continue Reading

Football

Un téléphone perdu retrouve un nouvel ami dans le parc Al Bidda de Doha

Published

on

Par

Chris Jones est au Qatar pour couvrir la Coupe du monde masculine pour CBC Sports.

Je me suis finalement accroché à un match de football de ramassage à Doha.

Nous avons joué jeudi matin au parc Al Bidda, un complexe tentaculaire qui comprend un terrain en gazon clôturé. Notre coup d’envoi à 10 heures était destiné à éviter la pire chaleur de la journée, mais nous étions toujours les seules personnes dans tout ce parc. Un petit homme gentil vêtu d’une veste de sécurité bleue nous a ouvert la porte et s’est installé pour regarder.

Mon jeu était avec un groupe de journalistes. Nous avons joué au football bien, amusant et en sueur. Julien Laurens, un écrivain français à ESPN, était particulièrement pratique, et à un moment donné, il a frappé une volée qui a établi une connexion incroyablement pure avec mes deux testicules, comme Mike Tyson conduisant dans un speedbag. C’était vraiment un coup de fou cataclysmique.

Qu’il s’agisse d’une douleur tonitruante à l’aine ou d’un coup de chaleur naissant, j’ai fait quelque chose après la fin que je ne ferais pas normalement : j’ai rangé mes affaires trempées et j’ai supposé que mon téléphone était dans un sac à dos. J’étais si fatigué. Je le pêcherais plus tard.

J’ai réalisé que je n’avais pas mon téléphone après être retourné à mon appartement, prendre une douche et prendre un bus pour le centre des médias de la Coupe du monde. Plus précisément, j’ai réalisé que je n’avais pas mon téléphone lorsque je suis allé entendre Louis van Gaal, l’entraîneur-chef des Pays-Bas, tenir le terrain. La FIFA a une application qui fournit une traduction immédiate. J’ai commencé à fouiller dans mon sac à dos.

J’ai dézippé poche après poche. Mon téléphone n’était pas dans mon sac à dos.

Un homme fait du jogging au parc Al Bidda, à Doha. (Kamran Jebreili/Associated Press)

Je me suis assis là à écouter van Gaal parler néerlandais pendant 30 minutes, essayant de comprendre ce que j’avais fait avec mon téléphone. (Les gens ont ri plusieurs fois à ce que van Gaal a dit. Je n’ai aucune idée de ce qu’il a dit.)

Mon téléphone a dû tomber de mon sac à dos quand je suis rentré prendre une douche, après le match.

J’ai pris un bus pour rentrer chez moi. J’ai cherché partout. Mon téléphone n’était pas là non plus.

Où était mon téléphone ? Est-ce que je l’ai laissé dans l’Uber que j’avais paresseusement emmené au jeu de ramassage ? Non, j’avais pris une photo de Doha avec mon téléphone depuis le gazon. Et puis je le mettrais dans mon sac à dos, non ?

Ou est-ce que je l’ai laissé sur le banc ?

Oh non.

Maintenant, dans le grand schéma des choses, un téléphone perdu n’est pas la fin du monde. Pendant mon séjour au Qatar, on me rappelle chaque minute de chaque jour à quel point j’ai de la chance. Je ne suis pas à des millions de kilomètres de chez moi, risquant ma vie dans la chaleur et le sable, gagnant quelques dollars par jour.

Un téléphone perdu n’est toujours pas idéal. Je ne serais pas en mesure d’appeler ou d’envoyer des SMS à ma famille ou à mon travail. Je ne comprendrais pas une autre conférence de presse en dehors de celle de l’Angleterre. Uber, Google Maps, Twitter — pas Twitter ! – ne seraient pas disponibles pour moi, et je me suis beaucoup appuyé sur eux ici.

Un héros en veste bleue

Comme je ne pouvais pas appeler un Uber, j’ai commencé à courir de mon appartement au parc. Peut-être que personne n’avait joué au football depuis que nous l’avions fait, me dis-je entre deux halètements. Peut-être que mon téléphone était toujours posé sur le banc.

Au moment où je suis arrivé, ma poitrine se soulevait et il faisait nuit. Une bande d’adolescents jouait là où nous avions joué, plus raisonnablement, sous des lumières. J’ai demandé à travers la clôture s’ils avaient vu mon téléphone. Ils secouèrent la tête. J’ai demandé à un Indien qui balayait à proximité si le parc avait un objet trouvé. Il ne comprenait pas ce que je voulais dire.

Puis un homme vêtu d’une veste de sécurité bleue est venu vers moi – le même petit homme gentil qui avait déverrouillé la porte pour nous près de huit heures plus tôt et nous avait regardés jouer au football. Il avait un grand sourire sur son visage et lui tendit la main.

« Salut, » dit-il. « Je pense que vous cherchez votre téléphone. »

« Oui! » J’ai dit. « Oui! Je cherche mon téléphone. »

« Je l’ai trouvé ce matin, » dit-il. Il avait trouvé mon téléphone sur le banc, après notre départ. Il a dit qu’il s’était promené avec ça dans sa poche pendant des heures, en supposant que je reviendrais le chercher. Quand je ne l’ai pas fait, il l’a apporté au bureau du parc. Mon téléphone était là.

Je l’ai remercié mille fois et lui ai demandé son nom.

« Je m’appelle Victor », a-t-il déclaré.

Certains des nombreux membres du personnel travaillant au fan festival au parc Al Bidda. (Claudio Villa/Getty Images)

Victor fait partie des millions de travailleurs migrants au Qatar et se compte parmi les plus chanceux. Il n’a pas à nettoyer les toilettes ni à pelleter la poussière. Son travail consiste à s’occuper du parc. Mon téléphone coûterait encore plusieurs mois de salaire à Victor. Il avait gardé mon téléphone en sécurité et l’avait ensuite apporté au bureau du parc.

« Puis-je vous donner de l’argent ? » J’ai dit.

« Je ne m’attends pas à ça », a déclaré Victor.

« Je voudrais vous donner de l’argent, » dis-je.

Victor était très clairement déchiré à l’idée d’accepter de l’argent. Je m’en foutais. J’étais tellement reconnaissant. C’est une longue histoire, mais tout ce que j’avais dans mon portefeuille était un billet de 100 dollars américains que je garde quand je voyage au cas où. Je le lui ai remis.

« Non, non, non, » dit Victor.

« J’ai besoin que tu prennes ça, » dis-je.

Victor secoua la tête.

« Ça va, Victor, » dis-je. « Je suis un homme très chanceux. Et tu es un homme très bon. »

Victor s’est mis à pleurer. J’ai commencé à pleurer. Victor et moi nous sommes à nouveau étreints et serrés la main sous les lumières, puis j’ai couru au bureau du parc. Il a fermé en huit minutes.

Là, un autre homme, le responsable, avait mon téléphone. Je lui ai demandé d’où venait Victor.

« Victor est kenyan », a déclaré le responsable.

« J’adore Victor du Kenya », lui ai-je dit.

J’ai regardé mon téléphone. Il y avait des messages de mes parents, mes amis et mes enfants. J’ai commencé à répondre et j’ai recommencé à pleurer.

Je suis un homme très chanceux et j’aime tellement Victor du Kenya à Doha.

Continue Reading

Football

L’international canadien Koné « reconnaissant » le CF Montréal pour lui avoir donné son départ

Published

on

Par

En mars 2021, Ismaël Koné, 19 ans, a été invité au camp d’entraînement de l’équipe première de CF Montréal.

Un an et demi plus tard, le profil de l’international canadien est monté en flèche, gagnant une convocation dans la première équipe canadienne de Coupe du monde depuis 1986 et un transfert au club anglais du Watford FC.

Alors qu’une nouvelle aventure attend Koné en Europe, il dit qu’il se souviendra toujours avec émotion de son entrée dans les rangs professionnels avec l’équipe de sa ville natale.

« J’ai toujours voulu jouer en Europe. Les plus grands championnats, la Ligue des champions Europa League, c’est comme ça que j’y arrive », a déclaré Koné lors d’une vidéoconférence jeudi. « Les coéquipiers, le groupe et l’entraîneur que j’avais [in Montreal] tout a tellement aidé. Tout le monde autour était en mission et nous savions quoi faire. Je suis reconnaissant envers cette équipe et je le dirai jusqu’à la fin de ma carrière. »

Né en Côte d’Ivoire, Koné avait sept ans lorsqu’il est arrivé au Canada. Il a fait ses débuts au CF Montréal le 23 février, marquant lors d’une victoire 3-0 en Ligue des champions de la CONCACAF contre l’équipe mexicaine Santos Laguna. Il s’est amélioré à un rythme étonnant au cours de la saison suivante de la Major League Soccer.

Il a vu l’action dans chacun des trois matchs du Canada à la Coupe du monde, sortant du banc contre la Belgique, la Croatie et le Maroc. Il a remporté neuf sélections en tout.

REGARDER | Le Canada quitte la Coupe du monde :

Le Canada quitte la Coupe du monde après une 3e défaite et se tourne vers 2026

La course d’Équipe Canada à la Coupe du monde a pris fin après une défaite de 2-1 contre le Maroc. Malgré le record de défaites consécutives, l’avenir s’annonce prometteur pour l’équipe alors que le Canada se prépare à accueillir la Coupe du monde en 2026.

« Il nous a encore surpris par la rapidité avec laquelle il s’est amélioré »

Entre ses performances scintillantes et sa première convocation internationale à un si jeune âge, il semblait que les jours de Koné à Montréal étaient comptés.

« Sa progression a été incroyablement rapide », a déclaré le président du CF Montréal, Gabriel Gervais. « Bien sûr, nous avons vu son potentiel, mais il nous a quand même étonnés par la rapidité avec laquelle il s’est amélioré. »

Il y avait un intérêt d’un autre espoir de Premier League à Sheffield United plus tôt cet été, mais le mouvement a finalement échoué en raison de la fermeture de la fenêtre de transfert et de Koné voulant terminer la saison avec Montréal.

Watford, qui est actuellement quatrième du championnat de deuxième division d’Angleterre, a fini par être le club qui a gagné ses services.

« Ils avaient une offre depuis un certain temps maintenant, mais terminer la saison avec Montréal et la Coupe du monde étaient mon principal objectif », a déclaré Koné. « Je voulais aller dans un club qui me voulait vraiment et qui avait fait ses preuves dans l’amélioration de la revente de jeunes joueurs, et je suis content de mon choix. »

Bien que Koné n’ait pas encore parlé avec le manager de Watford, Slaven Bilić, il semble qu’il assumera un rôle box-to-box au milieu de terrain.

C’est un rôle qu’il a appris au cours de son séjour à Montréal, étant venu au club en tant qu’ailier et milieu de terrain offensif. Le jeu défensif de Koné s’est considérablement amélioré en jouant aux côtés de Victor Wanyama et Samuel Piette à Montréal.

Koné se présentera à Watford pour l’entraînement le 26 décembre et sera disponible pour la sélection le 7 janvier lors du match de la FA Cup contre le Reading FC

Continue Reading

Tandance