Connect with us

Football

Carnet de notes de la Coupe du monde: Davies semble OK, Hutchinson revient, les tensions hors terrain augmentent

Published

on

Ceci est un extrait de The Buzzer, qui est le bulletin électronique quotidien de CBC Sports. Restez au courant de ce qui se passe dans le sport en vous abonnant ici.

Dans exactement deux semaines à partir d’aujourd’hui, le Canada disputera son premier match de Coupe du monde masculin en 36 ans lorsqu’il affrontera la Belgique, deuxième au classement, au Qatar. Alors que l’anticipation de l’événement sportif le plus populaire au monde grandit, il y a eu un tas de nouvelles liées à la Coupe du monde ces derniers jours, dont certaines impliquant l’équipe canadienne. Voici ce que vous devez savoir :

Il semble qu’Alphonso Davies devrait être d’accord pour le premier match du Canada.

Vous pouviez presque entendre un halètement collectif à travers le pays samedi lorsque le meilleur joueur du Canada a quitté un match du Bayern Munich en serrant son ischio-jambier droit. Mais le club a déclaré le lendemain que la blessure, qu’il a qualifiée de « foulure », n’était pas aussi grave que certains le craignaient et que la participation de Davies à la Coupe du monde « n’est pas menacée ». Le Bayern a également déclaré que Davies ne participerait pas à ses deux matches restants avant la Coupe du monde. Lundi, l’entraîneur-chef du Bayern a ajouté qu’il ne pensait pas que Davies serait en mesure de jouer le dernier match amical du Canada avant la Coupe du monde, le 17 novembre contre le Japon, mais « il pourrait être en forme pour [Canada’s] premier match de Coupe du monde » six jours plus tard.

Le Canada a perdu deux joueurs sur blessure au cours de la dernière semaine, mais espère récupérer deux gars importants.

Mercredi dernier, l’entraîneur John Herdman a annoncé que le défenseur Scott Kennedy ne pourra pas jouer au Qatar en raison d’une blessure à l’épaule subie alors qu’il évoluait en deuxième division allemande. Samedi, le Canada a perdu le gardien suppléant Maxime Crepeau à cause d’une horrible fracture à la jambe dans le temps supplémentaire de la finale de la Coupe MLS. Malgré le bilan émotionnel, ces pertes ne sont pas dévastatrices pour le Canada. Mais ils pourraient mettre une pression supplémentaire sur une liste qui était déjà profondément désavantagée par rapport à la plupart des meilleures équipes de la Coupe du monde.

Sur une note plus positive, Jonathan Osorio semble prêt à revenir à l’action après que le syndrome post-commotion cérébrale ait limité l’important milieu de terrain à une seule (brève) apparition pour le Toronto FC au cours des deux derniers mois de la saison MLS. Et d’autres bonnes nouvelles sont arrivées aujourd’hui lorsque le capitaine canadien de 39 ans, Atiba Hutchinson, a fait sa première apparition de la saison pour son club en Turquie. Hutchinson, qui avait été mis à l’écart avec une contusion osseuse, a commencé et a joué 70 minutes, ce qui augure bien pour ses chances de jouer en Coupe du monde. La formation finale de 26 joueurs du Canada pour la Coupe du monde sera annoncée dimanche.

L’équipe canadienne (en quelque sorte) est de retour en action cette semaine.

Les clubs ne sont pas tenus de libérer qui que ce soit pour la Coupe du monde avant lundi prochain, donc la plupart des meilleurs joueurs du Canada ne se joindront pas à l’équipe d’ici là. Cela comprend Davies blessé, l’attaquant vedette de Lille Jonathan David (troisième du classement des buteurs de la ligue française derrière les superstars Neymar et Kylian Mbappé), le milieu de terrain vital Stephen Eustáquio (FC Porto), le gardien partant Milan Borjan (étoile rouge de Belgrade) et l’attaquant Cyle Larin et l’ailier Tajon. Buchanan du Club belge de Bruges.

Entre-temps, les Canadiens des ligues hors saison (comme la MLS) participent à un camp d’entraînement à Bahreïn, où ils joueront un match amical contre le pays hôte vendredi à 10 h 30 HE (pas jeudi, car j’ai commis une erreur écrit dans le bulletin d’hier). L’équipe complète jouera son dernier match d’échauffement dans une semaine à partir de demain contre le Japon à Dubaï avant d’affronter la Belgique lors de son match d’ouverture de la Coupe du monde six jours plus tard. Pour en savoir plus sur les joueurs du Canada alors qu’ils se préparent pour la Coupe du monde, regardez le dernier segment « Suivre le rythme des Canadiens » de la nouvelle chaîne de CBC Sports Football Nord spectacle animé par Andi Petrillo.

Les choses se réchauffent aussi en dehors du terrain.

Avec le coup d’envoi au Qatar dans seulement 11 jours, les inquiétudes concernant le traitement réservé par le pays hôte culturellement conservateur et riche en gaz à la fois aux personnes LGBTQ et aux travailleurs migrants à bas salaire qui ont construit une infrastructure de Coupe du monde à partir de rien ont été ravivées.

La semaine dernière, la FIFA a envoyé une lettre aux 32 équipes participantes les exhortant à « laisser le football occuper le devant de la scène » et à éviter que le sport ne soit « entrainé dans toutes les batailles idéologiques ou politiques qui existent ». Cela est venu après que huit équipes européennes – dont les puissances traditionnelles Angleterre, Allemagne et France – ont déclaré que leurs capitaines porteraient des brassards avec un motif de cœur arc-en-ciel (en violation des règles de la FIFA) dans le cadre d’une campagne anti-discrimination. En outre, l’équipe australienne a publié une vidéo dénonçant le bilan du Qatar en matière de droits de l’homme sur les relations homosexuelles et les travailleurs migrants, tandis que le Danemark a présenté un maillot noir en signe de « deuil » pour les travailleurs décédés au Qatar. Canada Soccer a publié une déclaration disant que le Qatar a fait des « progrès » dans le « renforcement des protections pour les travailleurs » et que « l’héritage de ce tournoi devrait être d’inspirer et d’encourager de nouvelles améliorations ».

Plus de carburant pour la controverse sur les droits LGBTQ est venu hier lorsqu’un ancien joueur de l’équipe nationale qatarie travaillant comme ambassadeur pour cette Coupe du monde a décrit l’homosexualité comme un « dommage dans l’esprit » et a déclaré que les visiteurs gays « devront accepter nos règles », qui incluent l’interdiction de l’homosexualité et des manifestations publiques d’affection. De plus, l’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, a déclaré que l’attribution de la Coupe du monde au Qatar était « un mauvais choix ».

Pendant ce temps, les appels pour que l’Iran soit retiré du tournoi proviennent à la fois de l’intérieur et de l’extérieur de ce pays. Certains veulent que l’Iran soit interdit pour son traitement des femmes, tandis que les responsables ukrainiens ont demandé à la FIFA de renvoyer l’Iran pour violation des droits de l’homme et fourniture d’armes à l’armée russe. Ici au Canada, un nouveau reportage de CBC News a mis en lumière la prise de décision erronée qui a conduit Canada Soccer à programmer un match amical contre l’Iran malgré les inquiétudes suscitées par la réaction des familles des Canadiens tués lorsque le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran a abattu un avion de passagers en 2020. Lisez cette histoire ici.

Football

Les jeunes joueuses de soccer de London ravies pour la ligue professionnelle féminine du Canada

Published

on

Par

Cindy Lee, 15 ans, a joué au soccer pendant la majeure partie de sa vie en tant que milieu de terrain défensif pour le club des Whitecaps de Londres et espère un jour représenter l’équipe du Canada à une future Coupe du monde féminine.

Et ce rêve s’est rapproché d’elle lorsqu’elle a appris qu’une ligue professionnelle nationale était en cours pour 2025. Lee pense que cela ouvrira de nombreuses portes aux athlètes féminines comme elle qui cherchent à faire carrière dans le sport.

« Il est temps pour la diversité et plus d’opportunités d’emploi », a-t-elle déclaré. « Il y a tellement de talents dans ce pays et cela débloquera beaucoup de nouveaux talents et renforcera également les plus anciens. »

Lundi, les stars du football Christine Sinclair et Diana Matheson ont partagé leurs plans avec CBC Le National de lancer une ligue nationale, avec huit équipes à travers le Canada. Deux d’entre eux seront le Vancouver Whitecaps FC et le Calgary Foothills Soccer Club.

Pour Lee, le sport l’a aidée à établir des liens durables avec ses coéquipiers, mais aussi à développer des compétences dans tous les autres domaines de la vie, a-t-elle déclaré.

« Nous pouvons tous nous rassembler et travailler vers un objectif commun. Même si vous jouez dans des équipes opposées, vous pratiquez tous un sport pour le plaisir, en essayant de participer à une compétition amicale », a-t-elle ajouté.

Cindy Lee espère également voir un jour ses coéquipières actuelles des Whitecaps dans la ligue professionnelle. (Isha Bhargava/Nouvelles de CBC)

Portia Metcalfe, 15 ans, pense que c’est une période passionnante pour les femmes dans toutes sortes de sports. Elle essaiera certainement de se qualifier pour la ligue, a-t-elle déclaré.

« Il est important de montrer le développement des joueurs et de voir différents talents, et avoir une nouvelle équipe est plutôt cool », a-t-elle déclaré. « Le football est un sport intéressant et c’est très motivant de se lever et de jouer. »

Une chance de développer des acteurs locaux

L’entraîneur de Lee et Metcalfe, Robyn Brady, voit la nouvelle ligue comme une opportunité pour les jeunes joueurs locaux de développer leur talent et de continuer à pratiquer le sport jusqu’à l’âge adulte.

« En ce moment, si les filles veulent jouer après l’université ou à un niveau professionnel, elles doivent le faire en dehors de ce pays, car il n’y a pas beaucoup d’opportunités pour les joueuses de le faire ici », a-t-elle déclaré.

De nombreux athlètes de Brady sont dans la force de l’âge pour se qualifier pour la ligue, car nombre d’entre eux iront à l’université dans les années à venir. Avoir la possibilité de rejoindre une ligue à leur disposition est une excellente nouvelle, a-t-elle déclaré.

L’entraîneure Robyn Brady croit que la ligue est une excellente occasion de développer à la fois les joueurs locaux et les entraîneurs. (Isha Bhargava/Nouvelles de CBC)

Brady trouve que cela limite la façon dont elle et d’autres entraîneurs peuvent développer de jeunes joueurs car le bassin d’athlètes de football locaux est beaucoup plus faible. Mais cette limitation s’applique également aux entraîneurs.

« L’important pour la ligue n’est pas seulement de donner des opportunités aux joueurs, mais aussi aux entraîneurs de notre pays et de développer également l’entraînement, ce qui ne fera qu’améliorer notre programme pour les jeunes », a déclaré Brady.

Lee est convaincue que l’équipe féminine a de fortes chances de se qualifier pour une Coupe du monde un jour prochain avec toute la recherche de talents qui se déroule à travers le pays, mais sait que ce sera compétitif.

« Je vais juste faire de mon mieux et m’amuser au football en ce moment, mais j’espère voir beaucoup de mes coéquipiers aussi progresser là-haut », a-t-elle déclaré.

Continue Reading

Football

Un téléphone perdu retrouve un nouvel ami dans le parc Al Bidda de Doha

Published

on

Par

Chris Jones est au Qatar pour couvrir la Coupe du monde masculine pour CBC Sports.

Je me suis finalement accroché à un match de football de ramassage à Doha.

Nous avons joué jeudi matin au parc Al Bidda, un complexe tentaculaire qui comprend un terrain en gazon clôturé. Notre coup d’envoi à 10 heures était destiné à éviter la pire chaleur de la journée, mais nous étions toujours les seules personnes dans tout ce parc. Un petit homme gentil vêtu d’une veste de sécurité bleue nous a ouvert la porte et s’est installé pour regarder.

Mon jeu était avec un groupe de journalistes. Nous avons joué au football bien, amusant et en sueur. Julien Laurens, un écrivain français à ESPN, était particulièrement pratique, et à un moment donné, il a frappé une volée qui a établi une connexion incroyablement pure avec mes deux testicules, comme Mike Tyson conduisant dans un speedbag. C’était vraiment un coup de fou cataclysmique.

Qu’il s’agisse d’une douleur tonitruante à l’aine ou d’un coup de chaleur naissant, j’ai fait quelque chose après la fin que je ne ferais pas normalement : j’ai rangé mes affaires trempées et j’ai supposé que mon téléphone était dans un sac à dos. J’étais si fatigué. Je le pêcherais plus tard.

J’ai réalisé que je n’avais pas mon téléphone après être retourné à mon appartement, prendre une douche et prendre un bus pour le centre des médias de la Coupe du monde. Plus précisément, j’ai réalisé que je n’avais pas mon téléphone lorsque je suis allé entendre Louis van Gaal, l’entraîneur-chef des Pays-Bas, tenir le terrain. La FIFA a une application qui fournit une traduction immédiate. J’ai commencé à fouiller dans mon sac à dos.

J’ai dézippé poche après poche. Mon téléphone n’était pas dans mon sac à dos.

Un homme fait du jogging au parc Al Bidda, à Doha. (Kamran Jebreili/Associated Press)

Je me suis assis là à écouter van Gaal parler néerlandais pendant 30 minutes, essayant de comprendre ce que j’avais fait avec mon téléphone. (Les gens ont ri plusieurs fois à ce que van Gaal a dit. Je n’ai aucune idée de ce qu’il a dit.)

Mon téléphone a dû tomber de mon sac à dos quand je suis rentré prendre une douche, après le match.

J’ai pris un bus pour rentrer chez moi. J’ai cherché partout. Mon téléphone n’était pas là non plus.

Où était mon téléphone ? Est-ce que je l’ai laissé dans l’Uber que j’avais paresseusement emmené au jeu de ramassage ? Non, j’avais pris une photo de Doha avec mon téléphone depuis le gazon. Et puis je le mettrais dans mon sac à dos, non ?

Ou est-ce que je l’ai laissé sur le banc ?

Oh non.

Maintenant, dans le grand schéma des choses, un téléphone perdu n’est pas la fin du monde. Pendant mon séjour au Qatar, on me rappelle chaque minute de chaque jour à quel point j’ai de la chance. Je ne suis pas à des millions de kilomètres de chez moi, risquant ma vie dans la chaleur et le sable, gagnant quelques dollars par jour.

Un téléphone perdu n’est toujours pas idéal. Je ne serais pas en mesure d’appeler ou d’envoyer des SMS à ma famille ou à mon travail. Je ne comprendrais pas une autre conférence de presse en dehors de celle de l’Angleterre. Uber, Google Maps, Twitter — pas Twitter ! – ne seraient pas disponibles pour moi, et je me suis beaucoup appuyé sur eux ici.

Un héros en veste bleue

Comme je ne pouvais pas appeler un Uber, j’ai commencé à courir de mon appartement au parc. Peut-être que personne n’avait joué au football depuis que nous l’avions fait, me dis-je entre deux halètements. Peut-être que mon téléphone était toujours posé sur le banc.

Au moment où je suis arrivé, ma poitrine se soulevait et il faisait nuit. Une bande d’adolescents jouait là où nous avions joué, plus raisonnablement, sous des lumières. J’ai demandé à travers la clôture s’ils avaient vu mon téléphone. Ils secouèrent la tête. J’ai demandé à un Indien qui balayait à proximité si le parc avait un objet trouvé. Il ne comprenait pas ce que je voulais dire.

Puis un homme vêtu d’une veste de sécurité bleue est venu vers moi – le même petit homme gentil qui avait déverrouillé la porte pour nous près de huit heures plus tôt et nous avait regardés jouer au football. Il avait un grand sourire sur son visage et lui tendit la main.

« Salut, » dit-il. « Je pense que vous cherchez votre téléphone. »

« Oui! » J’ai dit. « Oui! Je cherche mon téléphone. »

« Je l’ai trouvé ce matin, » dit-il. Il avait trouvé mon téléphone sur le banc, après notre départ. Il a dit qu’il s’était promené avec ça dans sa poche pendant des heures, en supposant que je reviendrais le chercher. Quand je ne l’ai pas fait, il l’a apporté au bureau du parc. Mon téléphone était là.

Je l’ai remercié mille fois et lui ai demandé son nom.

« Je m’appelle Victor », a-t-il déclaré.

Certains des nombreux membres du personnel travaillant au fan festival au parc Al Bidda. (Claudio Villa/Getty Images)

Victor fait partie des millions de travailleurs migrants au Qatar et se compte parmi les plus chanceux. Il n’a pas à nettoyer les toilettes ni à pelleter la poussière. Son travail consiste à s’occuper du parc. Mon téléphone coûterait encore plusieurs mois de salaire à Victor. Il avait gardé mon téléphone en sécurité et l’avait ensuite apporté au bureau du parc.

« Puis-je vous donner de l’argent ? » J’ai dit.

« Je ne m’attends pas à ça », a déclaré Victor.

« Je voudrais vous donner de l’argent, » dis-je.

Victor était très clairement déchiré à l’idée d’accepter de l’argent. Je m’en foutais. J’étais tellement reconnaissant. C’est une longue histoire, mais tout ce que j’avais dans mon portefeuille était un billet de 100 dollars américains que je garde quand je voyage au cas où. Je le lui ai remis.

« Non, non, non, » dit Victor.

« J’ai besoin que tu prennes ça, » dis-je.

Victor secoua la tête.

« Ça va, Victor, » dis-je. « Je suis un homme très chanceux. Et tu es un homme très bon. »

Victor s’est mis à pleurer. J’ai commencé à pleurer. Victor et moi nous sommes à nouveau étreints et serrés la main sous les lumières, puis j’ai couru au bureau du parc. Il a fermé en huit minutes.

Là, un autre homme, le responsable, avait mon téléphone. Je lui ai demandé d’où venait Victor.

« Victor est kenyan », a déclaré le responsable.

« J’adore Victor du Kenya », lui ai-je dit.

J’ai regardé mon téléphone. Il y avait des messages de mes parents, mes amis et mes enfants. J’ai commencé à répondre et j’ai recommencé à pleurer.

Je suis un homme très chanceux et j’aime tellement Victor du Kenya à Doha.

Continue Reading

Football

L’international canadien Koné « reconnaissant » le CF Montréal pour lui avoir donné son départ

Published

on

Par

En mars 2021, Ismaël Koné, 19 ans, a été invité au camp d’entraînement de l’équipe première de CF Montréal.

Un an et demi plus tard, le profil de l’international canadien est monté en flèche, gagnant une convocation dans la première équipe canadienne de Coupe du monde depuis 1986 et un transfert au club anglais du Watford FC.

Alors qu’une nouvelle aventure attend Koné en Europe, il dit qu’il se souviendra toujours avec émotion de son entrée dans les rangs professionnels avec l’équipe de sa ville natale.

« J’ai toujours voulu jouer en Europe. Les plus grands championnats, la Ligue des champions Europa League, c’est comme ça que j’y arrive », a déclaré Koné lors d’une vidéoconférence jeudi. « Les coéquipiers, le groupe et l’entraîneur que j’avais [in Montreal] tout a tellement aidé. Tout le monde autour était en mission et nous savions quoi faire. Je suis reconnaissant envers cette équipe et je le dirai jusqu’à la fin de ma carrière. »

Né en Côte d’Ivoire, Koné avait sept ans lorsqu’il est arrivé au Canada. Il a fait ses débuts au CF Montréal le 23 février, marquant lors d’une victoire 3-0 en Ligue des champions de la CONCACAF contre l’équipe mexicaine Santos Laguna. Il s’est amélioré à un rythme étonnant au cours de la saison suivante de la Major League Soccer.

Il a vu l’action dans chacun des trois matchs du Canada à la Coupe du monde, sortant du banc contre la Belgique, la Croatie et le Maroc. Il a remporté neuf sélections en tout.

REGARDER | Le Canada quitte la Coupe du monde :

Le Canada quitte la Coupe du monde après une 3e défaite et se tourne vers 2026

La course d’Équipe Canada à la Coupe du monde a pris fin après une défaite de 2-1 contre le Maroc. Malgré le record de défaites consécutives, l’avenir s’annonce prometteur pour l’équipe alors que le Canada se prépare à accueillir la Coupe du monde en 2026.

« Il nous a encore surpris par la rapidité avec laquelle il s’est amélioré »

Entre ses performances scintillantes et sa première convocation internationale à un si jeune âge, il semblait que les jours de Koné à Montréal étaient comptés.

« Sa progression a été incroyablement rapide », a déclaré le président du CF Montréal, Gabriel Gervais. « Bien sûr, nous avons vu son potentiel, mais il nous a quand même étonnés par la rapidité avec laquelle il s’est amélioré. »

Il y avait un intérêt d’un autre espoir de Premier League à Sheffield United plus tôt cet été, mais le mouvement a finalement échoué en raison de la fermeture de la fenêtre de transfert et de Koné voulant terminer la saison avec Montréal.

Watford, qui est actuellement quatrième du championnat de deuxième division d’Angleterre, a fini par être le club qui a gagné ses services.

« Ils avaient une offre depuis un certain temps maintenant, mais terminer la saison avec Montréal et la Coupe du monde étaient mon principal objectif », a déclaré Koné. « Je voulais aller dans un club qui me voulait vraiment et qui avait fait ses preuves dans l’amélioration de la revente de jeunes joueurs, et je suis content de mon choix. »

Bien que Koné n’ait pas encore parlé avec le manager de Watford, Slaven Bilić, il semble qu’il assumera un rôle box-to-box au milieu de terrain.

C’est un rôle qu’il a appris au cours de son séjour à Montréal, étant venu au club en tant qu’ailier et milieu de terrain offensif. Le jeu défensif de Koné s’est considérablement amélioré en jouant aux côtés de Victor Wanyama et Samuel Piette à Montréal.

Koné se présentera à Watford pour l’entraînement le 26 décembre et sera disponible pour la sélection le 7 janvier lors du match de la FA Cup contre le Reading FC

Continue Reading

Tandance