Connect with us

Canada

For this remote First Nation, installing heat pumps is worth the effort

Published

on

Our planet is changing. So is our journalism. This weekly newsletter is part of a CBC News initiative entitled « Our Changing Planet » to show and explain the effects of climate change. Keep up with the latest news on our Climate and Environment page.

Sign up here to get this newsletter in your inbox every Thursday.


This week:

  • For this remote First Nation, installing heat pumps is worth the effort
  • The recyclability of EV batteries
  • Readers provide decluttering tips that don’t rely on landfill

For this remote First Nation, installing heat pumps is worth the effort

(Submitted by Q̓átuw̓as Brown)

What On Earth54:02Why flooding in Indigenous communities is a climate justice issue

A tale of two First Nations and how the reserve system forced them onto flood plains; Three Ontarians weigh in on their provincial election; And how the Heiltsuk First Nation’s speedy switch to heat pumps is securing its energy future

A cold breeze smelling of salt and sea life sweeps through the town of Bella Bella, on Campbell Island, off the central coast of British Columbia.

Members of the Heiltsuk Nation have been living on this breathtaking land for at least 9,000 years. But in recent years, the community’s reliance on fossil fuels to heat their homes has had devastating consequences. 

In 2016, an oil spill caused by a barge that ran aground dumped more than 110,000 litres of petroleum products into Gales Creek. Sixty per cent of the community’s clam beds and fish stocks were destroyed, jeopardizing the community’s primary livelihood.

In response, the Heiltsuk Nation — which has roughly 2,400 members — began working on a climate action plan to get off fossil fuels.

« Our whole plan is to realign with our ancestral laws, to realign who we are as Heiltsuk people with Earth and with our unique place in the world, » Q̓átuw̓as Brown, the communications manager of the Haíɫzaqv Climate Action Plan, told What On Earth.

The plan, which aims to achieve net-zero emissions within a decade and eventually reduce emissions by 24,000 tonnes a year, recently won Community of the Year from Clean Energy BC. The award recognizes the best and most ambitious sustainable energy strategy of any jurisdiction in British Columbia. 

For Brown, getting off fossil fuels is about re-establishing the community’s sovereignty over its energy and land. One way the community is achieving this is through the installation of heat pumps

A heat pump uses electricity to pull heat out of the air. In the winter, it pulls warm air inside to heat your home; in the summer, it acts like an air conditioner, moving warm air out while circulating cool air inside. The process uses refrigerants for the conversion, much like your refrigerator.

When Brown spoke with What On Earth host Laura Lynch in January 2021, her community had installed 129 heat pumps. Now, in partnership with Ecotrust Canada, they have secured $6.6 million from several levels of government to install enough heat pumps for every member of the community who wants one. Ecotrust is also working with three other Indigenous communities on Vancouver Island to secure funding for heat pumps.

By the end of 2022, if all goes as planned, 95 per cent of community homes in Bella Bella will have a heat pump. 

Currently, those without heat pumps rely on oil furnaces. Fuel is brought in by barge. Plus, many of those furnaces are old and inefficient.

Given the remote location and size of Bella Bella, pulling together the funding, resources and experts needed to install this many heat pumps demonstrates an immense force of will. Brown credits her town’s commitment and ownership over the project. 

Already this year, the new heat pumps have eliminated an estimated 770 tonnes of emissions. Not only are they reducing the community’s carbon footprint, but they are also saving residents on average $1,500 annually in utility costs. 

« It’s changing people’s lives, » said Brown, noting the average salary for people in the community is less than $30,000 per year. 

While researching the climate action plan, Brown’s team found the average Heiltsuk community home consumed double the amount of energy as the average British Columbian. Brown believes this to be due in part to the homes themselves, which were cheaply built by the Canadian Mortgage and Housing Corporation. 

« It goes back to the legacy of colonization, and how our homes have been built in relationship with Canada to be subpar — because we were seen as subhuman, » said Brown.

Phil Climie, the retrofits program manager for Ecotrust Canada, said that « energy security » in communities like this « is very much tied to housing quality. » 

Climie and Brown attest to the fact that homes in Indigenous communities have generally not been built to withstand the elements. Poor insulation and construction not only lead to persistent mould problems but also reduce the effectiveness of a heat pump. 

In response, Heiltsuk has partnered with BC Hydro to retrofit homes and is working with the federal government, the University of British Columbia and Builders without Borders to build 40 new homes that will be owned by community members. 

« Energy sovereignty, land sovereignty, it’s all connected to body sovereignty, » said Brown. « When we have homes that aren’t healthy, we have people that aren’t healthy. »

Cali McTavish

Reader feedback

Giacomo Panico’s piece on the call for government rebates on e-bike purchases earned a few responses:

Kristin Gage: 

« I love to see provinces providing rebates for e-bike buyers, but there’s a missed opportunity here. In B.C., we can get a rebate in two ways: either if you are a business owner looking to buy an e-cargo bike or if you scrap a qualifying car. What about those who have never owned a car? Ideally, these rebates should also apply to young people who are apprehensive about the purchase of a car. Given that those in their 20s aren’t likely able to afford an electric vehicle, the appeal of an e-bike is strong for those who are looking to live a sustainable lifestyle, and simply for those who want to avoid all the costs of owning a car. As someone in their early 20s living in the urban core, I would strongly consider an e-bike as my main mode of transportation. By targeting this generation seeking to accumulate all the ‘adult’ possessions, offering an e-bike rebate could challenge the norm regarding what a ‘first vehicle’ should look like. »

Jim Johnston:

« There’s nothing like cash to encourage a change in behaviour. So, in addition to handouts for the purchase of EVs, why not extend that to ordinary bicycles and public transit (which in my opinion, if offered at no charge whatsoever would get a lot of cars off the road). »

Old issues of What on Earth? are right here.

CBC News recently launched a dedicated climate page, which can be found here.

There’s also a radio show and podcast! What On Earth now airs on Sundays at 11 a.m. ET, 11:30 a.m. in Newfoundland and Labrador. Subscribe on your favourite podcast app or hear it on demand at CBC Listen.


The Big Picture: The recyclability of EV batteries

While electric vehicles are a key plank in the effort to reduce carbon emissions, there is skepticism in some quarters about the sustainability of the technology — specifically, whether EV batteries can be recycled. The Ask CBC News team recently explored this in a handy explainer on all facets of EV batteries. 

To start, in the current EV market, battery packs typically come with an eight-year warranty, although Steve LeVine, editor of the publication the Electric, told CBC they actually last much longer. When an EV battery pack degrades to around 75 per cent of its original capacity, it is considered to be at the end-of-life stage.

The main materials used to make EV batteries are graphite, cobalt, lithium, manganese and nickel. The battery components are recyclable, but the recycling industry at the moment is not well developed, said Josipa Petrunic, president and CEO of the Canadian Urban Transit Research and Innovation Consortium. Lithium-ion and nickel-metal hydride batteries can be recycled through smelting. This resource-intensive process recovers only between 40 and 50 per cent of the battery’s materials and produces greenhouse gases. The valuable metals and salts recovered in the process are refined and made suitable for use. When done correctly, lithium, for example, can be used as an additive in concrete.

But recycling can be expensive, so repurposing may be more cost-effective. Many automakers are exploring different ways of repurposing used EV batteries. In Japan, for example, Nissan is putting old ones to use by powering streetlights.

Jonn Axsen, director of Simon Fraser University’s Sustainable Transportation Action Research Team, suggested old EV batteries could be used to store power generated from solar panels on your house. But Petrunic stressed that a challenge with repurposing EV batteries is they are not manufactured for that purpose.

« You’d actually have to pump in quite a lot of money to remanufacture the old batteries so that it can serve that stationary purpose. »

(Duane Burleson/Associated Press)

Hot and bothered: Provocative ideas from around the web


Readers provide decluttering tips that don’t rely on landfill

(karakedi35/Shutterstock)

Last week, Natalie Stechyson wrote about the environmental downside to decluttering — namely, when people unburden themselves of unwanted household goods, a lot of it ends up in landfill.

What on Earth? readers wrote in with suggestions for making sure those items don’t become trash, but instead have a useful second life.

Paddy Wales:

« I have trouble throwing things out, so I had a FREE sale, where no money changed hands. I advertised it on neighbourhood Facebook sites and Freecycle. Success and fun. I felt safe as I did not need to interact closely, and most stuff went. My dad’s 1960s tools? Hardly worth a dollar, but they went, as did garden, workshop and household items. Probably less than five per cent left over. »

Hilda Bryan-Seet: 

« As it relates to my own household and my visiting son and grandson, they are helping me to declutter after 50 years of living in the same house. There is a lot of technology that has evolved that we’ve kept around and in addition to clothing that is no longer suitable for an 82-year-old person. I find it difficult to part with my deceased husband’s clothing also. I am hoping my grandchildren may like to use clothing from their grandparents!

« However, we found a store nearby for disposal of the technological items. I have been conscious of separating garbage and have different composting bins and a garden compost pile. »

Karel Ley:

« I live in a community [Delta, B.C.] that has recycled for decades. Thrift shops and garage sales are the most often avenues of reusing household items, clothing and more. In addition, local artists are creating new furniture designs with paint and upholstery, with proceeds going to charities such as a hospice. Unique pieces of furniture are featured in many community residences.

« Challenge your local community to create even more value out of unwanted possessions by putting creative people in your neighbourhood to work. »

Tom Riessner:

« Just finished reading your article ‘Why environmentalists want us to stop decluttering.’ Having worked in this sector for the last 20 years, I wanted to offer my two cents.

« First off, I think it’s important to understand the charities you listed and most others accepting donations do so to raise money for a charitable goal other than reducing waste. It follows that they would only be interested in accepting items that are easily sold to raise funds. That means … a huge amount of donations that are refused every year because they require work to reuse or upcycle. What’s needed are more organizations whose primary goal is waste diversion. They tend to accept a wider variety of items and the condition of items isn’t always an issue. Makes it easier for donors and cheaper for customers.

« Second, if your goal is to find homes for all that stuff heading to landfill, you’ll need to raise demand to match the supply. There has always been a section of the community that purchases and reuses materials for various reasons, and while that section is growing, they are still in the minority. Let’s face it: marketing companies have done an excellent job of convincing us new is better and price is the only consideration. It’s going to take a big change in attitude from consumers and businesses alike as to what constitutes trash and how things are valued.

« It also means creating organizations that can help with that education, while also providing a place to collect and redistribute usable items in the community. »

Phil Le Good:

« I would love to repurpose my former cellphone, a Blackberry I used for years until it was made obsolete. I would like to repurpose or reuse some of the electronic gadgets I have in my garage, like the blender that needed a washer. I could order a motor, a glass bowl, but the washer was no longer being made. I wrote to the manufacturer and the only thing they could offer me is a 10 per cent discount on buying a new one. Or my Apple computer, a MacBook Pro with a ‘retina screen’ that has lost its coating. I was not aware that Apple had a program to replace screens that had this problem, but it was only for a short period of time. I could buy a new screen but the cost of replacement from an Apple reseller is high.

« We need Right to Repair legislation that prevents these companies from making their products obsolete or too costly to repair [and] forces consumers to buy new products. Manufacturers sometimes provide parts to dealers only, but not to other repair premises. They prevent others from making their parts even under licence. This is creating a great deal of waste. Perhaps you could tell this story and stop making consumers the problem, when many would love the right to go to a repair shop or buy a part for their products without being forced to buy new. »

Richard Langley:

« Everything points back to one simple truth — we do not consider the lifecycle of the things we produce and consume. Absolutely everything should be considered based on true costs — materials, labour, energy and externalities such as disposal, harmful effects, re-usability, recyclability, etc. Those ignored costs must be applied and the responsibility assigned to the manufacturers. A plastic bag is very useful for the few minutes it is used to carry your purchase home, but then it becomes an enormous and costly liability. Assigning these costs to the manufacturer will result in solutions being found. »

Stay in touch!

Are there issues you’d like us to cover? Questions you want answered? Do you just want to share a kind word? We’d love to hear from you. Email us at [email protected]

Sign up here to get What on Earth? in your inbox every Thursday.

Editor: Andre Mayer | Logo design: Sködt McNalty

Canada

La salle d’urgence de l’île de Vancouver est la dernière à faire face à une fermeture temporaire en raison d’un manque de personnel

Published

on

Par

Cette histoire fait partie de Situation Critical, une série de reportages de CBC British Columbia sur les obstacles auxquels sont confrontés les habitants de cette province pour accéder à des soins de santé appropriés et en temps opportun.

La salle d’urgence du West Coast General Hospital (WCGH) de Port Alberni sur l’île de Vancouver pourrait être fermée pendant une bonne partie des mois d’août et de septembre en raison d’une pénurie de personnel, a appris CBC News.

Un employé du WCGH, s’exprimant sous couvert d’anonymat, prévient que les urgences pourraient être fermées pendant des périodes de huit heures par jour si une solution n’est pas trouvée pour combler les quarts de travail à l’hôpital. Alors que les urgences fonctionnent actuellement, l’employé a déclaré qu’il avait évité de justesse les fermetures en juillet.

L’urgence de Port Alberni dessert une ville de plus de 18 000 habitants et reçoit généralement entre 60 et 80 visites par jour.

L’employé, un professionnel de la santé, a déclaré que si les urgences fermaient, les gens devraient voyager une heure et 15 minutes jusqu’à Nanaimo, ou près de deux heures jusqu’à Tofino pour des soins d’urgence, ce qui entraînerait une période de trois heures pendant laquelle une ambulance ne serait pas disponible. pour les autres appels dans la communauté.

Le service d’incendie de Port Alberni et le détachement de police ont déclaré avoir été informés de la perturbation potentielle.

Island Health a déclaré dans un communiqué qu’il n’y avait actuellement aucune perturbation prévue au WCGH et qu’une fermeture se produirait « en dernier recours […] une fois que toutes les stratégies d’atténuation possibles ont été explorées et épuisées. »

La salle d’urgence de Port Alberni dessert une ville de plus de 18 000 habitants et reçoit généralement entre 60 et 80 visites par jour. (Google Maps)

« Island Health travaille activement pour assurer la disponibilité des services d’urgence dans la région de la vallée d’Alberni et au-delà », indique en partie le communiqué.

Une fermeture des urgences à Port Alberni serait la dernière d’une série de fermetures temporaires des urgences dans les petites collectivités.

Plus tôt au printemps, les salles d’urgence de Port McNeill – dans la région nord de l’île – ainsi que de l’intérieur et du nord-est de la province ont fermé à court préavis parce que les médecins n’étaient pas disponibles pour remplir les quarts de travail.

Pas plus tard que lundi, les urgences de l’hôpital Nicola Valley de Merritt, dans l’intérieur, ont fermé à court préavis après qu’un médecin des urgences s’est déclaré malade. Il a rouvert à 8 heures le lendemain.

Interior Health a dirigé les personnes nécessitant des soins d’urgence pour accéder à l’hôpital Royal Inland de Kamloops, ou à l’hôpital général de Kelowna, à environ une heure à une heure et demie de route.

S’exprimant lors d’une conférence de presse indépendante lundi, le ministre de la Santé, Adrian Dix, a déclaré qu’il était au courant de la fermeture à Merritt, mais n’a pas commenté directement les fermetures potentielles à Port Alberni.

« Nous allons continuer à faire ce que nous avons fait, c’est-à-dire embaucher et développer des ressources dans notre système de santé », a-t-il déclaré.

« Nous demandons à notre système de santé d’en faire plus et le système de santé réagit. »

Les médecins « dans leur heure la plus sombre »

Le Dr Ramneek Dosanjh, président de Doctors of BC, a déclaré que les fermetures sont « incroyablement préoccupantes » pour les prestataires de soins de santé et les patients, et illustrent un manque d’équité dans les établissements de soins de santé dans les communautés rurales et urbaines.

« Le cadre de la salle d’urgence est généralement une mesure qui sauve des vies, et si nous disons que nous ne pouvons pas avoir cela, ne pouvons pas fournir cela à une communauté, quel type de soins disons-nous que nous pouvons fournir ? C’est dévastateur dans un pays comme le nôtre et une province comme la nôtre », a-t-elle dit.

« Peu importe si vous êtes assis à Terrace ou Dawson Creek ou Port Alberni ou Merritt – vous devriez pouvoir accéder à des soins et à une intervention en temps opportun. »

Dosanjh a déclaré que deux ans après le début de la pandémie et six ans après le début de la crise des drogues toxiques, les médecins de toute la province sont confrontés à l’épuisement professionnel et à des fardeaux sans précédent sur leur santé mentale.

« Ce n’est pas une chose facile pour les médecins de ne pas se présenter ou les infirmières de ne pas entrer, ce sont des décisions prises à leur heure la plus sombre », a déclaré Dosanjh.

Selon l’employé du WCGH, garder la salle d’urgence de Port Alberni ouverte obligerait les médecins à travailler des quarts de 12 à 16 heures pendant plusieurs semaines consécutives – une charge de travail que les médecins sont tout simplement incapables d’assumer.

« Nous ne pouvons pas sortir les médecins de nulle part »

La mairesse de Merritt, Linda Brown, a déclaré que lorsqu’un médecin se déclare malade, la ville ne peut pas faire grand-chose pour que les urgences fonctionnent. La ville a également une capacité limitée à travailler sur l’embauche et la rétention des médecins.

« Il n’y a rien que nous puissions faire en ce moment. Nous ne pouvons pas sortir les médecins de nulle part. Nous devons y faire face en tant que communauté », a déclaré Brown.

« Nous ne sommes pas en mesure d’attirer des infirmières et des médecins pour le moment, nous comptons sur notre système de santé global pour nous les fournir. »

À environ quatre heures au nord-ouest de Port Alberni, la mairesse de Port McNeill, Gaby Wickstrom, a déclaré que sa communauté se prépare à davantage de perturbations des services des urgences au cours de l’été.

L’hôpital de Port McNeill a vu ses urgences temporairement fermées ou en déviation ces derniers mois, ce qui signifie que les personnes qui se présentent aux urgences sont traitées, tandis que les patients arrivant en ambulance sont redirigés vers Port Hardy, à une demi-heure de là.

« Nous sommes toujours inquiets parce que nous sommes à un minimum de personnel sans aucun extra », a déclaré Wickstrom, ajoutant que dans une communauté rurale, le fait d’avoir même un travailleur de la santé malade peut entraîner une fermeture.

Elle a déclaré qu’une fermeture simultanée des salles d’urgence de Port Hardy et de Port McNeill verrait les patients redirigés vers Campbell River, à deux heures de route.

« On nous a dit que de temps en temps, nous pourrions nous retrouver avec une diversion ou une fermeture parce que c’est juste la nature de la crise de personnel dans laquelle nous nous trouvons », a-t-elle déclaré.

« Cela va probablement durer quelques mois, ce n’est pas une solution du jour au lendemain. »

Continue Reading

Canada

La ville de Toronto présente ses excuses après que les gardes de sécurité sikhs ont abandonné la règle sans barbe

Published

on

Par

La ville de Toronto a officiellement présenté ses excuses à une importante organisation sikhe pour « tout retard » dans la réintégration des gardes de sécurité sikhs qui ont abandonné une politique sans barbe qui a forcé plusieurs personnes à choisir entre leur emploi et un principe clé de leur foi.

À compter de mardi, la ville autorisera immédiatement les « couvre-barbe sous masque » comme forme d’hébergement religieux pour les gardes sur les sites de la ville qui nécessitent des respirateurs N95, a indiqué la ville dans un communiqué de presse mardi.

Les excuses à l’Organisation mondiale des sikhs (WSO) surviennent après une plainte déposée par le groupe le mois dernier, affirmant que plus de 100 agents de sécurité sikhs devaient porter des masques N95 scellés directement sur le visage – une règle qui
ne permettrait pas leur pilosité faciale traditionnelle.

La nouvelle méthode consiste à porter une couverture ajustée sur la barbe, ainsi que sur le menton et les joues, nouée au sommet de la tête. Un masque N95 est ensuite porté sur ce revêtement.

« La technique, également connue sous le nom de méthode Singh Thattha, est utilisée par de nombreux Sikhs dans la communauté médicale et s’est avérée très efficace pour les tests d’ajustement des respirateurs », a déclaré la ville.

La mesure intervient après que la ville a appelé ses sous-traitants à réintégrer « immédiatement » le personnel de sécurité sikh qui a abandonné la règle. La ville ajoute que les gardes « devraient être indemnisés de manière appropriée pour tout impact financier ».

« La ville n’acceptera aucun entrepreneur ne respectant pas les libertés religieuses », indique le communiqué.

Le WSO a déclaré mardi avoir entendu de la ville que les gardes concernés seraient indemnisés pour les heures de travail perdues et retourneraient à leurs postes.

« Je suis heureux que la ville soit enfin arrivée avec une solution qui fonctionne pour ces gardes de sécurité sikhs », a déclaré Balpreet Singh, le
conseiller juridique de l’organisation, a déclaré dans une interview.

« Mais … je suis un peu déçu que cela ait pris autant de temps. »

Le maire de Toronto, John Tory, a déclaré qu’il croyait « fermement » que personne ne devrait faire l’objet de discrimination en raison de ses croyances religieuses.

« J’ai demandé au personnel de la ville de travailler avec tous les entrepreneurs impliqués pour résoudre immédiatement ce problème et d’être absolument clair sur le fait que nous respectons les droits humains des personnes, y compris la liberté de religion », a-t-il déclaré dans une déclaration écrite.

« Je m’attends à ce que le personnel de la ville poursuive son enquête sur cette plainte et apporte les modifications nécessaires, jusqu’à et y compris
une action en justice, pour s’assurer que les résidents sikhs et les personnes de toutes les religions soient pleinement respectés. »

Continue Reading

Canada

‘Island boy and hot girl’: le major de McMaster parle de l’homophobie et de la façon d’être authentique

Published

on

Par

Dès son plus jeune âge, Shawn Hercules savait qu’il était « différent ». Il savait également qu’il voulait « avoir un impact sur les populations » et « travailler avec des groupes sous-représentés … et des personnes qui ne sont pas en mesure de se défendre ».

Hercules – un chercheur postdoctoral au Princess Margaret Cancer Centre, qui développe de nouveaux outils de prévention pour les femmes à haut risque de cancer du sein – dit qu’il veut être authentique et veut encourager les autres, en particulier les jeunes, à faire de même.

En plus d’être un scientifique, Hercule, 31 ans, qui s’identifie à ses pronoms, dit qu’il est « un garçon des îles et une fille sexy ».

« Garçon de l’île, [because I was] élevé sur l’île de la Barbade … et fille sexy dans le fait que même si je suis un scientifique et cette personne de l’île, j’aime bien paraître, j’aime dégager de la confiance, je veux que les gens se sentent chaleureux et bienvenus moi », ont-ils déclaré à CBC Hamilton.

Mais Hercule dit qu’il n’a pas toujours été aussi confiant. Il dit que bien avant la pandémie de COVID-19, il portait un masque.

Je devais bien sûr me masquer pour que les gens ne m’attrapent pas parce que je suis à la radio pour diffuser les nouvelles et l’Évangile de Jésus, mais je n’étais pas à la hauteur de ce que les auditeurs s’attendaient à ce que je sois.– Shawn Hercule

Il a commencé à porter ces masques invisibles quand il avait environ huit ans et a laissé échapper qu’un autre garçon de la chorale d’enfants de son église était « mignon ».

« Ils ont commencé à m’appeler des mots désobligeants. Je n’avais pas réalisé que cela aurait été bizarre parce que cela me semblait naturel à ce moment-là », a déclaré Hercules.

« Ils m’appelaient des mots que je ne connaissais même pas, parce que j’étais jeune. À la Barbade, il y a le terme ‘b—-r’, qui équivaut à f—-t. Donc, on m’a appelé des insultes de cet âge sans même savoir ce qu’ils étaient. »

Hercules est un chercheur postdoctoral au Princess Margaret Cancer Centre, développant de nouveaux outils de prévention pour les femmes à haut risque de cancer du sein. (Soumis par Shawn Hercules)

Hercule dit qu’il l’a dit à son meilleur ami à l’école, qui à son tour l’a dit à sa mère et lui a demandé le sens du mot.

« Elle lui a dit et il est venu à l’école et m’a dit et j’étais vidé. Comme, je me sentais tellement gêné, tellement honteux, tellement horrible. »

À l’église, Hercule a déclaré qu’il « entendait régulièrement parler de l’homosexualité comme un péché. Vous allez brûler en enfer ».

« Donc, j’essaierais de ne pas donner l’impression que je n’étais pas hétéro. J’essaierais de ne pas regarder les autres hommes dans les yeux trop longtemps. Comme, même avec une conversation naturelle, j’essaierais juste de ne pas me connecter … juste pour que ce ne soit pas évident. »

Adolescent, il s’est davantage impliqué dans son église, mais alors qu’une partie de lui voulait vraiment aimer Dieu, servir à l’église et s’impliquer le plus possible, une autre partie savait aussi que « le même Dieu que j’adore n’accepte pas cette partie de moi. »

« J’ai beaucoup lutté avec ça pendant mon adolescence », a-t-il déclaré.

J’ai commencé à réaliser lentement qu’au Canada, les gens ne se soucient pas vraiment de ce que vous faites de votre vie, de votre corps, de votre présentation ou quoi que ce soit. Ce n’est pas comme à la Barbade où il y avait des yeux binoculaires sur vous.– Shawn Hercule

Plus tard, Hercule a travaillé dans une station de radio gospel en tant que DJ.

« Je devais bien sûr me masquer pour que les gens ne m’attrapent pas parce que je suis à la radio pour diffuser les nouvelles et l’Évangile de Jésus, mais je n’étais pas à la hauteur de ce que je suppose que les auditeurs s’attendaient à ce que je sois. »

Hercules a terminé ses études de premier cycle et de maîtrise – tous deux sur le campus Cave Hill de l’Université des Antilles (UWI) – avant de déménager au Canada pour poursuivre son doctorat.

« Un papillon social total »

Juliet Daniel était la directrice de thèse d’Hercules à l’Université McMaster. Elle a rencontré Hercules pour la première fois en 2015 alors qu’elle était en congé de recherche à la Barbade.

Un professeur du campus UWI Cave Hill savait que Daniel recherchait des étudiants pour rejoindre son équipe de recherche afin de travailler sur des projets de lutte contre le cancer du sein chez les femmes noires et les a présentés.

« C’est comme le destin et un miracle, parce que si je l’avais rencontré deux ou trois mois plus tôt, il n’aurait jamais été dans mon laboratoire… parce que j’ai littéralement obtenu un financement, je pense environ trois semaines avant qu’elle nous présente », a déclaré Daniel à CBC Hamilton. .

« Donc, c’était assez fortuit. »

Hercule a déménagé au Canada en août de la même année.

« En une semaine d’être ici, Shawn avait pratiquement fait le tour de l’Université McMaster et tout le monde à McMaster semble avoir rencontré Shawn au cours de sa première semaine.

« Il était un papillon social total pour le premier semestre. »

Juliet Daniel était la directrice de thèse d’Hercules à l’Université McMaster. (Soumis par Juliette Daniel)

Au Canada, il a lentement commencé à retirer ses masques. Après mûre réflexion, il a assisté à son premier événement pour les personnes LGBT, organisé par McMaster pour les étudiants diplômés de première année.

« J’ai évité autant de caméras que possible, mais je me suis senti tellement affirmé sur le moment d’aller à cet événement avec les autres étudiants diplômés », a déclaré Hercules.

« J’ai commencé à réaliser lentement qu’au Canada, les gens ne se soucient pas vraiment de ce que vous faites de votre vie, de votre corps, de la façon dont vous vous présentez ou quoi que ce soit. Ce n’est pas comme à la Barbade où il y avait des yeux binoculaires sur vous.

« J’ai commencé à rencontrer plus d’amis qui sont très à l’aise dans leur sexualité et leur identité de genre, et c’était très affirmatif d’être autour de ça et d’être dans cet espace – un espace sans jugement », ont-ils ajouté.

La science est un frein

En 2019, Hercules et d’autres étudiants ont organisé la première Science is a Drag – un mélange de drag et de discussions scientifiques visant à amener les scientifiques à draguer pour une performance de synchronisation labiale suivie d’une description de leurs recherches.

Hercules et les coproducteurs Dr. Samantha Yammine, Dr. Geith Maal-Bared, Daniel Celeste et Carrie Boyce, avec le soutien de RCIScience, ont conçu Science is a Drag comme un moyen de défier les normes cis/hétéropatriarcales du milieu universitaire.

« C’était un moment vraiment crucial aussi parce que c’était la première fois que je traînais du tout, et ensuite publiquement », a-t-il déclaré.

« C’était un sentiment tellement incroyable pour moi et pour tous les participants. C’était comme une conférence scientifique, mais cool parce que c’est dans un bar et que vous avez des scientifiques qui vous parlent de leur science et de leur drague. C’est tellement génial , les gens ont adoré. J’ai adoré.

Contrecoup à la Barbade

Mais la nouvelle est revenue à la Barbade et les gens n’étaient pas contents.

« Ils étaient très impitoyables. Ils ont harcelé ma famille pendant des semaines, appelant leur téléphone, les harcelant », a-t-il déclaré.

« Ce n’était vraiment pas cool de la part des gens là-bas de faire ça – vous savez, amenez ma famille là-dedans, mais c’est ce qui s’est passé. »

Daniel, qui était en Europe en congé de recherche, a déclaré que « c’était difficile » pour Hercules, sur la base du rapport qu’elle a reçu à son retour.

« Je ne pense pas qu’il s’attendait au contrecoup… donc, il y a eu quelques retombées de sa sortie publique. Donc, c’était difficile pour lui émotionnellement… il n’était pas préparé au contrecoup quand c’est arrivé. »

Malgré le contrecoup à la Barbade, Hercule a déclaré: « J’ai juste continué à faire ce que je faisais et à vivre sans vergogne. »

Dans son discours d’adieu, Hercules a déclaré que « l’authenticité » était le principal outil qui l’a aidé à naviguer dans son parcours à travers les études supérieures.

Empruntant les paroles d’une compatriote barbadienne – la superstar Rihanna – Hercules a encouragé ses camarades diplômés à « briller comme un diamant ».

Bien qu’Hercule encourage les gens du monde entier à être authentiques, il est conscient qu’il pourrait y avoir des « problèmes de sécurité » pour certains. »

« Si être authentique vous met en danger, alors c’est un signe du système. Pas vous, mais le système doit changer. Mais soyez qui vous pouvez être, en toute sécurité. Regardez autour de vous si vous avez une communauté qui soutient que vous pouvez être en sécurité .

« Il ne s’agit même pas seulement d’être queer. Il s’agit simplement d’être authentique et réel, cela vous permet vraiment de vous connecter avec les gens à un niveau plus profond », a déclaré Hercules.


Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux histoires de réussite au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de la CBC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.

(Radio-Canada)

Continue Reading

Tandance