Connect with us

Politique

Germany says it has no good alternatives to Russian energy — but not everyone is convinced

Published

on

« We’re now on alert stage two, » said German Ambassador to Canada Sabine Sparwasser. « People are asked to change heating systems, people are asked to cut down on their consumption. And our energy ministry even said you can cut down on the shower time. »

Last month, Russia reduced the flow of gas through the Nord Stream One pipeline by 60 per cent. Right now, the flow is shut off completely for a maintenance period that ostensibly ends on July 21.

A week ago, the government of Prime Minister Justin Trudeau confirmed that it would be returning a set of turbines used in the pipeline — which were in Canada for repairs — back to Germany, despite the fact that they fall under sanctions imposed on Russia in response to its brutal war on Ukraine.

In theory, once the Russians get their turbines back, they’ll restore normal gas flow, allowing Germany and other European countries to fill their storage tanks for winter.

But German officials admit that’s far from certain.

« In many experts’ opinions, it’s a pretext, » said Sparwasser. « It’s very hard to say what to expect. »

If normal flow doesn’t resume, Germany will have to ration.

« To impose a stage three of a gas emergency would mean that the government would have to take measures and make choices, » said Sparwasser. « Governments would want it to go to private households first. But at the same time, industry is also sort of the backbone of German prosperity and you don’t want industry to suffer significantly.

« So there are a lot of difficult choices and we hope it doesn’t come to that. »

A ‘grievous mistake’

German leaders have admitted that the bind Germany finds itself in is largely self-inflicted. The choice to make the country dependent on Russian energy was a « grievous mistake, » said Germany’s Economy Minister Robert Habeck.

Despite repeated warnings from allies, German politicians forged ahead with their Russian business partners, loading the gun the Kremlin now holds to Germany’s head.

The ruling Social Democrats met this week to consider expelling former chancellor Gerhard Schroeder for his role in hooking Germany up to Russia, which won him lucrative seats on the boards of Russian energy companies.

Former German chancellor and head of the Nord Stream 2 administrative board Gerhard Schroder and his wife Soyeon Schroeder-Kim wait for the start of a hearing in the Bundestag’s Economic Committee on the Nord Stream 2 pipeline project in Berlin, Germany on July 1, 2020. (Kay Nietfeld/Associated Press)

But German politicians also have insisted those mistakes are in the past, and that today the country is doing all it can to free itself from its Russian cage.

« We are building out renewable energy at extraordinary speed, » said Sparwasser. « And Germany is importing LNG (liquid natural gas) as much as we can.

« We are building, and again at extraordinary speed, we will have two LNG ports. We didn’t have any of them at the beginning of this year and we will have two swimming LNG ports on the German coast by the end of the year, hopefully. »

Sparwasser said Germany has asked countries such as the U.S., Norway and Qatar to increase energy deliveries.

But not everyone is convinced that Germany has really pulled out all the stops to break its dependence on Russia.

The counter-offer, rejected

« There are alternatives for Germany to be able to get gas, » said Paul Grod of the Ukrainian Canadian Congress.

« The gas that they need is very easily accessible through the Ukrainian pipeline, which for some unknown reason they refused to utilize. Instead, they are falling prey to Russia’s blackmail. »

Ukrainian officials did not merely oppose Canada’s decision to waive the sanctions on the Nord Stream turbines. They also offered Canada and Germany an alternative — the Sudzha pipeline that enters Ukraine’s northern Sumy region from Russia and runs to the Czech border.

Russia’s Sudzha gas pumping station on Sunday, Jan. 11, 2009. (Sergei Chuzavkov/Associated Press)

Despite heavy fighting around Sumy, that pipeline continues to carry Russian gas. Gazprom, the Russian majority state-owned multinational energy corporation, has booked and paid for transmission of 109 million cubic meters per day on the pipeline but is currently using less than half of that capacity.

The Ukrainians say Sudzha has an unused capacity of 202 million cubic meters per day, or more than the entire Nord Stream One pipeline, and they’ve offered to put it at Germany’s disposal. But both Canada and Germany have rejected the offer.

« Unfortunately, the answers that we received from both the Canadian government and the German government are not sufficient or not satisfactory to be able to understand why they’re not using that very realistic and reliable alternative, » said Grod.

Either way, the fuel is coming from Russia

Sparwasser said that the International Energy Agency has told Germany that Sudzha doesn’t have the capacity. (The IEA’s advice on the matter has not been made public.) She also said Germany doesn’t see the point of the Ukrainian proposal.

« I would like to point out that whether we receive it through Nord Stream One or whether we receive it through Ukrainian pipelines, we’re buying gas from Russia, » she said.

« Why would it make more sense to start on a new contract with Russia buying from them through this other pipeline when we have Nord Stream One? »

Ukrainians see a number of reasons. First, using Sudzha would not require Canada to set the noxious precedent of waiving sanctions.

WATCH: Trudeau under fire over decision to return turbines to Germany

Trudeau under fire for return of turbines for gas pipeline between Russia and Germany

Prime Minister Justin Trudeau defended his government’s decision to waive sanctions and allow a Canadian company to supply gas turbines to Germany to be used in a pipeline that will carry Russian gas. But one Canadian-Ukrainian soldier is part of an effort to stop the transfer. His argument: it helps Russia fund its war and puts his life in danger.

The Ukrainians also argue that if European countries receive their gas through the Sudzha pipeline, Russia would be less likely to close it down.

« Russia is trying to wean the rest of Europe off of the Ukrainian pipeline so that they can continue to wage economic war against Ukraine, » said Grod. « If gas is flowing through Ukraine to supply Germany, then that means that gas has to flow through Ukraine. That means Ukraine has the gas that it needs this winter.

« This winter, when Russia decides to turn the gas off and there’s no other European countries that are reliant on that, Russia will have its way with Ukraine. And that’s why it’s really important for Ukraine’s energy security for Germany to be buying gas through Ukraine’s pipeline. »

A hard pill to swallow

Adding bitterness to the dispute are questions about German claims that they are really doing all they can to reduce their dependence on Russia.

One pill that Ukraine’s supporters find particularly hard to swallow is the fact that — as they plead energy poverty to Canada — German politicians are voluntarily taking more than 13 per cent of their country’s electrical generating capacity offline.

The ruling Greens and Social Democrats pledged to shut down Germany’s nuclear grid following the Fukushima disaster in 2011. Three plants were mothballed on December 31, 2021. When Russia invaded Ukraine in February, the German government said it would revisit the decision — but then voted last week to keep those plants closed and to shutter the three remaining nuclear plants on December 31, just as the cold weather begins in earnest.

A RWE AG nuclear power plant in Lingen, Germany on Friday, March 18, 2022. (Martin Meissner/Associated Press)

Sparwasser acknowledged this has been tough to explain. « Everybody says, ‘Well, you still have three nuclear plants and they’re supposed to be phased out by the end of the year. Why don’t you keep them on? » she said.

It’s not so easy, she added.

« Continuing the life of a nuclear plant is not trivial, » Sparwasser said. Obtaining fuel is an issue and « we have not done any kind of security measures and testing in those nuclear plants because they were supposed to be phased out, » she added.

« So to do these tests and to do all of that is extraordinarily costly and will take time. »

Turning gas into watts

Canada’s Natural Resources Minister Jonathan Wilkinson came to Germany’s defence on the nuclear issue, first saying it was an internal matter for Germany, and then saying nuclear power would have no bearing on the natural gas situation.

« From a technical perspective, nuclear energy generates electricity, » Wilkinson told CBC’s Power and Politics. « Natural gas is actually used in industrial process applications and for home heating. They are not equivalent and to somehow suggest that starting a nuclear reactor solves your gas problem is just factually wrong. »

WATCH: Return of turbines ‘not a gamble,’ says Wilkinson

Return of turbines ‘not a gamble’ despite risk Russia could cut gas anyways: Minister

« We needed to take away the excuses that President Putin has as to why the Nord Stream pipeline could be shut down, » said Natural Resources Minister Jonathan Wilkinson of Canada’s decision to return sanctioned Russian turbines, insisting the decision is not a gamble.

But it was Wilkinson himself who was incorrect. In fact, Germany burns large amounts of natural gas to produce electricity — over 50 terawatt/hours of it last year, more than Ontario produced from either nuclear or hydro.

That’s why German energy-saving measures meant to conserve gas include dimming streetlights, which run on electricity.

Keeping the nuclear plants running has the potential to displace the need for Russian gas. So why close them?

A matter of will

Mark Hibbs is a Berlin-based senior fellow with the Carnegie Endowment who has watched German energy policy for many years.

« The Greens have a fundamental issue of identity politics having to do with their opposition to nuclear power. They carry that into the governments that they joined as coalition partners, » said Hibbs.

« Unlike in some other jurisdictions worldwide, the Germans have always had parties in or close to power that were fundamentally opposed to nuclear power generation. »

Environmental activists with Greenpeace and the « Koala Kollektiv » protest against the European Union’s greenwashing of nuclear energy under the Euro sculpture in Frankfurt, Germany on Jan. 11, 2022. (Michael Probst/Associated Press)

Hibbs said the German nuclear industry has reasons of its own to collaborate in its undoing.

« Important utility companies in Germany that generate nuclear power also generate electricity with lignite and coal, » he said. « So on the popular front, these companies were not prepared to aggressively defend the advantages in fighting carbon emissions from nuclear because they themselves were generating electricity using fossil fuels.

« They were well compensated for the loss of their assets and they were given enough time, ten years or more, to prepare for a future in which they would be generating power that was not based on nuclear energy. So they have, in fact, adjusted their business plans and investments accordingly during the last ten years. »

It all comes down to a question of « political will, » said Hibbs.

« The reasons that have been brought forth to suggest that this would not be possible — for example, insufficient uranium, fuel or nuclear safety issues having to do with extending the lifetime of the reactor for a small number of years — are basically a sideshow, » he said. « If the industry and the political elites of the country decided between now and the beginning of the fourth quarter to continue operating these reactors, they could do it. »

Nuclear energy alone would not solve Germany’s Russian gas problem in the short term, but the spectacle of Germany giving itself the luxury of closing perfectly viable power plants while sending billions of dollars to fuel Russia’s war also puts strains on its relationships with allies.

NIMBYs clog the gears of change

Hibbs said that Germany’s growth in renewables, once admirable, has recently « had difficulties with political acceptance. They’ve had difficulties in technical capacity, expertise, political support. And as a consequence, the expansion of renewables in Germany has slowed to a crawl. »

Efforts to build new capacity and transmission lines have been bedevilled by Germany’s decentralized federal structure and the fact that its political culture is « very, very sensitive to equity decision-making, » said Hibbs.

« NIMBYism is clearly a problem here. »

Some Ukrainians say there’s also a question of backbone. Did Germany really have to blink first? Could it have stared down the Russians — who, after all, have to sell their gas to someone?

India and China may be able to absorb Russian oil, but gas is not so simple.

A man fishes on the ice of Finnish Gulf next to the business tower Lakhta Centre, the headquarters of Russian gas monopoly Gazprom, in St. Petersburg, Russia, on Jan. 13, 2022. (Dmitri Lovetsky/The Associated Press)

A background document prepared by Ukraine’s Ministry of Energy explains Russia’s difficulty: « Gazprom operates 73 bcm of storages in Russia and can place nearly 1.3 bcm of gas in storages in FSU (former Soviet allied) countries.

« Gazprom has very limited options to use more gas inside Russia or to convert it into LNG and ship elsewhere. Its export pipeline to China is not connected to the fields that supply Europe. Therefore, the gas cannot be redirected there … »

« … Gazprom will run out of storage space in August. »

Once Russia has no more storage capacity, it will have to either resume deliveries or cap its wells, say the Ukrainians, who argue that Germany holds more cards than it thinks it does.

And they can point to a recent example of another country that stood up to pipeline blackmail.

Recently, after Kazakhstan’s President Kassym-Jomart Tokayev publicly disagreed with Russian President Vladimir Putin and said his country would not recognize the breakaway republics of the Donbas, Russia’s state oil company cut off a pipeline essential to Kazakhstan’s economy, citing environmental problems.

But the Kazakh government didn’t blink and instead began talks with western companies about going around Russia via Azerbaijan. 

Russia reversed course this week, allowing the pipeline to reopen and slapping the Kazakhs with a face-saving fine of $3,250.

Politique

Un diplomate impliqué dans une altercation policière à Gatineau était en conflit avec le propriétaire

Published

on

Par

Le diplomate sénégalais impliqué dans une intervention prétendument violente du Service de police de Gatineau, jugée par la suite « totalement inacceptable » par Affaires mondiales Canada, a été impliqué dans un litige de location à la veille de l’incident de la semaine dernière.

Dans une décision de juin 2022 du tribunal provincial du logement du Québec, le diplomate a été condamné à payer plus de 45 000 $, plus les intérêts, à un propriétaire qui affirmait que sa maison dans le secteur Aylmer de Gatineau avait été endommagée pendant le séjour du diplomate là-bas.

Les informations de la base de données du Tribunal obtenues par Radio-Canada indiquent également qu’un « avis d’exécution » a été déposé dans l’affaire le 29 juillet, suivi d’un avis « d’entrer dans un lieu » le 2 août — le jour même où l’altercation a eu lieu entre la police de Gatineau officiers et le diplomate de l’ambassade du Sénégal, qui travaillait à domicile.

La semaine dernière, Le gouvernement sénégalais a publié une déclaration alléguant que « la police canadienne a exercé une violence physique et morale humiliante sur la diplomate devant témoins et en présence de ses enfants mineurs ».

Jointe par CBC News à l’ambassade d’Ottawa lundi, l’ambassadrice du Sénégal à Ottawa, Viviane Laure Elisabeth Bampassi, a refusé de commenter l’incident alors qu’une enquête est en cours.

Dans sa propre version des événements, le Service de police de Gatineau a déclaré que des agents accompagnaient un huissier exécutant une ordonnance. La police a arrêté une personne agressive après qu’un officier ait reçu un coup de poing, et un deuxième officier a été mordu alors que la personne résistait à son arrestation, selon ce récit.

Le ministère de la Sécurité publique du Québec a annoncé que le chien de garde de la police de la province enquêtait sur les actions des agents et qu’une plainte à la police contre la personne arrêtée avait été abandonnée « en raison de l’immunité diplomatique applicable ».

L’incident a impliqué le premier conseiller de l’ambassade du Sénégal à Ottawa, a ajouté le ministère.

La liste des personnes du Sénégal accréditées auprès d’Affaires mondiales Canada ne comprend qu’une seule première conseillère. Cette même personne est nommée dans la décision du tribunal et dans un dossier ultérieur indiquant la visite du 2 août.

CBC News ne la nomme pas car elle n’a pas été en mesure de la joindre pour répondre aux allégations.

Le propriétaire a cité des problèmes d’eau et de moisissure

On ne sait toujours pas ce qui s’est passé d’autre dans les deux mois entre la décision du tribunal provincial des loyers d’imposer une amende à la diplomate et la visite de l’huissier à son domicile mardi dernier – ou ce que l’huissier faisait exactement à la maison la semaine dernière.

Mais dans une décision du 2 juin, un juge administratif du tribunal a décrit le litige de location entre la diplomate et son propriétaire, à la suite d’une audience du 26 avril à laquelle le diplomate n’aurait pas assisté.

Selon la décision, le diplomate a loué la maison de novembre 2018 à octobre 2020.

À l’été 2019, le propriétaire a trouvé le sol du sous-sol trempé et de la moisissure sur les murs et a appris d’autres problèmes non précisés plus tard cette année-là, lorsque l’épouse du diplomate aurait refusé de laisser le propriétaire inspecter les chambres et a appelé la police, selon la décision.

« Le propriétaire [left] les locaux pour éviter que la situation ne dégénère », écrit le juge administratif.

Le propriétaire s’est finalement vu accorder des dommages-intérêts, y compris les frais de remplacement des meubles, les travaux de réparation de la maison et de ménage ainsi que des « dommages moraux ».

« Le propriétaire a convaincu le tribunal que tous les aléas vécus avec le locataire dépassent les aléas prévisibles et les conditions normales de possession d’un immeuble à des fins locatives », selon la décision.

4 enquêteurs de surveillance affectés

Dans son communiqué sur l’altercation de la semaine dernière, le Service de police de Gatineau a déclaré que la personne qui aurait commis des voies de fait contre un policier a été «amenée au sol pour être maîtrisée [and] a été détenu à l’arrière du véhicule de patrouille sous la surveillance d’une policière jusqu’à ce que l’huissier exécute son ordre et que la situation revienne au calme. »

Le gouvernement sénégalais a qualifié l’intervention de la police d' »acte raciste et barbare » et de violation de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques.

Dans une déclaration au cours du week-end, Affaires mondiales Canada s’est dit « extrêmement préoccupé » par le traitement présumé du diplomate, qualifiant l’incident de « tout simplement inacceptable ».

Lundi, le chien de garde des forces de l’ordre du Québec, le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI)a confirmé avoir affecté quatre enquêteurs à l’affaire.

Aucune de ces personnes n’est un ancien agent du Service de police de Gatineau, a déclaré un porte-parole.

« L’objectif de l’enquête est de déterminer la séquence exacte des événements avec le plus de précision possible », a déclaré le porte-parole.

« A l’issue de l’enquête, le dossier sera transféré à la directeur des poursuites criminelles et pénales, dont le rôle et la prérogative sont de déterminer si des accusations doivent être portées contre les agents impliqués. »

Continue Reading

Politique

Le haut soldat dit qu’il ne confirmera ni ne niera que les troupes canadiennes sont sur le terrain en Ukraine

Published

on

Par

Le meilleur soldat du Canada refuse de confirmer les informations des médias selon lesquelles des militaires canadiens sont sur le terrain en Ukraine pour entraîner les habitants à combattre les forces d’invasion russes.

Le général Wayne Eyre, chef d’état-major de la défense du Canada, a comparu sur Pouvoir et politique lundi à la suite d’informations de Global News et du New York Times selon lesquelles des membres des opérations spéciales des Forces canadiennes entraînent des Ukrainiens pendant l’invasion russe en cours.

Mais interrogé sur les rapports, Eyre a déclaré que l’armée « ne parlera jamais d’opérations spéciales discrètes ou sensibles ni ne les confirmera ou ne les infirmera ».

Il a qualifié les reportages des médias de « décevants » et spéculatifs.

« Si c’était vrai, cela mettrait nos troupes en danger. Et pourquoi quelqu’un voudrait-il délibérément mettre les troupes canadiennes en danger? » dit Eire.

REGARDER | Eyre dit que la spéculation des médias alimente la désinformation russe :

Le général Eyre refuse de dire si les troupes canadiennes opérant en Ukraine

Le chef d’état-major de la Défense, le général Wayne Eyre, refuse de confirmer les informations selon lesquelles des forces spéciales canadiennes sont sur le terrain et opèrent en Ukraine à titre d’entraînement : « Nous n’allons jamais parler d’opérations spéciales discrètes ou sensibles.

L’animateur Vassy Kapelos a demandé s’il était problématique pour les Canadiens de ne pas avoir une description précise de la participation du pays à une guerre.

« L’autre aspect auquel nous devons réfléchir est que la spéculation dans les médias alimente également la désinformation russe », a déclaré Eyre. « Nous constatons qu’à mesure que le caractère de la guerre évolue … la désinformation devient elle-même une arme. Nous devons donc également être très, très conscients de cet aspect. »

« Cela signifie-t-il que si des soldats canadiens sont sur le terrain en Ukraine à un moment quelconque de ce conflit, les Canadiens ne le sauront pas ? demanda Kapelos.

« Chaque situation sera différente », a répondu Eyre. « Vous équilibrez la transparence avec la sécurité opérationnelle et essayez de trouver ce juste milieu. »

La semaine dernière, la ministre de la Défense, Anita Anand, a annoncé que le Canada engagerait un contingent de soldats dans le programme de l’armée britannique visant à transformer les civils ukrainiens en troupes combattantes. Cette formation aura lieu au Royaume-Uni

Le plan équivaut au redémarrage de l’opération Unifier, la mission d’entraînement de longue date qui a vu – jusqu’à sa suspension l’hiver dernier – plus de 33 000 soldats ukrainiens recevoir une instruction de combat avancée par des soldats canadiens.

Cette mission, menée sur le sol ukrainien, a été interrompue et les troupes se sont retirées du pays d’Europe de l’Est à la mi-février à la veille de l’invasion russe à grande échelle.

La nouvelle itération implique jusqu’à 225 membres du personnel, dont la majorité travailleront comme formateurs, soutenus par un élément de commandement et de contrôle, a déclaré Anand.

Le déploiement initial devrait durer quatre mois.

« La formation est quelque chose que nous avons très, très bien fait et qui s’est avérée d’une grande valeur pour nos amis ukrainiens, à commencer par le début de l’opération Unifier », a déclaré Eyre lundi. « C’est quelque chose que nous voulons continuer. »

Continue Reading

Politique

Hockey Canada a abandonné l’entente de non-divulgation avec une plaignante pour agression sexuelle

Published

on

Par

Hockey Canada a abandonné un accord de non-divulgation avec le plaignant d’une présumée agression sexuelle de groupe très médiatisée en 2018 impliquant huit joueurs de hockey, dont certains membres de l’équipe mondiale junior, a appris CBC News.

L’avocat de la plaignante, Rob Talach, affirme que Hockey Canada a approché sa cliente le 22 juillet et lui a demandé si elle voulait être libérée de l’entente qui lui interdisait de divulguer publiquement des informations sur l’affaire.

« Je leur donne le crédit d’avoir dit qu’ils pensaient que ce n’était que juste dans les circonstances de la façon dont les choses se déroulaient publiquement », a déclaré Talach à CBC News dans une interview.

L’accord de non-divulgation (NDA) a été officiellement retiré la veille du témoignage des dirigeants de Hockey Canada devant un comité parlementaire le 27 juillet pour enquêter sur la façon dont l’organisation a traité le cas présumé d’agression sexuelle.

Le président de Hockey Canada, Scott Smith, a répondu aux questions des députés au sujet de la NDA pendant le comité. Le député néo-démocrate Peter Julian l’a appelé à libérer les plaignants s’ils le souhaitent, car cela perpétue une « culture du silence » lorsque « les victimes sont réduites au silence ».

« S’ils souhaitent les éliminer, à moins qu’il n’y ait une raison légale à ce que je sache, je ne sais pas pourquoi nous ne le ferions pas », a déclaré Scott lorsqu’on lui a demandé s’il retirerait les accords. « Notre priorité est de soutenir les victimes. »

Smith a déclaré au comité le mois dernier que Hockey Canada avait contacté Talach de manière proactive après que « les reportages des médias représentaient des commentaires au nom des joueuses » et « avait suggéré qu’elle devrait également avoir le droit de répondre aux événements de la soirée ». Hockey Canada a partagé la réponse de Talach en privé avec les députés, mais ne l’a pas divulguée publiquement.

NDA utilisés dans d’autres colonies

Au cours du comité, il a été révélé que des accords de non-divulgation étaient également utilisés dans d’autres règlements impliquant des allégations d’agression sexuelle, selon l’ancien vice-président de la gestion des risques de Hockey Canada, Glen McCurdie.

En plus de l’affaire de 2018, Hockey Canada a versé 8,9 millions de dollars à 21 plaignants depuis 1989.

Rob Talach est l’avocat qui représente le plaignant alléguant une agression sexuelle collective en 2018 impliquant certains membres de l’équipe canadienne junior du monde. (James Chaarani/CBC)

Hockey Canada a précisé lundi que les accords de non-divulgation n’étaient pas utilisés dans chaque règlement.

« Dans certains cas, les seules conditions de confidentialité concernaient le montant du règlement, qui est généralement inclus dans presque tous les règlements de toutes les réclamations au Canada, y compris les réclamations pour abus sexuels… », a écrit Hockey Canada dans une déclaration à CBC News.

La controverse de Hockey Canada a mis un nouveau projecteur sur la question des NDA, qui sont courantes dans le règlement des poursuites. Certains défenseurs appellent de plus en plus à les interdire dans les affaires liées à des agressions sexuelles.

L’Î.-P.-É. est devenue la première province en mai à limiter l’utilisation des ententes dans les cas visant à cesser de faire taire les victimes de harcèlement et d’inconduite sexuelle. Certains experts juridiques et législateurs affirment que les NDA protègent les institutions et les auteurs et poussent les allégations dans la clandestinité, ce qui permet aux problèmes culturels de perdurer.

Hockey Canada est en pleine crise alors qu’il fait face à l’indignation du public face à son traitement des réclamations pour agression sexuelle et à l’utilisation d’un fonds spécial – en partie composé de frais d’inscription – pour payer les règlements juridiques. Les sponsors ont abandonné leur soutien, la LNH enquête et la police a ouvert une nouvelle enquête sur une affaire distincte d’agression sexuelle collective en 2003.

La controverse publique a commencé après que le client de Talach a intenté une action en justice de 3,5 millions de dollars en avril qui a déclaré qu’en 2018, huit joueurs de hockey, dont des membres de l’équipe mondiale junior du Canada, l’avaient agressée sexuellement, humiliée et dégradée dans une chambre d’hôtel à London, en Ontario.

La déclaration, qui n’a pas été prouvée devant le tribunal, indique que les joueurs de hockey ont amené des clubs de golf dans la chambre d’hôtel pour l’intimider davantage, ont ordonné à la femme de prendre une douche après l’agression sexuelle et lui ont dit de dire qu’elle était sobre pendant qu’ils enregistraient une vidéo. vidéo de consentement.

Le plaignant craignait d’ajouter au « spectacle public »

Le conseil d’administration de Hockey Canada a autorisé le paiement du montant maximal de la poursuite de 3,5 millions de dollars, selon un témoignage au comité parlementaire.

Talach a révélé lundi à CBC News de nouveaux détails concernant l’accord de non-divulgation de son client. Il a déclaré que l’accord contenait un « plan de communication » qui donnait à sa cliente une certaine « flexibilité pour dire ce qu’elle voulait dire ». L’accord a permis à Talach de faire une déclaration écrite conforme à ses souhaits.

« Elle ne voulait pas vraiment faire partie des médias et elle ne veut pas contribuer publiquement à ce débat », a déclaré Talach à CBC News.

Glen McCurdie, vice-président de Hockey Canada, affirme que l’organisation enquête sur son niveau de risque d’éventuelles poursuites qui pourraient être intentées par des victimes présumées. (La Presse Canadienne)

Il a déclaré que l’accord de non-divulgation avait été recherché mutuellement parce que sa cliente depuis le début était « inflexible » sur le fait qu’elle ne voulait pas « ajouter à un spectacle public ». Il a ajouté que sa cliente avait également choisi de ne pas nommer les joueurs de hockey impliqués dans sa poursuite.

Talach a déclaré qu’il n’existe aucun accord légal de non-divulgation qui empêcherait un plaignant de signaler des infractions sexuelles à la police.

« Vous ne pouvez pas acheter votre sortie d’une enquête criminelle », a-t-il déclaré. « Une NDA ne peut pas non plus empêcher de discuter de l’incident lors de la recherche de conseils médicaux, de conseils ou financiers. Ce sont des exceptions typiques. »

Aucune autre demande de libération

La plaignante au centre de l’affaire s’est exprimée publiquement pour la première fois la semaine dernière au Globe and Mail et a déclaré qu’elle se sentait « vulnérable et exposée » depuis mai, lorsque ses allégations ont été rendues publiques.

La femme voulait remettre les pendules à l’heure sur les informations inexactes qui continuaient d’être rapportées dans les médias à propos de son cas, a déclaré Talach.

Talach a déclaré dans un communiqué la semaine dernière que sa cliente avait pleinement coopéré en tout temps à une enquête policière sur son cas, bien que Hockey Canada ait initialement dit qu’elle ne l’avait pas fait.

CBC News a demandé à Hockey Canada si des plaignants se sont manifestés et ont demandé le retrait de leur accord de non-divulgation depuis que les dirigeants ont témoigné le mois dernier.

Hockey Canada a déclaré que depuis le 27 juillet, « aucun plaignant qui a reçu des règlements n’a demandé à être libéré de toute clause de confidentialité dans ses ententes de règlement ».

« Comme indiqué précédemment, si demandé, Hockey Canada travaillerait avec les victimes pour soutenir leurs souhaits », a déclaré Hockey Canada dans un communiqué.


Vous avez une histoire ou un article sur le scandale de Hockey Canada? Envoyez un courriel confidentiel à [email protected]

Continue Reading

Tandance