Connect with us

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La renaissance d’East Village a commencé il y a 15 ans ; il y a encore beaucoup de travail à faire

Published

on

Ken Peach est un pionnier de l’East Village. Il a acheté un condominium de deux chambres dans l’une des premières tours neuves et brillantes qui ont vu le jour dans ce qui était autrefois décrit comme la communauté la plus négligée, la plus opprimée, la plus oubliée et la plus dangereuse de Calgary.

Sept ans plus tard, il s’est enraciné dans la communauté. Il a rejoint l’East Village Neighborhood Association il y a cinq ans; il est président depuis deux ans. Il organise des événements communautaires, essayant d’encourager les gens à sortir de leurs condos pour se mêler à leurs voisins.

Ce qu’il aimerait voir, c’est plus de gens dans la communauté, plus de dynamisme et plus de développement.

« Nous aurions dû voir plus de tours ici qu’il n’y en a actuellement, mais l’économie s’inscrit dans cette image », a déclaré Peach lors d’une récente interview à la bibliothèque du centre-ville, l’un des joyaux architecturaux d’East Village.

Peach ne blâme pas la Calgary Municipal Land Corporation (CMLC) pour le ralentissement apparent de la construction. Il dit que la société de développement appartenant à la ville a fait face à de nombreux vents contraires. Ces difficultés comprenaient la grande récession de 2008, une inondation en 2013, une baisse majeure des prix du pétrole en 2014-15 et une pandémie mondiale qui a complètement interrompu les ventes de terres en 2020.

Les négociations pour l’achat de l’un des meilleurs sites piétinent depuis des années. Un promoteur a perdu un dépôt de 1 million de dollars à CMLC après avoir omis de commencer la construction à temps.

Deux grandes parcelles de terrain aménageables au cœur de la communauté restent des parkings car leurs propriétaires ne devraient pas commencer la construction avant un certain temps.

« Nous aurions aimé voir plus de choses faites maintenant. Mais des circonstances indépendantes de notre volonté et du contrôle de la CMLC ont en fait empêché cela », a-t-il déclaré.

La majeure partie du développement s’est produite sur les bords extérieurs de la communauté.

Les images satellites montrent plusieurs grands parkings en surface au centre de la communauté qui restent sous-développés. Pratiquement tous les nouveaux aménagements se sont produits aux abords extérieurs du quartier.

Ken Peach, président de l’East Village Neighborhood Association, se dit déçu que le développement de la communauté n’ait pas « progressé aussi vite » qu’il le pensait. La CMLC indique que 1 500 condos ont été construits depuis la première vente de terrains en 2010. (Bryan Labby/CBC)

Alors, qu’est-ce qui a été construit jusqu’à présent? Combien de parcelles de terrain sont vides ? Qu’est-il arrivé à l’engagement vieux de dix ans de fournir des logements abordables dans l’East Village ? La Calgary Municipal Land Corporation est-elle sur la bonne voie avec son projet d’accueillir 11 500 personnes dans 3 900 unités résidentielles du quartier?

Le plan : 11 500 personnes, 3 900 condos

Alors que la société de développement de la ville se vante de tout ce qui a été accompli, il reste encore beaucoup à faire, selon Peach et les défenseurs du logement.

L’objectif initial, selon les documents de planification de CMLC, est qu’East Village abrite 11 500 personnes et 3 900 nouveaux condos et appartements d’ici 2027.

CMLC indique que 1 500 condos ont été construits jusqu’à présent et 400 autres sont en construction. Il dit qu’environ 4 000 personnes vivent dans la région.

« Nous apprécions l’inquiétude et l’urgence que la communauté souhaite voir, comme une communauté pleinement développée, en quelque sorte, dès que possible. Nous avons certainement navigué dans les circonstances du marché qui ont affecté le moment du développement dans la communauté au cours du passé nombre d’années », a déclaré Clare LePan, vice-présidente du marketing et des communications de la CMLC.

Il n’y a pas de nouveau calendrier pour la construction de la zone.

Clare LePan est vice-présidente du marketing et des communications pour la Calgary Municipal Land Corporation, l’agence municipale qui développe et supervise les ventes de terrains à East Village. (Bryan Labby/CBC)

« Le calendrier d’achèvement de la construction future dépendra des dates d’achèvement de quelques sites de développement qui sont encore au stade de la planification », a déclaré LePan.

« Nous pensons que le nombre d’unités et les objectifs de population sont toujours réalistes. »

La pandémie a freiné les ventes et le développement des terres, mais les perspectives pour 2023 sont meilleures.

« Nous sommes vraiment optimistes quant au fait que nous regagnerons en quelque sorte cette traction dans la communauté, pour voir certains des futurs sites qui ne sont pas encore développés innover et vraiment compléter ce que la vision d’East Village appelait pour la première fois quand il était publié pour la première fois en 2009 », a déclaré LePan.

Les deux parcelles en surbrillance montrent quels développements la Calgary Municipal Land Corporation s’attend à voir se poursuivre en 2023. (Google)

Les transactions foncières récentes impliquent Minto Communities Canada, Alston Properties et One Properties. Les promoteurs promettent plusieurs centaines de nouveaux condos au cours des prochaines années. Lorsque l’achat du terrain d’Alston a été annoncé il y a un an, CMLC a déclaré que la construction commencerait à l’été 2022, mais cela ne s’est pas produit. La société n’a pas répondu à une demande de mise à jour.

Un certain nombre de tours ont vu le jour au fil des ans, mais le marché de la propriété a changé et les promoteurs sont passés des condos aux locations.

Beaucoup a été fait, mais il n’y a actuellement qu’un seul chantier de construction actif.

  • Cidex a terminé une tour de location de 28 étages.
  • Fram + Slokker a construit deux tours de condos, la Verve de 25 étages et la First de 18 étages.
  • Bosa Development a achevé l’Evolution Pulse de 33 étages, l’Evolution Fuse de 21 étages et l’Arris de 24 étages. Une quatrième tour, de 42 étages, est en construction.
  • Il y a un immeuble en copropriété de 14 étages appelé Ink et N3, un immeuble en copropriété de 16 étages.
  • Deux hôtels, de 11 et 14 étages, ont également été construits.

Selon la CMLC, les investissements du secteur privé dans East Village ont atteint cette année 300 millions de dollars, ce qui porte le total à 3 milliards de dollars à ce jour.

Cela fait-il vraiment 15 ans ?

Le conseil municipal a voté il y a 15 ans pour créer CMLC. Dave Bronconnier était maire et le monde était au bord d’une crise financière paralysante et d’une récession mondiale.

La CMLC a été chargée de préparer les 49 acres (20 hectares) de terrain pour le développement. Cela comprenait la construction de nouvelles routes, la construction d’un passage souterrain, l’installation de nouveaux services publics, de lampadaires, de protection contre les inondations, de sentiers et d’un pont piétonnier vers l’île Saint-Patrick.

Il a fallu trois ans avant que la première parcelle de terrain ne soit vendue. En 2010, Bosa Development a acheté un site le long de l’avenue Riverfront qui abrite maintenant Pulse and Fuse, un immeuble de hauteur moyenne et des maisons en rangée. De l’autre côté de la rue, l’entreprise termine sa deuxième tour de location, qui se trouve au sommet de la seule épicerie du quartier.

Les premiers résidents à emménager dans le nouvel East Village ont commencé à déballer en 2015.

Le Centre national de musique, la Bibliothèque centrale et le Platform Innovation Centre and Parkade ont ouvert leurs portes. Plusieurs bâtiments historiques ont été rénovés et ramenés à la vie. Un certain nombre d’espaces de vente au détail, de restauration et commerciaux ont également ouvert.

Logement du marché, taux du marché

Le plan d’East Village a depuis longtemps promu l’abordabilité comme une caractéristique du quartier, CMLC affirme que tous les 1 500 nouveaux condos et appartements sont basés sur les taux et les loyers du marché. Aucun n’est subventionné ou proposé à des tarifs inférieurs à ceux du marché.

Une analyse récente des propriétés locatives disponibles a révélé que le prix le plus bas pour un appartement d’une chambre est de 1 750 $ par mois. Les appartements de trois chambres vont de 2 800 $ à 4 000 $. Les condos de deux chambres à acheter varient de 259 900 $ à 650 000 $.

Vibrant Communities Calgary (VCC), qui milite pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de l’offre de logements abordables à Calgary, affirme qu’il y a plus de 81 000 ménages dans la ville qui ont besoin de logements abordables. Ce sont des ménages qui consacrent plus de 30 % de leur revenu au logement.

La liste d’attente pour un logement subventionné par l’intermédiaire de la Calgary Housing Company est estimée à 6 000 personnes.

Meaghon Reid, directrice exécutive de l’organisation à but non lucratif, affirme que dans le quartier 7, qui comprend East Village, plus d’un quart des ménages consacrent plus de 30 % de leurs revenus au logement. Spécifique à East Village, elle dit que la zone est hors de portée pour de nombreuses personnes.

« Nous pourrions faire beaucoup mieux pour nous assurer que nous ciblons le développement vers ces logements abordables pour les personnes qui veulent être proches des commodités comme le transport en commun et le centre-ville », a déclaré Reid.

Un parking privé entre les sixième et septième avenues et les quatrième et cinquième rues SE se trouve à côté des tours de condos d’origine construites dans l’East Village. La CMLC indique qu’un permis de développement actif existe pour le site. (Bryan Labby/CBC)

Reid dit que les jeunes professionnels et les professionnels à mi-carrière sans enfants sont les plus susceptibles de pouvoir se permettre de vivre à East Village.

Elle dit qu’il n’est pas trop tard pour inclure des logements subventionnés hors marché dans East Village.

Reid dit que le logement coopératif est une option; il en va de même pour l’obligation d’un certain nombre d’unités abordables dans un nouveau développement.

Reid dit que la communauté serait probablement plus dynamique si les familles, les nouveaux arrivants et les personnes de différentes tranches de revenu pouvaient se permettre d’y vivre.

« À quoi voulons-nous que l’East Village ressemble ? À qui voulons-nous vivre ici ? Et puis c’est comme ça qu’il faut construire. potentiel. Je ne suis pas sûr que nous atteindrons ce potentiel, à cause de qui nous évitons le village.

Options de logement abordable

La CMLC dit qu’elle ne peut rien faire pour s’assurer que des logements abordables sont inclus dans un nouveau projet. LePan dit que cela serait géré par le processus d’approbation réglementaire de la ville.

« Nous avons essayé de faire venir des développeurs avec une gamme de prix, bien qu’ils soient actuellement tous basés sur le marché », a-t-elle déclaré.

« Il existe une gamme de prix au sein de la communauté. Je pense certainement que ce logement abordable est un élément qui pourrait être exploré plus avant pour en quelque sorte réduire la barrière à l’entrée dans le produit résidentiel », a-t-elle déclaré.

Peach dit que des options plus abordables pourraient aider à attirer des familles et d’autres personnes dans le quartier.

« Ce serait bien de voir cette coupe transversale. Et j’ai toujours dit qu’une vraie communauté doit avoir tous les niveaux socio-économiques ainsi que toutes les données démographiques, y compris les jeunes, les familles, les personnes âgées et les professionnels », il a dit.


Bryan Labby est journaliste d’entreprise à CBC Calgary. Si vous avez une bonne idée d’article ou un conseil, vous pouvez le joindre à [email protected] ou sur Twitter à @CBCBryan.

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Jennifer Jones revient au championnat canadien de curling féminin sous les couleurs du Manitoba

Published

on

Par

Jennifer Jones a battu Abby Ackland 10-5 dimanche pour remporter le championnat de curling féminin du Manitoba et se qualifier pour le Tournoi des Cœurs Scotties.

Jones a marqué deux points dans quatre des six premières manches à Winnipeg. Elle a glacé la victoire avec une autre paire au huitième bout.

Rachel Homan a mérité la place de l’Ontario au championnat national du 17 au 25 février à Kamloops, C.-B., avec une défaite de 9-2 sur Hollie Duncan.

Stacie Curtis a battu Heather Strong 11-8 dans la finale de Terre-Neuve-et-Labrador.

Jones, six fois championne nationale, apparaîtra dans son 17e Hearts en carrière. Homan de l’Ontario est trois fois vainqueur.

Les finales féminines en Saskatchewan et dans le Nord de l’Ontario étaient prévues pour plus tard dimanche et celles de la Nouvelle-Écosse pour lundi.

Jones, Homan et Curtis se sont joints à Suzanne Birt (Île-du-Prince-Édouard), Clancy Grandy (BC), Laurie St-Georges (Québec), Andrea Kelly (Nouveau-Brunswick), Kerry Galusha (Territoires du Nord-Ouest), Hailey Birnie (Yukon), Brigitte MacPhail (Nunavut) et la championne en titre Kerri Einarson de Gimli, Man., dans le peloton de 18 équipes pour le championnat national.

Trois équipes qualifiées proviendront du Système de classement des équipes canadiennes (CTRS) de Curling Canada parmi les trois meilleures équipes non qualifiées.

L’ancienne vice-présidente de Jones, Kaitlyn Lawes, Casey Scheidegger et Ackland de l’Alberta étaient les trois meilleures équipes non qualifiées au classement CTRS de dimanche.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Cet homme de Calgary a pour mission de marcher dans toutes les rues de la ville

Published

on

Par

Des températures négatives à deux chiffres n’empêcheront pas le Calgarien Mark Shupe d’aller se promener – en fait, peu le feront.

Depuis 2018, le comptable à la retraite s’est donné pour mission de marcher dans toutes les rues de la ville, ce qui a été déclenché après une blessure au dos qui l’a empêché de courir.

Shupe, qui est maintenant auteur, a eu deux crises cardiaques en 2020, ce qui a retardé le voyage, mais il a déclaré que la marche l’avait permis de continuer.

« Ils m’ont dit que marcher était la meilleure chose que je puisse faire pour rester en vie », a-t-il déclaré. « Difficile de trouver une meilleure motivation que celle-là. »

Il utilise une carte de la ville et délimite les rues après les avoir parcourues.

Mark Shupe garde une trace de l’endroit où il a marché avec cette carte. (Tom Ross/CBC)

« Je connais la ville à peu près à la page de la carte … vous allez à Marlborough – c’est à la page 33 de la carte », a déclaré Shupe.

Il a vu des orignaux, des hiboux, des coyotes, des cerfs et « beaucoup de beaux paysages ».

« Des vues sur les montagnes, des vues sur la rivière, différents parcs, la faune, des vues sur Nose Hill depuis toutes sortes de directions différentes », a déclaré Shupe.

« Et puis vous obtenez la superview, qui est le centre-ville, la rivière et les montagnes derrière … c’est une beauté que vous obtenez de tant d’endroits différents et je cherche toujours à l’obtenir. »

Lana Shupe, l’épouse de Mark depuis 30 ans, dit qu’elle joue souvent le rôle de chauffeur, mais Mark trouvera des endroits où ils pourront revenir ensemble.

« Nous sommes extrêmement fiers de lui et c’est devenu une fierté familiale », a-t-elle déclaré.

« Nous avons trois enfants et ils disent à tout le monde et tous leurs amis disent : « Oh, tu as le père le plus cool de tous les temps. » »

Shupe prévoit de terminer sa carte en marchant sur la 17e avenue et de célébrer avec une pinte de bière dans un restaurant.

Après cela, dit-il, il va explorer les rues qui ont été construites après la réalisation de sa carte.

« Je vais probablement revenir en arrière et faire certaines de ces rues. »

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Voici comment les étudiants de Calgary réinventent le centre-ville

Published

on

Par

Les espaces publics du Downtown West de Calgary ont toujours intrigué Ian Hernandez.

Vivant dans la région, l’étudiant en études urbaines et président de l’Association des étudiants de Calgary urbains (Urban CSA) a pris des idées qu’il a vues lors de ses voyages et de ses cours dans le but d’améliorer la région.

« Je pense que nous pouvons améliorer considérablement le potentiel piétonnier de notre ville, en particulier dans le centre-ville ouest », a déclaré Hernandez.

« Il y a beaucoup d’opportunités là-bas pour créer plus d’espaces pour que les gens puissent réellement profiter de l’espace public. »

Pour de nombreuses personnes, cette partie de la ville a toujours été un excellent choix pour les étudiants souhaitant vivre à proximité du centre-ville – elle est assez proche des scènes de la vie nocturne de Beltline et de la 17e avenue et est à un court trajet en transit du poste de Calgary. -campus secondaires.

Hernandez dit qu’il veut donner aux étudiants et aux jeunes les moyens de réimaginer à quoi pourrait ressembler l’avenir de leur quartier du centre-ville.

Les dessins du Sketch Mob sont mis en page. (Tom Ross/CBC)

« Beaucoup d’étudiants vivent ou visitent le centre-ville et il est important qu’ils aient un intérêt dans son avenir », a-t-il déclaré.

Avec son groupe, il a eu l’idée que les étudiants jouent un rôle actif dans l’élaboration de ce à quoi pourrait ressembler la région. Il l’appelle le Sketch Mob.

Dynamisme et sécurité

Samedi, un groupe d’étudiants d’Urban CSA est descendu dans la rue pour dessiner des façons inventives de moderniser les quartiers.

Sydney Ikeda fait partie de ceux qui ont bravé le froid ce jour-là. Tout au long de son diplôme en études urbaines, elle a commencé à réfléchir de manière plus critique aux changements qui peuvent être apportés à Calgary pour améliorer des choses comme l’accès et la mobilité.

« Une grande partie revient au domaine public, la sécurité publique est une très grande chose », a-t-elle déclaré.

« Et le simple fait d’amener les gens dans l’environnement et enthousiasmés par l’environnement bâti va vraiment beaucoup changer ces espaces. »

Un homme vêtu d'une veste noire s'est agenouillé en dessinant sur une feuille de papier vierge.
Ian Hernandez, le président d’Urban CASA, dessinant lors de la première Sketch Mob. (Tom Ross/CBC)

Elle espère que si plus de gens y réfléchissent, cela contribuera à redonner plus de dynamisme à la région.

Mise en œuvre et politique

Le projet est une occasion pour des groupes de jeunes Calgariens de se rendre dans la communauté et de réinventer les espaces publics par le biais de croquis, de discussions, d’exploration et de pensée créative.

Et il s’aligne sur un principe fondamental de la ville en mettant à jour sa stratégie du centre-ville.

« Nous voulions vraiment voir plus de diversité dans le centre-ville, dans le sens où de nombreux types de personnes différentes dans le centre-ville, les gens utilisent le centre-ville à différents types de journées », a déclaré Kate Zago, urbaniste à la ville de Calgary.

« Nous aimerions voir plus de jeunes au centre-ville, plus d’étudiants universitaires au centre-ville. »

Le Sketch Mob inaugural de samedi s’est concentré sur la 11 Street SW, entre la 6 Avenue SW et la 9 Avenue SW, la 10 Street SW, entre la 6 Avenue SW et la 9 Avenue SW et la 6 Avenue SW et la 4 Street SW

Les croquis terminés seront partagés en ligne et affichés à la Bibliothèque publique centrale cette année.

Certaines des idées proposées par les étudiants pourraient éventuellement être adoptées par la ville, a déclaré Zago, créant un cadre qui vient vraiment de l’esprit et des carnets de croquis de ses jeunes citoyens.


Jeune Calgary

CBC Calgary est à la recherche de plus de jeunes voix pour aider à façonner les nouvelles.

Vous pouvez rejoindre notre communauté de messagerie texte pour partager vos idées.

Mettez en valeur les héros de votre vie. Parlez-nous des défis auxquels vous faites face et faites des suggestions sur ce que vous aimeriez voir couvrir ensuite par CBC Calgary.

Cela pourrait être amusant, et nous promettons de vous tenir au courant tout au long du parcours. C’est gratuit et confidentiel. Désabonnez-vous à tout moment.

Continue Reading

Tandance