Connect with us

Canada

Heat waves are here to stay, but Vancouver community groups are finding new ways to keep people safe

Published

on

Advertisements

Our planet is changing. So is our journalism. This weekly newsletter is part of a CBC News initiative entitled « Our Changing Planet » to show and explain the effects of climate change. Keep up with the latest news on our Climate and Environment page.

Sign up here to get this newsletter in your inbox every Thursday.


This week:

  • Heat waves are here to stay, but Vancouver community groups are finding new ways to keep people safe
  • Drought has unearthed a variety of strange and scary objects
  • Coasts need living shorelines to stave off erosion, says P.E.I. researcher

Heat waves are here to stay, but Vancouver community groups are finding new ways to keep people safe

(Rachel Sanders/CBC)

What On Earth10:08Vancouver community groups finding new ways to keep people safe in extreme heat

Gordon Neighbourhood House ramped up its heat safety work after last year’s heat dome, which broke temperature records and killed 619 people across British Columbia.

On a hot summer day in Vancouver’s west end, Jess Coombs stands on a tree-lined plaza in front of a grey and white building decorated with rainbow flags. He laughs and jokes with passersby, his voice echoing off the surrounding apartment blocks. 

« Anybody need some water? Ma’am? You’ve got to stay hydrated, » Coombs calls, beckoning a pregnant woman over to a cooler filled with ice-cold drinks. 

« We’ve got free water and Gatorade, » he says. « Everyone’s welcome. »

Coombs is a new member of the team at Gordon Neighbourhood House, a community organization working to keep people cool in the summer heat. In the face of climate change, says Coombs, neighbours have to help each other out. 

« It’s basically making sure in my building I’m checking on my neighbours, » he told What On Earth. « And as I’m learning, here at Gordon House, the philosophy … is just pitching together, making sure everybody’s OK. »

Gordon House, which has been in the city’s west end for 80 years, is part of a network of eight non-profit Neighbourhood Houses around Vancouver that provide services to people of all ages. The organization ramped up its heat safety work after last year’s heat dome, which broke temperature records and killed 619 people across British Columbia.

Executive director Siobhan Powlowski (photo above) says the heat dome hit this area hard. The sun beat down on the apartment towers, heating them up like greenhouses as temperatures rose into the 40s. 

« We had quite a few folks in this neighbourhood who unfortunately did not make it through the heat dome, which was really quite traumatic, » said Powlowski.

The loss of community members brought the realities of climate change home, she said. « We knew that this was something that was happening in the world around us. [But] it’s not something that we incorporated into our day-to-day or even seasonal planning. » 

The heat dome changed that. Although extreme weather caused by climate change affects everyone, a report into the 619 deaths by the BC Coroners Service made clear that those who are isolated and don’t have people to check in on them regularly are the most vulnerable.

All of the Neighbourhood Houses have been working since last summer to make climate safety plans that fit the needs of the people they serve. In the west end, that means many seniors — a population especially vulnerable to heat.

With that in mind, staff at Gordon are now trained to recognize signs of heat exhaustion. They mobilize to phone the 300 seniors on their contact list during heat waves. 

Realizing that many may lack the mobility or means to get to city-operated cooling centres, Gordon and several other Neighbourhood Houses acquired buses last year. The next time temperatures hit dangerous levels, said Powlowski, they’ll be able to pick people up at home and take them to shopping malls to cool down during the hottest part of the day.

Gordon House and other groups have also been working with the City of Vancouver and Vancouver Coastal Health to distribute « cool kits » in the neighbourhood — plastic bins filled with supplies like spray bottles, cooling gel packs and heat safety pamphlets printed in multiple languages. 

As well, plans are underway to create a route down nearby Comox Street to air-conditioned Denman Place Mall. They’ve dubbed it the « Comox Coolway, » and are placing coolers, benches and misting stations along the street. Volunteers from Gordon House’s network of neighbours will keep the coolers stocked with cold drinks and other supplies. 

« Our community, we find, is very, very close-knit and more than happy to help whenever we put the call out, » said Powlowski. 

In her view, these kinds of robust networks are what’s needed to face a future that climate science says will bring longer, hotter heat waves and stronger, more frequent storms. As fall approaches, the possibility of heavy rain, extreme cold or power outages that could knock out elevators in the tall towers surrounding Gordon House are on Powlowski’s mind.

« The volatility, I think, is what worries me, worries our team, » she said.

As the Neighbourhood Houses work to develop their safety plans, Powlowski knows that flexibility and creativity will be key. 

« I think the more we can look to the experience of other communities and prepare as much as we can, hopefully the more we can keep people safe when it matters. » 

Rachel Sanders

Reader feedback

Last week, What on Earth? reader James Foley wrote in responding to a piece on floating solar installations and proposed another place for massive solar arrays: « All across the country are large areas of cleared land running between cities designed for the sole purpose of carrying electricity. Hydro corridors are everywhere, with a large, 100-metre swath of cleared space directly underneath them. Space that is regularly brushed to keep vegetation down. One would think lining these spaces with solar panels is a no-brainer. »

As it turns out, other readers concur. 

Michael Ritchie: « James Foley has a great point about power lines and solar mining. Hiding in plain sight. »

Jennifer Sanges: « I completely agree with James Foley’s suggestion on solar panels along hydroelectric corridors. He’s completely right in stating that it’s a no-brainer; and just to tease out the finer points of it, the infrastructure is standing right there! As well, the shade underneath closely fit solar panels would restrict undergrowth. »

Old issues of What on Earth? are right here.

CBC News recently launched a dedicated climate page, which can be found here.

Advertisements

Also, check out our radio show and podcast. Climate solutions like electric vehicles, home retrofits and solar panels are investments, requiring upfront funds to reap the rewards later. But not every Canadian has that kind of cash. This week on What On Earth, we look at ways we can help those with less cut their own emissions and save money. What On Earth now airs on Sundays at 11 a.m. ET, 11:30 a.m. in Newfoundland and Labrador. Subscribe on your favourite podcast app or hear it on demand at CBC Listen.


The Big Picture: What the droughts reveal

Many parts of the world have experienced drought this summer, as evidenced by rivers from the Loire (France) to the Po (Italy) to the Yangtze (China) running dry. In addition to producing some truly surreal imagery, the drying of rivers has huge implications for people’s drinking water, shipping routes and hydroelectric power. The emptying of rivers and lakes has also uncovered some bizarre objects long buried underwater. 

In the central Spanish province Caceres, for example, low water levels have exposed the Dolmen of Guadalperal, a stone circle in the Valdecanas reservoir that has been called « the Spanish Stonehenge. » Along the Yangtze near the southwestern Chinese city of Chongqing (see photo below), people have found a trio of Buddhist statues believed to be 600 years old. 

Low water levels on the Danube near the Serbian port town of Prahovo have revealed more than 20 German warships sunk during the Second World War. Earlier this summer, about 3,000 people living near the northern Italian village of Borgo Virgilio, close to the city of Mantua, were evacuated after a 450-kg (1,000-pound) Second World War bomb was discovered in the low-running waters of the River Po.

More chillingly, the receding waters of Lake Mead, along the Colorado River near Boulder City, Nev., have revealed numerous human remains. The causes of death are still a mystery, but there is rampant speculation that it might be tied to organized crime in Las Vegas going back many decades.

A river undergoing a major drought.
(STR/AFP/Getty Images)

Hot and bothered: Provocative ideas from around the web


Coasts need living shorelines to stave off erosion, says P.E.I. researcher

A shoreline.
(Submitted by Alistair Ozon)

Researchers and watershed co-ordinators are working together to mitigate coastal erosion on P.E.I. using a set of powerful natural solutions to create what they call living shorelines. 

Living shorelines harness plants that naturally grow on P.E.I. to trap sand and topsoil and prevent the coast from eroding, says Erin Nelson, a climate research assistant with TransCoastal Adaptations, a centre for nature-based solutions that’s based at Saint Mary’s University in Nova Scotia.

« The purpose of my research is to try to have homeowners and property owners steer away from the hard armour and to really consider using natural methods, » she said. 

In Nelson’s words, « hard armour » refers to rigid material placed along the shoreline to deflect waves away from the site, including « unnatural stones and unnatural material » such as concrete or steel.

She said the practice can end up hurting adjacent properties, as well as being only a short-term solution for the property that a town or landowner is trying to protect. As it deflects the oncoming waves, hard armour causes seawater to hit neighbouring waterfront land even harder. 

Living shorelines, on the other hand, absorb the waves, muting the force of the water along the entire shore.

A project implemented at Tea Hill Park last year is demonstrating the benefits of living shorelines. Dead plant matter — in the form of hay bales — is making a difference there.

« The hay bales have started being covered by sand, which means that it’s trapping some of that sediment and helping create a more gradual slope from the land into the ocean, » said Kaylee Busniuk, watershed co-ordinator with the Stratford Area Watershed Improvement Group.

P.E.I.’s history of deforestation weakened shorelines and made them more susceptible to coastal erosion, environmental researchers believe. 

« If you take away the trees, then it takes away those roots that are holding the soil in place, » said Katie Sonier, an environmental sustainability co-ordinator with the Town of Stratford.

Busniuk said planting older trees along the coast is ideal because they already have an established root system and will grow to maturity more quickly.

« If people do have the funds, they can purchase trees that are already a few years old, » she said.

There are other ways homeowners can reduce shoreline erosion. Nelson warns people against mowing right up to the beach on shoreline properties because lawn grass has relatively shallow roots. That can lead to overhanging vegetation and the crumbling of coastal slopes.

She also said to « make sure you are building your sheds or houses far back so that your property or infrastructure won’t be at risk for erosion. »

Sonier said the need for shoreline solutions will only grow in the decades to come.

« Through climate change, when we have higher tides and increased storms, the wave action is much stronger and it takes away more of the coast than just the natural process would, » said Sonier. 

Busniuk noted that weather pattern changes are resulting in a lot less sea-ice cover in the winter, « and that allows waves to batter the shoreline throughout the whole winter. » 

When ice is thick enough to build up along the shore, it acts as a buffer for the energy of the waves, boosting protection along the shoreline. 

Nelson of TransCoastal Adaptations would like to see governments on the Island pushing nature-based solutions as opposed to the hard-armour approaches of the past. 

Alistair Ozon, water co-ordinator with the City of Charlottetown’s environment and sustainability department, says more attention is being paid to the environmental aspects of planning.

Ozon says the city’s new integrated community sustainability plan (ICSP), set to be released next year, will include living shorelines as a potential solution to coastal erosion.

Tharsha Ravichakaravarthy

Stay in touch!

Are there issues you’d like us to cover? Questions you want answered? Do you just want to share a kind word? We’d love to hear from you. Email us at [email protected]

Sign up here to get What on Earth? in your inbox every Thursday.

Editor: Andre Mayer | Logo design: Sködt McNalty

Advertisements

Canada

Le danseur Gurdeep Pandher se rend à la Tour CN pour amener Bhangra vers de nouveaux sommets

Published

on

Par

Advertisements

Gurdeep Pandher a poussé son amour pour la danse vers de nouveaux sommets lundi matin à la Tour CN de Toronto.

La danseuse sikh-canadienne Bhangra, qui a voyagé partout au Canada tout en répandant la joie de la forme d’art traditionnelle sud-asiatique sur les réseaux sociaux, a dirigé ce que les organisateurs disent être le plus haut Bhangra jamais joué en Amérique du Nord, 114 étages au-dessus de Toronto.

L’artiste du Yukon a dirigé des centaines de personnes dans la danse pour aider à amasser des fonds pour aider United Way of Greater Toronto à lutter contre la pauvreté.

« Nous créons de la joie, de l’espoir, de la positivité et du bonheur à cette altitude à Toronto, en transmettant ce message dans la ville et à travers le Canada et au-delà, cette joie est importante », a déclaré Pandher.

« La positivité est importante, c’est la guérison. »

Gurdeep Pandher a enseigné le bhangra pendant plusieurs années, voyageant à travers le Canada pour parler de sa philosophie de joie, d’espoir, de positivité et d’inclusivité. (Grant Linton/CBC)

« Le travail de Gurdeep, pour répandre la joie, la positivité et l’espoir, a galvanisé des centaines de personnes », a déclaré Daniele Zanotti, PDG de Centraide du Grand Toronto.

« En cette période de grands besoins et de confiance accrue envers Centraide, cet événement soutenant notre communauté et apportant de la positivité fera une réelle différence. »

Advertisements

‘Une merveilleuse source d’inspiration’

Andrea Mulder, qui a participé à la danse, dit qu’elle est venue à l’événement pour rencontrer Pandher.

« Il est une merveilleuse source d’inspiration pour tous les Canadiens », a-t-elle déclaré.

« Il nous a apporté le Yukon partout au Canada ; il nous apporte à tous de la joie, de l’espoir et de la positivité. ».

Pandher a enseigné le bhangra pendant plusieurs années, voyageant à travers le Canada pour parler de sa philosophie de joie, d’espoir, de positivité et d’inclusivité.

En 2016, ses vidéos sont devenues virales, mettant en valeur la danse et captivant les téléspectateurs avec son énergie joyeuse.

« Dans les mondes modernes, il se passe tellement de choses », a-t-il déclaré.

« Nous avons des modes de vie complexes, des modes de vie occupés ; nous n’avons parfois pas le temps de trouver de la joie, alors je suis ici pour créer de la joie avec les gens. »

Advertisements

Continue Reading

Canada

Le ministre signe un accord pour restituer des terres au territoire mohawk de Tyendinaga

Published

on

Par

Advertisements

Le territoire mohawk de Tyendinaga récupère maintenant officiellement des terres.

Lors d’une cérémonie de signature lundi matin, le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, a accepté de remettre un terrain de 120 hectares au conseil de bande des Mohawks de la baie de Quinte (MBQ), ainsi qu’une compensation d’environ 31 millions de dollars.

La conclusion officielle de l’accord règle une partie d’un différend foncier de longue date et parfois acrimonieux à environ 200 kilomètres à l’est de Toronto, mais il ne couvre qu’environ un tiers de la zone revendiquée.

« Je pense qu’il doit y avoir des améliorations à la politique d’ajouts aux réserves », a déclaré le chef de la MBQ, Don Maracle.

Maracle a déclaré que le groupe avait proposé un règlement financier à la ville adjacente de Deseronto, mais n’a pas pu proposer de calendrier pour la résolution du reste de la réclamation ou des détails sur l’offre.

« C’est un vendeur consentant, un acheteur consentant », a-t-il déclaré.

« Si quelqu’un veut vendre sa terre, il nous le fera savoir. »

Miller n’a pas non plus été en mesure d’offrir un calendrier ferme lorsque le reste de la revendication pourrait être réglé, ou lorsque la communauté prendra le contrôle des 120 hectares. Il doit être soumis au programme d’ajouts aux réserves que Miller a qualifié de « morbide » et de « cassé » et qui prend parfois des années.

« L’ensemble du processus lui-même en est un qui relève de la Loi sur les Indiens », a-t-il déclaré.

« Nous avons travaillé avec les communautés pour nous assurer que nous ne respectons pas les paramètres stricts de la Loi sur les Indiens, car il s’agit d’un document raciste. »

‘Une gifle au visage’

La terre contestée connue sous le nom de Culbertson Tract comprend 448 parcelles de terrain distinctes et couvre la majeure partie de Deseronto, selon des documents d’information fédéraux. Des tiers et des propriétaires privés en occupent une grande partie, ce qui signifie qu’il ne sera pas facile de résoudre la réclamation en suspens.

Tyendinaga, quant à lui, reste divisé sur la question. Certains membres s’opposent au transfert des terres au conseil, une création de la Loi sur les Indiens dont ils refusent de reconnaître la légitimité, ainsi que les politiques de revendications territoriales coloniales du gouvernement fédéral.

« Je ne vois cela que comme une arnaque, une arnaque », a déclaré Mario Baptiste, un membre de Tyendinaga qui a été parmi les premiers sur le terrain alors que les militants ont commencé à récupérer des terres en commençant par une carrière de granulats en 2007, arrêtant le travail à ce jour.

« Ces gens essayaient de nous emprisonner, ces mêmes personnes qui sont récompensées. »

Jérôme Barnhard, à gauche, et Mario Baptiste disent s’opposer à ce que le conseil de bande reçoive la terre. (Jean-François Benoit/CBC)

Baptiste a souligné le faible taux de participation lors de la ratification et a accusé le conseil de bande de laisser de côté les partisans traditionnels du gouvernement. Il a déclaré que les terres devraient plutôt être rendues directement aux habitants de la Confédération Haudenosaunee.

« Je viens de cette communauté. Tous ces costumes et ces gens habillés ici, aucun d’entre eux n’était dans cette carrière. Aucun d’entre eux », a-t-il déclaré.

« C’est une gifle au visage. »

Advertisements

Des alliés à la confrontation

Le conflit foncier remonte à 1837 lorsque la Couronne a illégalement accordé 370 hectares de territoire mohawk non cédé à John Culbertson, petit-fils du fondateur de la communauté John Deserontyon.

En 1793, Deserontyon et une vingtaine de familles mohawks ont déménagé sur la rive nord du lac Ontario dans la baie de Quinte, à environ 70 kilomètres à l’ouest de l’actuelle Kingston, à la suite de la guerre d’indépendance américaine. Là, la Couronne a accordé à la Confédération Haudenosaunee, dont la nation mohawk est l’un des six membres, environ 37 500 hectares, «pour leur seul usage et au nom d’eux et de leurs héritiers, à jamais librement et clairement».

Tyendinaga, une communauté de 10 000 membres, en possède maintenant environ un cinquième.

La MBQ a déposé une revendication particulière – un type de revendication territoriale qui traite des allégations de vol de terres ou de violations de traités – sur le Culbertson Tract en 1995, mais la revendication n’a été acceptée pour négociation qu’en 2003.

Mais à ce moment-là, les membres de la communauté, dirigés par l’activiste Shawn Brant, étaient fatigués d’attendre patiemment. Ils ont commencé à jouer.

Dans ce que Brant décrirait comme une « campagne de perturbation économique par rotation », les militants ont commencé à réoccuper le territoire et à bloquer les infrastructures à partir de 2006 et se terminant en 2008. Parallèlement à la restitution d’une carrière, un lotissement a été occupé et arrêté, tandis que le train les voies et l’autoroute 401 ont été bloquées par intermittence.

Les tactiques d’action directe ont déclenché des querelles internes avec le conseil de bande et ses partisans, des affrontements avec les habitants, et ont inclus des affrontements et des raids par des escadrons anti-émeute de la Police provinciale de l’Ontario.

« Processus problématique »

En vertu de la politique fédérale sur les revendications particulières, Ottawa a généralement refusé de restituer des terres, n’offrant qu’une compensation en espèces aux communautés des Premières Nations qui doivent racheter des terres. Le retour de 120 hectares est une chose rare rendue possible par ce qu’Ottawa appelle un accord séparé, dont les détails restent confidentiels, avec un « vendeur consentant », l’agriculteur local Terry Kimmett.

Nancy Kimmett se tient à l’extérieur du site contesté de la carrière, qui a été occupée en 2007 mais sera maintenant restituée aux Mohawks de la baie de Quinte. (Jean-François Benoit/CBC)

En 2007, la famille Kimmett s’est retrouvée au milieu d’un conflit foncier lorsque des membres de Tyendinaga ont occupé la carrière, qui se trouve sur la ferme Kimmett. C’est alors que la famille Kimmett a pris la décision difficile de vendre le terrain et de le voir officiellement restitué, a déclaré Nancy Kimmett, l’épouse de Terry.

« C’est vraiment juste de vivre dans un environnement dangereux parce qu’il n’y a pas eu de maintien de l’ordre », a-t-elle déclaré.

« Nous avons eu des récoltes détruites, la carrière n’est plus en activité. Cela a simplement été une énorme perte financière, et cela a parfois été dangereux pour nous de vivre dans un conflit foncier majeur. »

Bien qu’elle soit l’un des rares propriétaires fonciers privés disposés à restituer des terres à une communauté locale des Premières Nations, Nancy Kimmett n’a pas de mots gentils pour la politique sur les revendications particulières du gouvernement fédéral, qui a enveloppé à la fois Tyendinaga et la ville adjacente de Deseronto pendant 15 ans.

À l’extérieur de la carrière le long du chemin Deseronto qui était au centre d’une occupation du sol en 2007, un panneau avertit les utilisateurs que les Mohawks de la baie de Quinte contestent la propriété du terrain. (Brett Forester/CBC)

Il a fallu plusieurs procès pour pousser les parties à s’asseoir et à parler. Terry Kimmett a poursuivi le gouvernement de l’Ontario en 2012 pour 20 millions de dollars, et l’affaire reste ouverte après qu’il a été condamné à un procès en 2015, selon le greffe du tribunal de l’Ontario.

MBQ, quant à lui, a poursuivi le Canada en révision judiciaire en 2013, obtenant avec succès une déclaration du tribunal que le Canada négociait de mauvaise foi. Les négociations ont repris en 2017.

« J’aimerais voir le processus de revendication territoriale spécifique réformé », a déclaré Nancy Kimmett.

« Je ne conseillerais pas non plus à quiconque de devenir un vendeur consentant, car c’est un processus très long, laborieux et problématique. »

Advertisements

Continue Reading

Canada

6 jeunes accusés de «multiples infractions motivées par la haine» après une agression près du lycée de Gloucester

Published

on

Par

Advertisements

La police d’Ottawa affirme que six jeunes font face à des accusations de vol qualifié et d’intimidation après une agression le 8 septembre près de l’école secondaire Gloucester.

La police a annoncé les accusations dans un communiqué de presse lundi, affirmant que les « multiples infractions motivées par la haine » en jeu comprennent également le complot en vue de commettre un acte criminel.

L’enquête a impliqué son unité de vol, des agents axés sur les jeunes et le conseil scolaire, a-t-il déclaré.

Une pétition a vu le jour en réponse à une vidéo apparue pour la première fois sur les réseaux sociaux montrant un élève du lycée de Gloucester poussé au sol et frappé à coups de pied par un certain nombre d’adolescents.

La pétition indique que l’attaque s’est produite près du lycée sur Ogilvie Road et qu’elle « aurait été motivée par la haine et pour des raisons racistes ».

Selon un porte-parole du Conseil scolaire du district d’Ottawa-Carleton (OCDSB), les accusations sont liées à l’agression vue dans la vidéo.

Advertisements

L’OCDSB entreprend une enquête interne

L’OCDSB entreprend sa propre enquête interne, selon un communiqué envoyé par courrier électronique lundi soir.

« Nous tenons à remercier le Service de police d’Ottawa pour son travail d’enquête sur l’agression d’un élève, qui a eu lieu à l’extérieur de la propriété de l’école près de l’école secondaire Gloucester en septembre », indique le communiqué. « Nous souhaitons également exprimer notre gratitude à tous ceux qui ont partagé des informations à ce sujet. »

Le conseil a déclaré qu’il avait discuté de l’agression avec les élèves, mais qu’il demandait également la confidentialité de l’élève et de sa famille.

Incapable de discuter de nombreux détails en raison des lois sur la justice pénale pour les adolescents, l’OCDSB a déclaré que sa propre politique interne « établit un éventail de mesures disciplinaires progressives, pouvant aller jusqu’à l’expulsion ».

CBC a demandé aux enquêteurs plus d’informations pour savoir si les accusations étaient liées à la vidéo et a demandé des détails sur les accusations considérées comme motivées par la haine.

Advertisements

Continue Reading

Tandance