Connect with us

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La GRC enquête sur des allégations d’inconduite à l’école de hockey de West Kelowna

Published

on

La GRC de Kelowna a ouvert une enquête sur des allégations d’inconduite au sein d’Okanagan HC, une école de hockey privée de West Kelowna.

La GRC n’a pas précisé la nature de l’allégation ni qui fait l’objet d’une enquête. Ils ont déclaré dans un communiqué que la Section des personnes vulnérables de Kelowna dirigeait l’enquête, qui implique des personnes de moins de 18 ans.

CBC a confirmé que l’enquête est liée à des plaintes d’un père qui affirme que son fils, sa petite amie et la fille de sa petite amie ont été victimes de harcèlement présumé.

Le père a déclaré qu’il avait retiré son fils d’Okanagan HC après que les plaintes déposées auprès du club et du propriétaire Rod Hume aient été ignorées.

« J’ai demandé à plusieurs reprises à le rencontrer et à avoir un plan d’action sur la façon dont il allait assurer la sécurité de mon enfant … et il a refusé de le faire », a déclaré l’homme.

CBC a demandé une entrevue avec Hume jeudi, un jour avant que la GRC n’annonce l’enquête. Hume a répondu par une déclaration par e-mail qui se lit en partie :

« Nous prenons la plainte au sérieux et, en consultation avec la Ligue de hockey des espoirs juniors, nous engageons un cabinet d’avocats indépendant pour mener une enquête indépendante… Toute infraction à notre politique de discipline et de code de conduite sera traitée selon les termes fixés dans la politique, jusqu’à et y compris la suspension ou le renvoi d’un joueur. »

CBC a contacté Okanagan HC pour obtenir des commentaires après que la GRC de Kelowna a ouvert l’enquête et a été informée dans un courriel de se référer à une autre déclaration de Hume.

« Bien que l’Okanagan Hockey Club n’ait pas été contacté par la GRC, nous coopérerons pleinement à toute enquête », lit-on dans le communiqué.

« Nous ne tolérons aucune forme d’intimidation ou de harcèlement et reconnaissons l’importance de créer une culture propice à l’apprentissage et au développement dans un environnement sûr pour tous les joueurs. »

Okanagan HC est l’un des 10 clubs de la nouvelle Ligue de hockey des espoirs juniors (JPHL), qui exploite des divisions dans les groupes d’âge des moins de 14 ans, des moins de 15 ans et des moins de 18 ans.

La JPHL n’est pas sanctionnée, ce qui signifie qu’elle opère en dehors des règles, des règlements et de la surveillance de BC Hockey et de Hockey Canada.

La ligue est la propriété de la société albertaine Silent Ice Sports and Entertainment. L’ancien joueur de la LNH Ryan Smyth est répertorié comme l’un des quatre directeurs exécutifs sur le site Web de Silent Ice.

Le 31 octobre, la JPHL a publié une déclaration sur Twitter indiquant qu’elle était au courant d’une équipe anonyme faisant l’objet de violations présumées du code de conduite de la JPHL.

« Nous ne resterons pas inactifs face à ces préoccupations et entreprenons une enquête rigoureuse et détaillée. Nous commenterons une fois que nous aurons conclu nos conclusions », lit-on.

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Des artistes multidisciplinaires de Vancouver et Toronto en lice pour un prix de photographie de 50 000 $

Published

on

Par

Des artistes multidisciplinaires de Vancouver et de Toronto sont en lice pour le Prix de photographie Banque Scotia de 50 000 $.

Les organisateurs du prix ont annoncé une courte liste comprenant Ken Lum de Vancouver, le créateur de l’emblématique East Van Cross, ainsi que Sandra Brewster et Chris Curreri, tous deux de Toronto.

Les trois finalistes reçoivent chacun un prix en argent de 10 000 $. Le gagnant sera annoncé le 4 mai.

En plus de 50 000 $, le gagnant reçoit une exposition solo au Festival de photographie Contact de la Banque Scotia 2024 et un livre de son travail distribué dans le monde entier par l’éditeur de livres d’art Steidl.

Regarder | Ken Lum est présenté dans un épisode de Dans la fabricationdiffusé maintenant sur CBC Gem :

La Banque Scotia a co-créé le prix avec le photographe canadien Edward Burtynsky en 2010.

Burtynsky, président du jury du prix, a déclaré que les finalistes de cette année « représentent une perspective, une innovation et une créativité exceptionnelles au sein du médium photographique ».

Le gagnant de l’année dernière, Jin-me Yoon, aura une exposition personnelle au festival en mai.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La messagerie et les repères visuels peuvent réduire l’utilisation de sacs en plastique, selon une étude du professeur de l’UBC

Published

on

Par

Le professeur de psychologie de l’Université de la Colombie-Britannique à l’origine d’une nouvelle étude affirme que l’utilisation d’interventions telles que des repères visuels ou des messages de motivation dans les épiceries peut réduire l’utilisation de sacs en plastique.

« Je pense que l’un des articles insidieux qui existe encore est les sacs de produits. Nous interdisons désormais les sacs en plastique à usage unique dans les épiceries, mais les sacs de produits sont toujours disponibles gratuitement », a déclaré Jiaying Zhao, professeur agrégé au département de psychologie de l’UBC. qui étudie les comportements autour de la réduction et du recyclage des déchets.

Les pays du monde entier ont du mal à réduire la quantité de plastique qui se retrouve dans les océans. Il y a un an, les Nations Unies ont approuvé un accord visant à créer le premier traité mondial sur la pollution plastique, tandis qu’un nombre croissant de juridictions dans des endroits comme la Colombie-Britannique ont interdit les sacs de caisse à usage unique dans les magasins.

Zhao a décidé de se concentrer sur les sacs de produits – utilisés pour emballer des fruits, des légumes ou des aliments en vrac dans les épiceries – dans sa dernière étude, publiée dans la revue Ressources, conservation et recyclagecar ils sont rarement réutilisés et peuvent grandement contribuer aux déchets plastiques dans les décharges ou dans l’océan.

Pour l’étude, des messages tels que « Rejoignez vos concitoyens pour ne pas utiliser de sacs de produits » ou l’image d’une tortue avec un sac dans la bouche ont été affichés dans une expérience d’épicerie en ligne au moment où les participants devaient sélectionner le nombre de sacs de produits qu’ils requis.

Toutes les interventions ont entraîné une réduction des sacs par rapport à un groupe témoin. L’intervention la moins réussie a réduit l’utilisation des sacs de produits de 9,2 %. Une incitation connue sous le nom de coup de pouce extrinsèque – « Si vous choisissez de ne pas utiliser de sacs de produits, nous ferons un don à Ocean Wise, qui est une organisation de conservation à vocation mondiale dont la mission est de protéger l’océan » – a permis une réduction de près de 50% de utilisation du sac.

L’étude, qui devait initialement être menée dans les épiceries en 2019 mais a dû être mise en ligne en raison de la pandémie, s’appuie sur les autres recherches de Zhao.

Jiaying Zhao, de l’UBC, affirme que l’accent a été mis sur l’utilisation de sacs en plastique à usage unique dans les épiceries, mais que les sacs de produits sont toujours disponibles gratuitement. (Cory Coleman/CBC)

Zhao dit que sa dernière étude aide à communiquer aux consommateurs comment leurs comportements sont liés à la pollution plastique.

« Cela relie directement la conséquence de nos actions à cette décision d’utiliser un sac de produits en premier lieu », a-t-elle déclaré.

« Vous n’avez plus besoin d’ajouter de plastique »

Depuis 2015, NADA, l’épicerie zéro déchet de Vancouver, vend des fruits et légumes ainsi que des articles en vrac sans fournir d’emballage d’aucune sorte.

Claire Lester, responsable numérique de NADA, a déclaré que les pratiques dans les épiceries – telles que l’utilisation de sacs de produits fragiles – sont devenues une habitude inutile pour les acheteurs.

« Produits et fruits, ils ont tous une peau qui les protège du monde extérieur auquel vous n’avez plus besoin d’ajouter de plastique, donc souvent vous verrez des emballages vraiment inutiles dans les épiceries comme le concombre emballé dans du plastique , » dit-elle.

Des poivrons aux couleurs vives, des feuilles de laitue et du chou sont exposés dans l'allée des produits d'une épicerie.
L’utilisation de sacs de produits alimentaires est devenue une habitude inutile pour les acheteurs, déclare une épicerie zéro déchet de Vancouver. (Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne)

Lester a été impressionné par la façon dont les interventions de Zhao ont réussi à briser l’habitude des gens d’utiliser des sacs de produits. Elle encourage la pratique dans les épiceries conventionnelles pour aider les clients à changer leurs habitudes.

« Je sais par moi-même, cela semble juste bizarre de prendre un sac en plastique pour des choses qui n’en ont pas besoin maintenant, donc c’est une sorte de recyclage qui se produit et je pense que c’est tout à fait possible pour n’importe qui de le faire », a-t-elle déclaré.

Zhao espère que ses études combleront le fossé entre les entreprises et les municipalités qui souhaitent réduire la pollution plastique sans mettre en œuvre de mesures punitives.

« Les interventions comportementales sont un outil vraiment puissant pour changer le comportement humain », a-t-elle déclaré. « Je sais qu’il est difficile de changer de politique, alors je pense que … à tout le moins, ce que nous pouvons faire en tant que consommateurs ou en tant qu’entreprises, c’est de mettre en œuvre ces interventions nous-mêmes et de voir les changements qui en résultent. »

Zhao espère s’associer à une chaîne d’épiceries et mener une nouvelle étude sur les sacs de produits dans les magasins.

« Je pense que les résultats seraient plus forts », a-t-elle déclaré.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Le Canada prend du retard dans la connexion des zones rurales à Internet haute vitesse : rapport

Published

on

Par

Les efforts du gouvernement pour connecter les régions rurales du pays à Internet haute vitesse échouent, a déclaré le vérificateur général du Canada dans un rapport déposé lundi – qui avertit que l’écart entre les villes et partout pourrait entraîner des problèmes d’égalité alors que le travail, l’éducation et de nombreux services déplacer en ligne.

Alors que près de 91 % des ménages canadiens avaient accès à Internet haute vitesse en 2021, seulement 59,5 % de ceux des régions rurales et éloignées bénéficiaient du même accès. Ce nombre tombe à 42,9 % pour les ménages des réserves des Premières nations.

« Ces résultats soulignent la fracture numérique persistante pour les personnes vivant dans les réserves des Premières Nations et dans les communautés rurales et éloignées, par rapport aux personnes qui vivent dans les zones urbaines », a déclaré la vérificatrice générale Karen Hogan dans un communiqué de presse.

« Le gouvernement doit prendre des mesures pour qu’il y ait une couverture de connectivité haute vitesse abordable pour les Canadiens dans toutes les régions du pays.

Ottawa s’est fixé pour objectif de connecter 98 % des Canadiens à Internet haute vitesse d’ici 2026, avec un accès universel d’ici 2030.

Le gouvernement définit l’Internet haut débit comme 50 mégabits par seconde pour les téléchargements et 10 mégabits par seconde pour les téléchargements.

Le rapport indique que le fossé urbain-rural est particulièrement problématique en raison de la façon dont le travail, l’éducation, la médecine et les services gouvernementaux se déplacent en ligne.

« Être connecté n’est plus un luxe mais un service essentiel de base pour les Canadiens. Ce fait est devenu plus évident
à la suite de la pandémie de COVID-19, qui a transformé le nombre de Canadiens qui vivent, travaillent et apprennent », indique le résumé du rapport.

« Sans accès à des services Internet haute vitesse et cellulaires mobiles rapides, fiables et abordables, les personnes résidant dans des communautés éloignées n’ont pas les mêmes opportunités que les personnes résidant dans des zones plus urbaines. »

Gudie Hutchings, ministre du Développement économique rural, a déclaré lundi qu’elle acceptait les conclusions de Hogan, mais a ajouté que le gouvernement était toujours sur la bonne voie pour atteindre son objectif 2030 d’accès universel à Internet haut débit.

« Notre plan … est de connecter toutes les communautés – autochtones, éloignées, rurales. Nous ferons le travail », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

Gudie Hutchings, ministre du Développement économique rural, réagit au rapport du vérificateur général sur la colline du Parlement à Ottawa le lundi 27 mars 2023. (Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne)

Hutchings a déclaré que le gouvernement avait dépensé 7,6 milliards de dollars depuis 2015 pour améliorer l’accès à Internet haut débit dans les communautés mal desservies.

Hogan a recommandé au gouvernement fédéral d’examiner si son financement pour un Internet haut débit abordable est suffisant pour atteindre ses objectifs.

Elle a également reproché au gouvernement d’avoir examiné les tarifs régionaux des forfaits Internet lors de l’évaluation de l’abordabilité, sans tenir compte des revenus des ménages.

« Si quelqu’un ne peut pas se permettre le service, c’est comme ne pas avoir le service du tout », a déclaré Hogan lors d’une conférence de presse.

Le rapport a également examiné l’accès à la couverture du réseau cellulaire mobile. Les zones urbaines ont un accès complet aux services cellulaires 4G, tandis que le nombre est de 96,3 % pour les zones rurales et de 87,6 % dans les réserves des Premières Nations.

Ottawa n’a pas suivi les résultats de l’aide à l’égalité des sexes

Un audit distinct du vérificateur général, publié lundi, a déclaré qu’Affaires mondiales Canada (AMC) ne pouvait pas démontrer que les programmes d’aide internationale destinés à faire progresser l’égalité des sexes fonctionnent.

Dans le cadre de la Politique d’aide internationale féministe du Canada, Affaires mondiales Canada (AMC) consacre 15 % de son aide étrangère bilatérale à des initiatives liées à l’égalité des sexes et à l’amélioration de la qualité de vie des femmes. Le gouvernement dépense 3,5 milliards de dollars par an en aide bilatérale au développement pour les pays à revenu faible et intermédiaire, indique le rapport.

GAC présente des « faiblesses importantes » en matière de stockage et de gestion des informations sur les projets, selon un communiqué de presse sur le rapport du vérificateur général. En conséquence, indique le communiqué, GAC n’a pas pu fournir de preuves pour montrer que les programmes obtiennent des résultats.

« Il est impératif qu’Affaires mondiales Canada agisse immédiatement pour améliorer ses pratiques de gestion de l’information et ses rapports sur les résultats afin de montrer aux parlementaires et aux Canadiens la valeur de l’aide internationale bilatérale du Canada pour soutenir les femmes et les filles dans les pays à revenu faible et intermédiaire », a déclaré Hogan dans le communiqué de presse.

Hogan a souligné dans son rapport qu’un audit ministériel avait signalé les mêmes problèmes en 2021.

Hogan a signalé que GAC n’a pas non plus respecté deux de ses trois engagements de dépenses dans le cadre de la politique d’aide internationale féministe.

« Le département n’a pas réussi à financer des projets qui soutenaient directement l’autonomisation des femmes et des filles ou qui étaient situés en Afrique subsaharienne, où les avantages en termes de réduction de la pauvreté et de promotion de l’égalité des sexes sont généralement plus élevés », indique le communiqué de presse.

MONTRE | Le système d’Affaires mondiales Canada pour «suivre les résultats à long terme» de l’aide étrangère est obsolète: rapport de l’AG

Le système d’Affaires mondiales Canada pour «suivre les résultats à long terme» de l’aide étrangère est obsolète: rapport de l’AG

La vérificatrice générale Karen Hogan affirme que le ministère doit améliorer ses pratiques de gestion de l’information pour montrer où l’aide va soutenir l’égalité des sexes à l’échelle internationale.

Le ministre du Développement international, Harjit Sajjan, a déclaré lundi qu’il avait vu les effets positifs des programmes sur le terrain, mais a reconnu que le gouvernement pourrait faire un meilleur travail de suivi et de rapport à leur sujet.

« Le rapport a souligné que nous devons moderniser et renforcer nos résultats de reporting, ce que je suis tout à fait d’accord [with] », a déclaré Sajjan lors d’une conférence de presse.

« En fait, l’amélioration des systèmes de gestion de projet et de reporting est déjà en cours. »

Sajjan a déclaré que le gouvernement n’avait pas détourné les fonds destinés à l’Afrique vers l’aide humanitaire pour la guerre en cours entre l’Ukraine et la Russie.

Hogan a déposé quatre rapports lundi.

Un troisième rapport a révélé que bien que les agences fédérales de transport et les sociétés d’État aient fait des progrès en matière d’accessibilité pour les passagers handicapés, de nombreux obstacles subsistent. Un quatrième a déclaré que les travaux de réhabilitation de l’édifice du Centre du Parlement se déroulent dans les délais et dans les limites du budget, mais a averti qu’Ottawa devait prendre des décisions plus rapides sur le projet pour éviter les retards et l’augmentation des coûts.

Continue Reading

Tandance