Connect with us

Santé

Clinique virtuelle offrant des soins intensifs aux patients trans à risque en raison des changements apportés au financement de l’Ontario

Published

on

Les personnes transgenres et de diverses identités de genre en Ontario craignent que la perte potentielle d’une clinique virtuelle offrant des soins d’affirmation de genre ne laisse à la communauté encore moins d’options pour accéder à ce qu’elles décrivent comme un soutien vital.

« Vous avez beaucoup de gens qui ont trouvé leur chemin et se sentent soudainement bloqués », a déclaré Lex, un patient de 28 ans à Connect-Clinic.

« C’est une chose très effrayante et cela peut être dangereux, surtout si vous êtes dans une situation où c’est une sorte de vie ou de mort. »

Connect-Clinic, qui compte 1 500 patients – et 2 000 personnes de plus sur une liste d’attente – offre des références en hormonothérapie et en chirurgie pour les personnes trans et de genres divers à travers l’Ontario par le biais de rendez-vous entièrement virtuels. À compter du mois prochain, il n’acceptera plus de nouveaux patients en raison de changements dans l’accord de financement de l’Ontario avec les médecins.

« Mes patients sont très affligés », a déclaré le Dr Kate Greenaway, fondatrice et médecin principale de la clinique. « J’ai eu un patient qui m’a dit qu’il avait attendu plus d’une décennie pour recevoir des soins d’affirmation de genre parce qu’il n’avait aucun moyen de sortir de sa communauté pour y accéder.

« Il est certain que ce patient n’a toujours aucun moyen d’accéder à des soins d’affirmation de genre au sein de sa communauté. »

La Dre Kate Greenaway est médecin en chef de Connect-Clinic, une pratique exclusivement virtuelle à Toronto qui fournit des soins d’affirmation de genre aux patients trans et de genre divers à travers l’Ontario. (Soumis par Kate Greenaway)

Les changements, qui entrent en vigueur le 1er décembre, font partie d’un entente de trois ans sur les services médicaux entre les médecins de l’Ontario et le gouvernement provincial qui a été ratifié en mars. L’entente établit un financement permanent pour les soins de santé virtuels dans la province.

En tant que clinique uniquement virtuelle, les médecins de Connect-Clinic pourront facturer 20 $ par rendez-vous vidéo et 15 $ par téléphone – des tarifs inférieurs aux 67 $ précédents ou plus. Greenaway dit que les nouveaux tarifs ne couvriront pas la profondeur des soins fournis par sa clinique, ce qui rendra impossible l’ajout de nouveaux patients.

Vendredi, Greenaway a appris que les nouveaux tarifs s’appliqueraient également aux patients existants du cabinet, malgré les assurances antérieures qu’ils resteraient sur le calendrier de facturation précédent. Greenaway a déclaré que Connect-Clinic est légalement tenu de continuer à soigner ces patients.

Le ministère de la Santé de l’Ontario affirme que la nouvelle entente vise à trouver un équilibre entre les soins en personne et les soins virtuels. « Les soins virtuels sont destinés à compléter les soins en personne, et non à les remplacer », a écrit le ministère dans un communiqué.

Le gouvernement dit qu’il a pris des « mesures supplémentaires » pour financer les soins en équipe, tels que les centres de santé communautaires (CSC), afin d’améliorer l’accès aux soins primaires, et que de nombreuses équipes de soins de santé proposent des programmes spécifiques aux communautés LGBTQ.

Greenaway dit que les CSC sont une bonne option, mais le système actuel est « surchargé » et ceux qui offrent des soins d’affirmation de genre n’atteignent pas toutes les régions de la province.

ÉCOUTEZ | La Dre Kate Greenaway explique comment les changements auront un impact sur sa clinique :

Jour 69:43Une clinique de soins d’affirmation de genre en Ontario est menacée par les changements apportés aux soins virtuels

Tous les médecins de famille ne sont pas spécialisés dans l’affirmation des soins

Lorsque Lex a commencé sa transition, elle a d’abord contacté son médecin de famille pour obtenir des conseils sur l’hormonothérapie.

« Mon médecin de famille m’a beaucoup soutenu au début de ma transition, mais n’a pas été en mesure de répondre à des questions sur des choses comme les effets secondaires des œstrogènes, par exemple », a déclaré Lex. CBC retient le nom de famille de Lex par souci de sécurité.

« Parler avec un médecin expert en soins d’affirmation de genre m’a permis de prendre des décisions en toute confiance concernant ma santé. »

L’accès virtuel à ces soins est plus qu’une question de commodité pour Lex. Il est réconfortant de savoir que le médecin avec qui vous parlez est compétent dans les soins de santé liés à la transition, a-t-elle déclaré.

« Je peux parler à quelqu’un dans le confort de ma propre maison dans des conditions dans lesquelles je me sens en sécurité, par opposition, par exemple, aller dans une clinique sans rendez-vous, demander s’ils prescrivent [hormones] et trouver un médecin transphobe qui va gâcher ma journée », a déclaré Lex.

La capacité des cliniques spécialisées dans les soins d’affirmation de genre est également limitée, certains patients attendant des mois ou des années, selon le traitement, pour y avoir accès.

Réaction mitigée aux données du recensement sur la population transgenre du Canada

Pour la première fois, les données du recensement montrent que plus de 100 000 personnes au Canada s’identifient comme transgenres ou non binaires. Bien que les résultats soient une étape importante pour la communauté LGBTQ, certains contestent la façon dont le recensement de 2021 a posé des questions sur l’identité de genre.

Dans une enquête Trans Pulse Canada de 2019 auprès de personnes transgenres et non binaires âgées de 14 ans et plus de partout au Canada, près de 45 % ont déclaré avoir un besoin de soins de santé non satisfait. Parmi ceux qui n’avaient pas terminé les soins d’affirmation de genre, 40 % des répondants ont déclaré qu’ils étaient sur des listes d’attente, le plus souvent pour une intervention chirurgicale.

Selon l’American Medical Association, la majorité des personnes transgenres et de genre divers qui reçoivent un rapport de soins affirmant leur genre amélioration de la santé mentale et diminution des taux de suicide.

« Les gens appellent cela une affirmation de genre, mais c’est une affirmation de la vie à bien des égards », a déclaré Lex.

« Beaucoup de gens qui traversent une période de transition ne sont pas bien placés, et la transition est un moyen de guérir, d’avancer et de grandir en tant que personne – et de ne pas pouvoir y accéder, cela ne fait que prolonger le sentiment d’insécurité. « 

« Je n’ai pas compris le nombre de personnes qui auraient besoin de nos services »

Connect-Clinic a été créée en 2019 en réaction à ce manque de capacité, a déclaré Greenaway. À l’époque, elle avait une pratique familiale à Toronto et ajoutait de plus en plus de patients loin de la ville.

Elle voulait voir si une clinique virtuelle offrant des soins d’affirmation de genre pouvait mieux soutenir les personnes à l’extérieur des grands centres urbains de la province. Lorsque la clinique a analysé les données sur les codes postaux de ses patients actuels, elle a indiqué que les deux tiers se trouvaient à l’extérieur de ces centres.

« Je pensais qu’il y aurait des gens qui en auraient besoin, mais je ne comprenais pas le nombre de personnes qui auraient besoin de nos services », a déclaré Greenaway.

Ce ne sont pas des soins que vous voulez interrompre… Nous sommes déterminés à aider à trouver une solution pour nos patients.– Dr Kate Greenaway, fondatrice et médecin chef de Connect-Clinic

Connect-Clinic a vu le jour dans le cadre du Réseau Télémédecine Ontario, mais lorsque la pandémie a forcé toutes sortes de soins de santé sur des plateformes virtuelles, la clinique a été intégrée aux soins généraux.

Ce changement provoqué par la pandémie a été une aubaine pour les personnes à la recherche de soins d’affirmation de genre, a déclaré le Dr Wayne Baici, psychiatre et chef clinique de la Adult Gender Identity Clinic au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.

« Il était difficile d’accéder à des soins d’affirmation de genre avant la pandémie. Certes, la pandémie a également créé toutes sortes d’obstacles pour recevoir des soins », a-t-il déclaré. « Je pense que les soins virtuels étaient la seule doublure argentée en termes d’amélioration de l’accès.

« Donc, si les soins virtuels sont compromis par des changements dans ces [billing] codes, ne permettant pas aux soins de santé de se poursuivre, il est évident que les personnes trans vont souffrir. »

Une association médicale dit que le problème est une « conséquence involontaire »

L’Association médicale de l’Ontario (OMA), qui représente les médecins de la province et a négocié l’entente avec le gouvernement provincial, affirme que la nouvelle entente vise à « encourager la relation patient-médecin » et divise les soins en pratiques « complètes » et « limitées ».

Les soins complets exigent que les patients aient une relation en personne avec les patients parallèlement aux soins virtuels.

Dans un communiqué, un porte-parole de l’OMA a reconnu que les difficultés de financement rencontrées par Connect-Clinic sont une « conséquence involontaire » de l’accord.

Greenaway dit que le gouvernement pourrait faire une exception pour les soins virtuels affirmant le genre, comme il l’a fait pour d’autres disciplines médicales telles que les services de toxicomanie, ou développer un nouveau modèle de financement qui permettrait à la clinique de facturer en dehors du système provincial d’assurance-maladie.

« Ce ne sont pas des soins que vous voulez interrompre », a déclaré Greenaway. « Nous savons que la santé mentale de nos patients en souffrira vraiment, ainsi que la santé physique.

« C’est pourquoi nous n’avons pas abandonné. Nous sommes déterminés à aider à trouver une solution pour nos patients. »

Santé

Trudeau propose un accord de 10 ans sur les soins de santé avec 46 milliards de dollars de nouvelles dépenses

Published

on

Par

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé mardi que le gouvernement fédéral était prêt à augmenter les dépenses de santé d’un montant impressionnant de 196,1 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie – une injection de fonds qu’Ottawa propose comme solution générationnelle pour un système en difficulté.

Sur les 196,1 milliards de dollars promis par le gouvernement fédéral pour les soins de santé, 46,2 milliards de dollars seront des dépenses entièrement nouvelles – des fonds qui vont au-delà de ce qui était déjà prévu au budget pour les années à venir.

Pour commencer, les provinces et les territoires recevront une augmentation inconditionnelle de 2 milliards de dollars du Transfert canadien en matière de santé (TCS) pour faire face à ce que le gouvernement fédéral appelle « une pression immédiate sur le système de soins de santé, en particulier dans les hôpitaux pédiatriques, les salles d’urgence et les arriérés chirurgicaux et diagnostiques ». . »

La proposition de Trudeau comprend également une augmentation annuelle de 5% du TCS pour les cinq prochaines années, avec un mécanisme intégré pour augmenter de façon permanente le financement dans les années suivantes.

Après les cinq premières années, l’indexation du TCS reviendra à une augmentation de 3 % chaque année, mais les provinces et les territoires partiront d’une base plus large après des années d’augmentations supérieures à la normale.

Les données du gouvernement suggèrent que cette augmentation du financement augmentera le TCS d’environ 61 % au cours des 10 prochaines années. Cela représente environ 17,3 milliards de dollars en argent frais pour les provinces et les territoires afin de soutenir un système défaillant.

Pour accéder au TCS amélioré, les provinces doivent d’abord s’engager à améliorer la façon dont les données sur la santé sont « collectées, partagées, utilisées et communiquées aux Canadiens afin de promouvoir une plus grande transparence des résultats et d’aider à gérer les urgences de santé publique », a déclaré le gouvernement dans un document d’information fourni aux journalistes.

Le gouvernement fédéral veut ces données afin de mieux suivre le rendement et les résultats des soins de santé.

Il dit également vouloir que ces informations soient partagées plus efficacement entre les médecins généralistes, les pharmaciens, les spécialistes et le système hospitalier.

« Les Canadiens devraient pouvoir accéder à leurs propres informations sur la santé et bénéficier du partage entre les travailleurs de la santé de tous les établissements de santé et de toutes les juridictions », a déclaré le gouvernement dans son document d’information.

Trudeau propose également 25 milliards de dollars sur 10 ans pour faire avancer ce que le gouvernement appelle des « priorités partagées ».

Dans le cadre des pourparlers en cours sur les soins de santé, le gouvernement fédéral a déclaré qu’il souhaitait signer des accords bilatéraux avec chaque province et territoire afin d’affecter des fonds aux problèmes de santé qui préoccupent le plus chaque juridiction.

Mais Ottawa insiste pour que ces nouveaux fonds soient dirigés vers quatre domaines prioritaires : les services de santé familiale, les travailleurs de la santé et les arriérés, la santé mentale et la toxicomanie et un « système de santé modernisé ».

Le nouveau financement fédéral dépendra de la contribution des provinces et des territoires à une partie de leur propre argent pour ces « priorités partagées ».

Ils doivent également accepter de respecter la Loi canadienne sur la santé, une loi fédérale conçue pour garantir que l’accès aux soins de santé est fondé sur le besoin et non sur la capacité de payer.

Les premiers ministres seront invités à élaborer un «plan d’action», qui détaillera comment ces fonds seront dépensés et comment les progrès seront suivis.

Ce nouveau fonds commun de 25 milliards de dollars s’ajoute aux 7,8 milliards de dollars sur cinq ans que le gouvernement a déjà réservés à la santé mentale, aux soins à domicile et en milieu communautaire et aux soins de longue durée.

Ottawa propose également 1,7 milliard de dollars en nouvelles dépenses au cours des cinq prochaines années pour augmenter les salaires des préposés aux services de soutien à la personne (PSSP). Il y a 150 millions de dollars supplémentaires sur cinq ans pour le Fonds d’investissement pour la santé des territoires, pour aider les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Yukon à payer certains des coûts supplémentaires qui accompagnent les soins de santé dans le Nord.

Continue Reading

Santé

Elle a découvert qu’elle avait un cancer d’un inconnu au téléphone. Elle veut juste un médecin de famille

Published

on

Par

Le courant1:14:29Crisis in Care : Un forum public sur les soins primaires et la pénurie de médecins de famille

Lorsque Tanya Sunshine a découvert une grosseur au sein le printemps dernier, elle a fait la queue pendant cinq heures dans une clinique de soins d’urgence à Langford, en Colombie-Britannique, pour voir un médecin.

Le médecin l’a examinée et l’a envoyée pour des tests. Lorsque les résultats sont revenus, Sunshine a appris qu’elle avait un cancer du sein au téléphone, par un autre médecin qu’elle n’avait pas rencontré.

« Le médecin se sentait horrible, elle pleurait presque avec moi – et j’étais seul », a déclaré Sunshine à Matt Galloway lors d’un forum public sur les soins de santé, organisé par Le courant à Victoria, en Colombie-Britannique, lundi.

« Mais j’ai reçu un autre appel le lendemain d’un autre médecin au même endroit, et il ne savait même pas pourquoi il m’appelait », a-t-elle déclaré.

Sunshine a demandé si le médecin appelait avec plus de résultats de test, ce qui lui a rafraîchi la mémoire.

« Puis il a juste dit: » C’est mauvais. C’est très, très mauvais. Et vous avez un long chemin devant vous « , a-t-elle déclaré.

C’est terrible que les médecins aient dû être mis dans cette position, que je n’étais pas avec un médecin de famille– Tanya Soleil

Sunshine fait partie des millions de Canadiens qui n’ont pas accès à un médecin de famille, ce qui signifie qu’ils dépendent de cliniques de soins d’urgence et de services d’urgence déjà épuisés. Mais elle ne blâme pas les médecins qui ont appelé avec son diagnostic.

« C’est terrible que les médecins aient dû être placés dans cette position, que je n’étais pas avec un médecin de famille qui pouvait m’amener au bureau et dire: » Amenez quelqu’un avec vous, pour que vous soyez pris en charge « ,  » dit-elle.

« C’est horrible pour tout le monde des deux côtés, tout autour. »

Le premier ministre Justin Trudeau rencontre mardi les dirigeants provinciaux et territoriaux pour discuter de la façon de s’attaquer aux problèmes qui pèsent sur le système de santé canadien. Le gouvernement fédéral devrait proposer un plan décennal de financement de la réforme.

Au forum public, Le courant a demandé aux gens pourquoi les soins primaires étaient importants pour eux — et ce qu’ils veulent voir les dirigeants fédéraux et provinciaux faire pour résoudre ces problèmes.

REGARDER | Trudeau prend la parole avant une réunion sur les soins de santé avec les dirigeants provinciaux et territoriaux :

Trudeau dit que les soins de santé ne sont pas « au niveau auquel les Canadiens s’attendraient »

Le premier ministre Justin Trudeau discute des soins de santé avant de rencontrer les premiers ministres.

Sunshine a reçu un traitement et n’a plus de cancer, mais son oncologue la garde comme patiente — strictement pour les soins liés au cancer — parce que Sunshine n’a pas de médecin de famille.

Elle espère que la rencontre fédérale-provinciale débouchera sur une plus grande collaboration qui pourra régler la pénurie.

« J’aimerais qu’un médecin de famille prenne soin de moi lorsque je quitterai l’agence de lutte contre le cancer, et j’aimerais que tout le monde ait un médecin de famille », a-t-elle déclaré.

« J’ai deux enfants, nous sommes une famille … donc ce serait formidable de savoir que ma famille et moi-même serions couverts et pris en charge en cas de besoin. »

« Chaque Canadien mérite d’avoir un médecin de famille »

Le Canada a actuellement un système de soins de santé à deux vitesses – les personnes avec un médecin de famille et les autres – a déclaré la Dre Jennifer Lush, qui travaille en médecine familiale à Victoria depuis 21 ans.

« Il n’est pas juste que Tanya reçoive des nouvelles d’un inconnu par téléphone alors qu’elles auraient pu être transmises dans le cadre d’une relation bienveillante avec quelqu’un qui la connaissait, qui connaissait ses antécédents, qui connaissait tous ses autres problèmes médicaux », a déclaré Luxuriant.

« Chaque Canadien mérite d’avoir un médecin de famille. »

Elle a déclaré que les raisons de la pénurie sont complexes, mais a souligné que les revenus n’ont pas suivi l’augmentation des coûts de fonctionnement d’un cabinet et que l’augmentation de la paperasserie détourne les médecins des soins directs aux patients. Les facultés de médecine incitent les étudiants à devenir des spécialistes et à ne pas devenir médecins de famille, a-t-elle déclaré.

Une femme regarde la caméra en souriant
« Les soins de santé ne sont pas une question politique, c’est un droit humain », a déclaré le Dr Jennifer Lush. (Amanda Grant/CBC)

Elle veut voir « une solution non partisane », car « les soins de santé ne sont pas une question politique, c’est un droit humain ».

« Il est temps de mettre de côté les différences politiques et de passer aux choses sérieuses pour trouver des solutions efficaces et sensées à la crise des soins de santé », a-t-elle déclaré.

« Cela doit être réglé parce que chaque Canadien – politicien, médecin, patient – nous avons tous besoin de soins de santé tôt ou tard. »

Plus de financement, plus de transparence

Le manque de soins primaires a fait de la salle d’urgence une destination par défaut pour les personnes qui ont besoin d’aide, a déclaré le Dr Omar Ahmad, chef du département des urgences et des soins intensifs pour Island Health à Victoria.

Cela a conduit à une situation « intenable » pour les patients qui font face à de longs délais d’attente, mais aussi pour le personnel, a-t-il déclaré.

« Nos infirmières sont épuisées, nos médecins sont épuisés … c’est difficile et nous ne pouvons tout simplement pas fermer nos portes », a-t-il déclaré.

Un homme regarde la caméra en souriant.
Le médecin des urgences, le Dr Omar Ahmad, a déclaré que la pression sur les services d’urgence était devenue « intenable ». (Amanda Grant/CBC)

Il pense que le système a besoin de plus de financement pour augmenter sa capacité.

« Ce serait formidable de voir cet argent arriver, d’augmenter notre infrastructure afin que nous ayons plus d’endroits pour voir nos patients, en particulier … dans les services d’urgence, afin que nous ayons plus de place, plus de personnel », a-t-il déclaré.

Si le financement fait partie de la solution, l’activiste Camille Currie veut savoir comment cet argent est dépensé.

« Je veux savoir qu’il y aura des mesures en place pour voir où va l’argent, comment est-il dépensé et atteint-il les résultats finaux pour les utilisateurs finaux? » dit-elle.

REGARDER | Ont. de 80 ans. médecin dit qu’il ne peut pas prendre sa retraite en raison de la pénurie de médecins :

Ont. de 80 ans. un médecin dit qu’il ne peut pas prendre sa retraite en raison de la pénurie de médecins

Rosemary Barton Live s’entretient avec le médecin de famille de 80 ans, le Dr Peter Bell, qui dit qu’il est incapable de prendre sa retraite de son cabinet de Sharbot Lake, en Ontario, qui traite environ 3 000 patients, en raison de la pénurie de médecins de soins primaires dans la province.

Le médecin de famille de Currie a quitté la province il y a un an. Elle a décidé qu’elle ne pouvait pas rester assise sans rien faire et est devenue une militante patiente pour aider la sienne et d’autres familles qui perdaient l’accès.

Le combat est personnel pour elle. L’un de ses enfants a eu un accident vasculaire cérébral dans l’utérus, et ce n’est que grâce à « l’incroyable coordination des soins » que les médecins ont pu identifier une mutation génétique qui l’avait provoquée et fournir un traitement pour essayer d’empêcher que cela ne se reproduise.

Elle veut que d’autres familles à travers le Canada sachent qu’elles ont une voix dans le chœur appelant à de meilleurs soins de santé – et qu’elles peuvent s’unir pour le même objectif final.

« Tous ceux qui se débattent, je veux qu’ils sachent qu’ils peuvent plaider, n’importe qui peut plaider », a-t-elle déclaré.

« Chaque voix peut avoir un impact. Chaque histoire peut avoir un impact. »

Une femme regarde la caméra en souriant.
L’avocate des patients, Camille Currie, a déclaré que chaque Canadien peut avoir un rôle à jouer pour assurer de meilleurs soins de santé pour tous. (Amanda Grant/CBC)

Continue Reading

Santé

Une nouvelle étude révèle de sérieuses lacunes dans la recherche sur le cancer chez les Canadiens noirs

Published

on

Par

Dans une nouvelle étude, le Centre interdisciplinaire pour la santé des Noirs (ICBH) de l’Université d’Ottawa a découvert « de grandes lacunes dans la recherche » sur différents types de cancer affectant les communautés noires au Canada.

Après avoir effectué une méta-analyse de la littérature médicale, les chercheurs à l’origine de l’étude n’ont trouvé aucune donnée concernant les communautés noires sur les 20 types de cancer les plus courants au Canada.

« Ce que nous avons trouvé est … un véritable écart lorsque nous comparons [cancer] la recherche au sein des communautés noires et la recherche au sein d’autres communautés », a déclaré Jude Mary Cénat, professeur agrégé à l’École de psychologie de l’Université d’Ottawa et directeur de l’ICBH.

L’étude s’est concentrée sur différents types de cancer, notamment les cancers du sein, du col de l’utérus, colorectal, gastrique, du poumon et de la prostate chez les Noirs. Les chercheurs ont recherché des données sur l’incidence, le stade du cancer au moment du diagnostic, le type de soins reçus et d’autres facteurs.

Jude Mary Cénat est directeur de l’ICBH à l’Université d’Ottawa. (Université d’Ottawa/Bonnie Findley)

Selon Cénat, ils ont constaté des « disparités raciales » liées au dépistage de certains cancers, affectant la qualité des soins de santé reçus par les Noirs.

En comparaison, a déclaré Cénat, grâce à des recherches menées aux États-Unis, le cancer du sein est connu pour être plus agressif chez les femmes noires que chez les femmes blanches. En conséquence, les directives en matière de soins de santé dans ce pays ont été modifiées pour demander un dépistage plus précoce des femmes noires.

« Sans recherche, les soins ne peuvent pas être adaptés… [and] nous ne pouvons pas mettre en place des mesures de prévention adaptées aux personnes issues des communautés noires », a-t-il dit, ajoutant qu’il y a un besoin urgent de données similaires au Canada.

Un problème systémique

L’étude a également révélé que les membres des communautés noires sont moins susceptibles que leurs homologues blancs de subir volontairement un dépistage du cancer. En conséquence, ils ont tendance à recevoir des diagnostics plus tard, ce qui augmente les taux de mortalité dans ces communautés.

Selon Godlove Ngwafusi, porte-parole de l’Association afro-canadienne d’Ottawa, cette hésitation est due à une peur profondément ancrée du système de santé dans les communautés noires.

« La même peur de signaler les crimes à la police qui vous sont arrivés, est la même peur d’avoir accès au système médical qui est définitivement discriminatoire à votre égard », a-t-il déclaré.

homme
Godlove Ngwafusi, porte-parole de l’Association afro-canadienne d’Ottawa, a déclaré que le manque de recherche sur le cancer concernant les communautés noires est un exemple de «discrimination des données». (Mathieu Thériault/CBC)

Ngwafusi a déclaré que la peur est aggravée par un manque général de sensibilisation au sein des communautés noires, qui est dû à l’absence de recherche sur la façon dont différents cancers les affectent.

« Il y a un gros monstre de santé poilu qui a un impact négatif disproportionné sur les communautés noires », a-t-il déclaré. « J’appelle cela une discrimination délibérée des données. »

Ngwafusi, qui a comparé les résultats de l’étude au manque de données sur les communautés noires et le COVID-19 au cours des premiers jours de la pandémie, a déclaré que le fait de ne pas investir dans de telles recherches est « un triste reflet de la négligence » de la part de la santé- système de soins.

« De toute évidence, il y a un problème systémique ici », a déclaré Gwen Madiba, fondatrice de l’organisation à but non lucratif Equal Chance et membre de la Black Canadian Homeless Foundation.

femme
Gwen Madiba est présidente d’Equal Chance, un groupe qui travaille à l’autonomisation des femmes noires. (Kate Porter/CBC)

Madiba a déclaré que de nombreux Canadiens noirs issus de familles à faible revenu n’avaient pas le temps de donner la priorité à leur santé et que le manque de données les privait d’une « chance égale » d’obtenir les soins de santé dont ils avaient besoin.

« Cela montre que nous naviguons dans des systèmes qui ne sont pas toujours faits pour nous. C’est très dommageable », a-t-elle déclaré. « Les gens doivent savoir qu’ils doivent aller se faire dépister. »

La nouvelle étude, intitulée « Incidence, facteurs et disparités liés au cancer chez les Noirs au Canada : un examen de la portée », a été publié dans l’American Cancer Society Journal.

Il recommande que « les gouvernements fédéral et provinciaux et les universités envisagent de créer des fonds spéciaux pour générer de la recherche sur cet important problème de santé ».

Continue Reading

Tandance