Connect with us

Canada

IRCC ne trouve aucune faute dans la débâcle des visas du Sommet de Montréal sur le sida

Published

on

Alors que le Canada est sur le point d’accueillir un sommet international majeur le mois prochain, les défenseurs mettent en garde contre une éventuelle répétition des problèmes qui ont empêché certains délégués africains d’assister à une conférence à Montréal au cours de l’été, ce qui a conduit à des allégations selon lesquelles les politiques du ministère fédéral de l’Immigration sont racistes.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada a déclaré qu’il n’avait trouvé aucune faute dans son traitement des demandes de visa pour la conférence de la Société internationale du sida en juillet dernier. Un certain nombre de délégués d’Afrique se sont vu refuser des visas ou attendaient toujours une réponse au moment où la conférence a commencé.

« L’ensemble du système est conçu pour exclure les gens », a déclaré Madhukar Pai, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en épidémiologie translationnelle et santé mondiale à l’Université McGill à Montréal.

Le mois prochain, Montréal accueille une conférence des Nations Unies sur la perte de biodiversité, alimentant la crainte que les délégués des régions les plus touchées par le déclin des espèces soient coincés chez eux.

« Il y a quelque chose dans notre système gouvernemental qui est ce que j’appelle anti-Afrique ou anti-Noir, et cela m’inquiète beaucoup », a déclaré Pai.

Lors de la conférence AIDS 2022 de juillet, Adeeba Kamarulzaman, présidente de l’International AIDS Society, a profité de son discours d’ouverture pour discuter des difficultés rencontrées par certains délégués qui n’étaient pas autorisés à entrer dans le pays. (Paul Chiasson/La Presse Canadienne)

Pendant des années, Pai a assisté à des conférences où ses collègues africains ont eu plus de mal à obtenir des visas que ses pairs d’Amérique latine et d’Asie.

C’est un problème qu’il a vu lors d’événements organisés aux États-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada, et qui l’a particulièrement préoccupé ce printemps alors qu’Ottawa avait du mal à tout traiter, des demandes de statut de réfugié au renouvellement des passeports.

« Je ne sais pas si le gouvernement a vraiment appris beaucoup du fiasco de la conférence sur le sida », a déclaré Pai.

« La colère était si palpable, d’avoir toutes ces chaises vides de délégués africains manquantes ; c’était flagrant… Je m’inquiète pour toute conférence internationale qui se tient dans n’importe quelle partie du Canada ces jours-ci. »

Le département de l’immigration ne partage pas l’inquiétude de Pai.

« IRCC utilise tous les outils disponibles à sa disposition pour faciliter le traitement de milliers de demandes de visa en peu de temps », a déclaré le porte-parole Jeffrey MacDonald dans un communiqué écrit.

Le ministère dit qu’il a une unité des événements spéciaux qui travaille avec les hôtes de conférence pour essayer de s’assurer que les bureaux des visas à l’étranger ont une liste des personnes qui se sont inscrites à un événement. Les gens utilisent également un code spécial lorsqu’ils postulent afin que leurs candidatures soient prioritaires.

« IRCC travaille en étroite collaboration avec l’Agence des services frontaliers du Canada et les organisateurs d’événements pour s’assurer que le processus de demande et les exigences d’immigration et d’entrée sont compris, afin que les demandes de visa soient traitées en temps opportun et que l’admission des participants puisse se dérouler sans heurts », a écrit MacDonald.

Le ministère a laissé entendre que les personnes invitées à la conférence de cet été pourraient avoir bâclé leurs demandes.

« Attendre trop longtemps pour postuler ou omettre le code de l’événement spécial peut entraîner le non-traitement de leur candidature à temps pour le début de l’événement », a écrit MacDonald, ajoutant que le département n’entrera pas dans les détails de l’événement de juillet. en raison de la législation sur la protection de la vie privée.

« Il y a toujours des raisons impérieuses pour lesquelles certaines personnes ne sont pas autorisées à entrer au Canada. »

Le problème est « systémique », pas technique, selon un expert en genre et santé

Lauren Dobson-Hughes, consultante spécialisée en santé mondiale et en genre, a déclaré que le Canada et d’autres pays occidentaux doivent regarder au-delà des solutions techniques et reconnaître « un schéma beaucoup plus large » lors de ces sommets.

« Il s’agit d’un problème systémique à travers le monde, où nous avons tendance à être divisés entre les donateurs du Nord qui organisent des conférences et les pays du Sud qui vivent ces problèmes et devraient s’en approprier – et pourtant les conférences qui les concernent ne sont pas fini avec eux. »

Dobson-Hughes a rappelé les sommets de 2016 et 2019 où les délégués africains avaient des lettres d’invitation sur papier à en-tête du gouvernement du Canada, mais ne pouvaient pas obtenir de visa.

« Je ne peux pas imaginer qu’Affaires mondiales Canada soit particulièrement ravi qu’ils établissent des relations respectueuses et significatives sur une base personnelle avec des collègues en Afrique, par exemple, pour que leur propre gouvernement se retourne et leur refuse un visa », a-t-elle déclaré.

« Je n’ai rien vu qui donne l’impression qu’ils [IRCC officials] se sont attaqués au sens du problème tel que le perçoivent particulièrement les participants africains. »

Le ministère a déclaré qu’il forme des agents pour évaluer les demandes de manière égale selon les mêmes critères.

« Dans le cadre de notre engagement envers la lutte contre le racisme, l’équité et l’inclusion, nous examinons de près ces critères sous l’angle de leur impact sur les candidats racialisés, afin de nous assurer que nos programmes et politiques sont justes, équitables et sensibles à la culture », a écrit MacDonald. .

Plan extérieur d'un bâtiment multicolore.
Le Palais des Congrès de Montréal sera le site de la 15e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique le mois prochain. (Palais des congrès de Montréal)

Dobson-Hughes espère que le Canada revoit sa politique en matière de visas dans le cadre d’une stratégie pour l’Afrique que le député Rob Oliphant doit présenter l’année prochaine.

« Il existe des solutions technologiques, mais elles ne sont bonnes que dans la mesure où elles résolvent le problème sous-jacent, qui est souvent les attitudes, les préjugés et le racisme », a-t-elle déclaré.

Une analyse de 2018 du Globe and Mail a révélé que le Canada refuse la majorité des demandes de visa de plus d’une douzaine de pays africains.

Le problème est aggravé par la faible présence diplomatique du Canada sur le continent; beaucoup doivent parcourir des milliers de kilomètres et traverser les frontières pour soumettre des documents et faire scanner leurs empreintes digitales.

Isseu Diallo, qui dirige une association au Sénégal de personnes vivant avec le VIH, a fait une présentation virtuelle à la conférence de Montréal en juillet dernier dans le cadre d’un panel organisé par le groupe torontois Realize.

Elle a été invitée à y assister, mais a pensé que cela ne valait pas la peine de demander un visa alors que plusieurs pairs étaient déjà refusés.

« C’est la faute du gouvernement du Canada parce que quand il y a une conférence comme ça, c’est pour se rassembler. Il faut que les gens viennent pour organiser des séminaires et faire des ateliers », a déclaré Diallo en français.

Elle s’est demandée si les responsables ne voulaient tout simplement pas que trop de personnes se rassemblent pendant la pandémie de COVID-19. « Peut-être que ce n’est pas une question de racisme; peut-être qu’il y a eu trop de demandes », a-t-elle déclaré.

« J’étais un peu découragé, mais je me suis dit qu’il y aura peut-être un autre jour où je pourrai être à Montréal. »

Canada

Google avise les employés canadiens touchés par le licenciement mondial de 12 000 travailleurs

Published

on

Par

Les employés canadiens de Google touchés par les suppressions d’emplois récemment annoncées ont été informés lundi s’ils avaient été licenciés.

La porte-parole de Google Canada, Lauren Skelly, a confirmé dans un courriel que des notifications étaient envoyées au personnel touché par les coupes annoncées le mois dernier.

Skelly n’a pas voulu dire combien de Canadiens devaient être licenciés et dans quels départements ou villes ils travaillaient, mais a déclaré que le Canada restait un marché important et prioritaire pour Google.

Cependant, les messages de LinkedIn montraient des ingénieurs en logiciel et des concepteurs d’expérience utilisateur à Kitchener, en Ontario. faisaient partie de ceux qui ont perdu leur emploi.

Sundar Pichai, directeur général de Google et de la société mère Alphabet, a déclaré au personnel à la mi-janvier que son entreprise allait licencier 12 000 travailleurs.

« Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire », a-t-il déclaré dans un article de blog révélant les coupes. « Pour égaler et alimenter cette croissance, nous avons embauché pour une réalité économique différente de celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui. »

La réalité qui s’est matérialisée l’a poussé à entreprendre un examen « rigoureux » de tous les domaines de produits et de toutes les fonctions pour s’assurer que les rôles sont alignés sur les principales priorités de l’entreprise.

« Les rôles que nous éliminons reflètent le résultat de cet examen », a déclaré Pichai. « Ils couvrent Alphabet, les domaines de produits, les fonctions, les niveaux et les régions. »

Quelques jours après son annonce, Google a annoncé qu’il fermerait le bureau d’Edmonton appartenant à sa filiale d’intelligence artificielle DeepMind.

La filiale basée au Royaume-Uni prévoit de consolider ses opérations restantes, mais de conserver ses bureaux de Montréal et de Toronto, qui sont situés dans des bâtiments gérés par Google.

Les chercheurs du bureau d’Edmonton se sont vu offrir la possibilité de déménager dans un autre site DeepMind, a déclaré Skelly.

Shopify, Netflix, Amazon, Wealthsimple, Clearco et Hootsuite sont d’autres entreprises qui ont licencié du personnel ou réorganisé leurs opérations au cours des derniers mois à mesure que les investisseurs et les sentiments économiques changent.

L’agrégateur de licenciements Layoffs.fyi compte 94 838 employés dans 297 entreprises technologiques mondiales qui ont déjà été licenciées cette année.

Continue Reading

Canada

Pourquoi un avocat albertain repousse une partie de la nouvelle stratégie de lutte contre les dépendances de la province

Published

on

Par

Cette histoire fait partie d’une série intitulée The Way Out: Addiction in Alberta. Rejoignez la discussion ou lisez plus sur la série ici.

(Radio-Canada)

AVERTISSEMENT | Cette histoire contient des détails sur la consommation de drogue.


À 17 h 55 tous les jours, Ophelia Black, 21 ans, commence le processus élaboré d’injection d’un opioïde sur ordonnance dans son bras.

Tout d’abord, elle appelle le National Overdose Response Service (NORS) sur le téléphone portable de sa mère.

« Ils me connaissent tous maintenant. »

Elle se désinfecte les mains, met des gants en latex, remplit une aiguille d’hydromorphone (un opioïde comme le fentanyl mais moins puissant) puis l’injecte dans son bras.

Une fois qu’elle peut confirmer qu’elle n’a pas fait d’overdose, elle remercie l’équipe NORS et poursuit sa soirée.

Black recommencera soit avant de se coucher, soit au milieu de la nuit, puis à nouveau à 9 heures du matin.

« J’avais l’habitude d’en avoir besoin six fois par jour, mais je n’en ai plus que trois », dit-elle avec fierté.

Une femme se tient dans sa cuisine dans une robe noire tenant un kit d'opioïdes sur ordonnance, comprenant des lingettes désinfectantes, des bouteilles et des aiguilles.
Ophelia Black s’est vu prescrire un opioïde très puissant pour l’aider à lutter contre son grave trouble lié à l’utilisation d’opioïdes. (Judy Aldous/CBC)

Pour Black, qui lutte contre la dépression depuis son enfance et qui, jusqu’à il y a deux ans, était accro au fentanyl après des années d’abus physiques et sexuels, elle dit que c’est un succès.

« Au cours des deux années où j’ai reçu cette ordonnance, je n’ai jamais eu une seule infection. Grâce à ma prudence, je n’ai jamais fait d’overdose. »

Mais maintenant, elle ne peut plus faire ça. Le gouvernement provincial a modifié les règles concernant les personnes autorisées à prescrire des opioïdes puissants et à courte durée d’action comme l’hydromorphone qu’elle utilise.

Black a donc poursuivi la province. Son avocat, Avnish Nanda, plaidera pour une injonction d’urgence dans une salle d’audience de Calgary mardi matin.



Nanda dit qu’il soutiendra que Black devrait être autorisée à continuer avec sa prescription pendant que le procès est en cours de décision devant les tribunaux.

Il dit que sans cela, elle pourrait être forcée d’acheter de la drogue dans la rue pour éviter le sevrage.

Si l’injonction est accordée, elle ne s’appliquerait pas aux autres personnes ayant des ordonnances comme la sienne.

Services de transition en matière de stupéfiants

Ce changement dans la façon dont les opioïdes sont prescrits a été discrètement annoncé en octobre 2022, lorsque le gouvernement provincial a modifié ses services de transition des narcotiques (SNT).

Le gouvernement provincial centralisera désormais les soins aux personnes souffrant de dépendances graves aux opioïdes dans le cadre de programmes de dépendance aux opioïdes (ODP), qui visent à réduire les personnes aux opioïdes «à forte puissance» comme ce que prend Black.

Le programme de Calgary est offert au Sheldon M. Chumir Health Centre. Le programme d’Edmonton se déroule à la 106th Street Clinic, et il y en a d’autres dans toute la province.



Cela laissera à Black deux options : premièrement, elle peut passer à l’ODP, où sa consommation d’hydromorphone sera surveillée et finalement réduite.

Elle dit que cette option n’est pas réaliste car elle l’obligerait à faire de longs trajets en transport en commun pour se rendre à la clinique plusieurs fois par jour depuis son domicile situé à l’extrême sud-est de Calgary. Deux de ses injections se produisent lorsque l’ODP est fermé.

Ou, elle peut passer à d’autres drogues comme la méthadone ou la suboxone. Ce sont des médicaments de remplacement des opioïdes largement acceptés, souvent utilisés pour aider à sevrer les personnes dépendantes de leurs drogues illicites.


REGARDER | Ophelia Black décrit ce qu’elle utilise pour injecter sa prescription en toute sécurité :

Ophelia Black explique comment elle administre son opioïde sur ordonnance

Depuis deux ans, Ophelia Black, qui souffre d’un grave trouble lié à l’utilisation d’opioïdes, s’administre le médicament hydromorphone plusieurs fois par jour.

Black dit qu’elle les a essayés et qu’ils n’ont pas fonctionné pour elle.

« En ce moment, c’est ce qui est le plus efficace pour moi. Mais j’ai tout essayé. C’était le dernier recours. Ils ne donnent pas une ordonnance comme celle-ci, vous savez, comme la première fois. C’est la dernière station balnéaire. »

Black dit qu’elle aimerait réduire sa consommation d’opioïdes mais qu’elle n’est pas prête.

« Même si, disons, hypothétiquement, à l’avenir, je suis capable de déroger complètement à ma prescription. Même si c’était vrai, m’en sortir, donner des coups de pied et crier quand je ne suis pas prêt, ce n’est pas la bonne façon pour y parvenir. »

Le modèle albertain

Ce changement fait partie de l’abandon par le gouvernement provincial de certaines approches de réduction des méfaits face à la crise des opioïdes et vers ce qu’il appelle un modèle de rétablissement.

Bien que la réduction des méfaits se concentre, en partie, sur la fourniture d’un accès sûr aux drogues pour ceux qui les consomment, le rétablissement éloigne complètement les gens de la consommation de drogues.



Le ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Nicholas Milliken, a déclaré qu’il ne commenterait pas la poursuite de Black, car elle est devant les tribunaux.

Mais il dit que les drogues utilisées par certaines personnes peuvent être dangereuses.

« Il est bon de s’assurer que les personnes qui les utilisent auraient la possibilité de le faire dans un environnement médicalisé où elles auraient de nombreuses opportunités de suivre des voies de traitement et de rétablissement », a déclaré Milliken dans une interview.

Le gouvernement de l’UCP est préoccupé par la vente de ces opioïdes sur ordonnance dans la rue, a déclaré Milliken, ce que l’on appelle le « détournement ».

Un homme en costume sombre avec une cravate bleue debout dans une salle bondée.
Le ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Nicholas Milliken, s’exprimant lors d’un panel le 19 février 2020. (Julie Debeljak/CBC)

« Nous les verrons être échangés ou vendus sur des marchés illégaux. Vous vous retrouverez avec de l’hydromorphone entre les mains d’individus qui ne devraient pas en avoir », a-t-il déclaré.

« Cela peut alors conduire, évidemment, à des problèmes de sécurité publique, et bien sûr, nous nous engageons à garantir que les personnes qui ont besoin des services obtiennent les services, mais nous devons également équilibrer cela en nous assurant que nous assurons la sécurité de notre communauté. « 

Black dit qu’elle ne vendrait jamais son ordonnance parce qu’elle a besoin de chaque milligramme, et maintenant que les opioïdes de rue sont si bon marché, cela n’en vaudrait même pas la peine.

Elle dit qu’elle passerait volontiers un test de dépistage hebdomadaire pour prouver qu’elle avait pris ses médicaments.

Une « condamnation à mort » pour les patients

Selon le ministère de la Santé mentale et des Dépendances, environ 350 patients comme Black sont touchés par les changements décrits dans le document NTS.

Un prescripteur que nous appelons « Jane » en traite un certain nombre. Nous n’utilisons pas son vrai nom car elle craint des représailles pour avoir critiqué le gouvernement provincial.

Elle prescrit des médicaments comme l’hydromorphone (en combinaison avec d’autres médicaments) à un certain nombre de patients souffrant de troubles liés à l’utilisation d’opioïdes, dont la majorité sont des Autochtones et des sans-abri.

« C’était vraiment, vraiment écœurant parce que nous connaissons les méfaits de la déprescription, et c’est déstabilisant. C’est comme une diminution forcée », a-t-elle déclaré.

« C’est une condamnation à mort pour les gens. Cela va les forcer à recommencer à utiliser du fentanyl. »

Des mains gantées de latex tiennent un petit flacon transparent étiqueté hydromorphone.  D'autres fournitures médicales sont assises en arrière-plan.
Ophelia Black tient un flacon contenant sa prescription d’hydromorphone. Elle s’administre le médicament trois fois par jour. (Judy Aldous/CBC)

Jane dit qu’au cours des deux années où elle a pu prescrire ces médicaments, elle a aidé à stabiliser ses patients dépendants au fentanyl.

« Pour certains d’entre eux, c’est aussi simple qu’ils veulent réduire le risque de surdose, et c’est tout. Ils ne veulent pas mourir. »

Une fois qu’ils se sont stabilisés avec les opioïdes qu’elle leur a prescrits, elle dit qu’ils peuvent passer à leurs objectifs.

« Ils veulent renouer avec le cercle social, ou s’ils s’entendent bien, ils m’amèneront comme leur partenaire la prochaine fois ou ils amèneront comme leurs enfants si leur enfant utilise aussi du fentanyl. Donc, il y a tout de ces objectifs à l’arrière de leur tête. »

C’est aussi simple qu’ils veulent réduire le risque de surdose, et c’est tout. Ils ne veulent pas mourir.– « Jane », un prescripteur

Maintenant, un par un, elle leur dit qu’elle ne peut plus prescrire ces médicaments. Elle a offert de les aider à faire la transition vers l’ODP à Calgary.

Personne n’a voulu le faire en raison de la distance qui les sépare de leur lieu de résidence et parce que c’est quelque chose de nouveau et d’inconnu, dit-elle.

Donc, elle essaie de les réduire progressivement à la drogue et aux autres.

Ça ne va pas bien.

Elle dit que ses patients lui ont déjà dit qu’ils recommenceraient à acheter leurs médicaments dans la rue.

Jane dit que la partie la plus bouleversante des conversations qu’elle a avec ses patients est peut-être à quel point ils ne sont pas surpris.

« Et j’ai pensé que ça faisait vraiment mal, qu’ils n’étaient pas surpris. Parce qu’ils ont été déçus si souvent. »

Continue Reading

Canada

Les agents immobiliers de la Saskatchewan affirment que l’offre sur le marché du logement est à son plus bas niveau depuis plus d’une décennie

Published

on

Par

Les agents immobiliers de la Saskatchewan disent que le marché du logement de la province a des niveaux d’offre très bas, en particulier dans les maisons à bas prix.

« Les acheteurs sur le marché sont prêts, désireux, capables d’acheter et pré-qualifiés, mais il n’y a rien à acheter », a déclaré Scott Ziegler, un agent immobilier à Saskatoon.

« Lorsque nous avons ces pénuries de stocks, statistiquement parlant, il s’agit plutôt d’un marché équilibré. Mais si vous êtes un acheteur sur le marché actuel à la recherche de moins de 500 000 $, cela ne ressemble certainement pas à un marché d’acheteurs. »

Ziegler a déclaré que les 415 nouvelles inscriptions sur le marché de Saskatoon en janvier étaient les moins élevées pour un mois en cinq ans.

« C’est un signe clair que les vendeurs tardent à mettre leurs maisons sur le marché. »

La Saskatchewan Realtors Association (SRA) a déclaré que même si les ventes de janvier étaient inférieures à celles des deux dernières années, les ventes restent conformes aux niveaux d’avant la pandémie.

Selon la SRA, 631 ventes ont été enregistrées dans la province en janvier, une baisse de près de 16 % d’une année sur l’autre.

Les niveaux des stocks de janvier étaient à leur plus bas niveau depuis plus d’une décennie, selon la SRA.

Scott Ziegler, agent immobilier à Saskatoon, affirme que même si les acheteurs sur le marché sont prêts, désireux et capables d’acheter, ils n’ont rien à acheter. Il dit que le manque d’inventaire de logements en Saskatchewan maintiendra ses prix relativement stables à court terme. (Soumis par Scott Ziegler)

Ziegler a déclaré que la construction à Saskatoon est en train de passer de grands complexes de condos à des locations ciblées.

« Contrairement à d’autres marchés au Canada comme Vancouver et Toronto, où les prix se sont effondrés de façon spectaculaire, le manque de stocks va aider à soutenir les prix de Saskatoon, car la demande des acheteurs est suffisante », a-t-il déclaré.

« Notre manque d’inventaire en Saskatchewan maintiendra nos prix relativement stables à court terme. »

Cole Zawislak, directeur des affaires publiques à la SRA, a déclaré que la hausse des taux de prêt associée aux pressions inflationnistes en cours ont un impact sur ce que les gens peuvent se permettre.

« C’est une énorme préoccupation qu’il n’y ait pas beaucoup de choix en ce moment, car il n’y a pas beaucoup d’inventaire dans le segment le plus abordable de notre marché en ce moment », a-t-il déclaré.

Un homme vêtu d'un costume et d'une chemise à carreaux est vu en train de sourire.
Cole Zawislak, directeur des affaires publiques chez SRA, affirme que la hausse des taux de prêt associée aux pressions inflationnistes en cours ont un impact sur ce que les individus peuvent se permettre. Il dit qu’il n’y a pas beaucoup de choix en ce moment dans le segment abordable du marché de la Saskatchewan. (Soumis par Cole Zawislak)

Zawislak a déclaré que les hausses de taux d’intérêt et moins de choix dans le segment le plus abordable du marché – défini comme coûtant moins de 500 000 $ – contribuent à une baisse globale des ventes. Par conséquent, il a déclaré que les prix de référence augmentaient pour les condos.

De nombreuses régions de la province, à l’exception de Moose Jaw et de North Battleford, ont connu une baisse des ventes d’une année à l’autre.

SRA a déclaré que toutes les régions autres que Moose Jaw et North Battleford ont déclaré des approvisionnements mensuels inférieurs aux moyennes sur 10 ans. Mais Zawislak a déclaré que la Saskatchewan « se porte toujours bien » par rapport aux autres marchés canadiens.

Au total, il a dit qu’il y avait 5 224 unités à vendre dans la province, ce qui est de 28 % inférieur à la moyenne décennale.

Regina a signalé 300 nouvelles inscriptions en janvier, le moins depuis 2010. Saskatoon en a signalé 415, le moins depuis 2008.

« Actuellement à Saskatoon, il y a 868 unités sur le marché et c’est 36% en dessous de la moyenne sur 10 ans. À Regina, 794 unités sont actuellement disponibles, mais c’est 22% en dessous de la moyenne sur 10 ans », a déclaré Zawaislak.

« Ce n’est pas un problème qui va de toute façon bientôt. Il va falloir des incitations de la part des gouvernements de tous bords. »

Continue Reading

Tandance