Connect with us

Canada

3 months after Fiona laid waste to their homes, these families say they’re still stuck in limbo

Published

on

Standing precariously by the water’s edge, the wreckage of what was once a home is one of the constant reminders of Fiona’s destruction in Port aux Basques, N.L. 

Three months since the storm hit, the remains of the house — and the brown sofa thrown onto the front lawn — are still there.

All an indication of the long and difficult recovery still ahead. 

While the provincial government has provided some details about the recovery plan for those whose homes were among the 101 condemned buildings, there are some families who say they’re stuck in limbo. 

They’re unsure what the future holds and whether they can rebuild their lives in this coastal town. 

The Savery family

A small blue wall is all that’s left of the Savery home. (Waqas Chughtai/CBC News)

Peggy and Lloyd Savery worked for 40 years to secure their ideal home to retire in: a blue house perched on the edge of the water. 

Now, all that’s left of that house is a small L-shaped wall. 

« I loved it; it was my dream home, » Peggy Savery says. « I loved looking out my kitchen window at the ocean. » 

She doesn’t feel that way anymore. 

« I just shake my head and wonder how I ever felt safe there because it doesn’t feel safe anymore. » 

Portait of Josh Savery standing beside his parents, Peggy and Lloyd.
Josh Savery, left, with his parents Peggy, centre, and Lloyd Savery are now living with relatives in Port aux Basques. (Waqas Chughtai/CBC News)

The Saverys had home insurance, but they were told their claim was denied because they were not covered for storm surge.

Now they’re left wondering if they’ll get enough money from the government to start over. 

The province says, based on an assessment, each family will get a minimum of $200 reimbursement for each square foot of their home, as well as money for lost belongings and for land or a ‘suitable land option.’ 

Since the Savery home was destroyed, the family had to supply photos to show what it used to look like as part of their provincial application.

« Until the money is in the bank, you’re still really nervous, » Peggy Savery says. « You can’t make plans for the future because you don’t know for sure what you’re going to get. »

It’s also unclear, she says, how long the process will take. 

A damaged blue home collapsed on its side.
The Savery family home a day after Fiona tore through Port aux Basques. (CBC News)

The family is now living with Lloyd’s niece in a different part of town — far away from the water. 

« It’s been stressful because nothing really feels like your own, » says the couple’s son, Josh. « Everything feels temporary because it is, and you don’t really know what the next day is going to bring or what the next week is going to bring. 

« No one is really giving any good time frames or letting you know what’s going to happen next. »

As for the holidays, Peggy says Christmas will be difficult not only for her family but for everyone who suffered loss. 

« It’s hard to embrace Christmas and the joy. I think after a while it gets tiresome to hear you should be thankful … I am thankful, don’t get me wrong. But it’s still really hard because this is my little world and for me, I’ve lost everything. »

WATCH | Still displaced by Fiona:

Peggy Savery just wants to go home

Peggy Savery describes how she feels about being out of her home this Christmas. Her family is living with relatives after their home in Port aux Basques, N.L., was destroyed three months ago by Fiona.

The Taylor family

Austin Taylor stands in front of a white shelf decorated with various Christmas figurines. He is holding a blue and white moose called Mark the Moose.
Austin Taylor holds his daughter’s favourite Christmas toy, Mark the Moose. His home was damaged by Fiona. (Waqas Chughtai/CBC News)

For Austin Taylor, the last three months have been full of ups and downs. Mostly downs, he says. 

It took him 24 years to pay off his mortgage, owning the house outright for four years. Then his home was declared condemned after Fiona; water mixed with fuel flooded his basement.

Taylor, his wife and his daughter are now renting a house in town. The lease is month-to-month.

« We’re here, but it’s not home. We can’t call it home, » Taylor says. « It’s just a place to stay. You can’t make it home because you don’t know when you’ve got to leave. You know it’s not yours, you can’t do what you normally would do. It feels out of place. » 

Though the rental unit doesn’t yet feel like a home for the family, Taylor says he is trying to change that. 

The family room is full of Christmas decorations — miniature houses, Santa, the nativity scene and Mickey Mouse figurines are scattered throughout. And, of course, there’s his daughter’s favourite toy, Mark the Moose. 

It’s all for his 29-year-old daughter, Hillary. She has a rare condition that causes developmental delays and keeps asking to go home. 

« That’s when it gets hard, » her father says. 

WATCH | Making the most of a temporary home:

Austin Taylor decorated for the holidays, but his heart’s not in it

Austin Taylor tells the CBC’s Chris O’Neill-Yates how he decorated his temporary house for Christmas for his daughter. She wants to go back to their home in Port aux Basques, N.L., but they can’t because it was damaged by Fiona after water mixed with fuel flooded the basement.

Taylor says they’ve tried to make his daughter’s room similar to the one in their house. But the stress of displacement has affected Hillary, he says.

« She’ll come home from her care worker and she won’t stop, she wants to go to bed. Before she’d play for hours. »

To get inside their temporary home, the Taylors have to climb 10 stairs, which isn’t easy for Hillary. She has a fear of heights. 

Her care worker stands behind her, while Taylor stands in front, holding her hand as he slowly guides her down one step at a time. 

« Sometimes she can be on that step for 15 minutes. » 

Taylor is getting a ramp built, but work was stopped because of bad weather. 

A photo of Hillary Taylor on the fridge.
Several pictures of Taylor’s daughter Hillary cover the fridge in the family’s temporary home. (Waqas Chughtai/CBC News)

Taylor doesn’t want to rebuild; he’d rather buy an old house and fix it up. He’s 58 and wonders if a bank would give him another loan. 

Like the Savery family, Taylor’s insurance claim was denied. 

He paid home insurance for the last 28 years, he says — and he’s still paying. 

The town has advised residents not to stop payments. They could be liable if, for example, a piece of their property flies off and causes damage to someone else’s home. 

« I feel like I got robbed twice, » Taylor says. « We paid the insurance, we got nothing. We still got to pay insurance and we still got nothing. » 

He wants the town to demolish his home so that he can stop paying insurance. 

The Bragg family

A pile of rocks separates a white house from the ocean
What used to be the backyard of the Bragg family home. It was washed away along with a shed and wall. (Waqas Chughtai/CBC News)

For 49 years, Dorothy Bragg and her husband, Calvin, woke up to a view of the ocean. 

But in the last few months, she knew something was different. The sea wasn’t the same. 

« The last year, I packed four times to leave our house. The sea was so high, the winds were howling, » she says. « I was ready to leave, because I was scared that the seas were going to come up and wash us away. » 

On Sept. 24, as Fiona slammed into the town, the waves washed away Bragg’s backyard along with a shed and nearly five-metre high wall. 

Her husband built the wall — logs nailed together and filled with rocks — to protect their house from the sea. 

Their house is still standing, but it’s been condemned. It was where the seniors were supposed to spend their retirement years. 

« We can’t go back there. It’s just been very hard. I’ve said to my husband, ‘What will we do? What are we going to do?’ And he doesn’t know any more than I do. It’s been difficult. »

Dorothy Bragg stands in front of a large Christmas tree decorated with various ornaments.
Dorothy Bragg stands in front of the Christmas tree in her daughter’s house. Bragg and her husband moved two hours away from Port aux Basques after their home was condemned following Fiona. (Waqas Chughtai/CBC News)

Housing is limited in the small coastal town. 

Following the storm, Bragg and her husband moved around before going to a hotel for a month. They checked out in mid-December and moved two hours north to live with their daughter near Stephenville. 

She doesn’t know if they’ll return to Port aux Basques. Her husband was born there and it’s where she was raised. She is still active in the community, baking cakes and taking them back to town on the bus. 

Bragg hopes that as Port aux Basques rebuilds it will put up an apartment building specifically for seniors. 

WATCH | First Christmas post Fiona:

Dorothy Bragg can’t be home for the holidays

Dorothy Bragg describes the last time she visited her now-condemned home in Port aux Basques, N.L., with her husband. Their home was damaged by Fiona three months ago and housing is limited in the town, so the couple is living two hours away with their daughter.

No matter where Bragg ends up, one thing is for certain — she says she’ll never live by the sea again. 

« I’m just hoping and praying that things will work out for us. »

The Strickland family

A view of the sunsetting on the ocean from Scott Strickland's dining room. A damaged home can be seen on the right.
The view from Scott Strickland’s dining room. His home was damaged by the storm, but for now he is still living there. He’s not sure how long he will be allowed to stay. (Waqas Chughtai/CBC News)

The view from the dining room is partly what sold Scott Strickland on his house. His family moved in 21 years ago, but he doesn’t know if he and his wife will be allowed to stay much longer. 

Strickland’s kitchen was flooded by Fiona. The siding on part of his home is gone. He was also told there is structural and electrical damage. 

« It does play on your nerves, » he says. « Every creak in the wall that you hear and now you’re wondering, ‘Is something going to collapse?' »

WATCH | An uncertain future:

Scott Strickland wonders if his house is safe

Scott Strickland’s home Port aux Basques, N.L., suffered structural and electrical damage when Fiona hit the town three months ago, but he still hasn’t been told whether he can safely stay. He describes to the CBC’s Chris O’Neill-Yates how he feels sleeping there at night.

Strickland says he hasn’t heard anything yet from the town on whether he will be allowed to stay. 

His insurance claim was denied. He doesn’t want to spend tens of thousands of dollars of his own money fixing a house that could ultimately be demolished. 

« It’s been a wild ride, a lot of anxiety, a lot of questions. »

Scott Strickland stands in front of a large window, with the sunsetting on the ocean in the back.
Scott Strickland is not sure if he will be allowed to stay in his home or if he even wants to stay given how close he lives to the ocean. (Waqas Chughtai/CBC News)

Even if Strickland is allowed to stay he’s not sure he should. 

« It would be tough to leave, but even tougher to stay. »

Fiona tore away part of his backyard. There isn’t much left separating his house from the water. 

« You see the ocean today, it looks really beautiful and pristine, but you can hear, it’s always in the back of your mind, » he says. 

« We’re seeing a change even in the 20 years we’ve lived here, the storms are more frequent and more intense. I can’t see how, long term, we’re going to expect people to stay here or rebuild. It’s just dangerous. »

What comes next

Port aux Basques Mayor Brian Button agrees. He says the town is discussing what to do with people like Strickland now living in vulnerable areas. 

« These are the homes that we really have to look at now and to make a decision on and say, ‘Are they going to stay or are they going to go?' » Button says, adding it’s likely most people will have to move. « Fiona has left us in a big mess. We have big decisions that have to be made. »

Various buildings, including a church, surround the ocean on a cloudy day.
Many homes in Port aux Basques were built close to the water. The town is now looking at whether people living in areas deemed vulnerable should be allowed to stay. (Waqas Chughtai/CBC News)

For now, Button says crews are trying to fix the town’s infrastructure so that anyone in a vulnerable area can at least stay through the winter. There aren’t enough available homes to move everyone. 

The town is also working on plans to build new homes. There are about 350 lots available in the northern part of Port aux Basques — far from the ocean. 

« There are a lot of things going on behind the scenes of trying to get to where we need to be, » Button says. « The rebuild is going to be a big process. »

To help rebuild, the province has set aside $30 million in Fiona relief, while the federal government has allocated $1.3 billion to cover costs in the provinces affected by the storm. It’s not yet been determined how much of that money will go to help rebuild in Port aux Basques.

Canada

Le Canada n’en fait pas assez pour protéger les chevaux transportés par avion au Japon pour y être abattus, selon les défenseurs

Published

on

Par

Les défenseurs du bien-être des animaux ont déposé une plainte auprès du gouvernement fédéral après qu’une expédition de chevaux vivants au Japon en décembre 2022 a dépassé la limite légale de 28 heures sans nourriture, eau ou repos.

Kaitlyn Mitchell, directrice de la défense des intérêts juridiques du groupe à but non lucratif Animal Justice, basée à Winnipeg, a déposé la plainte auprès de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) après avoir entendu des avocats qui surveillaient les chevaux amenés à l’aéroport international de Winnipeg et chargés à bord d’un avion-cargo de Korean Air le 11 décembre 2022.

Lorsqu’ils ont réalisé que le vol avait été retardé de près de cinq heures, ils ont suivi l’avion en ligne.

« C’est une combinaison d’être absolument navré et absolument furieux parce que nous connaissons le voyage que ces chevaux ont en réserve pour eux », a déclaré Mitchell. « Ces chevaux ne peuvent pas parler pour eux-mêmes, alors nous avons besoin que les Canadiens parlent pour les chevaux. »

« Nous leur avons demandé [CFIA] simplement pour faire respecter la loi. Et jusqu’à présent, ils ont refusé. »

REGARDER | Les chevaux sont déchargés des demi-finales à l’aéroport de Winnipeg et sur les vols vers le Japon :

Chargement de chevaux à l’aéroport de Winnipeg

Les chevaux sont déchargés des semi-remorques à l’aéroport de Winnipeg, en route vers le Japon.

À l’extérieur de la clôture métallique de sécurité de l’aéroport, Danae Tonge de Manitoba Animal Save était l’une des personnes à photographier et à filmer les 79 chevaux déchargés des semi-remorques.

Elle a dit qu’ils avaient été placés à trois ou quatre profondeurs dans des caisses en bois et laissés sur le tarmac pendant des heures jusqu’à ce qu’ils soient rechargés dans l’avion.

« C’est particulièrement difficile pour les chevaux, qui paniquent facilement et ont un fort instinct de vol. Ils sont très stressés par le bruit, les turbulences et obligés de rester debout pendant tout le voyage », a récemment déclaré Tonge.

Animaux en transit pendant plus de 30 heures

Les vols s’arrêtent généralement à Anchorage, en Alaska, pour le ravitaillement en carburant et un changement d’équipage, a déclaré Tonge, mais le vol de décembre a connu des retards à Winnipeg, puis a dû se réacheminer par Seattle en raison d’un blizzard à Anchorage.

Au moment où il a atteint Seattle, Tonge a déclaré que les chevaux étaient déjà en transit depuis environ 16,5 heures. Ils ont dû attendre 3h25 avant que le vol ne décolle. C’était encore 11,5 heures jusqu’à Kagoshima, au Japon, pour un minimum de 32,5 heures sans nourriture, eau ou repos. On ne sait pas combien de temps il a fallu pour se rendre à l’aéroport de Winnipeg ou transporter les chevaux de l’aéroport au Japon vers un site de quarantaine.

Cependant, Tonge a déclaré qu’il s’agissait d’une violation manifeste de la Loi sur la protection des animaux du Manitoba et du Règlement fédéral sur la santé des animaux.

« Je veux juste que les gens sachent ce qui se passe, qu’ils en soient scandalisés et qu’ils fassent quelque chose », a-t-elle déclaré.

Les chevaux, dont beaucoup sont des Clydesdales et des Percherons, sont élevés et expédiés pour être abattus pour la viande.

Après le vol, la Canadian Horse Defence Coalition a déposé une demande d’AIPRP auprès de l’ACIA. Un rapport provisoire publié la semaine dernière a noté que trois chevaux se trouvaient « dans la caisse à leur arrivée » au Japon.

« Si les chevaux sont à terre, ils sont très sujets à des conditions telles que les coliques, en particulier dans des situations inhabituelles et des situations stressantes », a déclaré Brittany Semeniuk, spécialiste du bien-être animal à la Winnipeg Humane Society.

« Pour les chevaux, c’est extrêmement grave. Ça peut être souvent mortel. »

Le document de l’AIPRP comprend des courriels et des textos échangés entre des personnes à Winnipeg et au Japon. Leurs noms, adresses et coordonnées sont expurgés.

Une personne non identifiée a écrit : « Ce doit être l’une des expéditions les plus gênantes que nous ayons jamais eues. Espérons que les chevaux arrivent en toute sécurité et que nous puissions mettre celui-ci derrière nous. »

« La meilleure chose pour les chevaux » est de continuer à voler

Lyle Lumax de Carolyle Farms à Swan River, au Manitoba, a déclaré à CBC News qu’il avait peut-être écrit ce commentaire. Il a confirmé qu’il s’agissait de sa cargaison de chevaux et qu’il était sur place à l’aéroport de Winnipeg lorsqu’ils ont appris que l’aéroport d’Anchorage avait été fermé en raison des conditions météorologiques.

Les chevaux doivent rester debout et ne pas recevoir de nourriture, d'eau ou de soins vétérinaires pendant leur vol du Canada au Japon.  La limite légale est de 28 heures mais les défenseurs disent qu'ils sont souvent plus longs.
Trois ou quatre chevaux sont chargés dans des caisses en bois, puis embarqués dans des avions-cargos pour être transportés au Japon pour y être abattus. (Sauvegarde des animaux du Manitoba)

Lumax a déclaré que l’avion était déjà plus qu’à moitié chargé, alors lui et son équipe ont commencé à passer des appels téléphoniques pour déterminer où ils pourraient atterrir et trouver un équipage capable de faire voler l’avion vers le Japon.

Il a dit qu’un groupe composé de lui-même, de son planificateur logistique, de l’importateur au Japon et des inspecteurs de l’ACIA a finalement décidé de procéder à l’expédition car il aurait fallu quatre heures pour décharger les chevaux et cinq autres pour les ramener à la ferme, et chaque fois qu’ils sont déplacés, il y a un risque de blessure.

« Nous venons de trouver un autre aéroport qui avait deux pilotes et avons décidé entre tout le monde, ‘Faisons-le faire. Fais-le c’est tout.’ Et tout le monde, chaque partie de l’équation, était là. Et nous avons décidé que pendant quelques heures [over the legal limit]c’était totalement la meilleure chose pour les chevaux », a déclaré Lumax, 70 ans, qui se décrit comme un amoureux des chevaux.

« Tout ce que nous ferions en les ramenant à la maison, pour rester dans la limite, [is] mettre le cheval à plus de risques. Et c’est dans l’air, c’est dans le chargement, le déchargement et la conduite. »

Lumax a déclaré qu’il avait volé en tant qu’accompagnateur sur plus de 20 expéditions vers le Japon et qu’il vérifiait les chevaux plusieurs fois pendant le vol. Il a dit que les chevaux dorment debout la plupart du temps et qu’ils sont à l’aise dans les cages.

Dans la documentation de son accompagnateur qui était sur le vol de décembre, Lumax a déclaré que trois chevaux sont tombés dans leurs caisses lors de l’atterrissage, mais ont pu se lever pour être déchargés et se sont rendus en toute sécurité au site de quarantaine.

Il a dit que de nombreux pilotes de fret n’étaient pas habitués à faire voler du bétail, il a donc dû dire aux pilotes « d’utiliser toute la piste » pendant le décollage et l’atterrissage et d’être doux avec les freins.

« Mon entreprise dépend de [getting] les chevaux à l’avion dans la meilleure forme possible, 100 % du temps. Pour obtenir de la viande pour leurs restaurants, ils ont besoin de chevaux dans la meilleure forme possible », a-t-il déclaré.

« Aucune mesure d’exécution … n’est prévue »

Dans une déclaration par courriel à CBC News, un porte-parole de Korean Air a déclaré que la compagnie était au courant de la réglementation canadienne sur le transport d’animaux vivants, qui limite les vols de plus de 28 heures et exige un agent de bord équin pendant la durée du voyage.

« Nous confirmons que toutes les réglementations et exigences sont soigneusement mises en œuvre et respectées sans aucune exception », a écrit le porte-parole.

Il a déclaré que l’itinéraire dévié via Seattle ajoutait « quelques heures » à son plan de vol d’origine, ce qui « entraînait un temps de vol total de 17 heures et 52 minutes sur le trajet concerné vers Kagoshima ».

« Nous nous engageons à assurer un transport sûr et de qualité des envois de nos clients jusqu’à leur destination finale. Nous respectons toutes les procédures opérationnelles pertinentes, ainsi que les règles et réglementations établies par l’IATA et toutes les autorités concernées », a-t-il écrit.

Cependant, dans une lettre à Mitchell datée du 6 janvier 2023, le directeur des opérations de la région du Manitoba de l’ACIA a reconnu que la limite de 28 heures avait été dépassée.

Cela est corroboré dans le rapport de l’AIPRP, dans un rapport d’un inspecteur de l’ACIA le 12 décembre qui indique : « Un examen du vol a été effectué et il s’est terminé après 30 heures.

En réponse à Mitchell, l’ACIA a déclaré qu' »aucune mesure d’exécution liée à ce vol n’est prévue. L’ACIA continue de rappeler à toutes les parties impliquées dans l’exportation de chevaux par voie aérienne leurs responsabilités, y compris l’importance d’avoir des plans d’urgence appropriés pour toutes les expéditions. et coordonner la logistique des transports terrestres et aériens pour effectuer les expéditions dans le délai de 28 heures. »

Pétition pour interdire l’exportation de chevaux vivants

Jusqu’à 4 000 chevaux sont expédiés chaque année par avion de Calgary, Edmonton et Winnipeg au Japon pour la consommation humaine, a déclaré Lumax, ajoutant qu’ils se vendent entre 8 000 et 9 000 $ chacun. Les chevaux exportés sont engraissés au Japon avant d’être abattus, selon l’ACIA.

Des groupes de défense demandent à Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, de remplir une mission Lettre de mandat de décembre 2021 du premier ministre Justin Trudeau lui disant «d’interdire l’exportation de chevaux vivants destinés à l’abattage».

La Winnipeg Humane Society espère que les Canadiens signeront une pétition demandant à Ottawa d'interdire l'exportation de chevaux vivants.  La pétition expire le 7 février.
La Winnipeg Humane Society est l’un des groupes de protection des animaux qui fait la promotion d’une pétition demandant au gouvernement fédéral d’interdire l’exportation de chevaux vivants. (Warren Kay/Nouvelles de CBC)

Ils ont un champion de haut niveau : la musicienne canadienne Jann Arden, qui a été témoin de nombreuses expéditions de chevaux et qualifie l’ensemble du processus d’« odieux ».

Arden a lancé une campagne de sensibilisationHorseshit.ca, exhortant les Canadiens à communiquer avec leurs députés et à signer une Chambre des communes pétition demandant une interdiction sur cette pratique.

La pétition note que le Parti libéral s’est engagé à interdire l’exportation de chevaux vivants destinés à l’abattage dans sa plateforme électorale de septembre 2021.

Parrainée par le député néo-démocrate Alastair MacGregor, la pétition sera présentée à la Chambre des communes après son expiration le 7 février.

« Le monde regarde », a déclaré Arden dans une interview avec CBC News. « Quand on nous apprend vraiment et qu’on nous gronde sur la façon dont nous vivons nos vies, penser local, manger local, manger moins de viande, surveiller notre empreinte carbone, ne pas voler, sans parler de voler des chevaux toutes les quelques semaines, 8 000 kilomètres, de sorte que les gens riches peuvent manger de la viande de cheval crue. »

Lumax s’oppose avec véhémence à une interdiction qui, selon lui, tuera une industrie rapportant des dizaines de millions de dollars à l’économie canadienne – de l’argent qui est réinvesti dans les aliments pour animaux, l’équipement, le diesel, les salaires du personnel et les poulains élevés à cette fin.

Dans une déclaration à CBC News, Bibeau a déclaré : « Nous discutons avec les principales parties prenantes pour déterminer le meilleur plan d’action pour interdire l’exportation de chevaux vivants destinés à l’abattage. L’Agence canadienne d’inspection des aliments continue d’appliquer les règlements pertinents pour s’assurer que les chevaux sont en forme. pour les voyages et transportés sans cruauté. »

Un porte-parole de l’ACIA n’a pas pu dire si la question sera soulevée lors de la réunion du G7 à Hiroshima, au Japon, en mai.

Une partie de la complication consiste à savoir comment apporter des changements sans affecter le transport des chevaux pour d’autres raisons, comme aller aux Jeux olympiques ou à Londres pour les funérailles de la reine Elizabeth.

Continue Reading

Canada

Service d’eau rétabli après l’arrêt provoqué par le refoulement des eaux usées à l’Assemblée législative

Published

on

Par

Le service d’eau a été rétabli dans toutes les parties d’Iqaluit à la suite d’un arrêt d’urgence dans certaines parties de la ville lundi matin après le refoulement du système d’égout dans l’Assemblée législative.

La fermeture, qui a touché Lower Iqaluit et les zones de la route fédérale, est survenue après une fin de semaine de travaux sur le système d’eau, qui a entraîné la fermeture du service d’eau pour toute la ville. Le service venait de revenir en ligne dans toute la ville dimanche soir, selon un avis à ce moment-là, mais les équipes travaillaient toujours pour réparer quelques fuites et nettoyer les « zones à problèmes » dans le système d’égouts.

S’adressant à CBC News lundi, le responsable des communications de la ville, Kent Driscoll, a déclaré qu’une coupure d’eau à l’échelle de la ville n’est effectuée qu’en cas d' »urgence absolue ».

« Nous comprenons que c’est un inconvénient majeur pour tous les clients », a-t-il déclaré. « Nous ne le faisons que lorsque nous y sommes absolument obligés. Ce week-end, nous le devions absolument. »

La ville a publié un message d’intérêt public juste avant 10 heures lundi matin indiquant qu’il y avait eu une interruption du système qui avait provoqué un refoulement des égouts dans l’Assemblée législative.

L’Assemblée législative ne siège pas actuellement.

Toute la ville est maintenant sous le coup d’un avis préventif d’ébullition de l’eau en raison des réparations du système d’eau le week-end, affectant à la fois les services d’eau courante et par camion.

Un camion-citerne de la ville d’Iqaluit, vu ici en janvier 2022. (Steve Silva/CBC)

L’avis d’ébullition de l’eau fait suite à un week-end de service d’eau interrompu alors que la ville réparait certaines de ses conduites, au milieu d’avertissements de froid extrême et de températures proches de -40 C. La ville a initialement annoncé une coupure d’eau dans certaines zones de la ville vendredi matin, suivie d’un avis demandant aux résidents de conserver l’eau pendant le week-end.

Samedi après-midi, la ville a annoncé une coupure d’eau dans toute la ville afin de réparer la conduite d’eau près du complexe Astro Hill. Le service a commencé à être rétabli plus tard dans la soirée, mais a été retardé dans certaines régions car les travailleurs ont dû réparer une conduite d’eau près de l’internat médical de Tammaativvik.

Ce travail s’est poursuivi jusqu’à dimanche, bien que le service d’eau courante soit revenu dans le reste de la ville. Dimanche après-midi, la ville a annoncé que l’eau avait été rétablie dans la pension.

Driscoll a expliqué lundi que les problèmes ont commencé avec des rapports faisant état d’une fuite dans une conduite d’eau près de Tammaativvik vers 3 heures du matin qui a coupé l’eau de ce bâtiment et réduit l’eau à la tour de 8 étages.

Alors que les équipes réparaient la fuite, une vanne s’est cassée dans le froid extrême, a déclaré Driscoll. De multiples fuites dans le système d’eau dimanche ont entraîné d’autres problèmes.

La ville a déclaré que l’avis d’ébullition de l’eau sera levé par la santé publique après avoir testé le système d’eau.

Driscoll a déclaré qu’il n’était pas prévu de distribuer de l’eau en bouteille aux résidents et que l’eau peut sembler trouble et qu’elle est toujours potable lorsqu’elle est bouillie.

Iqaluit a vu un certain nombre d’avis d’ébullition d’eau au cours des derniers mois. En mai 2022, les résidents ont fait l’objet d’un avis d’ébullition de l’eau pendant quatre jours à la suite d’une «panne mécanique» du système d’eau. Les résidents ont également dû faire bouillir leur eau en janvier 2022 après que la ville a détecté du carburant dans son approvisionnement en eau.

Fin 2021, les résidents ont passé près de deux mois sous le coup d’une ordonnance de non-consommation en raison de la contamination par le carburant de l’approvisionnement en eau.

L’usine de traitement de l’eau de la ville fonctionne toujours sur un système de dérivation temporaire résultant de cet incident, sans échéancier quant à la date à laquelle l’usine sera entièrement réparée.

Continue Reading

Canada

Séisme de magnitude 4,2 près de Buffalo, NY, ressenti dans le sud de l’Ontario

Published

on

Par

Un tremblement de terre près de Buffalo, dans l’État de New York, d’une magnitude préliminaire de 4,2, a été « légèrement ressenti » dans certaines parties du sud de l’Ontario lundi matin, selon Earthquakes Canada.

« Je me suis réveillé », St. Catharines, Ont. Stephen Murdoch, résident, a déclaré à CBC Hamilton.

Murdoch a déclaré que sa maison avait tremblé vers 6 h 15 HE.

« J’ai ressenti ce que je suppose que vous considéreriez comme une petite secousse et une secousse continue … environ 15 à 20 secondes », a-t-il déclaré.

L’agence fédérale dit il ne s’attend pas à ce que le tremblement de terre signalé cause des dommages, mais a déclaré qu’à environ 8 heures du matin, il y avait plus de 200 rapports de personnes dans le sud de l’Ontario ressentant le grondement, y compris à Hamilton, dans la région du Grand Toronto et jusqu’à Quinte West, Ont., près de Belleville.

La National Oceanic and Atmospheric Administration aux États-Unis dit le tremblement de terre s’est produit à West Seneca, NY et l’a qualifié de tremblement de terre de magnitude 3,8 à environ trois kilomètres sous la surface.

« Le lit tremblait »

Le musicien Rich Jones a déclaré avoir ressenti le grondement à Hamilton.

« Mon chien a commencé à aboyer et le lit a tremblé pendant quelques secondes. Je n’avais jamais ressenti de tremblement de terre ici auparavant. Sauvage », a tweeté Jones.

Tremblements de terre Canada a enregistré pour la dernière fois un tremblement de terre en Ontario dans la région du Grand Sudbury le 22 janvier, d’une magnitude de 2,8.

Selon Earthquakes Canada, les tremblements de terre sont généralement causés par de grands segments de la croûte terrestre, appelés plaques tectoniques, qui se déplacent continuellement.

La zone sismique du sud des Grands Lacs a une sismicité faible à modérée par rapport aux zones sismiques plus actives à l’est, le long de la rivière des Outaouais et au Québec.

Yihe Huang, professeur agrégé de géophysique à l’Université du Michigan, étudie les tremblements de terre dans le lac Érié depuis cinq ans.

Elle a déclaré à CBC Hamilton qu’il y avait eu au moins quatre tremblements de terre dans la région d’une magnitude de 3,0 ou plus au cours des cinq dernières années.

« Cela indique clairement que nous avons des lignes de faille autour du lac Érié », a-t-elle déclaré, ajoutant que l’augmentation des niveaux d’eau ou du poids peut ajouter du stress sur les failles et les activer.

« Cela pourrait contribuer à la survenue du tremblement de terre d’aujourd’hui… mais nous devons examiner les données de manière plus approfondie. »

Pour Murdoch, l’expérience a été impressionnante.

« C’est un événement incroyable à vivre … Je ne peux pas imaginer ceux d’une plus grande ampleur », a déclaré Murdoch.

« Je pense qu’il y aura beaucoup de discussions dans les refroidisseurs d’eau de Buffalo et du sud de l’Ontario concernant ce qui s’est passé ce matin. »

Continue Reading

Tandance