Connect with us

Canada

La Cour rejette l’appel du Bureau de la concurrence visant à bloquer la prise de contrôle de Shaw par Rogers

Published

on

La Cour d’appel fédérale du Canada a rejeté la demande du Bureau de la concurrence visant à bloquer la prise de contrôle de Shaw par Rogers, une décision qui supprime l’un des derniers obstacles à la fusion de 20 milliards de dollars.

La fusion, proposée pour la première fois en 2021, verrait la société torontoise Rogers Communications Inc. prendre le contrôle de son rival Shaw Communications Inc. basé à Calgary, ce qui consoliderait davantage le secteur des télécommunications le plus lourd du Canada.

L’accord s’est heurté à de nombreux obstacles réglementaires depuis sa proposition, mais au cours d’un long processus d’examen, les entreprises ont obtenu la plupart des approbations dont elles ont besoin pour conclure l’accord. Dans le cadre de ce processus, Rogers a accepté de vendre l’activité sans fil de Shaw, Freedom Mobile, à la société québécoise Vidéotron.

Le Bureau de la concurrence était un point de friction majeur et a cherché à bloquer la fusion au motif qu’elle serait mauvaise pour les consommateurs, mais un tribunal a rejeté cet argument le mois dernier.

Le bureau a fait appel à un tribunal supérieur pour reconsidérer, et l’audience de mardi a mis fin à ce différend, en faveur des entreprises.

« Selon le tribunal, ce n’était pas une affaire particulièrement proche », a déclaré le juge. « Il a conclu, je dirais, d’après les éléments de preuve de manière assez décisive, qu’il n’y avait pas de diminution substantielle de la concurrence. »

REGARDER | Comment les factures de télécommunications canadiennes se comparent-elles dans le monde?

Comment les prix des données au Canada se comparent-ils au reste du monde?

CBC Marketplace a mis à l’épreuve les prix des données téléphoniques au Canada, demandant aux utilisateurs de téléphones d’autres pays de faire des activités quotidiennes dont de nombreux Canadiens ne rêveraient pas sans une connexion Wi-Fi.

Maintenant que le Bureau de la concurrence a échoué, le dernier obstacle à la conclusion de l’entente est l’approbation du ministre fédéral de l’Innovation, François-Philippe Champagne.

Champagne a précédemment déclaré qu’il ne permettrait pas à l’accord de se dérouler tel qu’il était initialement structuré, et même avec la cession de Freedom Mobile, il a établi une liste de contrôle de ce qui serait nécessaire pour obtenir son approbation.

Le ministre a déclaré qu’il ne se prononcerait sur la fusion qu’une fois qu’il y aurait « des éclaircissements sur le processus juridique en cours ».

Dans un Publication sur Twitter mardiChampagne a déclaré qu’il « examinera » de près « la décision du tribunal », ajoutant qu’il « rendra une décision en temps voulu ».

L’avocat de la concurrence, Michael Osborne, du cabinet d’avocats Cozen O’Connor, a déclaré qu’à son avis, le ministre n’avait aucune raison valable de traîner les pieds, compte tenu de l’ampleur du tribunal initial, avec 17 jours de témoignages et des experts fournissant des tonnes de preuves à la fois pour et contre l’accord proposé.

« Je pense qu’à ce stade, le ministre de l’Industrie n’a plus d’excuses », a-t-il déclaré à CBC News. « Je pense qu’il devra le faire. Ce n’est pas à lui de remettre en question la conclusion du Tribunal de la concurrence sur la concurrence – c’est leur travail. Ils ont rendu la conclusion. »

Rogers, Shaw et Vidéotron se sont fixé comme date limite le 31 janvier pour finaliser l’entente, mais de nombreuses échéances de ce genre se sont succédées au cours de ce long processus.

Des représentants de Rogers, de Shaw et d’autres intervenants seront à Ottawa mercredi pour témoigner devant le Comité permanent de l’industrie et de la technologie de la Chambre des communes. Alors que l’audience est susceptible d’entraîner des questions approfondies et intenses, le comité lui-même n’a pas le pouvoir de bloquer l’accord.

Patrick Horan, analyste chez Agilith Capital qui couvre le secteur de la technologie, a également déclaré que le gouvernement manquait de raisons pour bloquer l’accord.

« Je pense que le gouvernement a perdu toute capacité supplémentaire d’influencer cette acquisition et c’est probablement un fait accompli maintenant et ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne concluent cela. »

L’opposition demeure

C’est loin d’être un point de vue universel, cependant. Le groupe de surveillance des consommateurs, le Centre pour la défense de l’intérêt public, affirme que le tribunal a commis une énorme erreur en rejetant les arguments du Bureau de la concurrence.

«Le public ne peut que se méfier du fait que les pouvoirs en place veulent que cet accord soit conclu – même si cela signifie une décennie de prix élevés du sans fil et de l’Internet pour les Canadiens», a déclaré le directeur exécutif et avocat général John Lawford après le verdict.

« La décision de la cour signifie que la Loi sur la concurrence du Canada est complètement brisée et doit être radicalement réécrite pour fournir des outils pour bloquer les fusions anticoncurrentielles. »

Alors que l’accord semble se rapprocher de sa conclusion, un autre obstacle de 11 heures est apparu ce mois-ci lorsque le fournisseur d’accès Internet basé en Ontario TekSavvy a demandé au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes d’enquêter sur les termes de l’accord parallèle que Rogers a conclu avec Vidéotron pour acheter Shaw’s actifs sans fil.

TekSavvy affirme que Rogers a enfreint la Loi sur les télécommunications en concluant cet accord parallèle en raison d’un certain nombre de concessions qu’il a offertes à la société basée au Québec « dont une où Rogers louera son réseau à large bande à Vidéotron à des tarifs réduits qui ne sont pas disponibles pour les FAI indépendants, comme TekSavvy. »

Dwayne Winseck, professeur à l’École de journalisme et de communication de l’Université Carleton, a déclaré que l’accord avec Rogers « pourrait s’effondrer comme un château de cartes si la plainte de TekSavvy s’avérait victorieuse ».

« Si tel est le cas, nous allons avoir un vrai gâchis », a-t-il déclaré mardi à CBC News.

Canada

Cette équipe entièrement noire a changé l’histoire – mais le Temple de la renommée du baseball canadien leur échappe à nouveau

Published

on

Par

Le Temple de la renommée du baseball canadien a annoncé mercredi ses nouveaux membres, mais les Chatham Coloured All-Stars ne figuraient pas parmi les intronisés, encore une fois, malgré leur place dans l’histoire qui remonte à 1934.

C’est alors que les All-Stars ont vaincu les Penetang Shipbuilders dans le championnat de l’Association provinciale de baseball amateur de l’Ontario et sont crédités d’être devenus la première équipe noire à remporter le titre, 13 ans avant que Jackie Robinson ne franchisse la barrière des couleurs dans la MLB.

Quatre-vingt-huit ans plus tard, l’équipe a finalement été acceptée au Temple de la renommée des sports canadiens, en 2022. Mais ils attendent toujours d’être reconnus par le Temple de la renommée du baseball canadien.

Cette année, les joueurs qui seront intronisés lors d’une cérémonie sur le terrain du Temple de la renommée à St. Marys, en Ontario, le 17 juin, comprennent :

  • Denis Boucher, ancien gaucher des Expos de Montréal (Montréal).
  • Rich Harden (Victoria), ancien droitier d’Oakland A.
  • Jesse Barfield, ancien voltigeur droit des Blue Jays.
  • Joe Wiwchar, entraîneur et cadre de baseball de longue date du Manitoba.

Ferguson Jenkins Sr. a joué pour les All-Stars en tant que voltigeur dans les années qui ont suivi leur victoire historique en 1934. Son fils, Fergie Jenkins, est un lanceur à la retraite de la MLB.

« Malheureusement, ils doivent se battre contre beaucoup de joueurs modernes qui ont été dans le baseball canadien, ou qui ont joué à Toronto ou à Montréal, et ils sont sur le même bulletin de vote », a déclaré Jenkins sur CBC Radio. Conduite de l’après-midi.

« Et malheureusement, l’équipe de mon père n’a tout simplement pas eu assez de votes pour entrer. »

Ferguson « Fergie » Jenkins Jr. est un ancien lanceur et entraîneur de baseball professionnel canadien. Il a joué dans la Ligue majeure de baseball de 1965 à 1983 pour les Phillies de Philadelphie, les Cubs de Chicago, les Rangers du Texas et les Red Sox de Boston. (Nam Y. Huh/Associated Press)

Jenkins, lauréat du prix Cy Young qui est devenu le premier Canadien à être intronisé au National Baseball Hall of Fame à Cooperstown, NY, en 1991, a déclaré qu’il serait « extrêmement fier » de voir l’équipe de son père honorée.

« Je sais que ça fait longtemps, mais certains des parents et des membres de la famille qui vivent encore à Chatham [Ont.] sont toujours extrêmement fiers de ce que leurs grands-pères ont fait lorsqu’ils ont joué dans les années 30 », a-t-il déclaré.

Blake Harding, maintenant âgé de 70 ans, fait également partie des proches des membres de l’équipe All-Stars qui font pression depuis des années pour les faire entrer au Temple de la renommée.

Blake n’est pas né lorsque son père, Wilfred (Boomer) Harding, était l’un des joueurs vedettes de l’équipe de Chatham. Mais il a grandi en entendant des histoires sur les défis auxquels l’équipe était confrontée en raison de la couleur de sa peau.

Harding a déclaré qu’attendre que l’équipe obtienne la reconnaissance du Temple de la renommée qu’elle mérite a été décevant, mais faire face à l’adversité n’a rien de nouveau pour les All-Stars.

La famille de Wilfred (Boomer) Harding a approché des professeurs de l’Université de Windsor pour numériser des photos de Boomer et de son équipe. (Photo fournie)

« Ils ont gardé la tête haute. Ils ne se sont pas plaints, ils ne se sont pas plaints quand ils ont eu du mal à jouer en 1934 et 1935 », a-t-il déclaré. « C’était dur. On leur a craché dessus. Des enfants de six ans leur lançaient des pierres, encouragés par leurs parents.

« L’équipe maintenant, pour entrer dans le Temple de la renommée du baseball canadien, traverse probablement une période tout aussi difficile. »

Harding a déclaré que l’équipe méritait d’être reconnue pour son impact historique.

« Il ne s’agissait pas seulement de baseball. C’est ainsi qu’ils ont changé la communauté. Cela a ouvert des portes à ma génération, à mes enfants, à mes petits-enfants et à la communauté locale. »

Les deux oncles de Harding, Len et Andy Harding, étaient également membres des All-Stars.

Longue liste d’honneurs

Pour être intronisés au Temple de la renommée du baseball canadien, les individus doivent d’abord être nommés par un membre du public. Après cela, un comité de sélection (composé de médias, d’anciens intronisés, d’historiens et de cadres) vote pour les candidats lors d’un scrutin annuel. Les personnes qui obtiennent au moins 75 % des voix sont intronisées.

Le site Web du Temple de la renommée cite les réalisations de ceux qui ont été choisis pour la classe de cette année, une annonce faite le premier jour du Mois de l’histoire des Noirs.

« Chacun des intronisés de cette année a eu un impact significatif sur le jeu de baseball au Canada à sa manière », a déclaré Jeremy Diamond, président du conseil d’administration du Temple de la renommée.

L’équipe entièrement noire historique attend toujours la reconnaissance du Temple de la renommée du baseball

Blake Harding, maintenant âgé de 70 ans, n’est pas né lorsque son père, Wilfred (Boomer) Harding, faisait partie de l’équipe Chatham Coloured All-Stars. Il a grandi en entendant des histoires sur les défis auxquels l’équipe entièrement noire était confrontée en raison de la couleur de sa peau. Il espère que les étoiles seront reconnues au Temple de la renommée du baseball canadien, même si l’équipe n’a pas été intronisée cette année.

Harding, cependant, a noté que les All-Stars ont reçu une reconnaissance remarquable d’autres organisations.

« Ce que nous ne comprenons pas, c’est qu’ils ont été acceptés au Chatham Sports Hall of Fame local. Ils ont été acceptés au Negro Hall of Fame à Philadelphie aux États-Unis il y a quelques années. Puis ils ont été acceptés l’année dernière, en 2022, au Panthéon des sports canadiens, ce qui était phénoménal », a-t-il déclaré. « Ils ont payé toutes nos dépenses, déroulé le tapis rouge, l’ensemble des neuf mètres.

« Donc, le fait que cette équipe ne soit pas acceptée est vraiment décevant », a déclaré Harding, faisant référence au Temple de la renommée.

Les champions de 1934 ont également été ramenés à la vie dans le jeu vidéo de la MLB MLB Le spectacle ’22.

En 2016, l’Université de Windsor a reçu une subvention de 72 500 $ de la Fondation Trillium de l’Ontario pour créer un projet d’histoire orale, appelé Briser la barrière des couleurs : Wilfred « Boomer » Harding et les Chatham Coloured All-Stars (1932-1939)pour préserver et partager l’histoire de l’équipe.

Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux histoires de réussite au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de la CBC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.

(Radio-Canada)

Continue Reading

Canada

Un homme de la Colombie-Britannique non coupable d’avoir poignardé sa femme alors qu’il était «effectivement endormi», juge le tribunal

Published

on

Par

Un homme de la Colombie-Britannique qui a poignardé sa femme dans le dos avec un couteau de cuisine a été déclaré non coupable parce qu’il était dans un état d’automatisme – un terme décrivant un comportement inconscient et involontaire.

Selon une décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, Jean-Luc Charles Perignon a poignardé sa femme Debra à la suite d’un dîner du lundi de Pâques à leur domicile de la Sunshine Coast en avril 2017. Perignon affirme qu’il était dans un état d’automatisme après avoir consommé de l’alcool et des médicaments sur ordonnance avant l’attaque. .

L’explication la plus probable des actions de Pérignon, a déclaré le juge, est qu’elles étaient « entièrement involontaires car elles se sont produites alors qu’il dormait effectivement ».

Selon la décision, la femme de Pérignon a ouvert la porte d’entrée de leur maison vers 22 heures le lundi de Pâques pour laisser sortir le chien lorsqu’elle a entendu les pas de son mari.

« Elle ne l’a jamais vu, ni ne l’a entendu dire quoi que ce soit », a déclaré la décision. « Elle a senti un » coup « dans le dos et s’est rendu compte qu’elle avait été poignardée. Elle a tendu la main derrière son dos pour prendre le couteau et l’a sorti elle-même, se coupant gravement le pouce dans le processus. »

Pérignon témoigne de ses souvenirs de cette nuit mêlés les uns aux autres. Il a pris un antidépresseur et son mélange habituel d’opioïdes pour traiter la douleur. Dix minutes avant d’aller se coucher, il a pris de la zopiclone, une non-benzodiazépine couramment prescrite pour l’insomnie.

Il a également bu trois ou quatre verres de pastis, une liqueur à l’anis, à l’heure du dîner.

Il se souvient d’avoir enlevé ses chaussures et ses chaussettes avant de se mettre au lit et d’avoir ressenti une douleur dans le dos.

« Son souvenir suivant est debout au-dessus de sa femme alors qu’elle était allongée sur le sol devant lui, hurlant de douleur », a déclaré le jugement. « Il se souvient d’avoir vu le couteau de cuisine sur le sol près d’elle. Il était sous le choc. »

Pérignon a été accusé d’un chef de voies de fait graves.

La décision a déclaré que Pérignon avait pris des opioïdes pour la douleur à la suite de deux accidents de voiture ainsi qu’une benzodiazépine pour l’insomnie. Des lignes directrices interdisant la prescription de benzodiazépines avec des opioïdes ont été mises en place en juin 2016.

Le médecin de Pérignon lui a dit qu’il devait arrêter l’un ou l’autre et il a choisi les analgésiques, renonçant aux benzodiazépines pour son insomnie.

Il a souffert de sevrage, selon la décision, et a essayé différents médicaments pour son insomnie, mais en vain.

En janvier 2017, on lui a prescrit de la zopiclone, un médicament qui n’appartient pas à la famille des benzodiazépines mais « aurait une pharmacologie similaire » et présente un risque lorsqu’il est associé à des opioïdes. Il n’est pas recommandé aux patients de prendre de la zopiclone plus de 10 jours de suite, selon le jugement.

Après que Pérignon n’ait vu aucune amélioration de son sommeil, il a été remplacé par un autre médicament, puis est revenu à la zopiclone. Son médecin « a suggéré d’augmenter la dose d’un demi-comprimé à la fois jusqu’à ce qu’il commence à fonctionner », indique le jugement.

L’automatisme en tant que défense réussit rarement, selon le juge

Un psychiatre a témoigné que la quantité qu’il prenait avant l’attaque était « bien au-delà de la gamme recommandée de prescription pour ce médicament ».

Comme Pérignon prenait de la zopiclone, il prenait également une « dose dangereusement élevée d’opioïdes ».

« [Perignon] était certain d’être dans un état de conscience mentale altérée, et plus probablement, il était [in] un état de sommeil altéré », lit-on dans le rapport d’un psychiatre.

« Plus probablement qu’improbable, il était dans un état de comportements complexes liés au sommeil. En tant que tel, M. Pérignon ne serait pas conscient de ses actions et ne serait pas en mesure de former une intention de base. »

Dans le jugement, le juge Warren Milman a déclaré que l’utilisation de l’automatisme comme moyen de défense réussit rarement.

« Parce que la loi suppose qu’en général, les gens agissent volontairement et sont responsables de leurs actes, M. Pérignon a la lourde charge de démontrer que la présomption de droit commun ne devrait pas s’appliquer ici », indique le jugement.

Milman dit plus tard que Pérignon « a rempli son fardeau de persuasion pour montrer que son acte était bien involontaire ».

La décision indique que Pérignon n’a eu aucun contact avec son ex-femme ou leur plus jeune fille, qui vit toujours avec elle, depuis l’incident.

Continue Reading

Canada

Un universitaire controversé rencontre une résistance bruyante à l’U de L après que l’école ait interrompu la conférence prévue

Published

on

Par

L’universitaire controversée Frances Widdowson s’est présentée mercredi à l’Université de Lethbridge, après une semaine de refus de la part des étudiants et des professeurs et malgré les responsables ayant déclaré plus tôt dans la semaine qu’ils ne lui fourniraient pas d’espace officiel pour parler.

Widdowson a été invité à parler par un membre du corps professoral la semaine dernière, suscitant un tollé général. Cela a incité les responsables de l’université à interrompre le discours, mais Widdowson a déclaré qu’elle prévoyait toujours de se présenter.

Elle l’a fait tard mercredi après-midi, mais a été accueillie dans l’atrium de l’université par une foule nombreuse, pour la plupart antagoniste, de centaines d’étudiants et d’autres qui s’étaient rassemblés en prévision de son apparition.

« Elle ne devrait pas être ici ! s’est exclamé un étudiant sous les acclamations, avant l’arrivée de Widdowson.

« Il n’y a pas de place pour la haine sur ce campus ! dit un autre.

L’ancienne professeure de l’Université Mount Royal (MRU) a fait la une des journaux en 2020 lorsqu’elle a déclaré que le mouvement Black Lives Matter avait détruit l’université et qu’il y avait eu un avantage éducatif pour les pensionnats.

La foule a hué et crié à l’arrivée de Widdowson. Elle a été en grande partie noyée par la foule, mais s’est entretenue avec certains participants alors qu’elle se déplaçait dans l’atrium.

Elle a tenté de déménager dans un autre bâtiment du campus, mais a également rencontré de la résistance et a finalement dû partir. Dans une interview, Widdowson a déclaré que bien que l’événement ait été « indiscipliné », elle ne s’est jamais sentie menacée.

« Malheureusement, c’était une tentative, encore une fois, d’utiliser le veto du chahuteur pour empêcher la discussion d’avoir lieu », a-t-elle déclaré, suggérant que la « politique identitaire » avait pris le dessus sur les universités.

Après avoir quitté l’université mercredi, elle a prononcé une conférence via une conférence Web, s’en tenant en grande partie au même sujet, en se concentrant sur le « woke-ism » et sa vision de la liberté académique.

REGARDER | Images et sons de l’apparition controversée de l’universitaire Frances Widdowson à l’Université de Lethbridge :

Frances Widdowson, universitaire controversée, visite l’Université de Lethbridge

L’universitaire controversé Frances Widdowson a fréquenté l’Université de Lethbridge mercredi et s’est rapidement heurtée à une résistance bruyante.

Le président de l’université dit que 700 personnes ont participé

Dans un communiqué, Mike Mahon, président et vice-chancelier de l’université, a écrit que 700 étudiants, membres du personnel, professeurs et sympathisants de la communauté avaient participé à la manifestation.

« Un autre grand groupe a assisté à une conférence sur l’importance de la vérité avant la réconciliation. Les événements de ce soir étaient un rassemblement de notre communauté pour se soutenir mutuellement et un reflet des valeurs de l’Université de Lethbridge », a écrit Mahon.

« Je tiens à exprimer ma sincère gratitude aux membres de notre communauté pour leur conduite d’une manière aussi pacifique et puissante. »

La comparution devait avoir lieu le même jour que l’Association canadienne des professeurs d’université (ACPPU) a publié une déclaration critiquant la décision de l’U de L, écrivant qu’elle soulevait « de sérieuses inquiétudes quant à l’engagement de l’Université de Lethbridge envers la liberté d’expression et la liberté académique. « 

« La Dre Widdowson soulève certainement des questions troublantes et provocatrices. Bien que beaucoup soient profondément en désaccord avec elle, une université devrait accueillir des conférenciers controversés et des débats vigoureux, et non chercher à restreindre le discours ou les conférenciers », a écrit le directeur général de l’ACPPU, David Robinson.

L’apparition prévue de Widdowson pour donner une conférence intitulée « Comment le ‘réveilisme menace la liberté académique » à l’U de L a été interrompue après des jours de refus de la part des professeurs et des étudiants. Deux pétitions avaient reçu plus de 2 500 signatures demandant l’annulation du discours. L’université avait précédemment déclaré qu’elle prévoyait de laisser la conférence se dérouler, citant sa politique sur la liberté d’expression, bien qu’elle ait noté qu’elle n’était pas d’accord avec les vues de Widdowson.

« Je pense qu’il y a une accélération du réveil dans les universités, et c’est ce sur quoi, ironiquement, mon discours allait porter », a déclaré Widdowson dans l’interview, alléguant que les universités se sont éloignées du travail intellectuel sur les points de désaccord, comme opposé à émotionnellement.

Une foule d'étudiants emballe une chambre à l'Université de Lethbridge.
L’universitaire controversée Frances Widdowson, photographiée au milieu de cette photo, est arrivée mercredi à l’Université de Lethbridge face à une forte résistance, avec une grande foule de manifestants hués à son arrivée. (Ose Irete/CBC)

Ses commentaires controversés de 2020 ont incité plus de 6 000 personnes à appeler à son licenciement via une pétition. Elle a été renvoyée de l’établissement de Calgary à la fin de 2021. Au début de 2022, MRU a déclaré que bien qu’elle s’engage à favoriser l’expression et la liberté d’expression, elle a déclaré que la liberté académique « ne justifie pas le harcèlement ou la discrimination ».

Mardi, le ministre de l’Enseignement supérieur de l’Alberta a déclaré que de nouvelles mesures pour «renforcer la liberté d’expression» sur les campus postsecondaires seraient annoncées dans un proche avenir. Le même jour, la chef du NPD de l’opposition, Rachel Notley, a qualifié cette position de « troublante » étant donné la forte proportion d’étudiants autochtones qui fréquentent l’U de L.

Avis partagé sur le discours

Kristine Alexander, codirectrice de l’Institut d’études sur l’enfance et la jeunesse de l’U de L, s’est dite consternée lorsqu’elle a appris qu’un de ses collègues – Paul Viminitz, qui travaille au département de philosophie de l’université – avait invité Widdowson.

« Tout de suite, j’ai commencé à entendre des étudiants qui croient, comme moi, au corpus d’enquêtes fondées sur des preuves et à comprendre que nous devons avoir la vérité avant qu’il ne puisse y avoir de réconciliation au Canada », a déclaré Alexander.

« Je dirais que, fondamentalement, les affirmations qu’elle fait sont basées sur, je dirais – c’est généreux d’appeler cela peut-être une mauvaise interprétation des preuves, une mauvaise interprétation sélective des preuves. »

Dans cet esprit, Alexander a invité le Dr Sean Carleton, professeur au département d’histoire et d’études autochtones de l’Université du Manitoba, à donner une conférence alternative à l’événement Widdowson.

Un individu est photographié en train de regarder la caméra.
Alex Harris, étudiant de quatrième année en sciences politiques, pose pour une photo sur le campus de l’Université de Lethbridge. Harris est l’un des nombreux étudiants opposés à la conférence proposée par Frances Widdowson sur le campus. (Ose Irete/CBC)

L’étudiant Elijah Crawford, qui étudie l’histoire, a déclaré qu’il était déçu d’apprendre que Widdowson devait apparaître sur le campus.

« Je pense que la population étudiante a été une très bonne réaction jusqu’à présent en essayant au moins de soutenir les élèves autochtones à l’école », a-t-il déclaré. « Je pense que l’université a fait de son mieux pendant cette période extrêmement pénible de notre histoire. »

Continue Reading

Tandance