Connect with us

NBA

Il y a 19 ans, St. John’s s’est vu refuser une chance de faire partie de l’histoire de la NBA – et ces fans n’ont pas oublié

Published

on

Un soir de fin octobre 2003, des milliers de personnes se sont rassemblées dans une nouvelle arène du centre-ville de St. John’s pour regarder l’histoire de la NBA : les débuts de la recrue de LeBron James – alors une recrue de 18 ans mais aujourd’hui une icône mondiale avec plusieurs championnats et Titres MVP.

Au lieu de cela, les fans ont eu le cœur brisé – et 19 ans plus tard, certains veulent voir la réalisation d’une promesse faite lors de cette nuit décevante.

Le 23 octobre 2003, les Raptors de Toronto et les Cavaliers de Cleveland se sont rendus dans la capitale de Terre-Neuve-et-Labrador pour un match d’exhibition, qui devait être le premier match de basket-ball joué dans un aréna nouvellement construit – l’ancien Mile One Center – et James’s NBA début.

« Vous avez la chance de voir les débuts de LeBron James, qu’est-ce qu’il ne faut pas aimer à ce sujet? » a déclaré Matthew Brake, qui a fait du covoiturage ce soir-là avec des amis du secondaire de Pasadena, à 650 kilomètres sur la route transcanadienne, sur la côte ouest de Terre-Neuve. Ils ont réservé une chambre d’hôtel dans la ville et ont attendu avec impatience depuis les rangées supérieures du Mile One un tuyau.

Les choses ne se sont pas tout à fait déroulées comme prévu.

Regardez la vidéo ci-dessus pour voir une vidéo d’archives de ce fiasco sportif légendaire.

Les partisans sont allés au sol pour aider à éponger la condensation avant ce qui était censé être un match hors-concours entre les Raptors de Toronto et les Cleveland Cavaliers à St. John’s en octobre 2003. (Archives de Radio-Canada)

Il y a eu un retard, se souvient Brake, puis un autre retard et un autre, alors que les fans s’asseyaient et regardaient les stars de la NBA tirer quelques seaux pendant l’échauffement d’avant-match.

Parmi les talents notables de la formation ce soir-là, outre James, figuraient Vince Carter, Jalen Rose et une autre recrue cherchant à se faire un nom dans la ligue : Chris Bosh, un futur Temple de la renommée de la NBA.

« Il y a un tas d’enfants par terre avec des serviettes en train d’essuyer quelque chose. Nous ne savions pas ce qui se passait. Au fil du temps, les joueurs sont partis », a déclaré Brake.

Le plancher de bois franc de la cour était imbibé d’humidité. La ville connaissait une journée de fin octobre anormalement humide, et la chaleur corporelle de milliers de fans excités dans l’arène à guichets fermés n’a pas aidé la situation.

« Je me sentais très mal »

Glen Grunwald, directeur général des Raptors à l’époque, était à côté du terrain alors que les officiels discutaient de ce qu’il fallait faire.

Jouer le jeu et risquer de blesser certains des plus grands noms et atouts de la ligue ? Ou annuler et décevoir les fans, dont certains, comme Brake, avaient voyagé de loin en dehors de la ville juste pour apercevoir de près les stars de la NBA ?

« C’était une super ambiance dans la ville et tout le monde était excité. C’était aussi un endroit unique pour les joueurs. Ils ne savaient pas grand-chose de St. John’s ou de Terre-Neuve, alors ils étaient excités pour ça », Grunwald a déclaré à CBC News.

Un homme tenant un microphone debout sur un terrain de basket.
Glen Grunwald, alors directeur général des Raptors de Toronto, annonce la mauvaise nouvelle aux amateurs de basketball au Mile One Centre de St. John’s. (Archives de Radio-Canada)

Malheureusement, a déclaré Grunwald, à cause de la condensation sur le sol, le terrain n’était pas sûr pour jouer.

« L’air est sorti du ballon très lentement. Enfin, les arbitres de la NBA, qui prennent ces décisions concernant l’annulation des matchs, ont dit: » Je suis désolé, nous ne pouvons pas continuer avec ce match. Nous avons essayé de le nettoyer. mais cela ne fonctionnera tout simplement pas », a-t-il déclaré.

Grunwald s’est vu remettre un microphone et s’est vu confier la tâche ingrate d’annoncer la mauvaise nouvelle. Pour les fans présents, c’est peut-être le discours de Grunwald annonçant l’annulation, après une longue marche vers le court central, dont ils se souviennent le plus.

« Je me sentais mal parce que beaucoup de gens sont venus me voir après ça et m’ont dit : ‘Hé, j’ai conduit de Corner Brook… pour venir à ce match' », a déclaré Grunwald.

« C’était vraiment, vraiment difficile. Personne ne voulait que cela se produise, personne ne voulait venir jusqu’ici et ne pas jouer le match. C’était vraiment malheureux. »

Une seconde chance gâchée

Les huées pleuvaient des chevrons du Mile One. Certains des fans les plus indisciplinés ont jeté de la nourriture par terre.

Mais dans son discours dévastateur, Grunwald a donné de l’espoir aux fans locaux, avec la promesse que les Raptors seraient de retour d’ici deux ans.

« Nous nous étions engagés à le faire. Malheureusement, après cette saison, j’ai été viré », a-t-il déclaré en riant.

« Les choses sont tombées à l’eau et cela ne s’est pas produit. »

La sensation recrue LeBron James était à St. John’s en 2003 pour jouer le match. Le match a été annulé et les débuts de James en NBA devraient attendre. (Archives de Radio-Canada)

Mais les projets de retour de Grunwald ne se sont pas terminés avec son mandat avec les Raptors. Quelques années plus tard, alors qu’il était à la tête des New York Knicks, il avait des plans en place pour amener ce club à St. John’s.

« J’avais aligné les Wizards de Washington pour affronter les Knicks lors de la pré-saison 2014 à St. John’s et malheureusement, j’ai encore été viré », a-t-il déclaré en riant à nouveau.

« Les Wizards ne voulaient pas continuer après que j’ai été licencié. Si je pouvais juste garder un emploi, nous aurions un match là-bas. »

Continuez à faire campagne, déclare l’ancien directeur général

Les fans n’ont pas non plus oublié la promesse de Grunwald.

C’est pourquoi Brake est le fer de lance de la campagne #RaptorsToTheRock pour ramener un match NBA à St. John’s l’année prochaine, qui sera le 20e anniversaire du jeu qui n’a jamais eu lieu. Les Raptors ont disputé des matchs hors-concours dans des villes à l’extérieur de Toronto cette année.

Brake utilise Twitter pour atteindre qui il peut, y compris les joueurs qui étaient à ce match en octobre 2003, ce qui lui a valu une réponse de Vince Carter, qui a dit qu’il se souvenait de cette nuit, et du héros local du basket Carl English, qui a dit qu’il allait faire quoi il peut aider la cause.

Une image d'une arène avec un panneau indiquant Mary Brown's Centre.
Mary Brown’s Center – alors connu sous le nom de Mile One Center – a été le théâtre d’un match NBA qui n’a jamais eu lieu. Les fans espèrent ramener un autre jeu l’année prochaine. (Zach Goudie/CBC)

« Les Maple Leafs de Toronto étaient ici il y a quelques années, ils ont fait leur camp d’entraînement et leur match de pré-saison ici », a déclaré Brake. « Il n’y avait que des choses positives à dire à ce sujet. Vingt ans après l’annulation du match, cela semble être le moment idéal pour revenir pour un peu de vengeance. »

Grunwald a dit qu’il aimerait voir un plan se concrétiser.

Son conseil? Continuez à faire campagne.

« Ce fut une journée spéciale à bien des égards. À la fois bon et mauvais. C’est une bonne histoire dans le sens où c’est légendaire en termes de comment tout s’est réuni et s’est effondré et qui était impliqué », a-t-il déclaré.

« J’espère vraiment que les matchs pourront reprendre là-bas. C’est compliqué et les choses doivent se mettre en place, mais je pense que les fans devraient faire savoir aux Raptors qu’ils veulent toujours le match. »

En savoir plus sur CBC Terre-Neuve-et-Labrador

NBA

Tatum aide à élever les Celtics, leaders de la NBA, sur les Raptors

Published

on

Par

Dans une saison de lutte pour trouver une certaine cohérence, l’entraîneur des Raptors de Toronto, Nick Nurse, a estimé que le match à domicile de lundi contre les Celtics de Boston était un bon outil de mesure pour son équipe.

Il est reparti satisfait pour la plupart après avoir perdu une décision de 116-110 contre les Celtics, leaders de la ligue, qui sont tombés sur le fil.

« Je vais toujours me préoccuper de savoir si nous jouons bien au basket », a déclaré Nurse. « Nous avons eu quelques très mauvais trimestres en [recent] jeux auxquels nous n’avons pas très bien joué du tout. Nous nous efforçons juste d’avoir un peu plus de cohérence, un peu plus de construction et de tendance dans la bonne direction pour jouer un bon basket.

« [A win] était là pour être eu ce soir. »

Jayson Tatum avait 31 points et 12 rebonds, tandis que Jaylen Brown avait 22 points pour Boston (20-5).

REGARDER | Les Celtics éliminent les Raptors :

Celtics assez gros en 2e mi-temps pour vaincre les Raptors

Jayson Tatum a marqué 31 points et mené Boston à une victoire de 116-110 contre Toronto lundi.

Pascal Siakam a marqué 29 points, tandis que Scottie Barnes a terminé avec 21 et Gary Trent Jr., en a ajouté 20 pour les Raptors (12-12), qui n’ont perdu que pour la troisième fois au Scotiabank Arena cette saison. OG Anunoby a contribué avec 13 points.

« Je sentais que nous avions bien joué… nous avions une chance de gagner », a déclaré Siakam. « Alors … quand nous nous concentrons et que tout le monde est en bonne santé, tout le monde joue comme nous savons que nous pouvons jouer, je ne pense pas que je crains vraiment qui que ce soit, pour être honnête. »

Les Raptors ont rythmé les Celtics pendant la majeure partie du match et ont mené jusqu’à 10 points en première mi-temps.

Mais Tatum a inscrit 17 points au troisième quart – un de moins que les Raptors combinés – et quand il l’a inscrit avec un roulement de doigt avec 2:33 à faire dans le cadre, le panier a mis Boston en avance de 13. Les Celtics menaient 91- 80 avec un quart à jouer.

Marcus Smart a trouvé Tatum seul devant le banc des Raptors pour un trois facile qui a porté l’avance de Boston à 12, mais un trois points de Trent et un jeu à trois points de Barnes ont ramené Toronto à moins de six avec 2:12 à jouer. Un lancer franc de Siakam en a fait un match à quatre points avant la dernière minute.

Mais le coup de pointe de Blake Griffin avec 26,8 au compteur a fait reculer Boston de sept points et envoyé des centaines de fans des Raptors aux sorties de la Scotiabank Arena.

Siakam a déclaré qu’après une série de blessures et de maladies et quelques pertes horribles sur la route à la Nouvelle-Orléans et à Brooklyn, l’ambiance au sein de l’équipe n’était pas étonnamment mauvaise.

« Tant que ça ne s’attarde pas », a déclaré Siakam. « C’est la NBA, nous essayons de gagner des matchs et ce n’est pas facile. Et je sais que nous sommes habitués à gagner en équipe parce que c’est qui nous sommes. Nous gagnons. Mais ce n’est pas facile. Gagner est difficile, c’est vraiment dur. Et parfois, nous sommes gâtés par le succès que nous avons eu en tant qu’organisation.

Aucune des deux équipes ne menait de plus de 10 points dans une première mi-temps très disputée. Les Celtics ont pris les devants par huit à la fin du premier quart sur un trois points de Sam Hauser, mais les Raptors ont clôturé avec une course de 7-0 et n’ont mené que 27-25 pour commencer le deuxième.

Toronto a effectué une course de 10-1 en seconde, couronnée par quelques lancers francs de Christian Koloko, puis a égalé pratiquement tous les paniers de Boston le reste de la mi-temps pour prendre une avance de 62-56 à la mi-temps.

Continue Reading

NBA

Nike annonce la fin de son partenariat avec le gardien des Nets Kyrie Irving

Published

on

Par

La relation de Kyrie Irving avec Nike est officiellement terminée, a déclaré lundi le fabricant de chaussures et de vêtements de sport, une décision intervenue un mois après que la société a suspendu le garde de Brooklyn dans le cadre des retombées de son tweet sur un lien vers un film contenant du matériel antisémite.

Ce n’était pas une rupture surprise, surtout après que le co-fondateur de Nike, Phil Knight, a déclaré dans les jours qui ont suivi la suspension d’Irving qu’il doutait qu’il y ait une réconciliation.

« Kyrie Irving n’est plus une athlète Nike », a déclaré la société dans un communiqué.

L’agent et belle-mère d’Irving, Shetellia Riley Irving, a déclaré au New York Times que les deux parties « ont mutuellement décidé de se séparer et nous souhaitons simplement le meilleur à Nike ». Irving, sans mentionner Nike par son nom, a semblé aborder la question sur son compte Twitter lundi après-midi.

« Quiconque a même dépensé son argent durement gagné pour tout ce que j’ai jamais publié, je vous considère comme une FAMILLE et nous sommes connectés pour toujours », a écrit le gardien des Nets. « Il est temps de montrer à quel point nous sommes puissants en tant que communauté. »

Irving a porté sa ligne signature de Nike lors des derniers matchs. On ne sait pas si la fin officielle de sa relation avec Nike affectera cela, du moins à court terme. Il a été un athlète Nike pendant toute sa carrière dans la NBA, à partir de 2011, et a obtenu sa première chaussure signature avec la société en 2014.

Lorsque Nike a suspendu Irving début novembre, la société n’était qu’à quelques jours de la sortie du Kyrie 8, ce qui aurait été le dernier né de sa ligne de signature.

« Chez Nike, nous pensons qu’il n’y a pas de place pour les discours de haine et nous condamnons toute forme d’antisémitisme », avait alors déclaré la société basée à Beaverton, dans l’Oregon.

Irving a raté huit matchs avant d’être réintégré par les Nets le 20 novembre. Il s’est excusé ce jour-là auprès de ceux qui se sont sentis menacés ou blessés lorsqu’il a publié un lien vers le documentaire, et a reconnu qu’il aurait dû gérer plus tôt les chances de clarifier s’il avait des propos antisémites. croyances différemment.

« Je ne défends rien qui ressemble à un discours de haine ou à l’antisémitisme ou à tout ce qui va à l’encontre de la race humaine », a déclaré Irving le jour où les Nets l’ont réintégré.

Irving n’a pas manqué d’opinions controversées au cours de sa carrière. Il a demandé à plusieurs reprises si la Terre était ronde avant de finalement s’excuser auprès des professeurs de sciences. L’année dernière, son refus de se faire vacciner contre le COVID-19 lui a valu d’être interdit de jouer dans la plupart des matchs à domicile des Nets.

Continue Reading

NBA

Anunoby afflue en 32 alors que les Raptors rebondissent avec une victoire sur Magic

Published

on

Par

Après s’être creusés dans quelques énormes trous lors de deux vilaines défaites sur la route, les Raptors de Toronto se sont réunis avant le coup d’envoi samedi pour parler d’un meilleur départ.

Message reçu.

OG Anunoby a égalé son sommet de la saison avec 32 points et les Raptors ont mené pratiquement depuis le début en route vers une déroute 121-108 du Orlando Magic samedi.

« Nous voulions juste nous regrouper, être meilleurs. C’était un mauvais pressentiment dans le vestiaire », a déclaré Scottie Barnes, qui a récolté 17 points et 14 rebonds, un sommet de la saison.

Pascal Siakam a terminé avec 26 points et 10 passes, et Fred VanVleet a terminé avec 13 points et sept passes, alors que les Raptors (12-11) ont envoyé le Magic – la pire équipe de la ligue à 5-19 – à leur huitième défaite consécutive.

REGARDER | Anunoby propulse les Raptors devant Magic :

OG Anunoby mène les Raptors à une 3e victoire consécutive à domicile

Toronto passe à 9-2 à domicile alors que OG Anunoby égale son sommet de la saison avec 32 points.

L’ancien Raptor Terrence Ross et le centre de sept pieds deux pouces Bol Bol, qui a couru sur toute la longueur du sol pour un impressionnant dunk à une main, ont marqué 18 points chacun pour mener le Magic.

Les Raptors étaient de retour d’un road trip désastreux de deux matchs que VanVleet avait simplement résumé par : « Nous sommes nuls en ce moment. » Ils se sont creusés un trou de 36 points au début de leur défaite 114-105 vendredi à Brooklyn. C’était une histoire similaire deux nuits plus tôt dans une défaite 126-108 à la Nouvelle-Orléans.

L’entraîneur Nick Nurse était soulagé de voir son équipe renverser la tendance samedi.

« Nous en avons parlé avant le match, nous parlions d’être un peu plus prêts », a déclaré Nurse. « Nous avons également abordé le fait que notre attaque devait peut-être faire bouger un peu plus le ballon, et je pensais que nous l’avions vraiment fait ce soir. Toute la nuit. Cela a évidemment créé de bien meilleurs tirs et beaucoup plus de coupes dans le panier et des choses comme ça. »

Les Raptors ont marqué sur huit de leurs 10 premiers tirs pour prendre une avance de 11 points et ont tiré un grésillement de 71,4% au premier quart. Le tir de revirement de Barnes avec 1,8 seconde à faire dans le cadre les a envoyés dans la seconde avec une avance de 36-22.

« C’était probablement le plus important ce soir, juste prendre un bon départ », a déclaré Anunoby. « Juste jouer dur depuis le début. »

Les Raptors ont étendu leur avance à 17 points au début de la seconde et se sont dirigés vers la mi-temps avec une avance de 64-48.

Scottie Barnes des Raptors dunks sur Bol Bol of the Magic au cours de la première mi-temps samedi soir. (Chris Young/La Presse Canadienne)

Au début du troisième quart-temps, Anunoby a tenté un dunk 360 mais a été rattrapé par Bol.

« Il a tourné trop lentement là-dessus », a déclaré Nurse en riant. « La vitesse sur le cercle doit être un peu plus rapide. »

Ce fut le seul coup dur d’une autre excellente soirée pour Anunoby, qui quelques instants plus tard a arraché le ballon à Moritz Wagner et a terminé avec un dunk en cours d’exécution qui a couronné une course de 25-8 et a donné à Toronto une avance de 33 points. Les Raptors menaient 94-73 avec un quart à jouer.

« OG a eu un excellent match, a levé les yeux au premier ou au deuxième quart-temps, il en avait comme 16 au début », a déclaré Barnes. « Il faisait ce qu’il faisait, se rendre au bord, se rendre à la ligne, faire des tirs. Il s’en sortait de façon incroyable aujourd’hui. »

Ross, qui était un parfait 7 contre 7 sur le terrain, dont quatre à trois points, a marqué à longue distance avec 5:42 à jouer pour ramener le Magic à moins de 17 points. Mais c’est aussi proche que les visiteurs viendraient, et Nurse a remplacé ses partants quelques instants plus tard.

Le Magic a été touché par des blessures et il manquait le meilleur rebondeur Wendell Carter Jr., le meneur de jeu Jalen Suggs et Mo Bamba samedi.

Continue Reading

Tandance