Connect with us

Politique

Brazil’s election suggests a socialist wave in the Americas — but the numbers tell a different story

Published

on

For all the talk of surging right-wing populism, states in the Americas from Alaska to Tierra del Fuego are now (with a few small exceptions) in the hands of political parties of the left or centre-left.

The victory of Lula Da Silva in Brazil caps a four-year wave of leftist victories in Latin America that began with the election of Andres Manuel Lopez Obrador (better known as AMLO) in Mexico in 2018 and continued with Alberto Fernandez in Argentina in 2019, the return of the Socialists in Bolivia in 2020, the elections of Pedro Castillo in Peru in 2021 and Gabriel Boric in Chile in March 2022, and with former guerrilla Gustavo Petro forming the first left-wing government in Colombia’s history this summer.

It looks like a sea change. But the change may not be all it seems.

Rather than a profound ideological shift, the margins of victory suggest deeply divided societies. Lula prevailed in his runoff with 50.9 per cent of the vote, Colombia’s Gustavo Petro with 50.4 per cent and Peru’s Pedro Castillo with 50.1 per cent. All three countries increasingly resemble deeply polarized nations such as the United States, or Britain during the Brexit debate, or any number of countries in Europe.

Argentines call it « la brecha, » or the gap — the division of society into two enemy camps, each convinced that the other will ruin the country. It’s a phenomenon North Americans are also familiar with.

Pink tide or populist wave?

« We’ve been through a similar swing to the left in Latin America before, the ‘pink tide’ that was about 15 or 17 years ago, » said Carlo Dade of the Canada West Foundation, also a member of the Mexican Council on Foreign Relations. « So this is not unprecedented, even in recent memory. »

Pink Tide version 2.0 is more sweeping than the earlier wave. But Dade believes it would be a mistake to paint the wave all the same colour.

« There’s a lot of nuance on the left, » he said. « The leftist policies in a place like Chile are not going to be what you encounter in Venezuela. »

Demonstrators attack a police armored vehicle during clashes on the three-year anniversary of the start of anti-government protests in Santiago, Chile on Oct. 18, 2022. The protests were sparked by a subway fare hike that broke out on Oct. 18, 2019, and quickly broadened into a social movement demanding greater equality. (Cristobal Escobar/Associated Press)

More importantly, Latin America is struggling with exactly the same phenomena that have swept North America and Europe: disaffection with traditional parties and politics, crashing confidence in institutions, the viral spread of conspiracies on social media and the rise of populist demagogues — some of whom defy easy definition as leftists or rightists.

« The more radical groups are learning the lessons of populism abroad and they can really throw a wrench into this, » said Dade. « Brazil is really the object lesson in how a new variant of authoritarian populism can creep back into the region.

« The left-right axis is useful for someone writing a PhD. But it’s the question of authoritarian populism that’s going to have more impact on how the government exercises power. And that can go right or left. That gives you more clues to what you can expect from a regime. I would argue that it’s more important than the left-right distinction. »

Destroying trust and institutions

« I think it’s tempting for people to interpret what is going on in the region as a new pink tide, » said Arturo Sarukhan, former Mexican ambassador to the United States. « But I think that the pendulum swings that we’re seeing have much less to do with partisan ideological realignments, and more to do with citizens up and down the Americas — and the U.S. is no exception — feeling disconnected from traditional political parties.

« What I think has been brewing is a sense of dislocation, a sense of anger at traditional political parties. Something that worries me a lot is the increasing erosion of the credibility of the institutions that underpin democracy, and the displacement of that by charismatic leaders or strong leaders. »

Demonstrators hold crosses during a protest to pay tribute to Brazil’s 600,000 COVID-19 deaths – and against President Jair Bolsonaro’s handling of the coronavirus disease pandemic – in Brasilia, Brazil on October 8, 2021. (Ueslei Marcelino/Reuters)

The pandemic undid many of the economic gains of the past twenty years for Latin America’s poorest people. They suffered higher death rates from COVID-19 than people in any other part of the world and, in some cases, severe lockdown policies that killed off small and micro-businesses, disrupted educations and broke many of the ladders out of poverty. 

The result is that trust in government — never high in Latin America — is lower than ever.

« So what you’re seeing is not only populist demagogues of left, right, centre, or that are all over the place, » said Sarukhan. « It’s that they’re also destroying institutions created by that wave of democratization which occurred in Latin America in the early 90s. »

The return of the strongman

« Is a government that’s purported to be left, such as Nicaragua, really left, or is it just a dictatorship? » said Dade. 

And what about Latin America’s most popular leader, President Nayib Bukele of El Salvador? The self-described « man of the left » began his political life as part of the FMLN party that grew out of El Salvador’s Marxist guerrilla movement, but won power as part of a conservative coalition.

Bukele is a young president with a big Twitter presence but he has taken the fight to the gangs that terrorize ordinary Salvadorans like no other leader before him, winning him approval ratings that haven’t dipped below 75 per cent. Bukele is hard to place on a left-right spectrum, something he doesn’t seem to mind. He makes no secret of his disdain for the norms of democracy and rule of law.

El Salvador’s President Nayib Bukele, accompanied by members of the armed forces, speaks to his supporters outside Congress in San Salvador, El Salvador on Feb. 9, 2020. (Salvador Melendez/The Associated Press)

Then there’s Mexico’s AMLO, long seen as an old-school pro-Cuba leftist. Yet AMLO describes Vladimir Putin as a friend and this week called on Elon Musk to reinstate Donald Trump’s account — a demand he also made after Jan 6, 2021.

His government rooted for a Trump victory and waited more than a month to congratulate Joe Biden. Trump described AMLO as a leader « who I like and respect. »

‘Triplets from a different mother’

Lately, many Mexican leftists have been scratching their heads over AMLO’s militarization of Mexican institutions. He has placed the country’s national police force under military control, put the armed forces in charge of signature infrastructure projects and extended the special authority under which the Army and Navy are deputized to act as police.

Mexican historian Enrique Krauze wrote that thinking in terms of left and right only obscures the similarities between AMLO and Trump — similarities the two men themselves seem to recognize.

« Their convergence proves the anachronism of ideologies in our time. Both seek the absolute dominance of the executive branch. They dismiss institutions and the rule of law, » he said.

U.S. President Donald Trump speaks next to Mexican President Andrés Manuel López Obrador before signing a joint declaration in the Rose Garden at the White House on July 8, 2020 in Washington, DC. (Win McNamee/Getty Images)

« They attack the critical independent press. Mr. Trump cries ‘fake news’ while Mr. López Obrador repeats, ‘I have other data.’ They scorn science and have confronted the pandemic irresponsibly and ineffectively, and with total lack of empathy. Both cultivate a twisted cult of personality. »

« I’ve always said that Lopez Obrador, Bolsonaro and Trump are triplets from a different mother, » Sarukhan told CBC News. « They’re ideologically different but the triggers with which they react to power structures and how they run governments are very similar: the polarization, the blacks and whites.

« Portraying institutions — whether they’re regulators or the checks and balances that define any liberal democracy — as bastions of self-dealing elites, or mafias of power or globalizers. And then asking their supporters to place their faith in the supposedly pure individuals that are leading the governments instead of the institutions. »

The Cuban litmus test

Solidarity with the one-party state run by the Cuban Communist Party has long been a litmus test for the Latin American left, even among parties that otherwise respected the democratic process.

« That’s the nature of complicity with Cuba – they might rule as democrats in their countries but in the relations with Cuba they are open to supporting all the human rights abuses in the island, » said Cuban-Canadian democracy activist Michael Lima Cuadra.

« Any time people sympathetic to the Cuban regime get into power, it’s bad news for those that are fighting for human rights in Cuba. »

In more recent years, left-wing solidarity has extended to Cuba’s unelected ally governments in Venezuela and Nicaragua. Lula, who called Venezuelan President Nicolas Maduro on Monday to tell him he would be re-establishing relations with his country, is no exception to that tradition.

A plainclothes police officer throws a woman to the ground during an anti-government protest in Havana, Cuba on Oct 1, 2022. Although the democratic left is ascendant in Latin America, the Cuban Communist Party faces unprecedented challenges to its one-party rule. (AP)

Lima Cuadra recalls Lula’s reaction on the day in 2010 that human rights activist Orlando Zapata Tamayo died on hunger strike in a Cuban prison: « Lula da Silva compared Zapata and other dissidents to delinquents from Sao Paulo, which I thought was terrible from someone who comes from the working class. »

That explains why the Lima Group coalition that was once the Trudeau government’s main avenue to oppose Venezuela’s dictatorship has effectively ceased to operate. Important member countries have formally withdrawn or have simply stopped participating.

« I always look forward to a left in Latin America that separates from the Castro regime, » said Lima Cuadra. « But it hasn’t happened yet. »

But Gabriel Boric, the youngest elected national leader in Latin America – one of the youngest in the world –  may be breaking that mould.

Left vs. left

Chile’s self-described « democratic socialist » seemed to put the « democratic » ahead of the « socialist » when he surprised many on Chile’s old-school left with his denunciations of dictatorship and human rights abuses in Venezuela and Nicaragua.

« It makes me angry when you’re from the left and you can condemn rights violations in Yemen or El Salvador, but you can’t speak about Venezuela or Nicaragua, » Boric told the Columbia World Leaders’ Forum in New York in September. « We can’t have a double standard.

« I started to ask myself questions about Venezuela when I saw the repression of the protests, the manipulation of elections, and I thought this is not all right. We have to criticize this. And the people on the left said, ‘No, no, no, we don’t talk about our friends’. I think this is completely wrong. »

Chile’s President Gabriel Boric stands outside a polling station during a press conference after casting his vote in a plebiscite on a new draft of the Constitution in Punta Arenas, Chile on Sept. 4, 2022. (Andres Poblete/The Associated Press)

Boric even criticized the Communist Party of Cuba, sacred cow of the Latin American left, at the Summit of the Americas this summer, pointing out that « they hold people prisoners for thinking differently. »

The Venezuelan ruling party’s number two, Diosdado Cabello, has called Boric a « fool » who is merely « trying to suck up to the United States. » Nicaragua’s President Daniel Ortega accused him of being a U.S. « lapdog. »

The dispute suggested a gulf may finally be opening between the more-or-less democratic Latin American left and the authoritarian left of Cuba, Venezuela and Nicaragua.

Petro: still undefined

Colombia’s new president Gustavo Petro may be the one to watch to see if that gulf is real, and how deep it goes. 

The former member of the M-19 guerrilla group survived imprisonment and torture before entering politics. He finally won the presidency this year on his fourth attempt. His opponent, populist Trump-like construction magnate Rodolfo Hernandez, praised AMLO and promised to « clean » Colombia of corruption.

Colombia’s President Gustavo Petro, left center, met Venezuelan President Nicolas Maduro at Miraflores Presidential Palace in Caracas, Venezuela on Nov. 1, 2022 to re-establish relations with Colombia’s traditional « brother country. » But deep differences remain. (Ariana Cubillos/Associated Press)

While AMLO dismisses concerns about the climate and environment and seeks to double down on fossil fuels, Petro has vowed to wean his oil-producing nation off such fuels entirely and has made saving the Amazon his signature international issue.

This week, Petro visited Colombia to re-establish diplomatic ties with the Maduro regime – but that doesn’t mean he’s sold on Venezuela’s « Bolivarian » model of authoritarian socialism.

The body language was quite a bit warmer when President Petro received U.S. Secretary of State Antony J. Blinken at the Presidential Palace of Narino in Bogota, Colombia on Monday, Oct. 3, 2022. (Fernando Vergara/Associated Press)

Earlier this year, Maduro lambasted Petro, Boric and Peru’s Castillo as « a failed, defeated left » of « cowards » and « counter-revolutionaries. »

« Cowards are those who don’t embrace democracy, » Petro responded. « Get Venezuela off oil, take it towards deeper democracy, and if you have to step aside, then do it. »

After a start full of mixed signals, it remains to be seen where Petro will lead Colombia’s 51 million people. The uncertain future of his country is shared by the whole continent.

Politique

Le gouvernement examinera le contrat de la GRC attribué à une entreprise liée à la Chine

Published

on

Par

Le gouvernement fédéral examine un contrat d’équipement de la GRC attribué à une entreprise liée au gouvernement chinois que le premier ministre Justin Trudeau a qualifié de « déconcertant ».

Trudeau a déclaré que le gouvernement réexaminerait également son approche en matière d’approvisionnement.

Une enquête de Radio-Canada a révélé que Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) avait accordé à Sinclair Technologies un contrat d’une valeur de 549 637 $ l’an dernier pour construire et entretenir un système de filtrage des radiofréquences (RF) pour la GRC.

Alors que Sinclair est basée en Ontario, sa société mère Norsat International appartient à la société de télécommunications chinoise Hytera depuis 2017. Le gouvernement chinois détient environ 10 % d’Hytera par le biais d’un fonds d’investissement.

Un panneau à l’extérieur du bureau de Sinclair Technologies à Aurora, en Ontario. Depuis 2017, la société est contrôlée par la société chinoise de télécommunications Hytera, qui appartient en partie au gouvernement chinois. (Marc Godbout/Radio Canada)

SPAC a déclaré en réponse aux demandes de renseignements de Radio-Canada qu’il n’avait pas tenu compte des problèmes de sécurité ou de la propriété de Sinclair dans le processus d’appel d’offres. Radio-Canada a confirmé par des sources au courant du dossier que la différence entre l’offre de Sinclair et celle de son concurrent québécois Comprod était inférieure à 60 000 $.

Trudeau a déclaré mercredi matin que son gouvernement se penchera sur la question et examinera le rôle que joue la sécurité dans les marchés publics.

« Absolument, nous allons découvrir d’abord ce qui doit être fait pour nous assurer que notre technologie de communication est sécurisée, mais aussi nous assurer que nous cherchons à déterminer comment cela pourrait continuer à se produire et nous assurer que le Canada n’est pas signer des contrats avec le plus bas soumissionnaire qui se retournent ensuite et nous exposent à des failles de sécurité », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

« Nous aurons de vraies questions pour le service public indépendant qui a signé ces contrats, et nous ferons en sorte que cela change à l’avenir. Il est grand temps que cela se produise. »

REGARDEZ | Trudeau: « Nous aurons de vraies questions » sur le contrat d’équipement de la GRC avec une société liée à la Chine

Trudeau: « Nous aurons de vraies questions » sur le contrat d’équipement de la GRC avec une société liée à la Chine

Le premier ministre Justin Trudeau répond à un rapport sur un contrat fédéral pour du matériel de communication de la GRC attribué à une entreprise ayant des liens avec la Chine

Une partie de la fonction du système RF consiste à sécuriser les communications radio terrestres de la GRC. Un porte-parole de la GRC a déclaré à Radio-Canada que l’installation de l’équipement a commencé en Ontario et en Saskatchewan et que tout entrepreneur travaillant sur l’équipement doit obtenir une cote de sécurité.

La nouvelle survient après que les organisations canadiennes de sécurité nationale ont mis en garde contre les menaces à la démocratie et aux institutions canadiennes posées par des acteurs étrangers, dont la Chine. Le gouvernement fédéral a également récemment dévoilé sa stratégie indo-pacifique, qui comprend un plan pour faire face à une Chine « de plus en plus perturbatrice ».

Trudeau a déclaré mercredi qu’il trouvait « déconcertant » que, alors que les agences de sécurité « nous conseillaient en tant que gouvernement et en tant que Canadiens que nous devons faire très attention à l’ingérence étrangère dans nos institutions … d’autres parties de la fonction publique signaient des contrats qui ont des niveaux de sécurité douteux pour nos opérations et nos institutions de sécurité nationale comme la GRC. »

REGARDEZ | Le gouvernement examine « très attentivement » le contrat de la GRC avec une entreprise liée à la Chine : Mendicino

Le gouvernement examine « très attentivement » le contrat de la GRC avec une entreprise liée à la Chine : Mendicino

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré que son bureau examinerait un contrat pour fournir et entretenir l’équipement de communication de la GRC qui a été attribué à une entreprise ayant des liens avec le gouvernement chinois.

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré mercredi que des responsables du ministère examinaient le contrat de la GRC.

« Nous sommes très attentifs aux menaces posées par les acteurs étatiques et non étatiques hostiles, et cela inclut [China] », a-t-il déclaré lors d’une mêlée avec les médias.

« Ce que j’ai fait, à la lumière de ce rapport, c’est demander à mes fonctionnaires d’examiner de très près les détails de ce contrat et également de travailler avec nos fonctionnaires pour examiner le processus par lequel ce contrat a été attribué. »

Un dirigeant de Sinclair Technologies a refusé une entrevue avec Radio-Canada sur l’équipement et le contrat, invoquant la confidentialité du client.

La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a interdit la vente et l’importation de produits Hytera en 2021, invoquant des problèmes de sécurité nationale.

Hytera fait également face à 21 accusations dans une affaire d’espionnage américaine. Le ministère de la Justice des États-Unis a accusé la société d’avoir conspiré pour voler des secrets commerciaux à la société de télécommunications américaine Motorola. Hytera a nié les allégations.

Les chefs de l’opposition critiquent le gouvernement au sujet du contrat

S’adressant aux journalistes avant la période des questions mercredi, le chef conservateur Pierre Poilievre a appelé le gouvernement à résilier le contrat et a appelé Trudeau à en assumer la responsabilité.

« Oui, il devrait être annulé, et Justin Trudeau en est responsable. C’est le chef du gouvernement et c’est un contrat gouvernemental », a déclaré Poilievre.

Poilievre a déclaré que les accusations américaines contre Hytera auraient dû susciter des inquiétudes quant à l’offre de Sinclair.

Il a ajouté que le gouvernement devrait limiter ses sources d’achat d’équipement.

« Nous, en tant que gouvernement, nous en tant que pays, ne devrions pas permettre aux pays et aux entreprises publiques connus pour l’espionnage de vendre des technologies liées à nos télécommunications », a déclaré Poilievre.

REGARDEZ | « Il est chef du gouvernement et c’est un contrat gouvernemental »: Poilievre

Singh qualifie de « choquant » le contrat d’équipement de la GRC avec une entreprise liée à la Chine

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, répond à un rapport sur un contrat fédéral pour l’équipement de communication de la GRC attribué à une entreprise ayant des liens avec la Chine.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré que la décision du gouvernement américain de mettre Hytera sur liste noire aurait dû être un drapeau rouge pour le gouvernement fédéral.

« On pourrait penser que le Canada suivrait le protocole approprié pour s’assurer que nos informations, aussi sensibles soient-elles avec une agence de police fédérale, ne font pas l’objet d’une menace ou d’une violation sérieuse », a déclaré Singh lors d’une conférence de presse.

« Je suis profondément inquiet, je pense qu’il y a un risque réel ici, et cela montre que le gouvernement n’a pas pris les mesures appropriées pour examiner ce projet ou l’entreprise. »

REGARDEZ | Singh qualifie de « choquant » le contrat d’équipement de la GRC avec une entreprise liée à la Chine

Singh a appelé le gouvernement à apporter des modifications à son processus d’approvisionnement.

« Il doit y avoir un meilleur processus en place pour protéger notre vie privée et notre sécurité pour nos systèmes d’information ⁠ – d’autant plus que cela est maintenant identifié comme le principal risque de sécurité pour notre pays », a déclaré Singh.

Le ministre de l’Innovation, François-Philippe Champagne, a déclaré mercredi que le gouvernement devrait enquêter sur le contrat de la GRC.

« Nous devons rester plus vigilants pour empêcher des choses comme ça, et comprendre le pourquoi et le comment quelque chose peut arriver à un moment où nous savons que nous devons nous occuper des défis géopolitiques vis-à-vis de la Chine », a déclaré Champagne mercredi dans une mêlée médiatique. .

« Nous devons donc être très attentifs à ce qui s’est passé et je pense que chaque branche du gouvernement doit appliquer ce niveau de contrôle. »

Continue Reading

Politique

«Ce type d’interdiction affectera les chasseurs»: les dirigeants du Yukon disent que le projet de loi fédéral sur les armes à feu est inquiétant

Published

on

Par

Le député libéral du Yukon, Brendan Hanley, a déclaré que le projet de loi sur le contrôle des armes à feu était « bouleversant » et qu’il ne l’appuierait pas tel quel, malgré les assurances du premier ministre Justin Trudeau selon lesquelles le projet de loi C-21 ne visait pas les fusils de chasse ou les fusils de chasse.

Le projet de loi, qui visait initialement à interdire les armes de poing comme moyen de lutter contre la violence armée au Canada, a suscité de nombreuses critiques après que le gouvernement libéral a apporté des modifications tardives qui étendraient l’interdiction aux armes d’épaule couramment utilisées.

Hanley dit avoir entendu de nombreux Yukonnais parler du projet de loi et de ses amendements.

« C’est vraiment bouleversant. Beaucoup, beaucoup de Yukonnais… chassent régulièrement, soit comme source de nourriture, soit pour les aspects récréatifs de la chasse », a-t-il déclaré.

« Je pense que cela montre à quel point la chasse est importante pour le Yukon… ces modifications doivent être très clarifiées. Je suis heureux que le premier ministre ait déclaré que [Monday]. Je pense que c’était bienvenu. »

Hanley a déclaré qu’il pensait que ces amendements introduits avaient « fondamentalement » modifié le projet de loi.

Outre les fusils de chasse et les fusils de chasse courants, les modifications proposées sont rédigées de manière à interdire également les armes anciennes, les canons appartenant à des reconstitueurs historiques et les pièces de collection coûteuses.

Lundi, Trudeau a reconnu les inquiétudes suscitées par le projet de loi et a déclaré que les amendements étaient en cours d’examen afin qu’ils ne ciblent pas l’utilisation légitime des armes à feu.

« Nous ne cherchons pas à chasser des carabines ou des fusils de chasse. Nous ciblons les armes les plus dangereuses », a déclaré Trudeau.

Eric Schroff, le directeur exécutif de la Yukon Fish and Game Association, fait partie de ceux qui pensent qu’il faut plus de précisions sur les modifications. Il a déclaré que la modification du projet de loi avait déjà soulevé des inquiétudes chez de nombreuses personnes au Yukon.

Schroff a déclaré qu’il y avait « beaucoup de surprise » lorsque les amendements ont été présentés.

Eric Schroff est directeur exécutif de la Yukon Fish and Game Association. (Philippe Morin/Radio-Canada)

« D’où est-ce que sa vient? » il a dit. « Nous ne sommes pas au courant de beaucoup de dialogue entre le gouvernement fédéral et les ministres de la sécurité et ce genre de choses autour de cette question. »

Il a dit que la liste des armes à feu qui le préoccupe et qui pourrait voir une législation plus lourde qui leur est associée si le projet de loi est adopté est « longue ».

« Le gros problème pour nous, ce sont les armes à feu que les gens utilisent légitimement à des fins de chasse et d’autres types d’événements sportifs – le tir à la cible, et ce genre de choses », a-t-il déclaré.

Schroff a déclaré qu’il pensait qu’il y avait un manque de consultation avant que les amendements ne soient apportés, et s’il y avait eu plus de conversations sur l’utilisation des armes à feu parmi les populations rurales, cela n’aurait peut-être pas été ajouté au projet de loi tel qu’il l’était.

ÉCOUTEZ | La conversation complète avec Eric Schroff :

9:37Le projet de loi sur les armes à feu concerne les chasseurs

Eric Schroff, directeur exécutif de la Yukon Fish and Game Association, affirme que de nombreux chasseurs du Yukon sont préoccupés par la nouvelle législation sur les armes à feu proposée par le gouvernement fédéral.

« C’est facile pour quelqu’un qui n’est pas un chasseur ou quelqu’un qui n’est pas originaire de petites régions rurales du Canada comme nous de dire que cela n’aura aucun effet sur les gens », a-t-il déclaré.

« S’ils avaient été disposés à parler aux gens … ils auraient entendu dire que ce type d’interdiction affecterait les chasseurs au Canada et dans les régions rurales du Canada. Et je pense qu’il y aurait eu un argument convaincant à examiner attentivement avant d’aller de l’avant. « 

Le député « n’est pas en mesure » de soutenir le projet de loi tel quel

Hanley a déclaré que le projet de loi était passé du gel des armes de poing, ce qui, selon lui, avait déjà suscité certaines inquiétudes et sur lequel il cherchait des éclaircissements, à une portée beaucoup plus large.

« Je ne suis pas content de ça [bill]et je ne suis pas en mesure de soutenir ce projet de loi à ce stade avec ces amendements en jeu », a-t-il déclaré.

Il a dit qu’il pense qu’il est important que « la voix rurale » soit entendue – et comprise – par ceux qui peuvent venir d’un point de vue plus urbain.

Hanley a déclaré qu’il était d’accord avec l’intention qui, selon lui, est à l’origine des amendements, en ce sens que le but est de contrôler les armes de type assaut qui « n’ont pas de place pour la chasse quotidienne ».

« Assez juste. Mais ayons vraiment une définition claire, car nous savons qu’il existe ces zones grises – par exemple, les fusils semi-automatiques qui sont utilisés légitimement pour la chasse et qui semblent actuellement correspondre à certaines de ces définitions », a-t-il déclaré.

« Nous devons, je pense, faire une pause, prendre du temps, vraiment faire la consultation dont nous avons besoin – la consultation [with] les habitants du Nord, les Yukonnais, les Autochtones du Yukon — pour qu’il y ait vraiment une clarification des définitions et une compréhension et que nous n’empiétions pas sur les armes à feu de chasse utilisées au Yukon.

Continue Reading

Politique

Ottawa n’est pas légalement tenu de rapatrier des Canadiens de Syrie, selon un avocat fédéral

Published

on

Par

La Charte des droits et libertés n’oblige pas Ottawa à rapatrier les Canadiens détenus dans des camps syriens, a déclaré mardi un avocat du gouvernement lors d’une audience devant la Cour fédérale.

Les membres de la famille de 23 Canadiens détenus – six femmes, quatre hommes et 13 enfants – demandent au tribunal d’ordonner au gouvernement d’organiser leur retour, affirmant que refuser de le faire viole la Charte.

Les citoyens canadiens font partie des nombreux ressortissants étrangers dans les camps syriens dirigés par les forces kurdes qui ont repris la région déchirée par la guerre à l’extrémiste État islamique d’Irak et du Levant.

L’avocate fédérale Anne Turley a déclaré au tribunal qu’il n’y avait aucune obligation légale de faciliter leur rapatriement en vertu de la charte ou de toute loi ou loi internationale.

« En faisant valoir que le défaut de rapatriement viole les droits de la Charte, les demandeurs présentent de nouveaux arguments. À ce jour, les tribunaux ont adopté une approche mesurée et prudente de l’application extraterritoriale de la Charte », a déclaré Turley.

« Il était clair que pour que la charte s’applique à l’étranger, il doit y avoir des preuves que des responsables canadiens participent à des activités de l’État étranger qui sont contraires aux obligations internationales du Canada ou aux normes fondamentales des droits de la personne. Il n’y a aucune preuve de ce genre ici, ou allégations de cette nature. »

Les personnes impliquées dans l’affaire judiciaire sont détenues à l’étranger par des entités étrangères qui opèrent indépendamment de la juridiction ou du contrôle du Canada, a déclaré Turley.

Exiger que le gouvernement agisse obligerait le tribunal à se pencher sur les questions de contrôle de la Couronne sur les relations internationales et les affaires étrangères, a-t-elle ajouté.

Un petit nombre est revenu

Une poignée de femmes et d’enfants sont revenus de la région au cours des dernières années, mais le Canada n’a, pour la plupart, pas suivi le chemin des autres pays qui ont réussi à rapatrier des citoyens.

Malgré cela, Affaires mondiales Canada a récemment déterminé que les six femmes et 13 enfants inclus dans l’affaire judiciaire avaient atteint un seuil en vertu de son cadre politique de janvier 2021 pour fournir une aide extraordinaire.

En conséquence, Affaires mondiales a commencé des évaluations en vertu des principes directeurs du cadre pour déterminer s’il convient de fournir cette assistance.

Les noms des femmes et des enfants n’ont pas été divulgués.

Les hommes canadiens comprennent Jack Letts, dont les parents ont publiquement poussé le gouvernement à aider leur fils. Ils soutiennent qu’il n’y a aucune preuve qu’il soit devenu un combattant terroriste à l’étranger.

John Letts, père de Jack Letts, musulman britannique converti et membre présumé de l’EI, fait pression pour le rapatriement des Canadiens qui se sont rendus en Syrie. (Sean Kilpatrick/Presse canadienne)

Dans un dossier déposé auprès du tribunal, les familles des Canadiens détenus soutiennent que le processus par lequel le gouvernement a déterminé s’il fallait rapatrier ses citoyens « constitue une violation de l’équité procédurale ».

Ils disent qu’aucun demandeur n’a été informé du cadre politique fédéral mis en place pour déterminer s’il fallait prolonger l’aide jusqu’en novembre 2021 – environ 10 mois après sa mise en œuvre et environ deux mois après le début de la demande en justice.

Les membres de la famille veulent une déclaration selon laquelle l’inaction du gouvernement était déraisonnable, une demande officielle de rapatriement des membres de la famille, la délivrance de documents de voyage d’urgence et l’autorisation d’un représentant pour faciliter leur retour.

Turley a fait valoir que le processus est plus complexe qu’il n’y paraît.

« Ce n’est pas, comme les candidats voudraient vous le faire voir, un exercice simple et direct », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas une approche unique. »

Le cadre politique du gouvernement vise à guider la prise de décision concernant une éventuelle aide extraordinaire « sur une base individuelle », a déclaré Turley.

Les responsables doivent tenir compte de la sûreté et de la sécurité des représentants du gouvernement canadien impliqués dans les efforts de rapatriement ainsi que de celle des détenus individuels, a-t-elle déclaré.

De plus, le gouvernement doit peser « la menace pour la sécurité publique et la sécurité nationale, la protection du public canadien », a ajouté Turley.

« Le gouvernement doit évaluer ces variables, et elles sont fluides. C’est une décision ponctuelle. »

Continue Reading

Tandance