Connect with us

ACTUALITÉS RÉGIONALES

Des dizaines de voix pour et contre le retour de la police dans les écoles de Vancouver

Published

on

Le conseil scolaire de Vancouver entend le public parler d’une promesse clé de la part de plusieurs de ses nouveaux administrateurs : le retour des policiers dans les écoles.

L’année dernière, le conseil scolaire a voté à une écrasante majorité pour mettre fin au programme d’agents de liaison scolaire qui plaçait des agents du service de police de Vancouver dans les 17 écoles secondaires du district.

Il a été supprimé en raison de préoccupations concernant l’impact que la présence policière à l’école aurait sur le bien-être mental et physique des élèves, en particulier des élèves de couleur. Le VPD a déclaré que le programme concernait l’engagement des élèves et rendait les écoles sûres et inclusives.

La liste ABC des candidats municipaux, dirigée par l’actuel maire Ken Sim, a promis que le programme reviendrait.

Une motion a été rédigée pour rétablir le programme à Vancouver. Le conseil devrait passer quatre jours cette semaine à entendre le public parler de l’idée. Plus de 80 orateurs se sont inscrits, dont six organisations comme les syndicats d’enseignants.

« Un retour du programme d’agents de liaison scolaires est quelque chose que de nombreux élèves, parents et éducateurs réclament », a déclaré Preeti Faridkot, administrateur d’ABC, dans un communiqué de septembre.

La liste ABC de Ken Sim est le plus grand groupe d’administrateurs du conseil scolaire de Vancouver. Ils ont promis de relancer le programme des agents de liaison scolaire. (Ben Nelms/CBC)

« Le rétablissement d’une version mise à jour du programme sera une excellente étape vers la création d’écoles plus sûres et plus accueillantes tout en répondant aux préoccupations qui ont conduit à la suppression du programme en premier lieu. »

L’ardoise ABC détient quatre des neuf tutelles VSB. Un cinquième administrateur est un ancien membre d’ABC.

Alors que la décision de rétablir les agents en uniforme dans les écoles avait été promise bien avant les élections, sa mise en œuvre a suscité une réaction divisée des parents qui ont parlé au conseil.

Vote à venir le 28 novembre

Lundi a vu le début de la participation du public. Parmi les 19 orateurs qui se sont adressés au conseil ce soir-là, 16 se sont opposés au retour des officiers, tandis que trois y étaient favorables.

Leona Brown, qui s’est identifiée comme une mère de trois enfants Gitxsan et Nisga’a, s’est exprimée en opposition. Elle s’est présentée à la mairie en tant qu’indépendante aux élections municipales de 2022.

Brown dit qu’une présence policière n’aidera pas les enfants comme le sien et que la police n’est pas la bonne solution aux préoccupations des parents autochtones.

« Dans les cercles de nos parents, c’est de l’intimidation et des injures, du racisme », a déclaré Brown. « Des situations qui n’ont pas besoin de police dans les écoles. »

Audra Yap était l’un des parents qui s’est prononcé en faveur du retour des officiers.

« Nous devons faire face au fait que les problèmes urbains actuels comme l’activité des gangs, la crise de la drogue et les crimes haineux s’infiltrent dans nos écoles et peuvent affecter nos enfants », a déclaré Yap.

La motion demande au conseil d’écrire au VPD pour demander un programme « révisé et repensé ». Il demande que le nouveau programme reflète le travail et l’adresse de consultation publique tout en notant les rapports de police faisant état d’une augmentation de la criminalité chez les jeunes.

L’ordre du jour n’a pas encore été publié pour cette réunion, mais le texte de la motion a été fourni aux parties prenantes lundi, a indiqué le conseil. Le conseil consultatif des parents du district de Vancouver a publié la motion sur Twitter.

Un vote sur la motion de réélection des officiers est prévu pour la réunion du conseil le 28 novembre.

ACTUALITÉS RÉGIONALES

La police de Victoria recherche 2 hommes après l’agression sexuelle d’une adolescente à Topaz Park

Published

on

Par

La police de Victoria recherche deux hommes qui auraient agressé sexuellement une adolescente à Topaz Park mardi matin.

Selon un communiqué de la police, l’adolescent, qui est étudiant en échange, a pu se libérer et s’échapper.

« Il s’agit d’un incident prolongé et franchement très préoccupant », a déclaré le porte-parole du département de police de Victoria, Bowen Osoko. « C’est pourquoi nous demandons aux personnes qui se trouvaient dans la région ou qui ont des images de surveillance ou des images de caméra de tableau de bord de se manifester. »

L’adolescente, dont l’âge n’est pas précisé mais que la police appelle une « adolescente », aurait traversé Topaz Park entre 9h et 10h mardi lorsque son chemin a été bloqué par deux hommes près de la maison de campagne et des toilettes au nord-est. coin du parc.

Selon la police, c’est à ce moment-là que les deux hommes ont agressé sexuellement la jeune fille. Après s’être libérée, elle s’est enfuie dans un endroit sûr où elle a raconté à un adulte ce qui s’était passé.

La police a ouvert une enquête et s’emploie à identifier et localiser les suspects.

Les deux hommes sont décrits comme âgés d’environ 60 ans, avec des cheveux noirs et portant des chemises noires, des pantalons noirs et des chaussures noires, selon le communiqué de la police de Victoria. Les deux hommes portaient de grands sacs à dos noirs et, selon la jeune fille, avaient « une apparence échevelée ».

L’incident a été signalé à la police mardi soir, mais selon le communiqué, ils n’ont pu interroger la jeune fille que mercredi soir parce que ses parents vivent à l’extérieur du Canada.

La police a déclaré que la jeune fille recevait un soutien et séjournait actuellement dans une famille d’accueil dans le cadre de son échange. Osoko a déclaré qu’ils ne révélaient pas son âge afin de protéger sa vie privée.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

2 personnes arrêtées après qu’une femme s’est échappée d’une camionnette U-Haul en Colombie-Britannique: la police

Published

on

Par

La police de Delta a arrêté deux suspects accusés d’avoir agressé, volé et séquestré de force deux femmes dans une camionnette U-Haul.

Dans un communiqué, la police a déclaré jeudi qu’ils avaient été appelés sur l’autoroute 17 et Ladner Trunk Road à Delta, à environ 28 kilomètres au sud de Vancouver, pour répondre à un signalement d’une « personne désemparée ».

Là, ils ont trouvé une femme de 21 ans qui a déclaré avoir été agressée, volée et confinée dans une camionnette U-Haul avant de réussir à s’échapper.

Ils ont également appris qu’une autre femme était toujours confinée dans le fourgon.

La police a ensuite retrouvé la camionnette à Aldergrove, à environ 61 kilomètres au sud-est de Vancouver, où la GRC de Langley a arrêté un homme et une femme et a trouvé la deuxième victime, qui était indemne.

La police dit qu’elle recommande plusieurs accusations, y compris la séquestration et les voies de fait, et que l’enquête est en cours.

La police a déclaré qu’elle ne divulguerait pas l’identité des deux suspects, qui restent en garde à vue en attendant leur première comparution devant le tribunal, jusqu’à ce que les accusations aient été approuvées.

Continue Reading

ACTUALITÉS RÉGIONALES

3 hommes plaident coupables dans le meurtre d’Abbotsford en 2017

Published

on

Par

Selon la police, trois hommes ont plaidé coupable en lien avec la mort par balle en 2017 d’Alexander Blanarou, 24 ans, décédé dans ce que l’on pense être un meurtre ciblé lié à la drogue.

L’équipe intégrée d’enquête sur les homicides (IHIT) a déclaré jeudi dans un communiqué que Michael Schweiger avait plaidé coupable de complicité après coup pour homicide involontaire coupable le 5 décembre.

En octobre, Islam Nagem et Edrick Raju ont également plaidé coupables en relation avec l’homicide, a indiqué la police. CBC News a appelé la police pour savoir à quelles accusations les deux hommes ont plaidé coupable.

En 2020, après une enquête, l’IHIT a accusé Nagem et Raju de meurtre au premier degré, tandis que Schweiger a été accusé de meurtre au deuxième degré.

La police d’Abbotsford a déclaré que Blanarou avait reçu plusieurs balles le 28 décembre 2017 et qu’il avait été tué alors qu’il était en liberté sous caution pour deux accusations de drogue auxquelles il faisait face au Yukon.

Son corps a été retrouvé dans un champ de bleuets dans le pâté de maisons 5200 de Bates Road, dans la campagne d’Abbotsford.

La police a déclaré qu’elle ne commenterait pas davantage car l’affaire est toujours devant les tribunaux. La condamnation des trois hommes est prévue pour début 2023.

Continue Reading

Tandance