Connect with us

Canada

Cree girl who died should never have been taken by Children’s Services, Alberta judge finds

Published

on

Warning: This story contains a graphic image.

The death of a four-year-old Cree girl in 2014 was the result of her being taken away from her mother by Children’s Services years earlier, an Alberta judge has found. 

The young girl, Serenity, was living with her great aunt and uncle in a kinship care arrangement in Maskwacis, Alta., when she sustained a major head injury on Sept. 18, 2014.

She died in hospital after being taken off life support on Sept. 27, 2014.

When details of her death became public — along with photos of her bruised and emaciated body in hospital — a wave of public outrage prompted several investigations, lawsuits and ultimately reform of provincial child welfare laws.

In 2017, the caregivers were charged with a single count of failing to provide the necessaries of life. That charge was withdrawn in 2019 when Crown prosecutors said there was no longer a reasonable likelihood of conviction.

A public fatality inquiry was held in 2021, overseen by provincial court Judge Renee Cochard.

CBC is not publishing Serenity’s surname, or identifying her mother or her caregivers, in order to protect the identities of Serenity’s siblings.

More than eight years after Serenity’s death, Cochard’s 117-page report was published Wednesday.

It concludes that despite numerous investigations, there are still many unanswered questions about what happened.

Still, Cochard points to failings by Children’s Services and other agencies and officials that Serenity encountered in her short life.

« What led up to her death started the day she was removed from the care of her mother, » Cochard wrote in her report.

Cochard found that Children’s Services was on a quest to prevent Serenity’s mother from regaining custody of the little girl and her two older half-siblings, who were also placed with the great aunt and uncle.

« The entire system appears to have worked against this goal, despite [the mother] maintaining a strong involvement with her children throughout and making best efforts to meet the demands of Children’s Services, » the judge said in the report.

Cochard cites the final report of the National Inquiry into Missing and Murdered Indigenous Women and Girls, which found that the apprehension of Indigenous children from their families is a form of discrimination that is incentivized by state funding.

« As the report found, apprehension is a form of violence against the child and mother, » the judge said in her report. « In this case, the result of that violence was Serenity’s death. » 

Cochard makes 20 recommendations to help prevent similar deaths in the future. A list of the recommendations, the majority of which are directed at the Children’s Services ministry, can be found at the end of this story.

Minister of Children’s Services Mickey Amery’s office did not respond when asked if the ministry will adopt the recommendations, but said in a written statement said that substantial changes have already been made.

« We will continue to make and support improvements going forward, including reviewing the fatality inquiry judge’s recommendations with all of the seriousness this death deserves, » Amery said.

In an interview with CBC, Serenity’s mother said she thinks the recommendations are good but worries they won’t be acted upon.

« I’m glad that child welfare is being outed for their mistakes and their wrongdoings, but it still doesn’t change the fact that there was not justice for Serenity, » she said. 

How did Serenity die?

Cochard found that the cause of Serenity’s death was a serious brain injury sustained when she fell from a tire swing in her guardian’s yard, and that the death was accidental.

« We will never know exactly what happened on that day except that Serenity was on the swing, fell and hit her head causing massive brain damage, » Cochard said. 

The finding is difficult for Serenity’s mother because the medical examiner who did the autopsy originally reported that while it was possible a fall caused Serenity’s injury, the exact circumstances could not be determined.

Cochard was also struck by the evidence that Serenity was severely emaciated at the time of her death, and noted that a specialist who examined the child while she was in hospital wondered if the child’s poor condition played a role in the fall.

« Would she have been able to hang on to the swing to avoid falling had she been stronger? » Cochard wrote.

This photo of Serenity, taken by her mother, shows how thin she had become. She died several days after this photo was taken in September 2014. (Name withheld)

The final report from the medical examiner wasn’t completed until 2016 — the inquiry heard that was because of difficulty in finding a neuropathologist to examine Serenity’s brain due to understaffing in Alberta.

Cochard found that the delay in a report being produced caused unnecessary and prolonged stress for the family. According to the inquiry report, medical notes made during Serenity’s hospitalization indicated evidence of possible sexual abuse, but during the autopsy the medical examiner determined there were no signs of it.

« This has caused the family a great deal of anxiety and could have easily been avoided if the report had been completed on time, » Cochard said. « A preliminary report produced without the neuropathologist’s report would have alleviated the family’s uncertainty. »

Findings about Children’s Services

Cochard’s report details the actions of the various child welfare workers that Serenity and her mother dealt with over the years, and finds that the « default position » of Children’s Services seemed to be to take the children away from their mother.

In-depth reporting from CBC on the details of how Serenity and her siblings ended up in the child welfare system, and how their mother tried to get help when she believed her children were mistreated, can be read here. 

Cochard found that an affidavit sworn by Serenity’s mother’s longtime caseworker Leanne Worthington, made in support of the great aunt and uncle’s private guardianship application, was « filled with, at best, misinformation and omissions, at worst, deliberate misleading statements. »

The judge found Worthington’s case notes painted a picture of Serenity’s mother trying hard to follow through on all directions given to her, while receiving nearly no help or support from Children’s Services.

Serenity’s siblings lived with their mother until they were apprehended in 2010. Serenity was taken in 2011 when she was six months old, after her mother made a report about being a victim of domestic violence.

Cochard found that the reasons for apprehending the children did not meet the high bar that warrants separating a family.

« In this case, I do not find these concerns existed and if they did, they could have been addressed in a manner to ensure the children remained with their mother, » the judge wrote.

The judge was critical of how Children’s Services workers rushed to place Serenity and her half siblings first in a permanent guardianship, and later a private guardianship placement with the great aunt and uncle, despite objections raised by Serenity’s mother and others.

Cochard noted that caseworker supervisor Pamela Orr’s testimony left the impression that Children’s Services was more concerned with process than with the welfare of the children.

« When asked about that short transition process, Ms. Orr’s response was that of a person whose interest was not of the best interests of the child, but the best interests of the adults involved, » Cochard said.

During the inquiry Lise LaPlante, who was a caseworker trainee at the time she worked with Serenity’s family, defended how Children’s Services responded to allegations of neglect and abuse in the kinship home in 2013. 

Cochard found that many red flags were missed that should have been better investigated.

« Overall, Ms. LaPlante’s testimony left me with the impression that she was trying hard to protect herself and Children’s Services from wrongdoing, » Cochard said.

Cochard was also critical of many other workers, agencies and figures — including the special investigator who admitted to rushing the investigation of abuse allegations and a doctor who didn’t follow up when Serenity was never brought in for follow-up appointments about her weight. 

The inquiry report also found that a Children’s Services visit supervisor who raised concerns about the children being placed with the great aunt and uncle was fired shortly after, in April 2013.

In October 2013, once the private guardianship order was made, Children’s Services closed its files on Serenity and her siblings.

Jurisdiction over the children was transferred to Akamkisipatinaw Ohpikihawasowin Child and Family Services (AKO) — an on-reserve child welfare agency at Maskwacis. It no longer exists.

But Cochard found that neither Children’s Services or AKO took steps to ensure that important information about the children was transferred between the two agencies.

Cochard noted that AKO also failed to properly follow up on a report to RCMP about how thin the children had gotten when they were seen wandering alone in West Edmonton Mall by security in June 2014 — just a few months before Serenity’s death.

The inquiry also heard about policy and practice changes that Children’s Services has made since Serenity’s death. Cochard found that while there have been improvements, further work is needed. 

Findings about the kinship caregivers

Serenity’s great aunt and uncle have previously denied all allegations that there was abuse and neglect in their home.

While giving evidence during the inquiry, the great aunt said they did not have a lawyer and believed they didn’t have all the information they needed about Serenity and her siblings before they gained custody of them.

« It is most unfortunate that [the great aunt] believed she was lacking information regarding the children, responsibilities regarding kinship care and obligations of private guardians. All of this could have been easily provided by Children’s Services and a lawyer should have been appointed to advise her, » Cochard said.

Calls for change

Serenity’s mother gave evidence during the inquiry that left Cochard with the impression of an intelligent, concerned parent devoted to her surviving children’s well-being.

The mother, now in her 30s, lives in British Columbia. She and her partner have five children.

A photograph of a little girl is seen on a cellphone held by an adult.
Serenity was four years old when she died. (Michael McArthur/CBC)

Cochard found that even though Serenity’s mother was struggling as a young person, she had bonded with and cared for her kids when they were apprehended.

« She never lost sight of wanting to get her children back. She could have walked away, but she did not. Children’s Services has spent thousands of dollars keeping these children away from their mother, » Cochard said. 

« Had this money been spent on providing services to [the mother], such as childcare support, a home, proper financial help … the inquiry’s view is that the end result would have been much different. »

Serenity’s mother said she appreciates that Cochard acknowledged what her family has gone through, but is skeptical that there is a willingness in Alberta to change the system.

« Our younger generation — they aren’t going to do better if the system doesn’t do better, » she said.

Based on her findings, Cochard makes 20 recommendations for changes that she believes could help prevent deaths similar to Serenity’s in the future:

  1. Ensure broad supports for Indigenous mothers, and make every effort to keep mothers and children together. If an apprehension takes place, children should be returned to their mother at the earliest possible date.
  2. Medical examiners’ reports should be completed in a timely manner, no later than six months.
  3. All permanent guardianship orders should specifically address the issue of access by the biological parents.
  4. Biological parents should be appointed a Legal Aid lawyer as soon as their child is apprehended.
  5. Biological parents and their lawyers should be granted access to all relevant documents related to apprehension and  guardianship.
  6. Home studies for potential guardians must be done no earlier than two months before the application is heard in court.
  7. Home study reports for potential guardians must address information about both biological and foster parents.
  8. When a complaint is made regarding children’s care after a permanent guardianship order has been made, it must be fully investigated by a person qualified to investigate abuse and neglect cases. Any investigative reports must be considered as part of a private guardianship application.
  9. A person applying for kinship or private guardianship should have independent legal counsel.
  10. Private guardianship should not be granted if there are outstanding medical or psychological issues until a court is satisfied they have been addressed.
  11. If children in care are moved to a new jurisdiction, Children’s Services must notify the new jurisdiction and supply complete case files.
  12. All foster parents and guardians should receive all past medical records of children in their care. 
  13. Children should be assessed to see if any supports are required when transitioning between foster and kinship care.
  14. During abuse investigations, the investigator must have access to Children’s Services cases files, interview all members of the household and perform a home visit.
  15. Proper transition time should be allowed for children moving from a long-term foster placement to kinship care.
  16. During death review investigations, the Office of the Child and Youth Advocate must interview all persons who were involved with the child, even those who left their position after the child’s death.
  17. All employees of Children’s Services and delegated First Nations agencies working with children in care should complete the foundations of caregiver support upon commencement of their employment.
  18. The kinship assessment and support for kinship caregiving model should be implemented throughout Alberta.
  19. Children should have a lawyer appointed for them in any application for private guardianship status.
  20. Cochard endorsed the strategies related to child welfare outlined in a 2021 report by the Alberta Joint Working Group on Missing and Murdered Indigenous Women and  Girls, specifically those that focus on reducing the apprehension of Indigenous children.

The fatality inquiry office has sent requests for responses to the recommendations to Alberta Health Services, Children’s Services, the deputy minister of Justice, Legal Aid, the Office of the Chief Medical Examiner and the Office of the Child and Youth Advocate.

Canada

Les Jeux d’hiver de l’Arctique 2023 s’ouvrent avec une fête en plein air à -17 ° C

Published

on

Par

Le ciel noir de la nuit s’est étendu au-dessus des arches brillamment éclairées et des foules de spectateurs dimanche soir alors que les équipes participant aux Jeux d’hiver de l’Arctique de cette année ont été officiellement accueillies lors des cérémonies d’ouverture.

Il faisait environ -17 °C dimanche soir lorsque des athlètes des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du Yukon se sont rassemblés à l’extérieur à Fort McMurray, en Alberta, avec d’autres concurrents au son d’acclamations et de sifflets assourdissants.

De la musique assourdissante, des lumières dansantes et des discours entraînants ont gardé l’énergie élevée toute la soirée, compensant le froid hivernal. Alors que la soirée touchait à sa fin, The Halluci Nation est monté sur scène sous un tonnerre d’applaudissements, clôturant les cérémonies d’ouverture en beauté.

Plus tôt dans la soirée, les températures froides ont gelé le microphone à au moins un moment, mais les orateurs ont insisté pour exprimer leur appréciation d’avoir pu y assister.

Les athlètes entrent dans le parc de l’île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d’ouverture des Jeux d’hiver de l’Arctique, dimanche. (Evan Mitsui/CBC)

Alors que les dignitaires se préparaient à prononcer des discours, l’Aînée Alice Martin a donné une bénédiction en cri et en anglais.

« Je suis honoré de me tenir ici devant vous, pour demander à notre Créateur de nous bénir, de nous garder en sécurité, pendant cette semaine des Jeux d’hiver de l’Arctique », a déclaré Martin.

« Bonne chance à tous. Hiy hiy! »

Le maire de Wood Buffalo, Sandy Bowman, a salué en cri et en anglais, remerciant l’aînée Rita Martin de lui avoir donné des cours de langue.

« Bienvenue à vous tous, » dit-il. « Je ne vous souhaite que le meilleur pour la prochaine semaine de compétition et de célébration culturelle. »

Athlètes tenant une bannière au parc de l'île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d'ouverture des Jeux d'hiver de l'Arctique.
Des athlètes du Nunavut au parc de l’île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d’ouverture des Jeux d’hiver de l’Arctique, dimanche. (Evan Mitsui/CBC)

Les cérémonies d’ouverture de dimanche visaient vraiment à donner un spectacle aux gens, a déclaré Nicole Clow, directrice générale de la Wood Buffalo Arctic Winter Games Host Society.

L’aînée Lina Gallup et l’olympien Brook Voight ont porté la torche en traîneau à chiens pour allumer le chaudron, la torche poussée haut dans les airs alors qu’ils montaient. C’est la seule fois que les chiens de traîneau feront leur apparition cette année, car ils ont été laissés de côté. des sports.

Les cérémonies d’ouverture ont également présenté des danseurs et des chanteurs interprétant la chanson thème des Jeux et des feux d’artifice.

Un groupe de personnes agite un drapeau.
L’équipe du Yukon aux cérémonies d’ouverture des Jeux d’hiver de l’Arctique. (Matisse Harvey/Radio Canada)

Clow a déclaré que l’excitation grandissait dans la communauté. Près de 2 000 personnes se sont portées volontaires pour contribuer au succès des Jeux.

« C’est une chance de se montrer, quelque chose à célébrer. Ça fait longtemps – ça a été beaucoup d’années difficiles, mais nous avons beaucoup de soutien communautaire », a-t-elle déclaré.

« Je pense qu’il y a juste ce désir d’y aller, car cela fait cinq ans. »

Des athlètes du Yukon sont au parc de l'île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d'ouverture des Jeux d'hiver de l'Arctique
Les athlètes de l’équipe du Yukon entrent dans le parc de l’île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d’ouverture des Jeux d’hiver de l’Arctique le 29 janvier 2023. (Evan Mitsui/CBC)

Kyra McDonald, qui a porté le drapeau des Territoires du Nord-Ouest lors des cérémonies d’ouverture de dimanche, a déclaré à CBC avant le début de l’événement qu’elle penserait à sa famille et à ses amis à Inuvik.

McDonald s’est joint à Haley Hachey de Baker Lake, au Nunavut, et à Jaymi Hinchey, de Whitehorse, chacune représentant leur territoire respectif. Bien que les rôles de Hachey et Hinchey aient été annoncés à l’avance, McDonald n’a appris qu’elle serait le porte-drapeau des Territoires du Nord-Ouest samedi soir.

« J’ai eu du mal à dormir la nuit dernière », a-t-elle déclaré en riant dimanche.

« Je suis plus qu’excité d’avoir l’opportunité d’être le porte-drapeau … Les mots ne peuvent pas vraiment décrire à quel point je suis excité pour ça. »

« Beaucoup de fierté »

Ayant grandi à Inuvik, McDonald a appris à patiner à peu près dès qu’elle a appris à marcher. Elle a commencé à jouer au hockey mineur lorsqu’elle était très jeune et joue maintenant au hockey de niveau universitaire à l’Université Trinity Western en Colombie-Britannique.

« Je suis très fier d’être originaire d’une si petite ville et d’avoir été aussi loin que moi », a déclaré McDonald.

Une femme vêtue d'une tuque bleue et d'un équipement d'extérieur rayonne alors qu'elle tient un drapeau qui dit "équipe NT".
Kyra McDonald, porte-drapeau de l’équipe NT, à l’extérieur du Civeo Athabasca Lodge à Fort McKay, en Alberta. (Liny Lamberink/CBC)

Les Jeux d’hiver de l’Arctique se dérouleront toute la semaine, avec 20 sports différents se déroulant dans 13 sites différents à travers la municipalité régionale de Wood Buffalo.

La dernière fois que les Jeux avaient eu lieu en 2018, seules deux équipes avaient participé – l’Alaska et les Territoires du Nord-Ouest.

Des athlètes des Territoires du Nord-Ouest entrent dans le parc de l'île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d'ouverture des Jeux d'hiver de l'Arctique.
Les athlètes de l’équipe des Territoires du Nord-Ouest entrent dans le parc de l’île MacDonald à Fort McMurray, en Alberta, pour les cérémonies d’ouverture des Jeux d’hiver de l’Arctique le 29 janvier 2023. (Evan Mitsui/CBC)

John Rodda, président du Comité international des Jeux d’hiver de l’Arctique, a déclaré que le buzz autour des Jeux est beaucoup plus important cette année, étant donné que les Jeux de 2020 ont été annulés.

« Vous pouvez sentir l’excitation alors que tout le monde se prépare », a-t-il déclaré.

La décision d’interdire à la Russie d’assister aux Jeux cette année, bien que malheureuse, n’a pas diminué l’événement, a-t-il ajouté.

« Les jeux continueront, ils connaîtront un énorme succès. Les enfants vont s’amuser. Ce sera une expérience mémorable. »

Continue Reading

Canada

Mark McMorris bat le record du plus grand nombre de médailles aux X Games d’hiver avec l’or en slopestyle

Published

on

Par

La star canadienne du snowboard Mark McMorris est entrée dans l’histoire dimanche aux Winter X Games 2023 à Aspen, Colorado.

Le joueur de 29 ans de Regina a défendu avec succès sa médaille d’or en slopestyle, brisant l’égalité avec l’Américain Jamie Anderson pour le plus grand nombre de médailles aux X Games d’hiver avec 22.

McMorris, qui était le concurrent le plus âgé de la finale à 10 hommes, a dépassé le champion du monde en titre Marcus Kleveland de Norvège lors de la dernière course, exécutant des 1620 consécutifs lors des deux derniers sauts.

Le triple médaillé de bronze olympique en slopestyle a remporté sept fois le titre masculin de slopestyle aux X Games à Aspen.

Kleveland a terminé avec l’argent, tandis que le Norvégien Mons Roisland a décroché le bronze.

Aucun score n’a été publié car dans un format introduit il y a trois ans à Aspen, les athlètes étaient classés pour « l’impression générale » lors d’une jam session, au cours de laquelle les athlètes s’affrontent sur un temps défini par opposition à un certain nombre de tours.

McMorris a remporté le bronze aux Jeux olympiques de Pékin l’an dernier derrière son coéquipier et médaillé d’or Max Parrot, de Bromont, au Québec.

Parrot prend une année sabbatique de la compétition.

Plus tôt dimanche, Megan Oldham, de Parry Sound, Ont., a remporté le titre féminin en ski slopestyle pour sa deuxième médaille d’or aux X Games en trois jours.

La joueuse de 21 ans a devancé Mathilde Gremaud, de Suisse, tandis que Kirsty Muir, d’Écosse, a remporté le bronze.

Oldham est entrée dans l’histoire des sports d’action vendredi lorsqu’elle a décroché le tout premier triple cork dans une épreuve féminine de ski ou de snowboard, remportant une médaille d’or dans la finale féminine de ski big air.

Également dimanche, le skieur acrobatique Teal Harle de Campbell River, C.-B., a remporté une médaille d’argent au big air masculin.

Rachael Karker, d’Erin, Ont., a décroché l’argent dans l’épreuve féminine de ski superpipe samedi, tandis que Laurie Blouin, de Québec, a remporté le bronze dans le big air féminin en snowboard.

Karker, 25 ans, a terminé derrière Zoe Atkin, de Grande-Bretagne. L’Américaine Svea Irving a remporté le bronze.

Blouin, 26 ans, a obtenu une note combinée de 82,00 points pour terminer une place derrière la championne olympique et mondiale en titre Zoi Sadowski-Synnott, de la Nouvelle-Zélande (86,00). La Japonaise Reira Iwabuchi a remporté l’or avec 87,00.

Gu prend une mauvaise chute à l’entraînement

La championne olympique de ski acrobatique Eileen Gu s’est écrasée lors des entraînements pour les Winter X Games et a déclaré qu’elle souffrait d’une mauvaise tension ligamentaire au genou qui l’avait forcée à manquer la compétition.

Gu, qui a remporté deux médailles d’or et une d’argent aux Jeux de Pékin l’année dernière, a publié sur les réseaux sociaux qu’elle « avait eu un grave accident » lors d’un entraînement vendredi, et que les résultats d’une IRM ont montré « une mauvaise entorse du MCL, une souche du LCA et contusion osseuse. »

Gu, qui a gagné deux fois au Canada la semaine dernière et n’a pas perdu un concours de demi-lune depuis le début de 2021, a regardé l’action de samedi soir depuis la foule. On s’attendait également à ce que Gu participe au slopestyle dimanche, mais il ne le fera pas non plus.

Gu, 19 ans, qui a grandi aux États-Unis mais concourt pour la patrie de sa mère, la Chine, est devenue la première athlète de sports d’action à remporter trois médailles aux Jeux olympiques. L’année dernière, dans les montagnes à l’extérieur de Pékin, elle a remporté l’or en slopestyle et en demi-lune et l’argent en big air.

La native de San Francisco suit actuellement des cours à Stanford pour sa première année. Elle travaille également comme mannequin et Forbes l’a récemment classée troisième sur sa liste des athlètes féminines les mieux payées pour 2022.

Parmi les autres gagnants samedi soir figurait Gaon Choi, de Corée du Sud, 14 ans, qui a battu le record de Chloe Kim pour devenir la plus jeune athlète à remporter le titre Winter X en demi-lune de snowboard.

Continue Reading

Canada

Le Winterfest de la nation Dakota renforce les traditions et enhardit les jeunes

Published

on

Par

Portant avec fierté le personnel de l’aigle de la nation Dakota de Sioux Valley vendredi soir, Donny McKay a dirigé la première grande entrée du Dakota Nation Winterfest depuis 2020.

McKay, 67 ans, danse depuis plus de 50 ans. Porter le bâton est un grand honneur, a déclaré le danseur traditionnel. Alors qu’il danse, McKay regarde le passé et l’avenir de la nation Dakota avec espoir.

« C’est ça le pow-wow. C’est un lieu d’énergie positive, un endroit où différentes tribus se réunissent et célèbrent. »

L’événement Winterfest de quatre jours est devenu une tradition annuelle à Brandon qui aide à rassembler les gens pour célébrer la culture autochtone chaque année en janvier. Organisé du jeudi au dimanche, il a rempli le Keystone Centre d’activités traditionnelles comme le pow-wow, la gigue et les jeux de mocassins, jumelés à des tournois sportifs conçus pour aider les gens à être actifs en plein hiver.

Donny McKay tient le bâton d’aigle lors de la grande danse d’entrée de vendredi. (Chelsea Kemp/CBC)

En grandissant, McKay dit que sa grand-mère a instillé un sentiment de fierté dans l’esprit du Dakota et l’héritage de ses guerriers. Les insignes de McKay racontent l’histoire de ses ancêtres et leur combat pour l’identité dakota. Il transmet aujourd’hui cette passion aux générations suivantes.

Ce fut une expérience puissante de voir la culture, la langue et les traditions du Dakota se renforcer grâce à des événements comme le Winterfest, dit McKay. Il aide à maintenir la force de la culture autochtone en offrant des expériences comme les jeux de pow-wow et de mocassins à un centre urbain et aux jeunes.

Des hommes jouent à un jeu autochtone traditionnel avec des mocassins sur le sol.
Les hommes jouent au jeu traditionnel du mocassin lors de la grande entrée du Dakota Nation Winterfest le samedi 28 janvier. Il s’agit d’un jeu de hasard traditionnel où deux équipes cachent à tour de rôle un objet sous un mocassin ou un tapis. L’équipe adverse essaie de deviner où l’objet est caché. (Chelsea Kemp/CBC)

Il a dit que l’événement « s’améliorait tout le temps » et que cela ressemblait à une explosion de fierté dansant dans Grand Entry pour la première fois en deux ans.

« Nous sommes revenus forts parce que nous sommes de retour … la plupart d’entre nous sont de retour et nous le faisons pour la jeune génération », a déclaré McKay.

Les danseurs entrent dans l'arène du pow-wow pour la grande entrée.
Les porte-drapeaux mènent la grande entrée de vendredi. (Chelsea Kemp/CBC)

Les citadins qui vivent dans les villes ont le droit de connaître et d’embrasser leur identité autochtone, a déclaré McKay, et le Winterfest les aide à accéder à la culture Dakota et à la célébrer.

« C’est pourquoi nous les amenons en ville, car certains d’entre eux ne sortent jamais sur le circuit des pow-wow », a déclaré McKay.

« Nous devons apporter de la fierté aux gens, aux plus jeunes, car la perte d’identité pour certains d’entre eux, la perte de la langue, la perte de la culture… nous ramenons cela à travers les pow-wow, à travers la danse et le chant. »

Un homme s'habille en tenue de pow-wow.
Fredrick Fox du Dakota du Nord se prépare à danser vendredi. (Chelsea Kemp/CBC)

McKay danse au Winterfest depuis ses débuts il y a environ 25 ans. L’un des plus grands changements qu’il a vus a été la fierté florissante de la culture exposée.

« Nous avons traversé beaucoup de bouleversements avec notre langue et notre culture. Ça revient… La fierté est forte ça va toujours être comme ça on a ouvert un nouveau chapitre. »

Une fille vêtue d'insignes de pow-wow tient un bébé yoda.
Chloe Redman, 7 ans, tient une poupée Yoda vendredi. (Chelsea Kemp/CBC)

La chef de la nation dakota de Sioux Valley, Jennifer Bone, a déclaré que le Winterfest voit des milliers de personnes de partout au Canada et aux États-Unis se rassembler pour célébrer la culture autochtone. Le festival comprend également un tournoi de hockey en neuf divisions, des jeunes aux adultes, ainsi que des tournois de volley-ball et de basket-ball.

Dakota Nation Winterfest rassemble des milliers de personnes de partout au Canada et aux États-Unis

Dakota Nation Winterfest, organisé par la Première Nation de Sioux Valley, est revenu au Keystone Centre de Brandon, après une interruption de deux ans en raison de la pandémie. Du jeudi au dimanche, il a rempli le Keystone Centre d’activités traditionnelles comme le pow-wow, la gigue et les jeux de mocassins , jumelé avec des tournois sportifs.

« Je pense que tout le monde se sent rajeuni », a déclaré Bone. « C’est un bon week-end pour sortir et rendre visite à des amis et profiter des différents événements. Vous renouez avec les gens. »

Les anciens, les gardiens du savoir se rassemblent

Sioux Valley a accueilli une réunion spéciale d’anciens et de gardiens du savoir deux jours avant le Winterfest avec un groupe de communautés soeurs Dakota, Lakota et Nakoda. Bone dit que le rassemblement a été l’occasion de parler de culture, de langue et d’enseignements.

Les danseurs entrent dans l'arène du pow-wow pour la grande entrée.
Des milliers de personnes assistent chaque année au Dakota Nation Winterfest de partout au Canada et aux États-Unis. (Chelsea Kemp/CBC)

Cela a contribué à ancrer le Winterfest 2023 dans l’éducation et la culture, a-t-elle déclaré, grâce à des conversations positives avec des aînés et des gardiens du savoir de différentes communautés.

« Il y a beaucoup d’énergie positive là-dedans », a déclaré Bone. « Cette atmosphère était vraiment édifiante et c’est agréable de voir tous les enfants célébrer notre culture et se rassembler et profiter du temps ici. »

Un homme attache des cloches à ses chaussures de pow-wow.
Kessin Thompson de la nation crie d’Opaskwayak attache la cloche à sa tenue de danse du poulet vendredi. (Chelsea Kemp/CBC)

Les jeunes adoptent et pratiquent leur culture, a-t-elle dit, et cela montre que les peuples autochtones sont toujours forts et résilients.

Les gens peuvent approcher différents danseurs et chanteurs s’ils ont des questions sur la culture, a déclaré Bone, et les maîtres de cérémonie du pow-wow encouragent l’éducation à domicile en partageant les connaissances, les enseignements et la culture.

Un homme attache son bras sur ses insignes.
Kevin Haywaheat, membre de Carry the Kettle Nakoda Nation, attache un brassard à ses insignes vendredi. (Chelsea Kemp/CBC)

« Je pense que c’est comme une excellente occasion pour les membres urbains de sortir et de profiter, non seulement nos propres membres urbains, mais vous connaissez les Autochtones en général ainsi que les non-Autochtones pour eux de sortir et de profiter du pow-wow et de voir ce que c’est tout autour », a déclaré Bone.

La danseuse traditionnelle de Sioux Valley, Ella Wacanta, 15 ans, est reconnaissante de célébrer sa culture au Winterfest.

Les danseurs entrent dans l'arène du pow-wow pour la grande entrée.
Les danseurs de la robe Jingle entrent dans la grande entrée du Dakota Nation Winterfest le samedi 28 janvier. (Chelsea Kemp/CBC)

« Ça fait du bien de le retrouver parce qu’être au Winterfest, le pow-wow ici, c’est comme si vous étiez à la maison où tous vos problèmes peuvent tous disparaître. »

Même si le pow-wow Winterfest a lieu à l’intérieur en janvier, a déclaré Wacanta, la puissance du rythme du tambour reste puissante.

Une jeune fille attache un morceau de cheveux à sa tenue de pow-wow.
La danseuse traditionnelle Elle Wacanta, 15 ans, de la nation dakota de Sioux Valley, attache un morceau de cheveux à sa tenue de pow-wow. (Chelsea Kemp/CBC)

Il est essentiel de visiter différents pow-wow, a déclaré Wacanta, car chaque danse, chanson de tambour et pièce d’apparat a une histoire à partager et un enseignement à transmettre.

« Quand je danse et que le groupe de tambours de mon père chante, ils racontent une histoire. »

Les danseurs entrent dans l'arène du pow-wow pour la grande entrée.
Fredrick Fox se tient samedi lors de la grande entrée du Dakota Nation Winterfest. (Chelsea Kemp/CBC)

Continue Reading

Tandance