Connect with us

Canada

Cette centenaire a tricoté 100 bonnets pour les bébés dans le besoin pour marquer son anniversaire marquant

Published

on

Le secret pour vieillir en beauté ? Aider les autres, selon Etta Jamieson, 100 ans.

La semaine dernière, la femme de Truro, en Nouvelle-Écosse, a célébré son anniversaire marquant en mangeant beaucoup de gâteaux et en réalisant son projet de tricoter 100 bonnets pour les bébés dans le besoin au cours de la dernière année.

« Eh bien, j’étais plutôt content de pouvoir faire ça », a déclaré Jamieson à CBC Radio. Rue principale En Lundi.

« Cela vous fait du bien de faire quelque chose pour quelqu’un et je pense que tant que vous avez la santé et que vous vous portez bien, vous devriez faire des choses comme ça. »

Jamieson a eu 100 ans le 8 septembre, mais c’était deux ans plus tôt qu’elle avait décidé de se mettre au défi de tricoter 100 bonnets en un an.

« Eh bien, je n’ai pas d’arthrite dans les mains et j’ai dit: » Eh bien, autant les utiliser à bon escient «  », a-t-elle déclaré.

Elle a dit que les casquettes sont assez simples et que chacune prend environ une journée, tant qu’elle n’a pas d’autres tâches à faire dans la maison.

« J’ai dû me dépêcher un peu pour les faire le jour de mon anniversaire », a-t-elle déclaré.

Bonnets à tricoter depuis 30 ans

Jamieson a déclaré qu’elle tricotait des bonnets – et des gilets anti-pneumonie – pour les enfants dans le besoin depuis 30 ans.

Elle a commencé à les tricoter lorsque l’église presbytérienne St. James de Truro a demandé des dons afin d’envoyer des vêtements pour nouveau-nés dans les pays en développement.

Beaucoup de ses bonnets tricotés ont depuis été envoyés au Nicaragua et au Malawi.

Cependant, ce dernier lot sera donné au IWK Health Centre à Halifax et au Colchester East Hants Health Centre à Truro.

Rue principale N.-É.7:52Une femme de 100 ans de Truro a tricoté 100 bonnets pour les bébés dans le besoin

Etta Jamieson de Truro a célébré un grand anniversaire la semaine dernière. Elle a eu 100 ans jeudi. Pour marquer l’occasion, elle a tricoté une casquette pour enfant pour chaque année de sa vie et elle en fait don aux hôpitaux pour enfants. L’hôte invité Carolyn Ray a parlé avec Etta de ses efforts.

Le reste ira sur un arbre de Noël à l’église presbytérienne St. James plus tard cette année, pour les personnes qui en ont besoin.

Jamieson a déclaré qu’elle prévoyait déjà de tricoter 101 casquettes pour son anniversaire l’année prochaine.

« J’en ai commencé trois autres depuis mon anniversaire, donc je vais voir combien je peux en gagner d’ici la fin de l’année. »

« Restez heureux et continuez à rire »

Jamieson a déclaré qu’il était important d’aider les gens – et que tout le monde devrait le faire s’il le peut.

Avant de commencer à tricoter, elle a dit qu’elle et son défunt mari et un groupe d’amis iraient dans des maisons de retraite pour jouer de la musique afin de divertir les résidents.

Elle a dit qu’ils chanteraient et danseraient et que les résidents se joindraient à eux.

« Nous nous sommes toujours sentis mieux quand nous avons fait ces choses. Nous en avons tiré autant de plaisir qu’eux et je pense que cela vous fait vous sentir mieux et j’aime me sentir positif à propos des choses », a-t-elle déclaré.

« Ne vous attardez pas sur les choses tristes ou les moments difficiles. Restez heureux et continuez à rire. Reposez-vous beaucoup. »

Canada

Un changement est nécessaire pour mettre fin à « l’épidémie » de violence sexiste, selon un rapport sur les tirs de masse en Nouvelle-Écosse

Published

on

Par

Le rapport final de l’enquête sur les fusillades de masse en Nouvelle-Écosse appelle à un changement radical pour mettre fin à la violence sexiste.

Il la décrit comme une épidémie qui, comme la pandémie de COVID-19, justifie une « réponse significative de l’ensemble de la société ».

« Nous convenons que reconnaître la violence sexiste, conjugale et familiale comme une épidémie est une première étape précieuse… nécessaire pour prévenir et éradiquer ces formes de violence », écrivent les membres de la Mass Casualty Commission.

« Le mot » épidémie « signifie l’étendue du problème comme prédominant et étendu, et parle également de son caractère toxique et malsain. »

La commission a formulé 17 recommandations pour lutter contre la violence sexiste, y compris un « financement au niveau épidémique » pour les agences et organisations vouées à l’intervention. Mais, au milieu des appels à un changement systémique lancés par les gouvernements, les forces de l’ordre et les régulateurs, se trouve un appel aux hommes à entreprendre « une action individuelle et concertée » pour contribuer à mettre fin à l’épidémie.

« Notre objectif n’est pas de diaboliser tous les hommes en tant qu’auteurs de violence », lit-on dans le rapport, citant des recherches commandées par le MCC et rédigées par les experts néo-écossais Brian Braganza et Nick Cardone.

« Dans le même temps, nous pensons que les hommes peuvent assumer la responsabilité de mettre fin à la violence dans nos communautés en perturbant les normes traditionnelles et les expressions néfastes de la masculinité. »

Les commissaires notent que les fusillades d’avril 2020 se sont produites après un certain nombre de défaillances systémiques concernant l’application et l’intervention, principalement par la police, dans les années précédant les fusillades de masse. Le tireur avait des antécédents de comportement violent envers ses patients, ses voisins et sa conjointe de fait, Lisa Banfield.

L’incapacité de la police à répondre aux informations faisant état de la violence du tireur malgré de multiples rapports et la revictimisation ultérieure de Banfield est un exemple de la manière dont « nous ne parvenons pas à traiter de manière adéquate la violence sexiste », écrivent les commissaires.

Le rapport appelle à une « réponse à l’échelle de la société », recommandant que tous les niveaux de gouvernement, ainsi que les organismes non gouvernementaux, les établissements d’enseignement, les associations professionnelles et commerciales et les entreprises déclarent que la violence sexiste, conjugale et familiale est une épidémie.

« Pendant trop longtemps, nous avons mal perçu la violence de masse comme notre plus grande menace sans tenir compte de sa relation avec d’autres formes de violence plus répandues », indique le rapport. « Nous le faisons au détriment de la sécurité publique et du bien-être de la communauté. »

Occasions manquées d’intervenir

Les auteurs écrivent que le schéma du tireur et l’escalade de la violence auraient pu être abordés avant les meurtres, notant que « de nombreux drapeaux rouges » concernant son comportement violent et illégal étaient connus d’un large éventail de personnes.

« Trop souvent, la violence fondée sur le sexe, la violence conjugale et la violence familiale sont des précurseurs des formes de violence qui sont plus facilement considérées comme relevant d’une préoccupation « publique » plus large », indique le rapport. « Nous ignorons ces formes de violence à nos risques et périls collectifs. »

Des proches ont déclaré à la commission que le tireur avait été abusé par son père dans son enfance, et Banfield a décrit en détail les abus qu’elle a subis au cours de leur relation de 19 ans lors de plusieurs entretiens avec la police et la commission.

Les voisins et les amis du couple ont également décrit plusieurs incidents où le tireur a attaqué Banfield devant eux – bien que le rapport note qu' »aucune mesure efficace n’a été prise » pour interrompre la violence de l’agresseur. À deux reprises, d’autres personnes avaient signalé les agressions dont elle avait été victime à la police, mais la police n’a jamais essayé de lui parler.

Le rapport du MCC a été publié jeudi matin à Truro. (Brooklyn Currie/CBC)

Le rapport note que le tireur a bénéficié d’un traitement préférentiel et d’un parti pris implicite dans la prise de décision de la police en raison de son statut d’homme blanc et riche ayant le statut de professionnel en activité.

Il décrit les obstacles au signalement par les femmes qui ont été agressées et ciblées ainsi que par les membres de la communauté, notamment la peur des représailles et le manque de confiance dans une réponse policière adéquate. Les obstacles au signalement « ont entraîné des signaux d’alarme manqués et des opportunités d’intervenir dans son comportement ».

Il note également une réponse dédaigneuse de la police aux plaintes déposées contre le tireur en 2010, 2011 et 2013, citant la rapidité avec laquelle les dossiers ont été classés et l’absence de recherche ou d’audition de témoins.

« La violence de l’agresseur … a été signalée, a fait l’objet d’une enquête et, dans certains cas, a été constatée par la police avec des répercussions ou une intervention minimes », indique le rapport. « Nous identifions plusieurs schémas problématiques dans la réponse de la police : préjugés implicites, défaut d’enquête, mauvaise prise de notes et mauvaise tenue des dossiers. »

Banfield revictimisé

Malgré cette histoire, la commission note que la GRC n’a pas traité Banfield comme un survivant de la victime massive; des mois plus tard, elle a été accusée, avec deux membres de sa famille, d’avoir fourni des munitions au tireur. Ces accusations ont été résolues lorsque Banfield a été renvoyé à un processus de justice réparatrice.

Le rapport détaille une revictimisation supplémentaire à la suite des meurtres – et des accusations portées contre Banfield – par des membres du public qui tenaient Banfield « d’une manière ou d’une autre responsable des pertes massives (bien que la même GRC ait confirmé que son enquête n’avait révélé aucune responsabilité de ce type). »

« Ce traitement injuste découle de et perpétue les stéréotypes et les préjugés et a un effet potentiellement dissuasif sur les autres survivants de la violence sexiste », ont écrit les commissaires.

« Elle n’est en aucun cas responsable des actes de l’agresseur, mais plutôt victime de ses actes violents. Elle n’était pas au courant de ce qu’il prévoyait, et il n’est pas non plus raisonnable de la tenir responsable de l’absence de signalement de ses comportements violents antérieurs. « 

Un collage de 22 personnes montre les visages des personnes décédées sur quatre rangées
Vingt-deux personnes sont décédées les 18 et 19 avril 2020. Rangée du haut à partir de la gauche : Gina Goulet, Dawn Gulenchyn, Jolene Oliver, Frank Gulenchyn, Sean McLeod, Alanna Jenkins. Deuxième rangée : John Zahl, Lisa McCully, Joey Webber, Heidi Stevenson, Heather O’Brien et Jamie Blair. Troisième rangée à partir du haut : Kristen Beaton, Lillian Campbell, Joanne Thomas, Peter Bond, Tom Bagley et Greg Blair. Rangée du bas : Emily Tuck, Joy Bond, Corrie Ellison et Aaron Tuck. (Radio-Canada)

« La façon dont elle a été traitée à la suite de ce massacre, qui a commencé comme une agression contre elle, est honteuse », a déclaré jeudi l’avocate de Banfield, Jessica Zita. « Mais ce rapport est la première étape pour empêcher que cela ne se reproduise. »

Le rapport appelle à une réforme importante des réponses de la police, citant des échecs systémiques à répondre aux signalements de menaces, l’absence d’inculpation même lorsque des politiques d’inculpation obligatoires sont en place, l’absence de recherche de plaintes, d’accusations ou de condamnations antérieures et le fait de ne pas prendre la situation au sérieux.

« Le taux inacceptablement bas de signalement de la violence sexiste est le résultat de facteurs tels que les obstacles systémiques enracinés dans le système de justice pénale et le fonctionnement du racisme, des mythes et des stéréotypes sexistes… et le fait que ces systèmes ne fonctionnent pas de manière adéquate tenir compte de la réalité de la vie des femmes », indique le rapport.

Plus particulièrement, le rapport demande une modification du Code criminel pour reconnaître la « violence réactive » par les femmes qui sont soumises à un contrôle coercitif comme de la légitime défense.

La recommandation fait suite aux commentaires des défenseurs qui affirment que les politiques d’inculpation obligatoire ont échoué, soit en présentant un obstacle au signalement, soit en mettant davantage en péril les femmes qui font face à des accusations.

« Les politiques ont contribué de manière significative à la criminalisation des femmes victimes de violence conjugale parce que, lorsque les victimes exercent des représailles en guise de légitime défense, elles sont également inculpées », écrivent les commissaires.

Des pertes massives peuvent être évitées, selon la commission

Le rapport note que les pertes massives sont un phénomène sexospécifique commis presque universellement par les hommes et que le schéma d’escalade de la violence sexiste aux pertes massives est « bien documenté ». Bien que des événements spécifiques comme la fusillade de masse ne puissent pas être prédits, les auteurs affirment qu’ils peuvent être évités en créant un système capable de mieux reconnaître les signes avant-coureurs et les facteurs de risque.

« Bien qu’aucune personne ou institution n’ait pu prédire les actions spécifiques de l’auteur les 18 et 19 avril 2020, ses habitudes et l’escalade de la violence auraient pu et auraient dû être traitées », écrivent les commissaires. « Il était tout à fait prévisible qu’il continuerait à faire du mal aux gens jusqu’à ce qu’une intervention efficace interrompe ses schémas de comportement. »

Le rapport fournit de nombreux exemples de domaines nécessitant des réformes afin d’offrir une meilleure sécurité aux femmes victimes de violence sexiste, notamment l’accès à un logement sûr et abordable ; l’élimination des barrières sociales ou économiques pour les femmes quittant leur partenaire; et surtout, un financement stable et à long terme pour tous les services de prévention, d’intervention et de réponse à la violence sexiste.

« En termes simples : nos échecs collectifs et systémiques sont attribuables au fait que nous sous-finançons la sécurité des femmes », lit-on dans le rapport.

D’autres recommandations incluent :

  • Les gouvernements, les prestataires de services, les organisations communautaires et les autres acteurs impliqués dans le secteur de la défense et du soutien en matière de violence sexiste adoptent une approche systémique pour connaître et éliminer les obstacles auxquels se heurtent les femmes survivantes, en mettant l’accent sur les divers besoins des femmes marginalisées et sur la besoins d’autres femmes qui sont vulnérables en raison de leur statut ou de leur situation précaire.
  • La police et les procureurs doivent examiner attentivement le contexte de la violence entre partenaires intimes lorsque des accusations criminelles sont envisagées contre les survivants de telles violences ; et devrait engager des experts en la matière pour aider à s’assurer que la dynamique de la violence entre partenaires intimes est comprise ;
  • Les gouvernements provinciaux et territoriaux devraient mettre en place une formation obligatoire sur la violence fondée sur le sexe et l’intervention de témoins du primaire à la 12e année
  • Révoquer automatiquement les permis d’armes à feu des personnes reconnues coupables de violence familiale ou d’infractions liées à la haine, et suspendre les permis de toute personne accusée de telles infractions.

Si vous éprouvez de la détresse ou des émotions accablantes à tout moment, vous pouvez appeler la ligne de crise provinciale de la Nouvelle-Écosse 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 1-888-429-8167. Le service de crise provincial de la Nouvelle-Écosse peut également fournir des contacts pour d’autres services de crise qui sont disponibles si vous habitez à l’extérieur de la Nouvelle-Écosse.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez éprouvez des difficultés, vous pouvez appeler le 211 ou visiter 211.ca. Le 211 offre une aide 24 heures sur 24 dans plus de cent langues et pourra vous mettre directement en contact avec les services adaptés à vos besoins.

Jeunesse, J’écoute est une ligne d’assistance nationale qui offre un soutien confidentiel au 1-800-668-6868 ou Textez CONNECT au 686868.

Des soutiens supplémentaires pour tout le Canada sont disponibles sur www.wellnesstogether.ca.

Continue Reading

Canada

Les commissaires affirment que le rapport sur les tirs de masse en Nouvelle-Écosse peut être un «plan directeur» pour un pays plus sûr

Published

on

Par

Le rapport final sur la fusillade de masse en Nouvelle-Écosse d’avril 2020 peut être un « plan » pour un Canada plus sûr, disent les commissaires, et garantir que la vie de 22 personnes n’a pas été « prise en vain ».

Michael MacDonald, président de la Mass Casualty Commission, et ses collègues commissaires Leanne Fitch et Kim Stanton se sont adressés jeudi à une salle de bal bondée de l’hôtel Truro lors de la publication de leur rapport de 3 000 pages contenant 130 recommandations.

« Nous n’hésitons pas à déclarer des vérités dures et à rendre des comptes. Nous les identifions précisément afin de pouvoir en tirer des leçons et faire mieux », a déclaré MacDonald.

« De futurs actes de violence sont évitables si nous avons la volonté de faire ce qui est nécessaire. »

L’événement a commencé par un montage de photos des 22 personnes décédées dans la tragédie, suivi d’une minute de silence.

MacDonald a commencé ses remarques en remerciant les familles des personnes tuées dans le saccage des 19 avril et 2020 pour leur « courage et engagement inébranlables ». Les victimes, dont une femme enceinte, ont été tuées par un homme armé se faisant passer pour un agent de la GRC qui a traversé le nord et le centre de la province pendant 13 heures.

« Il s’agit d’un plan qui peut faire du Canada un chef de file mondial en matière de sécurité communautaire », a déclaré MacDonald.

« Une fois mis en œuvre, il établira que ces merveilleuses et chères vies qui ont été prises les 18 et 19 avril n’auraient pas été prises en vain. Ces vies ne peuvent pas avoir été prises en vain – cela ne peut pas arriver. »

Le rapport expose les conclusions sur comment et pourquoi les choses se sont passées comme elles l’ont fait au cours de ces deux jours, et présente des recommandations pour la police, les gouvernements et les particuliers.

Vingt-deux personnes sont décédées les 18 et 19 avril 2020. Rangée du haut à partir de la gauche : Gina Goulet, Dawn Gulenchyn, Jolene Oliver, Frank Gulenchyn, Sean McLeod, Alanna Jenkins. Deuxième rangée : John Zahl, Lisa McCully, Joey Webber, Heidi Stevenson, Heather O’Brien et Jamie Blair. Troisième rangée à partir du haut : Kristen Beaton, Lillian Campbell, Joanne Thomas, Peter Bond, Tom Bagley et Greg Blair. Rangée du bas : Emily Tuck, Joy Bond, Corrie Ellison et Aaron Tuck. (Radio-Canada)

Ces recommandations comprennent des appels à des changements majeurs dans la surveillance, les processus et la culture de la GRC ; un processus pour repenser la structure des services de police en Nouvelle-Écosse; un examen national des alertes publiques; une plus grande concentration sur la lutte contre la violence conjugale; et un modèle de collaboration beaucoup plus étendu pour assurer la sécurité de la communauté.

Atteindre ces objectifs « réduira considérablement la menace et l’impact de la violence, y compris la violence de masse », a déclaré Fitch.

Les commissaires ont également remercié les principaux politiciens, dont le premier ministre Justin Trudeau, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse Tim Houston et le ministre fédéral de la Sécurité publique Marco Mendocino, pour avoir assisté en personne à la publication du rapport.

« Il est si important que vous soyez ici. Nos recommandations appellent à un changement transformateur, elles appellent à la collaboration, elles appellent au leadership », a déclaré MacDonald.

« Ils vous demandent de défendre ces recommandations afin que nos communautés en Nouvelle-Écosse et au Canada soient plus sûres. »

Les familles et les avocats des victimes devraient également s’adresser aux médias jeudi.


Si vous éprouvez de la détresse ou des émotions accablantes à tout moment, vous pouvez appeler la ligne de crise provinciale de la Nouvelle-Écosse 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au 1-888-429-8167. Le service de crise provincial de la Nouvelle-Écosse peut également fournir des contacts pour d’autres services de crise qui sont disponibles si vous habitez à l’extérieur de la Nouvelle-Écosse.

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez éprouvez des difficultés, vous pouvez appeler le 211 ou visiter 211.ca. Le 211 offre une aide 24 heures sur 24 dans plus de cent langues et pourra vous mettre directement en contact avec les services adaptés à vos besoins.

Jeunesse, J’écoute est une ligne d’assistance nationale qui offre un soutien confidentiel au 1-800-668-6868 ou Textez CONNECT au 686868.

Des soutiens supplémentaires pour tout le Canada sont disponibles sur www.wellnesstogether.ca.

Continue Reading

Canada

N.S. mass shooting report condemns systemic RCMP failures, calls for dramatic reforms

Published

on

Par

Nearly three years after 22 people were killed across Nova Scotia, an inquiry into the mass shooting has delivered a scathing report denouncing the RCMP for failing to warn community members of the danger they were in, depriving them of potentially life-saving information. 

The commissioners also turned their eye to how an « epidemic » of domestic violence played a role in the rampage.

After listening to seven months of witness testimony and reviewing thousands of pages of documents,  the Mass Casualty Commission released its final, sprawling report Thursday with 130 recommendations across more than 3,000 pages.

The report took aim at the RCMP’s response to the crisis, on almost every level. It called out a lack of preparation, a lack of communication and a lack of leadership — issues so pertinent and prevalent the commissioners are calling for a rethink of how the entire force operates. 

« More than two years after the event, RCMP leadership had done very little to systematically evaluate its critical incident response to the deadliest mass shooting in Canada’s history, » noted the commissioners in the report.

« In our process, it was apparent that the organizational structure of the RCMP both contributes to these failings and makes it challenging to hold the organization accountable for its work. »

The RCMP was woefully unprepared to handle the events of April 18 and 19, 2020, according to the report, despite previous recommendations out of past tragedies.

The responding detachment in Bible Hill, N.S., didn’t have an emergency operational plan, despite national guidelines following the Parliament Hill shooting in 2014. The plans are meant to prepare the force ahead of an incident so that if a crisis arises, questions such as roles and responsibilities and access to resources are already understood 

Mounties on the ground also weren’t aware of plans that were supposed to be in place.

For example, following the shooting in Moncton, N.B, that killed three Mounties in 2014, recommendations were made to establish an emergency operational plan that identified major transport routes and critical locations to stop or contain an active threat from moving across the province.

What a public inquiry revealed about the Nova Scotia mass shooting

A look at what unfolded behind the scenes on the day of and days following the 2020 tragedy in Portapique, N.S., where a lone gunman masqueraded as a police officer and killed 22 people, including a pregnant woman, in five rural communities over a period of 13 hours. CBC Halifax’s Angela MacIvor reports.

« However, those in command of the critical incident response of April 18 and 19, 2020, were unaware of the existence of this plan, and it was not used during the mass casualty, » said Thursday’s report. 

It also said information gleaned by 911 call-takers in the RCMP Operational Communications Centre was incomplete and not always passed along. 

The lack of preparedness caused chaos and confusion on the ground with the responding officers unclear of the command structure.

The report also criticized how the RCMP failed to grasp that the gunman was driving an authentic-looking replica police car, despite being told by multiple witnesses. 

RCMP failed to warn community of danger: report 

Some of the harshest condemnation issued by commissioners was saved for the RCMP’s decision to withhold information from the public. That included that the gunman had left Portapique — the rural area where his rampage began — and that he was disguised as a police officer and was driving across the province in that replica vehicle.

« We found that the RCMP failed to effectively warn community members of the danger they faced during the April 2020 mass casualty, » wrote the commissioners.

« The RCMP’s failure … deprived community members of the opportunity to evaluate risks to their safety and to take measures to better protect themselves. »

Some victims’ families, especially those who were killed on the morning of April 19, have been vocal that they believe if the RCMP had broadcast public warnings loved ones would still be alive. 

The report said it accepts the submissions from the families of Kristen Beaton and Heather O’Brien that had they « received information that the perpetrator had left Portapique and was disguised as a police officer – complete with replica RCMP cruiser — in a more timely way, they could have chosen to stay home. » 

« We also accept the submission from counsel for the Goulet family that, had [Gina] Goulet received this information in a more timely way, she could have sought safety in the company of family or neighbours, » reads the report. 

The force also used Twitter instead of an emergency alert to communicate with the public during their hunt for the gunman instead of  broadcasting a warning using the Canadian emergency alerting system.

A screenshot of Twitter shows the tweet sent out only referring to a 'firearms complaint.'
Cpl. Lisa Croteau sent this tweet on April 18, 2020. It was the RCMP’s first public mention of a situation in Portapique, N.S. It was the only communication sent out publicly until the morning of April 19. (Twitter)

There was immediate pushback after the shootings from people who pointed out the challenges of internet access in rural parts of the province and that the vast majority of residents would not have used Twitter — views reflected by the commissioners in their report.

They wrote that the first tweet sent at 11:32 p.m., which simply referred to a « firearms complaint, » underplayed the seriousness of the threat to the public. 

« The RCMP conveyed accurate info to the public in a timely manner in Moncton in 2014, the same cannot be said of the RCMP’s use of social media in Nova Scotia in 2020, » said the report.

A marked cruiser with red, yellow and blue decals, front push-bar and lights is parked in a gravel driveway pointed toward the camera.
The gunman’s replica RCMP cruiser that was used in the Nova Scotia mass shooting was created with a decommissioned 2017 Ford Taurus. (Mass Casualty Commission)

« This situation, like the overall lack of preparedness for incorporating public communications into a complex critical incident response, is symptomatic of an institutional culture that undervalues community relationships and public communications. »

Despite repeated concerns from RCMP members during the inquiry that sharing information quickly and widely during an incident could incite panic and put their officers in danger, the report said those points are « myths. »

« These myths persist despite abundant evidence to the contrary. These myths have no legitimate place in police decision-making about whether to issue a public warning about an active threat to community safety, » the report said.

Report calls for a review of RCMP model 

After reviewing the events of the tragedy, the commissioners came to the conclusion that the RCMP is in need of a fundamental change.

« We conclude that despite efforts to reform the RCMP and its organizational culture, problems identified by past commissions and reports persist within the institution, » said the report.

« Past inquiries have concluded that these problems create a toxic workplace culture within the RCMP. We find that they also impede the RCMP’s operational effectiveness. » 

Out of 130 recommendations in the report, more than half are aimed at the RCMP and policing culture.

A collage of 22 people shows the faces of the people who died in four rows
Twenty-two people died on April 18 and 19, 2020. Top row from left: Gina Goulet, Dawn Gulenchyn, Jolene Oliver, Frank Gulenchyn, Sean McLeod, Alanna Jenkins. Second row: John Zahl, Lisa McCully, Joey Webber, Heidi Stevenson, Heather O’Brien and Jamie Blair. Third row from top: Kristen Beaton, Lillian Campbell, Joanne Thomas, Peter Bond, Tom Bagley and Greg Blair. Bottom row: Emily Tuck, Joy Bond, Corrie Ellison and Aaron Tuck. (CBC)

One of the defining recommendations calls for the federal public safety minister to commission an « in-depth, external, and independent review of the RCMP » and to « specifically examine the RCMP’s approach to contract policing and work with contract partners. » 

The report also recommends that:

  • The RCMP adopt a policy of admitting its mistakes, accepting responsibility for them, and ensuring that accountability mechanisms are in place for addressing its errors. 
  • The demonstrated capacity to accept responsibility for one’s errors should be a criterion for any promotion within the RCMP. 
  • The RCMP phase out the Depot model of RCMP training by 2032 and Public Safety Canada work with provinces and territories to establish a three-year degree-based model of police education for all police services in Canada

A number of the recommendations also touch on how the RCMP in Nova Scotia responded, including implementing emergency plans, sharing the best available information of a threat to the public as soon as possible and establishing clear protocols for unified command posts.

Others policing recommendations include that:

  • The RCMP’s national communications policies should be revised to state clearly that the objective of the RCMP’s public communications is to provide accurate information about the RCMP’s operations, and in particular to respond to media questions in a timely and complete manner
  • The RCMP and Nova Scotia Emergency Management Office should review call-taker recruitment and training to ensure that 911 call-takers are trained to capture all information shared by a community member as fully and accurately as possible, and to listen for background noises or information that may also be important for first responders
  • Within 90 days of a mass casualty incident occurring, the RCMP should initiate an after-action review to be conducted by an arm’s-length reviewer
  • The Province of Nova Scotia should ensure that specialized policing services are adequate, effective, and efficiently organized to meet the demand throughout Nova Scotia, whether by contract with RCMP or by other means.
  • The RCMP should work with the RCMP Veterans Association to ask retired members to return items in their personal possession, including badges that have not been encased in plastic and uniforms

Funds needed to address intimate-partner violence

The commission wrote that while no one could have predicted the gunman’s specific actions to take the lives of 22 people, his « pattern and escalation of violence could and should have been addressed. »

They said many red flags about his violent and illegal behaviour toward his long-time partner Lisa Banfield, his family members and denturist patients were known by a range of people, and had been brought to authorities over a number of years.

A main finding was that this pattern was facilitated by the power and privilege he experienced as a wealthy white man with professional status.

« Gender-based, intimate partner, and family violence is an epidemic. Like the COVID-19 pandemic, it is a public health emergency that warrants a meaningful, whole of society response, » the report said.

The rampage began on April 18 with the gunman attacking Banfield and throwing her into his replica police car, but she was able to escape and hide in the woods overnight.

A white woman with dark blonde hair pulled back half-way wears a pink blazer and white shirt. She sits in front of a blue background
Lisa Banfield, the common-law wife of Gabriel Wortman, testifies at the Mass Casualty Commission inquiry into the mass murders in rural Nova Scotia on April 18-19, 2020, in Halifax in July 2022. Wortman, dressed as an RCMP officer and driving a replica police cruiser, murdered 22 people. (The Canadian Press/Andrew Vaughan)

« As commissioners, we believe this lesson to be the single most important one to be learned from this mass casualty. Let us not look away again. »

Recommendations to address gender-based violence include « epidemic-level » federal, provincial and territorial funding « commensurate with the scale of the problem. » 

The report recommends that funding should include stable core funding for services that have supported women and survivors of violence, or intervened with perpetrators — and not be discontinued until those services are no longer required.

Better response, aftermath support needed

The report supports testimony from the victims’ families: that the services offered by the RCMP and Nova Scotia Victim Services were not enough. Developing a « community-centred approach » to critical incidents should be the focus moving forward — rather than a complete emphasis on police.

Recommendations around this include having the federal government start a National Resource Hub for Mass Casualty Responses by September 2023 which would be a « centre of expertise » for victims and their families and have the RCMP update its policies on family liaison officers and next of kin notifications.

Families have regularly spoken about how the one officer assigned to handle the loved ones of 21 victims was overwhelmed and unable to properly help or share information equally. The family of the one RCMP officer who was killed, Const. Heidi Stevenson, had their own liaison officer.

« There are systemic inadequacies in the provision of police based victim services on an everyday basis, and … these were reflected in the RCMP response to the April 2020 mass casualty, » the report said.

Other recommendations include that the critical incident command group should include a member dedicated solely to victim management. The victim crisis response should include a dedicated telephone line for individuals seeking information about family or friends, a website, and the time standard for mobilizing the victim-management plan should be 90 minutes from the time a critical incident response is activated, and that plan should be a component of annual exercises.

Gun control, Alert Ready changes

The report also discusses the need for changes around firearm possession and the cross-border smuggling of guns and ammunition into Canada.

The commissioners wrote that the issue is influenced by the United States discourse centred on a right to bear arms « which does not exist in our constitutional and legal structure. »

The commission recommends the Criminal Code be changed to prohibit all semi-automatic handguns, semi-automatic rifles, and shotguns that discharge centre-fire ammunition or can accept detachable magazines with capacities of more than five rounds; and ban the use of a magazine with more than five rounds.

An arrangement of firearms including rifles and pistols are laid out on a beige background
After police shot and killed the gunman at a gas station in Enfield, N.S., they found five firearms in his possession, three handguns and two rifles. He obtained three of them in Houlton, Maine. (Mass Casualty Commission)

The report also sided with critics of the national public emergency alert system, Alert Ready. 

The commissioners wrote that responsibility for alerting the public must be shifted away from a private provider. Currently, the Ontario-based company Pelmorex owns Canada’s Alert Ready software system and operates it on behalf of the federal government.

« There is a pressing need to redesign and enhance the governance structure for the national public alerting system, including through strengthening associated accountability mechanisms, » the report said.

The commissioners recommend that federal, provincial, and territorial governments should undertake a fundamental review of public alerting, led by Public Safety Canada, to determine « whether and how » the Alert Ready system can be reformed to meet the legal responsibility to warn people of emergencies that threaten life, livelihoods, health and property.

The inquiry was mandated jointly by the province and by Ottawa and is expected to cost around $47 million in funding from the two levels of government.

The commissioners end their report with a plea to police, government and Canadians to heed their recommendations, dedicating 82 pages on how to implement their findings and a tracking system for accountability. 

« The scale of the mass casualty created an opportunity for fundamental change, » they wrote.

« We recognize that the extensive agenda is daunting. But we emphasize that inaction is also a form of action and that spectatorship is an inadequate response. » 


If you are experiencing distress or overwhelming emotions at any time, you can call the Nova Scotia Provincial Crisis Line 24/7 at 1-888-429-8167. The Nova Scotia Provincial Crisis Service can also provide contacts for other crisis services that are available if you live outside Nova Scotia. 

If you or someone you know is struggling in any way, you can call 211 or visit 211.ca. 211 offers help 24 hours a day in more than one hundred languages and will be able to connect you directly to the right services for your needs. 

The Kids Help Phone is a national helpline that provides confidential support at 1-800-668-6868 or Text CONNECT to 686868. 

Additional supports for across Canada are available at www.wellnesstogether.ca. 

Continue Reading

Tandance