Connect with us

Canada

La Police provinciale de l’Ontario a ciblé 54 travailleurs agricoles migrants à la recherche d’un violeur, selon un tribunal de l’Ontario

Published

on

Advertisements

Les droits de dizaines de travailleurs agricoles migrants ont été examinés par un tribunal ontarien dans le cadre d’une plainte découlant d’un incident survenu en 2013 impliquant la poursuite d’un violeur présumé. (Radio-Canada)

La police provinciale a ciblé racialement 54 travailleurs agricoles migrants lors de la chasse à un violeur présumé en 2013, forçant des dizaines de travailleurs à remettre des échantillons d’ADN malgré des preuves physiques « évidentes » qu’ils ne correspondaient pas à la description du suspect, selon le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario .

La décision récente est la première fois que l’organisme provincial de surveillance des droits se prononce sur la façon dont les organismes d’application de la loi effectuent des balayages d’ADN et, peut-être le plus important, sur la façon dont la police interagit avec les travailleurs agricoles migrants – une population que l’arbitre a qualifiée de « groupe vulnérable et facilement identifiable » qui sont « clairement différenciés de la communauté à prédominance blanche ».

La décision de 64 pages met également en évidence le déséquilibre de pouvoir flagrant entre les travailleurs agricoles migrants participant au Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) du Canada, leurs employeurs canadiens et la police, selon Shane Martinez, l’avocat des droits de la personne basé à Toronto qui représente les travailleurs du Cas.

« La décision a beaucoup de poids pour nous en termes de justification de ces 54 travailleurs pour une expérience qui était tout simplement flagrante en termes d’inconduite policière », a-t-il déclaré.

« La Police provinciale de l’Ontario est au courant de la décision et la révise actuellement », a déclaré le sergent de la Police provinciale de l’Ontario. Carlo Berardi, coordonnateur par intérim des relations avec les médias, a déclaré jeudi dans un courriel à CBC News. « Il serait inapproprié de commenter davantage pour le moment. »

La Police provinciale de l’Ontario fait l’objet d’une discrimination fondée sur la « race, la couleur, le lieu d’origine »

Alors qu’elle enquêtait sur l’agression sexuelle violente d’une femme vivant seule chez elle dans le comté rural d’Elgin en 2013, la Police provinciale de l’Ontario a fait preuve de discrimination contre des dizaines de travailleurs agricoles migrants « en raison de leur race, de leur couleur et de leur lieu d’origine », a écrit Marla Burstyn, arbitre du Tribunal des droits de la personne de l’Ontario, dans une décision publiée lundi.

La femme a déclaré aux enquêteurs que son agresseur était noir, de sexe masculin et jeune ; et dans la mi-vingtaine. Il mesurait entre 5 pieds 10 et 6 pieds. Elle croyait également qu’il était un travailleur migrant avec ce qu’elle pensait être un accent jamaïcain.

S’ils ne fournissaient pas leur ADN à la police, ils ne seraient pas ramenés à la ferme pour travailler.– Shane Martinez, avocat des travailleurs migrants

Sur la base de ces informations, l’OPP a commencé à fouiller les cinq fermes les plus proches et a finalement décidé de demander des échantillons d’ADN volontaires aux travailleurs, ce que le tribunal note qu’aucun des agents n’avait d’expérience.

Le plaignant principal dans l’affaire, Leon Logan, un travailleur agricole migrant de la Jamaïque, a décrit avoir été conduit par son employeur à des policiers qui attendaient dans des véhicules banalisés sur la propriété agricole.

Son patron a expliqué qu’il y avait eu un viol et que Logan devait donner aux agents un échantillon d’ADN pour effacer son nom. S’il ne le faisait pas, lui a dit le fermier, il ne serait plus autorisé à travailler et serait probablement renvoyé en Jamaïque.

« Ce que nous avons vu dans cette affaire, c’est que la police a en fait exploité la relation employeur-employé en se rendant chez l’employeur des travailleurs migrants et en leur demandant de les aider à rassembler les travailleurs migrants », a déclaré Martinez.

« S’ils ne se conformaient pas à l’enquête policière, s’ils ne fournissaient pas leur ADN à la police, ils ne seraient pas ramenés à la ferme pour travailler. »

L’agresseur a été manqué lors d’une enquête ADN

En quelques jours, 100 travailleurs agricoles de cinq fermes du comté d’Elgin ont vécu une expérience similaire et, comme Logan, 96 ont fourni des échantillons d’ADN, tandis que quatre ont refusé.

À aucun moment, Logan ou l’un des 99 autres travailleurs migrants n’a offert un téléphone, a noté l’arbitre, « pour appeler un avocat, ou qui que ce soit d’autre d’ailleurs, pour discuter de la demande de la police ».

« Il n’y a aucune preuve que la Police provinciale de l’Ontario a tenu compte des obstacles auxquels sont confrontés les travailleurs migrants dans l’exercice de ce droit à un avocat, comme la probabilité que les travailleurs migrants aient accès à un téléphone, leur niveau d’éducation et leurs compétences linguistiques, et la peur qu’ils peuvent avoir en exercer ce droit. »

De plus, le tribunal a déclaré que de nombreux hommes qui ont été interrogés pour leur ADN ne correspondaient « manifestement » pas à la description du suspect.

« Il existe des preuves, discutées ci-dessus, de travailleurs migrants à qui on a demandé un échantillon d’ADN même s’ils étaient beaucoup trop petits, trop lourds, trop vieux et/ou avaient trop de poils sur le visage, pour correspondre raisonnablement à la description », a déclaré l’arbitre. a écrit, notant que l’un des hommes interrogés ne mesurait que 5 pieds 2 pouces, était indien, pesait 100 livres et avait de longs cheveux noirs et une barbichette.

En fin de compte, note le rapport, aucun des échantillons d’ADN que la police a recueillis ne correspondait à ce qui a été trouvé sur les lieux du crime et la police « a manqué d’une manière ou d’une autre l’agresseur lors de la recherche d’ADN dans la première ferme ».

Le système SWAP est « pourri jusqu’à la moelle », déclarent les partisans

Ce n’est qu’en novembre 2013 que la police a arrêté Henry Cooper, qui a plaidé coupable d’agression sexuelle armée, de séquestration et de menaces de mort, et a été condamné à sept ans de prison. La décision note que la police a obtenu l’ADN de Cooper « sans son consentement » en récupérant une canette de boisson gazeuse, un plateau de tranches de pizza et une serviette qu’il avait jetée.

Logan avait demandé au tribunal 30 000 $ en compensation pour son traitement aux mains de la police. La Police provinciale de l’Ontario a fait valoir qu’il ne devrait pas toucher plus de 2 000 $. Le tribunal lui a accordé 7 500 $ pour « atteinte à la dignité, aux sentiments et au respect de soi ».

Alors que les défenseurs des travailleurs considèrent la décision sur les droits de l’homme comme une victoire, Chris Ramsaroop, qui fait partie du groupe Justice For Migrant Workers (Justicia for Migrant Workers, J4MW), a déclaré qu’il ne serait pas surpris si cela devait se reproduire.

« Il ne s’agit pas d’un seul employeur. Il ne s’agit pas de quelques policiers qui se livrent à des comportements flagrants. L’ensemble du système est pourri jusqu’à la moelle et nous devons apporter des changements fondamentaux. »

C’est pourquoi le groupe et leur avocat seront de nouveau devant le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario en novembre, pour fixer une date d’audience afin de forcer la Police provinciale de l’Ontario à créer un ensemble de politiques sur la façon dont les agents traitent les travailleurs migrants et la situation juridique et économique précaire. dans lesquels ils se retrouvent en participant au SAWP.

« Il s’agit de nous en tant que société qui se lève, condamne la police et met fin aux excès », a déclaré Ramsaroop. « Nous devons développer des politiques publiques fortes avec la participation des travailleurs migrants et le développement de la décision. »

Advertisements

Canada

Les travailleuses et travailleurs de l’éducation du SCFP de l’Ontario votent à 96,5 % en faveur d’un mandat de grève

Published

on

Par

Advertisements

Les travailleurs de l’éducation de l’Ontario, tels que les éducateurs de la petite enfance, les concierges et le personnel de l’administration scolaire, ont voté à 96,5 % en faveur d’une grève, a annoncé lundi le Syndicat canadien de la fonction publique.

Laura Walton, présidente du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP, affirme que l’équipe de négociation peut maintenant revenir à la table avec une indication claire du niveau d’appui des membres aux propositions du SCFP.

« [The message is that] les coupes dans l’éducation ne sont pas acceptables, qu’il faut de toute urgence plus de personnel éducatif de première ligne pour que les élèves réussissent et qu’il est temps d’augmenter significativement les salaires pour nous, les travailleurs de l’éducation les moins bien payés qui gagnent en moyenne 39 000 $ par an », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse. conférence lundi.

« Personne ne veut faire la grève, surtout pas les travailleurs de l’éducation les moins bien payés de l’Ontario, mais les travailleurs de l’éducation ont dit très clairement, si ce gouvernement ne bouge pas, nous sommes prêts à faire la grève pour un contrat qui est bon pour les étudiants, pour les familles et pour les travailleurs. . »

Plus de 80 pour cent de ses 55 000 membres travailleurs de l’éducation ont voté pendant 10 jours, a déclaré le SCFP.

Le SCFP a prévu des dates de négociation avec le gouvernement les jeudi, vendredi et 17 et 18 octobre.

Avant qu’une grève puisse avoir lieu, le syndicat devrait demander au conciliateur d’émettre un rapport « pas de conseil », ce qui signifie qu’un accord ne peut être conclu. Une fois ce rapport publié, le syndicat serait en position de grève légale 17 jours plus tard, et il doit également donner un préavis de cinq jours pour toute action professionnelle.

Le ministre de l’Éducation « extrêmement déçu » des résultats

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a déclaré que les résultats n’étaient pas surprenants, compte tenu de l’historique des votes des syndicats de l’éducation en faveur des grèves, mais il est néanmoins « déçu ».

« Alors que le SCFP avance vers une grève qui blesse les enfants et perturbe les familles – laissant derrière lui une offre raisonnable qui protège également les avantages sociaux et le régime de retraite les plus généreux du pays – nous continuerons de rester à la table pour nous assurer que les enfants restent en classe sans interruption jusqu’en juin », a déclaré Lecce dans un communiqué à CBC Toronto.

Le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a déclaré que les résultats n’étaient pas surprenants, compte tenu de l’historique des votes des syndicats de l’éducation en faveur des grèves, mais il est néanmoins « déçu ». (Evan Mitsui/CBC)

Le gouvernement a offert des augmentations de 2 % par année pour les travailleurs gagnant moins de 40 000 $ et de 1,25 % pour tous les autres travailleurs, tandis que le SCFP vise des augmentations annuelles de 11,7 %.

Advertisements

Walton a déclaré que l’offre du gouvernement s’élève à 800 $ de plus par an pour le travailleur moyen.

Elle a suggéré que les travailleurs ne peuvent pas se permettre de faire la grève et de perdre ces salaires, mais ils ne peuvent pas non plus se permettre de ne pas le faire, après des années de gel des salaires et d’augmentations de 1% des bas salaires.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de ne plus nous battre. Nous sommes littéralement au bord de la pauvreté », a déclaré Walton.

« À ce stade, les travailleurs ne peuvent pas se permettre que nous descendions [on our wage proposal]. Nous perdons des travailleurs quotidiennement. Les gens sont venus me voir et m’ont dit : « Je ne peux plus me permettre de continuer à faire le travail que j’aime ».

Le gouvernement a noté que le SCFP demande également cinq jours supplémentaires rémunérés avant le début de l’année scolaire, 30 minutes de temps de préparation rémunéré chaque jour et une augmentation de la rémunération des heures supplémentaires d’un multiplicateur de 1,5 à 2.

L’opposition accuse le gouvernement d’une éventuelle grève

Les partis d’opposition de l’Ontario ont blâmé le gouvernement qui, selon eux, refuse d’assurer des services adéquats dans les écoles.

« Ce gouvernement conservateur a entraîné nos enfants au bord de nouvelles perturbations scolaires », a déclaré la porte-parole du NPD en matière d’éducation, Chandra Pasma, dans un communiqué.

« Le premier ministre Doug Ford et le ministre Stephen Lecce ont utilisé l’année scolaire de nos enfants comme monnaie d’échange pour intimider les travailleurs de l’éducation les moins bien payés. »

Les cinq principaux syndicats de l’éducation sont en pleine négociation avec le gouvernement après l’expiration de leurs contrats le 31 août.

Advertisements

Continue Reading

Canada

Le Québec s’apprête à élire le prochain gouvernement alors que la CAQ vise un 2e mandat

Published

on

Par

Advertisements

Alors que les bureaux de vote fermeront à 20 h HE, les Québécois sauront bientôt quel parti formera leur prochain gouvernement. L’élection générale d’aujourd’hui est la 43e de l’histoire de la province.

À l’approche de cette élection, la Coalition Avenir Québec détenait 76 sièges à l’Assemblée nationale. Le Parti libéral du Québec forme l’Opposition officielle avec 27 sièges. Québec Solidaire (QS) et le Parti Québécois avaient respectivement 10 et 7 sièges. Les conservateurs du Québec en avaient un.

La CAQ, dirigée par le chef du parti François Legault, cherche à former un deuxième gouvernement majoritaire consécutif. Son premier mandat a été largement défini par sa gestion de la pandémie de COVID-19.

Les libéraux du Québec, sous Dominique Anglade, cherchent à rebondir après une défaite dévastatrice en 2018.

Advertisements

Le coût de la vie, les soins de santé et l’immigration sont parmi les questions qui ont dominé la campagne de cinq semaines. Tout au long de la campagne, la CAQ a détenu une avance considérable dans les sondages, les quatre autres principaux partis se disputant essentiellement la deuxième place.

Si vous souhaitez voter avant qu’il ne soit trop tard mais que vous ne savez toujours pas pour qui voter, voici la position des partis sur les principaux enjeux :

Selon Élections Québec, le taux de participation à 17 h 30 était de 45 %. C’est cinq points de pourcentage de plus qu’en 2018 à peu près au même moment.

Cette fois, un nombre record de 1,54 million (24,4 %) des 6,29 millions d’électeurs inscrits ont voté par anticipation, comparativement à 18 % lors de la dernière élection provinciale.

Advertisements

Continue Reading

Canada

Plus de communautés de l’Île-du-Prince-Édouard seront de nouveau alimentées en électricité d’ici mercredi, selon Maritime Electric

Published

on

Par

Advertisements

  • Si vos données ou Internet sont limités à la suite de la tempête post-tropicale Fiona, cliquez ici pour la version CBC Lite du site PEI.

Des milliers de ménages et d’entreprises de l’Île-du-Prince-Édouard toujours sans électricité devraient rallumer leurs lumières d’ici mercredi, a déclaré Kim Griffin de Maritime Electric lors d’une séance d’information provinciale lundi.

Griffin a déclaré que les équipes se concentreront sur le raccordement d’un certain nombre de communautés ou de quartiers spécifiques cette semaine avant qu’ils ne soient redéployés vers environ 10 000 clients individuels qui ont été coupés des lignes de transmission par des vents violents et la chute d’arbres lors de la tempête post-tropicale Fiona le 1er septembre. 24.

Elle s’attend à ce qu’environ 98% de tous les ménages, selon des circonstances particulières, aient le courant rétabli d’ici dimanche. Cela comprend 95 à 96 % des foyers avec des pannes individuelles.

« Ces équipages viennent vers vous », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse lundi sous les yeux du premier ministre Dennis King et d’autres responsables. « Ils font de plus en plus de progrès chaque jour et nous ne nous arrêterons pas tant que tous nos clients ne seront pas rétablis. »

Maritime Electric a promis de mettre à jour son site Web d’ici lundi soir avec une répartition des communautés insulaires sur la liste de réparation et quand elles peuvent s’attendre à ce que le courant soit rétabli.

Griffin a déclaré que le service public comptait 216 équipes de partout au pays travaillant pour rétablir le courant – d’aussi loin que la Colombie-Britannique et Terre-Neuve, avec une équipe supplémentaire qui devrait arriver lundi soir.

Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas d’équipe travailler devant votre maison ou dans votre rue qu’elle ne travaille pas nécessairement sur votre panne.—Kim Griffin

« Ce n’est pas parce que vous ne voyez pas d’équipe travailler devant votre maison ou dans votre rue qu’elle ne travaille pas nécessairement sur votre panne », a déclaré Griffin.

Lundi après-midi, le 10e jour après que la tempête post-tropicale Fiona a frappé l’Î.-P.-É., la vie revient en quelque sorte à la normale – mais environ 16 000 clients de Maritime Electric sont toujours sans électricité, ce qui signifie pas de lumière, de chauffage, d’eau chaude, de mauvaises connexions Internet et pour certains, pas d’eau courante non plus.

Une liste fournie par Maritime Electric lundi indiquant où le service public espère rétablir le courant d’ici le milieu de la semaine. (Radio-Canada)

Avec une moyenne de 2,3 Insulaires par ménage, cela fait plus de 36 000 personnes encore dans le noir.

Eleanor Crossley, qui vit sur Hutchison Court à Charlottetown, fait partie des dizaines de milliers d’Insulaires qui se sont réveillés avec l’électricité toujours coupée lundi matin.

« Il a fait très froid », a déclaré Crossley. « C’est dur avec un petit… C’est dur de garder un bébé au chaud dans une maison froide. »

Le fils de Crossley a 18 mois. Il n’a pas été possible de lui donner les fruits et légumes frais qu’elle fait habituellement. Avec des lignes toujours en place sur le trottoir de sa rue, elle ne pense même pas qu’il soit prudent de le faire sortir par la porte d’entrée. Elle n’est pas non plus à l’aise de sortir la voiture. Heureusement, elle a accès à une autre rue dans son jardin.

Eleanor Crossley dans sa rue.
Dix jours après que la tempête post-tropicale Fiona a frappé l’Île-du-Prince-Édouard, Eleanor Crossley n’a toujours pas d’électricité. Elle dit qu’elle a peur de sortir par sa porte d’entrée parce que les lignes électriques sont en panne autour de sa maison. (Gary Moore/CBC)

« Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi mauvais. Je m’attendais à trois, quatre jours – peut-être cinq – mais être ici dans la ville et avoir encore une file d’attente », a déclaré Crossley.

La mère de Crossley a retrouvé le pouvoir dimanche. Elle a dit qu’elle emménagerait probablement avec elle jusqu’à ce que le courant revienne dans sa rue.

La province fait des efforts pour revenir à la normale. La plupart des écoles ont rouvert lundi, ainsi que l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et le Holland College, et la fonction publique provinciale a été rappelée au travail jeudi.

Mais pour ceux qui n’avaient pas d’électricité, se préparer au travail était plus difficile que d’habitude.

Le temps a été généralement doux depuis que Fiona a frappé l’île le 24 septembre, déchirant des arbres et dévastant le réseau électrique. Cela a réduit les problèmes potentiels pour les insulaires qui ne peuvent pas faire fonctionner leurs fournaises sans électricité, mais les températures sont tombées sous le point de congélation dans la nuit de dimanche, et un autre avis de gel est en vigueur lundi soir.

La dévastation de Fiona – et la résilience des insulaires

« C’est un peu fou » : Un regard autour de la province alors que l’Île-du-Prince-Édouard ramasse les morceaux. (Jane Robertson/CBC)

Lors de la séance d’information de lundi, le premier ministre King a récapitulé les aides financières disponibles pour les Insulaires et a encouragé les gens à s’inscrire sur le site Web de l’ouragan Fiona Community Supports.

« Nous essayons de trouver le moyen le plus efficace de faire parvenir l’argent aux gens aussi vite que possible », a-t-il déclaré. « Nous essayons de nous frayer un chemin à travers cela … Je sais que lorsque vous êtes dans le travail dans lequel je suis, les deux choses qui sont toujours là-bas, c’est que l’argent que vous y mettez n’est jamais assez et c’est jamais rapide mais nous essayons juste de faire du mieux que nous pouvons. »

Arbres tombés sur la maison
De nombreux insulaires sont aux prises avec des dommages importants à leurs maisons. (Mikee Mutuc/CBC)

Deux des initiatives de soutien sont administrées par la Croix-Rouge canadienne.

Le directeur de l’Atlantique, Bill Lawlor, a déclaré que 5 000 des 14 300 ménages de l’Î.-P.-É. qui se sont inscrits à l’aide provinciale de 250 $ par ménage recevront l’argent par voie électronique aujourd’hui.

Il n’y aura pas d’évaluation des besoins pour recevoir l’argent, a-t-il dit, mais la Croix-Rouge passera par un processus de vérification pour éliminer les « mauvais acteurs » qui pourraient essayer de profiter du programme.

« Nous voulons nous assurer que nous savons que la personne enregistrée ou le chef de ménage est bien celui qu’il prétend être et qu’il vit là où il prétend vivre. »

ER en sous-effectif

Pendant ce temps, on dit aux Insulaires de s’attendre à des temps d’attente plus longs que la normale au service d’urgence de l’hôpital Queen Elizabeth de Charlottetown. À 6 h 40 HA lundi, Santé Î.-P.-É. signalait un temps d’attente de plus de 10 heures pour les cas urgents.

D’hier à aujourd’hui, le martelage historique de Fiona sur l’Île-du-Prince-Édouard

Retour sur les premiers instants de Fiona et les conséquences de ce que beaucoup ont appelé la pire tempête de l’histoire de l’île.

Santé Î.-P.-É. affirme que le personnel ressent les effets de Fiona et qu’il y a encore plus d’absentéisme que la normale en raison de la COVID-19. Les infirmières de salle d’opération se voient parfois offrir un temps double pour travailler au service des urgences.

« Nous sommes tous confrontés à la même situation que tous les autres membres du grand public », a déclaré Mike MacDonald, directeur associé par intérim des soins infirmiers cliniciens.

Camion utilitaire de Newfoundland Power au travail sur l'Î.-P.-É.
Au total, 216 équipes de ligne, dont certaines viennent d’aussi loin que l’Ontario, travaillent sur l’Î.-P.-É. pour rétablir le courant. (Martin Trainor/CBC)

«Certaines personnes ont subi, vous savez, des dommages à leurs maisons, à leurs biens, à ce genre de choses. Nous demandons donc au personnel de venir travailler et de soutenir les insulaires tout en gérant leur propre situation à la maison. été stressant pour le personnel. »

On dit aux personnes sans besoins urgents d’éviter le service des urgences, mais MacDonald a déclaré que la salle d’urgence ne fermerait pas complètement malgré les problèmes de personnel.

Advertisements
Continue Reading

Tandance