Connect with us

divertissement et art

7 things the jurors didn’t hear in the Jacob Hoggard sexual assault trial

Published

on

WARNING: This article contains graphic content and may affect those who have experienced​ ​​​sexual violence or know someone affected by it.

Jurors have begun their deliberations in the sexual assault trial of Canadian musician Jacob Hoggard, lead singer of the band Hedley. Here is some of the information they were barred from hearing during trial in order to protect their impartiality.

Hoggard facing a new charge

Hoggard was charged in March with sexual assault causing bodily harm against another complainant in an incident alleged to have taken place in Kirkland Lake, Ont., on July 25, 2016.

The case was briefly before a court in nearby Haileybury, Ont., last Thursday and is set to return on Aug. 4.

Hoggard’s lawyer, Megan Savard, said Tuesday her client is innocent and denies the new allegation, and that he will plead not guilty. She declined to comment further as the case is before the courts.

WATCH | Hoggard facing a third count of sexual assault causing bodily harm:

New Jacob Hoggard accuser steps forward

WARNING: This video contains disturbing details. A third woman has accused former Hedley frontman Jacob Hoggard of sexual assault.

The identity of the complainant in that case is also protected under a publication ban.

Hedley played the Kirkland Lake Homecoming festival on June 24, 2016.

Online allegations surrounding Hoggard

Neither lawyers nor witnesses in the trial could allude in front of the jury to various anonymous allegations about Hoggard that emerged online before his arrest in 2018.

In the second week of trial, defence lawyers asked the court to declare a mistrial after the second complainant briefly referenced other allegations.

The complainant testified that she decided to report her encounter with Hoggard to police after seeing an article online regarding an investigation into allegations of sexual assault involving the singer. She was immediately cut off by prosecutors before she could elaborate.

In the absence of the jury, defence lawyer Savard argued the complainant’s words had caused irreparable damage.

Ontario Superior Court Justice Gillian Roberts found the second complainant’s brief answer would not « fatally wound » the trial if jurors were given a proper corrective instruction.

She then told jurors there was no evidence of allegations outside those of the two complainants, adding they « must not speculate » on the matter.

The allegations that circulated online in 2018 have not been verified by The Canadian Press, nor have they been tested in court.

Former Hedley drummer gave video to police

Prosecutors sought to call Hedley’s former drummer, Chris Crippin, to testify that Hoggard at one point sent him a video of himself masturbating in an airplane bathroom.

In pre-trial motions heard last year, Crippin — who was fired from the band in 2016 — said he did not consent to receiving the video, but kept it and eventually turned it in to police.

Crippin also said Hoggard, with whom he was on bad terms, had shared details of his sexual encounters with women. The drummer alleged that at one point, he suggested Hoggard was into degradation, and the singer agreed. However, he said there was no indication that any of the acts Hoggard described were not consensual.

Jacob Hoggard, left, poses with then-Hedley drummer Chris Crippin on the red carpet at the 2015 Juno Awards in Hamilton. Prosecutors sought to call Crippin to testify that Hoggard at one point sent him a video of himself masturbating in an airplane bathroom. (Peter Power/Canadian Press)

Roberts ruled his evidence inadmissible. The judge said that if jurors concluded Hoggard sent the video knowing Crippin did not want to receive it, there was a risk they would find the musician is « the kind of person prepared to inflict his sexuality on others, regardless of their wishes, » which would have a « significant » prejudicial effect.

Roberts also found the degradation comment carried a « real risk » that jurors would infer Hoggard is more likely to commit sexual assault because he likes to degrade women.

A description of the masturbation video was included in an agreed statement of facts that was presented during trial, but there was no mention of how police obtained it.

Both complainants testified during trial that Hoggard sent them a video of himself masturbating.

Crippin’s account has not been tested in court.

Evidence of grooming barred

Prosecutors were barred from using what the judge deemed « highly prejudicial labels » such as grooming, luring and possession of child pornography in front of the jury while discussing Hoggard’s interactions with the teenage complainant.

Before trial, the defence sought to have some aspects of the teenage complainant’s expected evidence excluded from trial, including that she exchanged messages with Hoggard in which he « cultivated a trusting romantic relationship » and that they exchanged sexual messages and nude photos.

Defence lawyers argued that evidence could be misused by jurors to infer that Hoggard is more likely to have committed sexual assault.

The Crown said Hoggard’s interactions with both complainants leading up to the alleged sexual assaults were « essential to the narrative » of how they came to be in his hotel room.

The judge ruled the evidence admissible but said jurors couldn’t be told that the teen complainant’s young age made her allegations more serious or that some of those alleged interactions, if true, would also be crimes.

The defence was also given permission to cross-examine the complainants on any evidence related to the texts raised by the Crown without bringing a separate application — a part of the ruling that came under scrutiny when the defence sought to cross-examine the second complainant on the content of some of those texts mid-trial.

Defence sought to have the cases tried separately

Hoggard’s lawyers twice sought to have the case split into separate trials, arguing the evidence expected from the teenage complainant could affect the jury’s assessment of the evidence regarding the second complainant.

In an initial application in 2020, the defence argued the « bad character evidence » related to the allegations involving the teen complainant could make jurors more inclined to punish the singer because he seems to be a « bad person. »

Roberts found that while jurors might « think very ill » of Hoggard if they believed he groped the teen and sent her explicit texts, they would not assume he is a rapist based on that evidence.

« I am satisfied that the jury will understand that what happened in each hotel room is the focus of the trial, » the judge wrote in her ruling.

She also found that the existence of a viable similar fact application — a process through which the Crown argues jurors should be able to consider similarities in the two complainants’ accounts — supported a joint trial.

The defence again sought to sever the two cases in February, arguing the similar fact application was no longer viable since Hoggard planned to testify and « acknowledge that particular acts described by both complainants were part of his sexual repertoire at the time of the allegations. »

Roberts found Hoggard’s planned testimony would not undermine the viability of the similar fact application and upheld her initial decision to hold a joint trial, with the similar fact application to be heard later.

Similarities between the two complainants’ accounts

The Crown had to make an application before it could urge the jury to consider the similarities between the two complainants’ accounts as a pattern of behaviour.

In the application, which took place after prosecutors presented their evidence but before the defence began to do so, Crown attorney Jill Witkin noted both accounts include sexual acts that are far from generic, as well as several contextual similarities in how Hoggard communicated with the complainants before and after the encounters.

From left, Jacob Hoggard, Crown attorney Jill Witkin, Justice Gillian Roberts and jury members are shown during Witkin’s closing statement in Hoggard’s sex assault trial in Toronto on May 27. (Alexandra Newbould/The Canadian Press)

Witkin argued jurors should be allowed to consider how improbable it is that two women who have never spoken would have concocted such similar allegations.

Savard argued that there was a reasonable, innocent explanation for the similarities, namely that many of those acts — such as spitting, slapping, name-calling and urination — were part of Hoggard’s sexual repertoire. As a result, she said, the similarities are no longer significant and should not be given weight.

The judge ruled that jurors should be allowed to consider similarities and differences between the allegations, and it should be up to them to decide whether they show « such a distinctive pattern of conduct » that it would « defy coincidence. »

Texts and call between Hoggard and the complainants

The admissibility of certain text messages between Hoggard and the complainants was ruled on before the trial, but the issue unexpectedly re-emerged as the defence cross-examined the second complainant.

The Crown was given permission before trial to introduce some evidence related to text messages between Hoggard and the two complainants. The Crown said the defence would be allowed to cross-examine the complainants on any evidence prosecutors brought related to the messages without making a separate application that would otherwise be required by law, and the judge agreed.

Some of the messages Hoggard exchanged with the younger complainant were shown to the court, but the Crown did not show any of the messages he exchanged with the second complainant. The second complainant testified, however, that some messages were of a sexual nature.

In the middle of cross-examining the second complainant, the defence sought to introduce a recording of a phone call she had with Hoggard shortly after their encounter and to question her on the contents of specific sexual texts.

Under law, evidence of a complainant’s past sexual history, which can include sexual texts, is inadmissible unless there is an application to show it will only be used for limited, specific purposes. Such evidence cannot be used to suggest a complainant was more likely to consent or should not be believed — what is commonly known as the « twin myths. »

As well, in 2018, the federal government changed the rules surrounding the use of private records related to a complainant but in the possession of the accused — including texts, letters or photos — in sexual assault trials. The new rules require the defence to apply in advance to introduce such materials, and grant complainants the right to participate in that hearing.

The Crown argued the call constitutes a private record, because it was a private conversation recorded without the complainant’s knowledge.

Witkin said the defence should have brought an application earlier to determine whether the call could be used, and waiting until mid-trial effectively forces the complainant to choose between exercising her right to participate in a hearing or wrapping up her testimony, since witnesses are not allowed to discuss their evidence with anyone once cross-examination begins.

The defence said it only decided to use the call the previous day based on the second complainant’s answers during cross-examination, and therefore could not have made an application earlier.

Roberts ruled the complainant had no reasonable expectation of privacy when it came to the call, meaning it could be used without first holding a hearing. But she said it would also be in the interest of justice to allow the complainant to hear the recording privately before it was played for the jury.

As for the texts, Savard said she wanted to ask the second complainant four questions related to specific words and phrases allegedly used in those messages, arguing it was important to establish a narrative and explain why Hoggard felt comfortable initiating certain acts.

In this court artist’s sketch, defence lawyer Megan Savard cross-examines a witness at the Hoggard trial on May 9. (Alexandra Newbould/The Canadian Press)

The judge asked for written submissions on the issue, saying the stakes were « too high » and she did not want cross-examination to turn into « an inquiry into [the second complainant’s] general preferences. »

« I’m quite uncomfortable with this, » Roberts said. « Doing this on the fly is exactly what the legislation is trying to avoid. »

Roberts chastised Savard for not raising the issue before trial, saying the evidence the defence sought to raise in cross-examination went beyond what the Crown had brought and therefore required a separate application.

Savard argued she believed the pre-trial ruling gave her permission to cross-examine on anything related to the texts.

The trial was halted for a day to make time for legal arguments. The judge acknowledged her pre-trial ruling opened the door to some questioning on the texts, which she characterized as a mistake on her part. But she said there must be limits on what the complainant could be asked.

Roberts noted no records of the texts were preserved, and the questions proposed were based on Hoggard’s recollection of the messages.

In the arguments, the defence said the texts would instead be used to highlight the difference between Hoggard’s conversations — and relationships — with each complainant, as a counterpoint to the Crown’s emphasis on the similarities.

The Crown argued it could « only taint a jury » to hear the specifics of the messages. Witkin said that if the goal was to distinguish the two relationships, the defence could simply ask if they had « explicit discussions. »

Roberts ruled the defence could ask the second complainant if she had explicit conversations with Hoggard but could not include « gratuitous details. »


Support is available for anyone who has been sexually assaulted. You can access crisis lines and local support services through this Government of Canada website or the Ending Violence Association of Canada database. ​​If you’re in immediate danger or fear for your safety or that of others around you, please call 911.

divertissement et art

London, Ont., une adolescente inspire une campagne de don de sang sur le thème du cosplay qui se développe dans le monde entier

Published

on

Par

Jack Malott-Clarke, 13 ans, de London, en Ontario, a été un fan de bandes dessinées toute sa vie. Il adore se déguiser en certains de ses personnages préférés et assister aux événements annuels du Comic Con.

Mais son monde a changé en 2019 lorsqu’à l’âge de 10 ans, on lui a diagnostiqué une anémie aplasique sévère – son corps est incapable de produire de nouvelles cellules sanguines et plaquettes, provoquant une moelle osseuse vide.

L’état de Jack l’oblige à avoir une transfusion sanguine au moins deux fois par semaine. À ce jour, il a reçu environ 130 unités de sang et de plaquettes, mais cela devient plus difficile avec la pénurie de sang au Canada.

« Beaucoup de gens ne donnent pas de sang ou de plaquettes parce qu’ils ont peut-être peur, mais vous devriez vraiment le faire car cela sauve des vies », a-t-il déclaré. « Cela m’a sauvé la vie et celle de nombreux autres enfants. »

Cela a inspiré Jack à combiner son amour pour le cosplay avec son besoin de sang et à lancer une campagne de médias sociaux sur le thème du cosplay appelée Suit up for Jack – cela implique que les gens donnent du sang tout en s’habillant en costumes.

La campagne est maintenant dans quatre autres pays.

Plus d’une douzaine de cosplayeurs se sont présentés lundi à la Société canadienne du sang sur Wharncliffe Road South à Londres pour se retrousser les manches.

Eric Terry, déguisé en Spiderman, était l’un d’entre eux.

« Je donne du sang depuis que j’ai 18 ans et j’en ai 32 maintenant, donc depuis longtemps », a-t-il déclaré. « Cela a touché beaucoup d’amis et de famille dans ma vie et c’est une grande cause, alors j’ai continué. »

Eric Terry donne du sang depuis plusieurs années et pense que c’est un moyen simple et rapide de sauver des vies. (Isha Bhargava/CBC)

Terry a commencé à donner après avoir entendu l’histoire de son amie, qui a subi trois greffes de foie avant l’âge de sept ans.

« Chaque pinte de sang sauve la vie de trois personnes. Nous sommes dans une telle pénurie de sang, surtout en été avec les vagues de chaleur. C’est vraiment important que les gens donnent et nous en avons besoin », a-t-il déclaré.

« Le fait que cela ait dépassé Londres m’époustoufle ! C’est absolument incroyable de voir des gens du monde entier venir en aide à ceux qui en ont besoin. »

« La chose la plus facile au monde à faire »

Zachary Peebles s’est présenté en tant que capitaine Jack Sparrow pour donner du sang. Après avoir appris qu’il est un donneur universel, il retroussera sa manche aussi souvent qu’il le pourra. (Isha Bhargava/CBC)

L’anémie de Jack affaiblit son système immunitaire, provoquant des saignements de nez et des pétéchies fréquents – des taches qui apparaissent sur la peau à cause des saignements – et le rend très fatigué.

« J’ai raté deux ans d’école à cause de mon aplastie, je n’ai pas vu autant mes amis et je dois porter des masques partout où je vais parce que si je tombe malade, ce sera vraiment grave », a-t-il déclaré.

Après avoir fait un don pour la première fois l’année dernière, Zachary Peebles a appris qu’il était un donneur universel. Il en a fait une tradition annuelle de donner du sang.

« C’est un bon moyen de redonner à la communauté et cela aide vraiment quelqu’un. C’est la chose la plus facile au monde à faire simplement de rester allongé là et de les laisser prendre du sang, et vous sauvez tant de vies – c’est une excellente chose. »

Timothy Drake, responsable des médias sociaux pour la campagne de don de sang Suit up for Jack, qualifie le besoin de dons au Canada d' »urgent ». (Isha Bhargava/CBC)

Les cosplayeurs peuvent être de véritables super-héros et sauver des vies, a déclaré Timothy Drake, responsable des médias sociaux de la campagne.

« Nous avons pensé que c’était une idée unique d’impliquer des cosplayeurs. Il y a un besoin urgent de sang au Canada. Ils sont vraiment en difficulté. Vous ne croiriez pas combien d’enfants ont des maladies liées au sang. »

Jack, déguisé en son préféré, Captain America, est montré avec sa mère, Lauryn. (Isha Bhargava/CBC)

Alors que la campagne célèbre son premier anniversaire, Jack est reconnaissant du soutien qu’il a reçu et espère que la campagne se rendra dans le plus de pays possible.

« Si des gens comme moi ne reçoivent pas de sang, nous ne pouvons pas vivre, si cela se répand dans le monde entier, alors des enfants du monde entier verront leur vie sauvée. »

Continue Reading

divertissement et art

Les organisateurs du Sunfest disent que « la musique continuera » malgré les problèmes de voyage dans les aéroports

Published

on

Par

Les organisateurs du plus grand festival international de musique de Londres sont confrontés à des problèmes de voyage avec des musiciens alors que l’aéroport Pearson de Toronto fait face à des retards, des annulations et des problèmes de bagages.

Environ 20 groupes de musique arrivent sur des vols internationaux pour Sunfest dans les prochains jours en provenance de pays comme l’Espagne, la Colombie, le Brésil, l’Argentine, la Corée du Sud, la France. La plupart passent par Pearson.

Sunfest commence jeudi à Victoria Park et se déroule tout le week-end.

« Les problèmes de vol, les problèmes de bagages et les problèmes de visa, je veux dire, c’est très énervant – et c’est un casse-tête logistique, un puzzle, dont j’espère que nous pourrons tirer le meilleur parti », a déclaré Mercedes Caxaj, codirectrice artistique des quatre -journée de fête.

Sunfest s’occupe de toute la logistique de voyage du musicien, des réservations de vol, des navettes airbus aux réservations d’hôtel.

« Nous ne faisons que croiser les doigts et les orteils en espérant le meilleur », a déclaré Caxaj.

Quelques groupes n’ont toujours pas leurs visas en raison de retards de traitement, notamment La Mambanegra de Colombie et DakhaBrakha d’Ukraine, a déclaré Caxaj.

« Nous avons déjà vu ces problèmes dans le passé », a-t-elle déclaré. « Nous avons toujours de l’espoir jusqu’à peu près la veille. »

Mercedes Caxaj est la codirectrice artistique du Sunfest et a commencé à faire du bénévolat pour le festival à l’âge de huit ans. (Soumis par Sunfest)

Caxaj occupe le poste de codirectrice artistique depuis une décennie et fait du bénévolat depuis l’âge de huit ans. Elle partage le titre avec son père, Alfredo Caxaj, qui a fondé Sunfest.

« Rien ne pourrait nous rendre plus enthousiastes à l’idée de reprendre cette semaine et de commencer à rassembler des Londoniens et des étrangers pour célébrer la vie à travers une musique incroyable du monde entier », a-t-elle déclaré.

Le festival réunira plus de 40 groupes de partout au Canada et du monde entier sur cinq scènes différentes. Environ 200 vendeurs proposeront de la nourriture et des produits artisanaux du monde entier. C’est le premier Sunfest en personne en trois ans.

« La musique continuera »

« Il y a vraiment quelque chose pour tout le monde », a déclaré Caxaj. « Cette année sera un » environnement positif, accueillant et inclusif pour que les gens reviennent et soient à nouveau dehors et ensemble « .

L’acteur brésilien Francisco El Hombre est un « groupe à très haute énergie qui fera sortir les gens de l’eau », a-t-elle déclaré. Le groupe fusionne la musique traditionnelle brésilienne et afro-latine avec le rock psychédélique et l’électro-punk.

NST & The Soul Sauce rencontre Kim Yulhee est un groupe de reggae roots et traditionnel coréen qui se produira au Sunfest vendredi et samedi. (Soumis par Sunfest)

NST & The Soul Sauce rencontre Kim Yulhee a un son auquel « les gens ne s’attendent tout simplement pas », a-t-elle déclaré. Le groupe sud-coréen fusionne le reggae roots avec le chant traditionnel coréen.

Eagle Flight Singers, un groupe autochtone traditionnel basé à Londres, ouvrira le festival les jeudis et vendredis soirs.

« Ce ne serait pas Sunfest sans eux. Le simple fait d’ouvrir notre festival avec eux chaque année est quelque chose que nous chérissons tellement », a-t-elle déclaré. « Une fois que ce tambour commencera à frapper, les gens seront vraiment excités et sentiront vraiment le début du festival. »

Quels que soient les problèmes de voyage qui se posent, les organisateurs sont convaincus que tout ira bien.

« Je pense que les Londoniens sont tous ravis de sortir et de célébrer et d’être dans un environnement extérieur, de prendre leur boisson préférée, de manger leur nourriture préférée, d’être au soleil, de danser sur de la musique live », a déclaré Caxaj.

« Quoi qu’il arrive, la musique continuera. »

Sunfest a accueilli 100 000 visiteurs uniques lors de son dernier festival en 2019, a déclaré Mercedes Caxaj, codirectrice artistique de Sunfest. (Soumis par Sunfest)

Continue Reading

divertissement et art

Patrick Watson, légende de la télédiffusion canadienne, est mort à 92 ans

Published

on

Par

Patrick Watson, une légende de la radiodiffusion dont le travail dans l’industrie a duré plus de cinq décennies, est décédé. Il avait 92 ans.

Grâce à son travail en tant que producteur, auteur, animateur de télévision et plus encore, Watson a contribué à façonner le visage du journalisme canadien – sans jamais hésiter devant la controverse ou les décisions difficiles.

Né à Toronto en 1929, Watson a commencé sa carrière en jouant Jake dans la série quotidienne pour enfants de CBC Radio L’enfant de Kootenay en 1943 – un travail pour lequel il a commencé à gagner 1 $ par épisode.

Il a commencé à poursuivre une carrière universitaire, mais a ensuite abandonné un doctorat en linguistique de l’Université du Michigan pour travailler à la CBC en 1955. Peu de temps après, il animait Les quatre coins série de voyages en 1957, puis a travaillé devant et derrière la caméra d’un certain nombre d’autres spectacles tels que Le rapport Watson (1975-1981), Entreprise (1985-1987) et La lutte pour la démocratie (1989).

La lutte pour La démocratie a pris cinq ans à faire, a été filmé dans 30 pays et était, à l’époque, la série documentaire originale la plus chère jamais réalisée pour la télévision canadienne.

Laurier LaPierre, à gauche, Dinah Christie, au centre, et Patrick Watson apparaissent sur une photo promotionnelle pour This Hour Has Seven Days le 9 janvier 1966. (Collection de photos fixes de Barry Wilson/CBC)

En 1964, Watson a commencé à travailler sur l’une des émissions les plus influentes de sa carrière, Cette heure a sept jours. L’émission du dimanche soir, que Watson a animée aux côtés de Laurier LaPierre et co-créée avec Douglas Leiterman, était une série d’affaires publiques novatrice qui a attiré des millions de spectateurs avec son style opiniâtre et opiniâtre.

« J’étais considéré comme un fauteur de troubles »

Basé sur le programme de la BBC C’était la semaine qui était, la série a utilisé un mélange de matériel documentaire, de satire et de musique originale de l’acteur et chanteur canadien Dinah Christie pour passer en revue les nouvelles de la semaine – et souvent des personnalités influentes au pilori. Il a duré deux ans et a sorti 50 épisodes avant d’être annulé en 1966 en raison de sa nature provocatrice, après quoi Watson a passé plusieurs années en tant que producteur et journaliste indépendant.

« J’étais considéré comme un fauteur de troubles », a déclaré Watson dans une entrevue accordée en 1981 au magazine Maclean’s à propos de son départ de CBC après Cette heure‘envoyer. « En partie, c’était un exil volontaire de la CBC, mais c’était aussi vrai qu’ils ne m’embaucheraient pas. J’étais fauché après avoir fait de la télé spectaculaire. »

Rédacteur des Minutes du Patrimoine

Pourtant, les jeunes Canadiens l’ont peut-être mieux connu en tant que rédacteur principal des premières Minutes du patrimoine, une série d’une minute qui visait à rendre l’histoire canadienne plus accessible. Watson a déclaré que ce projet, qui a lui-même atteint un statut légendaire dans la culture canadienne, a été créé pour « persuader les Canadiens qu’ils ont un passé intéressant ».

REGARDER | Charles Bronfman et Patrick Watson sur les origines des Minutes du patrimoine :

Watson est revenu à CBC et en est devenu le président à partir de 1989, période au cours de laquelle il a présidé la restructuration controversée du radiodiffuseur dans les années 1990. Pendant cette période, 1 100 employés ont été licenciés et plusieurs stations fermées face à un déficit budgétaire massif.

Il a démissionné de son poste de président en 1994, mais a continué à libérer plus de travail – comme l’hébergement Les Canadiens : biographies d’une nationune série biographique de History Television, et, plus tard, une édition imprimée en trois volumes de cette émission.

« Depuis ses débuts en tant qu’acteur adolescent à l’émission CBC Radio L’enfant de Kootenayà sa riche carrière à CBC News et à son mandat de président du conseil d’administration de CBC/Radio-Canada, la contribution de Patrick Watson au radiodiffuseur public canadien et ses services aux Canadiens dans de nombreux domaines ont été considérables, ont fait une différence et ne sera pas oublié de sitôt », a déclaré un porte-parole de la CBC à propos de la mort de Watson.

« À la CBC et au-delà, le travail de Watson en tant que diffuseur, producteur, acteur et auteur pendant cinq décennies a fait de lui une icône de la radiodiffusion canadienne et a laissé un héritage qui se poursuivra pendant des décennies. Nos pensées vont à sa famille et à ses amis. . »

REGARDER | Patrick Watson sur l’art de l’interview :

Patrick Watson et l’art de l’interview

En 1978, le radiodiffuseur et homme de la Renaissance, Patrick Watson, décrit comment il a développé sa technique d’interview.

Watson a été nommé Officier de l’Ordre du Canada en 1981, puis promu Compagnon en 2001 pour avoir promu « l’excellence à la télévision et à la radio canadiennes ». Il a également été un défenseur de longue date des personnes handicapées après l’amputation de sa jambe sous le genou en 1960, et a été président honoraire de l’Association canadienne des sports pour amputés et président émérite de la Canadian Abilities Foundation.

Plus tard, il est devenu un pilote accompli, un véliplanchiste, un skieur nautique et un plongeur autonome, a publié plusieurs romans et livres de non-fiction, et une pièce de théâtre (1983’s Le livre de Job) dans lequel il a également joué. En tant qu’acteur, il est apparu dans les téléfilms L’histoire de Terry Fox (1983) et Compte à rebours pour regarder Verre (1984); Les films Béthune (1977) et Le quatrième ange (2001) et la série Élingues et Flèches (2003). Il a publié une autobiographie, Cette heure a sept décenniesen 2004.

Continue Reading

Tandance