Connect with us

Politique

Freeland et Joly se joignent à la condamnation du bilan des droits des femmes en Iran

Published

on

La vice-première ministre Chrystia Freeland et la ministre des Affaires étrangères Melanie Joly sont parmi les principaux signataires d’une lettre ouverte dénonçant le bilan de l’Iran en matière de droits des femmes.

La lettre, publiée dimanche dans le New York Times, condamne la violente répression de l’Iran contre les récentes manifestations et demande que le pays soit retiré de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme.

L’ancienne première ministre Kim Campbell et la militante des droits de l’homme et auteure Nazanin Afshin-Jam sont les autres Canadiens sur une liste de « signatures clés » de la lettre.

L’Iran a entamé un mandat de quatre ans au sein de la commission de l’ONU sur le statut des femmes plus tôt cette année.

REGARDER | Le premier ministre Trudeau prend la parole lors d’une manifestation à Ottawa :

« Ça suffit », dit Trudeau lors d’une manifestation en Iran

Alors que des manifestants se rassemblaient à travers le Canada pour montrer leur solidarité avec ceux qui, en Iran, protestaient contre la répression des droits des femmes après la mort de Mahsa Amini, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré à une foule à Ottawa que « nous ne nous arrêtons pas ».

La lettre indique que l’Iran aurait dû être disqualifié pour son oppression systémique de longue date des femmes, ainsi que sa brutalité récente envers les manifestants des droits de l’homme.

Six semaines de manifestations en Iran ont été déclenchées par la mort de Mahsa Amini, une femme de 22 ans qui a été arrêtée pour avoir prétendument omis de se couvrir correctement les cheveux et est décédée en garde à vue.

Appel à la libération des prisonniers politiques

Pour chaque jour où l’Iran reste membre de la commission de l’ONU, dit la lettre, l’organisme perd de sa crédibilité.

Les autres États membres de la commission ont le devoir de « respecter son mandat et de défendre les valeurs mêmes qu’ils prétendent soutenir », dit-il.

Le Canada n’est pas actuellement membre de la commission, mais les États-Unis l’est.

Parmi les plus grands noms à avoir apporté leur soutien figurent l’ancienne candidate à la présidentielle américaine Hillary Clinton, les anciennes épouses présidentielles Michelle Obama et Laura Bush, l’auteur Gloria Steinam, la philanthrope Oprah Winfrey et l’activiste pakistanaise Malala Yousafzai.

Freeland et Joly ne sont pas les seuls politiciens actuels à se joindre à l’appel.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern est signataire, bien que son pays ne soit pas actuellement membre de la commission.

La liste comprend également la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, l’ex-Premier ministre australienne Julia Gillard et les anciens présidents du Libéria et de la Lituanie.

« Les manifestations menées par des femmes à travers l’Iran se sont heurtées à une violence extrême. Et pourtant, les femmes et les filles iraniennes, ainsi que leurs alliés, persistent courageusement. Nous soutenons leur lutte pour les libertés fondamentales et appelons à la fin immédiate de la violence de l’État et à la libération en toute sécurité de des milliers de citoyens détenus », lit-on dans la lettre.

« C’est un moment critique pour les dirigeants de la communauté internationale de manifester haut et fort leur soutien aux droits des femmes en se montrant solidaires des femmes et des filles iraniennes. »

Politique

Le gouvernement examinera le contrat de la GRC attribué à une entreprise liée à la Chine

Published

on

Par

Le gouvernement fédéral examine un contrat d’équipement de la GRC attribué à une entreprise liée au gouvernement chinois que le premier ministre Justin Trudeau a qualifié de « déconcertant ».

Trudeau a déclaré que le gouvernement réexaminerait également son approche en matière d’approvisionnement.

Une enquête de Radio-Canada a révélé que Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) avait accordé à Sinclair Technologies un contrat d’une valeur de 549 637 $ l’an dernier pour construire et entretenir un système de filtrage des radiofréquences (RF) pour la GRC.

Alors que Sinclair est basée en Ontario, sa société mère Norsat International appartient à la société de télécommunications chinoise Hytera depuis 2017. Le gouvernement chinois détient environ 10 % d’Hytera par le biais d’un fonds d’investissement.

Un panneau à l’extérieur du bureau de Sinclair Technologies à Aurora, en Ontario. Depuis 2017, la société est contrôlée par la société chinoise de télécommunications Hytera, qui appartient en partie au gouvernement chinois. (Marc Godbout/Radio Canada)

SPAC a déclaré en réponse aux demandes de renseignements de Radio-Canada qu’il n’avait pas tenu compte des problèmes de sécurité ou de la propriété de Sinclair dans le processus d’appel d’offres. Radio-Canada a confirmé par des sources au courant du dossier que la différence entre l’offre de Sinclair et celle de son concurrent québécois Comprod était inférieure à 60 000 $.

Trudeau a déclaré mercredi matin que son gouvernement se penchera sur la question et examinera le rôle que joue la sécurité dans les marchés publics.

« Absolument, nous allons découvrir d’abord ce qui doit être fait pour nous assurer que notre technologie de communication est sécurisée, mais aussi nous assurer que nous cherchons à déterminer comment cela pourrait continuer à se produire et nous assurer que le Canada n’est pas signer des contrats avec le plus bas soumissionnaire qui se retournent ensuite et nous exposent à des failles de sécurité », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

« Nous aurons de vraies questions pour le service public indépendant qui a signé ces contrats, et nous ferons en sorte que cela change à l’avenir. Il est grand temps que cela se produise. »

REGARDEZ | Trudeau: « Nous aurons de vraies questions » sur le contrat d’équipement de la GRC avec une société liée à la Chine

Trudeau: « Nous aurons de vraies questions » sur le contrat d’équipement de la GRC avec une société liée à la Chine

Le premier ministre Justin Trudeau répond à un rapport sur un contrat fédéral pour du matériel de communication de la GRC attribué à une entreprise ayant des liens avec la Chine

Une partie de la fonction du système RF consiste à sécuriser les communications radio terrestres de la GRC. Un porte-parole de la GRC a déclaré à Radio-Canada que l’installation de l’équipement a commencé en Ontario et en Saskatchewan et que tout entrepreneur travaillant sur l’équipement doit obtenir une cote de sécurité.

La nouvelle survient après que les organisations canadiennes de sécurité nationale ont mis en garde contre les menaces à la démocratie et aux institutions canadiennes posées par des acteurs étrangers, dont la Chine. Le gouvernement fédéral a également récemment dévoilé sa stratégie indo-pacifique, qui comprend un plan pour faire face à une Chine « de plus en plus perturbatrice ».

Trudeau a déclaré mercredi qu’il trouvait « déconcertant » que, alors que les agences de sécurité « nous conseillaient en tant que gouvernement et en tant que Canadiens que nous devons faire très attention à l’ingérence étrangère dans nos institutions … d’autres parties de la fonction publique signaient des contrats qui ont des niveaux de sécurité douteux pour nos opérations et nos institutions de sécurité nationale comme la GRC. »

REGARDEZ | Le gouvernement examine « très attentivement » le contrat de la GRC avec une entreprise liée à la Chine : Mendicino

Le gouvernement examine « très attentivement » le contrat de la GRC avec une entreprise liée à la Chine : Mendicino

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré que son bureau examinerait un contrat pour fournir et entretenir l’équipement de communication de la GRC qui a été attribué à une entreprise ayant des liens avec le gouvernement chinois.

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré mercredi que des responsables du ministère examinaient le contrat de la GRC.

« Nous sommes très attentifs aux menaces posées par les acteurs étatiques et non étatiques hostiles, et cela inclut [China] », a-t-il déclaré lors d’une mêlée avec les médias.

« Ce que j’ai fait, à la lumière de ce rapport, c’est demander à mes fonctionnaires d’examiner de très près les détails de ce contrat et également de travailler avec nos fonctionnaires pour examiner le processus par lequel ce contrat a été attribué. »

Un dirigeant de Sinclair Technologies a refusé une entrevue avec Radio-Canada sur l’équipement et le contrat, invoquant la confidentialité du client.

La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a interdit la vente et l’importation de produits Hytera en 2021, invoquant des problèmes de sécurité nationale.

Hytera fait également face à 21 accusations dans une affaire d’espionnage américaine. Le ministère de la Justice des États-Unis a accusé la société d’avoir conspiré pour voler des secrets commerciaux à la société de télécommunications américaine Motorola. Hytera a nié les allégations.

Les chefs de l’opposition critiquent le gouvernement au sujet du contrat

S’adressant aux journalistes avant la période des questions mercredi, le chef conservateur Pierre Poilievre a appelé le gouvernement à résilier le contrat et a appelé Trudeau à en assumer la responsabilité.

« Oui, il devrait être annulé, et Justin Trudeau en est responsable. C’est le chef du gouvernement et c’est un contrat gouvernemental », a déclaré Poilievre.

Poilievre a déclaré que les accusations américaines contre Hytera auraient dû susciter des inquiétudes quant à l’offre de Sinclair.

Il a ajouté que le gouvernement devrait limiter ses sources d’achat d’équipement.

« Nous, en tant que gouvernement, nous en tant que pays, ne devrions pas permettre aux pays et aux entreprises publiques connus pour l’espionnage de vendre des technologies liées à nos télécommunications », a déclaré Poilievre.

REGARDEZ | « Il est chef du gouvernement et c’est un contrat gouvernemental »: Poilievre

Singh qualifie de « choquant » le contrat d’équipement de la GRC avec une entreprise liée à la Chine

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, répond à un rapport sur un contrat fédéral pour l’équipement de communication de la GRC attribué à une entreprise ayant des liens avec la Chine.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré que la décision du gouvernement américain de mettre Hytera sur liste noire aurait dû être un drapeau rouge pour le gouvernement fédéral.

« On pourrait penser que le Canada suivrait le protocole approprié pour s’assurer que nos informations, aussi sensibles soient-elles avec une agence de police fédérale, ne font pas l’objet d’une menace ou d’une violation sérieuse », a déclaré Singh lors d’une conférence de presse.

« Je suis profondément inquiet, je pense qu’il y a un risque réel ici, et cela montre que le gouvernement n’a pas pris les mesures appropriées pour examiner ce projet ou l’entreprise. »

REGARDEZ | Singh qualifie de « choquant » le contrat d’équipement de la GRC avec une entreprise liée à la Chine

Singh a appelé le gouvernement à apporter des modifications à son processus d’approvisionnement.

« Il doit y avoir un meilleur processus en place pour protéger notre vie privée et notre sécurité pour nos systèmes d’information ⁠ – d’autant plus que cela est maintenant identifié comme le principal risque de sécurité pour notre pays », a déclaré Singh.

Le ministre de l’Innovation, François-Philippe Champagne, a déclaré mercredi que le gouvernement devrait enquêter sur le contrat de la GRC.

« Nous devons rester plus vigilants pour empêcher des choses comme ça, et comprendre le pourquoi et le comment quelque chose peut arriver à un moment où nous savons que nous devons nous occuper des défis géopolitiques vis-à-vis de la Chine », a déclaré Champagne mercredi dans une mêlée médiatique. .

« Nous devons donc être très attentifs à ce qui s’est passé et je pense que chaque branche du gouvernement doit appliquer ce niveau de contrôle. »

Continue Reading

Politique

«Ce type d’interdiction affectera les chasseurs»: les dirigeants du Yukon disent que le projet de loi fédéral sur les armes à feu est inquiétant

Published

on

Par

Le député libéral du Yukon, Brendan Hanley, a déclaré que le projet de loi sur le contrôle des armes à feu était « bouleversant » et qu’il ne l’appuierait pas tel quel, malgré les assurances du premier ministre Justin Trudeau selon lesquelles le projet de loi C-21 ne visait pas les fusils de chasse ou les fusils de chasse.

Le projet de loi, qui visait initialement à interdire les armes de poing comme moyen de lutter contre la violence armée au Canada, a suscité de nombreuses critiques après que le gouvernement libéral a apporté des modifications tardives qui étendraient l’interdiction aux armes d’épaule couramment utilisées.

Hanley dit avoir entendu de nombreux Yukonnais parler du projet de loi et de ses amendements.

« C’est vraiment bouleversant. Beaucoup, beaucoup de Yukonnais… chassent régulièrement, soit comme source de nourriture, soit pour les aspects récréatifs de la chasse », a-t-il déclaré.

« Je pense que cela montre à quel point la chasse est importante pour le Yukon… ces modifications doivent être très clarifiées. Je suis heureux que le premier ministre ait déclaré que [Monday]. Je pense que c’était bienvenu. »

Hanley a déclaré qu’il pensait que ces amendements introduits avaient « fondamentalement » modifié le projet de loi.

Outre les fusils de chasse et les fusils de chasse courants, les modifications proposées sont rédigées de manière à interdire également les armes anciennes, les canons appartenant à des reconstitueurs historiques et les pièces de collection coûteuses.

Lundi, Trudeau a reconnu les inquiétudes suscitées par le projet de loi et a déclaré que les amendements étaient en cours d’examen afin qu’ils ne ciblent pas l’utilisation légitime des armes à feu.

« Nous ne cherchons pas à chasser des carabines ou des fusils de chasse. Nous ciblons les armes les plus dangereuses », a déclaré Trudeau.

Eric Schroff, le directeur exécutif de la Yukon Fish and Game Association, fait partie de ceux qui pensent qu’il faut plus de précisions sur les modifications. Il a déclaré que la modification du projet de loi avait déjà soulevé des inquiétudes chez de nombreuses personnes au Yukon.

Schroff a déclaré qu’il y avait « beaucoup de surprise » lorsque les amendements ont été présentés.

Eric Schroff est directeur exécutif de la Yukon Fish and Game Association. (Philippe Morin/Radio-Canada)

« D’où est-ce que sa vient? » il a dit. « Nous ne sommes pas au courant de beaucoup de dialogue entre le gouvernement fédéral et les ministres de la sécurité et ce genre de choses autour de cette question. »

Il a dit que la liste des armes à feu qui le préoccupe et qui pourrait voir une législation plus lourde qui leur est associée si le projet de loi est adopté est « longue ».

« Le gros problème pour nous, ce sont les armes à feu que les gens utilisent légitimement à des fins de chasse et d’autres types d’événements sportifs – le tir à la cible, et ce genre de choses », a-t-il déclaré.

Schroff a déclaré qu’il pensait qu’il y avait un manque de consultation avant que les amendements ne soient apportés, et s’il y avait eu plus de conversations sur l’utilisation des armes à feu parmi les populations rurales, cela n’aurait peut-être pas été ajouté au projet de loi tel qu’il l’était.

ÉCOUTEZ | La conversation complète avec Eric Schroff :

9:37Le projet de loi sur les armes à feu concerne les chasseurs

Eric Schroff, directeur exécutif de la Yukon Fish and Game Association, affirme que de nombreux chasseurs du Yukon sont préoccupés par la nouvelle législation sur les armes à feu proposée par le gouvernement fédéral.

« C’est facile pour quelqu’un qui n’est pas un chasseur ou quelqu’un qui n’est pas originaire de petites régions rurales du Canada comme nous de dire que cela n’aura aucun effet sur les gens », a-t-il déclaré.

« S’ils avaient été disposés à parler aux gens … ils auraient entendu dire que ce type d’interdiction affecterait les chasseurs au Canada et dans les régions rurales du Canada. Et je pense qu’il y aurait eu un argument convaincant à examiner attentivement avant d’aller de l’avant. « 

Le député « n’est pas en mesure » de soutenir le projet de loi tel quel

Hanley a déclaré que le projet de loi était passé du gel des armes de poing, ce qui, selon lui, avait déjà suscité certaines inquiétudes et sur lequel il cherchait des éclaircissements, à une portée beaucoup plus large.

« Je ne suis pas content de ça [bill]et je ne suis pas en mesure de soutenir ce projet de loi à ce stade avec ces amendements en jeu », a-t-il déclaré.

Il a dit qu’il pense qu’il est important que « la voix rurale » soit entendue – et comprise – par ceux qui peuvent venir d’un point de vue plus urbain.

Hanley a déclaré qu’il était d’accord avec l’intention qui, selon lui, est à l’origine des amendements, en ce sens que le but est de contrôler les armes de type assaut qui « n’ont pas de place pour la chasse quotidienne ».

« Assez juste. Mais ayons vraiment une définition claire, car nous savons qu’il existe ces zones grises – par exemple, les fusils semi-automatiques qui sont utilisés légitimement pour la chasse et qui semblent actuellement correspondre à certaines de ces définitions », a-t-il déclaré.

« Nous devons, je pense, faire une pause, prendre du temps, vraiment faire la consultation dont nous avons besoin – la consultation [with] les habitants du Nord, les Yukonnais, les Autochtones du Yukon — pour qu’il y ait vraiment une clarification des définitions et une compréhension et que nous n’empiétions pas sur les armes à feu de chasse utilisées au Yukon.

Continue Reading

Politique

Ottawa n’est pas légalement tenu de rapatrier des Canadiens de Syrie, selon un avocat fédéral

Published

on

Par

La Charte des droits et libertés n’oblige pas Ottawa à rapatrier les Canadiens détenus dans des camps syriens, a déclaré mardi un avocat du gouvernement lors d’une audience devant la Cour fédérale.

Les membres de la famille de 23 Canadiens détenus – six femmes, quatre hommes et 13 enfants – demandent au tribunal d’ordonner au gouvernement d’organiser leur retour, affirmant que refuser de le faire viole la Charte.

Les citoyens canadiens font partie des nombreux ressortissants étrangers dans les camps syriens dirigés par les forces kurdes qui ont repris la région déchirée par la guerre à l’extrémiste État islamique d’Irak et du Levant.

L’avocate fédérale Anne Turley a déclaré au tribunal qu’il n’y avait aucune obligation légale de faciliter leur rapatriement en vertu de la charte ou de toute loi ou loi internationale.

« En faisant valoir que le défaut de rapatriement viole les droits de la Charte, les demandeurs présentent de nouveaux arguments. À ce jour, les tribunaux ont adopté une approche mesurée et prudente de l’application extraterritoriale de la Charte », a déclaré Turley.

« Il était clair que pour que la charte s’applique à l’étranger, il doit y avoir des preuves que des responsables canadiens participent à des activités de l’État étranger qui sont contraires aux obligations internationales du Canada ou aux normes fondamentales des droits de la personne. Il n’y a aucune preuve de ce genre ici, ou allégations de cette nature. »

Les personnes impliquées dans l’affaire judiciaire sont détenues à l’étranger par des entités étrangères qui opèrent indépendamment de la juridiction ou du contrôle du Canada, a déclaré Turley.

Exiger que le gouvernement agisse obligerait le tribunal à se pencher sur les questions de contrôle de la Couronne sur les relations internationales et les affaires étrangères, a-t-elle ajouté.

Un petit nombre est revenu

Une poignée de femmes et d’enfants sont revenus de la région au cours des dernières années, mais le Canada n’a, pour la plupart, pas suivi le chemin des autres pays qui ont réussi à rapatrier des citoyens.

Malgré cela, Affaires mondiales Canada a récemment déterminé que les six femmes et 13 enfants inclus dans l’affaire judiciaire avaient atteint un seuil en vertu de son cadre politique de janvier 2021 pour fournir une aide extraordinaire.

En conséquence, Affaires mondiales a commencé des évaluations en vertu des principes directeurs du cadre pour déterminer s’il convient de fournir cette assistance.

Les noms des femmes et des enfants n’ont pas été divulgués.

Les hommes canadiens comprennent Jack Letts, dont les parents ont publiquement poussé le gouvernement à aider leur fils. Ils soutiennent qu’il n’y a aucune preuve qu’il soit devenu un combattant terroriste à l’étranger.

John Letts, père de Jack Letts, musulman britannique converti et membre présumé de l’EI, fait pression pour le rapatriement des Canadiens qui se sont rendus en Syrie. (Sean Kilpatrick/Presse canadienne)

Dans un dossier déposé auprès du tribunal, les familles des Canadiens détenus soutiennent que le processus par lequel le gouvernement a déterminé s’il fallait rapatrier ses citoyens « constitue une violation de l’équité procédurale ».

Ils disent qu’aucun demandeur n’a été informé du cadre politique fédéral mis en place pour déterminer s’il fallait prolonger l’aide jusqu’en novembre 2021 – environ 10 mois après sa mise en œuvre et environ deux mois après le début de la demande en justice.

Les membres de la famille veulent une déclaration selon laquelle l’inaction du gouvernement était déraisonnable, une demande officielle de rapatriement des membres de la famille, la délivrance de documents de voyage d’urgence et l’autorisation d’un représentant pour faciliter leur retour.

Turley a fait valoir que le processus est plus complexe qu’il n’y paraît.

« Ce n’est pas, comme les candidats voudraient vous le faire voir, un exercice simple et direct », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas une approche unique. »

Le cadre politique du gouvernement vise à guider la prise de décision concernant une éventuelle aide extraordinaire « sur une base individuelle », a déclaré Turley.

Les responsables doivent tenir compte de la sûreté et de la sécurité des représentants du gouvernement canadien impliqués dans les efforts de rapatriement ainsi que de celle des détenus individuels, a-t-elle déclaré.

De plus, le gouvernement doit peser « la menace pour la sécurité publique et la sécurité nationale, la protection du public canadien », a ajouté Turley.

« Le gouvernement doit évaluer ces variables, et elles sont fluides. C’est une décision ponctuelle. »

Continue Reading

Tandance